Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 09:18
2010-02 transit CH43
 
 n° 299 du 02 mai 2011
 

Du retard dans les rares parutions restantes

 

Déjà que les collections se font de plus en plus rares, il nous est permis de constater que celles produites par les éditions Altaya connaissent un rythme de parution des plus aléatoires. Il semblerait que la cause soit à rechercher du côté de la rédaction des fascicules ou de leur édition. Pour une fois ce ne serait pas la livraison des miniatures venues de Chine qui en serait la cause...

 
 Modèles presse

CITROËN HV 1500

Eligor/Hachette – collection Type H Citroën, n° 67

GR4233 H transport anes
 Signée Eligor, cette nouvelle présentation du type HV 1500 « Moutonnière », reprend le moule de celle proposée initialement dans une livrée plus sobre sous le n° 39 de cette même collection (visible au second plan sur les photos) et qui me plait beaucoup. Celle d’aujourd’hui très vanille-pistache, se veut le véhicule de transport d’ânes corses pour randonnées. Pourquoi pas ? Toujours est-il que décoration mise à part et laissée à l’appréciation de chacun, la reproduction des lignes et volumes de cet utilitaire est toujours aussi réussie et soignée. Un bémol toutefois pour le caractère artificiel du panneau fixé à l’arrière sur les abattants pivotants…Il faudra que quelqu’un m’explique le système de fixation pour permettre l’utilisation du fourgon. Allez, encore un beau modèle dans cette collection qui tire à sa fin. Mais si un de mes petits doigts me chuchote que l’on pourrait peut-être reparler du type H un de ces jours, l’autre m’invite à faire preuve de patience.
2011 4 etoiles
 

OPEL Lotus Omega de 1989

Ixo/Eagelmoss – collection Opel allemande, n° 07
GR4225 Opel Lotus Omega
 Signée Ixo, cette Lotus Omega suscite d’entrée une interrogation : Pourquoi la conduite à droite ? Il semble bien qu’Ixo ait une nouvelle fois confondu un modèle avec un autre ou voulu utiliser le moule de cette dernière pour le faire passer pour celui de la première. Toujours est-il que nous nous trouvons plus certainement devant la reproduction de l’une des 284 modèles produits avec conduite à droite et diffusés sous le nom de Lotus Carlton par le réseau Vauxhall… Ceci écrit, les lignes et volumes extérieurs sont bien reproduits. Les optiques avant sont équipées d’essuie-phares gravés. Par contre, les essuie-glaces sont reproduits sur la plage à la base du pare-brise. Les roues sont dotées de jantes étoiles au dessin réaliste et ont l’écusson Lotus en leurs centres. Les disques de frein sont dépourvus d’étriers. A l’arrière, les feux, en plastique et rapportés, sont correctement colorés. Dommage que la double sortie d’échappement soit pleine. Un aileron surmonte le couvercle du coffre. A l’intérieur, un mobilier gris très clair et foncé est visible. Si le poste de conduite est à droite, il est toutefois curieux de constater que, comme d’habitude, c’est la vitre avant gauche qui est reproduite abaissée. Elle permet de mieux découvrir la gravure de ce mobilier.  Le soubassement est très peu détaillé.
2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

ARMSTRONG Siddeley Lancaster de 1951

Oxford – réf. ASL001
GR4226 Armstrong Siddeley n
 Signée Oxford, cette Lancaster, très britannique d’aspect, nous restitue de bonne façon les lignes et volumes de cette voiture du juste après guerre, sa stricte livrée noire y contribuant fortement.  De plus, les quelques chromes sont assez fins pour parfaire la discrétion de ce modèle doté d’une belle calandre verticale. La mascotte de capot, les rétroviseurs  extérieurs, les essuie-glaces ainsi que les poignées de portières et des deux coffres sont des pièces rapportées et chromées, tout comme le bouchon du réservoir et les enjoliveurs des roues. Les flèches de direction n’ont pas été oubliées, placées dans le montant central. Les lames des pare-chocs sont bien détaillées. A l’intérieur, le mobilier, bordeaux, est bien détaillé alors que la planche de bord, brune, ne reçoit aucune décoration pour ses cadrans. Le soubassement est peu détaillé.
2011 4 etoiles
 

BEDFORD CA Milk float Unigate

Oxford – réf. CA001
GR4227 Bedford laitier rose
 Signé Oxford, ce petit fourgon de livraison de lait s’avère très sympathique malgré une présentation toute simple. En effet, bien que dépourvu de tout rétroviseur extérieur, il possède les lignes et volumes de l’original, avec une gravure assez fine. Si ces chromes ne sont que gravures et peinture, comme les clignotants et les feux arrière, les phares sont rapportés et en plastique. La décoration est phototamponée. Les essuie-glaces, gravés sur le pare-brise. Les roues sont malgré tout assez réalistes dans leur simplicité. Le chargement du plateau est assez soigné. Pourtant, l’arrière de la cabine ne joint pas le reste de la carrosserie. Son mobilier intérieur est noir et peu visible. A noter, l’absence de représentation des contreportes. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 3 etoiles
 

FORD Transit plateau à double cabine

Minichamps pour Ford – réf. Boitage Ford ???
GR4228 Fod Transit benne
 Signée Minichamps, cette version à double cabine du Transit fait partie de ce que je nommerais les modèles institutionnels, d’autant qu’elle est proposée dans un boitage Ford. De ce fait, ce modèle propose des lignes et volumes fidèles, dans une livrée bleue très réaliste. Le tout bénéficie d’une finition correcte à la gravure assez fine. Les rares pièces rapportées sont en plastique. Le dessin des jantes est assez grossier. Seul le plateau, en plastique lui aussi, est finement détaillé. Son chargement n’est pas d’origine. Le mobilier gris-bleu de la double cabine bénéficie d’une bonne gravure et est très visible grâce à l’importante surface vitrée et peut accueillir cinq occupants. Le châssis est reproduit en quasi 3d.
2011 4 etoiles
 

SEAT Arosa de 1997

Minichamps – réf.  430 057101
GR4229 Arosa verte
 Signée Minichamps, cette première version de l’Arosa reproduit correctement les lignes et volumes de l’original dans une présentation sans fioritures, notamment dans le traitement des boucliers avant et arrière, ainsi que des optiques avant que je trouve un peu frustre. Ceci étant, le reste de la voiture est acceptable malgré le mauvais ajustement des vitrages latéraux arrière laissant trop de jour. Le dessin des jantes est correct avec en leur centre le S de Seat. Les feux arrière sont rapportés, en plastique correctement coloré. Par contre le logo et les monogrammes ne sont que photo tamponnés. A l’intérieur, un mobilier gris, bien détaillé occupe le faible espace. Outre une belle reproduction colorée des cadrans du tableau de bord, il est possible de découvrir l’habillage des contreportes qui laisse apparaître la carrosserie comme sur la vraie. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 4 etoiles
 
 
 Prochain numéro
 
 Le n° 300 de CH43 sera exceptionnellement mis en ligne le 11 mai 2011.
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 14:43
2010-02 transit CH43
 
 n° 298 du 25 avril 2011
 
 Modèles presse
 La Route bleue, devient aujourd'hui, la Route blanche (ex RN 5)

 C’est sur la foi du contenu de la lettre d’accompagnement des modèles n° 69, 69 et 70 de la collection de la Route bleue, indiquant qu’il s’agissait du dernier envoie, la collection s’arrêtant avec la livraison de son n° 70, que je m’en étais pris à Altaya dans mon billet publié dans le n° 294 de CH43 du 28 mars 2011.

 

Je me dois de faire amende honorable et de revenir sur mes propos puisque ce matin, mercredi 20 avril 2011, j’ai trouvé chez mon pressier favori, le n° 71 de cette même collection. Apparemment suite à un simple retard d’approvisionnement.

 

Dont acte, cette collection devrait continuer jusqu’à son terme, aujourd’hui le n° 80. Vous trouverez plus après mon commentaire sur ce n° 71, la Renault R12Gordini.
 

BERLIET 770 KB de 1976

Ixo/Altya – collection Camions d’autrefois, n° 37
GR4230 Berliet 770KB Elf
 Signé Ixo, ce petit camion 770 KB, jouit d’une belle présentation, bien trop propre pour être réaliste. Il n’y a pas une seule trace de graisse ! Trève ede plaisanterie. L’ensemble est plaisant à regarder et la représentation de la cabine, dérivée du Stradair et amputée de son cap, de sa péninsule… de son long capot qui abritait le moteur de celui-ci, est fidèle. Pourtant, il semblerait bien qu’Ixo n’ait pu s’empêcher d’y apposer sa griffe en la dotant de curieux clignotants horizontaux dans la grille supérieure, dont je n’ai trouvé la trace que sur des modèles exportés alors que sur les nombreuses photos de véhicules immatriculés en France, et notamment, de sapeurs pompiers, forts friands de ce type de camions, ceux-ci en sont dépourvus . Pour le reste, nous avons affaire à une citerne déjà connue pour avoir équipé un Fiat  aux couleurs d’Agip, un Man aux couleurs de Shell et un Somua aux couleurs de BP. A noter que ce camion n’est pas pourvu d’un échappement à l’avant, mais standard, sortant sous la citerne. Le mobilier, à l’intérieur de la cabine, est entièrement noir et ne comprend que deux sièges, le coffrage du moteur étant dépourvu du siège d’appoint.  Le châssis est classique.
2011 4 etoiles
 

CHEVROLET Corvette Sting Ray de 1963

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 32
GR4231 Corvette StingRay bl
GS4231 Corvette StingRay bl
 Réduite par Ixo, cette Sting Ray reprend le moule qui fut utilisé pour proposer, en son temps, le modèle- très réussi - n° 03 du test sur les Mythiques voitures américaines, qui, à ce jour, n’a connu aucune suite. Ce qui est surprenant. Nous devrions donc retrouver les belles lignes et les bons volumes de l’original avec une belle peinture métallisée au grain très fin. Hélas il n’en est rien. La faute à une finition quelque peu bâclée et d’entrée, desservie par une peinture bleu très pâlichon et trop épaisse qui noie certains détails comme les sorties d’air des panneaux de custode. Alors qu’on aurait pu se réjouir de retrouver un beau modèle, bien fini, nous sommes en présence d’un modèle dont on ne sait que penser. Ce d’autant si, comme moi, vous pouvez le comparer avec le modèle du test. Et là, il n’y a pas photo entre les deux. Alors, je me lance et commence par dénoncer la disparition des grilles d’aération du capot moteur, remplacées par deux bandes de peinture noire. De même les sorties d’air des ailes avant et des panneaux de custode ne sont plus soulignées de noir. De même, il n’y a plus d’antenne radio sur l’aile arrière gauche. Les sorties d’échappement, toujours chromées, sont plus grossières. Seules les roues sont inchangées et toujours aussi fines et dotées de pneus à flanc blanc. De même, tous les écussons, logos et monogrammes sont correctement placés et conservés. Par contre, l’intérieur est cette fois-ci rouge sang foncé mais dépourvu de tout cadran représenté sur le tableau de bord. Le soubassement est un peu détaillé.
2011 3 etoiles
 

RENAULT R12 Gordini de 1972

Ixo/Altaya – collection Route bleue, n° 71
GR4232 R12-Gordini bleue
GS4232 R12-Gordini bleue

 Signée Ixo, cette version de la R12 Gordini, accessoirisée avec des pare-chocs (option) et son rétroviseur extérieur en forme d’obus, est pour moi l’une des plus réussies dans le respect des lignes, volumes et coloris, de la vraie. C’était déjà le cas pour celle proposée sous le n° 66 de la collection des Voitures d’antan, ou encore, ce celle, dépourvue de pare-chocs, de la collection Rallye de Monte-Carlo, n° 59, dans sa livrée blanche et rouge. Regrettons toutefois, une fois encore, le traitement raté des projecteurs additionnels avant et l’absence de noir dans les ouvertures sous la calandre et sur les jantes des roues. A noter, que les jantes - fort belles au demeurant – ont effectivement des alvéoles ajourées. Si vous avez une loupe très grossissante vous parviendrez certainement à découvrir les monogrammes figurant à l’arrière, au-dessus des feux uniquement rouges. Notez la forme normale de la plaque arrière. L’intérieur est noir mais bien détaillé et contient un conducteur. Le soubassement est peu détaillé.

 

 

Pour voir le comparatif de la R12 normale d’ Ixo avec celles de Norev et de Solido.
2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

CITROËN DS4 de 2011

Provence Moulage – réf. AMC019012
GQ4223 DS4 bronze
 Signée Provence Moulage (sur le boîtage et le soubassement), mais fixée sur un socle siglé Norev, cette première représentation au 1/43ème de la nouvelle DS4 me laisse vraiment sur la faim, vu son prix d’achat. En effet, nous sommes en présence d’une simple coque aux vitres noires, sans aucun aménagement intérieur. De plus les optiques avant et les feux arrière ne sont que dessinés et peints. Cette précision importante signalée, il faut reconnaître que ce modèle en résine restitue correctement les lignes, volumes et coloris du modèle, en finition haut de gamme de ce faux coupé. Seuls les logos DS4 et le monogramme Citroën placé sur le hayon sont chromés et photodécoupés. Les autres chromes sont seulement peints. A noter cependant des roues aux jantes travaillées réalistes laissant voir les disques de freins avec leur étriers et équipées de pneumatiques taille basse. Ne soyez pas surpris par la cotation de cette coque vide car pour moi il manque le traitement de l’habitacle. Attendons l’interprétation complète qu’en fera bientôt Norev pour juger le résultat définitif.
2011 2 etoiles
 

CITROËN C-Zéro de 2011

Norev – réf. AMC019016
GQ4224 Citroen C-zero
 Signée Norev cette C-Zéro (pour Carbone: zéro), modèle électrique que Citroën propose, n’est autre qu’une adaptation de la Mitsubishi iMiev déjà présentée ici. Nous retrouvons donc les mêmes lignes et volumes que sur la japonaise à quelques détails près comme la forme des boucliers avant et arrière, qui sont très bien reproduits. Les chevrons qu’arbore cette voiture sont chromés et photodécoupés alors que les écussons C-zéro sont de simples décalques. Le dessin des optiques avant et des feux arrière est correct. Dommage qu’avec la mode actuelle les feux arrière ne sont plus reproduits qu’en blanc, à l’exception ici du troisième feu stop placé sur le petit béquet coiffant la lunette arrière et le feu de brouillard dans le bouclier arrière. Les petites roues, aux jantes fidèles, laissent deviner les disques de freins avec leurs étriers. Le mobilier de l’habitacle étroit – origine japonaise oblige – est très bien reproduit dans une livrée ocrée bien moulée. Conduite à gauche, pour cette version française. Un effort a été fait dans le rendu de la planche de bord et de la console centrale, toute deux très détaillées. Les contreportes n’ont pas étaient oubliées avec leur dessin original et bicolore. Le soubassement est détaillé, notamment au niveau du moteur électrique placé à l’arrière.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 09:48
2010-02 transit CH43
 
 n° 297 du 18 avril 2011
 
 Modèles presse

ALPINE A110 1600S Berlinette de 1973

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection classiques de l’automobile, n° 31
GR4219 A110 berlinette bleu
 Signée Ixo, cette énième reproduction de la célèbre Berlinette A110 ne nous est pas pour autant une nouveauté car elle reprend le moule de celle qui nous fut proposée en son temps dans la collection des voitures d’antan, n°59. Nous retrouvons donc une bonne restitution des lignes, volumes et coloris de l’original. Le tout bénéficiant d’une bonne gravure et d’une finition correcte. Elle s’en distingue toutefois par la présence de deux optiques supplémentaires placés devant les demis pare-chocs (au lieu d’être fixés entre ceux-ci et les butoirs). Les clignotants avant ne sont toujours reproduits que par une touche de peinture orange et la prise d’air sous l’immatriculation est toujours absente. Les petites roues possèdent un dessin assez fidèle de leurs jantes.  Ecussons et monogrammes sont à leurs places et les feux arrière, en plastique et rapportés, sont correctement colorés. A noter que la sortie d’échappement est (enfin) à droite sur ce modèle. Par contre, le mobilier intérieur est le même et est entièrement noir. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 4 etoiles
 

LANCIA Fulvia HF au Rallye de Monte-Carlo 1972

Ixo/Altaya – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 123
GR4218 Fulvia-HF RMC
 Signée Ixo, cette seconde version de la Fulvia HF engagée lors de l’édition 1972 du Rallye de Monte-Carlo, sous le n°14 et confiée à l’équipage  Sandro Munari et M. Mannucci. Or cette voiture nous a déjà été proposée sous cette même livrée (n° 48 de la collection 100 ans de sports automobiles) où sa présentation était plus réaliste que sur celle d’aujourd’hui. Je vais revenir sur ce point. Nous nous trouvons donc devant  une reproduction connue et fidèle des lignes, volumes et coloris extérieurs de la voiture. Si le traitement de l’avant n’appelle pas de remarques particulières, ceux des flancs, de l’arrière et de l’habitacle, sont plus ou moins sujets à caution, sinon à questions. Déjà, au niveau des jantes. Celles-ci sont d’un dessin différent, ce qui se justifie dans le cas présent de telles montes lors de l’épreuve. Des photos en font foi. De même pour la présence sur les ailes avant, d’un autocollant Pirelli, mal reproduit, apparu en fin d’épreuve. Par contre, le petit rétroviseur d’aile est trop avancé. A l’arrière, l’immatriculation est enfin correcte. Le bouchon du réservoir est lui aussi différent. Mais c’est surtout dans l’habitacle où les choses se gâtent car, à vouloir standardiser les choses, cette voiture a été dotée de sièges baquets à haut dossier et harnais. Pourtant, dans la vraie, les sièges n’avait que des sièges au dossier ne dépassant que de très peu la ligne de caisse. Comme Ixo l’avait reproduit sur sa première représentation de cette voiture.  Cependant, il faut reconnaitre l’effort qu’il a fait pour nous proposer une planche de bord bien colorée et au tableau de bord paré de tous ses cadrans. A noter que le plancher alu met en évidence la reproduction du pédalier, du bossage de la base du levier de vitesses coudé et de la présence de deux chronomètres devant le copilote. Le soubassement, peu détaillé, reçoit une plaque de protection du moteur.
2011 4 etoiles
 
 Presse espagnole

SEAT 1500 Bifaro de 1969

Ixo/Altaya – collection espagnole Seat la coleccion, n° 37
GR4222 Seat 1500 bifaro
 Signée Ixo, cette représentation de la deuxième génération de la Seat 1500, vient compléter la gamme après la reproduction de la première génération proposée, avec ses simples optiques avant, dans la collection de la Roue bleue (n° 38).  Si nous retrouvons pas ici les défauts signalés lors de l’examen du modèle à simples optiques, c’est que le moule a été conçu au départ pour la version Bifaro à doubles optiques à l’avant. Ce qui n’enlève pas le fait, déjà signalé, que cette reproduction souffre d’une échelle plus proche du 1/40ème que du 1/43ème . Tout comme tous les autres modèles de la gamme : break et pick-up compris. Ceci étant, la reproduction de l’immense calandre est tout juste acceptable, en raison du mauvais rendu du bord chromé du capot moteur, plat et horizontal pour sa partie inférieure, au lieu d’être courbe et rejoindre le haut de la calandre sur la miniature, d’où un aplat chromé vertical incongru à la place. Pour le reste, tout est acceptable, comme les jolies roues dotées de jantes fidèles et de pneus à flanc blanc.  Les feux arrière sont métalliques mais correctement colorés. Les monogrammes et écussons sont présents. A l’intérieur, le mobilier est rouge sang. A l’avant il n’y a qu’une simple banquette. Il devrait y avoir au moins des dossiers séparés. Belle planche de bord. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 3 etoiles
 

SEAT 133 Especial de 1977

Ixo/Altaya – collection espagnole Seat la coleccion, n° 36
GR4221 133 blanche
 Signée Ixo, cette représentation de la petite 133 correspond à la version Especial de ce modèle produit depuis 1977, reconnaissable à sa fausse calandre avant. Pourtant, une fois encore Ixo n’est pas allé jusqu’au bout de la démarche puisqu’en plus de cette fausse calandre et du filet de peinture noire courant surles flancs, cette version arborait des pare-chocs noir mat. De plus, à partir de cette année là, les clignotants avant furent blancs.  Ceci étant, le respect des lignes et volumes de ce modèle relève des méthodes d’avant la scannerisation des originaux. D’où une certaine interprétation, notamment au niveau du pare-brise trop haut et au sommet non horizontal. De plus, les roues semblent un peu trop petites, bien que d’un dessin réaliste. Les feux arrière sont rapportés, en plastique correctement coloré. Le mobilier intérieur, bleu gris, bien que succinct, est bien détaillé. Ce qui n’est pas totalement le cas du soubassement, pourtant plus travaillé que d’habitude.
2011 3 etoiles
 

SEAT 128 de 1977

Ixo/Altaya – collection espagnole Seat la coleccion, n° 35

GR4220 128 coupe rouge
 Signée Ixo, cette reproduction du coupé 128 ne permet pas de définir exactement la version de départ. Si les lignes et volumes sont acceptables, bien que noyés sous une peinture rouge trop épaisse, la présence d’un béquet sur le hayon arrière donnerait à penser qu’il s’agit de la version Sport du coupé 128. Mais je n’irai pas plus loin faute d’autres indices concordant. A signaler l’absence des quatre grilles d’aération sur le capot, à la base du pare-brise.  Les jantes manquent de finesse, tout comme les poignées des portières.  Par contre, le double trio de feux arrière est très bien rendu avec des feux rapportés en plastique, bien colorés et répartis. Bien que simple, le mobilier noir est bien détaillé alors que le soubassement est plat.
2011 3 etoiles
 
Additif du 13 avril 2011

 

Qu’ai-je fait de mettre en ligne dès hier ce numéro 297 ? J’ai déjà reçu deux messages me demandant pourquoi je ne vous ai pas encore présenté les modèles sortis après la Facel-Vega Excellence,  du test des Voitures françaises d’autrefois ? 



Je ne l’ai pas encore fait, parce que je ne suis pas encore en leur possession.



La cause ? Une distribution hiératique et très fluctuante des modèles qui a fait que le pressier qui approvisionne mon correspondant n’a pu lui fournir certains modèles en quantités suffisantes… Donc patience… Et merci encore à mon pourvoyeur pour son entremise.

 

 

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 15:40
2010-02 transit CH43
 
 n° 296 du 11 avril 2011
 
 Modèles boutiques

 FERRARI 288 GTO Evoluzione

Jouef – réf. 300000

 Il est bon parfois de pouvoir fouiner dans les arrières salles. On peut y faire de belles découvertes. Trouvée à l'état neuf, dans son boitage d'origine, avec les décalques et la tige métallique destinée à laisser le capot arrière relevé.
GR4210 288GTO Evoluzione ro
 Signée Jouef, cette 288 GTO Evoluzione, date de la fin des années 1980. Malgré son âge je l’ai trouvée à l’état neuf dans son boitage d’origine, quelque peu fatigué, mais complet avec la pochette contenant les décalques blanches, que je n’apposerai pas et la tringle métallique destinée à tenir le capot moteur en position levé. Les lignes et volumes sont corrects mais les joints des quatre principaux ouvrants sont un peu trop visibles. Pourtant cette voiture reste très agréable à regarder et bénéficie d’une finition très poussée avec un soin particulier apporté dans le traitement de certains détails, comme la reproduction de la grille placée derrière la calandre ou du radiateur incliné. La batterie et les amortisseurs de direction sont aussi reproduits au fond de leur puits. Bien que peu visibles, les freins à disque sont bel et bien présents derrière de belles jantes étoilées. Mais ce sera la reproduction très fine de toute la partie mécanique arrière qui retiendra l’attention du collectionneur avec ses différentes pièces travaillées, colorées et correctement placées. Il y a même les ressorts des suspensions autour des amortisseurs. De même, l’aménagement de l’habitacle est soigné avec, outre les deux sièges baquets avec harnais, et une planche de bord détaillée, la présence d’un pédalier chromé et rapporté. A noter le levier de vitesses, décentré et l’extincteur placé le long du tunnel central. Le soubassement est plat.
Hier 5 etoiles
 

HUMMER H2 SUT

Oliex – réf. 433ND
GR4213 Hummer T2 rouge
 Diffusé par Oliex-Cararama, mais produit par Hongwell, cet H2 reproduit de manière fort agréable les imposants volumes du vrai. Ceci est d’autant facilité par un bon respect des lignes et des coloris, le tout soigné par une gravure satisfaisante. De plus il y a plusieurs pièces rapportées assez fines en plastique noir pour reproduire ses accessoires extérieurs.  Les feux, rapportés ou simplement peints, sont correctement placés et proportionnés. Les roues au dessin des jantes correct, sont dépourvues de la reproduction des freins à disques. Par contre les larges marchepieds latéraux sont présents. Cette version ouverte à l’arrière, genre pick-up, dispose d’un mobilier intérieur entièrement noir bien dessiné. Le soubassement est assez bien détaillé en fausse 3D.
2011 4 etoiles
 

MITSUBISHI Colt3 de 2008

Vitesse – réf. 29271
GR4212 Mitsubishi Colt3 ble
 Signée Vitesse cette Colt 3 5 portes reproduit fidèlement les lignes, volumes, coloris et présentation de la vraie. Elle jouit pour cela d’une gravure assez fine et d’un soin particulier dans la pose des écussons et monogrammes chromés, réalisés par photodécoupage. A l’avant, le grand pare-brise reçoit des essuie-glaces de taille correcte. Les optiques ont un dessin réaliste et ont des clignotants orange. Les roues, d’un bon diamètre sont dotées de jantes à étoiles fidèles, chaussées de pneus taille basse, laissant voir les disques de frein avec leurs étriers. Les feux arrière sont rapportés en plastique, bien colorés. Pourtant le troisième feu stop n’est que moulé sous l’aileron prolongeant le pavillon. Ce qui représente en fait la Colt3 1.3 litre Intense Allshift disponible notamment en Suisse. En effet, le mobilier intérieur, très bien détaillé lui aussi, propose un modèle à conduite à gauche avec une finition très poussée dans les détails, notamment en ce qui concerne la planche de bord et la console centrale. A noter toutefois, sur l’exemplaire en ma possession du moins, que le levier de frein à main a été collé à l’envers. Il faudrait le tirer vers l’avant !!! Le soubassement est un peu détaillé.
2011 4 etoiles
 

NISSAN Fairlady 350 Z de 2003

J-Collection – réf. JC013
GR3092 Nissan 350Z gris
 Signé J-Collection, ce coupé 350Z reproduit très fidèlement les lignes, volumes et coloris de l’original, présenté en version japonaise, à conduite à droite. Les écussons qui ornent l’avant et l’arrière de ce coupé sont photodécoupés alors que les autres et le monogramme figurant à l’arrière sont des décalques. Les optiques avant et les grands feux arrière sont des pièces rapportées en plastique correctement colorées. Les roues reçoivent des jantes en étoile à six branches au dessin fidèle. Elles laissent voir les disques de freins avec leurs étriers. Les poignées de portières, représentées par des pièces métalliques chromées manquent un tant soit peu de discrétion.  La lunette arrière est dotée d’un essuie-glace stylisé et laisse voir le cache supérieur du moteur. Deux belles sorties d’échappement chromées dépassent sous la jupe. A l’intérieur, deux sièges enveloppant, couleur cuir, occupent l’espace, derrière une belle planche de bord et séparés par une console centrale détaillée. Le soubassement l’est un petit peu.
2011 4 etoiles
 

NISSAN Fairlady Z Nismo 380RS de 2008

J-Collection – réf. JC062
GR4211 Nissan Fairlady
GS4211 Nissan 380Z
 Signé J-Collection ce coupé Z 380RS Nismo séduit par sa livrée rouge sang et ses dimensions imposantes tentant d’exprimer le caractère sauvage de sa mécanique. C’est vrai que placé à côté de la version routière, il a une toute autre alluree que celle-ci.  Il bénéfice d’une belle gravure et d’une finition d’un bon niveau avec des logos, écussons et monogrammes chromés et photodécoupés, de dimensions correctes et placés aux bons endroits. Je n’en dirai pas autant des reproductions des poignées de portières, trop généreuse. Cela n’enlève rien à son agressivité visuelle avec son vaste échangeur d’air arrière et ses ailes élargies qui accueilles de très belles jantes en étoile laissant voir les disques de freins dotés d’étriers dorés et estampillés Brembo. Fins essuie-glaces sur le pare-brise et la lunette arrière, ainsi qu’une fine antenne radio, sont en plastique noir. La lunette arrière laisse voir le haut du moteur. Le mobilier intérieur, tout en nuances de gris, reproduit de belle manière le vrai, avec sa conduite à droite. Il jouit d’une très bonne gravure de la planche de bord et de la console centrale. Le soubassement est bien détaillé.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 10:33
2010-02 transit CH43
 
 n° 295 du 07 avril 2011
 
ERRATUM et ERRATA ???

Je viens de m'apercevoir que j'ai commis une erreur dans le dernier numéro de CH43. Le type H aux couleurs du journal le Progrès est en fait le n° 66 de la collection dédiée au type H Citroën et non le n° 60 qui est le fourgon d'un concessionnaire, fourgon non encore reçu à ce jour. Comme l'on voit souvent écrit, les fidèles lecteurs auront corrigé d'eux mêmes. Mais les autres ? Aussi je vous prie de bien vouloir m'excuser pour cette erreur.

 

J'en profite pour apporter une petite précision au scoop annoncé dans ce même numéro 294. Il semblerait que l'éditeur connaisse quelques petits problèmes de logistique qui retarderaient le lancement effectif de ce test dont la sortie reste d'actualité. Ah, les flux tendus!!!

 
 Modèles presse

LATIL H16A de 1957

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 36
GR4215 Latil plateau blanc
 Signé Ixo, ce camion Latil nous ramène de nombreuses années en arrière, à la mi temps des années 1950 avec sa bouille rebondie d’enfant bien nourri, un peu comme le bébé Cadum de l’époque. Sa cabine se prolongeant jusqu’à l’aplomb de l’arrière du passage de roue caractérise le modèle H16A. Celle du H14A, plus courte, s’arrêtant presque à l’aplomb du sommet dudit passage de roue. Pourtant l’empattement de près de 10 cm correspond à un châssis « normal ». Comme à son habitude, Ixo fait porter son effort sur la reproduction détaillée de la cabine qui se pare d’une imposante calandre dotée de six larges moustaches horizontales chromées. Calandre surmontée de l’écusson Latil rouge. Les phares sont à ampoules jaunes. Si le pare-chocs est doté d’un trou pour le passage d’une éventuelle manivelle, rien d’équivalent n’est prévu sous la calandre !?! A l’intérieur il est possible de voir l’imposant coffre isolant le moteur et les deux sièges. Celui du passager se rapprochant d’un strapontin. Le plateau bâché est aux couleurs des Grands moulins de Paris et est des plus classiques, tout comme le châssis. Par contre, la barre anti encastrement supportant feux et immatriculation arrière n’est pas du tout d’époque.
2011 4 etoiles
 

PEUGEOT 203 (AM1959 ou suivants)

Ixo/Atlas – collection Voiture de mon père, n° 03
GR4216 203 blanche
 Signée Ixo, cette nouvelle représentation de la 203 nous laissera, une fois encore  dubitatif, devant les détails reproduits. En effet, la suppression de la tête de lionne à l’extrémité du capot moteur, remplacée par le simple écusson Peugeot, est supposée faire partie de l’équipement d’un modèle produit à partir de 1958 (AM 1959 et suivants). Or cette 203, aux lignes et volumes acceptables, fourmille de détails anachroniques comme : les flammes chromées courant sur les ailes avant disparues dès 1950, la présence d’une trappe d’aération sur le capot moteur, à la base du pare-brise, supprimée en 1953. Ajoutons, la présence des flèches de direction sur les panneaux de custode alors que les clignotants avant et arrière sont apparus en 1956 (AM 1957). Et à l’arrière, la forme arrondie de l’immatriculation qui, en réalité, a laissé place à une immatriculation plus carrée dès 1953. Si les ailes arrière supportent bien les feux et catadioptres, le motif de coffre éclairant l’immatriculation, ne devrait plus comporter de feux rouges, ceux-ci l’ayant déserté en 1954. Par contre, nous aurions du trouver des clignotants  blancs à l’avant et des déflecteurs sur les portières avant. Seuls les enjoliveurs de grand diamètre correspondent à l’après 1958. A noter que la calandre d’origine a été remplacée par une calandre P53 de G.H. incorporant des phares antibrouillards ; L’intérieur contient un mobilier en deux nuances de gris où les deux sièges couchettes avant de la vraie ne sont représentés que par une simple banquette, derrière une planche de bord, gravée, couleur carrosserie. Le soubassement n’est pas détaillé. Et les pneus sont trop larges pour représenter les montes étroites de l’époque. Pas très réaliste tout cela pour le prix demandé.
2011 3 etoiles
 

CITROËN HY à plateforme publicitaire  de 1963

Eligor/Hachette – collection Type H Citroën, n° 67
GR4217 H Kiravi jaune
 Il y a heureusement, de temps à autre, des modèles qui sortent de l’ordinaire. C’est le cas aujourd’hui avec ce nouveau modèle de type H signé Eligor. Oh, direz-vous, il est des plus banals. Certes, son aspect nous est familier. Il nous a déjà été présenté dans une livrée brune aux couleurs des cafés Stentor. Mais celui-ci, à la livrée bariolée nous ravit par son message publicitaire, peu courant de nos jours.  La réalisation proprement dite de ce fourgon est conforme aux standards de cette collection avec ses clignotants avant simplement peints, ses poignées de portières et de maintien rapportées ou ses nombreux feux arrière. Pourtant il ne possède aucun ouvrant mais son charme réside dans sa décoration. Merci d’avoir osé la faire.
2011 4 etoiles
 
 
 Modèles boutiques

HOLDEN HD/235 Premier sedan de 1965

Trax – réf. TR56D
GR4194 HD Premier grise
GS4194 HD Premier grise
 Signée Trax, cette – déjà ancienne (2004) – reproduction de la HD/235 Premier, n’est pas des plus réussies dans le rendu des lignes de la vraie, lesquelles étaient plus tendues que sur la miniature. De même cette approximation se retrouve dans le dessin des contours des passages de roues. Pourtant les volumes sont acceptables, tout comme la finition qui rattrape un peu le coup. Ce n’est vraiment pas le modèle le plus réussi d’Holden, mais il vient combler un vide dans ma collection. La face avant avec sa large calandre chromée affiche le monogramme Holden en lettres photodécoupées et chromées, alors qu’à l’arrière, sur le panneau sous le couvercle du coffre, c’est le monogramme Premier qui bénéficie du même traitement. Et puisque je suis déjà à l’arrière, je signale que le motif fixé sur le couvercle du coffre est très coloré. De même l’adhésif avec écusson que l’on trouve sur les ailes avant et à droit sur le couvercle du coffre. Les poignées des portières sont rapportées et chromées. Le dessin des jantes de roues est correct et arbore un centre coloré avec écusson. Les feux arrières ne sont que colorés. Le mobilier intérieur est entièrement rouge. Les contreportes reçoivent des touches alu pour leurs accessoires. La planche de bord, grise, est détaillée, notamment au niveau du tableau de bord. Le soubassement est un peu détaillé, et met en évidence le parcours chaotique de la ligne d’échappement.
2011 2 etoiles
 

SAAB 900 coupé Turbo 16 (AM 1985)

Norev – réf. 810030
GR4207 Saab 900-coupe noir
 Signé Norev, ce coupé  900 turbo reproduit un des premiers modèles à la calandre quasi verticale. Ses lignes, volumes et coloris sont corrects et bénéficient d’une présentation acceptable pour le prix demandé, même si la gravure des ouïes latérales arrière est un peu grossière. Toutefois, tout en noir, ce modèle fait un peu jouet malgré sa belle calandre à l’avant, ses feux avant et arrière rapportés, en plastique et correctement colorés. Les essuie-glaces sont assez grossiers. Les jantes, au dessin fidèle, sont assez quelconques. La base du hayon arbore des monogrammes chromés composés de lettres photodécoupées. Dommage que la sortie d’échappement soit pleine. A l’intérieur, le mobilier, gris foncé, demeure bien gravé et complet. A noter aussi, le travail de détail de la planche de bord et de son tableau aux multiples cadrans. Et, au centre du volant à quatre branches, l’écusson Saab. Le soubassement est peu détaillé.
2011 4 etoiles
 

SAAB 900 cabriolet Turbo 16S (AM 1987)

Norev – réf. 810040
GR4208 Saab 900 cab jaune
 Signé Norev, ce cabriolet 900, première génération, représente un modèle restylé apparu avec l’AM 1986, reconnaissable à sa calandre plus inclinée que sur les modèles antérieurs. De plus, avec ses jupes inférieure aérodynamique et ses jantes spéciales à trois branches correspondent bien à la version turbo 16S. Si ses lignes et volumes sont correctement reproduits, c’est une nouvelle fois la finition du modèle qui me déçoit. Alors que les prix s’élèvent, la qualité perçue baisse. Ici, c’est une fois encore l’emploi d’une peinture trop fine qui laisse deviner le métal, notamment au niveau de la nervure de caisse courant sur les flancs ou dans la représentation de la grille sur le capot moteur. A cela, ajouter un recours immodéré au plastique, pour le pare-brise – aux essuie-glaces épais et rapportés - et son encadrement, le rebord de carrosserie enserrant l’habitacle et le soubassement, sans oublier les boucliers avant et arrière. Et que penser de l’apposition de la peinture noire sur les poignées des portières et les larges bas de caisse à la rectitude approximative. La qualité baisse ! Pourtant, les feux avant et arrière sont bien dessinés et rapportés en plastique. De plus ils sont correctement colorés et le couvercle du coffre reçoit des monogrammes chromés aux lettres photodécoupées. Le mobilier intérieur, gris foncé, demeure bien gravé et complet, avec même reproduction des quatre ceintures de sécurité. A noter aussi, le travail de détail de la planche de bord et de son tableau aux multiples cadrans. Et, au centre du volant à trois branches, l’écusson Saab. Le soubassement est peu détaillé.
2011 3 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 16:22
2010-02 transit CH43
 
 n° 294 du 28 mars 2011
 

   SCOOP de la dernière heure  

 

 Il y aurait très prochainement le lancement d'un nouveau test, pour les amateurs de camions de pompiers au 1/43ème.

 
 

La fin prématurée de la Route bleue

 

A lire le courrier accompagnant l’envoi des n° 68, 69 et 70 de la collection dédiée à la Route bleue celle-ci aurait pris fin avec la livraison de son n° 70. Ce ne serait pas la première fois qu’une collection s’arrête ainsi brutalement, sans aucun signe avant coureur. Et c’est d’autant plus regrettable que c’est très certainement pour des raisons financières que celle-ci cesse de paraître.

 

Mais qu’elle qu’en soit la raison, c’est faire fi de son fonds de commerce. Se moquer de ses clients, surtout des plus fidèles, qui ont soutenu cette collection. Décourager les autres et les détourner vers d’autres centres d’intérêt. En bref, c’est scier la branche sur laquelle le décideur est assis.

 

Une fois encore, le collectionneur aura été pris pour un gogo et laissé au bord de la route. Bleue, la route. Bleu de colère, le client abandonné…

 

Alors, comment voulez-vous, après une telle désinvolture, adhérer à des promesses d’abonnements pour de nouvelles collections, dont, pour certaines, on ne connait même pas en détail le contenu ?
 
 Collections presse

BEDFORD TJ65 de 1965

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 35
GR4204 Bedford TJ65 bougnat
 Signé Ixo, ce TJ65, d’origine britannique, rompt un peu la monotonie qui se dégageait de cette collection, en nous proposant ses jolis lignes et volumes courbes. Pourtant le résultat final souffre d’une disproportion visuelle entre l’avant, assez étroit, et le plateau, à mon avis beaucoup trop large. Rationalisation des pièces me répondra-t-on ? Toujours est-il que les 2.04 m de largeur moyenne des voies de ce camion sont bizarrement reproduits.  Mais cela n’enlève rien au charme suranné de ce modèle, surtout dans cette livrée de livreur de charbon. La face avant est bien restituée avec sa large calandre nervurée et renforcée. Les clignotants sur les ailes, caractéristiques de cette marque, sont bien présents. Dommage que le monogramme Bedford soit en lettres jaunes, non chromées. Les roues sont dotées de jantes au dessin particulier. A noter qu’Ixo, s’il n’a omis les déflecteurs sur les portières, il a quand même oublié de reproduire bien plus important… les poignées de portières !!! Outre le fait que le plateau  parait trop large par rapport à la cabine, son chargement de sacs de charbon à l’équilibre toujours aussi peu réaliste, permettra de le mettre en situation. Le mobilier, entièrement noir, de l’étroite cabine est censé accueillir trois personnes. Colonne de direction et long levier de vitesse occupent l’espace derrière la planche de bord. Le châssis est standard.
2011 4 etoiles
 

CITROËN CX 2400 Pallas de 1976 (AM 1977)

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 30
GR4206 CX Pallas mordoree
GS4206 CX Pallas mordoree
 

Signée Ixo, cette nouvelle représentation de la CX ne devrait pas être inconnue aux fidèles de CH43 car, dès le numéro 35 de l’alors Collec’Hebdo 43, du 03 avril 2006, ils avaient eu devant les yeux, les photos de sa première présentation au titre de la collection des Voitures d’antan, n° 56, dans une livrée gris métallisé. Celle-ci n’est en fait que la reprise du moule utilisé alors, dans une livrée mordorée et à la finition bien moins soignée. Aussi ces lecteurs ne seront-ils pas surpris par le principal reproche formulé à l’encontre de cette reproduction.

 Si l’on se contente de la regarder comme d’habitude de trois-quarts avant, cette réduction paraît parfaite quant au rendu de ses lignes et volumes. Mais il suffit qu’on la fasse pivotée pour la regarder de profil pour que les choses se ternissent sérieusement. La cause en revient à une erreur d’interprétation du panneau de custode et de l’aile arrière. Pour comprendre il faut en fait partir du bas de caisse de l’aile arrière pour trouver l’origine du problème. Celui-ci remonte trop rapidement sous un angle trop grand par rapport à l’horizontale, ce qui fait qu’il n’y a plus d’espace entre le haut du pare-chocs arrière et la baguette de protection latérale. De ce fait les blocs des feux arrière et l’ensemble du panneau de coffre sont plus hauts que sur l’original. Cela a entraîné une erreur dans le rendu du pli de tôle qui court sur les flancs de la CX et qui, au lieu de retomber suivant une légère courbe vers l’angle supérieur extérieur du trapèze des blocs de feux, se retrouve quasi horizontal sur la réduction faite par Ixo. Ce rehaussement artificiel de l’arrière va se répercuter sur la découpe de la vitre de custode, la faussant au point que le haut de celle-ci est trop arrondie par rapport à la vraie et que sa base, qui devrait être horizontale, remonte vers l’arrière. En un mot le profil arrière de cette CX est toujours trop haut et arrondi.

A ceci il convient d’ajouter, comme je l’ai écrit plus avant, une présentation moins soignée que sur le précédent modèle. En effet, si, à l’avant, il y a peu de critiques à formuler sinon l’absence de phares jaunis, les profils prêtent leurs flans à celles-ci. A commencer par le traitement vraiment négligé de la large baguette de protection latérale qui n’a plus de décoration noire des bandeaux caoutchoutés. De même les jantes ne sont plus dotées des enjoliveurs typiques de la version Pallas en étoile à six branches, mais seulement recouvertes d’enjoliveurs de base. Et ce n’est pas l’ajout d’une antenne de pavillon ou d’une lunette arrière avec déambulage qui va corriger ces erreurs. A l’arrière les monogrammes sont présents et les blocs de feux multicolores. L’intérieur noir est sobrement reproduit, avec son volant monobranche et sa vaste plage arrière. Et des contreportes « taille basse » manquant de hauteur. Le soubassement est peu détaillé.

2011 1 etoile
 

CITROËN AX GTI (Rallye de Monte-Carlo 1993)

Ixo/Altaya – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 122
GR4205 AX GTI RMC
GS4205 AX GTI RMC
 Signée Ixo, cette AX GTI nous rappelle celle sortie dans la collection des Voitures d’antan, n° 91 qui était une AX 11 TR de 1987 dans une livrée bleu foncé. Pourtant il semble bien que celle d’aujourd’hui soit issue, sinon d’un nouveau moule, du moins d’un moule modifié car nous nous trouvons en présence d’une carrosserie phase II reconnaissable notamment au dessin arrondi du bas du hayon arrière et dans celui, différent, des boucliers avant et arrière. En effet, l’AX 11 TR revêtait une carrosserie phase I. Ceci étant, les lignes et volumes sont  corrects et bien proportionnés. La décoration est fidèle et complète. A noter que pour une fois, c’est un équipage entièrement féminin qui est mis en avant dans cette collection.  La finition est de bonne facture avec un fin essuie-glace à la base du pare-brise, des rétroviseurs extérieurs avec stickers, de jolies petites roues à jantes étoiles à cinq branches, antenne radio et aileron au-dessus de la lunette arrière, dotée, elle aussi, d’un essuie-glace. Dommage que les feux arrière, rapportés et en plastique, soient imparfaitement colorés.  A l’intérieur, les deux sièges baquets sont protégés par un arceau-cage. Si l’on a bien un volant à trois branches, la planche de bord me parait être encore celle de la phase I avec son tableau de bord rectangulaire. A noter qu’outre la roue de secours, il y a aussi deux extincteurs posés sur le plancher : un aux pieds du siège du copilote, le second derrière celui du pilote !!! Le soubassement n’est pas détaillé mais possède un très gros pot de détente à la sortie creuse. Une pièce rapportée.
2011 4 etoiles
 

RENAULT 5 Turbo de 1982

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 22 (par abonnement)
GR4202 R5-Turbo bleue
 Signée Ixo, cette nouvelle représentation de la 5 Turbo proposée par Ixo est toujours aussi plaisante à regarder que ses devancières. Les lignes et volumes bodybuildés de l’original sont bien restitués. De face, le capot moteur comporte bien la grille d’évacuation de l’air et les stickers publicitaires. Les phares ne sont pas dotés des ampoules à cabochons jaunes. Le bouclier faisant fonction de pare-chocs est bien restitué. Toutefois, il manque, sur cette version, la reproduction de la petite grille à la base du montant droit du pare-brise. De profil les renflements au niveau du train arrière, caractéristiques de ce modèle,  sont bien rendus avec leurs grilles noires. Il manque toujours la reproduction des boutons poussoirs d’ouverture des portières. Les jantes de roues sont fidèles et bien faites. Le haut des ailes arrière comportent bien, côté gauche, la petite prise d’air et côté droit, l’emplacement du bouchon du réservoir, non reproduit cette fois ci. A l’arrière, il est dommage que, comme sur toutes les R5 réduites par Ixo, les feux arrière ne soient que peints.   Les deux blocs éclairant la plaque d’immatriculation ne devraient-ils pas être peints en noir ? L’intérieur possède un mobilier – déjà connu et vu, entièrement noir. Le soubassement est peu détaillé.
2011 4 etoiles
 
Collection Type H CITROËN - retour sur un modèle oublié

 CITROËN type HZ de 1951

Eligor/Hachette – collection Type H Citroën, n° 60

GR4203 H Le-Progres
 Signé Eligor ce nouveau fourgon Type H première version, n’apporte rien de particulier si ne n’est sa décoration aux couleurs d’un quotidien Lyonnais.  L’ensemble est plaisant et a conservé la porte latérale coulissante et le hayon relevable fonctionnels. Le reste est classique, le mobilier et le soubassement sont standards.
2011 3 etoiles
 
 Boutiques

CHEVROLET  Bel Air Impala Hard Top Sport Coupé de 1958

Néo – réf. NEO 44085
GR4201 Chevy BelAir bleue
 Signée Néo, cette réduction de la Bel Air Impala de 1958 bénéficie du soin apporté par ce réducteur dans la réalisation de ses modèles US d’avant 1970. Les lignes, volumes et coloris sont bien reproduits et sont associés à une multitude de pièces métalliques photodécoupées pour représenter les nombreux chromes courant sur l’imposante carrosserie. Imposante est bien l’adjectif approprié pour qualifier la calandre « boite à œufs » ainsi que le pare-choc qui la souligne. Quatre phares habillent l’avant dont le capot moteur arbore un très bel écusson Chevrolet, lui aussi photodécoupé. Même les mascottes d’aile le sont. Les flancs, bicolores, arborent eux aussi des écussons et autres fausses ouïes chromées. Les roues, dotées de pneus à flanc blanc s’ornent d’enjoliveurs pleins à la gravure fidèle et au moyeu  rouge et or. A l’arrière, les triples feux de la sous-série Impala occupent les retours d’ailes. Le couvercle du coffre supporte le monogramme Chevrolet photodécoupé à l’intérieur d’un l’arge V. La sortie d’échappement est bien creusée. L’habitacle reçoit un mobilier bleu ciel et gris réalisé avec une gravure de bon niveau. Il est facilement visible car il n’y a aucune vitre latérale reproduite en position fermée. Ce qui permet d’admirer  la belle reproduction de la planche de bord et de la colonne de direction et son volant. On y voit même le Neman.  Le soubassement n’est toujours pas détaillé.
2011 5 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 15:38
2010-02 transit CH43
 
 n° 293 du 21 mars 2011
 page 1/2
 
 Modèles boutiques

PEUGEOT RCZ de 2010

Norev – réf. 473864 – MI266 – 11LECO906
GR4180 RCZ noir
Signé Norev, ce coupé RCZ surprend par ses dimensions généreuses, pourtant bien à l’échelle, vu que l’original frôle les 2 m de largeur, pour 4.30m de longueur et 1.36 m de hauteur. Ceci étant, sa livrée noire ne facilite pas la mise en valeur de ses courbes. Une fois encore, Norev me déçoit quant à la finition de ses modèles. Ici c’est la gravure qui est en cause, très moyenne et manquant de finesse dans le traitement des joints de carrosserie.  Le rendu des optiques avant parait acceptable. Par contre, les jantes alliage sont bien dessinées et laissent voir les disques de freins avec leurs étriers. A l’arrière les feux sont rapportés et bien colorés. Les monogrammes et le lion ornant le coffre sont photodécoupés. Le vaste extracteur d’air laisse admirer la grosse double sortie d’échappement chromée. Les petites vitres de custode et la lunette arrière sont surfumées. A l’inverse de l’extérieur, l’intérieur bénéficie d’une très bonne gravure, très fine et détaillée. Malgré les vitrages, il est possible de voir le très bel aménagement intérieur gris souris comprenant deux sièges très enveloppants. La console centrale et la planche de bord sont très détaillées alors que le creux des contreportes est bien présent. Le soubassement est sobrement détaillé.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 

RENAULT Maxity benne DDE

Eligor – réf. 114181
GR4179 Maxity DDE
Signée Eligor cette version benne du Maxity surprend par ses dimensions réduites, à l’image du vrai. Il faut dire que celui-ci est doté d’une cabine qui ne fait qu’1.87 m de largeur pour 1.78 de profondeur. Pourtant elle peut accueillir trois passagers comme en témoigne son fort joli aménagement intérieur gris, très complet, y compris un ciel de pavillon. La gravure de l’ensemble est très fine et la présentation très fidèle. La reproduction du châssis est très poussée mais certains composants très fragiles. Certains me sont restés dans les mains lorsque j’ai voulu solidariser la benne relevable au vérin. L’abattant arrière l’est aussi. Rien ne manque sur ce camion qui arbore les couleurs de l’ex DDE de la Charente maritime. Un fort joli modèle qui trouvera sa place dans nombres de dioramas. Une occasion pour moi, pour signaler à Eligor, que dans notre département, les véhicules de la Direction des Routes sont depuis quelques années jaune acide et qu’il serait bien qu’un jour, nous puissions en trouver en boutiques de cette couleur.
z_Notation_2008-2008_5_etoiles-.jpg
 
 Spécial Holden (Australie)

HOLDEN HG/81269 Premier sedan de 1970

Trax – réf. TR83

GR4161 HG Premier rouille 

GS4161 HG Premier rouille
 Signée Trax, cette HG series nous propose la troisième et dernière évolution d’une carrosserie apparue en 1968.  Cependant, ses lignes et volumes qui sont correctement restitués sous une robe rouille à la gravure acceptable, ne nous pas totalement inconnus. Et pour cause, elle reprend le moule de la version précédente, la HT Premier (réf. TR82) sortie récemment. Elle n’en diffère principalement par un dessin différent de la grille de calandre et la décoration du couvercle de coffre. Ceci étant,  je suis assez partagé par la finition de ce modèle où le beau côtoie le moins bien. Commençons donc par  ce dernier.  Là je rangerai le traitement de la reproduction des chromes entourant les surfaces vitrées qui ne le sont que par des traits de peinture alu. A cela, il y a le dessin simpliste et épais des essuie-glaces rapportés. De même, les différents monogrammes et écussons placés sur la carrosserie ne sont que phototamponnés. Tout comme le large bandeau ornant le couvercle du coffre arrière ou la décoration des bas de caisse latéraux. Enfin, les clignotants avant, situés sous le pare-chocs, ne sont que peints grossièrement. A l’inverse, les rétroviseurs extérieurs et les poignées de portières, rapportés et chromés, mettent en valeur le modèle. Tout comme sa large calandre chromée bien détaillée et équipée de quatre phares ou encore les flasques des jantes, ornées d’un motif central rouge. Et à l’arrière, de fort acceptables feux en plastique et rapportés. Dommage, une fois encore, que la sortie d’échappement ne soit pas creuse. L’intérieur, caramel, met bien en valeur son mobilier et notamment sa planche de bord aux surfaces rectangulaires, en vogue à l’époque. Et avec des garnitures de contreportes rappelant la couleur de la carrosserie. Le soubassement est travaillé comme d’habitude chez ce réducteur.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 

HOLDEN EH/225 Sedan Special de 1963

Trax – réf.  TO01E
GR4181 EH Special noire
GS4181 EH Special noire
 Signée Trax, cette berline EH nous propose une version milieu de gamme entre le modèle Standard et la Premier. Il s’agit de la cinquième édition par Trax de cette voiture(*), cette fois ci dans une livrée unicolore noire. Chose à signaler avant d’en faire le tour du propriétaire car elle ne se voit pas. Cette voiture est dotée d’une « vraie » suspension avant. Par contre, à l’arrière, si tous les composants sont là, ressorts à lames et ressorts à spirales, le tout est rigide. Si l’exemplaire reçu penche vers l’avant, cela semble dû à un problème d’assemblage car le puits de fixation du pont arrière ne parait pas être entré dans son logement prévu dans le plancher. Ceci étant, lignes, volumes et coloris sont fidèles. De plus, la finition et la présentation de ce modèle sont toujours une merveille pour les yeux. Ce modèle bénéficie d’une multitude de pièces rapportées chromées reproduisant les chromes de la vraie. Les roues sont très soignées  et reçoivent des pneus à flanc blanc. Les monogrammes sont photodécoupés. Comme les autres modèles Holden proposés par ce réducteur dans sa gamme Opal, elle dispose des portières avant, du capot moteur et du coffre ouvrants. Les portières arrière, bien que découpées et indépendantes du reste de la carrosserie, demeurent fixes. Le capot révèle un moteur à six cylindres en ligne, avec tous ses accessoires, y compris les fils des bougies. C’est toujours aussi beau. Le fait de disposer d’un intérieur en deux nuances framboise et fraise, met en évidence la minutie du traitement des détails. Signalons, derrière le volant bien travaillé et à la colonne de direction chromée, la présence de deux banquettes. Et puis il y a le ciel de pavillon blanc avec son plafonnier central. Feux et monogrammes sont rapportés et chromés pour ces derniers. A lui seul, le traitement du soubassement, véritable petite œuvre d’art en 3D, mérite que l’on s’attarde à l’admirer.

 

(*) La TO01 était bordeaux avec pavillon crème

     La TO01B était verte avec pavillon crème

     La TO01C était orange avec pavillon crème

     La TO01C était grise avec pavillon crème

 

N-B – Important : Pour les amateurs des productions Trax Opal.  Le conditionnement intérieur des boîtages est nouveau et ne comporte plus de fixation de la voiture sur un socle. Celle-ci n’est plus immobilisée qu’entre deux moulages en plastiques souples, du genre des blisters presse. Aussi, faire attention au moment de soulever le couvercle car il y a un effet ventouse qui se produit si on opère trop vite et la voiture est libérée sans ménagement ca qui risque de l’endommager.
z_Notation_2008-2008_5_etoiles-.jpg
 

HOLDEN HZ Ute Sandman de 1977

Trax -  réf. TR22D  (ex 8025)

GR4162 HZ Ute Sandman blanc
GS4162 HZ Ute Sandman blanc
 Signée Trax, cette version Sandman du pick-up HZ  reprend le moule du modèle présenté il y a peu et qui date encore du siècle dernier, de 1993 pour être précis. Pourtant sa présentation est plus soignée avec, notamment, sa robe blanche et ses décorations particulières sur les côtés et le panneau basculant arrière. Il a les mêmes essuie-glaces rapportés à la base du pare-brise. Pourtant il diffère du premier par sa calandre encadrée par quatre phares et la présence d’un spolier sous le pare-chocs avant. Si les lignes et volumes sont bien rendus avec une gravure acceptable, il y a cependant un problème au niveau du traitement de ladite calandre. En effet, le sommet de celle-ci devrait être aligné avec ceux des blocs optiques. Ce qui n’est pas le cas ici, en raison d’une surépaisseur de l’élément rapportés constituant la face avant de ce modèle. Les clignotants avant et arrière, les répétiteurs latéraux et les feux arrière sont peints. Les roues sont bien équipées de jantes alliage chromées. Sur cette version, au mobilier entièrement noir, la cabine n’accueille plus une simple banquette trois places mais deux sièges  semi baquet avec appuie-tête. Les accessoires des contreportes sont soulignés d’un trait de peinture alu. Le soubassement commence à être détaillé et coloré.

 

 

N-B : Comparé aux versions  HJ (1974)  et HX (1976) proposés par Classic Carlectables, le HZ (1977) de Trax est assez en retrait.  A noter que les deux premiers ont les roues avant orientables et l’abattant arrière fonctionnel.

z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 
BONUS

TRIUMPH TR2 - L'affaire Francis Blake

Eligor/Hachette - collection Blake et Mortimer, n° 05

GRBM05 Triumph TR2
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 11:21
2010-02 transit CH43
 
 n° 293 du 21 mars 2011
 page 2/2
 
Nouvelle grille (simplifiée) de cotation

 

2011 6 etoiles  Modèle doté de tous les ouvrants fonctionnels et discrets avec reproduction – au minimum - du moteur  
2011 5 etoiles  Modèle bénéficiant d’une présentation très soignée des détails, notamment à l’intérieur
2011 4 etoiles  Modèle aux lignes et volumes corrects, coloris conformes et à la finition satisfaisante
2011 3 etoiles  Modèle assez fidèle dans le rendu des lignes et/ou volumes et/ou à la finition juste satisfaisante
2011 2 etoiles  Modèle assez approximatif au niveau des lignes et des volumes et/ou à la finition légère (simpliste)
2011 1 etoile  Modèle comportant des erreurs et/ou des oublis qui se remarquent
2011 0 etoile  Modèle on ne peut moins fidèle  ou sur lequel il a été commis des erreurs grossières.

 

 

 

Modèle boutique "haut de gamme"

Lamborghini Miura P400 SV

 

 

Il y a des modèles comme ça, qui m’intéressent plus que d’autres. Vous connaissez déjà ma passion pour Simca et sa production. Aussi celle, plus récente pour les Holden australiennes. Tout comme d’ailleurs, pour la Studebaker Commander Starliner ou pour les Talbot Sunbeam Lotus et autres Aston-Martin DBR9. Mais il y a aussi, à un degré moindre, la Lamborghini Miura.  L’une de mes premières (d’origine Mercury) fut même transformée en faux cabriolet par découpe du pavillon et retrait des claires voies du capot moteur. Aujourd’hui disparue, il ne m’en reste que le souvenir. Et les cinq modèles présentés plus après, auxquels j’adjoints leur cousine la Jota SVR.

 

Ceci peut expliquer peut-être cela. Toujours est-il que j’ai fini par craquer et acheter la fameuse version « haut de gamme » proposée par AutoArt. Et oui, j’ai cassé ma tirelire pour pouvoir en parler librement.

 

Au départ, quand elle est apparue sur certains sites internet, elle était affichée à plus de 130 euros, et l’est encore, ce dimanche, à 135 euros sur un site français. Or, dans le n° 290 de CH43 daté du 28 février 2011 je concluais la présentation de la Ford HY Falcon GT-HO phase III par cette phrase : « Un modèle très réussi présenté dans un beau coffret carré et qui m’est revenu à 71.15 euros frais de port et commission bancaire compris. Quand même assez loin du prix demandé pour une Lamborghini Miura récemment sortie… ». Aurais-je été lu, outre Rhin ? Toujours est-il que quelques jours plus tard cette même Lamborghini Miura P400 SV n’était plus affichée qu’à 109.95 euros chez MCW.  Et j’ai craqué.

 

LAMBORGHINI Miura P400 SV de 1971

AutoArt – réf. 54541 – exemplaire n° 121

Signée AutoArt, cette nouvelle représentation de la célèbre Miura P400 SV est proposée dans une présentation « haut de gamme » à un prix quelque peu prohibitif. Mais pour ce prix, AutoArt ne pouvait faire moins que ce que fit Politoys M plus de quarante ans plus tôt avec son propre modèle (réf.552), c'est-à-dire de nous proposer un modèle avec ses six ouvrants : de l’avant vers l’arrière : la grille droite du capot avant, donnant accès aux petits bocaux de service, le capot lui-même, les deux portières, le capot arrière et le couvercle du micro coffre à bagages. Ni sur la reproduction des équipements et mécaniques se trouvant dessous. Le seul plus étant la présence de roues avant orientables. Tiens cela me rappelle le modèle de Solido à direction brevetée Tekno (réf. 161) avec ses quatre ouvrants et le même souci des détails. Modèle qui reste encore, à mes yeux, celui qui reproduit le mieux les courbes douces de cette voiture malgré sa quarantaine bien avancée. Seule, la cousine Jota SVR de Kyosho propose  une présentation aussi fine des détails de l’habitacle, du moteur et des systèmes de suspension (réf. 03201R). Ceci étant écrit, passons à la revue de détails. Et pour cela vous disposez, d'un socle à surface métallique, faisant miroir, d'une petite loupe à manche pointu permettant d'ouvrir les portières sans toucher à la voiture et d'un chiffon antistatique. A noter aussi que les différentes parties mobiles sans dotées de micro aimants.

 

Ce modèle bénéficie d’une finition et d’une présentation très poussées où le moindre détail est reproduit. Sauf… la liaison entre le volant et les roues avant, donnant l’illusion d’une vraie direction. Aussi, plutôt que de vous servir une longue description littéraire soporifique, je préfère vous les présenter en photos plus parlantes.
 
GR4196 Miura jaune
GT4196 Miura jaune
GU4196 Miura jaune
GV4196 Miura jaune
 
2011 6 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 10:18
 2010-02 transit CH43
 
 n° 292 du 14 mars 2011
 
  Collections presse

CITROËN Traction 15-Six de 1953

Ixo/Atlas – collection Voiture de mon père, n° 02 (uniquement par abonnement)
GR4199 15 Six grise 
  Signée Ixo, cette Traction 15-Six est pour moi, l’une plus réussie en ce qui concerne la reproduction de ses lignes et volumes. Même sa livrée gris souris est réaliste. Il en va de même quant à sa finition qui bénéfice d’une gravure assez fine et de quelques pièces chromées rapportées comme la célèbre calandre (manquant malgré tout d’un peu de finesse), les pare-chocs avec avertisseurs sonores à l’avant et deux phares antibrouillard (accessoires). Petits essuie-glaces à la base du petit pare-brise. Les points de peinture alu sur les côtés de la calandre correspondent à des rivets des premiers modèles. Par contre Ixo a omis les petits volets sous les poignées avant d’ouverture des ailes du capot moteur. Les roues sont toute simples et correctes avec leur petit enjoliveur central.  Le fin chrome courant sur les portière est représenté par un trait de peinture alu.  A l’arrière, les feux rouges sont simplement moulés, tout comme les clignotants placés sur les panneaux de custode. Le couvercle du coffre est constitué par une pièce rapportée et affiche le monogramme 15-6cyl au-dessus de l’immatriculation. La sortie d’échappement est ovale A noter que les ailes avant sont en plastique. A l’intérieur, le mobilier est gris brun. Bien détaillé avec les accessoires des contreportes soulignés d’un trait alu. Le volant ivoire voisine avec le petit tableau de bord et le levier de vitesses en forme de micro queue de vache sous le rétroviseur fixé à la base du pare-brise. Le soubassement n’est pas détaillé. A noter aussi, des pneus trop larges pour reproduire la monte étroite de l’époque.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 

RENAULT R4L de 1962

Ixo/Altaya – collection Route bleue, n° 70
GR4197 R4L blanche 
 Signée Ixo, cette nouvelle déclinaison de la 4 ailes 4L n’apporte aucune amélioration par rapport aux nombreuses précédentes. Nous retrouvons donc des volumes acceptables mais des lignes approximatives, notamment dans le dessin des vitrages latéraux aux contours très personnels. D’autant qu’aucune représentation des découpes des vitrages coulissants n’est proposée. Les petits essuie-glaces sont implantés dans le volet d’aération sous le pare-brise. La calandre, trop haute, empiète sur le pli de tôle à l’avant du capot moteur. Les pare-chocs sont corrects. Les entourages chromés des vitrages sont superflus et les poignes de portières trop longues. Les roues sont quelconques et dotées de pneus trop larges pour reproduire les montes étroites de l’époque. Les feux arrière sont bien dessinés et constitués par des pièces rapportées en plastique. A l’intérieur, le mobilier, entièrement noir, est complet avec le levier de vitesse au tableau de bord. Le soubassement est peu détaillé.
z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 

RENAULT R5TL de 1972

Ixo/Hachette/AutoPlus, collection Classiques de l’automobile, n° 29 
GR4198 R5TL vert-fonce 
  Signée Ixo, Cette énième déclinaison de la R5 bénéficie d’une bonne reproduction de ses volumes. Pourtant ses lignes sont un peu fantaisistes, voire amusantes, notamment au niveau du dessin courbe de la calandre. Les boucliers  avant et arrière, ne sont ni en plastique, ni rapportés, mais seulement moulés avec le reste de la carrosserie et peints. Le contour des vitres arrière est trop incliné. Les portières sont dépourvues de leur bouton poussoir. Les roues sont acceptables mais équipées de pneus trop gros et trop larges. Les feux arrière ne sont que peints. Les monogrammes sont différents : Renault 5 TL sur l’aile avant droite et Renault 5 Alpine à l’arrière. Le mobilier intérieur est entièrement noir et présente un levier de vitesses au plancher, qui était en option sur ce modèle. Le soubassement est détaillé au niveau des trains roulants.
z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 
Boutiques 

TALBOT Sunbeam Lotus de 1981

Vanguards – réf. VA11305 
GR4195 TSL route bleue 
GS4195 TSL route bleue 
 Signée Vanguards, cette nouvelle version de la Talbot Sunbeam Lotus nous rappelle immédiatement sa consœur proposée il y a peu par Ixo sous la référence CLC208. Elle en diffère cependant par deux points principaux : la couleur du bandeau courant sur les flancs de la voiture (noir sur l’Ixo, argenté ici) et par l’implantation du volant (conduite à gauche sur l’Ixo, à droite sur la Vanguards), d’où l’inversion de l’ancrage des essuie-glaces. En fait, ce n’est qu’une nouvelle présentation de la Talbot Sunbeam Lotus de 1981 proposée par ce même réducteur dans une livrée noir et argent il y a quelques mois (réf. VA11302). Nous retrouvons donc les mêmes ingrédients. Ceux d’un modèle britannique à conduite à droite, sur lequel l’avant arbore la calandre à larges optiques et nouveau dessin de la phase deux, agrémentée de deux optiques additionnelles rapportées. Les feux, avant et arrière, en plastique rapporté, sont bien colorés.  Les roues sont correctement proportionnées et présentent de jolies jantes. Les monogrammes arrière sont présents. La lunette arrière est équipée d’un très fin essuie-glace. A l’intérieur il y a un mobilier entièrement noir bien travaillé. Le soubassement est un peu détaillé. 
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg 
 

VOLKSWAGEN Eos de 2006

Norev – réf. 1F0 099 300K5X, boîtage constructeur 

GR4191 Eos CC bleu 
GS4191 Eos CC bleu
  Signé Norev, ce coupé cabriolet Eos fait partie des modèles dont la finition est plus soignée que dans sa production courante. Il fait partie de ce que j’appelle les modèles de concession ou de constructeur. Ses lignes, volumes et coloris sont réussis et respectés.  Présenté en cabriolet, il est possible de l’exposé en coupé fermé grâce à deux pièces fournies dans le boitage. A l’avantla calandre reçoit un entourage chromé photodécoupé. Tout comme les chromes courant sur la ligne de caisse. Les roues sont dotées de jantes chromées elles aussi, laissant voir des disques de frein de petit diamètre. A l’arrière, le chrome est aussi présent pour l’écusson ornant le couvercle du coffre et pour la double sortie d’échappement, très creuse. Par contre les monogrammes ne sont que décalques. Les feux sont correctement colorés. L’habitacle, au mobilier entièrement noir, a bénéficié d’un soin approfondi avec une belle reproduction du tableau de bord avec ses cadrans aux aiguilles rouges. La gravure des sièges et des contreportes est précise. Et il y a même les ceintures de sécurité sur la banquette arrière. Mais pas à l’avant, où il n’y a que les points d’ancrage rouge de représentés ! Le pavillon amovible est vitré. Dommage que Norev n’est pas reproduit avec une  cinématique fonctionnelle comme il a su le faire pour d’autres coupés-cabriolets.  Le soubassement est détaillé.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 15:55
2010-02 transit CH43 
 
n° 291 du 07 mars 2011
 
 Modèles presse

Quelques mots sur le test des Voitures françaises d’autrefois.

 

 Grâce à Lebob57, que je remercie ici publiquement de son aide, je vous présente ci-dessous l’examen du premier modèle proposé : la Facel-Vega Excellence. Les modèles qui suivront, la Panhard Dyna Grand Standing de 1953 (déjà vue dans d’autres collections), le coach Delahaye 235 de 1951 et le cabriolet Hotchkiss Anthéor de 1951 (inédits en collections presse) vous seront présentés en une seule fois après la fin du test.  Mais hors de ces quatre modèles, point d’idée de ce que la suite de cette collection nous réserverait. Et en cadeaux annoncés pour l’instant : une plaque émaillée Bugatti et la reproduction de la Pegazo Z102 (déjà vue dans la collection des Voitures d’antan). Un peu maigre ! Mais il faut ajouter que le prix au numéro reste fixé à 12.99 euros. Ce qui peut l’expliquer.

Additif important du 05 mars 2011Le test a aussi lieu sur Chambéry (73) depuis ce week-end. 
 

FACEL-VEGA Excellence de 1960

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° 01
GR4190 FV Excellence bleue
GS4190 FV Excellence bleue 
Signée Ixo cette « Excellance » (sic) avec un a dans la gravure du soubassement, reproduit la première version de l’Excellence, reconnaissable à son pare-brise panoramique. Elle est donc identique à celle reproduite par Provence-moulage, il y a… quelques années. D’où la perte, sur la mienne de l’antenne radio et de deux poignées de portières, suite à sa manipulation.  Comparaison ne vaut pas raison, mais les deux se défendent et celle proposée aujourd’hui par Ixo est de bonne facture. Mais avant d’entrer dans l’examen des détails, je me suis longuement posé la question : pourquoi bleue ? Le noir lui aillait si bien. Une précision cependant, le bleu de mes photos ne correspond pas à celui de la miniature qui est d’un bleu plus franc que le rendu violine de mon APN. Ceci étant précisé, revenons à la voiture. Donc, lignes et volumes sont correctement reproduits, dans une livrée bleue assez proche du bleu du coupé Simca 8 sport, quoique un poil moins foncé. Modèle carrossé lui aussi chez Facel Métallon. Et là où Ixo a fait preuve d’imagination c’est dans la représentation des vitrages latéraux. Je m’explique. Suivant sous quel angle vous regardez la voiture, vous n’en avez pas la même approche. Ainsi de trois-quarts avant droit vous vous trouvez en présence d’une berline quatre portes. Mais de trois-quarts avant gauche, vous vous croyez en présence d’un coach à quatre portes, du fait de a reproduction vitres entièrement descendues. L’explication réside dans le fait que sur la vraie, les encadrements des vitres étaient solidaires de celles-ci et s’effaçaient avec elles. L’avant est honnêtement reproduit avec la prise d’air sur le bossage du capot, l’écusson au-dessus de l’élément central de la calandre, lequel est encadré par les deux autres. Sous ceux-ci court le monogramme de la marque. Les quatre optiques verticales sont présentes, elles devraient avoir des ampoules jaunes. Et ceci devra s’appliquer à tous les modèles de cette collection. M. Ixo, merci de prévoir des phares teintés jaune clair. Le dessin du pare-chocs est fidèle. Le dessin des jantes est acceptable. Les retours des pare-chocs sont bien réalisés. Par contre, je ferais bien l’impasse sur la reproduction du chrome vertical épousant le pli sur les portières arrière, qui l’alourdit. Celui courant sur les ailes arrière ne me gène pas. A l’arrière, l’antenne radio trône à la base de la lunette, encadrée par les deux trappes à carburants. Le couvercle du coffre reçoit lui aussi, le monogramme de la marque, de part et d’autre de sa serrure. Laquelle n’est surmontée que de l’écusson Facel-Vega. Il n’y a pas le monogramme Excellence juste au-dessus. Par contre, le large bandeau chromé demandera un peu de rouge pour les feux alors que le parechocs demandera une touche de noir pour les sorties d’échappement qu’il contient. A l’intérieur, le mobilier est rouge sang et composé d’une fausse banquette avant et d’une banquette arrière. Le tunnel de passage est présent. Les accessoires des contreportes sont soulignés d’un trait alu. La planche de bord est dotée de ses nombreux cadrans. Le soubassement n’est pas détaillé. 
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg 
 

FIAT-ABARTH Grande Punto S2000 – rallye de Monte-Carlo 2010

Ixo/Altaya – collection Passion du rallye, n° 27
GR4189 Grande-Punto S2000
 Noyés sous une abondante décoration, les lignes et volumes de cette Grande Punto signée Ixo, ont du mal à se révéler. Pourtant, une fois l’œil habitué, le résultat est conforme, d’autant que ladite décoration est complète. Pour s’en convaincre, deux belles photos de la vraie sont visibles ici. A l’inverse d’autres collections, je trouve qu’ici, Ixo a fait un effort en matière de présentation, avec, à l’avant et à l’arrière, la présence des crochets de remorquage. Les belles jantes laissent voir les disques de frein avec leurs étriers. Les rétroviseurs externes, très reculés, sont dotés d’un miroir. Le dessin des feux arrière est correct. Le bouclier reçoit feu de brouillard et une sortie d’échappement chromée. Le pavillon reçoit prise d’air et deux antennes radios devant l’aileron surplombant la lunette arrière. A l’intérieur, tout est semble-t-il reculé, sauf le pédalier( ?). Toujours est-il que le mobilier y est protégé par un arceau-cage très détaillé, notamment les renforts des montants du pare-brise constitués de plaques perforées du plus bel effet. Le soubassement, non détaillé, me laisse pantois.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
Je ne peux me retenir de vous proposer cette  vidéo   (à 1mn30 passage de la voiture – regardez bien en haut et à gauche de la seconde prise de vue la sortie de route qui contraindra Gardemeister à abandonner le lendemain sur avarie mécanique ) 
 

SUBARU Impreza WRX STI – rallye de Monte-Carlo 2010

Ixo/Altaya – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 121

GR4188 Subaru Impreza-3 WRX
GS4188 Subaru Impreza-3 WRX
 Signée Ixo, cette nouvelle version de l’Impreza 3 rappellera certainement quelque chose à nos lecteurs car elle est très proche de celle présentée ici il y a peu. J’écris bien qu’elle n’est pas la jumelle de la première car elle ne paraît pas provenir du même moule. Pourtant ses lignes, volumes et décoration sont fidèles à ceux du modèle original. Aussi pour asseoir mon propos vais-je jouer au jeu des 7 erreurs. Ou plutôt différences. A commencer à l’avant par un bouclier à l’ouverture plus large et recevant deux optiques additionnelles. Puis une calandre au motif central plus grand, encadrée de feux redessinés. Le capot moteur a troqué ses deux sorties d’air excentrées pour une prise d’air centrale. Les essuie-glaces sont nouveaux, tout comme les rétroviseurs latéraux. De profil, le dessin des ailes avant n’est pas le même, tout comme les jantes du type « charrette ». Peu visible pourtant, la découpe de la portière arrière a été modifiée et contourne le passage de la roue arrière. Tout comme les pognées de portière qui font apparaitre leur bouton poussoir. Sans compter le bas de caisse au tracé retouché. A l’arrière, le raccord de pavillon avec le petit aileron est redessiné et les rainures faisant fonction de gouttières sur le pavillon sont plus larges. Le pavillon est dépourvu de tout appendice et d’antenne radio. La lunette arrière est dotée d’un essuie-glace. Si les feux et le bas du hayon paraissent identiques sur les deux voitures, il en va différemment pour le bouclier qui, sur le modèle d’aujourd’hui comporte un large échangeur d’air d’où dépasse une belle sortie d’échappement côté gauche. A droite sur le précédent modèle. A l’intérieur, le dessus de la planche de bord n’est pas le même, tout comme l’instrumentation de la console centrale. De plus les sièges baquet sont d’un dessin plus étroit et plus haut. Même les tubes de l’arceau cage ne sont pas partout les mêmes. Enfin et pour terminer, le soubassement est plus détaillé aujourd’hui.
 z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 
  Presse étrangère

OPEL Kapitan P1 de 1958/1959

Ixo/Eaglemoss – collection allemande Opel, n° 03
GR4192 Opel Kapitan

 

GS4192 Opel Kapitan

 Signée Ixo, cette Kapitan n’est pas sans rappeler celle diffusée il y a peu par Starline models. Et pour cause, elle en partage le moule, légèrement retouché au niveau des ailes arrière qui ont perdu leur décoration juste devant les retours du pare-chocs. Un autre indice ? Le soubassement en plastique qui a la même gravure que la première mais avec un pot de détente chromé et non plus peint alu. Encore ? Le mode de fixation sur le socle par deux vis au lieu d’une chez une production Ixo. Ceci étant, nous retrouvons les mêmes autres détails à l’exception de la plage à la base du pare-brise qui est noire et l’absence d’immatriculation. Ainsi, cette Kapitan est de la première génération et reproduit fidèlement les lignes, volumes et présentation de l’original. A l’avant, une très belle calandre orne la proue où se trouvent, sur le capot la couronne et le monogramme Opel. De même, le monogramme Kapitan est présent sur le coffre et les ailes avant tout comme le petit motif ornant les portières arrières et ledit coffre. Cependant il convient de noter une inversion dans les coloris des feux de gabarit et des clignotants. Ceux circulaires devraient être blancs et ceux allongés oranges. Les roues sont simples. Pas de rétroviseur extérieur cette fois-ci.A l’arrière les feux sont en métal coloré ! Par contre, la sortie d’échappement est creusée. L’intérieur reçoit un mobilier uniquement sable avec un beau volant et une planche de bord travaillée. Les contreportes ont des accessoires peints alu. Le soubassement est un peu détaillé.
z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 

OPEL Diplomat V8 (1964/1967)

Ixo/Eaglemoss – collection allemande Opel, n° 04

GR4193 Opel Diplomat

GS4193 Opel Diplomat

 Signée Ixo, cette Diplomat V8 nous réconcilie avec le trio KAD d’Opel et nous rappelle celle que proposa en son temps Politoys au gabarit un peu plus généreux. J’ai écrit, réconcilie car si elle est placée à côté de celle proposée par Minichamps, celle-ci ne tient pas la comparaison en raison de ses dimensions trop petites. Cependant cette dernière correspond à la seconde génération avec son pavillon modifié et représente une version Admiral. Revenons à la Diplomat V8. Ses lignes et volumes sont bien restitués et mis en valeur dans cette livrée blanc cassé et pavillon noir mat, représentant le vinyle dont celui-ci était revêtu. Une garde au sol trop généreuse est constatée, tout comme le millésime 1967 privilégié en raison de la base du monogramme sur la calandre apparu en 1966. Belle calandre avec optiques rectangulaires. Les flasques des roues sont acceptables. Monogramme et écusson ornent les ailes avant et le couvercle du coffre. Les feux arrière sont bien placés mais uniquement rouges. Beau pot de détente chromé et à sortie creusée au-dessous du feu de recul. Si les sièges et les contreportes sont gris très foncés, regardez la belle planche de bord et la console centrale avec une imitation bois. Le soubassement est un peu détaillé.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 
  BONUS

CITROËN DS19 (L'affaire du collier)

Eligor/Hachette - collection Blake et Mortimer, n° 05

GRBM05 Citroen DS19
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine