Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 16:11
2010-02 transit CH43
 
  n° 290 du 28 février 2011
  page 2/3
  Spéciale Australie
 

J’avais mis au défi Trax de compléter la présentation de ces modèles de la gamme Opal serie et c’est Biante qui vient de le relever en nous proposant une reproduction de la FORD Falcon XY GTHO, phase III, excusez du peu, qui ne fut produite qu’à 300 exemplaires en 1971.

 

Il serait intéressant de connaître le nom de la société chinoise qui a réalisé ce modèle. Si quelqu'un pouvait m'éclairer sur ce point, je l'en remercie par avance. 

 

Ford XY Falcon GTHO Phase III - Nugget Gold (1971)

Biante Model Cars – réf. B43401B
 

Réalisée pour Biante, cette reproduction de la XY Falcon GTHO phase III n’est peut-être pas une réussite esthétique car elle représente un modèle aux lignes assez quelconques. Elle ne saurait, à ce titre, en être tenue pour responsable. Mais elle recèle ce que je recherche dans une miniature digne de ce nom. Ce qui m’a amené à compléter ma grille de notation en créant un septième niveau. Et je vais tenter de vous expliquer pourquoi.

 

Cette XY Falcon reprend les lignes de la XW Falcon GTHO phase II. Celle-ci fut notamment reproduite en son temps par Trax (exemple, la réf.TR34E présentée dans le n° 237 du 22 février 2010 de CH43). Nous retrouvons donc les mêmes lignes et volumes, correctement respectés et présentés dans une livrée cuivre métallisé avec doubles bandes noires sur le capot et les côtés. A cela s’ajoutent des chromes reproduisant les vrais, autour du pare-brise, sur les gouttières et en bas de caisse. Un petit tour de passe-passe, pour le traitement des montants du pare-brise, pas très fidèle du tout. De très fins essuie-glaces et une antenne radio d’aile sont présents à l’avant. Les poignées de portières sont chromées et rapportées, tout comme le bouchon du réservoir, un peu trop gros à mon goût.

La reproduction de la large calandre et du volumineux ensemble pare-chocs/spolier alourdit l’ensemble. Mais comment faire autrement  quand on voit des photos de la vraie ? D’autant que la grille de la calandre et les différents détails des optiques et du monogramme rouge sont très fins.

Les flancs sont parcourus par une double bande noire complétée par le monogramme 351 GT et un écusson. Les roues reçoivent des pneus avec une fine bande rouge et de jolies jantes alliage réalistes en étoile à cinq branches.

A l’arrière, la lunette arrière est complétée par un store vénitien. Le couvercle du coffre supporte un aileron noir alors que les feux et le panneau vertical sont traversés par trois traits de chrome et le monogramme Falcon GT. Feux arrière, rapportés en plastique et correctement colorés. L’épais pare-chocs surplombe les deux sorties d’échappement bien creusées.

Jusqu’ici, direz-vous, il n’y a rien d’extraordinaire. Et c’est exact. C’est pourquoi je me dois de poursuivre. Et pour cela je vais m’attaquer aux ouvrants.

Pour commencer, le capot moteur, facile à soulever.

 

Ouverture du capot moteur. Et là, une fois soulevé, les yeux ne savent plus où et quoi regarder. Premier constat : à l’inverse des modèles produits pour Trax, pas de trace des fils des bougies, mais… Mais, autre constat, un capot moteur troué permettant au sommet du filtre à air d’être visible capot fermé. Un très beau moteur V8 bleu en 3 dimensions avec sa dynamo et la courroie qui l’entraine. La durit le reliant au radiateur. Celui-ci avec son ventilateur. Côté droit le bocal du liquide d’assistance du freinage et la batterie. Côté gauche la poche du liquide lave glace et deux autres accessoires non identifiés. A cela il faut ajouter les puits et chapeaux des amortisseurs avant et diverses étiquettes. Et au moment de rabaisser le capot, sous celui-ci, le dessin de ses renforts.

 

Ouverture de la portière avant gauche. Celle-ci s’articule comme une vraie en pénétrant dans la carrosserie à la base du pare-brise. Par l’ouverture on peut voir le mobilier, entièrement noir qui se trouve à l’intérieur. A l’avant deux sièges séparés. La contreporte - comme les trois autres, est dotée d’un faux panneau de plaquage bois et souligné d’alu. Alu que l’on retrouve sur la poignée placée devant l’accoudoir. La planche de bord, devant le passager reçoit elle aussi, un tel bandeau sur lequel figure le monogramme orange GTHO. Fermeture de la portière.

 

Ouverture de la portière arrière gauche. Tout comme celle de devant, la portière arrière est articulée correctement et s’efface dans l’épaisseur de la carrosserie au niveau du pilier central. Il faut dire que Biante a eu la bonne idée de faire placer sous le socle de présentation de ce modèle, une sorte de tournevis en plastique dont il convient de glisser l’extrémité entre poignée et portière pour ouvrir celle-ci. Vision sur la banquette arrière et sur l’épaisse contreporte. Fermeture de la portière.

 

Ouverture du coffre. Une fois levé, il est permis de constater la présence de la roue de secours, simplement posée à plat au fond du coffre, entre les passages de roues ainsi que le cheminement envahissant de la goulotte du réservoir. Fermeture du coffre.

 

Ouverture de la portière arrière droite. Tout comme celle de gauche, elle permet de confirmer la présence d’un store vénitien devant la lunette arrière. Elle permet de voir aussi le plafonnier central du ciel de pavillon qui n’a pas été oublié. Fermeture de la portière.

 

Ouverture de la portière avant droite. Celle-ci est dotée d’un rétroviseur extérieur. La porte ouverte, vue sur l’imposant tableau de bord rectangulaire doté de deux gros cadrans et d’une multitude de petits. Un volant bois à trois branches métalliques et perforées fait face au conducteur. Trois pédales au plancher suggèrent une boîte de vitesses manuelle, dont le levier se trouve sur le tunnel central. Fermeture de la portière.

 

Mise sur un pont élévateur. Regardons le dessous de la voiture. Ou plutôt, admirons-le. Tout d’abord, je signalerai la finesse de nombre de pièces représentant les éléments de suspensions, de direction et autres flexibles. Une partie de la structure est couleur cuivre métallisé. Il est possible de voir le dessous du moteur et des accessoires placés sous le capot dont une étrange tige qui …  J’y reviens dans un instant. Pour le moment je poursuis la description du dessous.  Bien entendu, l’arbre de transmission et le pont arrière sont très détaillés, tout comme les deux lignes d’échappement et les suspensions arrière. Le fond du réservoir est peint en alu tout comme les sorties d’échappement. Fin de la visite.

 

Et alors ? Où est le plus dans cette voiture ?  Et bien, il est dans la possibilité d’orienter les roues avant à l’aide du volant.

 

Une « vraie » direction. Si l’on oriente les roues avant en agissant sur celles-ci, il est possible de constater que le volant tourne. Je n’ai pas trop osé le faire à partir du volant. Vous pourrez le constater par vous-même en ouvrant la portière avant droite. C’est visible sur mes photos. Cela me ramène à l’époque d’un certain cabriolet 504 produit par Dinky-Toys. Ce n’est pas d’hier. Mais c’est un vrai plus d’autant qu’il est réalisé de manière très discrète.

 

Conclusion. Un modèle très réussi présenté dans un beau coffret carré et qui m’est revenu à 71.15 euros frais de port et commission bancaire compris. Quand même assez loin du prix demandé pour une Lamborghini Miura récemment sortie… avec

 

Pour les plus – tout ce que je viens de vous présenter

Pour les moins – je cherche encore… si le traitement des montants du pare-brise et le fait de créer une nouvelle catégorie : Ajoute la reproduction intégrale en 3D de la mécanique et la présence d’une direction fonctionnelle.

 

 

Et maintenant place aux photos…
 
GV4200 Ford Falcon XY
GU4200 Ford Falcon XY
GS4200 Ford Falcon XY
GT4200 Ford Falcon XY
 
  2011 7 etoiles
 

Partager cet article

Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel