Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 08:29

 n° 164

du 29 septembre 2008

   
 Edito  

 Voila déjà quelques semaines je m'étais ouvert de l'idée de ralentir le rythme de parution de Collec'Hebdo 43  à un lundi sur deux vu la réduction drastique des sorties presse vraiment intéressantes.
Et, depuis la rentrée, il est permis de constater que celles-ci sortent vraiment au compte gouttes pour ne pas dire au forceps. Il est vrai que nombre de collections ont pris fin de manière plus ou moins précipitée. Par contre, certaines autres s'accrochent de manière désespérée.

 Malgré tout je vais tenter de poursuivre encore un certain temps la parution chaque lundi dans l'espoir que la collection H finisse par être lancée et que les collections de M6 Interactions (Renault et la mythique R4) retrouvent leur ancienne fréquence de sortie.
Cela me rappelle qu'au début où j'intervenais sur FA un forumeur avait découvert que très souvent il convenait de ne pas s'attarder sur le modèle mis en scène mais plutôt sur l'arrière plan qui "racontait une histoire". Peut-être que cela est encore d'actualité depuis la rentrée.

   

 Une du commerce

 traditionnel

AMPHICAR 770

Minichamps – réf. 400 097030

 

Réduite par Minicichamps cette Amphicar nous restitue d’assez belle façon les caractéristiques particulières de ce véhicule. Lignes et volumes sont au rendez-vous sous cette livrée corail. Nous sommes en présence d’un beau modèle bénéficiant de pièces rapportées chromées assez fines contribuant aussi bien à l’aspect routier que nautique de cet engin. A titre d’exemple la présence au centre du capot de l’ensemble des feux rouge et vert de navigation.  Outre les sorties  de l’échappement et du reniflard les deux hélices placées de part et autre du compartiment moteur complètent cette réduction.

 Mais c’est une fois encore l’habitacle qui va retenir notre attention. S’il bénéficie d’une présentation très soignée il ne faut pas hésiter à se montrer curieux car il recèle une surprise sous la planche de bord. Car outre volant, pédalier et autres leviers, une rame y est présente. Et si le soubassement est peu détaillé la miniature roule bien mais ne me paraît pas assez étanche pour flotter. 



  

   
   

Trois des sorties 

presse de la semaine

FORD Vedette de 1952

Ixo – collection Route bleue, n° 18
 

Réduite par Ixo cette Vedette première époque ne nous est pas totalement inconnue puisqu’elle fit l’objet d’une première parution au sein de la collection des voitures d’antan (n° 21). Nous retrouvons facilement les lignes et volumes de la vraie dans une présentation un peu plus fidèle par rapport à la précédente. Notamment avec des pare-chocs « retournés » au profil correct et la présence du motif ornant le centre du capot.

 

 Dommage par contre qu’un rétroviseur extérieur ait été ajouté ou que l’entourage des vitres latérale soit souligné d’un trait de faux chrome totalement inutile. De plus, il manque toujours la reproduction de la charnière haute des portières arrière fort saillante sur la vraie. L’habitacle noir est correctement détaillé alors que le soubassement l’est peu. La miniature roule bien.

 

   
   

RENAULT 5 Alpine en 1977

Eligor – collection Alpine et Renault sportives, n° 30 
 

Réduite par Eligor cette 5 Alpine nous restitue assez bien l’aspect de la vraie. En effet, si les lignes et volumes sont corrects la décoration laisse un peu à désirer. Si je laisserais à chacun le soin de se prononcer sur l’exactitude des teintes retenues – trop fade à mon goût – je regrette pour ma part que les différents stickers apposés soient de tailles trop réduites pour beaucoup  d’entre eux. De plus la disposition des optiques additionnelles à l’avant devrait être intervertie pour répondre à la réalité où les optiques supérieures étaient plus rapprochées que les inférieures. Ce qui nécessiterait ici le démontage de la miniature dépourvue de toute vis d’assemblage apparente. D’autre part à quoi correspond la seconde excroissance près de l’essuie-glace devant le pilote ?  La première, j’ai trouvé, c’’est le coupe circuit, mais elle ?

 Outre le rétroviseur latéral trop bas le profil met en évidence une ligne d’échappement  rapportée et la présence de bavettes. Mais aussi des jantes non dorées comme les Gotti d’origine. L’arrière bénéfice d’un soin particulier avec des feux rapportés correctement colorés alors que les grilles de sorties d’air ne sont que dessinées. L’intérieur est lui aussi bien travaillé avec ses deux baquets, l’arceau cage, son extincteur et la présence d’une roue de secours complète. Le soubassement est original avec deux plaques de protection rapportées. La miniature roule bien.





   

   
   

SUBARU Impreza 555 en 1966

Ixo – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 66 
 

Réduite par Ixo cette Impreza surprend par sa livrée blanche inhabituelle. Il est vrai qu’il s’agit ici de la réduction d’un modèle privé. Si les lignes et volumes paraissent corrects, ils sont désservis par une robe trop épaisse qui dissimule trop sa gravure. D’où nombre de détails que l’on devine plus qu’on ne les voit vraiment. C’est regrettable une fois encore car ce modèle jouit d’une finition assez soignée même si certains artifices ont été employés. Notamment celui d’apposer des autocollants à la place des optiques additionnelles pour faire croire à leur recouvrement. Les stickers ont l’air d’être tous à leurs places, à l’exception toutefois des deux petits

 qui devraient figurer à la base du pare-brise, côté copilote, sur le capot. Dommage que les disques de freins, non solidaires des roues, puissent tourner indépendamment de celles-ci et être dépourvus d’étrier. Comme à l’accoutumée dans cette collection, l’habitacle mérite que l’on s’y attarde, ne serait-ce que pour compter les interrupteur de la console centrale. Sinon, c’est l’équipement habituel que l’on retrouve  partout. Le soubassement est détaillé et reçoit même une vaste plaque de protection sous le moteur. La miniature roule bien.
 

   
   

Partager cet article

Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine