Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 10:25
 

 n° 211 du 24 août 2009

 

 Celle que vous ne verrez pas

RENAULT 4cv coach Rosier de 1952
Eligor - collection 4cv Renault, n° 44

 

 Comme je le pressentais la semaine dernière, mon pressier n’a pas reçu le n° 44   de la collection 4cv Renault, le coach Rosier de 1952. Nous serons donc privés de ce modèle pourtant intéressant. Merci au distributeur qui est à l’origine de cette situation (volontaire ou non). J'espère que l’unique exemplaire qui était servi jusqu’ici à un pressier, qui ne retourne que rarement les miniatures invendues, profitera à un autre collectionneur.

 

 Quatre des sorties presse de la semaine dernière

CITROËN 2cv AKS400 de 1970

Eligor – collection 2cv Citroën, n° 151

Réduite pour Eligor, cette AKS400 était attendue des inconditionnels de la marque. Et ils ne devraient pas être trop déçus car les lignes, volumes et coloris sont assez bien restitués. Toutefois quelques petits détails viennent atténuer le début de ces propos. Et pour commencer l’avant du caisson arrière qui est totalement plat alors que l’original avait des aplats en relief pour renforcer la tôle.  Puis, de profil il y a « comme un défaut » entre la taille du rangement de la roue de secours et le diamètre des roues. Soit l’un est trop petit, soit les autres trop grandes. Je pencherais pour la seconde version. Sinon, le reste du tour du propriétaire n’appelle pas de remarque particulière, notamment au niveau des surfaces vitrées qui semblent bien dessinées et placées. Les poignées ne sont que moulées et peintes. Le mobilier intérieur est noir et le soubassement gravé. 

 

RENAULT 8 Gordini – Police parisienne de 1965

Universal Hobbies – collection Renault, n° 79 

Ah que la fin de cette collection est laborieuse et pénible à suivre ! Réduite par Universal Hobbies cette Renault 8 Gordini semble avoir bel et bien existée au sein de la police parisienne pour avoir était préférée à la R8 Major jugée trop molle. Ceci étant le moule a déjà servi et l’exemplaire – unique – livré a déjà souffert de quelques contacts.  Si les lignes, volumes et décoration sont connus et archi battus, il faut bien reconnaître qu’un effort a été consenti au niveau de la présentation avec des essuie-glaces, rétroviseur et poignées de portières rapportés et « chromés ». Les roues sont correctes alors que les phares sont à ampoule jaune. A l’arrière les feux sont bien colorés. Le mobilier intérieur est noir mais planche de bord et volant sont « sport ». Le soubassement est détaillé. 

 

SIMCA Huit 1200 de 1950

Ixo – collection Route bleue, n° 39 
 

Réduite par Ixo, cette miniature n’est que la copie de celle proposée en son temps dans la collection Simca, n° 26, mais cette foi-ci dans une livrée bleu-vert foncé de bonne tenue. Nous voici donc encore devant un modèle qui reproduit de très belle façon la Simca Huit tant dans ses volumes que son coloris. On retrouve sans aucune difficulté les galbes de l’original. La finesse de la gravure a permis de respecter les courbes du capot et des ailes avant. La calandre, au dessin parfait, est coiffée du motif de capot, alors très à la mode et interdit à partir de 1954 pour protéger les piétons. Les phares sont réussis mais sans ampoules jaunes. Le profil est très détaillé et rigoureux. Nous y trouvons les puits des flèches de direction entre capot moteur et portières avant. Il y a même une serrure qui n’a pas de raison d’être, côté droit. A l’époque seule la portière conducteur en recevait une. Belles roues. A l’arrière, le galbe du coffre est des plus réalistes mais l’entourage de la lunette arrière aurait dû être noir car il ne disposait pas de chrome. L’intérieur est lui aussi très bien réalisé mais avec aujourd’hui un mobilier entièrement noir. Le soubassement est peu détaillé. 

 

SINPAR Castor de 1966

Universal Hobbies – collection Tracteurs et monde agricole, n° 89 
 

Réduit par Universal Hobbies, ce Castor joue un peu au vilain petit canard dans cette collection dédiée aux tracteurs. Pourtant c’est l’occasion de proposer un modèle peu – ou pas – connu d’un grand nombre de collectionneurs. SES dimensions nous restituent de belle manière l’original dont les lignes et volumes sont bien restitués dans cette livrée orange, très DDE. Pour la petite histoire, il est la reproduction du modèle détenu par un habitué de FA. L’ensemble est agréable à regarder et jouit de la finition soignée à laquelle cette collection nous a habitués. La cabine reçoit des essuie-glaces et rétroviseurs en matériau souple et alu  alors que les clignotants ne sont que peints. Le profil est proposé avec les glaces coulissantes ouvertes. A l’arrière les feux sont correctement peints alors que le plateau n’a pas de hayon arrière basculant. Le mobilier de la cabine est reproduit, mais non les contreportes.  Par contre le soubassement est très travaillé pour reproduire la mécanique 4x4. 

 

 Deux du commerce traditionnel

 Pour une fois je ne vous les présente pas par ordre alphabétique mais par références en raison de la teneur de mes commentaires.

 

LINCOLN coupé Continental Mark V de 1979

PremiumX – réf. PR0002 
 

Nouvelle collection en résine, cette fois-ci, au sein du groupe qui produit nos chères Ixo, Ist  et autres J. Collection, … PremiumX. Et première analyse avec ce coupé Continental Mark V de 1978. L’allure générale et imposante du vrai est bien rendue avec ses arrêtes rectilignes et ses volumes anti Cx. L’ensemble est plaisant dans sa robe bordeaux métallisé et haut sur pattes. Tout est démesuré sur ce modèle par rapport à nos standards européens d’alors. L’absence d’optiques visibles à l’avant et d’essuie-glaces contribue au dépaysement.  Le profil met en évidence l’étirement du véhicule et comporte les indispensables feux de gabarit imposés aux USA. Les roues sont correctes. Toutefois, une erreur d’interprétation a été faite au niveau des vitres latérales qui paraissent trop étroites. Ceci résulte du fait que l’entourage chromé a été placé « sur » les vitres et non autour. En effet, si l’on regarde bien la réduction on voit l’emplacement du jonc chromé de la vraie qui ceinture les vitres. Or celui-ci est peint couleur caisse alors que c’est lui qui aurait du être chromé. Donc peu de travail à l’équipe pour corriger le moule pour une version ultérieure – à pavillon tout vinyle par exemple. Pour clore le chapitre sur le profil, notez que les panneaux de custode accueillent de vrai petit hublots ovales. L’arrière est lui aussi très caractéristique avec son bossage pour la roue de secours. Outre les feux arrière tout rouges il arbore le monogramme Continental en arc de cercle et le logo Lincoln. Par contre il manque les feux de recul dans la partie inférieure du pare-chocs. Le pavillon arbore l’empreinte d’un toit ouvrant et une partie arrière recouverte de vinyle. L’habitacle mérite que l’on s’attarde un peu à regarder à travers le vitrage. Très typé US lui aussi et bien servi par des coloris  d’une harmonie crème et rose. Belle planche de bord très verticale et bien dessinée. Par contre le volant parait placé sur une colonne trop horizontale. Et il y a un ciel de pavillon. Le soubassement est gravé. 

 
 

CADILLAC Fleetwood Brougham de 1967

PremiumX – réf. PR0013 
 

Réduite en résine par PremiumX cette version Brougham de la Cadillac Fleetwood s’avère des plus séduisantes dans sa livrée champagne. C’est vrai que comme pour le coupé Lincoln, le prix d’achat en est coquet. Une fois en passant, pour voir, comme diraient certains. Lignes, volumes et livrée sont soignés et fidèles. Mais ce qui est le plus surprenant sur ce modèle en vue plongeante à 45° et de 3/4 avant  c’est l’avancée des ailes avant par rapport au capot moteur. Avant qui jouit d’une imposante calandre au tracé tourmenté et surmonté d’e l’emblème de la marque. La tranche des ailes avant reçoit les deux optiques superposées alors que la calandre est censée recevoir les clignotants – juste dessinés. Deux très fins essuie-glaces antagonistes trônent à la base du pare-brise au-dessus d’une grille d’aération très fine. Pare-brise dont le sommet semble être noirci pour donner l’illusion d’un pare-soleil vitré. Le profil met en évidence la ligne basse du modèle et reçoit des roues bien dessinées.  Outre le feu de gabarit avant et les chromes courant sur le bas de caisse, le monogramme Fleetwood est présent et chromé à la base des ailes avant ainsi que sur le coffre arrière, alors que les panneaux de custode reçoivent celui de Brougham. Ici l’entourage des vitres, un peu grossier, est correct. L’arrière reçoit la fausse calandre du pare-chocs et le blason Cadillac. Les feux sont bien dessinés. L’habitacle est soigné avec un très beau mobilier caramel où la gravure des deux banquettes trois places est à observer lentement, tout comme les contreportes et la planche de bord. Le volant est ici correctement implanté. Le ciel de pavillon, outre pare-soleils et rétroviseur, est lisse et  ne comporte aucun plafonnier. Le soubassement est gravé. 

 

Partager cet article

Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine