Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 15:32

 n° 193
du 20 avril 2009

   

 Jusqu’où vont

-elles grimper ?

A l’heure où l’on parle de crise économique et où ses effets se font sentir de plus en plus et où tout un chacun s’interroge sur l’avenir et ce qui l’attend, il est une chose que les passionnés de miniature peuvent constater tous les jours. C’est l’envolée des prix de nos – de plus en plus – chères miniatures. Qu’il est loin le temps où l’on pouvait les acheter pour moins de 50 F. Aujourd’hui les Norev commencent à frôler les 40 euros. Et que dire du prix des Minichamps, Schuco et autres Spark pour ne citer que ces marques là. Heureusement qu’il y en a encore qui pratiquent des prix raisonnables tels Solido ou certains distributeurs italiens.

 Pour moi il y a une barre symbolique à 30 euros pour un modèle type berline ou coupé-cabriolet populaire distribué classiquement. Au-delà c’est déjà trop. Alors distributeurs, ne vous étonnez pas si certains d’entre nous s’approvisionnent en modèles presse ou auprès de sites étrangers. Il y a de la demande à satisfaire pour tout le monde. Mais à vouloir conserver à tout prix sa part de gâteaux alors que celui-ci voit sa composition se modifier et sa taille se réduire, le risque est de voir s’accélérer la spirale. Attention  de ne pas vous faire aspirer par le tourbillon.

   

  Il l’avait promis

… il l’a fait

 Rappelez-vous, c’était dans le n° 188 du 16 mars 2009. Je vous informais que Trax s’était engagé à me faire parvenir une autre Holden Monaro car il manquait un phare sur celle que j'avais reçue.

   

 Et bien, le 08 avril dernier je recevais effectivement un second exemplaire de l’Holden Monaro et ce gratuitement. Je l’en remercie une nouvelle fois publiquement ici.
 Beau geste commercial de la part de TOP GEAR.

   ce geste commercial  
   

 Deux des sorties presse

de la semaine dernière 

ASTON-MARTIN DBS de 2007

Universal Hobbies – collection James Bond, n° 58
 

Réduite par Universal Hobbies, cette DBS fait partie des modèles réussis et soignés que renferme parfois cette collection. Aussi retrouvons nous avec plaisir les lignes et volumes propres à la production Aston-Martin dans une belle livrée anthracite métallisé.  Et la finition, bien qu’allégée, bénéficie d’une finesse de traitement, tant au niveau de la gravure que des pièces rapportées. Cela tranche, agréablement, par rapport à certains derniers numéros. L’avant jouit d’une calandre bien dessinée et d’optiques complexes réalistes. Les différentes trappes d’aération sont bien gravées et proportionnées. Les rares chromes courant sur la carrosserie sont bien là et en « chrome » alors que les roues, au dessin très convenable, laissent voir l’absence de reproduction des disques de frein.

 Le traitement de l’arrière est complet avec une lunette arrière marquée par des impacts de balles alors que les larges feux sont aussi pâles que les vrais et surplombe un magnifique extracteur d’air accueillant la double sortie d’échappement. L’habitacle – bien que tout en noir – est à l’unisson avec une excellente gravure du mobilier et quelques éléments chromés et un extincteur bien visible à l’arrière. De plus il y a une bonne décoration du tableau de bord et de la console centrale. Le soubassement est plat et gravé alors que la miniature roule bien. Dommage que tous les modèles proposés dans cette collection n’atteignent pas ce degré de présentation. Oui, vraiment dommage.
 

 
   

SIMCA Aronde de 1952

Ixo – collection Simca, n° 68

 Ce modèle devait sortir la semaine dernière

Réduite par Ixo cette Aronde nous est devenue familière pour nous avoir été déjà proposée deux fois, la première dans la collection des Voitures d’antan sous le n° 22 avec une livrée bleu ciel, puis une seconde, dans la collection Simca, sous le n° 48 dans sa version voiture des records. Aussi allons-nous retrouver les lignes et volumes assez approximatifs du modèle déjà proposé.  Mais ce qui est grave, c’est la persistance dans l’erreur commise par Ixo au niveau du traitement des feux arrière. Inexcusable ! Car signalée en son temps lors de la sortie du n° 48. Pourquoi avoir maintenu la présence des feux tout en plastique qui équiperont les Aronde à l’occasion de leur premier restylage pour l’année modèle 1954 ? Alors qu’il aurait suffi de reprendre les feux métalliques de la première.

 Quelle erreur ! Au nombre de celles-ci les immenses clignotants avant qui en réalité étaient bien plus petits et blanc et sertis dans un boitier couleur caisse.  Le reste de la voiture est  reproduit de manière « naïve » mais correcte, malgré le pli qui court sur les ailes arrière qui devrait être horizontal. A noter toutefois, le noir de la carrosserie est enfin brillant. L’habitacle accueille bien les deux banquettes et le tableau de bord est réaliste. Le soubassement  est peu détaillé mais la miniature roule bien. La répétition de l’erreur sur les feux arrière est la cause principale de la mauvaise appréciation globale.

 

   Je serais ravi que le retard constaté dans sa parution ai pu être mis à profit pour changer ses feux arrière qui sont ceux du modèle suivant.
   

Deux de la collection 

 du type H (abonnement Nord)

CITROËN type HY – fourgon le Bastard de 1962

Eligor – collection type H Citroën, n° 10
 

Réduit pour Eligor, ce nouveau fourgon type H aurait tout pour ravir le collectionneur en raison de son arrière original. Malheureusement il est desservi par une finition assez aléatoire, du moins, sur le modèle devant moi.  En effet, si lignes et volumes sont bien restitués et si la décoration singulière reflète la réalité du modèle il faut regarder cet exemplaire d’assez loin. Car, si l’on s’en rapproche trop il sera permis de constater, outre le strabisme des phares propres aux miniatures reproduisant des modèles Citroën, qu’ici ils sont implantés à des niveaux différents. Une première dans le genre. A cela ajoutons l’absence de clignotants à l’avant ou de boitier de flèches de direction, des essuie-glaces assez épais, mais surtout un

 pavillon rapporté à la découpe approximative qui laisse des jours importants en certains endroits. La plateforme arrière reçoit huit feux colorés en plastique encadrant l’immatriculation et la raison sociale, ainsi que les deux encoches de fixation, fort discrètes au demeurant. Pour la petite histoire il faut savoir que pour une fois qu’on a une photo de l’arrière du véhicule reproduit, lesdits feux ne sont pas les bons. Et que le fourgon est lourdement chargé à cette extrémité. Mais chut !!! J’ai rien dit, les feux sont jolis. L’habitacle reçoit le mobilier habituel tout en noir. Le soubassement est standard et la miniature roule bien.
 

 
   

CITROËN type HY – plateau double cabine de 1966

Eligor – collection type H Citroën, n° 11
 

Réduit pour Eligor, ce fourgon plateau à double cabine, devrait faire partie intégrante de nombre de collections tant son originalité et son aspect pratique séduisent. Car lignes, volumes et robe argentée sont des plus réalistes et bénéficient d’un bon degré de finition et présentation. Pour moi un modèle du niveau, voire plus, du minibus le Bastard, car pour une fois, rien ne semble avoir été omis sur ce modèle où tout paraît conforme, y compris la plaque de tare sur le côté droit(1). D’accord, il y a quelques petits défauts comme un problème de démoulage sur mon exemplaire juste au-dessus de la fixation du phare gauche. Au fait, j’ai oublié de signaler à ce réducteur que les phares du type H recevaient des ampoules à cabochon jaune et qu’il conviendrait donc de jaunir lesdits phares.

 Notez que pour une fois, non seulement les vitres de portières sont en deux parties mais qu’il y a en plus l’empreinte du levier de blocage.  Le plateau possède deux panneaux ouvrant et se prolonge sous l’extension de la cabine – comme sur le vrai. L’arrière accueille une signalisation conforme alors que le pavillon rapporté joint mal par endroits et reçoit un gyrophare de bonne taille. La cabine est correctement meublée en noir. Le soubassement est standard et la miniature roule bien. Mais le petit plus qui fait la différence aujourd’hui, c’est le matériel qu’il transporte et facilement détachable.


Dommage que le pneu arrière gauche soit coupé.

(1) Hélas il n'en est rien car un lecteur assidu de CH43 vient de me faire remarquer que le dessus du capot moteur est strié alors qu'il aurait du simplement comporter deux moulures longitudinales. Grand merci à lui pour cette rectification.

   

Partager cet article

Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine