Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 16:09
2010-02 transit CH43
 
 n° 304 du 06 juin 2011
 

Courriel des lecteurs (ajout du 06 juin 2011) 

 

Suite à la mise en ligne de ce numéro, je voudrais préciser que, comme à l'occasion de tous les tests jusqu'ici organisés, il est très peu probable que les souscriptions d'abonnement en ligne pour la collection des Voitures françaises d'autrefois soient suivis d'effet, notamment si la décision de lancer la collection envisagée n'est pas prise. Ce qui fut le cas pour le test des belles américaines.

 
 Modèles presse

BERLIET GBM 10b de 1956

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 40
GR4265 Berliet GBM vert
GS4265 Berliet GBM vert
 Signé Ixo, ce Berliet GBM 10b séduit tout de suite par sa livrée vert foncé et son allure générale. Si les lignes et volumes sont bien reproduits, les puristes ont déjà signalé que le pavillon de la cabine aurait du être peint en blanc, pour limiter les effets du soleil sur un véhicule qui sillonnait, les routes des départements d’Algérie dans les années 1950. J’y ajouterai qu’à mon avis, la chape d’attelage avant ne devrait pas dépasser du pare-chocs. Pour le reste, nous retrouvons une très bonne gravure de l’ensemble, y compris le plateau bâché et ouvert. Ce camion des Messageries Mory dispose d’une cabine double offrant trois places et une mini couchette. La roue de secours a migré du dessous du châssis- à 6 roues – vers l’arrière de la cabine, au-dessus du long réservoir de carburant. Le pavillon est prolongé vers l’avant par une visière qui contribue à la personnalité de ce camion. Le châssis est classique. Un modèle original.
2011 4 etoiles
 

RENAULT R8 de 1962

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 35
GR4264 R8 blanche
 Signée Ixo, cette énième déclinaison de la R8 reprend le moule déjà maintes fois utilisé pour nous les proposer. Personnellement c’est la 8ème R8 de ce réducteur qui entre dans ma collection. C’est la première à avoir une livrée blanche. Les lignes et volumes restent fort acceptables malgré l’âge du moule. L’avant revient à la simple paire d’optiques équipant la R8 de base. Les roues sont toujours aussi quelconques, ne mettant pas en évidence leurs jantes pourtant bien ajourées par huit alvéoles. Par contre, les vitres des portières arrière, sont à nouveau bien partagées. A l’arrière les feux sont en plastique coloré et dotés de catadioptres rouge cette fois-ci. Le monogramme Renault est présent sur le capot arrière.  A noter qu’à intérieur, outre un mobilier noir correctement reproduit, la planche de bord  est restée celle de la R8 Gordini. Le soubassement, bien gravé est repris des versions précédentes.
2011 3 etoiles
 
 SPECIAL test pour la collection «  Voitures françaises d’autrefois »
 

Je suis enfin en mesure de vous présenter les trois modèles du test qui suivaient la Facel-Vega Excellence, présentée dans le n° 291 du 07 mars 2011, grâce à la solidarité entre collectionneurs. Merci. C’est aussi l’occasion pour moi de formuler quelques remarques sur le contenu éventuel de cette collection, même si c’est certainement trop tard pour qu’elles soient prises en considération. Mais il n’est jamais trot tard dit-on. Alors …

 

Alors. Si cette nouvelle collection est lancée, il serait bien qu’elle ne comptât point de doublons avec les collections précédentes. J’en veux pour exemple, la Panhard Dyna Z qui est parue dans la collection des Classiques de l’automobile (n° 05), que vous trouverez plus loin. Ou encore la Bugatti Royale Esders qui fut proposée dans la collection des Voitures classiques (n° 01). Il est temps que les éditeurs et réducteurs comprennent qu’une nouvelle collection se doit de proposer de véritables modèles inédits, quitte à reprendre un moule existant, mais en nous en proposant une finition non encore proposée. De même, pourquoi nous imposer les cabriolets en version ouverte ? Ce que j’appelle des demi-voitures. Une version couverte est tout aussi élégante et ne devrait guère coûter plus cher à fabriquer.

 

Mais quoi qu’il en soit, il existe assez de modèles français répondant au sous titre de cette collection : « Marques disparues et modèles prestigieux » non encore reproduits de manière industrielle pour nous proposer 50 modèles vraiment inédits…
 

Reprise de la présentation faite dans le n° 291 du 207 mars 2011

 

 

FACEL-VEGA Excellence de 1960

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° 01

GR4190 FV Excellence bleue
 Signée Ixo cette « Excellance » (sic) avec un a dans la gravure du soubassement, reproduit la première version de l’Excellence, reconnaissable à son pare-brise panoramique. Elle est donc identique à celle reproduite par Provence-moulage, il y a… quelques années. D’où la perte, sur la mienne de l’antenne radio et de deux poignées de portières, suite à sa manipulation.  Comparaison ne vaut pas raison, mais les deux se défendent et celle proposée aujourd’hui par Ixo est de bonne facture. Mais avant d’entrer dans l’examen des détails, je me suis longuement posé la question : pourquoi bleue ? Le noir lui aillait si bien. Une précision cependant, le bleu de mes photos ne correspond pas à celui de la miniature qui est d’un bleu plus franc que le rendu violine de mon APN. Ceci étant précisé, revenons à la voiture. Donc, lignes et volumes sont correctement reproduits, dans une livrée bleue assez proche du bleu du coupé Simca 8 sport, quoique un poil moins foncé. Modèle carrossé lui aussi chez Facel Métallon. Et là où Ixo a fait preuve d’imagination c’est dans la représentation des vitrages latéraux. Je m’explique. Suivant sous quel angle vous regardez la voiture, vous n’en avez pas la même approche. Ainsi de trois-quarts avant droit vous vous trouvez en présence d’une berline quatre portes. Mais de trois-quarts avant gauche, vous vous croyez en présence d’un coach à quatre portes, du fait de a reproduction vitres entièrement descendues. L’explication réside dans le fait que sur la vraie, les encadrements des vitres étaient solidaires de celles-ci et s’effaçaient avec elles. L’avant est honnêtement reproduit avec la prise d’air sur le bossage du capot, l’écusson au-dessus de l’élément central de la calandre, lequel est encadré par les deux autres. Sous ceux-ci court le monogramme de la marque. Les quatre optiques verticales sont présentes, elles devraient avoir des ampoules jaunes. Et ceci devra s’appliquer à tous les modèles de cette collection. M. Ixo, merci de prévoir des phares teintés jaune clair. Le dessin du pare-chocs est fidèle. Le dessin des jantes est acceptable. Les retours des pare-chocs sont bien réalisés. Par contre, je ferais bien l’impasse sur la reproduction du chrome vertical épousant le pli sur les portières arrière, qui l’alourdit. Celui courant sur les ailes arrière ne me gène pas. A l’arrière, l’antenne radio trône à la base de la lunette, encadrée par les deux trappes à carburants. Le couvercle du coffre reçoit lui aussi, le monogramme de la marque, de part et d’autre de sa serrure. Laquelle n’est surmontée que de l’écusson Facel-Vega. Il n’y a pas le monogramme Excellence juste au-dessus. Par contre, le large bandeau chromé demandera un peu de rouge pour les feux alors que le pare-chocs demandera une touche de noir pour les sorties d’échappement qu’il contient. A l’intérieur, le mobilier est rouge sang et composé d’une fausse banquette avant et d’une banquette arrière. Le tunnel de passage est présent. Les accessoires des contreportes sont soulignés d’un trait alu. La planche de bord est dotée de ses nombreux cadrans. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 4 etoiles
 

PANHARD Dyna Z  (ou Dyna 54) Grand Standing de 1958

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° t02
GR4253 Panhard Dyna-Z creme
GS4253 Panhard Dyna-Z creme
 Signée Ixo, cette Dyna  Grand Standing n’est pas sans rappeler celle qui nous fut proposée en n° 05 de la collection des Classiques de l’automobile, dont la décoration latérale avait été reproduite trop haut. Dénaturant ainsi le modèle original. Heureusement, le tir a été corrigé et la bicolorisation de ce modèle est correcte. Elle rappelle celle proposée sous la marque Nostalgie (réf. 023). Les lignes, volumes et coloruis sont réalistes et bénéficient d’une finition de bon aloi. Les phares et les feux arrière à la forme particulière et tout en plastique, sont constitués par des pièces rapportées en plastique correctement colorées. Les monogrammes sont présents à l’avant et à l’arrière. L’unique phare antibrouillard est bien présent à l’avant. Les roues ont un dessin assez simplifié.  Le rétroviseur latéral est un accessoire non encore obligatoire à l’époque. Le toit reçoit une antenne radio. L’aménagement intérieur reprend les couleurs de la carrosserie pour ses contreportes et ses deux larges banquettes. A noter la belle reproduction de l’imposant coffrage de la colonne de direction qui supportait les principales commandes de la voiture. Le soubassement est un peu détaillé avec un beau pot de détente alu relié à… rien.
2011 4 etoiles
 

DELAHAYE 235 coach carrossé par Chapron (de 1954)

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° t03
GR4255 Delahaye 235 coach
 Signé Ixo, cet inédit coach 235 dessiné par Henri Chapron, laisse bien auguré de ce que pourrait être les modèles proposés dans le cadre de cette collection. Ses lignes, volumes et coloris sont des plus réalistes. Ils bénéficient d’une bonne finition avec l’imposante calandre chromée, ses optiques avant aux cerclages également chromés, tout comme les pare-chocs et les feux arrière qui sont peints. Les roues à rayons sont acceptables. Les autres chromes habillant la carrosserie ne sont que traits de peinture alu. Les monogrammes et écussons de la marque n’ont pas été oubliés. L’habitacle reçoit un mobilier rouge sang bien gravé et les accessoires des contreportes sont souligné d’un trait alu. La planche de bord, façon bois, est bien détaillée. Ce qui n’est pas le cas du soubassement.
2011 4 etoiles
 

HOTCHKISS Anthéor de 1951

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° t04
GR4254 Hotchkiss Antheor ro
 Signé Ixo, ce cabriolet Anthéor, tel que présenté en version décapoté, fait partie de ce que j’ai appelé un temps – celui de la collection des Voitures classiques – les « demi-voitures » en raison de l’absence de capote en position fermée. Ce qui ne parait pas trop difficile à réaliser en la troquant avec le cache capote imposé jusqu’ici. Peut-être qu’un jour, je serais entendu. D’ici là, revenons à ce cabriolet qui reprenait les lignes et volumes de la berline dont il dérivait, l’Anjou. Si leur rendu est de très bonne facture, il est permis de constater par ceux qui ont ladite berline réalisée par Ixo, avec sa conduite à gauche. Oui ! Oui ! Elle fit couler assez d’encre à l’époque… Tout ça pour dire que cette dernière est, une fois encore, trop grosse pour être véritablement au 1/43ème.  Cela n’enlève rien à ce cabriolet, bien au contraire. Il propose une belle grille de calandre chromée, des optiques avant et des feux arrière chromés, eux aussi, tout comme la mascotte à l’avant du capot. Le pare-brise en deux parties est bien dessiné et supporte deux pare-soleils. Les rétroviseurs extérieurs sont des accessoires rapportés car non encore obligatoires dans les années 1950. Le dessin des jantes est correct. A l’arrière, le couvercle du coffre arbore l’écusson et le monogramme d’Hotchkiss au-dessus de l’immatriculation et une belle sortie d’échappement creuse dépasse sous le pare-chocs.  La voiture étant grandement ouverte sur son habitacle il est permis de constater que le tunnel de servitude n’est pas prolongé entre les sièges ! Sièges, banquette et contreportes sont vert sombre alors que la planche de bord est marron et que les cadrans du tableau de bord sont collés à l’économie, sans leur fond noir. Le soubassement est très peu détaillé.
2011 4 etoiles
 

Partager cet article

Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine