Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 09:13
2010-02 transit CH43
 
 n° 261 du 09 août 2010
 un lustre de 5 ans
 

Un lustre déjà… ou 5 ans si vous préférez.

 

Cela a vite passé. Et quel chemin parcouru en votre compagnie. Plus de 1.500 miniatures de présentés. Des balbutiements de ce blog en passant par le foisonnement des collections presse qui se tarissent aujourd’hui. Ce pourrait être le moment de faire un bilan, mais se serait regarder vers le passé, l’époque euphorique où l’on ne savait où regarder pour satisfaire notre passion tant l’offre était abondante. Alors regardons vers demain. Et là, nous faudra-t-il déchanter et ronger notre frein ? J’en ai bien peur. Et cela pour au moins deux raisons principales.

 

L’envolée des prix de nos – plus en plus – chères miniatures qui commencent à prendre un peu trop de hauteur. Maintenant le moindre modèle standard vendu en boutique se voit proposé à minima aux alentours de 30 euros, soit, rappelons le, tout de même 196,79 francs. Ce n’est vraiment plus donné. Pour peu qu’il soit « de marque » il nous faut ajouter de l’ordre de 20 euros supplémentaires.

Envolée due à plusieurs paramètres : hausse du prix des matières premières, hausse du coût de la main d’œuvre, mais aussi des royalties réclamées par les détenteurs des marques reproduites, sans oublier les frais de transports, les marges des intermédiaires et la chute de la valeur de l’euro. Et j’en oublie très certainement.

Mais pas cette nouvelle pratique lancée au début de l’été par un réducteur qui a presque triplé le prix de ses modèles au motif qu’il les propose maintenant en quantité limitée, sur souscription, en vue d’en faire des modèles « exclusifs » ? Donc sans stock après livraisons. Encore ces modèles seraient-ils dotés des ouvrants de sa gamme supérieure, mais les deux premiers ainsi proposés n’en n’ont pas !

 

La raréfaction des collections presse dont l’origine réside dans un désintérêt de la part de certains réducteurs en raison de contraintes jugées trop importantes pour le bénéfice escompté et/ou retiré.

 Aujourd’hui au moins deux réducteurs semblent encore vouloir jouer le jeu : Eligor et Ixo. Mais jusqu’à quand souhaiteront-ils ou pourront-ils continuer ?

Il y a aussi ce problème de distribution très erratique des pressiers et celui du mode de fonctionnement des abonnements qui ne sont pas résolus, loin s’en faut. Pourquoi l’abonné qui a fait l’effort de s’engager ne reçoit-il pas ses modèles avant celui qui les achète au numéro ? Sur quelle logique commerciale repose ce système ? C’est toujours un grand mystère de marketing pour moi. Et ce n’est pas l’apparition de collections « par correspondance » qui compensera, en raison, une fois encore, des tarifs pratiqués.

 

Alors ? Je ne suis pas sûr que CH43 puisse poursuivre encore longtemps au rythme  d’un numéro  hebdomadaire. Après demain le dira. En attendant, merci d’être restés fidèles à CH43 et passez de bonnes vacances en attendant la rentrée de Septembre pour voir ce qu’Altaya et Hachette nous auront préparé.

 
 

La spirale infernale s’est-elle déjà mise en marche ?

 

La semaine dernière je me suis rendu chez l’un de mes boutiquiers habituels. Et là, surprise, un magasin aux rayons à moitié vides et aucune nouveauté dessus. A ma question il me fut répondu que les affaires étaient loin d’être florissantes, les ventes étant en chute libre. Le patron ne voulait pas faire entrer de nouveaux stocks avant d’avoir réduit l’existant. Qu’il verrait à la rentrée ! Je pense que c’est tout vu et qu’il nous faudra certainement changer d’itinéraire dans quelques mois. Au suivant !

 
 Modèles presse
 

Collection du Type H Citroën (par livraison spéciale)

 

 

CITROËN type HY (atelier) de 1960

Eligor/Hachette – collection Type H Citroën, n° 47

GR4015 type H depannage
 Signée Eligor cette version insolite du Type HY reprend le moule du Type HY plateau, n° 25, « Aéroport de Paris » avec son côté droit ouvert et ses deux battants arrière fonctionnel.  Nous retrouvons le  remplacement du relief des feux arrières par des touches de couleurs, les deux petits tubes faisant fonction de pare-chocs arrière et de marchepieds ainsi que les portillons, toujours articulés.  A l’avant les clignotants ne sont que deux petits cercles blancs alors qu’une sorte d’arceau renforce la structure de la cabine pour supporter la flèche installée au-dessus. Joli culbuto en perspective ! Le plateau accueille le treuil, deux pneus et deux fûts. Une particularité à signalée, le modèle est « Sali » par des traces de terre et la roue arrière gauche possède une jante argentée alors que les trois autres sont rouges. Suite à remplacement ? La cabine est restée la mêmeet le soubassement est standard.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 
 

CITROËN Type H (épicerie ambulante) de 1949

Eligor/Hachette – collection Type H Citroën, n° 48
GR4014 Type H epicier
 Signée Eligor, cette nouvelle déclinaison du moule de la première génération du type H avec ses ouvertures latérales bâchées, a un petit air nostalgique. Au point que je vais d’entrée lui décerner un Coup de cœur, tant sa présentation me sied. Ce modèle semble avoir fait l’objet d’un soin particulier de la part de son réalisateur tant sa robe alu et blanche est soignée. Pourtant c’est un fourgon des plus simples que j’ai sous les yeux. Mais c’est de son aménagement intérieur que se dégage ce je ne quoi qui en fait tout le charme et qui devrait convenir aux amoureux de dioramas ruraux. L’arrivée de l’épicier au hameau ou dans la cour de la ferme. Les rayonnages accueillent bouteilles et conserves sur le côté gauche. A l’arrière, c’est un petit comptoir avec une balance. A droit, ce qui semble être une corbeille à pains. Le reste du véhicule est standard avec sa portière latérale coulissante et le hayon arrière relevable, tous deux fonctionnels.
 z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg  coup_de_coeur.jpg
 
 Modèles boutiques
 

ALFA-ROMEO 2000 de 1957

Starline models – réf.  550321
GR4016 2000 rouge
 Signée Starline models cette berline 2000 aurait tout pour elle si le traitement des éléments latéraux de sa calandre avait été le même que pour l’élément central consisté par une pièce rapportée chromée alors que ceux-ci doivent se contenter d’une simple gravure peinte. C’est fort dommage, car c’est l’avant  que l’on expose dans nos vitrines. Ceci étant, les lignes et volumes sont très bien rendus, surtout dans cette livrée rouge vif parcourue de joncs chromés peints. Les dimensions sont assez imposantes, à l’image de l’original et l’ensemble accueille des roues aux jantes bien dessinées. Dommage également que le trait de peinture soulignant les déflecteurs des portières n’aillent pas jusqu’à l’encadrement. Par contre, les poignées de portières sont des pièces rapportées chromées, comme les essuie-glaces.  Les feux arrières sont seulement en métal coloré. Le monogramme Alfa-Roméo cout au-sessus de l’immatriculation alors que les sorties d’échappement sont bien représentées, sortant du pare-chocs, à l’aplomb des ailes. Un effort de présentation a été fait pour le mobilier intérieur tabac où les accessoires des contreportes reçoivent un trait de peinture alu. La planche de bord est détaillée et supporte le rétroviseur intérieur. Le soubassement est sommairement détaillé.
 z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 
 

AUSTIN K8 Three way

Oxford - réf. AK006
GR4018 Austin K8 vert
 Signé Oxford, ce van K8 Three way se présente de fort originale façon dans cette livrée aux couleurs d’accessoiristes automobiles. Les lignes simples et les volumes de l’original sont servis par celle-ci qui cache cependant la caractéristique principale de ce modèle : ses trois voies d’accès offertes par les doubles portes battantes présentes, tant à l’arrière, que sur chacun de ses flans. D’où le surnom de Three way.  L’avant arbore une imposante calandre gravée alors que les deux moitiés du pare-brise sont serties d’alu. Un seul essuie-glace devant le conducteur, mais deux rétroviseurs extérieurs. A l’arrière, deux feux rouge et la plaque Austin e vis-à-vis de l’immatriculation.  A l’intérieur, le mobilier de la cabine est entièrement noir. Il est séparé de la partie chargement par une cloison avec imposte derrière le siège du conducteur. Le soubassement est bien gravé, mais avec une étrange particularité : l’arbre de transmission a été coupé en deux points pour laisser passer les puits de fixation de la miniature sur son socle !?!
 z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 
 

VAUXHALL PA Cresta Priary de 1957

Oxford – réf. VFE001
GR4017 Vauxhall Cresta rose
 Signé Oxford, ce break Cresta séduit l’amateur par sa livrée bicolore vanille-fraise parfait reflet de ce qui était proposé outre Manche au cours des années 1950. De plus les lignes et volumes sont bien restitués et bénéficient d’une gravure fine. L’ensemble est soigné. L’avant jouit d’une belle calandre bien gravée occupant toute la proue de ce break. Essuie-glaces, rétroviseurs extérieurs et bouchon de réservoir, sont autant de pièces métalliques rapportées. Les roues sont d’un dessin très simple mais fidèle. Les logos, monogrammes et écussons sont bien répartis sur la voiture, notamment sur les portières avant. Les feux arrière ne sont que peints. A noter que sur ce modèle toute la partie vitrée, le pavillon, mais aussi le hayon arrière, sont reproduits à l’aide d’une seule et même pièce en plastique.  Le mobilier intérieur est assorti aux teintes de la carrosserie. Le soubassement et détaillé et complété par une ligne d’échappement chromée.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 

Partager cet article

Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique