Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 14:46
new_titre_CH43_805x100.jpg
 

 n° 227 du 14 décembre 2009

 page 1/2

 
 Modèle presse de la semaine écoulée

CITROËN 2cv AZU de 1961

Eligor – collection 2cv Citroën, n° 159

GR3796 2cv AZU Fourriere


Signée Eligor, cette nouvelle 2cv AZU, n’aura pour le collection lambda que pour seul intérêt l’aménagement de sa partie arrière sur laquelle je vais revenir.  Pour le reste nous retrouvons une fois encore les lignes et volumes de cette fourgonnette emblématique d’une certaine époque.   Il convient de signaler malgré tout que ce modèle a fait l’objet d’une certaine économie dans le traitement de sa signalisation lumineuse. En effet, clignotants latéraux et signalisation arrière ne sont représentés que par des touches de couleurs. Aucun relief n’existe plus  sur les côtés ou des encadrements arrière. Cette (mauvaise) astuce est aussi utilisée sur les types H produits par ce même réducteur. Il devrait revenir aux représentations traditionnelles.  J’écrivais donc, plus avant, que l’intérêt de ce modèle se trouvait à l’arrière. Là vous trouverez une grille en lieu et place des portes battantes habituelles et un lasso à chiens placé verticalement. Mais si vous regardez à travers cette grille vous en découvrirez une seconde, placée derrière les sièges  de l’habitacle. Le soubassement est détaillé.
 

z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg

 

 DAF 55 de 1971

Ixo – collection Champions français de rallye, n° 31

GR3794 Daf 55 RMC jaune 

Signée Ixo, cette DAF 55 vient combler une lacune dans la production industrielle. Lignes et volumes sont au rendez-vous malgré une hauteur qui me paraît exagérée. Certainement en raison de roues d’un bon diamètre. Ceci étant, la teinte de sa robe, trop jaune, est dépourvue de la publicité du fameux chamelier sous les vitres arrière.  L’avant s’orne de la rangée de quatre phares additionnels qui cachent en partie la calandre.  Le dessin des roues est correct. Par contre l’implantation de l’antenne radio est fantaisiste car la vraie était ancrée le long du montant gauche du pare-brise. L’arrière reçoit de fins blocs de feux bien colorés. L’intérieur, brun et noir contient un arceau cage en plus du mobilier habituel. Le soubassement est détaillé et présente une sortie d’échappement alu creuse. 

z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg

 

RENAULT R4F
Ixo - collection Route bleue, n° 47 

non_dispo.jpg 

 
 
 

TALBOT Horizon Premium de 1983

Ixo – collection Simca, n° 72 

GR3636b Horizon Premium gri 

Signé Ixo, cette nouvelle version de l’Horizon reprend le moule utilisé pour la GLS (n° 12 de cette même collection – cf. n° 97 du 18 juin 2007 de CH43). Lignes volumes et coloris sont fidèles à la vraie.  La finition est aussi au rendez-vous avec une calandre bien inclinée et des feux de bonne dimension. Les essuie-glaces sont en plastique noir. Le mince filet rouge courant sur les flancs est bien présent. Les roues ont bien le dessin particulier affecté à cette version Premium dont le monogramme figure sur les ailes avant et le coffre. A l’arrière, la lunette est à dégivrage et dotée d’un essuie-glace. Les feux sont correctement colorés. L’intérieur est noir avec des sièges gris foncé – avec appuie-tête à l’avant. Le soubassement n’est pas détaillé. 

z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 09:00
 

n° 227 du 14 décembre 2009 - page 2/2

 

Modèles du commerce traditionnel

RENAULT Fluence de 2009

Norev – réf. 77 11 427 995

Badgée Norev, cette Fluence, n’a qu’un lointain rapport avec le concept-car du même nom qui devait préfigurer le coupé Laguna. Lignes, volumes et coloris sont corrects et bénéficient d’une finition soignée répondant aux standards actuels des modèles scannés.  Donc rien de particulier à signaler sinon que de nombreux éléments rapportés sont « chromés » comme l’entourage de lamini calandre, le losange Renault, le monogramme à l’arrière ainsi que les rares chromes de la vraie et les poignées de portières. Les feux avant et arrière sont bien dessinés et colorés. Belles roues aux jantes alliage laissant voir les disques de frein avec étriers. L’intérieur, gris et noir, révèle une fois encore une finition haut de gamme avec un mobilier très bien moulé. Le soubassement n’a pas été oublié et bénéficie d’une ligne d’échappement alu à l’extrémité creuse. Dommage que le ciel de pavillon n’ait pas été traité. 

 

SEAT Ibiza SC (Sport Coupé) de 2008

Alexander Fischer Distributor – réf. ???
 

Distribuée par Alexander Fischer, cette Ibiza, made in China, comme il se doit aujourd’hui encore, est de bonne facture dans sa livrée rouge vif. Lignes, volumes et finition sont à l’unisson pour en faire un modèle digne des standards actuels. Belle face avant avec ses feux étirés sur les ailes. Calandre chromée rapportée bien travaillée, essuie-glaces à la base du pare-brise, sont au rendez-vous, tout comme les jantes alliage qui laissent voir des disques de freins avec étriers de petit diamètre.  A l’arrière, outre des feux bien colorés, logo et monogramme sont photodécoupés et « chromés ».  A noter qu’à l’intérieur de l’habitacle, noir, seul le bas de la planche de bord et le centre des sièges avant bénéficient d’une coloration grise. Ciel de pavillon présent. Le soubassement est gravé et reçoit un pot de détente chromé à la sortie bien creusée. 

 

TATRA 603 T2 de 1968

Fox toys par Ixo – réf. FOX012 (édition limitée à 500 exemplaires)
 

Badgée Ixo, cette 603 jouit d’une finition améliorée par rapport au premier modèle présenté dans le cadre de la collection presse dédiée aux taxis du monde (n° 27, Prague) En effet, sur ce nouveau modèle, les chromes ne sont plus peints mais représentés par de « vrais chromes ». Les lignes et volumes massifs de l’original sont bien rendus sous une livrée bleu métallisé au grain un peu épais à mon goût.  Fins essuie-glaces et fausse calandre complète ornent l’avant alors que l’arrière doit se contenter de feux – certes bien colorés – métalliques. Les roues sont correctes. L’habitacle mérite que l’on s’y attarde un peu avec son mobilier rouge bien dessiné. En effet, les branches du volant et les poignées des contreportes sont chromées et rapportées. Le soubassement est peu gravé mais les deux sorties d’échappement sont chromées et creuses. 

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 10:24
 

 n° 226 du 07 décembre 2009

 page 1/2

 

Modèles presse de la semaine écoulée

LIGIER JS2 de 1974

Ixo – collection Champions français de rallye, n° 30 

Signée Ixo cette JS2 est fort plaisante à regarder car elle bénéficie d’une belle présentation dans une livrée bleue et métallisée. Lignes et volumes sont très bien restitués grâce à une gravure assez fine et une multitude de petits détails comme la gravure des nombreuses entrées ou sorties d’air, qu’elles soient sur la carrosserie proprement dite ou les surfaces « vitrées » . La décoration ne semble avoir oublié aucun sponsor. Par contre le sticker placé dans le creux du capot avant comporte une erreur. L’ovoïde de Grundig devrait se trouver en dessous du numéro 139, et non au-dessus. Belles roues bien creusées. Mais c’est l’arrière qui fait l’intérêt de ce modèle car, outre l’imposant aileron et les feux rapportés bien colorés, c’est la reproduction du moteur qui attire l’œil sous la lunette arrière nervurée. L’habitacle contient les indispensables baquets à harnais. Le soubassement est lisse à l’exception de l’arrière gravé. Un beau modèle. Merci Ixo. 

 

LOTUS Elite de 1961

Ixo – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 94

 

Signée Ixo, cette Elite jaune  reprend le moule utilisé pour sa sœur vert foncé proposée en son temps dans la collection des Monstres sacrés de l’endurance, n° 63 (cf. CH43 n° 190 du 30 mars 2009). Elle séduit l’œil par la bonne restitution des lignes, volumes et – certainement - coloris de l’original. Comme pour l’autre modèle, le tout n’est pas desservi par une peinture trop épaisse. Au contraire ! De plus, le traitement des roues à rayons est réussi. La voiture reçoit quatre phares additionnels dont un implanté sur le pavillon. Un rétroviseur obus trône sur l’aile avant gauche. L’arrière reçoit de jolis feux ronds bien colorés. L’habitacle séduit par la finesse de sa gravure et l’ambiance cuir de ses sièges. Les contreportes alu du modèle précédent ne sont que noires. Pas de ceintures ventrales sur l’assise des sièges, comme sur l’autre. A l’inverse, la belle planche de bord aux multiples cadrans a été conservée. Le soubassement n’est pas détaillé.  

 

MERCEDES-BENZ L911 "Jean Lefebvre"
Ixo - collection Camions d'autrefois, n° 05 

 

Signé Ixo, ce nouveau camion d’autrefois devrait connaître un bon accueil de la part des collectionneurs car il nous propose une belle interprétation d’un modèle emblématique de l’entretien de notre réseau routier. Lignes, volumes et décoration très réaliste sont au rendez-vous. Et, petit bonus, la présence derrière la cabine d’un système hydraulique de levage – malheureusement non fonctionnel – faut pas trop en demander non plus,vu le prix – participe à la réussite de ce modèle. Notez à l’avant la présence d’une goupille d’attelage sur le pare-chocs, les antennes de gabarit et la présence de trois essuie-glaces pour le pare-brise. Petit plateau de chargement. A l’arrière apparition de la traverse anti encastrement  qui supporte feux et immatriculation. La petite cabine reçoit un mobilier noir, simple mais bien gravé. Le châssis est travaillé comme sur les modèles antérieurs.

 

 

VOLKSWAGEN 1300 dite « Coccinelle »

Universal Hobbies – collection James Bond, n° 74

 

Signée Universal Hobbies, cette « Cox » a l’esprit de ses lignes et volumes, mais n’en a pas la lettre tant celle-ci a été sujette à interprétations. La plus importante me paraissant être la hauteur exagérée des surfaces vitrées, ayant une incidence sur l’angle d’inclinaison de la partie arrière. Ceci étant, en vue latérale plongeante  à plus de 45 degrés, cette « Cox » fera illusion. La finition est honnête avec de fins traits de peinture pour les chromes. Les roues sont correctes et les feux arrière bien colorés. Le capot arrière supporte une paire de skis. Un conducteur a pris place à l’intérieur où le mobilier est entièrement noir. Notez que vous ne retrouverez pas le creux derrière la banquette arrière faisant office de compartiment complémentaire à bagages, mais une plage ! Le soubassement est gravé. 

 
 Deux modèles de la collection du type H Citroën
(par abonnement)

CITROËN type HY-DI Perkins de 1964

Eligor – collection Type H Citroën, n° 26 

 

Vous l’avez déjà oublié ?  Le type H n° 19, le type HY camping-car multicolore au trois roues de secours. Et bien, vous retrouverez le même moule sous cette livrée vert clair avec d’autres accessoires. Je ne reviendrai pas sur son analyse (cf. n° 210 de CH43 du 17 août 2009). Quelques différences, toutefois. A l’avant le pare-chocs est surmonté de deux phares additionnels et la grille de calandre précédée d’un crane de ruminant africain. La galerie – d’un dessin différent – supporte une roue de secours et différents matériels. A noter que si l’absence de roue de secours extérieure sur le flanc gauche n’a laissé aucune trace, il n’en est pas de même pour celle qui était fixée sur le battant droit, lequel comporte en son centre la trace de sa fixation. A l’inverse, la porte latérale coulisse et l’abattant arrière est relevable. Cela permet de constater, une fois encore, qu’à part le poste de conduite, aucun aménagement particulier n’occupe la partie arrière. Dommage pour moi. Le soubassement est standard. 

 

CITROËN type H plateau cabine de garagiste de 1956

Eligor – collection Type H Citroën, n° 27

Rendu populaire, notamment, sous les couleurs d’EDF, ce plateau cabine est lui aussi fort connu des collectionneurs (n° 3 et n° 17 - CH43 n° 130 du 04 février 2008 et 206 du 20 juillet 2009). Tout ce qui devait être dit sur ce moule l’a été lors de l’analyse des modèles antérieurs. Celui d’aujourd’hui est dédié au dépannage automobile mais je me dois de dire que je suis déçu par l’impossibilité d’y accrocher le moindre véhicule. Faute à un crochet trop haut et tourné vers le plateau. Sinon un modèle qui pourra trôner sur le côté du garage d’un diorama. L’avant est agrémenté d’un phare directionnel placé au dessus des deux éléments du pare-brise et le pavillon d’un gyrophare orangé.  Le plateau est recouvert d’un plancher supportant la flèche de dépannage avec son treuil non fonctionnel, ainsi qu’un vaste coffre à matériel derrière la cabine. Les deux battants arrière sont ouvrants, mais rien n’est caché à l’intérieur cette fois-ci. Le soubassement est standard. 

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 09:00
 

n° 226 du 07 décembre 2009 - page 2/2

 

Modèles du commerce traditionnel

MERCEDES 300b coupé Pinin Farina de 1955

Neo – réf. NEO43055

Badgé Neo, ce coupé 300b  restitue d’honorable façon les lignes particulières de ce modèle et son volume imposant. Toutefois les illustrations de ce modèle sur le net sont rares.  L’avant est chargé en chromes avec l’immence calandre verticale bien grillagée et la bande qui surplombe le pare-chocs pour faire le tour de la voiture dans le prolongement des deux bandes de bas de caisse des flancs et du pare-chocs arrière. Lesquels chromes sont complétés par ceux courant le long de la ligne de caisse et ceux entourant les surfaces vitrées. Fine étoile sur le capot. A noter que ce modèle est doté de deux essuie-glaces sur la lunette arrière. Roues bien dessinées. L’arrière aux feux style FV métalliques  a un logo et un monogramme chromés photodécoupés. L’intérieur de l’habitacle est toujours aussi soigné avec un mobilier tabac sombre dont les contreportes sont dotées de poignées chromées rapportées. Ciel de pavillon. Le soubassement est un peu détaillé. 

 

NISSAN Teana de 2009

J-Collection – réf. KWAMO 02117 (boîtage Nissan)

Badgée J-Collection, cette Teana répond aux canons de la production miniature actuelle, sans plus. Lignes, volumes, coloris et finition, sont de bonne facture et réalistes. Mais aucun surplus n’est proposé comme les « vrais chromes ». Il est vrai qu’il s’agit d’une présentation constructeur. Ceci explique peut-être cela. Toujours est-il que le modèle est correct avec sa vaste calandre statutaire et ses feux étirés sur les ailes. Vaste pare-brise fumé prolongé par un toit quasiment entièrement vitré. Les roues à jantes alliage laissent voir des disques de frein avec étriers.  Les feux arrière sont bien dessinés et colorés. Et pour contredire mes premiers propos, le coffre supporte un logo et des monogrammes chromés et photodécoupés. Réplique d’un modèle japonais, conduite à droite à l’intérieur au mobilier noir et gris. Inserts de « faux bois » sur la console centrale et les contreportes. Le soubassement est travaillé avec des sorties d’échappement chromées et creuses. 

 

PEUGEOT 305 break  (AM1983)

Nostalgie – réf. NO118 

Bien que vendu sous la marque Nostalgie, ce  break est en réalité badgé Universal Hobbies. Il provient du moule ayant initialement servi dans la collection la Poste dans le cadre d’un abonnement particulier. Lignes et volumes paraissent acceptables même si ce modèle possède une garde au sol exagérée provenant d’un manque d’épaisseur de la caisse. Ceci étant, il vient cependant combler un vide dans nombre de collections, ce break n’ayant pas encore été proposé de manière industrielle.  L’ensemble est honnête avec un avant bien dessiné et des essuie-glaces en plastique noir. Le profil est correct avec ses roues de modèle de bas de gamme.  L’arrière reçoit de jolis feux en plastique et bien colorés. Les monogrammes sont présents sur le hayon (qui l’identifie comme étant un break 305 GLD), ainsi qu’un essuie-glace arrière. L’habitable caramel met en évidence un mobilier plus haut de gamme en raison de la présence d’appuie-têtes à l’avant. Le soubassement est peu détaillé.

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 15:25
 

 n° 225 du 30 novembre 2009

 page 1/2
 

Breaks Simca 1501 aux couleurs de CH43 – Dernière annonce

Il me reste une petite poignée de breaks à distribuer. Alors s’il y a encore des lecteurs intéressés, je leur rappellerais que ce modèle est offert par Ixo et que seul le prix de l’emballage Colissimo S en port payé (8.50 euros) est demandé à titre de contribution aux frais d’envoi (France métropolitaine). Pour le demander, un e-mail à surleblog43(chez)hotmail.fr 

 

 Modèles presse de la semaine dernière

CITROËN 2cv AKS400 de 1973

Eligor – collection 2cv Citroën, n° 158

Badgée Eligor, cette nouvelle AKS400 nous est proposée cette fois-ci équipée de larges vitres latérales sur les panneaux latéraux. Comme les modèles précédents, lignes et volumes sont honnêtes même si la façade du compartiment arrière ne porte toujours pas trace de ses moulures rigidifiantes rectangulaires. Je ne reviendrai pas sur les autres défauts de ce modèle. L’ensemble est cependant fort plaisant grâce à sa robe rouge – un poil trop orangée à mon avis. La finition est en progrès avec de fins essuie-glaces et des vitrages ceints de noir (pare-brise) ou de chrome (vitres latérales et arrière). Présence de bavettes au bas des ailes avant, d’une échelle et d’un gyrophare sur le toit et d’un extincteur dans l’habitable. Le soubassement est détaillé.

 
RENAULT 4cv de 1952
Ixo - collection Route bleue, n° 46
 

Signée Ixo, cette 4cv séduit l’œil par ses formes, lignes, volumes et coloris. En effet, elle jouit d’une finition assez poussée bien qu’imparfaite.  J’en veux pour preuve la présence incongrue de clignotants à l’avant – certainement ajoutés sur le modèle original, l’entourage chromé des vitrages et l’absence de reproduction des prises d’air dans les ailes arrière ou encore d’immatriculation et tout éclairage sur la remorque. Par contre, le monogramme Renault figure sur la narine gauche du capot avant. La petite remorque surprend par les matériaux souples dont elle est faite. Ce qui a permis  d’y faire figurer les surpiqures sur la bâche. L’habitacle est noir avec une planche de bord crème. Le soubassement n’est pas détaillé.

 
 SIMCA (Chysler) 1200S de 1971
Ixo, collection Simca, n° 71

Badgée Ixo, ce coupé 1200 S n’est pas un inconnu pour qui s’intéresse à Simca puisqu’il nous fut proposé dans une version antérieure dans le cadre de la collection des Voitures d’antan sous le n° 27 dans une livrée prune, ou en boutiques, sous le label Nostalgie, notamment sous la référence 044 dans une livrée argentée. Nous retrouvons donc les lignes, volumes et détails de l’original bien reproduits dans une livrée originale. L’avant reçoit des optiques teintées jaunes de bons diamètres avec une calandre bien gravée. Ecusson à l’extrémité du capot, mais absence sur les ailes avant. Le dessin des roues est correct alors que l’ensemble des chromes est représenté par des traits de peinture alu. A l’arrière, trône une vaste lunette avec grille de dégivrage. Le capot moteur reçoit le monogramme Simca 1200 s. Si le dessin des feux arrière est bon, ceux-ci sont très simplifiés et métalliques. Une seule sortie d’échappement. L’habitacle, noir, accueille cependant une planche de bord en imitation faux bois. Le soubassement n’est pas détaillé.

 

SOMECA DA50 L de 1955

Universal Hobies – collection Tracteurs et monde agricole, n° 96

Badgé Univers Hobbies, ce second modèle Someca, le DA 50 L , bénéficie du soin particulier apporté par ce réducteur dans la production des tracteurs de cette collection. Lignes et volumes sont fidèles et sont épaulés par la finesse des détails, nombreux et variés, reproduits. Seule pourrait nuire à l’ensemble la brillance de sa présentation. Laissons du temps au temps pour le patiner un peu.  Donc belle gravure des conteurs de l’ensemble mécanique et des nombreux éléments de tringlerie et autres leviers.  Roues bien dessinées et proportionnées. L’ensemble est réaliste.

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 10:31
 

n° 225 du 30 novembre 2009 - page 2/2

 

Modèles du commerce traditionnel

MERCEDES 230SL (W113) Hard-top de 1964

IXO – réf. CLC184

Ce coupé 230SL, badgé Ixo, ne nous est pas totalement inconnu puisqu’il n’est en fait qu’une version fermée du cabriolet 230 SL, n° 27 de la collection Mercedes, lui aussi rouge, ou du cabriolet 280SL doré proposé en son temps en n° 20 de la collection Route bleue avec une starlette assise sur le capot. Nous retrouvons donc une carrosserie aux lignes, volumes et coloris soignés et bénéficiant d’une finition de bon alois. La garde au sol reste encore trop faible. En effet, sur la vraie le prolongement virtuel du jonc chromé supérieur qui court sur les flancs devrait être tangent au sommet des disques rouges des enjoliveurs, ce qui est loin d’être le cas. Toutefois, on retrouve, comme sur le premier cabriolet, des optiques avec une zone inférieure orangée, mais sans clignotants oranges dans leurs parties supérieures. Ceci dit, le reste est très acceptable et se laisse regarder avec plaisir. Calandre honnête, prise d’air à la base du pare-brise bien présente. Fins essuie-glaces antagonistes se chevauchant au centre. Les roues sont correctes tout comme le dessin des chromes à l’arrière. Les feux arrière sont bien colorés alors que la double sortie d’échappement est chromée et creusée. A noter que l’étoile et le monogramme posés sur le coffre arrière sont photo découpés et chromés. Mais c’est l’habitacle qui, une fois encore, retiendra l’attention par le soin apporté au traitement des détails dans une livrée mélangeant des coloris crème et framboise. L’hard-top est fixe et n’a pas empêché le maintien des deux pare-soleils au sommet du pare-brise. Sa hauteur peut paraître limite mais est correcte. Retournons la voiture et découvrons un soubassement bien gravé.

 

PEUGEOT 5008 de 2009

Norev – réf. 473850

Badgé Norev, ce monospace 5008 fait partie de la production standard actuelle découlant du scannage de l’original. C'est-à-dire un produit sans personnalité, ou aussi fade ou banal que le vrai. Pourtant le travail est soigné et nous propose de belle façon les lignes, volumes et coloris du vrai. Les rares chromes courant sur la carrosserie sont reproduits en « vrai chrome » alors que les monogrammes ne sont que tampographiés. Les optiques avant sont bien dessinées. Les roues à jantes alliage sont fidèles et laissent voir de généreux disques de frein avec étriers. Les feux arrière en plastique sont bien colorés. Le vaste pavillon vitré (option) laisse voir un intérieur proposant sept places réparties sur trois rangées de sièges en position relevée. Version haut de gamme oblige, la casquette du tableau de bord comporte la petite plaque sur laquelle se projette les indications de l’option « vision haute » du tableau de bord. Les contreportes sont travaillées. Par contre le soubassement est peu détaillé.

 

ROLLS-ROYCE Phantom Drophead coupé de 2008

Minichamps – réf. 436 134731

Badgé Minichamps, ce “coupé” est lui aussi imposant et restitue de très belle façon les lignes et volumes du vrai. Sa livrée bordeaux métallisé et argent lui sied bien. Et sa finition aurait pu être à la hauteur sans ses manques de peinture présents au sommet des ailes arrière le long du large bandeau chromé qui ceint l’habitacle. J’espère qu’il ne s’agit que d’un défaut sur cet exemplaire. L’avant est massif et équipé de petites optiques alors que les flancs reçoivent des feux de gabarit en plastique rapporté et coloré. Les chromes sont de « vrais chromes » à part les montants du pare-brise. Les roues sont bien travaillées et laissent deviner les disques de frein derrière leurs jantes alliage. A l’arrière, les feux sont eux aussi en plastique bien coloré. Quant à l’habitacle, celui-ci est très bien reproduit et coloré. Conduite à droite, ce modèle so british, possède les petites palettes de changement de vitesses derrière le volant. Belle planche de bord et beau volant. Les ceintures de sécurité sont dessinées sur les sièges. De petites poignées de maintien pour les passagers arrières sont même creusées juste derrière les portières. Le soubassement est particulièrement gravé au niveau du train arrière.

          (seulement - en raison des manques de peinture)
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 09:23
 

 n° 224 du 23 novembre 2009

 

La fête est (déjà) gâchée

Nous n'en sommes seulement qu’au 4ème numéro et déjà la course à l’échalote commence. Et oui, amis collectionneurs qui souhaitez vous procurer le camion d’autrefois sorti ce matin, il vous faudra certainement courir les pressiers pour trouver le vôtre. Ce matin, le mien n’en avait reçu qu’un seul et unique exemplaire, celui qui se trouve sous vos yeux.

Pourtant, il avait vendu rapidement les cinq exemplaires du numéro 3 qu’il avait  reçus. Ce matin il en avait d’ailleurs deux autres en réassortiment. Chose très rarissime en ce qui concerne une édition Altaya.

Alors pourquoi une telle pénurie si brutale ?

_ Le succès des abonnements, plus nombreux que prévus à la suite du découpage de la diffusion presse ?

_ Le fait d’avoir dû élargir celle-ci à la quasi-totalité du pays ?

_ La réduction du nombre d’exemplaires produits ?

Ou la combinaison des trois.

 

J’espère en tout cas que ce n’est pas encore une simple question de diffusion car nombre de collectionneurs ne souhaitent – ou ne peuvent – s’abonner à cette collection. Moi le premier, pour pouvoir parler de chaque modèle dès sa parution. Alors, si l’amateur de camions lambda ne peut pas assouvir sa passion dès le numéro 4, ne soyons pas étonnés si les ventes des numéros suivants soient en baisse et que le désintérêt pour cette collection le gagne.

 

Cette situation est fort préjudiciable pour tous les maillons de la chaîne, du fabricant au collectionneur. Souhaitons qu’elle se corrige rapidement.

 

L’art de rater un modèle

Y aurait-il aujourd’hui un concours de ratage de modèles ouvert aux réducteurs de nos chères miniatures ? Presse ou autres. Je me pose de plus en plus souvent la question.  Entre A … qui nous propose des Aronde trop étroites d’environ 3 mm, B … qui oublie certains détails  ou en laisse d’autres disparus pour le millésime présenté ou encore C… qui joue avec le diamètre des roues, voire D… qui inverse les arrières des modèles. Nous n’avons que l’embarra du choix.

Il serait temps qu’ils se reprennent et comprennent que quel que soit le prix de vente final de leur production, celui-ci représente un investissement pour celui qui l’achète. Et qu’à ce titre le client est en droit d’avoir un produit correctement fini.

Le dernier exemple en date est celui d’Universal Hobbies qui signe une Alfa-Roméo GTV6 d’assez bonne facture en ce qui concerne la reproduction de la carrosserie, mais complètement gâchée par la présence de roues de « tracteurs » surdimensionnées. Roues qui lui donnent une garde au sol de 4x4 alors que celle-ci devrait être du genre surbaissée.
Comprenne qui pourra une telle façon de faire.

 
 

 Modèles presse de la semaine dernière

ALFA ROMEO GTV6 de 1980

Universal Hobbies – collection James Bond, n° 73

Badgé Universal Hobbies ce coupé GTV6 pourrait ravir le collectionneur s’il n’était affublé et desservi par des « roues de tracteurs » surdimensionnées, dénaturant la perception que l’on devrait avoir de ce modèle. C’est d’autant plus regrettable que ce n’est pas la première fois que ce réducteur prend une telle liberté avec la réalité. Il est grand temps qu’il se ressaisisse et comprenne qu’un collectionneur – même de modèle presse – est un client comme un autre et qu’à ce titre il a droit à un produit conforme. Ceci étant, le reste de la voiture n’appelle pas de critique particulière. Lignes, volumes et coloris sont fort acceptables et jouissent d’une finition honnête avec une gravure moyenne mais juste. L’absence de chromes sur ce modèle est compensée par de fins traits de peinture noire. Si à l’avant les optiques et clignotants sont correctement colorés, à l’arrière les blocs de feux ne comportent pas le blanc de ceux de recul. Aucun logo, monogramme ou écusson n’orne ce modèle. L’intérieur tabac reçoit un mobilier bien gravé et est occupé par un conducteur. Le soubassement est un peu détaillé. 

 
 

CITROËN U55-60 de 1964

Ixo – collection Camions d’autrefois, n° 04 
 

Badgé Ixo, ce Type 55 ravira l’heureux collectionneur qui sera parvenu à se le procurer. (Lire par ailleurs). Lignes, volumes et coloris, contribuent au succès de ce modèle dont la finition est des plus soignées au regard du prix d’achat.  Le dessin particulier de l’entourage de la calandre est bien rendu, mais il est regrettable que les phares soient blancs. Les veilleuses, feux de gabarit et clignotants sont simplement en relief et peints. Seuls les feux de gabarit à l’arrière des ailes avant sont en plastique rapporté et colorés. Le pare-brise en deux éléments est correct. Le profil commence à mettre en évidence le soin apporté à la partie bétaillère du camion. Il sera facile aux spécialiste du cutter d’en proposer une version avec les portes latérales ouvertes ou les abattants arrière abaissés. Jolies roues. A l’arrière, les feux sont aussi en relief et peints. A signaler que lesdits abattants ne sont pas constitués par une pièce rapportée très travaillée, mais bien une surépaisseur de la partie arrière. La cabine, peu profonde est aussi spartiate que celle du vrai mais accueille la banquette trois places, le grand volant et le levier de vitesses au plancher. Le tableau de bord est présent. Le châssis est du même genre que celui des modèles précédents. 

 

FIAT Ritmo Abarth de 1978

Ixo – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 93
 

Badgée Ixo, cette Ritmo fait partie des voitures aux lignes « taillées à la serpe » très en vogue au cours des années 1970. Si les lignes et volumes sont bien reproduits il semblerait que l’ensemble soit quand même un peu généreux pour du « vrai » 1/43° si on place ce modèle à côté d’une Cougar (version économique de Solido). Est-ce la générosité des élargisseurs d’ailes qui est à l’origine de cette vérification ? Car cela ne m’avait pas interpelé lors de l’analyse des versions civiles à 5 portes, tant de la Seat Ritmo, proposée en n° 08 dans la collection espagnole « Nuestros queridos coches años 80 »,  que de la Fiat Ritmo dans collection Chères voitures d'antan, n° 81. Ici il s’agit d’une version 3 portes. Ceci étant  sa décoration est soignée et les coloris fidèles. Et, ce qui ne gâche rien, aucun sponsor loi Evin n’étant présent, il ne semble pas y avoir de défaillance parmi ceux présents sur la voiture. Seules manquent les bavettes d’où un curieux décroché au bas des passages de roues arrière. L’avant reçoit quatre optiques additionnelles de dimensions correctes ainsi que des essuie-glaces et une grille de capot noir. Les roues sont d’un bon dessin, de même que les « poignées » de portières très caractéristiques de ce modèle.  A l’arrière les feux ne sont que rouge et la lunette arrière dépourvue de la grille de dégivrage des versions à 5 portes. Curieuse double sortie d’échappement non creusée. L’habitacle mérite que s’y attarde un peu avec un arceau cage à la structure complexe, deux sièges baquets avec harnais peints et présence d’une roue de secours à l’arrière. Le soubassement n’est pas détaillé mais reçoit une ligne d’échappement rectiligne !

 

 Modèles du commerce traditionnel

DODGE Monaco de 1974

Minichamps – réf. 400144770 
 

Badgée Minichamps, cette Monaco  en impose par ses dimensions généreuses et sa livrée bleu métallisé au grain très fin. Lignes et volumes sont bien rendus et jouissent d’une finition de bon niveau.A l’avant, la calandre est sobre et encadrée de quatre optiques de bon diamètre au-dessus du pare-chocs bien dimensionné. Les essuie-glaces sont dans leur puits.  Le profil reçoit les feux de gabarit et quelques chromes reproduits sous forme de peinture alu. Les roues sont correctes. L’arrière séduit grâce à ses feux au dessin travaillé et par le pare-chocs aux lignes tourmentées. L’habitacle, bleu lui aussi, met en évidence ses deux larges banquettes à la gravure détaillée. Beau tableau de bord. Le soubassement très bien détaillé mérite que l’on retourne la voiture pour profiter du travail réalisé pour reproduire en 3 D les deux trains roulants et les lignes d’échappement. 

 
 

FORD Escort Mk II 1300 Ghia 3 portes de 1976

Troféu – réf. 1002 S 
 

Badgée Troféu, cette Escort MkII 3 portes séduit par la finesse de sa gravure et de sa finition soignée. Lignes et volumes sont corrects, de même que sa robe bleu clair métallisé et son faux toit vinyle. Toutefois je trouve que l’arrête du capot moteur est trop rectiligne. Belle calandre finement gravée et optiques de bonnes dimensions ornent l’avant alors que de très fins essuie-glaces noirs se trouvent à la base du pare-brise. Le profil très linéaire de la vraie se retrouve bien restitué et arbore de fins joncs chromés ou peints. L’écusson Ghia est bien présent sur les ailes avant avec l’identification de la cylindrée du moteur. Par contre le bouchon du réservoir n’est que dessiné sur l’aile arrière gauche. Les roues sont bien dessinées et de bon diamètre. L’arrière est tout aussi soigné avec de jolis feux rapportés et bien colorés. Les monogrammes sont sur le coffre. Le mobilier, chocolat, de l’habitacle est bien gravé. Le soubassement est peu détaillé.

 

LANCIA Ardea 800 fourgonnette de 1948

Starline models – réf. ???

 

Badgée Starline models, cette Ardea séduit l’œil dans sa livrée aux couleurs de Gelati Motta. Lignes et volumes sont au rendez-vous et bénéficient d’une finition simple mais soignée. A l’avant, les optiques, de bonne dimension, encadrent une calandre très finement gravée. Essuie-glaces et rétroviseurs extérieurs sont en plastique noir alors que les jolies roues ajourées sont dotées d’enjoliveurs frappés du monogramme Lancia. L’arrière, très simple, lui aussi, reçoit des feux peints mais aussi et surtout une belle sortie d’échappement bien creusée et métallique. L’habitacle, gris,  permet de découvrir une cloison derrière les sièges, cloison qui ne monte pas jusqu’au plafond, et un poste de conduite à droite. Le soubassement est un peu détaillé, notamment avec sa ligne d’échappement alu. 

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 14:33
 

 n° 223 du 16 novembre 2009 - page 1/3

 

 Page spéciale

Aronde 1300 Elysée de 1957

 

Depuis les versions proposées en leurs temps par Dinky-Toys France et Norev, aucune véritable reproduction industrielle n’avait été faite de la berline Aronde 1300 à ligne Océane produite par Simca pour les AM 1956 à 1958. Quelques réducteurs nous l’ont proposé en résine, tels Millesime et Starter (1). Mais, à ma connaissance tout au moins, personne en métal. C’est aujourd’hui chose faite après la diffusion jeudi matin, 12 novembre, de la version proposée par Ixo sous le n° 70 de la collection Simca. 

Ce modèle revêt une importance particulière pour moi puisqu’il est la reproduction du modèle sur lequel j’ai appris à conduire aux côtés de mon père au tout début des années 1960.

 

 

_(1) A ce sujet je ne désespère pas pouvoir vous présenter très prochainement les deux kits Starter en cours de finition.
 

SIMCA Aronde Elysée de 1957

Ixo – collection Simca, n° 70

 Après le coupé 2 portes dit Grand-Large (n° 14 de la collection Route bleue) et sa version (série limitée avant l’heure) Rue de la Paix (n° 01 de la collection Simca) voici enfin la berline 4 portes dans sa finition Elysée. Badgée Ixo, cette Elysée propose des lignes et volumes corrects et bénéficie d’une gravure et d’une finition soignées. L’avant aurait été des plus réussis avec ses moustaches en A débordant sur les côtés si le monogramme Aronde apparu pour l’AM 1957 avait été placé sous le capot – en non sur celui-ci. Les optiques reçoivent des visières couleur caisse et les essuie-glaces occupent la position d’arrêt caractéristique à cette voiture. Les roues reçoivent les enjoliveurs au centre rouge encore frappé du S de Simca que Studebaker fera disparaître sur les modèles suivants. A noter que les jantes grises semblent avoir été un compromis entre les jantes crème et les jantes couleur carrosserie. Un bémol toutefois en signalant la reprise incongrue d’un détail provenant du cabriolet Grand-Large. Le petit relief en forme de croissant à la base des déflecteurs des portières arrière, vestige du chrome figurant bien sur le coupé, mais pas sur la berline. Puisqu’on est à parler portières, leur encadrement des vitres a disparu. Si le côté gauche arbore bien la serrure sur la portière conducteur, n’en cherchez pas côté droit. Il n’y en avait encore pas à l’époque. Par contre vous y trouverez le monogramme Elysée sur l’aile avant. S’agissant du modèle Elysée, il y a bien sur celui-ci les baguettes chromées courant sur les ailes avant et arrière mais celles-ci n’ont pas reçu du peinture alu. L’arrière reçoit des feux bien dessinés mais métalliques et sur lesquels il faudra colorer les catadioptres ronds. L’habitacle bicolore révèle un mobilier bien dessiné avec notamment à l’avant les dossiers séparés et inclinables de la nouvelle « banquette 3D ». Le soubassement est un peu détaillé.

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 14:25
 

n° 223 du 16 novembre 2009 - page 2/3

 
Modèle(s) presse de la semaine dernière

CHRYSLER Airflow de 1936

Ixo – collection Route bleue, n° 45

Badgée Ixo, cette Airflow n’est autre que la reprise du modèle proposé en n° 49 dans la collection des Voitures classiques. Elle nous propose des lignes et volumes fort bien reproduits.. L’ensemble du tour extérieur n’appelle aucune remarque particulière  tant les détails sont bien à leurs places, sauf… Et oui, sauf les serrures de portières qui ont été omises. Peccadilles quand on voit la finesse des pièces rapportées chromées, calandre, grilles latérales, pare-brise et marchepieds. L’intérieur, Cuisse de nymphe, permet devoir le mobilier très classique de l’époque et une belle planche de bord. Les contreportes reçoivent des poignées peintes. Le soubassement est détaillé. Ce modèle ne se différencie de l’autre que par son immatriculation et la présence d’un conducteur à son bord. 

 
 Modèle(s) du commerce traditionnel

SIMCA 8 1100 de 1939

Norev – réf. 570801 

 

Badgée Norev cette Simca 8 1100 pourrait tromper facilement un amateur non éclairé qui la confondrait très aisément avec la Fiat Balilla 1100 présentée dans le n° 187 de CH43 du 09 mars 2009. Et pour cause, cette Simca 8 n’ est que le clone français de cette dernière. Lignes, volumes et coloris sont très reproduits et bénéficient d’une gravure nette et profonde. L’avant reçoit une belle calandre arborant l’écusson Simca en son sommet et le trou pour la manivelle à sa base. Les optiques sont convergentes et les essuie-glaces implantés au-dessus du pare-brise. Le profil met bien en évidence les portières à ouverture antagoniste sans pied milieu. Les roues sont simples mais réalistes car très étroites. Les enjoliveurs reçoivent en leur centre l’écusson Simca, y compris sur le cache roue de secours à l’arrière. Arrière des plus simplifiés et qui ne reçoit que le cache roue de secours, le bouchon de réservoir et la plaque d’immatriculation sur l’aile gauche. Dommage que le feu le catadioptre, fixé sur la plaque, ne soit pas peint. L’intérieur marron clair  laisse découvrir le mobilier simple de l’époque et le volant à trois branches. La planche de bord est gravée, tout comme le soubassement. 

 

MATRA M530  LX de 1973

Solido – réf. 432151 

 

Badgée Solido cette M530 rappellera de bons souvenirs aux adeptes du modèle, notamment s’ils ont eu entre leurs mains la version de Donky-Toys  (réf. 1403) avec ses phares relevables, son capot avant basculant, ses portières ouvrantes et ses deux éléments de toit amovibles. Permettez un petit moment de nostalgie devant cette réalisation de 1967 qui, mise à côté de la Solido, soutient très bien la comparaison. Pourtant cette Solido propose des lignes, volumes et coloris fidèles dans une finition un peu plus poussée que celle à laquelle la marque nous a habitués depuis ses origines.  Je n’en veux pour preuves que le bon dessin des ensembles veilleuses-clignotants à l’avant, la présence du logo Matra et les différents traits de peinture alu représentant les chromes. Roues bien dessinées et travaillées. L’arrière arbore un beau panneau gris avec des feux en reliefs. A  l’intérieur le mobilier est bien sculpté et présente aussi un cache moteur gris. Le soubassement est gravé avec ses deux sorties d’échappement alu creuses. 

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 14:16
 

n° 223 du 16 novembre 2009 - page 3/3

 

Modèle(s) presse provenant de collections étrangères

FIAT 500 Jully

Universal Hobbies – collection italienne 500 Story, n° 14

Badgée Universal Hobbies, cette 500 de plage  reprend les codes de la 600 Jully que les collectionneurs presse connaissent depuis longtemps pour avoir été le n° 42 de la collection Taxis du monde (Capri) et réalisée par Ixo.  Lignes, volumes, coloris et présentation sont au rendez-vous-même si les différentes barres de maintien et de renfort sont de gros diamètre. Il s’agit d’un des tout premiers modèles reconnaissable à ses ouïes d’aération sous les phares et les clignotants sur les côtés. L’ensemble est plaisant et restitue assez bien l’idée de farniente.  L’habitacle est soigné avec une bonne reproduction des commandes. Le soubassement est bien moulé, notamment à l’arrière. 

 

SEAT 124 L de 1969

Ixo  – collection espagnole Seat, n° 01 
 

Bien que non badgée, cette Seat 124 est d’origine Ixo. Lignes, volumes, coloris et présentation sont réussis. L’ensemble est très réaliste et bénéficie d’une gravure qui concoure à cette réussite. L’avant reçoit une calandre bien ouvragée et encadrée par des optiques de bon diamètre alors que les clignotants, en relief, ne sont que peints en blanc. Essuie-glaces corrects. Les roues sont bien dessinées et les profils reçoivent de fins traits alu pour représenter les rares chromes qui habillent ce modèle. A l’arrière les sont en plastique, bien colorés et rapportés. Les monogrammes sont présents à droite de l’immatriculation. L’habitacle a fait l’objet d’un soin particulier puisqu’au noir du plancher et de la plage arrière s’ajoutent l’ocre des sièges et des contreportes, mais aussi le marron du faux bois pour la planche de bord. Le tout est bien gravé, tout comme le dessous de la voiture. 

 

SEAT 850

Norev – test (non concluant) pour une collection espagnole  Coches de una generacion
 

Badgée Norev, cette Seat 850 nous proposent une belle reproduction des lignes, volumes et présentation de la vraie dans une livrée crème. La finition est simple mais correcte avec la fausse calandre sur l’avant, avec le logo Seat en son centre. Pour ne pas être choqué par l’entourage noir des vitres latérales il faut les regarder bien perpendiculairement. Les roues sont correctes. Les feux arrières sont bien ronds mais uniquement rouges. Les petites grilles d’aération du moteur sont juste dessinées. Le pavillon et les portières arborent une publicité pour le parti de l’Union du Centre Démocrate espagnol. L’habitacle reçoit un mobilier noir correct alors que le soubassement est légèrement gravé avec un pot de détente et une sortie d’échappement chromée.

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Collections étrangères