Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 13:42
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 391 du 04 février 2013
 

En avant première du salon de Nuremberg

 

Il est- possible de découvrir dès à présent les futurs modèles d’Ixo, Its models, PremiumX et J-Collection.

Notamment à partir du lien http://www.premiumx-models.com/images/stories/2013catalogue.pdf

Outre de nouveaux modèles – ce qui va de soit – il y a aussi de nouvelles gammes dont une comprenant des figurines et une autre où les voitures de rallye, toutes blanches, permettront une présentation personnalisée, voitures vendues avec deux jeux de jantes et de pneumatiques.

 
 Modèles presse
     

Semaine du 21 au 27 janvier 2013

 

ASTON-MARTIN V8 Vantage LM-GT2 (24 H du Mans 2010)

Equipage Rob Bell/Bryce Miller/Tim Sugden

Ixo/Altaya – collection Passion de la vitesse, n°33 
4665GR Aston-Martin V8 Vant 
Après la DBR9, voici le tour de la V8 Vantage LM-GT2 d’entrer dans ma collection. Et cela d’autant plus facilement que sa livrée est assez originale. Livrée qui cache malgré tout les lignes caractéristiques des Aston-Martin. Lignes pourtant bien restituées, au même titre que ses volumes. Je laisserais le soin aux spécialistes de dire si le dessin de la livrée est aussi fidèle que possible et complet en ce qui concerne les différents stickers qui la recouvre. Pour ma part j’ai simplement noté que l’écusson Aston-Martin placé à l’arrière n’était pas centré, mais décalé sur la droite. « Crime de lèse Majesté ». Notons cependant la présentation du capot moteur avec ses divers appendices et ouvertures. Les optiques principales sont bien dessinées et les quatre additionnelles légèrement teintées en jaune. Les anneaux de remorquage sont bien présents, à l’avant comme à l’arrière ? Le dessin des jantes alliage est fidèle et laisse voir les grands freins à disque avec leurs étriers. Dommage, qu’à l’inverse de la version civile (n° 45 de la collection des Voitures de rêves – cf. n° 60 du 02 octobre 2006 de Collec’Hebdo 43), la petite vitre du déflecteur des portières ne soit plus transparente mais pleine.  Les valves de remplissages de carburant sont bien dessinées, tout comme les feux arrière. Le spolier avant et l’extracteur d’air arrière sont là. Le pavillon supporte trois antennes manquant de finesse. Il est très difficile de détailler le mobilier, entièrement noir, qui est contenu à l’intérieur de l’habitacle. Le soubassement est un fond plat. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

CITROËN Type 23 fourgon 1500 kg de 1938

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, cadeau aux abonnés. 

4664GR Type23 fourgon Citro 
Réduit sous la forme d’un fourgon tôlé aux armes de Citroën, ce type 23 ne nous est pas inconnu, puisqu’il nous fut proposé en son temps dans la collection Michelin (n° 32) avec de grands panneaux publicitaires sur ses flancs et un Bibendum sur le toit. (cf. n° 88 de Collec’Hebdo 43 du 16 avril 2007). J’écrivais alors que ce type 23 faisait penser à une grosse traction. L’ensemble est toujours plaisant dans la livrée blanc cassé qu’il a conservée. D’autant que sa décoration est très sobre. Comme il s’agit du même moule, les remarques formulées alors peuvent être reprises : de face, si le pare-brise en deux parties est bien rendu – la partie haute étant projetable vers l’avant pour assurer une meilleure aération de l’habitacle - ce qui m'interpelle c'est la forme de la calandre qui manque d'arrondi en sa partie haute et ces chevrons à 90° !! . De profil, je suis gêné par les ouïes latérales du capot qui ne sont pas verticales, mais inclinées  et par le dessin quasi carré de la vitre de portière, un poil trop haute, ainsi que par l’aspect « visière » du raccord du pavillon avec le sommet du pare-brise. Par contre, aujourd’hui les deux moitiés du véhicule se joignent correctement pour assurer la continuité du marchepied.  Les roues sont réalistes. L’arrière reçoit cette fois-ci quelques points de couleur rouge pour les feux et le catadioptre. L’habitacle accueille une large banquette marron. Le soubassement est détaillé. Comme je l’ai déjà écrit il y a presque six ans, à quand une version plateau ou à benne basculante et sans capucine au-dessus de la cabine ? 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

Semaine du 28 janvier au 03 février 2013

 

RENAULT Camion bâché de 1925 

Ixo/Altaya – collection des Camions des Camions d’autrefois, cadeau aux abonnés fidèles 
4666GR Camion bache Calbers 
Revoici le camion bâché que nous avons connu sous les publicités de Michelin, paru dans la collection dédiée à ce manufacturier pneumatique sous le n° 27 – cf. le n° 78 de Collec’Hebdo 43 daté du 05 février 2007. Ce modèle reste original et insolite de part sa conception. Ne pas oublier que le radiateur se trouve au pied du pare-brise. Un peu à l’image de la 4cv, mais dans l’autre sens. L’avant est très réussi avec l’esquisse de son train avant. Notons l’absence d’essuie-glaces, l’avancée du toit devait pallier celle-ci. De profil, notons par contre la présence, de chaque côté d’un rouleau de toile qui, déroulée fait fonction de bas de portière. Conduite à droite, époque oblige. Par contre les inscriptions légales quant aux dimensions et poids sont absentes cette fois-ci. Les marchepieds sont de simples plaques.  L’arrière reçoit deux petits heurtoirs style wagon de chemin de fer. Je ne peux pas parler de SNCF puisqu’elle n’existait pas encore. La signalisation lumineuse arrière est regroupée de part à autre de l’immatriculation. Le poste de conduite est accessible et assez détaillé avec sa large banquette. L’instrumentation est des plus limitées puisqu’il n’y a de représenté que la colonne de direction, le levier de frein à main et la trompe faisant fonction d’avertisseur. Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

RENE BONNET Djet de 1964

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 26 
4668GR Rene-Bonnet Djet ble 
4668GS Rene-Bonnet Djet ble 
Mais, ne l’aurions nous pas déjà eue, cette Djet ? Que nenni. Pourtant ses lignes nous sont connues. Et pour cause… Nous avons eu sa descendante, la Djet V vendue par Matra qui avait racheté la société René Bonnet suite à la faillite de cette dernière. D’ailleurs cette Djet n’a pas tout à fait les mêmes volumes. Regardez à l’arrière où le porte à faux est plus court.  Si les lignes et volumes de l’original sont correctement restitués, une question se pose sur le choix du coloris de sa livrée : gris bleuté métallisé. Je laisse le soin aux fans de la marque de répondre à la question. A-t-elle existé lors de la sortie de ce modèle ? De plus certains détails m’interpellent. J’y reviendrai plus loin. Force est de constater, une fois de plus, qu’il ne faudra pas trop la rapprocher des Matra-Bonnet Djet V déjà produites car si elle est bien au 1/43ème, les autres sont un peu plus volumineuses qu’elle. De plus elle est équipée de roues d’un trop grand diamètre. Je lui aurais préféré la monte des roues de Djet V de la collection des Voitures d’autrefois, n° 82, avec son toit amovible mais non fonctionnel. Et pendant que j’y suis, il a eu aussi la Djet V engagée lors du rallye de Monte Carlo 1966 (n° 27 de la collection Rallye de Monte Carlo). Ceci étant dit, la voiture reste plaisante à regarder et jouit d’une finition correcte. Avec ses optiques principales, teintées jaune et sous bulle plastique. Les optiques additionnelles sont blanches. Le couvercle du coffre est bien équipé de la grille d’évacuation d’air. Les deux butoirs, faisant fonction de pare-chocs avant sont peut-être un poil trop généreux. Je l’ai déjà écrit, les roues me paraissent d’un trop grand diamètre mais ont un dessin fidèle. Par contre, et à en croire l’iconographie de l’époque – pages 62 et 63 du n° 23 d’Automobilia par exemple – les Djet  n’avaient pas de renforts de passages de roues si prononcés. Ils n’avaient qu’un léger repli detôle. Et seuls les tout derniers avaient reçus les sorties d’air latérales que l’on retrouvera sur les Djet V produites par Matra. S’il y a bien l’écusson de la marque et le monogramme René Bonnet à l’avant de la voiture nous ne retrouvons que ce dernier sur le panneau arrière. Les feux arrière, de type Fiat 850 ou Simca 1000 ne sont représentés que par des pièces rapportées en plastique uniquement rouge. Par contre les catadioptres sont bien dessinés. Et puis il y a ce gros appendice alu qui semble correspondre à la tôle de protection de la boite de vitesses et la sortie d’échappement placée à droite. L’habitacle laisse voir deux petits sièges baquets placés derrière une planche de bord marron, équipée de nombreux cadrans placés derrière un volant sport à jante en bois. Le soubassement est peu détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles
 

SAVIEM SG3 de 1978

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 76
4667GR Saviem SG3 Calberson 
4667GS Saviem SG3 Calberson 
Par moment je me demande si cette collection n’aurait pas mieux fait de s’appeler Camions et camionnettes d’autrefois tant il y a de plus en plus de ces dernières dans celle-ci. Mais bon, il y a tout de même de belles pièces qu’il faut financer ! N’est-ce pas ? Toujours est-il que nous nous trouvons une fois encore en présence d’un modèle qui aurait eu sa place dans feue la collection des Camionnettes d’antan… Et comme les Saviem se suivent, ils se ressemblent… Enfin presque, puisque nous nous trouvons aujourd’hui en présence d’un modèle de plus faible tonnage que celui d’il y a quinze jours. D’où des passages de roues à très faible débordement latéral et au plateau bâché très étroit. L’ensemble, aux couleurs du transporteur Calberson, est fort plaisant et, rejoignant les autres modèles à ses couleurs, permettra à certains de compléter leur flotte de camions. Le tout respecte bien les lignes et volumes de l’original. La cabine est dotée d’une calandre élargie, plus récente que celle du camion citerne Avia. Les roues sont d’un diamètre correct et bien dessinées. Je trouve cependant les pneus bien étroits - au regard de ceux par exemple de la René bonnet Djet – pour être réalistes. Le plateau bâché est ouvert à l’arrière. Le mobilier de cabine est composé de trois sièges, dont le central posé sur le coffrage du moteur. Les cadrans du tableau de bord sont présents.  A l’inverse de la roue de secours qui ne se trouve pas sous le châssis standard. C’est la deuxième en deux numéros !!! Cela devient une (mauvaise) habitude. 
CH43 2011 4 etoiles 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 09:22
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 390 du 28 janvier 2013
         

Qu’en est-il de la collection Pinder ?

J’aurais bien aimé vous présenter le camion Bernard de la collection Pinder, mais à ce jour, ma demande, bien que prise en compte, est toujours au point mort. Et je ne suis pas le seul dans cette situation. Mais silence radio du côté de l’éditeur…

 

 

Alors qu’avec la collection des Camions Dinky-Toys d’Atlas Editions…

Je suis en mesure de vous présenter le premier numéro de cette nouvelle collection diffusée uniquement par abonnement. Cette collection présente pour moi le mérite de me permettre de retrouver certains modèles que j’ai eu - et cassés - entre les mains et d’en remplacer d’autres que j’ai conservés mais à l’état d’usage fort avancé. Dommage que ce ne soit pas du 1/43.

 

 

4663GR U55 depanneuse DK 

 

 

 

Quelle rentrée ! 

Si la reprise de janvier s’est révélée très ladre en matière de nouvelles collections de voitures miniatures, il semblerait que la rentrée de septembre prochain soit plus prolifique. Elle n’aura aucun mal, me répondra-t-on, pour y parvenir. Certes, mais même s’il n’en aura pas pour tous les goûts, un bon nombre seront – plus ou moins – satisfaits.

 

Mais qui se lancera dans une collection des Belles étrangères de jadis alors qu'Ixo a déjà nombre de ces voitures à son catalogue ? 

 
 Modèles presse

Semaine du 21 au 27 janvier 2013

 

FERRARI 250GTO de 1962

Ixo/Hachette/AutoPlus – Collection Ferrari GT, n° 02 
4661GR 250GTO rouge
Et de deux ! Oui, vous avez bien lu. Ce deuxième numéro est bien une seconde 250GTO, totalement identique à celle parue en son temps (été 2005, quelques semaines avant la création de Collec’Hebdo 43 – c’est dire) sous le n° 13 de la première collection Ferrari, alors diffusée par les éditions Fabbri. Rien n’en diffère ni permet de distinguer l’une de l’autre. Elle diffère cependant de la version course parue sous le n° 15 de la collection Monstres sacrés de l’endurance à la présentation complétée notamment par, outre les numéros de course, une prise d’air allongée sur le capot moteur et de petits volets placés sur les sorties d’air des ailes arrière. Les lignes, volumes et coloris sont bien restitués et jouissent d’une présentation de bon aloi. C’est d’ailleurs ma Ferrari préférée. J’ai déjà du l’écrire lors de la présentation de cette 250GTO reproduite par Kyosho( cf. CH43 n° 320 du 26 septembre 2011). En effet, un soin particulier semble avoir été porté pour la réalisation de ce modèle qui propose même le dessin des sangles de fixation du capot moteur en plus des goupilles de sécurité.  Les phares principaux sont en plastique et protégés sous une bulle, alors que les feux additionnels, encadrant la calandre, sont métalliques. Le cheval cabré est présent au centre de ladite calandre.  Les ailes sont largement creusées au niveau des sorties d’air. Le dessin des roues à rayons est acceptable.  Le bouchon du réservoir est rapporté et chromé. Tout comme le sont les quatre sorties d’échappement, de bon diamètre et creuses. Les feux arrière, circulaires et rouges, sont constitués par des pièces en plastique rapportées. La vaste lunette arrière permet de découvrir un mobilier intérieur très détaillé (avec dessins des rivets) ans une caisse alu. Les deux sièges baquets sont noirs. Tout comme la planche de bord qui affiche une multitude de cadrans, derrière un volant à trois branches qui arbore l’écusson Ferrari en son centre. Le levier de vitesses est lui aussi chromé. Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

PEUGEOT 403 de 1957

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 78 
4662GR 403 creme
La première 403 proposée par Ixo est sortie à l’été 2005 et fut la dernière à entrer dans ma collection personnelle juste avant le break Marly de Norev qui fut le premier modèle présenté dans le n° 01 de Collec’Hebdo 43. C’était déjà le n° 39 de la collection des Voitures françaises de collection. Nous la retrouvons par la suite aux couleurs de la célèbre Cocotte minute Seb (n° 52 de la collection des Camionnettes d’antan) et de la Gendarmerie nationale, dotée du redoutable Trafipax, le précurseur des radars d’aujourd’hui (n° 19, de la collection de la Route bleue). Même si au premier abord cette nouvelle déclinaison de la 403 parait utiliser le même moule que celui utilisé dès 2005, il faut reconnaitre que celui-ci a subi quelques modifications. En effet, les quatre modèles ne sont pas identiques. Ainsi, les deux premières ont été réalisées à partir du moule initial et sont dépourvues de clignotants à l’avant et de flèches de direction sur les panneaux de custode. Mais aussi, l’ouverture du coffre s’arrête à mi hauteur de la plaque d’immatriculation ! Une aberration qui a été corrigée pour les deux autres. Autres qui reçoivent en plus le petit feu de position placé au bas desdits panneaux de custode, et des clignotants à l’avant. Pour autant, et malgré ces améliorations, le rendu des lignes et volumes de cette 403 reste encore approximatif et n’égale pas celui proposé par Norev. A l’inverse des optiques principales un poil trop grandes, les clignotants sont trop petits. Ceci est du à une gravure imprécise, notamment dans le dessin du pli de tôle qui court sous la ligne de caisse. Pli non souligné par le fin jonc chromé de la vraie, qui manque toujours cruellement sur cette réduction. Le dessin des roues est correct. Les feux arrière sont… orange !!! Rappelons que sur ce modèle il y a une unique ampoule qui assure les trois fonctions : feu, stop et clignotant. Elle est placée dans la partie haute – qui doit être rouge ! La partie inférieure étant le catadioptre, rouge également. Rouge, est aussi le mobilier intérieur bien dessiné.  Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 2 etoiles 
 
 Modèles boutiques

CATERHAM Super Seven de 2003

Kyosho – réf. 03155R 
4645GR Caterham Super Seven 
J’ai craqué pour ce petit bijou, à moins de 40 €, de Super Seven, alu et rouge dont la finition fait tout. Bon, je n’ai plus à présenter les lignes et volumes de la Seven, présentée il y a peu sous les couleurs de la voiture du « Prisonnier ». Ici, ils sont agrémentés par une très fine grille de calandre photodécoupée, des bras de suspension assez fins, de très jolies jantes chromées et une ligne d’échappement latérale chromée et protégée par une plaque, elle aussi, photodécoupée. Les ailes arrière sont protégées par des sabots chromés (eux aussi, tout comme l’encadrement du pare-brise ou les coques des phares). Mais revenons à l’avant. Pour une fois je ne critiquerai pas le fait d’avoir reproduit les clignotants avant par des pièces métallisées et peintes. Au contraire, je trouve que sur ce modèle, vu leur emplacement reculé et coincé entre roue et capot moteur, cela les met en évidence. A l’arrière, les feux, rapportés et en plastique correctement coloré, occupent toute la largeur des petites ailes. La roue de secours est extérieure et placée sur une petite structure qui supporte aussi la plaque d’immatriculation. Le caisson, faisant fonction de coffre à bagages au-dessus du réservoir, à bouchon chromé est couvert et surmonté d’un arceau de sécurité. Le très petit espace habitable est occupé par les deux sièges baquets. Lesquels sont dotés de « vrais » harnais rapportés et dotés de leur système de verrouillage chromé. Dommage que le volant, placé très près de l’assise des baquets interdise la mise en place d’un pilote. Le soubassement est détaillé et permet de découvrir une mécanique reproduite en quasi 3 D depuis le bloc moteur au train arrière. Tout petit bémol, que les axes des roues soient en trop. 
CH43 2011 5 etoiles 
 

BITTER CD (1974-1977)

Minichamps – réf. 400 044220 
4646GR Bitter CD grise 
Après le coupé SC, présenté ici dans le n° 365 du 06 août 2012 de CH43, provenant de la collection Opel, voici aujourd’hui le coupé CD, trouvé pour moins de 50 €.  Les lignes et volumes sont bien restitués et jouissent d’une bonne présentation. Toutefois ses essuie-glaces, rapportés en plastique noir, sont placés trop haut sur le pare-brise. Ils auraient du reposer sur la plage, à sa base.  La calandre est simplement noire et reçoit clignotants et feux additionnels. Les roues me paraissent un poil trop petites. Et elles auraient du avoir une jante de diamètre plus grand et dotée d’un pneu plus fin. Les feux arrière sont correctement dessinés et colorés. Tout comme les feux de brouillard surplombant les quatre sorties d’échappement. La vaste lunette arrière est équipée d’une grille de désembuage au dessin hyperfin. A noter que tous les vitrages sont teintés. Le mobilier est vert olive, ce qui est peu courant et très germanique. Il est bien dessiné et propose un large tableau de bord rectangulaire, imitation bois qui se prolonge sur la console centrale. Les cadrans sont présents, ainsi que le pédalier et les leviers de la boite automatique et de frein à main. Le soubassement est détaillé en quasi 3D et les axes de roues adroitement dissimulés. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 10:42

  

2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 389 du 21 janvier 2013
 
 Modèles presse
         

Semaine du 31 décembre 2012 au 06 janvier 2013

 

CITROËN 2cv AZU « Coop »

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 35 
4651GR 2cv AZU Coop 
C’est certainement pour permettre la réalisation de modèles originaux comme la caravane Eriba que nous nous voyons proposer pour une énième fois une 2cv AZU, à être proche de l’ingestion de ce modèle. Aujourd’hui sous la livrée des magasins Coop. Nous retrouvons une fois encore les lignes et volumes de cette fourgonnette emblématique d’une certaine époque.   Comme pour ses devancières, cette nouvelle mouture a fait l’objet d’une certaine économie dans le traitement de sa signalisation lumineuse. En effet, clignotants latéraux et signalisation arrière ne sont toujours pas représentés. Aucun relief n’existe plus  sur les côtés ou des encadrements arrière. Ce qui est fort regrettable, pour ne pas dire plus. Il devrait revenir aux représentations traditionnelles.  Toutefois, les portières arrière sont toujours fonctionnelles. Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 3 etoiles      CH43 2012 erreurs
 

 

Semaine du 14 au 20 janvier 2013

 

RENAULT KZ11 – taxi G7 de 1933

Ixo/Altaya – collection Taxis du monde, n° 11

4655GR KZ11 taxi G7 

Merci pour cet inédit qui nous propose une représentation des taxis G7 apparus dans Paris en 1933 réalisés sur le châssis de la Vivaquatre dont il reprend aussi le moteur de 2.120 cm3. Le dernier sera retiré de la circulation en… 1959 ! Si les lignes et volumes de l’original sont bien restitués, tout comme d’ailleurs sa livrée noire et bordeaux, il n’en va pas de même pour quelques détails. D’abord, il n’y a qu’un seul essuie-glace, placé devant le conducteur, alors qu’il devrait y avoir deux ! (cf. Toutes les Renault de R. Bellu). Puis il manque aussi le taximètre à l’extérieur, côté droit. Un comble pour un taxi parisien ! Par contre, il n'y avait pas de lumineux "Taxi" au-dessus du pare-brise. Enfin, il y a les phares dont l’ancrage sur les ailes et les côtés du moteur  est assez fantaisiste. De plus, sur l’exemplaire en ma possession, les deux phares ne sont pas identiques et placés à la même hauteur !?! Celui de droite est légèrement plus grand et placé plus bas ! Je passerai sur l’angle trop fermé de la grille de calandre pour m’attarder sur la représentation – inutile – de clignotants placés sur les panneaux de custode.  Pour le reste, je ne peux que signaler le respect de l’original. Quoique… mais j’y reviendrai plus loin. Donc, je disais que pour le reste, l’original était respecté. J’en voudrais pour preuves, la présence des deux lanternes placées à la base des montants du pare-brise ainsi que d’un léger pli de tôle incliné sur la portière avant droite. Pli se justifiant par l’articulation de cette portière qui pouvait se rabattre complètement vers l’avant pour permettre de placer de gros bagages à côté du conducteur et rouler ainsi portière ouverte. Ceci était d’autant plus réalisable qu’il existe une séparation vitrée entre le compartiment du conducteur et celui de ses passagers. Passagers qui disposaient d’un grand toit ouvrant coulissant dont l’ouverture est dessinée sur le pavillon. Par contre, et c’est là que je reviens sur le « quoique » de tout à l’heure, si le mobilier intérieur est bien dessiné avec juste un siège pour le conducteur à l’avant, et une banquette rejetée tout à l’arrière du compartiment passagers, on ne voit pas (ou mal) le dessin des strapontins pliés au dos de la cloison de séparation des deux compartiments. Il manque aussi le dessin de la découpe des portières sur les contreportes. Curieux oubli.  Le soubassement est très peu détaillé. 

CH43 2011 4 etoiles 

 

SAVIEM SM8 de 1968

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 75
4654GR Saviem SM8 Avia 

Je me suis posé la question de savoir si j’allais vous présenter – ou non – ce nouvel opus de la collection car, pour moi, il relèverait plus de l’ancienne collection des camionnettes d’antan que de celle des camions. Pourtant le voici car il s’agit d’une nouvelle cabine puisque jusqu’à présent nous n’avions eu droit qu’à la version fourgon du petit Saviem, déclinée à foison.  Aujourd’hui nous nous trouvons en présence d’un châssis cabine équipé d’une citerne. Citerne déjà utilisée à maintes reprises dans cette collection et qui, à mon avis, a entrainé une surlargeur inutile de ce camion. Un peu comme ce fut le cas pour l’OM Leoncino avec son plateau trop large. Mais ici les conséquences de cette surlargeur s’est étendue aux passages de roues avant qui débordent trop de la cabine. De plus, il y manque les petits feux de gabarit qui se trouvent à leur sommet. De même, il n’y a pas de petit hublot vertical entre le phare et la portière, côté droit, permettant au conducteur de mieux se situer par rapport aux obstacles éventuels. Sinon, le dessin de la cabine  est correct avec une calandre rapportée et ses deux phares ovales.  Les essuie-glaces sont un peu épais.  Les clignotants orange, placés au-dessus des phares sont peu visibles du fait du rouge de la carrosserie. Les jantes des roues sont réalistes mais me semblent un poil trop grandes. La partie citerne se différencie des autres par la présence d’une poignée de maintien placée à son sommet, à l’aplomb de l’échelle. L’arrière est doté d’une traverse anti encastrement accueillant la signalisation lumineuse. Le mobilier de cabine est bien dessiné. Il compte trois sièges lie de vin, dont celui du milieu placé sur le coffrage du moteur. Les cadrans sont présents sur le tableau de bord. Le châssis est standard mais dépourvu de roue de secours. Tiens, cela me rappelle quelque chose. Il y a déjà eu au moins un camion ainsi sous équipé.

CH43 2011 4 etoiles+      CH43 2012 erreurs
 

SIMCA Aronde Grand-Large 1954

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 25 
4653GR Grand-Large-54 noire 
4653GS Grand-Large-54 noire 
Lorsque la liste des modèles prévus dans cette collection a commencé à être diffusée, nous fûmes un certain nombre à nous interroger sur la forme de cette Grand-Large. Nous redoutions de nous retrouver une nouvelle fois avec le coach à ligne Océane. Nous fûmes ensuite ravis d’apprendre que ce ne serait pas le cas mais une représentation de la génération précédente, celle à la moustache en arc de cercle. Mais, première alerte à la vue des premières photos diffusées sur la baie par notre informateur (in)volontaire de Hong-Kong. Alerte confirmée maintenant que cette Grand-Large est devant moi. En effet, celle-ci a été réalisée à partir des composants de l’Aronde berline 1954 que l’on a bien connue sous plusieurs déclinaisons – je vous renvoie vers mon autre blog, celui dédié à mes Simca. D’où une interprétation des lignes et volumes de cette voiture. Ce qui nous ramène à forces années en arrière. En un temps que je croyais révolu mais sympathique. J’en veux pour preuves, la même erreur dans le dessin du pli courant sur les ailes arrière qui n’est pas horizontal, mais monte. Il y a aussi le placement trop bas du pare-chocs avant. Sans oublier la mauvaise courbure de la vitre latérale arrière. D’accord, Ixo, a bien revu la découpe de la portière avant pour l’allonger et a redessiné la lunette arrière en l’élargissant. Mais pour le reste, nous retrouvons la même moustache, le même motif d’éclairage de l’immatriculation arrière ainsi que les mêmes pare-chocs avant et arrière. Il a même poussé le mimétisme à l’extrême en reproduisant le même mobilier intérieur ! Oui, vous avez bien lu… le même mobilier. Il y a en effet, à l’avant une simple banquette deux places. Sans dossiers séparés. Comment gagne-t-on les places arrière ? Et maintenant, passons à d’autres remarques. Ce modèle est pour le moins très accessoirisé. Avec notamment une sortie d’échappement en queue de baleine, ses joncs chromés courant sur les plis des ailes avant et arrière, ses sabots chromés en bas des ailes avant, sans oublier les monogrammes « Grand-Large » des plus incongrus placés sur les ailes arrière. Et que dire de ces enjoliveurs intégraux qui recouvrent l’intégralité de la jante ? Le soubassement est un peu détaillé. 
CH43 2011 2 etoiles 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 09:07
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 388 du 14 janvier 2013
 
 Modèles presse
        

Semaine du 31 décembre 2012 au 06 janvier 2013

  

 

LADA 2101 Limousine de 1995 (taxi cubain)

Ixo/Altaya – collection Taxis du monde II, n° 10 
4648GR Lada 2101 limousine 
Lorsque mon pressier m’a demandé si je voulais le « taxi de la semaine » je n’en ai pas cru mes oreilles. Je pouvais avoir cette 2101 limousine? Alors que la collection n’était plus diffusée depuis quelques numéros et que je n’ai pu me procurer la 2cv Charleston attelée à la caravane Eriba pour les mêmes raisons ! Je l’ai donc pris pour son originalité mais j’ai vite déchanté pour au moins deux raisons. La première réside dans sa gravure très moyenne qui disparait sous la peinture. La seconde, primordiale à mes yeux se trouve dans l’échelle utilisée pour réduire ce modèle. Echelle différente de celle retenue pour les autres déclinaisons de la Fiat 124 et de ses dérivées d’Europe de l’Est. Comme pour la Marly de la collection Simca, cette limousine est plus étroite et petite que ses cousines. Ce qui jure lorsqu’on la place à côté de celles-ci. C’est vraiment dommage et ne fait pas très sérieux. Aussi je me contenterais d’écrire que es lignes et volumes sont bien reconnaissables sous une livrée jaune et noir. La finition est standard avec des essuie-glaces en plastique noir, une grille de calandre chromée et rapportée, entourée d’optiques serties de chrome. Les clignotants avant et les feux arrière sont eux-aussi rapportés, en plastique correctement coloré. Le dessin des jantes est correct et les roues sont de dimension plus petite que sur les autres. Le mobilier intérieur, entièrement noir, comprend trois rangées de sièges et banquettes. Les cadrans du tableau de bord sont représentés. Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 3 etoiles      
 

ROSENGART Super 5  LR4N de 1937

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 24 
4644GR Rosengart Super5 rou 

Riquiqui ! Vraiment riquiqui cette Super 5, dérivée de l’Austin Seven britannique. Mini, mini, mini, tout est mini… aurait chanté Jacques Dutronc. Elle le parait d’autant plus qu’au moment d’écrire ces lignes est se trouve à côté de l’Humber Pullman Limousine présentée la semaine dernière. Est là, je vois très bien la différence de formats. Toujours est-il que cette miniature porte bien son nom et que ses lignes et volumes sont bien restitués. Et sa livrée bordeaux parait fidèle au modèle retrouvé sur le net, dont le lien se trouve après cette présentation. La voiture est plaisante à regarder avec sa calandre courbe en deux parties bien grillagées. Les ouvertures des volets du capot moteur sont fines. Dommage que la plaque d’immatriculation avant ait été omise. Ce qui se répète dans cette collection me semble-t-il. Les jantes ajourées sont réalistes et les pneus assez étroits pour l’être aussi. Autre petite erreur, les vitrages sont affleurant. Ce qui n’était pas le cas à l’époque. Et pourquoi l’avoir flanquée de clignotants orange après les vitres arrière ? Arrière, doté d’une roue de secours et d’une plaque d’immatriculation équipée de l’unique feu rouge et de son catadioptre. Le pavillon met bien en évidence le toit toilé de cette voiture, très en vogue à cette époque là. A l’intérieur, le petit mobilier crème est bien dessiné derrière une planche de bord affichant un unique cadran à gauche de la colonne de direction. Attention, conduite à droite. Le soubassement n’est pas détaillé.

 Celle qui a peut-être servi de modèle 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

VOLVO F88 de 1965

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 74
4647GR Volvo F88 fourgon 
Dans le n° 270 de CH43 du 11 octobre 2010, je vous présentais le Volvo F89 de 1972. Voici aujourd’hui le F88 dont il dérivait. Assez lourd en main, ce F88 s’avère très plaisant à regarder malgré sa décoration blanche et bleue très sobre. Il faut dire que ses lignes taillées à la serpe donnent toute sa personnalité à ce camion. Lignes bien restituées et mises en valeur par une finition de bon niveau avec de fins essuie-glaces et rétroviseurs latéraux rapportés en plastique noir. La grille de calandre est gravée et barrée de la transversale Volvo dont le monogramme figure sur les côtés et sous ladite calandre. Les six optiques sont rapportées, tout comme les clignotants et autres feux de gabarit et de signalisation – colorés en orange. Le pavillon s’orne de deux petits Bibendum, très en vogue à l’époque.  Les jantes sont jolies, couleur alu avec leur centre bleu. La partie fourgon est coiffée d’un toit repris des fourgons à ouvertures latérales qui jure un peu avec la caisse elle-même. Caisse dont le dessin des portières arrière est dépourvu de la représentation des poignées d’ouverture. A noter que ce camion a été modernisé puisqu’il est doté d’une poutre anti encastrement qui reçoit la signalisation lumineuse et l’immatriculation. Malgré ses petites vitres latérales, il est possible de voir la bonne représentation du mobilier intérieur de la cabine où se trouvent les deux sièges des occupants et une petite couchette. Il y a aussi le coffrage de l’espace moteur avec une plage de rangement au-dessus. Le châssis est classique avec roue de secours et une transmission 2x6. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

Semaine du 07 au 13 janvier 2013

 

CHRYSLER (Simca) 2 Litres de 1974

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 77 
4649GR Chrysler 2Litres ble 

Bon sang, mais c’est bien sûr ! Qui se souvient de cette célèbre réplique du Commissaire Bourel sur le point de trouver le coupable lors des Cinq dernières minutes (de l’émission)? Pourquoi s’étonner du mélange des finitions dans la configuration de ce nouveau modèle ? Nous sommes pourtant bien en présence de l’une de ses  voitures que Chrysler a voulu pour relancer Simca et dont la conception a été confiée aux britanniques : les fameuses 160, 160 GT et autres 180 apparues à l’aube des années 1970, et dont on connait aujourd’hui le succès !?!

Lignes et volumes sont correctement restitués. Et pour cause, elle utilise le moule que l’on a connu sous trois appellations différentes : 160 (collection Simca, n° 73), 180, (collection Simca, n°90, livrée taxi de Barcelone) et 2 Litres (collection Voitures d’antan, n°51 et collection Simca n° 45 ou encore boutiques, réf. CLC100). Toutes plus ou moins sujettes à remarques.

 

Pourtant, il y a encore des incohérences. En effet, l’aspect général de la voiture penche du côté de la 2 Litres, reconnaissable à sa large calandre dotée de quatre optiques mais dont le motif central devrait être bleu, et non rouge comme ici, le rouge étant affecté à la 180. Il y a aussi les enjoliveurs intégraux  spécifiques à la 2 Litres. De même, le petit écusson 2 Litres, présent sur les panneaux de custode est présent, qui devrait être visible. A peindre. Pourtant, le montant central, visible entres les encadrements des vitres latérales devrait être chromé. A l’arrière une erreur porte sur la concomitance des monogrammes Simca et Chrysler sur le coffre. Qu’en était-il réellement ? Lors de son lancement en 1974, la 2 Litres arborait, côté gauche, un monogramme « Automatique » et à droite le monogramme « Chrysler 2 litres ». Ce n’est qu’en septembre 1977, pour relancer le modèle, que le monogramme « Simca » apparut à gauche alors que celui de « Chrysler » disparaissait à droite. Donc, les deux n’auraient jamais cohabité à l’arrière. A noter qu’en plus, au lieu d’avoir « Chrysler 2 Litres » écrit à droite on peut lire « Chrysler 180 » !!! Alors 180 au lieu de 2 Litres ? L’intérieur est séduisant dans son coloris tabac et de bonne facture. Il y a bien les cadrans du tableau de bord derrière le volant tulipe à trois branches. Quant au levier de vitesses, il ressemble fort à celui des boîtes automatiques… 2 Litres ? A quand le sans faute dans cette gamme ? Le soubassement n’est pas détaillé. 

CH43 2011 4 etoiles+    CH43 2012 erreurs
 

Par colis spécial

 

CITROËN 2cv6 Charleston et caravane ERIBA Puck

Eligor/Ixo/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 34 
4650GR 2cv6 Charleston jaun 

Sans revenir sur ce que j’ai écrit plus avant lors de la présentation de la limousine Lada 2101, je suis en mesure de vous présenter la fameuse 2cv6 Charleston attelée à une caravane Eriba Puck grâce à une aide extérieure que je remercie chaleureusement.  Si la 2cv6 est signée Eligor et utilise le nouveau moule de la 2cv6 récemment découvert dans une livrée verte puis en « vendeuse de frites belges », la caravane est signée Ixo. Bravo pour ce partenariat, d’autant que l’attelage est fort plaisant à regarder et très original. Je ne reviendrai pas sur la 2cv6, sinon pour signaler une garde au sol que je trouve trop généreuse. Tout comme le crochet d’amarrage trop bas à mon goût.

Très lourde, la caravane parait trop petite à côté de la 2cv6. Et pourtant elle est bien au 1/43ème. Il s’agit d’un modèle de 1964 avec ses feux arrière tout simples et sa porte à coins droits. Elle est coiffée d’un toit souple permettant de se tenir debout devant le meuble cuisine. Meuble qui est bien présent à l’intérieur, avec la petite penderie à sa gauche, les deux banquettes larges et la table arrière. Mais l’ensemble étant en noir, il est très difficile de le distinguer à l’intérieur. Les as du pinceau se feront certainement un plaisir de le mettre en valeur. La flèche et sa petite roue jockey sont assez fines.

CH43 2011 4 etoiles     coup_de_coeur.jpg 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 10:46
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 387 du 07 janvier 2013
 
 Que cette nouvelle année qui commence permette aux fabricants et aux décideurs de comprendre que ce n’est pas en laissant les prix s’envoler qu’ils renoueront avec leurs chiffres d’affaires de naguère.  Tout ce qu’ils risquent, c’est de mettre en difficulté nombre de boutiquiers dont le volume de vente à tendance à s’effondrer dangereusement.

 

 Heureusement qu’il en existe encore qui proposent leurs produits à des prix abordables mais avec un degré de finition à géométrie variable. C’est pourquoi, pour une fois, je ne vous présenterai pas les modèles de cette semaine par ordre alphabétique, mais par degré de finition croissant.

 

 Mais auparavant je voudrais signaler qu’aux environs de la rentrée de septembre prochain nous devrions trouver chez notre pressier favori une collection plébiscitée par nombre d’entre nous.

 
 Modèles boutiques
             

RENAULT Twingo II phase II de 2012

Kang Fal Toys Co – réf. Boîtage Renault 77 11 431 530 
4640GR Twingo-II phase2 bla 
Autant le dire tout de suite, pour un modèle censé être vendu en concession, cette Twingo II restylée fait plus jouet que modèle de collection. C’est vrai qu’à moins de 15 €… En effet, si les lignes et volumes de l’original sont correctement rendus, ce n’est pas la décoration de son pavillon - option de personnalisation du véhicule - qui relèvera le niveau de finition très bas de gamme de ce modèle. Commençons par les essuie-glaces qui ne sont que gravés dans la zone noire à la base du pare-brise, et donc, sont peu visibles. Puis il y a les optiques additionnelles qui ne sont que peintes alors que les principales sont reproduites en plastique et rapportées, mais non colorées pour les clignotants.  Le dessin des jantes  permet de constater la non représentation des disques de frein. La représentation des rétroviseurs extérieurs se limite à leurs coques sommairement dessinées. Aucune trace des miroirs eux-mêmes. A l’arrière, l’essuie-glace de la lunette est lui aussi simplement gravé. De même, pour les feux placés sur le hayon. Ils ne sont que dessinés et peints alors que les feux principaux sont quand même rapportés, en plastique correctement coloré.  A l’intérieur, le mobilier, correctement gravé, est entièrement noir. Le soubassement  est sommairement détaillé. Il est loin le temps où la Twingo II ressemblait à quelque chose ! C’est vrai aussi que son prix n’avait rien à voir mais était encore bien contenu. 
CH43 2011 3 etoiles 
 

FORD Escape II (AM 2013)

GrennLight collectibles – réf. 86025 (GL302) 
4641GR Escape bleue 
Pour moins de 20 €, il est possible de se procurer la réplique de la version US du Ford Kuga II, l’Escape II dont les lignes, volumes et coloris sont bien restitués. Et, avec ce modèle, nous montons d’un bon cran en finition, bien qu’ici nous ne trouvons aucune représentation des essuie-glaces,- certainement enfoncés dans la plage du pare-brise. Les blocs des optiques principales sont en plastique, rapportés et colorés pour les clignotants.  Les vitrages latéraux sont affleurant. A noter que le dessin des jantes alliage, très réaliste, laisse voir l’absence de représentation des disques de frein. Ce qui, avec ce type de roues « charrettes » laisse un grand vide très visible. Je trouve cela mesquin d’autant que les réserves existent sur le soubassement. A l’arrière, la lunette est aussi dépourvue d’essuie-glace, alors que l’original en est pourvu. Les blocs des feux arrière sont eux aussi en plastique, rapportés et correctement colorés. La base du hayon arbore les monogrammes Escape et Titanium de part et autre de l’emplacement de l’immatriculation. Un bouclier métallique est représenté sous la jupe  qui contient les feux de brouillard, eux aussi rapportés en plastique rouge. Deux sorties d’échappement creuses complètent le tableau. A noter que le pavillon est doté de barres de toits et de leurs deux traverses.  Les vitres arrière sont surteintées. Ce qui ne facilite pas la vue du mobilier intérieur, entièrement noir, à l’exception du haut des contreportes qui reçoit une touche de peinture alu. Le soubassement est très peu détaillé, mais est doté de la représentation du bouclier métallique avant. 
CH43 2011 4 etoiles      CH43 2012 erreurs
 

FORD Fusion (AM2013)

GrennLight collectibles – réf. 86029 (GL303) 
4642GR Fusion anthracite 

Toujours affichée à moins de 20 €, voici à son tour, la version US de la Ford Mondeo européenne, la Fusion. Nous continuons malgré tout de monter un peu plus en finition avec la gravure des essuie-glaces à la base du pare-brise. Les lignes, volumes et coloris de l’original, sont bien restitués et bénéficient d’une bonne gravure. Le dessin de la grille de calandre est réussi. Associé aux nervures du capot l’ensemble nous rappelle quelque peu l’avant des Aston-Martin. Et pour cause ! Le dessin des jantes alliage est soigné. Et, à l’inverse de l’Escape, ici, sur la Fusion, nous avons droit à la représentation des disques de frein, alors que ceux-ci sont invisibles au travers desdites jantes. Les vitrages sont affleurant. Les blocs des feux arrière sont en plastique, rapportés et correctement colorés. Le couvercle du coffre arbore les monogrammes Fusion et Titanium de part et autre de l’emplacement de l’immatriculation. Ici pas de bouclier de protection de la jupe arrière mais seulement deux sorties d’échappement ovales. Le mobilier intérieur est noir. Bien gravé, il reçoit des touches de peinture alu pour souligner les hauts des contreportes et l’instrumentation de la console centrale, ainsi que les branches du volant. Le soubassement est quasiment non détaillé. 

CH43 2011 4 etoiles 
 

HUMBER Pullman Limousine de 1954

Oxford – réf. HPL001 
4643GR Humbert Pullmann 
Et pour moins de 30 € nous pouvons disposer de la reproduction de la Humber Pullman Limousine, peu connue chez nous. Les lignes et volumes – imposants – de ce modèle sont bien reproduits aux couleurs de la livrée de la voiture ayant appartenu à la baronne de Rothschild et aujourd’hui exposée dans le musée Humber d’Allan Marshall. Il en arbore, d’ailleurs, les armoiries sur les portières avant. Nous faisons encore une avancée au niveau de la finition, qui rejoint les standards actuels. Avec de tout petits essuie-glaces chromés et rapportés, placés à la base du pare-brise. Il en va de même pour les poignées de portières et des deux rétroviseurs latéraux, placés sur les ailes avant. Les trois éléments de la calandre sont eux aussi rapportés et chromés. L’écusson Humber coiffe cette calandre. Les quatre optiques sont en plastique et serties de chrome.  Le dessin des jantes est réaliste. A noter que sur ce modèle les quatre portières sont à ouverture « suicide » et que les puits des flèches de direction sont incorporés dans l’encadrement des portières arrière. Comme de reste, l’arrière est très dépouillé avec juste deux feux arrière. Par contre, l’habitacle est très travaillé. Outre un mobilier détaillé avec banquette arrière crème, vaste espace pour les jambes, il y a une séparation vitrée. Celle-ci est adossée à la banquette avant affectée au chauffeur  et de couleur fauve elle est équipée de strapontins repliés à sa base. Le soubassement est un peu détaillé et possède une ligne d’échappement chromée avec sortie sur le côté gauche, juste devant le pare-chocs arrière. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 
D’autres dans quinze jours. Et si ces marques parviennent à nous proposer des modèles d’un bon niveau à ces prix là, pourquoi pas les autres ?
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 00:01
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 386 du 31 décembre 2012
 
voeux 2013 
 
  Modèles presse
 Semaine du 24 au 30 décembre 2012 
 
 

Curieux lancement d’une nouvelle collection

 

Editée par Hachette en partenariat avec AutoPlus,  et annoncée comme devant débuter le 07 janvier 2013 à grandes pages dans au moins deux revues automobiles, la réédition de la collection FERRARI GT collection a, en réalité commencé dès la dernière semaine de décembre, avec obligation d’acheter un numéro de la revue Sport Auto. Vous savez ce que je pense de ce type de vente. Je n’y reviendrai pas. Mais où je m’interroge, c’est sur le nombre d’exemplaires disponibles pour assurer son bon lancement… Un seul et unique reçu chez mon pressier qui est pourtant la Maison de la presse d’un chef lieu de département ! Et encore, dans un emballage manquant de rigidité. Voir photo ci-dessous. Heureusement la voiture n’en a pas souffert.
boitage ecrase 
 

FERRARI California de 2008

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Ferrari GT collection, n° 01 
4639GR California cab rouge 
Voici le premier modèle de la réédition de cette collection, modèle inédit par rapport à la première version diffusée par Fabbri. Mais modèle déjà vu sur CH43 en version convertible dès le n° 188 de l’alors Collec’Hebdo 43 daté du 16 mars 2009 et signée HOT WHEELS – réf. Elite N5594. Il existe trop de similitudes entre les deux versions pour qu’elles ne soient en réalité issues des mêmes moules. Pourtant si les lignes et volumes de cette California sont bien restitués, ils sont recouverts d’une peinture rouge que je trouve trop épaisse à mon goût et qui dissimule quelques joints de tôles comme ceux reliant les optiques aux passages de roues avant. En effet sa gravure parait moins fine que sur le convertible.  A signaler une légère différence quant à la forme de la calandre qui parait plus petite sur la version découverte. Par contre les essuie-glaces sont plus épais. De leur côté, les roues alliage en étoile sont identiques, tout comme les disques de frein, mais reproduits en noir et non métallisés comme sur la version convertible. Il y a même un petit monogramme PininFarina juste devant les roues arrière. Arrière, où les gros feux circulaires encadrent le couvercle de coffre arborant le monogramme Ferrari et le célèbre cheval cabré. A la différence de la version convertible, ici le panneau noir est lisse. Il surplombe les quatre sorties d’échappement chromées débordant de part et d’autre l’extracteur d’air. Le mobilier intérieur est entièrement identique à l’exception toutefois de l’absence de représentation des ceintures de sécurité arrière. Les palettes derrière le volant sont bien au rendez-vous. Le soubassement, à fond plat, est détaillé et identique au premier. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

RENAULT R21 GTS de 1992

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 76 
4638GR 21GTS 5p corail 
Très attendue par ceux qui n’avaient pu se procurer la version espagnole, proposée par Ixo et Altaya dans la collection Nuestros quaridos coches años 80, n° 51(blanche), cette version 5 portes de la Renault 21, séduit l’œil dans cette livrée corail. Pourtant, un détail qui m’avait échappé lors de la présentation de sa cousine GTX espagnole, m’a sauté aux yeux dès sa sortie du boitage. Une erreur de proportions entre la hauteur des vitrages et celle de la ligne de caisse. Je m’explique : la hauteur des surfaces vitrées est trop importante au regard de celle des bas de portières tôlés. Soit la ligne de caisse a été représentée trop basse, soit le pavillon est trop haut. Toujours est-il qu’il existe un déséquilibre entre les deux quand on regarde ce modèle de profil. Pour le reste les volumes et lignes sont corrects et bénéficient d’une finition honnête quoique non exempte d’erreur puisque ce modèle a conservé les enjoliveurs de roues de la GTX espagnole alors que nous sommes censés être en présence d’une GTS française – voir les petits cartouches placés sur les ailes avant. De plus, le choix de cette couleur pour la carrosserie a permis à Ixo de faire l’économie de l’orange pour la peinture des feux arrière. C’est quelque peu mesquin et trompe l’œil non averti. L’essuie-glace arrière n’a pas e même dessin que son cousin espagnol. Le mobilier intérieur est entièrement noir mais est doté de cadrans sur le tableau de bord. Le soubassement est peu détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles       CH43 2012 erreurs
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 13:17
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 385 du 24 décembre 2012
 
     
 Fin annee 2012
 

Dernière minute

 

Au moment de mettre en ligne ce numéro, j'apprends le lancement début janvier d'une reprise de la collection FERRARI GT par Hachette collections, avec le concours d'Ixo et d'AutoPlus  http://www.hachette-collections.com/automobiles-miniatures/ferrari-gt-collection/votre-numero-1-sa/

 
 Modèles boutiques
 

 OPEL Blitz

Norev – réf. 360051

4629GR Blitz betaillere 
Tiens un égaré !  En effet, il est très rare que je vous présente un petit camion. Allemand de surcroit. Et pourtant en voici un à l’allure champêtre. Que l’on aurait pu voir dans « La vache et le prisonnier » par exemple. Lignes et volumes sont bien rendus. Mais je n’en dirais pas autant de la livrée qui est bien trop brillante pour la partie avant et trop « propre » pour la partie arrière. Ah les matériaux d’aujourd’hui ! Pourtant l’ensemble reste plaisant à regarder malgré tout avec une honnête calandre frappée du monogramme Opel Blitz et surmontée d’un motif décoratif. Les phares ne sont pas trop frappés de strabisme. Les essuie-glaces sont rudimentaires et les rétroviseurs latéraux placés à l’extrémité de bras très étirés.  Les jantes sont bien dessinées. Les portières fixes du fourgon sont dotées de poignées rapportées. Les boitiers des flèches de direction sont placés juste devant les portières latérales. Les feux arrière sont peints. Toute la partie fourgon, le châssis et les ailes avant sont en plastique ! Le mobilier de  la cabine se limite à une large banquette. L’ensemble est noir avec des contreportes grises. Le châssis est détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

FACEL-VEGA Facel II (AM 1964)

Néo – réf. NEO 44325 
4635GR Facel-Vega Facel-II 
4635GS Facel-Vega Facel-II 
Un petit cadeau de Noël avant l’heure, que cette Facel II proposée dans sa finition US 1964 reconnaissable à ses optiques à l’air libre, à la place des blocs Mégalux. Nous retrouvons bien facilement les lignes, volumes et coloris de l’original qui bénéficient d’une belle finition. Toutefois je trouve que l’ensemble vu en plongée de trois quarts avant reste malgré tout très parallélépipédique. Surtout à l’avant. Un peu plus de rondeur dans les courbes… Mais que cela ne nuise pas à l’intérêt porté au modèle représenté car les trois parties de la large calandre sont finement dotées de grilles  photodécoupée. Tout comme la grille d’aération à la base du pare-brise. Lequel pare-brise est équipé de deux très fins essuie-glaces rapportés et chromés. Chromes que l’on retrouve sur le pourtour du pavillon et assurant l’entourage des surfaces vitrées. En plus des essuie-glaces, ce modèle est doté de poignées de portières et d’un rétroviseur latéral. Mais aussi de la reproduction des antennes de radio repliées sur l’arrête des ailes arrière. Ailes qui reçoivent aussi une partie de la signalisation lumineuse arrière de la voiture. Eléments métalliques peints en orange (c'est normal pour un modèle export, rouge pour la France). Mais revenons à l’avant. Les blocs optiques sont correctement restitués et comportent bien les deux petites veilleuses. Les roues à fils et écrou central à trois ailettes sont  acceptables. Pour ma part je regretterais que Néo n’ait pas fait le même effort que Premium X quant à la gravure de la marque sur lesdits écrous centraux : absente ici alors qu’elle l’était sur les enjoliveurs de la Pontiac Chieftain pourtant vendue bien moins cher (cf. n° 366 de CH43). Les passages de roues sont soulignés d’un jonc chromé. Les principaux feux arrière, circulaires et concentriques, sont bien restitués. Tout comme le dessin des pare-chocs. Le couvercle du coffre arbore bien le monogramme du modèle, photodécoupé et placé au-dessus du bouton-serrure. Le pare-chocs arrière surplombe un feu de recul central, mais aussi et surtout deux doubles sorties d’échappement de bonnes dimensions. Le mobilier intérieur est couleur chair et bien détaillé, avec une planche de bord en T imitation bois et dotée d’une myriade de cadrans derrière un volant sport à trois branches. A noter le placement insolite du rétroviseur intérieur, pourtant correctement placé sur le dessus du tableau de bord et décentré côté conducteur. Il y a même la reproduction du ciel de pavillon avec ses renforts latéraux et arrière. Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 
 BONUS
CITROËN 11 collection Blake & Mortimer, n° 51 
BM51 Citroen 11BL 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 10:55
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 384 du 17 décembre 2012
 
 Modèles presse
          

Semaine du 03 au 09 décembre 2012

 

CITROËN 2cv AZU « Teepol »

Eligor/ Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 33 
4633GR 2cv AZU Teepol 
Nous retrouvons une fois encore les lignes et volumes de cette fourgonnette emblématique d’une certaine époque.   Ce modèle a fait l’objet d’une certaine économie dans le traitement de sa signalisation lumineuse. En effet, clignotants latéraux et signalisation arrière ne sont pas du tout représentés. Aucun relief n’existe plus  sur les côtés ou des encadrements arrière. Ce qui est fort regrettable, pour ne pas dire plus. Il devrait revenir aux représentations traditionnelles.  Toutefois, les portières arrière sont toujours fonctionnelles. Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 3 etoiles       CH43 2012 erreurs
 

Semaine du 10 au 16 décembre 2012

 

BERLIET GBC MT8 de 1966

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 73 
4637GR Berliet GBC MT8 
C’est un peu Noël avant l’heure avec ce GBC aussi inattendu dance cette collection qu’inédit en version civile, du moins de manière industrielle. Très réaliste et assez lourd, ce camion nous restitue de belles manières les lignes et volumes taillés à la serpe par les Ets Chabonneaux, auteurs de cette cabine. Le pare-brise est bien composé de deux éléments distincts. Les feux et clignotants avant sont rapportés et en plastique. De même que les petits marchepieds présents devant les ailes ou les grands rétroviseurs latéraux.  Le plateau est chargé de ce qui parait être un compresseur. A l’arrière les feux ne sont que peints et représentés par des reliefs. Le mobilier de la cabine est composé du siège conducteur et d’une banquette biplace gris. Les cadrans sont présents derrière le volant. Mais le plus intéressant sur ce camion se trouve au niveau du châssis où Ixo a bien représenté le double arbre de transmission arrière desservant les deux ponts moteurs. 
CH43 2011 4 etoiles+
 

CHRYSLER SIMCA Horizon GLS  de 1978

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 75 
4634GR Horizon GLS grise
4634GS Horizon GLS grise 
Dommage que cette collection se limite à nous proposer des modèles déjà vus dans des collections antérieures, jusqu’à parfois reprendre même leurs immatriculations. Dommage, oui, car elle aurait bien pu nous offrir des versions différentes de celles déjà sorties. Ce à moindres frais puisqu’à partir de moules largement utilisés, comme ce fut le cas pour l’Horizon Premium encore l’Horizon Jubilé (n° 72 et 84 de la collection Simca). Au lieu de quoi, nous avons droit à une nouvelle déclinaison de l’Horizon GLS qui fut le n° 12 de la collection Simca ou le n° 20 de la collection espagnole Nuestros queridos coches años 80. Et dans la présentation de cette dernière reconnaissable avec sa bande protection latérale noire reliant les passages de roues à hauteur des pare-chocs.  Mais ne nous plaignons pas trop car  ce modèle fait partie des modèles réussis de la collection Simca malgré une face avant toujours aussi trop inclinée et rectiligne à mon goût. Phares blancs et clignotants trop orange jurent un peu sur ce modèle.  Le dessin des jantes est toujours sujet à critiques car très peu crédible. Par contre l’arrière reçoit toujours des feux correctement colorés et arbore les monogrammes phototamponnés. Le mobilier intérieur est entièrement noir mais bien détaillé, avec cadrans au tableau de bord. Le soubassement n’est pas détaillé mais représente un carter moteur longitudinal alors que nous sommes en présence d’une voiture à motorisation transversale ! 
CH43 2011 4 etoiles 
 

GEORGES IRAT OLC3 roadster de 1937

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 23 
4636GR Georges-Irat OLC3 
Remplaçant, au pied levé de la Hommel initialement prévue, ce petit roadster Georges Irat surprend pas sa dissymétrie. En effet, si ses lignes et volumes sont correctement restitués l’on pourrait s’étonner de ne pas trouver de portière côté conducteur (gauche) alors qu’il en existe une côté passager (droite). Et à y regarder de plus près, l’on découvrira aussi que le tableau de bord se trouve lui aussi à droite, devant le passager. A se demander si la voiture n’a pas été conçue au départ avec une conduite à droite ? Aux spécialistes de la marque de le dire. L’ensemble est plaisant à regarder et bénéficie d’une finition correcte avec une belle grille de radiateur et deux phares de bonne dimension et à ampoule jaune. Merci.  Le petit pare-brise est bien doté de son unique essuie-glace, quelque peu lilliputien. Le dessin des jantes ajourées est conforme, tout comme l’étroitesse des pneumatiques.  L’arrière reçoit une recouvre capote et une roue de secours extérieure.  Pour une fois, ce modèle parait être reproduit dans son jus, c'est-à-dire, sans appendices rapportés pour la signalisation lumineuse. C’est une bonne chose. Le mobilier intérieur se limite à deux petits sièges à armature métallique apparente.  Le soubassement n’est pas détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 09:42
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 383 du 10 décembre 2012
 
 Modèles boutiques
          

FIAT 500L de 2012

Mondo Motors – réf. MP1236 
4622GR 500L blanche 
4622GS 500L blanche 
Miniature low cost que cette première reproduction de la nouvelle 500L à la finition super simplifiée. D’accord, nous retrouvons les lignes et volumes imposants de ce break au regard de son ainée la Jardinère. Les clignotants avant ne sont que dessinés, tout comme les essuie-glaces, à la base du pare-brise. Si le dessin des jantes est correct, il permet de constater l’absence de reproduction des disques de frein. L’arrière est totalement bâclé, avec des feux grossiers et sans écusson Fiat au centre du hayon.  Et à l’intérieur c’est pareil. Mobilier assez bien gravé mais absence de toute représentation des contreportes. Tout y est noir. Le soubassement est sommairement détaillé. 
CH43 2011 3 etoiles 
 

HOTCHKISS PL20 4x4

Eligor – réf. 101429 
4606GR Hotchkiss PL20 benne 
« Avec treuil avant et benne TP », précise le socle. Et bien je n’ai toujours pas trouvé le treuil sur ce PL20, et pour la benne TP, j’y reviendrai plus loin. PL20 ai-je écrit ? Oui, c'est-à-dire le modèle avec les phares posés devant les ailes avant. Ce qui permet de le différencier de loin du PL50 dont les phares sont intégrés dans des ailes avant redessinées. L’ensemble est plaisant malgré une peinture trop brillante. Faudrait-il expliquer aux décideurs qu’à l’époque, même neufs, nos chers véhicules n’avaient pas de carrosseries aussi rutilantes que de nos jours, question composition de la peinture. Le dessin de la partie antérieure est correct et partage le même moule que le PL50 que je vous ai présenté il y a quelques numéros. Seules les ailes sont différentes et moulées à part. Comme souvent chez Eligor les pièces rapportées manquent de finesse. C’est encore le cas pour la structure de protection de l’avant et du fameux treuil – qui n’est pas représenté ! Il en va de même pour la sculpture des pneumatiques qui leur donne plus l’allure de pneus de tracteur que de pneus de camions de chantier. La benne est assez bien faite mais elle est fixe. C’est dommage ! Vraiment dommage! D’autant que l’on trouve des modèles presse où elle est relevable. Vu le prix de ce camion, il aurait pu être proposé avec une benne fonctionnelle et dotée d’un abatant arrière articulé. Le mobilier intérieur est entièrement noir. Il se limite à une large banquette courant sur toute la largeur de la cabine. La planche de bord est succinctement présentée. Le châssis met bien en évidence l’aspect 4x4 de ce petit camion. Mais le soubassement ne comporte aucune inscription indiquant le modèle proposé ni son fabricant. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

OPEL Insignia concept-car (Francfort 2003)

Norev – réf. Coffret ???
4623GR Insigna concept-car 
4623GS Insigna concept-car 
Comme encore très souvent, le concept-car annonçant un nouveau modèle, est l’occasion de proposer des solutions peu réalisables en série. C’est ici aussi le cas avec ce concept-car aux petites portières arrière qui coulissaient vers… l’arrière.  Les lignes et volumes, plus imposants que ceux de la berline de série, sont bien redus et jouissent d’une belle finition avec sa grande calandre chromée encadrée de feux séparés par des éléments chromés eux aussi et soulignés de chrome dans les prises d’air inférieures.  Chrome que l’on retrouve  généreusement  sur des jantes très « bling-bling »laissant deviner les disques de freins avec étriers.  Les vitrages sont affleurant. Les feux arrière sont sertis d’un fin jonc chromé alors que la poupe est en V. Les deux doubles sorties d’échappement sont, elles aussi, chromées. L’intérieur est soigné avec un dessus de planche de bord et des hauts de contreportes havane. Les sièges sont noirs à boutons alu. A noter que les ceintures de sécurité avant sont solidaire des sièges. Absence de montant central oblige.  Le tableau de bord et les éléments de la console centrale sont détaillés. Tout comme une grande partie du soubassement. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 10:57
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 382 du 03 décembre 2012
 

   Nouveauté  

 

Pour répondre à certaines critiques, justifiées par ailleurs, portant sur le fait que mon barème ne tenait compte que du degré de finition, voici un nouvel élément destiné à tenir compte des erreurs ou imperfections susceptibles d’être constatées lors de l’examen des modèles présentés. Il viendra tempérer l’appréciation générale : 

CH43 2012 erreurs    Pour tenir comptes des erreurs et/ou imperfections relevées.

 
 Modèles presse
  

Semaine du 26 novembre au 02 décembre 2012

 

ALFA-ROMEO Montréal de 1970

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 74 
4630GR Montreal orange 
Quand je l’ai découverte chez mon pressier, j’étais content de la trouver dans cette livrée orange et d’apprécier le bon niveau de sa finition. Mais après l’avoir sortie de son boitage, j’ai vite déchanté. Qu’est-il arrivé au moule ?  Moule à l’origine du modèle n° 32 de la collection des Voitures de rêve à la livrée mordorée.  Moule auquel il était seulement reproché la présente incongrue de petits creux sur les portières, au niveau de la ceinture de caisse. Creux, qui subsistent encore, quoique moins voyants. Sur le premier modèle ces ouïes étaient creusées en plus d’être noires. Plus aujourd’hui ! Pour le reste, nous retrouvons très facilement les lignes, volumes et coloris de l’original grâce à une gravure assez fine. Notamment au niveau des paupières des phares et de la calandre à l’entourage chromé. Les clignotants avant sont toutefois trop foncés. Ce qui est une erreur récurrente chez ce réducteur. Le dessin des jantes est réaliste. L’arrière est toujours aussi bien détaillé que sur le modèle des Voitures de rêve. Il gagne même des feux arrière bien colorés, et non plus uniquement rouge. Le mobilier intérieur est entièrement noir. Il jouit pourtant d’une bonne gravure et d’un volant sport à jante bois et branches métalliques. Mais ces apports ne compenseront pas le mauvais traitement des panneaux de custode. Voir plus avant. Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles    CH43 2012 erreurs
 

MATFORD V8 F-92A de 1939

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 22 
4632GR Matford V8 verte 
 Encore un modèle peu connu proposé dans cette collection. Merci. Version française de la Ford de luxe V8, construite à Strasbourg par les Automobiles Mathis. Si les lignes et volumes de l’original sont bien rendus sous cette livrée vert foncé, j’ai cependant quelques doutes quant au tracé du joint de tôle allant du bas du montant du pare-brise à l’aile avant. Je m’explique. Sur les rares photos de ce modèle trouvées sur le net possédant le motif en forme de goutte et frappé du monogramme  Matford, placé dans le prolongement la pointe de la calandre, ce joint de tôle relie le bas du montant du pare-brise à l’extrémité inférieure de ladite calandre en une sorte de S inversé en rejoignant le joint de l’aile. Comme sur la Ford de Luxe américaine. Ceci étant, je trouve aussi vraiment curieux la position verticale des essuie-glaces, solution de facilité pour celui qui hésite entre essuie-glaces parallèles et essuie-glaces antagonistes, mais aussi pour savoir de quel côté les mettre au repos. Dommage aussi que les optiques soient encore totalement blanches. Le motif de capot est sensé représenter le monogramme V8 que l’on retrouve aussi gravé sur les enjoliveurs. Il devait aussi se retrouver au-dessus de l’immatriculation arrière alors que le couvercle du coffre avait un léger bossage circulaire entourant la roue de secours. Les jantes des roues sont ajourées. Le mobilier intérieur, couleur cuir, est bien détaillé. Les accessoires des contreportes sont soulignés d’un trait de peinture alu. De son côté, la planche de bord est de la même couleur que la carrosserie et possède un tableau de bord avec cadran. Le soubassement est un peu détaillé.
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

OM Leoncino Lupetto de 1950

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 72 
4631GR OM Leoncino Agip
4631GS OM Leoncino Agip 

Contrairement aux autres « camions » du format camionnettes proposés dans cette collection, et qui n’ont pas été présentés sur CH43, ce Leoncino Lupetto  - reconnaissable à ses jantes à disque ajouré – mérite de l’être car il est une véritable nouveauté au sein de cette collection, mais aussi par rapport aux modèles proposés dans la collection des Camionnettes d’antan. J’en entends déjà certains s’écrier que c’était aussi le cas d’un certain Bedford canadien. Mais c’était une version militaire…

Ce Leoncino mérite aussi d’être présenté car il offre une alternative fort intéressante à celui proposé en boutiques par Eligor, pour près de 2,5 fois plus cher. La principale différence entre les deux réside dans la longueur de l’empattement, plus courte sur l’Ixo. Pour le reste, c’est une question de goût et de pouvoir d’achat.  Fidèle à Agip (voir le Fiat 643-690, n° 10 de la collection Camions d’autrefois), ce petit utilitaire  nous restitue de belles manières les lignes et volumes de l’original, même si, à mon goût je trouve le plateau un peu trop large – ce qui déséquilibre quelque peu l’ensemble vu de 3/4 avant -  et les roues d’un diamètre trop grand pour être totalement réalistes. A noter que les angles des  ridelles sont perforés, laissant envisager une version bâchée de ce petit camion. Le traitement de la face avant est correcte avec une grille de calandre rapportée, arborant le monogramme Leoncino et surmontée du logo de la marque. A noter, qu’une fois de plus, les essuie-glaces sont gravés à même les éléments du pare-brise. Cela devient une mauvaise habitude !  La décoration est des plus réduites, se limitant à la présente de deux adhésifs aux couleurs d’Agip placés sur les portières. Portières surmontées de feux de gabarit rapportés.  Le plateau reçoit neuf futs dont l’alignement est des plus scolaires. Un rangement en quinconces aurait été plus réaliste. A noter aussi, qu’à l’arrière, seul le feu arrière droit a été peint. Quid de celui de gauche ? L’aménagement de la cabine est des plus réduits avec seulement deux petits sièges caramel au milieu d’un environnement entièrement noir où ne surnagent que les cadrans du tableau de bord. Conduite à droite, j’allais oublier de le signaler. Le châssis est classique. 
CH43 2011 4 etoiles+   CH43 2012 erreurs dimensions du plateau et des roues
 
 BONUS

CITROËN 2cv Frituur Kris

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 75 ??? 
4367GS 2cv6 frites jaune 

Liminiaire : Lorsqu’il y a quelques semaines j’ai reçu ce modèle, je n’avais pas le droit de vous le montrer. Pourtant il se dégageait quelque chose de cette voiture, même si elle était encore jugée imparfaite par l’éditeur. Ce quelque chose mit un temps certain à se révéler. C’était en fait la finesse de ses traits qui juraient par rapport à ceux de ses consœurs. Et puis il y eut la révélation, le 31 août dernier. J’étais en présence du nouveau moule de la 2cv6 réalisé par Eligor ! Maintenant qu’elle est parue, la voici donc.

 

Et une frite ! Une ! Telle pourrait être la ritournelle accompagnant cette 2cv6 Special belge qui reprend le moule déjà archi connu de la berline à 6 glaces. Pourtant ce qui la différencie des autres ce sont son double pare-chocs tubulaire avant et le petit châssis qui complète le pare-chocs habituel arrière. A noter que cette 2cv est dotée d’une boule d’attelage avec prise électrique. Les feux arrière sont toujours bien colorés et rapportés à l’arrière. Outre ses deux rétroviseurs extérieurs, cette 2cv arbore deux drapeaux belges sur sa capote et un imposant cornet de frites fixé sur le couvercle du coffre. Le mobilier intérieur est gris alors que les contreportes sont noires. Le soubassement est standard. 
CH43 2011 4 etoiles 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française