Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 10:25
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 324 du 24 octobre 2011
 
 Modèles presse

PEUGEOT 505 SR de 1983

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 45
4367GR 505 anthracite
4367GS 505 anthracite
 Signée Ixo, cette nouvelle reproduction de la 505 pourrait être considérée d’emblée comme étant la sœur de celle proposée en son temps dans la collection espagnole Nuestros queridos coches años 80, n° 33, sous une livrée blanc cassé. Mais à y bien regarder il y a cependant une différence importante : la disparition ou l’absence du becquet arrière qui distinguait la version GTI des autres. Aussi, en l’absence de celui-ci je la considèrerai comme représentant la version SR dont elle possède les enjoliveurs intégraux plats. Ceci étant, les lignes, volumes et coloris sont d’un bon niveau et représentent bien ceux de l’original. Si l’antenne radio manque de finesse, c’est à juste titre que ce modèle ne possède qu’un rétroviseur extérieur gauche, le droit n’étant pas monté de série sur la 505. D’ailleurs, encore aujourd’hui ce dernier n’est pas rendu obligatoire par le code de la route !?! Ce modèle bénéficie d’une belle grille de calandre ornée du lion dressé et encadrée par des optiques trapézoïdales bien dessinées et colorées. Tout comme les ensembles veilleuses/clignotants insérés dans le bouclier avant. Les roues sont équipées des enjoliveurs intégraux plats des versions SR et GTI de série (les jantes alliages n’étant encore qu’une option sur la GTI). Les feux arrière, rapportés et en plastique, sont correctement colorés. Ils sont surmontés par les monogrammes placés sur le retour du couvercle du coffre où il faudrait remplacer GTI par SR pour être plus dans le vrai. Une belle sortie d’échappement creuse débouche sous le bouclier. A noter la présence d’une fine grille de désembuage sur la lunette arrière. Comme pour la version espagnole, l’intérieur est entièrement noir, à l’exception des cadrans du tableau de bord. Pourtant le mobilier qu’il contient est bien détaillé. Par contre le soubassement l’est très peu.
2011 4 etoiles
 

SEAT Cordoba WRC (rallye des 1000 Lacs 1999)

Equipage Harri Rovanperä – Risto Pietiläinen

Ixo/Altaya – collection Passion Rallye, n° 39
4368GR Cordoba WRC n9
 Signée Ixo, cette version WRC de la Cordoba n’est pas sans rappeler celle qui nous fut, notamment, proposée en son temps dans la collection Voitures de rallye, n° 63, mais sans pare-buffles ni cheminée de filtre à air. Par contre, elle a gagné une antenne radio sur le pavillon. Nous retrouvons donc les lignes et volumes de ce modèle dans une livrée jaune quasi similaire. S’agissant d’un moule déjà ancien, la gravure manque de finesse et est par endroits cachée par la tampographie des sponsors.  Par contre, le dessin des jantes est d’assez bonne facture.  A l’arrière, les feux sont rapportés, en plastique bicolore. A l’intérieur l’on retrouve le mobilier classique des voitures modernes de rallye avec les deux sièges baquets – avec harnais cette fois-ci – et l’extincteur, protégés par un arceau-cage et les deux longs leviers pour les vitesses et le frein à main. Une roue de secours trône à l’arrière. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 3 etoiles
 
 Modèles boutiques

BMW Série 5 (F10)  550i Limousine de 2010

Schuco – réf. 450 721 700
4363GR Serie5 limousine ble
4363GS Serie5 limousine ble
 Signée Schuco, cette représentation de la 550i Limousine fait partie de ce que j’appelle les modèles impersonnels en ce sens qu’on ne sait à qui attribuer la paternité du moule. Ceci n’a rien de dévalorisant, bien au contraire. Aussi ses lignes, volumes et coloris sont très réalistes. Ils reçoivent le renfort d’une très bonne finition et d’une gravure qui – à mon goût – aurait pu être plus fine. Mais bon, ce n’est qu’une question de goût. Et de plus, le mien ! Une fois encore c’est la finition haut de gamme qui nous est proposée. Quand est-ce qu’un réducteur pourra-t-il nous proposer la version de base ? Nous nous trouvons en présence de la dernière génération de la série 5 avec sa calandre élargie et ses optiques surlignées. Les roues sont équipées de jantes alliages – avec l’écusson à hélices en leur centre -  qui laissent voir des disques de freins qui tournent avec elles entre les mâchoires des étriers.  Les rares chromes courant sur cette voiture sont rapportés et entourent les surfaces vitrées latérales. Les feux arrière sont eux aussi rapportés, mais en plastique et très correctement colorés, notamment pour la partie feux de recul. Deux larges sorties d’échappement chromées émergent de la jupe arrière. Le pavillon est équipé d’un toit ouvrant vitré en position fermé. L’habitacle est occupé par un très joli mobilier très bien détaillé et gravé beige clair à moquette noire. La planche de bord et la console centrale méritent que l’on s’attarde à les contempler tant il y a de détails à regarder. Au nombre desquels la présence d’un levier de boite automatique sur le tunnel de servitude. Ce qui est confirmé par la présence de seulement deux pédales et d’un repose pied gauche sous le volant. A noter la présence, outre la représentation des ceintures  de sécurité (au nombre de cinq) de seulement quatre ancrages pour celles-ci. Il en manque un sur la banquette arrière, mais il y a des écrans vidéo derrière les sièges avant ! Et il y a un ciel de pavillon. Le soubassement est très détaillé, surtout au niveau du train arrière représenté en quasi 3D. Et, comme il s’agit de la représentation d’un modèle BMW récent, le capot moteur se soulève pour révélé le cache du moteur et certains accessoires.
2011 5 etoiles
 

BMW série 6 (F13) 650i Coupé de 2011

Boîtage BMW – réf. 80 42 2 167 095
4364GR Serie6 coupe bordeau
4364GS Serie6 coupe bordeau
 Réalisée pour le compte de BMW, cette représentation du coupé 650i fait partie – elle aussi - de ce que j’appelle les modèles impersonnels en ce sens qu’on ne sait à qui attribuer la paternité du moule. Ce qui est vraiment le cas en l’espèce puisque seul le boîtage fait référence à BMW. Ses lignes, volumes et coloris sont très réalistes. Ils reçoivent le renfort d’une très bonne finition et d’une gravure qui – à mon goût – aurait pu être plus fine. Nous nous trouvons en présence de la dernière génération de la série 6 lancée pour 2010. Les roues sont équipées de jantes alliages – avec l’écusson à hélices en leur centre -  qui laissent voir des disques de freins qui tournent avec elles entre les mâchoires des étriers.  Les rares chromes courant sur cette voiture sont rapportés et entourent les surfaces vitrées latérales. Les feux arrière sont eux aussi rapportés, mais en plastique et très correctement colorés, notamment pour la partie feux de recul. Deux larges sorties d’échappement chromées émergent de la jupe arrière. L’habitacle est occupé par un très joli mobilier très bien détaillé et gravé gris clair alors que le reste des garnitures, contreportes et tunnel de servitude, ainsi que la moquette sont noirs. La planche de bord et la console centrale méritent que l’on s’attarde à les contempler tant il y a de détails à regarder. Au niveau de la première, le large écran GPS est bien présent, côtoyant un couvercle de la boîte à gants gris clair. Le levier de la boite automatique trône sur le tunnel de servitude. A noter la représentation des ceintures  de sécurité sortant des dossiers des quatre sièges. Et il y a un ciel de pavillon. Le soubassement est très détaillé, surtout au niveau du train arrière représenté en quasi 3D. Et, comme il s’agit de la représentation d’un modèle BMW récent, le capot moteur se soulève pour révéler le cache du moteur et certains accessoires, mais aussi le couvercle du coffre, à l’arrière.
2011 5 etoiles
 

MERCEDES L3500 Libella de 1950

Minichamps – réf. 439350050
4358GR L3500 Livreur jaune
 Signée Minichamps, cette représentation plateau du petit Mercedes L3500, camion allemand emblématique des années 1950, attire l’œil par sa livrée jaune citron et verte. Faut dire aussi que c’était le but recherché car étant aux couleurs de Libella, marque de boissons gazeuses d’outre Rhin. Les lignes et volumes de l’ensemble sont bien rendus et bénéficient d’une gravure correcte. Toutefois les deux éléments de carrosserie constituant la partie capot moteur/ailes et la partie cabine laissent un jour peu discret. La belle grille de la calandre en V est surmontée de l’écusson Mercedes et de la célèbre étoile à trois branches photodécoupée, très fine. Les phares sont cerclés de chrome. En plus des attaches des volets du capot moteur qui sont constituées par des pièces rapportées, nous trouvons aussi deux rétroviseurs extérieurs et les boîtiers des flèches directionnelles placées à l’arrière de la cabine. Des marchepieds permettent l’accès à celle-ci. Le plateau limonadier supporte un chargement de 240 casiers de 24 bouteilles chacun (soit 5.760 bouteilles de soda) très finement détaillé. Ce qui n'est pas le cas pour les pièces d’arrimage d’une éventuelle bâche de protection du chargement. L’arrière affiche une publicité pour Libella au-dessus  de la partie signalisation lumineuse se limitant à deux feux rouges et deux catadioptres suspendus.  L’aménagement de la cabine, tout en gris et noir, est des plus succincts et se limite à une large banquette derrière le volant et le levier de vitesses.  Le châssis est assez détaillé ainsi que les éléments de transmission.
2011 4 etoiles
 

Partager cet article

Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique