Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 15:53
2010-02 transit CH43
 
 n° 306 du 20 juin 2011
 
Modèles presse

GMC CCKW 353 de 1950

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 41
GR4268 GMC Pinder
 Signée Ixo, cette représentation du CCKW 353 est en réalité une interprétation libre d’un véhicule ayant existé dans la caravane du cirque Pinder, puisque celui-ci possédait en réalité une cabine fermée. Ceci étant écrit, nous retrouvons l’avant et le châssis de celui qui fut proposé par atlas dans une collection consacrée aux véhicules militaires. L’ensemble est plaisant et réaliste, à l’exception toutefois de la représentation des plus succinctes des vitres grillagées de la cellule arrière. C’est le moins que je puisse écrire pour cette évocation…  Le fait d’avoir une cabine ouverte permet de bien voir les divers leviers qui l’encombrent. A noter que le châssis met bien en édivence les différents arbres de transmission qui en font un vrai 6x6.
2011 3 etoiles
 

MINI AUSTIN COOPER S

Ixo/Altaya – collection Route bleue, n° 73
GR4274 Mini Austin Cooper b
 Signée Ixo, cette nouvelle reproduction de la célèbre Mini, reprend le moule de celle proposée sous le n° 09 de la collection des Classiques de l’automobile, moule retouché. En effet, nous nous trouvons en présence d’un modèle produit dans les années 1990 reconnaissable à la disparition des charnières apparentes des portières, mais aussi à la forme de la calandre. Par contre, je ne suis pas arrivé à en déterminer le millésime exact, notamment en raison de sa calandre noire. Les roues aux jantes pleines ne correspondent pas à celles de la Cooper S. De plus, les vitres des portières étaient d’un seul tenant et descendantes. Et, à ma connaissance du moins, le pavillon a toujours été lisse, sans aucune nervure. A l’arrière, le monogramme est curieusement placé sur le dispositif d’éclairage de l’immatriculation.  A l’intérieur, le mobilier est noir. Notez l’absence de reproduction des contreportes. Le soubassement est peu détaillé.
2011 3 etoiles
 

SAAB 96V4 de 1969

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 36
GR4269 Saab 96-V4 rouge
 Signée Ixo, cette 96 V4 ne surprendra personne car elle reprend le moule de celle qui nous fut proposée naguère dans la collection des Voitures de rallye, n° 46. Si les lignes et volumes sont corrects, cette reproduction les propose encore de manière un peu trop généreuse. Un détail important à signaler : Si les modèles, notamment diffusés en France, arboraient une calandre avec des optiques rectangulaires, il en allait différemment sur d’autres marchés, comme ceux de la Suède ou des Etats-Unis qui exigeaient des optiques circulaires. C’est donc à tort qu’Ixo nous propose ce dernier type de calandre sur une voiture immatriculée en France. Il aurait du nous proposer une immatriculation suédoise. Essuie-glaces, rétroviseurs extérieurs et bouchon de réservoir sont des pièces chromées rapportées, tout comme les pare-chocs et le motif du couvercle du coffre arrière. Les roues sont de trop grand diamètre. Les feux arrière sont en plastique rouge. Le bouchon du réservoir d’essence est trop en avant sur l’aile arrière gauche, et il manque le sigle Saab sur les montants de custode. Par contre et contrairement à la version rallye, à l’arrière des passages de roues avant ,le premier morceau du jonc de bas de caisse a bien été effacé et remplacé par le monogramme Saab. Le mobilier, à l’intérieur, est entièrement noir à l’exception du levier de frein à main et des cadrans de la planche de bord. Le soubassement est peu détaillé.
2011 3 etoiles
 
Modèles boutiques

MERCEDES C-Class DTM (Valentino Rossi lors d’un essai à Hockenheimn en 2006)

Minichamps – réf. 436 063646
GR4262 C-Class DTM gris
 Signée Minichamps, cette C-Class DTM est très finement reproduite dans sa livrée argent. Ses lignes et volumes sont bien reproduits et sa carrosserie arbore tous les stickers de ses sponsors. Sa ligne très surbaissée est mise en valeur par la présence de ses imposants appendices aérodynamiques. A commencer par le spolier avant, suivi par les élargisseurs d’ailes et de flancs et complété par les généreux extracteurs d’air arrière, surmonté d’un large aileron surplombant le coffre. Le tout est très travaillé et impose la sensation de puissance de la voiture. Belle grille de calandre photodécoupée, surmontée de l’étoile de la marque et encadrée d’optiques bien dessinées. Les jantes alliage laissent voir les disques de frein avec leurs étriers. Les feux arrière sont rapportés, en plastique coloré. A noter que les poignées de portières sont rapportées. A l’intérieur, la reproduction du mobilier très succinct est très fidèle et réaliste. Mobilier se limitant au siège baquet du pilote et à l’arceau-cage qui le protège. A cela, s’ajoute les deux larges goulottes pour le remplissage du réservoir de carburant, côté droit. Belle reproduction du levier de vitesses et de la colonne de direction. Le soubassement est plat.
2011 4 etoiles
 

VOLVO 121 Amazon de 1959

Minichamps – réf. 433 171063
GR4263 Volvo Amazon rouge
 Signée Minichamps, cette Amazon 121 séduit d’emblée par sa présentation soignée. Lignes et volumes sont très fidèles et bénéficient d’une gravure très fine. De plus sa robe rouge et gris et des plus seyantes et réalistes. Dommages que les chromes ne soient reproduits que par des traits de peinture alu. Seules les poignées des portières sont des pièces rapportées chromées, de même que le bouchon du réservoir et les flammes sur le couvercle du coffre. Les différents monogrammes sont bien présents, réalisés en tampographie. La double grille de calandre est réaliste, tout comme le dessin des jantes très simples. A l’arrière, les feux principaux sont rapportés, en plastique rouge. A l’intérieur, le mobilier, blanc et noir, est bien reproduit. Belle planche de bord derrière un volant au cerclo avertisseur à la circonférence écrasée. A noter la reproduction du très long levier de vitesses. Le soubassement est détaillé.
2011 4 etoiles
 
 
Courriel des lecteurs

Au sujet de la Mini Cooper S, je viens de recevoir les précisions suivantes:

 

 

"Bonjour ,
 
Je viens de regarder le Mini sur votre page web et comme je suis un expert sur la Mini, je peux faire un peu la lumière sur ce modèle.

Bon, C'est dommage que IXO a fait ce modèle hybride.

La Mini basique correspond à un Mini fait entre 1971 et 1984. Tout, les formes des feux arrière, lampe de immatriculacion, lampes et calandre sont correctes et la fenêtre arrière. L'unique exception sont les fenêtres de portières qui doivent être du type "wind up".
 
Mais c'est la qui le bon se termine.

Le monogramme des vieilles Austin Cooper S a été utilisé jusqu'en 1967 (Le modele Mk.I), même pour le monograme arrière. Strike 1

La calandre correspond à celle de l' Innocenti Mini Cooper 1300 de 1973 - 1975. Strike 2
 
Les rues correspondent à une Mini basique de 10".

Dans le mode de Mini on apelle  Mini commen ça, Mini Bits. (Bits from here, bits from there).
 
Dommage que Ixo, n'ont pas fait le devoir! Je crois qui il est un 2, pas un 3.
En fait Ixo a pris le moule de l' Authi Mini Cooper 1300 1973 de la collecion espagnole NUestros Queridos Coches de AntaNo.

En general, un tres belle reproduction, son unique défaut sont les roues de mauvaise dimension.

Authi Mini Cooper
 
Bonne fin de semaine!
 
Miguel"

 

 



Merci Miguel pour ces précisions et ces photos.
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 10:23
2010-02 transit CH43
 
 n° 305 du 13 juin 2006
 
 Modèles presse

TRABANT P601 – rallye de Monte-Carlo 1992

Ixo/Altaya – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 125
GR4267 Trabant P601 RMC
 Signée Ixo, cette P601 n’est pas sans nous rappeler celle récemment proposée en version civile sous le n° 27 de la collection des Classiques de l’automobile. Nous retrouvons donc les lignes et volumes très simples de la vraie, même si je trouve que la courbure de la ligne de caisse est trop prononcée. Il suffit de la comparer à celle des versions proposées par Vitesse ou Minichamps. Ceci étant, la voiture  plait à l’œil dans cette présentation rallye très dépouillée. Elle dispose de fins essuie-glaces et d’une grille de calandre bien dessinée. Les clignotants avant sont rapportés en plastique orange.  Si les pare-chocs ont bien des embouts noirs, celui de l’avant est mal reproduit. En effet, la plaque d’immatriculation devrait être en relief sur celui-ci. Non en creux comme réalisé. Le dessin des jantes est satisfaisant, tout comme la position particulière du rétroviseur extérieur. Des bavettes sont présentes à l’arrière alors que le panneau du coffre affiche une plaque de nationalité. Les feux arrière sont eux aussi rapportés et en plastique coloré dont l’épaisseur a été repeinte en rouge (à gauche) et en bleu (à droite) pour prolonger les ailes, comme sur l’original. C’est l’inverse à l’avant pour les casquettes des phares. A l’intérieur, un mobilier très mince et noir, occupe l’habitacle. Il est protégé par un arceau-cage. Les sièges avant sont avec haut dossier incorporant des appuie-têtes. La planche de bord reçoit une façade orange alors qu’un volant à seulement deux branches fait face au conducteur derrière un tableau de bord des plus succincts. Le soubassement est bien détaillé, avec notamment une ligne d’échappement ajoutée.
2011 4 etoiles
 
 Collections allemandes

OPEL Rekord P1 (1957-1960)

Ixo/Eaglemoss – collection allemande Opel, n° 08

GR4259 Rekord P1 bleue

GS4259 Rekord P1 bleue
 Signée Ixo, cette Rekord P1, pourrait faire croire au non initié qu’il se trouve à nouveau en présence du n° 03 de cette même collection alors que celui-ci était la reproduction du modèle supérieur, la Kapitan. Cela est dû, certes à la reprise des mêmes coloris bleu et ivoire, mais aussi à des lignes très voisines, l’une reprenant celles de l’autre au pantographe. Ceci étant écrit, cette voiture s’avère toujours aussi plaisante à regarder que la vraie, à son époque. Elle bénéficie d’une grille de calandre chromée et rapportée, agrémentée de deux optiques additionnelles. Elle est surmontée du logo et du monogramme Opel en tampographie alors que le monogramme Rekord figure à l’extrémité des ailes avant et sur le couvercle du coffre arrière. Le dessin des jantes est réaliste. Si les feux arrière sont en plastique, correctement coloré, et rapportés, les clignotants avant sont en métal peint. A l’arrière toujours, notez l’excroissance formée par le bouchon du réservoir d’essence et la belle sortie d’échappement accessoirisée et chromée. A l’intérieur, il est possible de contempler les deux larges banquettes gris souris et les contreportes. La planche de bord est sobre, tout comme le tableau de bord ; Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 4 etoiles
 

OPEL Astra F convertible (1992-1988)

Ixo/Eaglemoss – collection allemande Opel, n° 09
GR4260 Astra cab vert
 Signé Ixo, ce cabriolet Astra, s’avère sympa à l’accroche de l’œil. Toutefois il résiste mal au moindre examen à cause de son pare-brise trop vertical. La faute à une mauvaise fixation qui laisse un jour sous les déflecteurs de portières. Ce qui devrait être facile à corriger par des mains expertes. Ceci étant, les lignes et volumes de ce cabriolet sont fidèles et bénéficient d’une finition correcte. Les jantes en étoiles  ne laissent voir aucun système de freinage. C’est rare de nos jours. Les feux arrière, métalliques, sont correctement colorés. Belle sortie d’échappement sous le pare-chocs. Les logos et monogrammes sont présents sur le couvercle du coffre. L’habitacle est, comme toujours, bien détaillé et propose un mobilier à motifs. La planche de bord affiche ses cadrans. Le haut du pare-brise reçoit deux pare-soleils. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 4 etoiles
 
  Collections espagnoles

SEAT 1500 Familiar de 1972

Policia – Parque Movil Ministerios

Ixo/Altaya – collection espagnole Coches de policia, n° 14

GR4258 1500 familiar grise
 Signée Ixo, cette représentation de la deuxième génération du break 1500 Familiar, vient compléter la gamme composée jusqu’ici de la berline 4 portes, d’un break tôlé et d’un pick-up. Si les lignes, volumes et coloris sont  fidèles, nous retrouvons les mêmes travers que sur les modèles déjà présentés. Notamment en ce qui concerne le traitement de la face avant, au-dessus de l’imposante calandre, qui reste approximatif. Pour le reste, l’ensemble est plaisant à regarder avec des roues réalistes et des feux arrière métalliques et peints. Le pare-brise et la lunette arrière reçoivent une tampographie « Servicio oficial » alors que le pavillon supporte une antenne de radio et un gyrophare surmontant un  cartouche « Policia ». A l’intérieur, deux larges banquettes couleur tabac occupent l’espace devant un large plancher plat noir. La planche de bord est détaillée. Ce qui n’est pas le cas du soubassement.
2011 3 etoiles
 
  Modèles boutiques (à 3 €)

LAMBORGHINI Murcielago Roadster de 2004

Motor Max – réf. N° 4062 (TY51974 – 73401D)
GR4266 Murcielago roadster
GS4266 Murcielago roadster
 Signée Motor Max pour le compte de Carrefour, cette version roadster de la Murcielago se révèle très acceptable malgré son prix d’achat (aujourd’hui à 3.50 € - au lieu de 3.00 € pour la version Superleggera présentée il y a peu). Pourtant elle ne soutiendra pas aussi longtemps la comparaison à côté de la version proposée par AutoArt lors du « compar’hâtif » auquel elles furent conviées. Les lignes et volumes sont pourtant fort bien reproduits. La robe orangée métallisée souffre cependant d’un manque d’unité, surtout à l’arrière. La présentation correspond aux premiers modèles produits dès 2004. Si l’écusson placé à l’avant est trop généreux, le dessin des jantes est fidèle et bien détaillé. Si les feux arrière sont bien colorés la découpe des petites grilles placées en dessous n’est pas juste. Les rétroviseurs extérieurs n’ont pas de miroirs et l’habitacle assez détaillé , notamment en ce qui concerne les sièges. A noter l’absence de cadrans sur le tableau de bord et de la reproduction du pédalier. Le soubassement est un peu détaillé à l’arrière.
2011 3 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 16:09
2010-02 transit CH43
 
 n° 304 du 06 juin 2011
 

Courriel des lecteurs (ajout du 06 juin 2011) 

 

Suite à la mise en ligne de ce numéro, je voudrais préciser que, comme à l'occasion de tous les tests jusqu'ici organisés, il est très peu probable que les souscriptions d'abonnement en ligne pour la collection des Voitures françaises d'autrefois soient suivis d'effet, notamment si la décision de lancer la collection envisagée n'est pas prise. Ce qui fut le cas pour le test des belles américaines.

 
 Modèles presse

BERLIET GBM 10b de 1956

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 40
GR4265 Berliet GBM vert
GS4265 Berliet GBM vert
 Signé Ixo, ce Berliet GBM 10b séduit tout de suite par sa livrée vert foncé et son allure générale. Si les lignes et volumes sont bien reproduits, les puristes ont déjà signalé que le pavillon de la cabine aurait du être peint en blanc, pour limiter les effets du soleil sur un véhicule qui sillonnait, les routes des départements d’Algérie dans les années 1950. J’y ajouterai qu’à mon avis, la chape d’attelage avant ne devrait pas dépasser du pare-chocs. Pour le reste, nous retrouvons une très bonne gravure de l’ensemble, y compris le plateau bâché et ouvert. Ce camion des Messageries Mory dispose d’une cabine double offrant trois places et une mini couchette. La roue de secours a migré du dessous du châssis- à 6 roues – vers l’arrière de la cabine, au-dessus du long réservoir de carburant. Le pavillon est prolongé vers l’avant par une visière qui contribue à la personnalité de ce camion. Le châssis est classique. Un modèle original.
2011 4 etoiles
 

RENAULT R8 de 1962

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 35
GR4264 R8 blanche
 Signée Ixo, cette énième déclinaison de la R8 reprend le moule déjà maintes fois utilisé pour nous les proposer. Personnellement c’est la 8ème R8 de ce réducteur qui entre dans ma collection. C’est la première à avoir une livrée blanche. Les lignes et volumes restent fort acceptables malgré l’âge du moule. L’avant revient à la simple paire d’optiques équipant la R8 de base. Les roues sont toujours aussi quelconques, ne mettant pas en évidence leurs jantes pourtant bien ajourées par huit alvéoles. Par contre, les vitres des portières arrière, sont à nouveau bien partagées. A l’arrière les feux sont en plastique coloré et dotés de catadioptres rouge cette fois-ci. Le monogramme Renault est présent sur le capot arrière.  A noter qu’à intérieur, outre un mobilier noir correctement reproduit, la planche de bord  est restée celle de la R8 Gordini. Le soubassement, bien gravé est repris des versions précédentes.
2011 3 etoiles
 
 SPECIAL test pour la collection «  Voitures françaises d’autrefois »
 

Je suis enfin en mesure de vous présenter les trois modèles du test qui suivaient la Facel-Vega Excellence, présentée dans le n° 291 du 07 mars 2011, grâce à la solidarité entre collectionneurs. Merci. C’est aussi l’occasion pour moi de formuler quelques remarques sur le contenu éventuel de cette collection, même si c’est certainement trop tard pour qu’elles soient prises en considération. Mais il n’est jamais trot tard dit-on. Alors …

 

Alors. Si cette nouvelle collection est lancée, il serait bien qu’elle ne comptât point de doublons avec les collections précédentes. J’en veux pour exemple, la Panhard Dyna Z qui est parue dans la collection des Classiques de l’automobile (n° 05), que vous trouverez plus loin. Ou encore la Bugatti Royale Esders qui fut proposée dans la collection des Voitures classiques (n° 01). Il est temps que les éditeurs et réducteurs comprennent qu’une nouvelle collection se doit de proposer de véritables modèles inédits, quitte à reprendre un moule existant, mais en nous en proposant une finition non encore proposée. De même, pourquoi nous imposer les cabriolets en version ouverte ? Ce que j’appelle des demi-voitures. Une version couverte est tout aussi élégante et ne devrait guère coûter plus cher à fabriquer.

 

Mais quoi qu’il en soit, il existe assez de modèles français répondant au sous titre de cette collection : « Marques disparues et modèles prestigieux » non encore reproduits de manière industrielle pour nous proposer 50 modèles vraiment inédits…
 

Reprise de la présentation faite dans le n° 291 du 207 mars 2011

 

 

FACEL-VEGA Excellence de 1960

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° 01

GR4190 FV Excellence bleue
 Signée Ixo cette « Excellance » (sic) avec un a dans la gravure du soubassement, reproduit la première version de l’Excellence, reconnaissable à son pare-brise panoramique. Elle est donc identique à celle reproduite par Provence-moulage, il y a… quelques années. D’où la perte, sur la mienne de l’antenne radio et de deux poignées de portières, suite à sa manipulation.  Comparaison ne vaut pas raison, mais les deux se défendent et celle proposée aujourd’hui par Ixo est de bonne facture. Mais avant d’entrer dans l’examen des détails, je me suis longuement posé la question : pourquoi bleue ? Le noir lui aillait si bien. Une précision cependant, le bleu de mes photos ne correspond pas à celui de la miniature qui est d’un bleu plus franc que le rendu violine de mon APN. Ceci étant précisé, revenons à la voiture. Donc, lignes et volumes sont correctement reproduits, dans une livrée bleue assez proche du bleu du coupé Simca 8 sport, quoique un poil moins foncé. Modèle carrossé lui aussi chez Facel Métallon. Et là où Ixo a fait preuve d’imagination c’est dans la représentation des vitrages latéraux. Je m’explique. Suivant sous quel angle vous regardez la voiture, vous n’en avez pas la même approche. Ainsi de trois-quarts avant droit vous vous trouvez en présence d’une berline quatre portes. Mais de trois-quarts avant gauche, vous vous croyez en présence d’un coach à quatre portes, du fait de a reproduction vitres entièrement descendues. L’explication réside dans le fait que sur la vraie, les encadrements des vitres étaient solidaires de celles-ci et s’effaçaient avec elles. L’avant est honnêtement reproduit avec la prise d’air sur le bossage du capot, l’écusson au-dessus de l’élément central de la calandre, lequel est encadré par les deux autres. Sous ceux-ci court le monogramme de la marque. Les quatre optiques verticales sont présentes, elles devraient avoir des ampoules jaunes. Et ceci devra s’appliquer à tous les modèles de cette collection. M. Ixo, merci de prévoir des phares teintés jaune clair. Le dessin du pare-chocs est fidèle. Le dessin des jantes est acceptable. Les retours des pare-chocs sont bien réalisés. Par contre, je ferais bien l’impasse sur la reproduction du chrome vertical épousant le pli sur les portières arrière, qui l’alourdit. Celui courant sur les ailes arrière ne me gène pas. A l’arrière, l’antenne radio trône à la base de la lunette, encadrée par les deux trappes à carburants. Le couvercle du coffre reçoit lui aussi, le monogramme de la marque, de part et d’autre de sa serrure. Laquelle n’est surmontée que de l’écusson Facel-Vega. Il n’y a pas le monogramme Excellence juste au-dessus. Par contre, le large bandeau chromé demandera un peu de rouge pour les feux alors que le pare-chocs demandera une touche de noir pour les sorties d’échappement qu’il contient. A l’intérieur, le mobilier est rouge sang et composé d’une fausse banquette avant et d’une banquette arrière. Le tunnel de passage est présent. Les accessoires des contreportes sont soulignés d’un trait alu. La planche de bord est dotée de ses nombreux cadrans. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 4 etoiles
 

PANHARD Dyna Z  (ou Dyna 54) Grand Standing de 1958

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° t02
GR4253 Panhard Dyna-Z creme
GS4253 Panhard Dyna-Z creme
 Signée Ixo, cette Dyna  Grand Standing n’est pas sans rappeler celle qui nous fut proposée en n° 05 de la collection des Classiques de l’automobile, dont la décoration latérale avait été reproduite trop haut. Dénaturant ainsi le modèle original. Heureusement, le tir a été corrigé et la bicolorisation de ce modèle est correcte. Elle rappelle celle proposée sous la marque Nostalgie (réf. 023). Les lignes, volumes et coloruis sont réalistes et bénéficient d’une finition de bon aloi. Les phares et les feux arrière à la forme particulière et tout en plastique, sont constitués par des pièces rapportées en plastique correctement colorées. Les monogrammes sont présents à l’avant et à l’arrière. L’unique phare antibrouillard est bien présent à l’avant. Les roues ont un dessin assez simplifié.  Le rétroviseur latéral est un accessoire non encore obligatoire à l’époque. Le toit reçoit une antenne radio. L’aménagement intérieur reprend les couleurs de la carrosserie pour ses contreportes et ses deux larges banquettes. A noter la belle reproduction de l’imposant coffrage de la colonne de direction qui supportait les principales commandes de la voiture. Le soubassement est un peu détaillé avec un beau pot de détente alu relié à… rien.
2011 4 etoiles
 

DELAHAYE 235 coach carrossé par Chapron (de 1954)

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° t03
GR4255 Delahaye 235 coach
 Signé Ixo, cet inédit coach 235 dessiné par Henri Chapron, laisse bien auguré de ce que pourrait être les modèles proposés dans le cadre de cette collection. Ses lignes, volumes et coloris sont des plus réalistes. Ils bénéficient d’une bonne finition avec l’imposante calandre chromée, ses optiques avant aux cerclages également chromés, tout comme les pare-chocs et les feux arrière qui sont peints. Les roues à rayons sont acceptables. Les autres chromes habillant la carrosserie ne sont que traits de peinture alu. Les monogrammes et écussons de la marque n’ont pas été oubliés. L’habitacle reçoit un mobilier rouge sang bien gravé et les accessoires des contreportes sont souligné d’un trait alu. La planche de bord, façon bois, est bien détaillée. Ce qui n’est pas le cas du soubassement.
2011 4 etoiles
 

HOTCHKISS Anthéor de 1951

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° t04
GR4254 Hotchkiss Antheor ro
 Signé Ixo, ce cabriolet Anthéor, tel que présenté en version décapoté, fait partie de ce que j’ai appelé un temps – celui de la collection des Voitures classiques – les « demi-voitures » en raison de l’absence de capote en position fermée. Ce qui ne parait pas trop difficile à réaliser en la troquant avec le cache capote imposé jusqu’ici. Peut-être qu’un jour, je serais entendu. D’ici là, revenons à ce cabriolet qui reprenait les lignes et volumes de la berline dont il dérivait, l’Anjou. Si leur rendu est de très bonne facture, il est permis de constater par ceux qui ont ladite berline réalisée par Ixo, avec sa conduite à gauche. Oui ! Oui ! Elle fit couler assez d’encre à l’époque… Tout ça pour dire que cette dernière est, une fois encore, trop grosse pour être véritablement au 1/43ème.  Cela n’enlève rien à ce cabriolet, bien au contraire. Il propose une belle grille de calandre chromée, des optiques avant et des feux arrière chromés, eux aussi, tout comme la mascotte à l’avant du capot. Le pare-brise en deux parties est bien dessiné et supporte deux pare-soleils. Les rétroviseurs extérieurs sont des accessoires rapportés car non encore obligatoires dans les années 1950. Le dessin des jantes est correct. A l’arrière, le couvercle du coffre arbore l’écusson et le monogramme d’Hotchkiss au-dessus de l’immatriculation et une belle sortie d’échappement creuse dépasse sous le pare-chocs.  La voiture étant grandement ouverte sur son habitacle il est permis de constater que le tunnel de servitude n’est pas prolongé entre les sièges ! Sièges, banquette et contreportes sont vert sombre alors que la planche de bord est marron et que les cadrans du tableau de bord sont collés à l’économie, sans leur fond noir. Le soubassement est très peu détaillé.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 17:12
2010-02 transit CH43
 
 n° 303 du 30 mai 2011
 page 1/3
 
 Modèles presse

MERCEDES 220SE, rallye de Monte-Carlo de 1960

Ixo/Altaya – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 124
GR4252 220SE bleue RMC
GS4252 220SE bleue RMC
Signée Ixo, cette nouvelle représentation de la 220SE reprend le moule qui servit à nous proposer ce modèle sous le n° 11 de la collection Mercedes dans une livrée vert mousse et ivoire. Si les lignes sont tout juste correctes, les volumes paraissent un poil trop importants, le « compar’hâtif » avec le break 230,(n° 45 de cette même collection Mercédès),  étant sans appel sur ce point. Et que penser de la reproduction des blocs optiques verticaux, qui sont toujours trop courts. Je n’en veux pour preuve que ceux dont est doté le break 230 qui descendent bien plus bas, presque jusqu’au « doubleur » de pare-chocs. A noter que c’est à juste titre que ce « doubleur » ne figure pas sur cette miniature, l’original en étant lui-même dépourvu lors du rallye de Monte-Carlo 1960. Tout comme pour les enjoliveurs de roues. Par contre, je suis quasi certain que l’original était gris. Non bleu aussi soutenu que reproduit. Si Ixo a bien doté ce modèle de ses trois phares additionnels, d’ailleurs correctement placés, et n’a pas omis les deux écussons ornant le haut de sa calandre, il manque cependant le phare de poursuite placé à l’intérieur, à côté du rétroviseur. Mais là, je commence à chipoter ! Les feux arrière sont rapportés, en plastique, et correctement colorés. Le couvercle du coffre reçoit les monogramme, étoile et plaque de rallye. Le mobilier intérieur a fait l’objet d’un soin particulier, notamment en ce qui concerne le traitement de la planche de bord, aussi détaillée que celle provenant de la collection Mercedes avec imitation faux bois et cadran vertical pour le tableau de bord. Et si, les contreportes et sols sont noir, les sièges et la banquette sont marron foncé. Le soubassement est mal détaillé.
2011 3 etoiles
 
 Modèles boutiques

CADILLAC BLS de 2006

Norev – réf. 910025
GR4256 Cadillac BLS grise
 Signée Norev, cette BLS répond aux standards des productions actuelles. C'est-à-dire impersonnels. Lignes, volumes et coloris sont respectés et la finition correcte. Le côté agressif de l’avant est bien rendu avec l’imposante grille de calandre, type coupe frites. Si les blocs optiques sont bien formés, ils manquent de couleur pour les clignotants orange.  Le dessin des jantes à rayons  est réaliste et laisse voir les disques de freins avec leurs étriers. L’arrière, très massif est orné de l’immense troisième feu stop qui fait fonction de béquet arrière. Les feux verticaux sont correctement colorés  et surplombe deux très belles sorties d’échappement chromées. Bien que noir, le mobilier intérieur est bien visible. Il permet de découvrir un mobilier très bien détaillé et qui bénéficie d’une belle présentation de la planche de bord (cadrans et plaquage faux bois). Le soubassement est détaillé.
2011 4 etoiles
 

NISSAN Juke de 2010

J-Collection – réf. JC198
GR4249 Nissan Juke rouge
GS4249 Nissan Juke rouge
 Signé J-Collection, ce Juke reproduit très bien les lignes et volumes caractéristiques de l’original. Ce, dans une livrée rouge sang métallisée très réaliste. L’avant se pare de pièces rapportées en plastique représentant les différentes optiques et la large grille de calandre cintrée. Le dessous des boucliers avant et arrière est solidaire du soubassement qui remonte sur les côtés. Le dessin fidèle des jantes alu laisse voir les disques de frein avec leurs étriers. Le monogramme Juke et les écussons Nissan sont photodécoupés et chromés. Le dessin complexe des feux arrière a été respecté. Ces feux sont en plastique bien coloré. A noter la présence de deux petits autocollants apposés sur la lunette arrière. Belle sortie d’échappement bien creusée. L’habitacle est lui aussi, très bien traité. Il reproduit même le dessin original de la console centrale. Noir et prune, les sièges et contreportes sont très sculptés. Conduite à droite pour cette version japonaise. Le soubassement est bien détaillé.
2011 4 etoiles
 

PEUGEOT (UK)  309 GTI 1.9 édition spéciale Goodwood de 1991

Vanguards – réf. VA11602
GR4250 309GTI verte
GS4250 309GTI verte
 Troisième version de la britannique 309 GTI à regagner ma collection, cette phase II série limitée Goodwood, séduit par sa livrée vert métallisée. Elle reprend le moule de la version 3 portes présentée ici il y a quelques semaines (réf. VA11601). Nous retrouvons donc une 309 restylée avec la calandre dérivée de la 205 et des feux arrière s’inspirant de ceux de la 405. Lignes, volumes et coloris sont fort acceptables et bénéficient d’une gravure correcte. Le bouclier avant comporte bien les quatre optiques additionnelles. Le dessin des jantes est fidèle, avec son voile ajouré anthracite et  son cercle chromé. Les larges bandes de protection sont rapportées et surmontées d’un cartouche marqué « Goodwood ».  Il y a en un troisième, placé sur le hayon arrière encore surmonté d’un aileron sans retour sur la lunette arrière. Lequel hayon affiche aussi les monogrammes au-dessus de feux bien dessinés et colorés. Par contre, aucune trace du bouton poussoir d’ouverture du coffre sur le bandeau noir reliant les feux arrière. Le pavillon est doté d’un toit ouvrant vitré non fonctionnel. L’habitacle, entièrement noir, contient un mobilier bien détaillé, avec un volant bois. Il y a cependant un oubli sur ce modèle : je veux parler des appuie-têtes arrière dont cette série limitée était pourvue, Le soubassement, bien détaillé, met en valeur sa roue de recours et la sortie d’échappement.
2011 4 etoiles
 

PEUGEOT Ion de 2010

Norev – réf. 470100 ou MI261, 10LECO904
GR4251 Ion bleue
 Signée Norev, cette Ion reprend le moule de la Citroën C-zéro, présentée ici il y a peu. Et pour cause, ces deux voitures partagent la même carrosserie et les mêmes composants mécaniques. Nous retrouvons donc les lignes et volumes dérivant de la Mitsubishi i-Miev dont elles dérivent. Le lion placé entre les phares ou sur le hayon arrière est chromé et photodécoupé alors que les cartouches C-zéro sont de simples décalques, tout comme le monogramme Peugeot. Le dessin des optiques avant et des feux arrière est correct. A noter à ce sujet, qu’à l’inverse de la reproduction de la C-zéro, Norev a doté cette Ion de feux arrière colorés et hyper réalistes, donnant l’illusion de feux à LED. Je me devais de la signaler alors que j’ai critiqué la mauvaise finition d’autres modèles proposés par ce réducteur. Donc, de très beaux feux arrière. Ces feux sont complétés par le troisième feu stop placé sur le petit béquet coiffant la lunette arrière et le feu de brouillard dans le bouclier arrière. Les petites roues, aux jantes fidèles, laissent deviner les disques de freins avec leurs étriers. Le mobilier de l’habitacle étroit – origine japonaise oblige – est très bien reproduit dans une livrée noire qui ne permet pas d’apprécier sa gravure bien détaillée. Conduite à gauche, pour cette version française. Un effort a été fait dans le rendu de la planche de bord et de la console centrale. Les contreportes n’ont pas étaient oubliées. Le soubassement est lui aussi détaillé, notamment au niveau du moteur électrique placé à l’arrière.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 14:56
2010-02 transit CH43
 
 n° 303 du 30 mai 2011
 page 2/3
 
 Norev ou "No dream" ?
 

Comme vous le savez, je suis collectionneur de miniatures, et de modèles Norev en particulier, depuis mon enfance.

 

J’ai connu le métal fatigue sur deux modèles Rio que je ne touche plus de peur qu’ils partent en poudre et la fusion des pneus sur les jantes de mes Sablon et quelques Solido. Mais c’est la première fois que je suis confronté au cloquage de la peinture d’une de mes miniatures.

 

Comme vous pourrez le constater sur les photos ci-dessous, la peinture de ce NISSAN Pathfinder que Norev a commercialisé il y a quelques années et vendu sous un boîtage aux couleurs de la marque, cloque de partout.

 

Ce qui n’est pas normal.

 

Je tenais à vous informer de cette situation au cas où un lecteur possèderait aussi ce modèle.

 

J’en ai informé Norev ..

 
peinture qui bulle 001
 
peinture qui bulle 002
 

Voici leur réponse

 

Monsieur,

 

Nous avons pris connaissance du désagrément que vous rencontrez avec le vieillissement prématuré d’une de nos miniatures.

 

Nous regrettons sincèrement cet aléa de production et vous prions en contrepartie de bien vouloir sélectionner un modèle de votre choix dans la liste suivante :

 

(…)

 

En effet, nous nous trouvons dans l’impossibilité d’échanger votre miniature car désormais épuisée.

 

 

 

La société Norev vous remercie de votre fidélité et espère que cette alternative vous apportera entière satisfaction.

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos sincères salutations.

 

Service Commercial

STE NOREV

 

et la voiture reçue en dédommagement: la CADILLAC BLS
185601 Cadillac BLS
185602 Cadillac BLS
  Je remercie Norev pour ce geste commercial très rapide, bien que celui-ci ne remplace pas le modèle abimé.
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 11:04
2010-02 transit CH43
 
 n° 303 du 30 mai 2011
 page 3/3
 
 Fin de la collection consacrée au type H Citroën

CITROËN type HY plateau de 1960

Eligor/Hachette – Collection Type H Citroën, n° 70 et dernier

GR4257 H ORTF
Et voici aujourd’hui le dernier représentant de la collection du type H Citroën proposé par Eligor et Hachette. Il s’agit d’une version plateau aménagée pour l’ORTF réalisée à partir du moule du n° 25 utilisé pour l’aéroport de Paris. Nous retrouvons donc l’échancrure du côté droit, les deux portillons arrière et la plateforme au-dessus de l’habitacle. Par contre il n’y a plus de plateforme sur le capot moteur ni de cuve à l’arrière. En contrepartie nous avons droit à une petite sellette avec caméra sur laquelle il sera difficile d’asseoir une figurine. Le reste est classique.
2011 3 etoiles
 
Au final, si j’avais à établir un podium, celui-ci serait composé ainsi :
 
 En 3, le n° 48, l’épicier ambulant
GR4014 Type H epicier
 
 En 2, le n° 43, le frigorifique du traiteur
GR3955 Type H traiteur
 
 En 1, le n° 39, la moutonnière
GR3931 Type H moutonniere
 
 A cause de leur simplicité et de leur justesse dans celle-ci.
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Collection type H Citroën
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 10:59
2010-02 transit CH43
 
 n° 302 du 23 mai 2011
 
 Modèles presse

PEUGEOT 205 GTI 1.9 de 1986

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 34
GR4247 205GTI rouge
GS4247 205GTI rouge
GR2214 205GTI grise
Signée Ixo, cette 205 GTI est censée nous reproduire, après la version 1.6 proposée en son temps sous le n° 64 de la collection des Voitures d’antan (livrée argentée), la version 1.9 apparue un peu plus tard. Or, c’est loupé, une fois encore. Pourquoi loupé ? Parce que nous retrouvons les jantes de la version 1.6 alors que ce qui distinguait extérieurement les deux versions, était principalement le dessin desdites jantes, la 1.9 possédant des jantes à huit grosses alvéoles. Chose qu’a très bien reproduite Norev, par exemple avec sa reproduction de ce modèle, sous le n°3 B de la collection Peugeot. Ceci étant, pour le reste, cette 205 GTI reproduit correctement les lignes et volumes de l’original malgré quelques interprétations dans le traitement des détails, comme la mauvaise reproduction des bandeaux latéraux de protection qui sont placés sous le pli de la carrosserie, laissant celui-ci visible au lieu de le recouvrir.  Si à l’arrière, Ixo a fait l’effort de représenter les feux placés sous le pare-chocs par des pièces rapportées en plastique, il est dommage que tous les feux ne soient que rouges. Les monogrammes sont finement reproduits sur le bandeau décorant le bas du hayon. Alors que le mobilier intérieur est entièrement noir, pourquoi le plancher est-il rouge ? Le soubassement est détaillé.
2011 3 etoiles
 

UNIC Saverne C40 de 1961

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 39
GS4248 Unic Saverne creme
GR4248 Unic Saverne creme
 Signé Ixo, ce Saverne, à cabine Saint-Cloud, se présente bien dans sa livrée ivoire et rouge, même si celle-ci ne respecte pas les codes de coloration de l’ensemble cabine-capot de chez Unic. Ceci étant, les lignes et volumes de cet ensemble sont corrects et bénéficient d’une gravure et d’une finition très acceptables. Toutefois, la cabine est dotée d’immenses rétroviseurs extérieurs, très peu conformes à ceux utilisés à l’époque, qui étaient bien plus petits et quasi circulaires. De plus, le dessin des jantes ne correspond pas à celui des premiers modèles. La partie fourgon est toute simple et est équipée de deux gros feux rouges rapportés à l’arrière. A noter sur le côté droit la présence d’une petite vitre placée sous le pare-brise.  La cabine reçoit deux sièges permettant la présence de trois occupants. Son mobilier et les contre-portes sont noirs et les deux portières sont dotées de déflecteur. Le châssis est classique.
2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

HOLDEN LH Torana de 1974

Trax- réf. TR14G
GR4242 HL Torana jaune
GS4242 HL Torana jaune
GT4242 HL Torana jaune
 Signée Trax, cette série limitée G-Pack de la LH series Torana date de 1994. Elle soutient malgré tout encore la comparaison avec la version SL/R 5000 L34 d’Autoart, présentée ici même il y a quelques semaines. Les lignes, volumes et coloris sont bien reproduits e les différentes pièces rapportées assez fines. Notamment la calandre. Les clignotants avant sont seulement peints. Les monogrammes torana, placés à l’avant et à l’arrière sont phototamponés, tout comme les bandes décoratives latérales. De très belles jantes, bien ouvragées, relèvent la qualité perçue de ce modèle aux lignes très fades. Les feux arrière, très fins, sont également peints.  Les deux sorties d’échappement sont des plus discrètes, pour ne pas dire inexistantes, sous le pare-chocs. A l’intérieur, le mobilier noir est peu visible. La seule chose qui en ressort est la large planche de bord alu avec ses cadrans non détaillés. Le soubassement est schématiquement dessiné.
2011 3 etoiles
 

JEEP Grand Wagoneer de 1991

Neo – réf.  NEO 43525
GR4235 Jeep Gd-Wagoner or
 Signé Néo, ce 4x4 Grand Wagoneer  séduit l’œil par ses teintes mordorées du plus bel effet. Et puis, il y a cette vision de ces (ses) volumes parallélépipédiques qui lui donnent un certain charme. Je me répéterai donc en écrivant que les lignes, volumes et coloris de ce modèle sont très réalistes. De plus, ils bénéficient d’une bonne gravure et d’une multitude de pièces photodécoupées très fines. Espérons qu’elles résisteront à l’usure du temps et qu’elles ne se décolleront pas comme cela est survenu sur une Jensen produite par ce même réducteur.  Admirons le travail de reproduction de la calandre très chargée et ouvragée de cette Jeep où rien ne manque. Très fins essuie-glaces. Les entourages des vitrages sont composés de pièces chromées rapportées, tout comme les poignées des portières et les rétroviseurs extérieurs. Le pavillon reçoit une très belle et fragile galerie. Les jantes à rayons sont réalistes. La décoration en faux bois des flancs est un peu trop brillante à mon goût, mais est très complète avec monogrammes et faux de gabarit. A l’arrière, la lunette reçoit elle aussi un très fin essuie-glace. Jolis feux et belle plaque d’immatriculation sous le chrome marqué Jeep. L’habitacle, tabac blond, rehaussé de faux bois sur la planche de bord et les contreportes, bénéfice d’une belle gravure. Les cadrans du tableau de bord et l’écusson au centre du volant complètent la finition. Dommage que le plancher de chargement paraisse si haut. A noter, sur ce modèle un soubassement détaillé et presque en 3D avec une sortie d’échappement rapportée.
2011 5 etoiles
 

PEUGEOT 309 GTI 1900 group N

Scottish & National Rally Championship 1988

Vanguards/Corgi Special Edition  – réf. VA11600-25-06-312
GR4234 309-GTI blanche
GS4234 309-GTI blanche
 Signée Vanguards, cette version Group N de la 309 GTI est aussi plaisante à regarder que sa version civile présentée il y a quelques semaines (réf. VA11601). Si elle semble partager le même moule elle s’en différencie pourtant quant au millésime reproduit. En effet, si la version civile était une phase II, ici nous sommes en présence d’une phase I reconnaissable à sa calandre particulière et à ses feux arrière originaux. Lignes, volumes et décoration sont conformes à l’original. Deux optiques additionnelles revêtues de leur bonnette sont accrochées au bouclier avant alors que son immatriculation trône sur l’avant du capot moteur. Les jantes sont fidèles.  A l’arrière, les feux rapportés et en plastique, sont correctement colorés. La sortie d’échappement est creuse. Les monogrammes sont bien placés à la base du hayon vitré et doté d’un très fin essuie-glace. Mais c’est à l’intérieur que ce modèle se différencie encore de la version civile. En effet, celui-ci est débarrassé des tapis de sol et de la banquette arrière. Les sièges avant ont laissé places à deux sièges baquets que protège un arceau-cage. Une roue de secours se trouve dans le coffre. Le soubassement est détaillé.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 08:57
2010-02 transit CH43
 
 n° 301 du 16 mai 2011
 
 

Courriel des lecteurs

 

Suite à mon billet « Qui a parlé d’envol des prix ? », j’ai reçu le message suivant, émanant d’un lecteur qui sait de quoi il parle :

 

« A 3 euros il ne peut s’agir que  d'une erreur d'étiquetage ... Ou alors, que le fournisseur dans sa livraison ait suppléé un modèle ordinaire par un autre de meilleure qualité pour éviter des pénalités de la part de Carrefour ! Car fabriqué, dédouané, transporté, avec la tva, un modèle au 1/43 revient a plus de 3 euros rendus en France !! Ou d'un déstockage massif  d'un fournisseur qui a préféré gagner quelques sous plutôt que d’en perdre encore et encore en stock dormant infructueux ? Mais cela n’a aucune réalité économique. »

 

Et pourtant, cette semaine, il ne restait en rayon que les autres modèles… Il n’y avait plus de Lamborghini ! Ce qui m’inciterait à penser au deal suivant :

_ Vous-voulez cette Lamborghini ? D’accord, mais vous me prenez aussi ces cinq autres là…

_ Dans ce cas, vous me la vendez moins cher.

_ Je vous fais un forfait pour le tout.

 

Un peu comme pour l’achat des droits de diffusion des films.

 
 Modèles presse

PANHARD Dyna X de 1950

Ixo/Altaya – collection la Route bleue, n° 72
GR4246 Panhard Dyna-X bleue
GS4246 Panhard Dyna-X bleue
 Signée Ixo, cette seconde reproduction de la Dyna X reprend le moule utilisé pour le n° 50 des Voitures d’antan. C’est dire que l’on retrouve le moule raté et disproportionné de la première version dans une livrée bleu nuit. J’ai encore l’impression que ce modèle a été réalisé à partir de photos prises de trois quarts avant pour obtenir un tel résultat. En effet, si l’on retrouve assez bien  les lignes baroques de l’original leurs proportions sont mal respectées avec un avant trop long et un arrière trop ramassé. A croire qu’il a fallu compenser pour conserver la longueur de la vraie. Pourtant les cotes de ce modèle sont-elles trop grandes pour être vraiment au 1/43ème. L’avant aurait gagné à être un peu plus vertical et l’arrière un peu moins pour les rétablir. De nombreux détails sont rehaussés par  la peinture chromée. Les roues sont très finement reproduites mais il manque toujours le monogramme Panhard sur les enjoliveurs centraux. Et pourquoi l’avoir, à nouveau, dotée de feux rouges supplémentaires, ceux placés sur les ailes étant amplement suffisants pour l’époque. Mais, à l’inverse de la première, celle-ci bénéficie d’un intérieur ivoire qui permet de remarquer les deux sièges avant et la banquette arrière, accompagnés d’une planche de bord et d’un volant noirs, mais aussi du levier de vitesse. Le soubassement n’est pas détaillé. J’ajouterai pour terminer, que les deux rectangles blancs visibles sur la carrosserie sont censés représenter des éponges ou des chiffons pour laver la carrosserie.
2011 2 etoiles
 
 Modèles boutiques

CITROËN Méhari de 1983

Norev – réf. 150919

GR4239 Mehari gendarmerie
 Signée Norev, cette nouvelle version de la Méhari, aux couleurs de la Gendarmerie nationale, nous ramène quelques lustres en arrière car nous nous trouvons en présence d’un modèle en plastique dont le soubassement est frappé du n° 137 correspondant à la référence des premières reproductions de la Méhari par Norev. L’ensemble fait plus jouet que miniature de collection  avec son pare-brise quasi vertical et ses rétroviseurs ultra plats. De plus, la gravure est assez quelconque. Sans parler des roues, des plus simplistes, disposant de beaucoup de jeux. L’abattant arrière est toujours fonctionnel. Par contre le demi-portières sont fixes. A noter que le gendarme dispose des trois leviers de commandes sur la planche de bord (version 4x4). Le soubassement n’est pas détaillé. Et pour cause.
2011 2 etoiles
 

FIAT Doblo Cargo  de 2005 aux couleurs de la Poste italienne

Norev – réf. 771058
GR4240 Doblo poste-Ital
 Signé Norev, ce fourgon Doblo serait tout à fait quelconque sans sa petite décoration latérale aux couleurs de la Poste italienne. En effet, ses lignes et volumes disparaissent sous une livrée blanche qui ne les met pas en valeur. D’autant que la gravure des joints de carrosserie est très voyante. Pourtant, la calandre et le dessin des boucliers sont réalistes. Mais le tout manque de finesse. Il en est de même du dessin des jantes des roues. A l’arrière, la présence des monogrammes et logo phototamponnés tente d’atténuer cette impression, aidée par des feux verticaux réalistes. La cabine reçoit deux sièges bicolores, noir et bleu ainsi qu’une planche de bord très sculptée.  Le soubassement est bien détaillé et gravé.
2011 3 etoiles
 

FORD XF Falcon van de 1984

25ème anniversaire de la marque Trax

Trax – réf. TR76

GR4244 Ford XF Falcon van
 Signée Trax, cette nouvelle présentation du panel van Falcon, bénéficie d’une lignée chromée en l’honneur du 25ème anniversaire de la marque. Il s’agit cette fois ci de la représentation de la XF series qui se reconnait à sa grille de calandre à quatre secteurs. Pour le reste, nous retrouvons les lignes et volumes déjà connus et proposés dans les XD et XE series. Essuie-glaces et rétroviseurs extérieurs sont rapportés et en plastique noir. Les feux et clignotants avant et arrière sont, eux aussi, en matière plastique, rapportés et correctement colorés. Les jantes sont réalistes. Les écussons et monogrammes n’ont pas été oubliés. L’intérieur de la cabine est peu visible mais son mobilier est bien moulé. Nous y trouvons une large banquette pouvant accueillir trois passagers. Le tableau de bord est détaillé, tout comme le soubassement.
2011 4 etoiles
 

HOLDEN FC/225 Special de 1958

Trax – rérf. TO02E
GR4245 FC Special creme
GS4245 FC Special creme
GT4245 FC Special creme
 Signée Trax, cette représentation de la FC series Special, séduit d’entrée par ses lignes désuètes et ses coloris.  Lignes et volumes sont fidèles et sont soulignés par des chromes rapportés assez épais. Les poignées de portières sont elles aussi rapportées et chromées, tout comme le motif ornant le capot moteur ou celui du coffre. Et n’oublions pas le monogramme Holden et ceux marqués Special sur les ailes arrière, photodécoupés.  L’imposante grille de calandre manque un peu de finesse, mais l’original aussi. Les jantes, bien que simples, sont réalistes. Si les phares sont reproduits en plastiques, les clignotants avant et les feux arrière ne sont que peints. Nous trouvant en face d’un modèle de la gamme Opal, nous avons droit à un capot moteur et couvercle de coffre relevables et aux portières avant ouvrables.  Nous pouvons admirer une reproduction en trois dimensions du moteur 6 cylindres en ligne, avec ses fils de bougies et les accessoires qui l’accompagnent, le tout finement gravés et peint. L’habitacle , très détaillés et colorés, accueillent deux larges banquettes derrière une planche de bord très fournies en instrumentation. Du beau travail. Le soubassement est détaillé en 3D.
2011 5 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 10:02
2010-02 transit CH43
 
 n° 300 du 09 mai 2011
 page 1/2
 
 Même si ce 300ème numéro de Collec’Hebdo 43, devenu entretemps CH43, n’est pas illustré par une miniature à ses couleurs, il marque une étape dans la vie de ce blog. En effet, les éditeurs des collections presse semblent s’être tournés vers les marchés Est européens tout en devenir, délaissant de plus en plus le notre qui, pourtant, les a fait connaître. Hélas, il reste encore des niches non explorées mais, rentabilité oblige, elles risquent de le rester encore un bon moment.

 

Ce numéro 300 est aussi pour moi l’occasion de vous remercier de me lire et pour beaucoup d’entre vous, de me suivre, semaine après semaine. Oui, grand merci à vous qui m’avez permis de me faire une petite place parmi vous.

 
 

Qui a parlé d’envol des prix ?

 

 Si, comme beaucoup, je constate depuis quelques mois que les prix de nos chères miniatures ont une fâcheuse tendance à gonfler exagérément, voici qu’au détour d’un rayon de grande surface, Carrefour pour ne pas la nommer – publicité gratuite – j’y ai découvert la semaine dernière un modèle vendu 3 € dont l’exactitude et la finition n’ont rien à envier à un modèle presse, voire à un modèle boutique.

 

 Vous le trouverez présenté à côté de sa consœur, pur produit boutique, trouvée à 47 €… D’accord il n’y a pas photo entre les deux mais il y a matière à se poser des questions sur la vérité des prix pratiqués ici ou là. D’accord également sur l’effet volume de la commande passée par cette grande surface, mais à y regarder de plus près, il y a comme un défaut. Et certainement plusieurs. Seul un négociateur serait à même de m’éclairer sur le pourquoi et le comment de l’écart de prix? En effet, les autres modèles proposés à 3 € font carrément jouets à côté de cette trouvaille.

 

Alors, où se situe le juste prix d’un modèle boutique de finition standard ? Certainement pas dans les sommets qu’ils prétendent avoisiner en ce moment.

 
 Modèles presse

 CITROËN Type HZ de 1955 à châssis long

Eligor/Hachette – collection Type H Citroën, n° 69

GR4243 H Livraisons noir
 Si les dessins annonçant ce modèle parurent peu avenants, celui-ci, signé Eligor, s’avère très avenant, mariant assez judicieusement un noir brillant avec l’alu de sa carrosserie d’origine. Ce d’autant que c’est la version allongée et rehaussée du fourgon qui a été retenue. Nous retrouvons donc le fourgon déjà bien connu pour avoir servi aux n° 49 (marchand de meubles) et 61 (fromager) avec sa porte latérale coulissante et ses ouvertures arrière fonctionnelles.  Pour le reste, nous retrouvons le mobilier habituel de la cabine, séparé par une cloison pleine de la partie chargement. Le soubassement est classique. Une remarque générale pour terminée. Il est dommage qu’Eligor ne soit pas parvenu à représenter correctement les vitrages coulissants des portières.
2011 4 etoiles
 

RENAULT Dauphine accessoirisée de 1958

Ixo/Atlas – collection des Voitures de mon père, n° 04 (par abonnement)
GR4241 Dauphine corail
GS4241 Dauphine corail
 Signée Ixo, cette nouvelle édition accessoirisée de la Dauphine, rappellera à nombre d’entre vous le modèle sorti en 2005 sous le n° 31 de la collection des Chères voitures d’antan dont elle reprend la livrée corail. Pourtant elle se différencie de la première par la présence de roues à jantes pleines – très simplifiées - des Dauphine produites jusqu’à l’AM 1962. Dommage que les accessoires « décoratifs » ne soient que phototamponnés. Si les lignes et volumes sont très acceptables malgré tout, ce type de production ne justifie pas le prix demandé pour cette collection. A l’arrière, il n’y a toujours pas le champignon central d’éclairage  de l’immatriculation, même pas simulé par un point de peinture blanche. A l’intérieur, le mobilier corail reçoit un habillage pied de poule qui me semble lui aussi phototamponnés. La planche de bord et le volant sont ivoire clair. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 3 etoiles
 

RENAULT Floride de 1962

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 33
GR4238 Floride cab blanc
GS4238 Floride cab blanc
 Signée Ixo, cette énième reproduction de la version cabriolet découvert de la Floride, n’est pas sans rappeler par sa livrée blanche la première qui fut faite en 2005 avec le n°40 de la collection des Chères voitures d’antan. Pourtant, à y regarder de plus près le modèle d’aujourd’hui est censé reproduire la seconde génération de la Floride. J’écris bien censé reproduire car, une fois encore, Ixo n’a fait qu’une partie du travail de correction du moule. Je ne reviendrai pas sur le rendu correct des lignes et volumes et m’attarderai, au contraire, sur les erreurs et oublis commis par le réducteur. En effet, la seconde génération de la Floride se reconnaissait de profil par des flancs « lisses » dont les ouïes latérales d’aération du compartiment moteur avaient disparu. Or celles-ci sont toujours présentes sur le modèle proposé. De plus, la seconde génération recevait des jantes alvéolées. Si celles-ci sont bien présentent elles ne sont que trompe l’œil car les alvéoles ne sont que peintes. Par contre, les louvoies du capot moteur, autres caractéristiques de la seconde génération, sont bien reproduites. Et si le mobilier intérieur est entièrement noir, hormis les deux cadrans du tableau de bord, le soubassement, un peu détaillé, continuera à faire pester le collectionneur avec la reproduction d’une transmission classique : moteur longitudinal à l’avant et arbre de transmission aux roues arrière. Un comble pour une tout arrière. D’autant que ce défaut a été signalé au réducteur il y a plus de cinq ans !!!
2011 3 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 09:53
2010-02 transit CH43
 
 n° 300 du 09 mai 2011
 page 2/2
 
 Spécial LAMBORGHINI Galardo Superleggera
 

 LAMBORGHINI Gallardo  Superleggera de 2007

Kyosho – réf. 03751Y

GR4236 Galardo SLeggera jau
GS4236 Galardo SLeggera jau
GT4236 Galardo SLeggera jau
 Signée Kyosho, cette version de la Galardo Superleggera se différentie des autres par la présence d’un capot moteur relevable, comme cela est souvent le cas chez ce réducteur. Pour le reste, nous retrouvons très facilement les lignes, volumes et coloris du modèle original. Le tout jouit d’une gravure assez fine et d’une finition de bon niveau.  Si les optiques avant sont bien reproduites et colorées, je trouve que les grilles des deux prises d’air ne sont pas assez en retrait. Les essuie-glaces sont fins et les rétroviseurs extérieurs ont bien la forme tourmentée des vrais. Les jantes alu à rayons laissent voir des disques de frein ajourés, dotés d’étriers siglés Lamborghini, mais fixes… Un comble ! A l’arrière, le monogramme Lamborghini est chromé, photodécoupé et rapporté. Il est surmonté par un aileron un peu trop haut. Les feux sont en plastique rouge et sont, eux aussi, rapportés. Ils surplombent deux belles sorties d’échappement chromées juste au dessus de l’extracteur d’air.  Comme signalé dès le début, le capot moteur, vitré, de ce modèle, se soulève pour permettre une meilleure vision du dessus du moteur reproduite en quasi 3 D grâce à une bonne gravure. L’intérieur de l’habitacle est moins visible mais semble bénéficier du même soin du détail, notamment dans le dessin des appuie-têtes. Le tableau de bord s’orne de nombreux cadrans à fond blanc alors que volant et accessoires de la planche de bord reçoivent des sertissages couleur alu. Le soubassement est sobrement détaillé.
2011 5 etoiles
 

 LAMBORGHINI Gallardo  Superleggera de 2007

Motor Max – réf. TY51974 – 73401D

 GR4237 Galardo SL or
GS4237 Galardo SL or
 Signée Motor Max et diffusée par la chaîne Carrefour, cette version de la Galardo Superleggera devrait permettre au collectionneur qui ne souhaite pas investir dans l’achat du modèle proposé par Kyosho, de se procurer malgré tout une réplique de bonne facture, pour le prix très modéré de 3 euros, soit 44 de moins que l’autre. Par contre il devra se contenter d’une version sans ouvrant. Pourtant, ce modèle n’a rien à envier à l’autre malgré un coloris plus foncé et des roues aux rayons moins fins et sans disques de frein visibles.  En effet, les prises d’air avant sont bien creusées et les optiques sont – à goût – plus réussies  et bien colorées. Le monogramme Superleggera n’a pas été oublié sur les portières. Si, à l’arrière, le monogramme Lamborghini n’est que phototamponé, l’aileron est bien proportionné. Les feux sont rapportés et en plastique rouge. Par contre, les sorties d’échappement ne sont que suggérées au-dessus de l’extracteur d’air. Le capot moteur vitré laisse, ici aussi, voir le dessus du moteur reproduit en quasi 3D et siglé Lamborghini. L’absence de vitres latérales au niveau des portières, permet de voir l’intérieur, entièrement noir, où le mobilier jouit d’une très bonne gravure. Je n’en veux pour preuve que le dessin des sièges baquets très réaliste. Dommage qu’aucune touche de peinture alu ne vienne relever la planche de bord et le volant. Mais pour le prix, faut pas trop en demander. Le soubassement est lisse.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel