Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 10:12
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 396 du 11 mars 2013
 
 Modèles presse
          

Semaine du 25 février au 03 mars 2013

 

CHENARD & WALCKER 1500 Sport de 1927

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 28 
4682GR Chenard & Walker 150 
Lorsque j’ai découvert le nom de ce modèle comme retenu pour cette collection, je me suis posé la question de son intérêt pour moi ? Et maintenant que je l’ai sous les yeux, la question ne se pose plus. Et cela pour une seule et bonne raison. Sa finition, très proche d’un modèle boutique. Grâce principalement à sa grille de calandre, très finement gravée dans du plastique transparent, ornée d’un motif central et coiffée de l’écusson de la marque. Grille qui laisse deviner deux optiques supplémentaires placées derrière elle, à l’image de ce qui se fera plus tard sur les Peugeot fuseaux de type 202, 302 et 402. Donc, des lignes, volumes et coloris très simplistes mais bien reproduits. Et n’allez pas croire que les joints en reliefs soient une erreur du mouliste comme on en a connues dans le temps où ceux-ci étaient reproduits en reliefs, et non en creux. Sur l’original ceux-ci sont bel et bien en reliefs. Et il semble même que le tank ayant servi de modèle avait bel et bien des joints soulignés de chromes comme sur cette reproduction. L’absence d’essuie-glace est aussi d’époque, tout comme les phares à ampoule jaune.  Le pare-brise est plat. Les roues pleines sont réalistes. Il ne manque que la reproduction de la signalisation lumineuse arrière.  Le mobilier intérieur, tout simple, lui aussi, est framboise. Il y a une jolie planche de bord marron avec les quatre cadrans du tableau de bord placé en position centrale. Le volant est à quatre branches en croix et le levier de vitesses a une forme très tourmentée, à côté de celui du frein à main. Le soubassement est un peu détaillé. Une bien belle  réalisation. Merci Ixo. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

Semaine du 03 au 10 mars 2013

FERRARI F430 Challenge de 2006

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Ferrari GT collection, n° 05 
4692GR F430 Challenge rouge 
A l’heure de la fermeture définitive de mon pressier favori que j’évoque tout de suite après, voici le dernier modèle presse qu’il a pu me procurer, cette F430 Challenge que je croyais déjà posséder. Faut dire que pour moi, ce modèle ressemble à beaucoup d’autres chez Ferrari, notamment les 360. Toujours est-il que le rendu des lignes, volumes et présentation de l’original est de bonne facture, avec notamment, la coque du rétroviseur extérieur gauche vraiment frappée du monogramme F430. Par contre les blocs optiques sont assez sommaires sous leurs bulles en plastique. La décoration parait complète. Le dessin des jantes alliage est fidèle et laisse deviner les disques de frein noirs placés derrière. Le vitrage côté pilote est doté de son petit « guichet ». Le bas de chaque panneau de custode reçoit une belle représentation des valves de ravitaillement en carburant. Les différentes prises d’air sont bien creusées et noircies. A l’arrière, les quatre feux cylindriques sont bien présents et rapportés en plastique rouge. La double sortie d’échappement est bien creusée et surplombe le large diffuseur d’air. La vaste lunette arrière permet de voir une bonne reproduction en 3D du moteur et de l’ensemble mécanique qui l’accompagne. Le poste de pilotage est protégé par un arceau cage alu. Le siège baquet du pilote est rouge et doté de son harnais de sécurité. Le soubassement est à fond plat. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

Et maintenant,  pour la suite jusqu’au 05 mai 2013 

 

Bien qu’annoncée depuis quelques semaines, la fermeture définitive de mon pressier favori, intervenue ce 04 mars, me coupe temporairement de ma principale source d’approvisionnement en modèles presse. Car, il n’existerait pas de solution de transfert des volumes vendus vers un autre pressier susceptible de prendre le relais. Tout devrait remonter au diffuseur ! Et comme il nous faudra attendre la mi avril pour espérer la réouverture d’une maison de la presse dans notre chef lieu de département…

 

En attendant, les pressiers consultés pour tenter de trouver les sorties presse ne sont pas en mesure de le faire, soit qu’ils ne reçoivent pas les collections qui m’intéressent, soit qu’ils reçoivent quelques exemplaires déjà retenus. Les jours à venir me diront si je peux espérer trouver un autre pressier en élargissant ma zone de recherche. Aussi, je tente de réunir de quoi alimenter les prochains numéros de CH43 avec des modèles boutiques ou en provenance de collections étrangères. Et pour commencer, voici, dès ce numéro, les deux voitures que je comptais vous présenter dans le n° 397.
 
 Modèles boutiques
 

Spécial modèles australiens

 

Trax poursuit la déclinaison de la saga des modèles Statesman qui débuta en juillet 1971 avec la HQ Series et s’acheva fin 1984 avec la WB Series.

 

Ainsi, après la HOLDEN HQ/81469 Statesman de ville by GM de 1971 (Trax – réf. TO07B) présentée dans le n° 279 de CH43 du 13 décembre 2010 et la GM (Holden) HJ/8WS69 Statesman DeVille de 1974 (Trax – réf. TO08) présentée à son tour dans le n° 332 de CH43 du 19 décembre 2011, voici la GM (Holden) HX Statesman de 1976 (Trax – réf. TO09). Restent à venir la HZ et la WB…

 

En attendant, voici les deux versions proposées par Trax 
 

HX/8WS69 Statesman de Ville  de 1976 

 Trax – réf. TO09B 

4676GR GM HX Statesmann ble 
4676GS GM HX Statesmann ble 
 

HX/8WT69 Statesman Caprice de 1976

Trax – réf. TO09

4675GR GM HX Statesmann cap 
4675GS GM HX Statesmann cap 
4676GT GM HX Statesmann ble 

ENFIN !...  Elles s’ouvraient

  

Oui, elles s’ouvraient enfin, les portières arrière de la Statesman HQ series by GM, sortie fin 2010. Et depuis, Trax décline ce modèle à qui mieux mieux. Ce qui est loin de me déplaire. Reste que la HZ series ne se différenciait de la HX series, que je vous présente aujourd’hui, que par le dessin de se’s enjoliveurs. Il faut donc s’attendre à la retrouver dans quelques mois. Par contre, la WB series a fait appel à une toute autre carrosserie, de type limousine, aux lignes plus carrées, qui ne fut proposée que pendant quatre année. En vaudra-t-elle l’investissement d’un nouveau moule ? Affaire à suivre…

 

Nous retrouvons le moule et ses divers composants ayant servis aux versions antérieures, sur une plateforme allongée au niveau de l’empattement et du porte à faux arrière, par rapport aux modèles inférieurs.  Ce qui permet de reconnaitre un modèle Statesman de la HX series est sa grille de calandre horizontale. Autre particularité de la HX series, le modèle du sommet de gamme étauit décliné en deux finitions : DeVille et Caprice, encore mieux dotée.

 

Une fois encore, et pour cause, les lignes et volumes de l’original sont fort bien respectés et proposés dans des livrées fort soignées. La finition est toujours d’un très bon niveau avec des entourages de vitrages très fins et chromés, tout comme les essuie-glaces rapportés et au dessin assez quelconque. La fine grille de calandre est estampillée Statesman du côté gauche et surmontée de l’écusson de la marque. Les quatre optiques principales sont rapportées et en plastique, alors que les veilleuses et les clignotants, rejetés aux extrémités de la proue ne sont que métallisés et peints.  Les roues sont dotées d’enjoliveurs intégraux dont la partie centrale est frappée de l’écusson de la marque et d’une couronne constituée par des monogrammes que je ne parviens pas à lire malgré le recours à une loupe. Les pneus sont de dimensions correcte et agrémenté d’un fin filet blanc Les poignées de portières sont, elles aussi, rapportées et chromées. Tout comme les larges protections du bas de caisse. Les panneaux de custode affichent le même écusson. Une différence cependant par rapport aux deux précédentes Statesman. Sur celles d’aujourd’hui il n’est plus question d’avoir une antenne radio en position rentrée sur l’aile arrière gauche. Mais juste sa suggestion par une petite pastille collée. Le couvercle du coffre arbore lui aussi le fameux écusson (phototamponné, comme partout ailleurs), mais aussi le monogramme Statesman, chromé et photodécoupé. Les feux arrière sont hélas seulement métallisés et peints. Le pavillon est de couleur mate pour donner l’illusion du revêtement faux cuir de l’original.

 

Soulevons le capot moteur pour découvrir la toujours très jolie reproduction du V8 qu’il renferme. Reproduction en 3D  coiffée de culasses vermillon et surmontée de son filtre à air noir. Remarquez la présence des fils des bougies. Un vrai petit bijou que cette reproduction de l’ensemble mécanique qui se prolonge sous la voiture jusqu’à la sortie d’échappement. Ouvrons au choix, et indifféremment, l’une des quatre portières et examinons l’habitacle. Quel plaisir de voir le bout de la portière plonger dans l’épaisseur de la carrosserie, comme sur une vraie  avant de révéler un mobilier très bien moulé et de couleur caramel, plus ou moins foncé suivant la finition! Un mobilier bien gravé mais à la présentation bien plus sobre au niveau des contreportes. Par contre c’est la façade de la planche de bord qui récupère les panneaux en faux bois. Le pédalier composé de deux pédales seulement, et la poignée horizontale du levier de vitesses révèlent une boite automatique. Ces pièces sont chromées, tout comme le grand plafonnier qui se trouve au centre du ciel de pavillon doté des pare-soleils et du rétroviseur intérieur. Le tableau de bord est très détaillé. Le coffre se révèle plus grand que sur les autres modèles, et pour cause. Le soubassement est très bien reproduit en 3D lui aussi. N’y manque qu’une direction fonctionnelle. 
CH43 2011 6 etoiles 
 

Partager cet article

Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique