Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 16:00

 n° 190
du 30 mars 2009
   

Billet

d'humeur

Samedi matin j’attendais le colis contenant les voitures des tests dont vous trouverez l’analyse plus après. Mais au cours de la plage horaire habituelle où la voiture des colis postaux, point d’arrivage.  Toutefois, une heure et quart plus tard, coup de sonnette. _ Un colis pour vous ! _ Signez ici…  merci…  au revoir.

Oui mais ce n’était pas celui attendu. Je retournais à mes occupations jusqu’à 11 h45 où j’allais relever le courrier lettres. Ici ce sont deux préposés distincts qui assurent les distributions des lettres et des colis. Et là ma boîte aux lettres émet un son plein lorsque je présente la clé dans la serrure. Etonnement de ma part et colère après ouverture. J’y découvre une compression césarisée et éclatée d’un carton dont les coutures ont craqué sur trois côtés et que j’ai le plus grand mal à extraire. C’était le fameux colis attendu.

 

 

Si la préposée habituelle n’hésite pas à m’apporter à la porte n’importe quel colis, même sans signature, son remplaçant n’en a pas fait autant. Bourrant celui sans signature, au risque d’en abîmer le contenu, il ne m’a présenté que celui pour lequel je devais signer. Mais en plus, il s’est bien gardé de me signaler qu’il en avait glissé un autre dans la boîte. Certainement de crainte de se faire engueuler.

Heureusement pour lui, le contenu n’a pas été abimé.

Alors, de grâce, messieurs les livreurs de colis, un peu de respect pour les colis. Ils représentent beaucoup pour leurs destinataires.

 MERCI.


   

 Deux des sortes presse

de la semaine dernière 

ALPINE A210 prototype de 1966

Eligor – collection alpine et Renault sportives, n° 43

 

 

 

 

Réduit pour Eligor ce proto A210 donne l’impression d’être trop petit, au point que j’ai du en vérifier et revérifier les cotes. Et au terme de cette vérification je ne suis aussi septique qu'une fosse. Pour moi elle se révèlerait trop étroite d'environ 3 mm. au point que je viens de ressortir des berlinettes A110 siglées Uiversal Hobbies, Solido et même Eligor. Or, qu'elle que soit le réducteur, aucune de ces A110 n'est plus étroite que cette A210 alors que l'A110 ne mesurait que 1,46 m de large pour 1,52 m pour l'A210. A mon avis la clé se trouve dans l'épaisseur exagérée des élargisseurs d'ailes. A confirmer par les spécialistes de la marque.Mais en attendant cette constatation influe beaucoup sur l'appréciation finale.

Ceci écrit, l’ensemble est réussi et plaisant à regarder, les volumes et lignes de l’original étant corrects. D’autant que la gravure est fine et que nombre de détails sont bien présents et traités, notamment les différentes prises d’air et nombre destickers. De même qu’il en existe de cachés. Il suffit de faire comme certains l’ont fait à ma place, de le démonter pour découvrir son moteur et l’arceau cage de l’habitacle. A noter toutefois une inversion des couleurs sur les chevrons ornant le pavillon. Ils devraient être identiques à ceux figurant à l’arrière gauche de la voiture.  A l’intérieur, l’extincteur placé dans l’habitacle parait hypertrophié. Le soubassement est dépourvu de gravure mais la miniature roule bien. 
 

 

 
   

LOTUS Elite de 1959

Ixo – collection Monstres sacrés de l’endurance, n° 63

 

 

 

 

Réduit par Ixo, ce coupé Elite séduit l’œil par la bonne restitution des lignes, volumes et coloris de l’original, le tout n’étant pas desservi par une peinture trop épaisse. Au contraire ! D’autant que le traitement des roues à rayons est des plus réussis mais non mis en valeur par mes photos. Ici c’est moi le fautif. L’ensemble est agrémenté de pièces rapportées chromées et des numéros de course de l’épreuve mancelle 1959. L’arrière reçoit de jolis feux ronds bien colorés alors

qu’à l’avant le capot arbore des sangles de maintient et le logo de la marque. L’habitacle à l’ambiance cuir pour ses sièges, séduit par la finesse de sa gravure et ses contreportes alu donnant l’illusion du métal nu. Notez la présence des ceintures ventrales sur l’assise des sièges. Et belle planche de bord aux multiples cadrans. Le soubassement n’est pas détaillé mais la miniature roule bien. 
 

 

 
   

  Une du commerce

traditionnel 

SIMCA-ABARHT 1300 de 1962

Spark – réf. S1305

 

 

 

 

 

 Réduite par Spark, cette nouvelle version de la barquette Simca-Abarth 1300, diffère de celle déjà présentée dans ces colonnes, outre sa robe bleue, par son capot moteur entrebâillé, laissant voir le moteur. Nous retrouvons le même moule très plaisant même si, ici encore, la partie située après les montants centraux descend trop vite. Ceci étant, ce modèle séduira le collectionneur par la finesse de certains détails comme la présence de sangles de fixation du capot avant rapportées, encadrant un petit déflecteur situé à la base du pare-brise. Notez qu’il n’y avait bien qu’un phare additionnel sur la

voiture n° 41, engagée par Abarth lors des 24 heures du Mans 1962 (abandon). Mais c’est l’arrière qui mérite notre attention car il recèle une belle reproduction du moteur en trois dimensions et celle, très fine, du système d’attache du capot moteur. Une belle réussite que complète une présentation du panneau arrière très fidèle, y compris au niveau de l’immatriculation. A l’intérieur, si le volant à trois branches est entièrement noir, leviers de vitesses et de freins à main sont alu.  Le soubassement est gravé et comporte le câblage du frein à main. La miniature roule bien. 

 

 
   

Deux collections testées

La première, consacrée aux Classiques de l’automobile, proposée par le duo Hachette-Ixo en partenariat avec Auto-plus, qui nous invite à revisiter la production française des années passées. Miniature plus joli livret pour 11,90 euros tous les 15 jours.

A en croire les photos annonçant les prochains modèles, tous d’origine Ixo et déjà proposés dans d’autres collections, celle-ci n’intéressera vraiment que ceux qui débutent une collection ou voudront la compléter. Pour ma part, j’irais peut-être à la pêche d’un modèle par-ci, par-là, vraiment réussi, comme le break Marly par exemple.

 

 

La seconde, consacrée aux Mythiques voitures américaines, proposée par le tandem historique Altaya-Ixo qui nous invite cette fois ci à faire une visite de la production américaine des années 50 à 70, fascicule et miniature pour 12,99 euros tous les 15 jours.

L’idée est séduisante mais la réalisation sera-t-elle à la hauteur ? Il semblerait que oui, si l’on se réfère aux propos émis par M. Ixo lui-même sur un certain forum où il indiquait qu’il serait fait appel à des moules neufs. Espérons-le car les trois modèles du test laissent un avant goût mitigé, ne serait-ce qu’en ce qui concerne le respect de leur réalisation au 1/43ème. Respect qui me parait assez approximatif au regard de la taille des modèles achetés. A suivre donc !

Quatre des modèles

issus des tests

CHEVROLET Corvette Sting Ray de 1963

Ixo – test collection Mythiques américaines, n° t03

 

 

 

Réduite par Ixo, cette Sting Ray accroche tout de suite l’œil tant ses lignes, volumes et coloris sont séduisants. Ils jouissent d’une gravure fine que le grain de la peinture métallisée respecte. Toutefois, il faut la regarder seule. Si vous la mettez à côté des deux autres modèles de ce test, elle apparaîtra perdue entre eux car un poil trop étroite. Tout sur ce modèle concoure à en faire un modèle très soigné avec un bon nombre de pièces rapportées chromées ou correctement colorés pour ce qui est des différents feux. Et  les différents logos et

monogrammes sont présents et correctement placés et calibrés. Ajoutez à cela de fort belles roues très travaillées et vous êtes en présence d’un modèle digne d’être vendu en boutique. En effet, à part un intérieur coloré, rien ne manque sur ce modèle au mobilier noir bien gravé et détaillé. Pour clore cette analyse signalons un soubassement gravé offrant deux belles sorties d’échappement chromées et creusées. Et la miniature qui roule bien. 
 

 

 
   

CITROËN DS19 Pallas de 1966

Ixo – test collection Les classiques de l’automobile, n° t01

 

 

 

Réduite par Ixo, cette énième DS19 se révèle faire partie des mieux dessinées en production presse en proposant des lignes et volumes corrects dans une seyante livrée noire. Toutefois l’œil n’est pas pleinement satisfait car ce modèle dénote par quelques détails peu réalistes. D’abord, il donne l’impression d’être présenté en position haute, tant la garde au sol est importante alors que même pour le collectionneur amateur la DS19 était réputée pour être du genre rase goudron à l’arrêt. Ensuite, parce qu’une fois encore roues avant et arrière sont du même diamètre. Encore, parce qu'il existe une marche d'un bon millimètre entre la base du pare-brise et le haut des portières avant qui n'existe pas sur la vraie! Enfin, parce que la partie sous le

pare-chocs avant est trop écrasée et manquant ainsi d’épaisseur et de rondeur. Dommage que les clignotants avant soient reproduits par un simple dessin incertain. A ceci, j’ajouterai la présence de reproduction de chromes qui me paraissent superflus à la base du pare-brise et de la lunette arrière. Et que dire des entourages des fenêtres de portières… sur un modèle réputé pour en être totalement dépourvu. Notez que les essuie-glaces ne sont que dessinés et qu’à l’intérieur le mobilier est uniquement noir. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien. 

 

 
   

FORD Fairlane Town Sedan de 1956

Ixo – test collection Mythiques américaines, n° t02 

 

 

 

 

Cette Fairlane, réduite par Ixo, est une reprise du moule de celle qui nous a été proposé dans la collection Taxis du monde, n° 03- la Havane. Aussi retrouvons nous les lignes, volumes et décoration si caractéristiques de ce modèle dans une présentation aux teintes donnant une note jouet à cette miniature. Si les « chromes » sont abondants sur les flancs, ils ne sont que suggérés par la peinture tout au tour des vitrages et l’embroche piétons du capot quelque peu démesuré. Le traitement des optiques avant me fait penser à celui

des Norev de mon enfance avec ce gros point noir central. La ligne de pavillon est assez approximative dans sa retombée au niveau des portières arrière et l’amorce de la séparation des couleurs sur les ailes avant est trop extérieure et s’écarte trop rapidement. Les roues sont clinquantes  alors qu’un logo surmonte les retours du pare-chocs avant. L’arrière accueille des feux mieux colorés alors que les logos Chevrolet sont présents. L’habitacle, très coloré reçoit un mobilier correctement présenté. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien. 

 
   

FORD Mustang SHELBY GT350 de 1965

Ixo – test collection Mythiques américaines, n° t01 

 

 

 

 

Réduite par Ixo, cette GT350 n’est pas une inconnue pour nous car elle nous fut proposée en son temps dans des coloris inversés dans le cadre de la collection des Voitures de rêve, n° 40. Ce n’est donc pas surprenant si les lignes et volumes de l’original parassent quelque peu survitaminés dans une jolie livrée bleue agrémentée de larges bandes blanches.  De face l’avant paraît réussi avec un capot moteur au bossage central réaliste, la présence des goupilles de sécurité et une calandre très sobre. A l’inverse de la précédente, la continuité des deux bandes blanches est assurée sur toute la longueur de la voiture et ses soubassements. De même, le traitement des ouïes

latérales a été corrigé et est devenu plus réaliste. Les roues arborent des jantes différentes et très agréables à regarder. A noter l’apparition de lignes d’échappement latérales s’arrêtant juste devant les roues arrière. Dommage que les joncs chromés entourant les surfaces vitrées soient si voyants L’arrière est assez sobre et les feux bien reproduits. Le logo Shelby est présent en son centre. L’intérieur est noir. La planche de bord est surmontée d’un compte tours venu compléter l’instrumentation d’origine. Le volant trois branches est bien fin. Le soubassement est peu détaillé et la miniature roule bien. 
 

 

 
   
   

Partager cet article

Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine