Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 09:00

 n° 187

du 09 mars 2009

page 2

   

 SPECIAL                   

 collections italiennes

FIAT Nuova Balilla 1100 de 1938

Norev – collection italienne Fiat, story collection, test n° 1
 

Réduite par Norev cette Fiat Balilla 1100 pourrait tromper facilement un amateur non éclairé qui la confondrait très aisément avec une Simca 8. Et pour cause, cette dernière n’en est que le clone français. Lignes, volumes et coloris sont très reproduits et bénéficient d’une gravure nette et profonde. L’avant reçoit une belle calandre arborant l’écusson Fiat en son sommet et le trou pour la manivelle à sa base. Les optiques sont convergentes et les essuie-glaces implantés au-dessus du pare-brise. Le profil met bien en évidence les portières à ouverture antagoniste sans pied milieu. Les roues sont ajourées et dépourvues d’enjoliveurs. De plus elles sont réalistes car

 très étroites. L’arrière est des plus simplifiés et ne reçoit que le cache roue de secours non formé, le bouchon de réservoir et la plaque d’immatriculation sur l’aile gauche. Dommage que ni le feu rouge, ni le catadioptre ne soient peints. A noter les nervures des pare-chocs. L’absence d’enjoliveur et la présence d’une excroissance à l’arrière droit censée représentée un feu arrière laissent supposer la reproduction d’un modèle actualisé. L’intérieur marron laisse découvrir le mobilier simple de l’époque et le volant à trois branches. La planche de bord est gravée, tout comme le soubassement. La miniature roule bien.

 
   

FIAT Nuova Balilla 1100 de 1939

Norev – collection italienne Fiat, story collection, n° 1
 

Réduite par Norev cette Fiat Balilla 1100 pourrait tromper facilement un amateur non éclairé qui la confondrait très aisément avec une Simca 8. Et pour cause, cette dernière n’en est que le clone français. Lignes, volumes et coloris sont très reproduits et bénéficient d’une gravure nette et profonde. L’avant reçoit une belle calandre arborant l’écusson Fiat en son sommet et le trou pour la manivelle à sa base. Les optiques sont convergentes et les essuie-glaces implantés au-dessus du pare-brise. Le profil met bien en évidence les portières à ouverture antagoniste sans pied milieu. Les roues sont

 simples mais réalistes car très étroites. L’arrière est des plus simplifiés et ne reçoit que le cache roue de secours, le bouchon de réservoir et la plaque d’immatriculation sur l’aile gauche. Dommage que ni le feu rouge, ni le catadioptre ne soient peints. L’intérieur marron laisse découvrir le mobilier simple de l’époque et le volant à trois branches. La planche de bord est gravée, tout comme le soubassement. La miniature roule bien.

 
   

FIAT 1600 S cabriolet de 1962

Norev – collection Fiat story, n° 23
 

Réduit par Norev, ce cabriolet 1600 S est une réussite, même si sa finition est du niveau presse. C'est-à-dire inférieure à la finition boutique du cabriolet 1500 proposé par ce même réducteur. Lignes, volumes et coloris sont à l’unisson de la gravure et des éléments rapportés chromés ou en plastique, pour nous proposer un modèle très réussi. L’avant bénéficie d’une calandre très réaliste et dotée des quatre optiques qui caractérisent ce modèle. Le profil accueille des roues aux flasques dépourvues du logo central Fiat alors que celui du

 carrossier Pinin Farina n’a pas été oublié sur les ailes avant. L’arrière arbore des feux métalliques uniquement rouges, poignée de coffre seulement peinte et monogramme. L’habitacle au mobilier noir met en évidence la planche de bord en faux bois et le volant Nardi. Et ce qui accentue l’attrait de ce cabriolet, c’est de nous le proposer en version couvert qui permet de découvrir les rabats latéraux de la capote destinés à coiffer les vitres. Le soubassement est bien détaillé et la miniature roule bien.

 
   

FIAT 2300 de 1963

Norev – collection Auto italiane da collezione, n° 20

 

Réduite par Norev cette 2300 bénéficiant d’un certain respect des lignes et volumes de l’originale, souffre d’une finition des plus légères, à laquelle nous ont habitués Hachette et Norev pour leurs collections françaises, et que nous retrouvons maintenant sur les collections diffusées en Italie. Toujours est-il que si la calandre est très réaliste, il n’en va pas de même des essuie-glaces juste gravés sur le pare-brise. Les répétiteurs de clignotants demandent une

touche de couleur pour les faire ressortir. A l’arrière, seuls les monogrammes Fiat et 2300 sont apparents. Il vous faudra sortir le pinceau pour le motif de serrure et la plaque d’immatriculation. Les feux sont entièrement rouges. L’habitacle, tout en noir, ne dispose pas de rétroviseur fixé au pavillon. Le soubassement est lisse et la miniature roule bien.
 

 
   

SIMCA ABARTH 2000 GT de 1963

Norev – collection italienne Abarth collection, n° 15
 

Réduite pour le compte de Metro Promo cette 2000 GT peut rejoindre facilement ses cadettes 1300 proposées par Ixo ou Spark tant ses lignes, volumes, coloris et finition nous restituent pleinement l’original. Toutefois à l’avant, les clignotants sont mal représentés alors que les fixations de sécurité à la base du pare-brise sont dessinées, les monogrammes sont absents à l’extrémité du capot. Sur cette version les essuie-glaces étaient parallèles et reliés par une fine tige métallique. Le profil est réussi et présente de jolies roues aux jantes bien travaillées. Le logo Abarth est bien placé de chaque côté alors qu’il n’existe qu’une prise d’air sur le panneau de

 custode droit. Or il a existé des modèles avec prise d’air aussi sur le panneau gauche.  Mais c’est l’arrière qui mérite que l’on s’attarde dessus car il diffère des rondeurs de la 1300. Ici le capot ne joint pas et laisse découvrir une partie de la mécanique au-dessus de jolis feux bien colorés et une sortie d’échappement très généreuse. A noter que la lunette arrière est dotée du bouchon du réservoir d’essence. A bien regarder à l’intérieur on voit la goulotte traverser l’habitacle pour rejoindre celui-ci. L’habitacle, noir, accueille deux petits sièges et un volant à trois branches métalliques. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.

 
   

Partager cet article

Repost 0
Trebor Yles - dans Collections étrangères