Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 17:02
 

 n° 202 du 22 juin 2009

 page 1/2

 

 Cinq des sorties presse de la semaine dernière

DALLAS jeep 4x4 de 1981

Universal Hobbies – collection Mythique R4 , n° 16

Réduite par Universal Hobbies, cette Dallas est des toutes premières avec ses clignotants sous les phares et ses ailes avant simple pli de tôle. Les disproportions de la vraie se retrouvent très bien dans cette miniature qui reçoit nombre de pièces rapportées en plastique noir lui conférant un aspect jouet. Pourtant un certain effort semble avoir été accompli au niveau de la gravure. Le pare-brise reçoit des essuie-glaces sur sa face externe alors que sur l’autre se sont greffés le rétroviseur intérieur et le moteur desdits essuie-glaces. Les trois rétroviseurs dont est dotée la miniature reçoivent leurs miroirs. La taille des roues a été respecté alors qu’à l’arrière, outre des feux correctement colorés l’on peut voir la roue de secours et un jerrycan arrimé par une sangle trop courte !!! et des bavettes au style très daté.  Le mobilier succinct est honnêtement reproduit ainsi que la planche de bord au volant à trois branches et aux deux leviers de commandes des vitesses et de la transmission 4x4. La gravure du soubassement le confirme. La miniature roule bien.

 

RENAULT 4cv R1062 Auto école de 1951

Eligor – collection 4cv Renault, n° 40

Réduite pour Eligor cette 4cv reprend un moule déjà connu sur lequel je ne reviendrai que pour signaler les défauts par rapport au modèle original qu’il est censé reproduire. En effet, outre une livrée au coloris inattendu et des roues de diamètre élevé ce sont les clignotants – en quartier d’orange – qui sont anachroniques puisque la vraie était déjà dotée des nouveaux à faces blanche et rouge. Ceci étant la lunette arrière agrandie et l’enseigne fixée sur le pare-chocs arrière sont les seuls éléments pouvant justifier la présence de ce modèle dans une collection.  A l’avant, notez la présence d’un second rétroviseur dans l’habitacle. Par contre, à défaut de démonter la voiture je n’ai pas vérifié la présence d’un second pédalier à droite. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.

 

RENAULT 8S de 1970

Ixo – collection Route bleue, n° 35

Réduite par Ixo cette 8S est à remiser au plus vite car elle a beaucoup de mal à ne faire, ne serait-ce, qu’illusion. Il faut dire que son moule remonte à l’époque des débuts d’Ixo dans les collections presse puisqu’il fut notamment celui de la 8 proposée dans la collection Voitures d’antan (n° 09) ou d’un taxi du monde (n° 45 – Bamako). C’est dire  que si les volumes sont acceptables, les lignes sont sujettes à moult critiques sur lesquelles je ne reviendrai pas si ce n’est pour signaler le retour de la couche de peinture hivernale. Et la finition est du même tenant avec des clignotants jaune à l’avant – ils étaient blanc ; absence du petit losange Renault entre les phares centraux ; rétroviseur extérieur inutile. Encadrement des vitrages peint en noir !?! alors que ceux des portières arrière ne sont même pas partagés par un trait argenté pour simuler les demi-vitres coulissantes. Par contre les feux arrière sont bien dessinés, rapportés et colorés. Le mobilier intérieur noir est peu visible. Le soubassement est gravé et la miniature roule difficilement.

 
 

SIMCA 8 Gordini – barquette Le Mans 1949

Ixo – collection Monstres de l’endurance, n° 6

Réduite par Ixo, cette barquette Simca 8 ne nous est pas inconnue puisqu’elle reproduit la même voiture que celle proposée dans la collection Simca (n° 33) mais engagée dans l’épreuve mancelle dix ans plus tard. En effet les deux portent la même immatriculation 4097-RM6 ! Bien que s’agissant du même véhicule, sa présentation diffère de la première avec, tout d’abord des numéros de course différents, puis la présence d’une calandre à fanons – qui gagnerait à être noircie – et d’un troisième phare dont la présence semble incongrue (pas de référence iconographique) et pour terminer de cinq cadrans sur le tableau de bord – au lieu de trois sur la version de 1939. Les roues ne sont plus dorées mais argent et à l’arrière des feux – à peindre – ont fait leur apparition à l’extrémité des ailes. Le rétroviseur n’est pas d’origine. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.

 

SOMECA SOM40 H de 1957

Universal Hobbies – collection Tracteurs et monde agricole, n° 85

Réduit par Universal Hobbies, ce tracteur sera le représentant de la branche agricole de Simca industrie pour tout collectionneur de la marque à l’hirondelle. Comme à son habitude dans cette collection le résultat est à la hauteur de ce que peut attendre le passionné de miniatures. Ce d’’autant plus facilement que ce tracteur est très finement reproduit et propose des lignes, volumes et coloris fort soignés. De plus, sa belle gravure et la finesse des éléments rapportés contribuent à la réussite de l’ensemble qui arbore maints autocollants judicieusement placés. Une belle réussite.

 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 08:00

n° 202 - page 2/2

 

Quatre du commerce traditionnel

FIAT 1500 de 1961

Starline models – réf. 530132

Réduite pour Starline models, cette Fiat 1300 n’est pas sans nous rappeler son inspiratrice, la Chevrolet Corvair, ou plus proches de nous, les NSU Prinz IV et Simca 1000. Très élégante dans cette livrée bleu nuit, elle nous propose des lignes et volumes corrects sous une gravure moyenne. La finition est correcte avec ses nombreux traits de peintures alu pour reproduire les nombreux chromes qui couraient alors sur toute la voiture. Et que dire de l’aérodynamisme de cette voiture avec sa proue verticale et son immense calandre ? Les essuie-glaces épousent bien la position antagoniste des vrais. Les roues sont réussies et arborent le monogramme FIAT au centre de leurs enjoliveurs. L’arrière reçoit des feux rapportés et bien colorés. Dommage qu’il n’y ait aucune immatriculation. L’intérieur caramel reçoit un mobilier bien détaillé et sobrement décoré. Le soubassement est un peu détaillé et la miniature roule bien.

 

FIAT 2300 break  Familiare de 1963

Starline models – réf. 530231

Réduit pour Starline models, ce break Familiare 2300 n’est pas sans nous rappeler son aîné, proposé en son temps par Dinky-Toys GB à une échelle proche du 1/43°(réf. 172). Tout aussi élégant que sa cadette, ce break proposé dans une livrée bleu et noir nous propose des lignes et volumes corrects sous une gravure assez fine. La finition est correcte avec ses nombreux traits de peintures alu pour reproduire les nombreux chromes qui couraient alors sur toute la voiture. Et il est permis de dire que dans les années 1960 l’aérodynamisme des automobiles n’était pas d’actualité. Ce break avec sa proue verticale et son immense calandre en est encore l’illustration. Les essuie-glaces épousent bien la position antagoniste des vrais. Les poignées des portières sont des pièces rapportées chromées. Les roues sont réussies et arborent le monogramme FIAT au centre de leurs enjoliveurs. L’arrière reçoit des feux rapportés et bien colorés. L’intérieur caramel reçoit un mobilier bien détaillé et sobrement décoré. Joli plan de charge à l’arrière. Le soubassement est un peu détaillé et la miniature roule bien.

 

LANCIA Fulvia 2c de 1965

Starline models – réf. 530309

Réduite pour Starline models cette Fulvia 2c nous reproduit de manière assez gauche un modèle déjà ingrat par lui-même par ses formes parallélépipédiques, genre boîtes à chaussures. Lignes, volumes et coloris sont acceptables mais la gravure est moyenne et la finition quelque peu sommaire : clignotants avant moulés et peints, tout comme les poignées des portières ou catadioptres à l’arrière. Sans oublier les feux de recul qui, au lieu d’être translucides ou transparents, sont peints en argenté ! Les roues sont banales. A l’intérieur, le mobilier caramel n’a fait l’objet d’aucun effort de décoration et est proposé brut de démoulage. Par contre le soubassement est détaillé et la miniature roule bien.

 

TALBOT Samba cabriolet de 1983

Ixo – réf. CLC175

Réduit par Ixo, ce cabriolet Samba cabriolet n’est pas un inconnu puisqu’il nous a déjà été proposé dans une livrée rouge dans la collection Simca (n°10). Une belle réussite avec des lignes, volumes et coloris fidèles. Déjà fort réussi en version presse, est-il mieux en version boutique ? avant de répondre à cette question, permettez moi de revenir sur un point qui n’a pas été corrigé. L’ensemble optiques – calandre est toujours trop vertical et les phares trop jaune. La carrosserie, les roues et le mobilier sont toujours aussi bien reproduits. Toutefois la différence va se faire sur quelques détails comme un point de peinture pour les boutons pression du cache capote, une antenne fouet plus fine ; mais aussi des essuie-glaces hyper réalistes car ajourés ils simulent bien la complexité des vrais balais. Bravo Ixo !!! L’autre point fort de la version boutique réside dans l’habillage de l’habitacle qui a fait l’objet d’un réel effort du détail. Dommage qu’il y manque encore les pare-soleils et que le volant soit implanté trop horizontalement, ce qui interdit d’y glisser une figurine. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 16:22
 

 n° 201 du 15 juin 2009

 

  Deux des sorties presse de la semaine dernière

CITROËN 2cv AK350 de 1967

Eligor – collection 2cv Citroën, n° 146

Réduite pour Eligor cette énième fourgonnette 2cv choque l’œil pour deux raisons principales : d’une part, en raison du diamètre exagéré des roues et de l’épaisseur des pneus qui me les fait comparer à des chaussures d’Auguste, d’autre part du fait de l’absence totale de vitres de portière, tant à l’arrière que sur les côtés où leur original mode d’ouverture par moitié a été totalement escamoté. Et, ajoutons pour faire bon poids, la mauvaise habitude de ce réducteur d’arrimer le soubassement à l’aide d’encoches visibles à l’arrière des véhicules. Ceci étant, le recours à un moule utilisé depuis des décennies s’en sort encore pas trop mal grâce à une gravure correcte et à l’apport de poignées métallisées rapportées. Même si sur l’exemplaire en ma possession la poignée arrière est à l’envers. (Ce qui est hyper réaliste !). Les accessoires fixés sur le toit peuvent justifier l’achat même si le traitement des deux hérissons est assez grossier. L’habitacle est noir, le soubassement lisse et la miniature roule.

 

MERCEDES Classe S 500

Universal Hobbies – collection James Bond, n° 62

Réduite par Universal Hobbies, cette Classe S fait illusion tant elle est plaisante à regarder car ses lignes, volumes et coloris, sont assez bien rendus. Pourtant elle ne peut rivaliser bien longtemps avec celle proposée par Ixo dans la collection Mercedes (n° 40) ; elle ne démérite pas pour autant malgré une gravure manquant de finesse et sa robe gris sombre. Notamment en ce qui concerne les phares et la calandre. En effet, comme il est donné de le constater dans cette collection, Universal Hobbies est irrégulier dans le rendu des modèles reproduits, soit réussis, soit passables. Ici nous sommes à la charnière de ces deux univers car les roues sont soignées, tout comme les feux arrière où l’habitacle occupé par deux passagers. Une question cependant aux spécialistes Mercedes : cette classe S n’avait-elle qu’un seul essuie-glace ? Le soubassement est gravé et la miniature roule bien. Un complément de millésime avec l’Ixo.

 
 

 Trois du commerce traditionnel

FACEL-VEGA FV1 cabriolet de 1955
NEO – réf. NEO 43409 (série limitée à 300 ex)

Réduit par NEO  ce cabriolet reproduit un des rares convertibles produits par Facel-Vega. Lignes et volumes sont  honnêtes et sa robe aubergine semble inspirée d’un modèle existant. Cependant je trouve que leur traitement est trop rectiligne et manque de rondeurs, notamment sur l’avant et j’émettrais une réserve sur la présence effective de butoirs sur le pare-chocs avant sur les vrais. Ceci étant, ce modèle jouit d’une présentation soignée avec une calandre réaliste et des ensembles latéraux acceptables malgré l’absence d’optiques jaunes.  Les essuie-glaces sont très fins et s’appuient sur un pare-brise bien traité et réalisé. Latéralement, ce sont les roues – très réussies- qui accaparent le regard alors que de très fines antennes trônent sur les ailes arrière. Rétro latéral superflu. L’arrière reçoit des feux réalistes à la forme très particulière et les sorties d’échappement simulées dans les butoirs du pare-chocs. Les monogrammes sont chromés tout comme les rares autres pièces rapportées. Jolie capote en position repliée, permettant de découvrir un habitacle jaune/vert avec une planche de bord en faux bois et un pédalier bien reproduit. Volant et cadrans complètent l’ensemble. Le soubassement n’est pas détaillé mais la miniature roule bien.

 

FORD Granada MK1 coupé de 1974

NEO – réf. NEO 43134 (série limitée à 300 ex)

Réduit par NEO ce coupé  séduit par ses dimensions, lignes, volumes et coloris car il reflète très bien le volume imposant du vrai. Et en plus il est servi par une gravure et une finition très soignées.  A l’avant, l’ensemble calandre – optiques est une petite merveille avec ses ultra-fins essuie-phares alors que les essuie-glaces sont eux aussi très fins. Rétro extérieurs rajoutés. Notez que les chromes sont reproduits « en vrai » et que l’écusson Ghia est présent sur le bas des ailes avant. Les roues sont honnêtes alors que la présentation de l’arrière est aussi soignée qu’à l’avant avec de fort jolis feux encadrant la plage noire accueillant le monogramme Ford. Le tout surmonté du coffre qui arbore ceux de Granada, Ghia et Automatic. Le pavillon reproduit assez bien le vinyle mat de l’époque et est proposé avec le toit ouvrant ouvert. Ce qui permet de bien voir le mobilier de l’habitacle noir, bien gravé. Le tableau de bord a fait l’objet d’un traitement soigné et les contre porte ont du faux bois à leur partie supérieure. Notez que ce modèle bénéficie d’un ciel de pavillon noir. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.

 

TALBOT-MATRA Murena de 1981

IXO – réf. CLC168

 Réduite par Ixo, cette Murena, toute réussie quelle soit, ne parvient pas à faire oublier la version presse proposée dans la collection Simca (n° 13) car rien, sinon de nouveaux essuie-glaces plus fins et une décoration intérieure différente, mais pas plus travaillée, ne justifie l’écart de prix entre les deux. En effet leur présentation est identique. Donc, peu de critiques à formuler quant au rendu de cette voiture avec – toujours - une découpe trop rectilignes des vitres de custode. Pour le reste, c’est le plaisir des yeux. Des jantes perforées magnifiques, une lunette arrière où moult détails sont présents et qui permet de voir les couvre moteur et couvre bagages. L’habitacle est lui aussi très réussi. Si la planche de bord avec son volant au dessin fidèle  retient l’œil, il vous faut cependant vous attarder sur les trois sièges de dimensions et formes différentes. N’oubliez pas que le dossier du siège central pouvait se rabattre vers l’avant pour faire accoudoir. Le soubassement est peu détaillé et la miniature roule bien. 

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 15:46

 

 

du 08 juin 2009 

 page 1/2

 

 

 Voila, pour fêter le n° 200 de Collec'Hebdo 43.

 Qui aurait pensé lors de la mise en ligne du n° 01 que Collec'hebdo 43 parviendrait à tenir aussi longtemps ? Pas moi.

Aussi je voudrais remercier chacun des lecteurs de ce blog du soutien qu'il m'a apporté depuis sa création.  Remercier aussi M. Ixo à qui je dois ce break 1501 et Dame Patricia qui vole au secours des abonnés en détresse. En espérant que nos - de plus en plus - chères collections presse durent encore quelques temps.

 

 Le test à ne pas manquer

 

 

PEGASO Comet 1090L de 1965

Ixo – collection Camions d’autrefois, test n° 04 (et dernier)

Réduit par Ixo, ce quatrième (et dernier) camion, un Pegaso Comet, constitue un nouvel élément en faveur du lancement effectif de cette collection. En effet, lignes et volumes sont toujours aussi fidèles et sa présentation soignée, même si les différentes parties en plastique, constituant la partie arrière joignent de manière approximative. Question d’assemblage. Mais cela ne remet pas en question la qualité du produit proposé. La cabine est somme toute la partie la plus intéressante avec une belle reproduction de sa proue avec sa calandre en quartiers ainsi que du large pare-soleil extérieur à partie centrale transparente verte. Remarquez à l’intérieur la place occupée par le levier de vitesse et le coffre du moteur qui limitent le volume habitable à deux personnes. Ixo a eu l’excellente idée de proposer un arrière ouvert qui permet toute sorte d’aménagement ou de chargement. Déjà de nombreux collectionneurs ont modifié les modèles antérieurs. Gageons qu’il en sera de même pour celui-ci.  Encore un beau modèle qui roule bien.

 
  Si cette collection venait à être lancée, une parution mensuelle semble être la plus appropriée en raison du prix de vente au numéro.
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 14:32

n° 200 du 08 juin 2009 - page 2/2

 

Quatre des sorties presse de la semaine dernière

ASTON-MARTIN DBR9 de 2006

Ixo – collection Monstres de l’endurance, n° 68

Réduite par Ixo, cette DBR9, tout comme toutes celles qui l’ont précédée dans ces colonnes, trouve grâce à me yeux tant Aston-Martin est une marque qui m’a toujours fasciné. Alors ne cherchez pas la cause d’une indulgence sur l’oubli d’un défaut. Lignes, volumes et décoration sont une nouvelle fois bien reproduits et, ce qui me plait davantage, proposés dans une livrée autre que verte.  L’ensemble est fort réussi avec une robe satinée fortement ajourée par les nombreuses prises ou sorties d’air  réparties sur la carrosserie. Tout comme les différents stickers qui l’ornent. Décoration très originale au demeurant où rien ne paraît manquer. Belles roues laissant voir les disques de frein. L’arrière est toujours aussi imposant avec son aileron massif et le large extracteur d’air. Les feux sont bien dessinés. A l’intérieur le rare mobilier est correctement présenté même si l’arceau cage manque de discrétion et gagnerait à être remonté.  Le soubassement est plat et la miniature arrive à rouler. 

 
 

CITROËN 2cv pick-up

Ixo – collection la Route bleue, n° 34 

Réalisé par Ixo, ce pick-up reprend le moule qui nous a été proposé à moult occasions.  C’est pourquoi je ne reviendrais pas sur ses défauts mais uniquement sur ceux du modèle proposé aujourd’hui. Si les lignes, volumes et coloris sont acceptables il est surprenant que certains détails n’aient pas été corrigés au fil des sorties successives. Aussi à l’avant est-il permis de constater que les phares, toujours aussi rapprochés, empêcheraient de soulever le capot !!! Le dessin de la calandre est de travers et asymétrique. Les portillons arrière sont dépourvus de poignée d’ouverture. Le plancher n’y est pas trié. Pas de vitrage sur les deux baies arrière ni de rétroviseurs (intérieur et côté gauche). Par contre le soubassement est gravé et la miniature peut rouler.

 
 

RENAULT 4cv  coupé Mouchiro de 1953

Eligor – collection 4cv Renault, n° 39 

Réduit pour Eligor, ce coach surprend l’œil par ses roues trop généreuses et ses lignes particulières, pourtant bien fidèles. En effet, lignes et volumes sont bons et la finition fort correctes malgré ces roues une fois encore hypertrophiées. Quand est-ce que ce problème sera enfin pris en compte par les réducteurs ? C’est d’autant plus dommage sur ce modèle que ce sera la principale critique formulée à son encontre.  Le reste n’est que question de détails comme le mauvais dessin des grilles des prises d’air sur les ailes arrière et des sabots. Par contre l’avant propose même les petites sangles de sécurité sur les côtés du capot.  L’arrière présente bien les trois colonnes d’ouïes de refroidissement et des feux rapportés de forme inédite mais fidèle. Notez la large lunette arrière. A l’intérieur, seul le volant sport à trois branches n’est pas noir.  Le soubassement est standard et la miniature roule bien. 

 
 

SIMCA (Chrysler) 1501S (AM 1969)

Ixo – collection Simca, n° 61

Réduite par Ixo, cette 1501S reprend un moule qui commence à nous être familier puisqu’il a servi à nous proposer la 1301S AM1972 caramel (n° 04 de la collection Simca), puis après modification la 1501S AM1974 vert métallisé (n° 08 de la collection route bleue), reproduisant ainsi les défauts inhérents à celui-ci. Je n’y reviendrais pas. Par contre, en ce qui concerne le respect du millésime 1969 il faut reconnaître qu’Ixo aurait pu mieux faire. Je m’explique. Outre le coloris original et acceptable, et à son actif, signalons le minuscule monogramme « Spécial » apposé sur le capot moteur, l’adjonction des deux longues portées fixées sur le pare-chocs avant alors que côté passif, il manque le pentastar doré en bas de l’aile avant droite, symbole du rachat par Chrysler. Accessoirement, les verres des longues portées étaient orangés. Ajoutons que la calandre, provenant du break 1501S (n° 25 de la collection Simca) n’est toujours pas assez travaillée dans sa partie inférieure pour être réaliste, notamment en ce qui concerne la séparation entre la calandre proprement dite et les ouïes inférieures. Les enjoliveurs sont, une fois encore, dépourvus de secteurs gris mat. L’arrière ne reçoit ni lunette dégivrante ni feux correctement colorés, comme c’était le cas sur les deux modèles précédents. Regrettable. L’habitacle noir reçoit le mobilier standard avec cependant la première planche de bord à affichage linéaire. Par contre le volant n’est pas celui typé sport à trois branches métalliques de la Spécial ! Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 11:00
 

 n° 199 du 01 juin 2009

 page 1/2

 

  Une des sorties presse de la semaine dernière

LEYLAND Sherpa de 1975

Universal Hobbies – collection James Bond, n° 61

Réduit par Universal Hobbies, ce van se présente sous une version quelque peu maltraitée avec capot moteur et portière droite enfoncés. Ceci étant, les lignes (ingrates) et les volumes de l’original sont restitués alors que la robe jouit d’un gris souris et d’une gravure acceptables. Par contre l’assemblage des pièces rapportées s’avère un peu fantaisiste sur l’exemplaire trouvé. Si la calandre est correctement reproduite, les roues reçoivent à tord des jantes entièrement chromées alors que les vraies étaient en tôles grises avec un petit enjoliveur central. Aucun des détails gravés n’est souligné d’un trait de peinture. L’arrière reçoit des feux rapportés et des logs sur les portières arrière. Le pavillon supporte une doublé échelle alors que l’habitacle accueille deux figurines. Le poste de conduite est séparé de la partie arrière par une cloison pleine. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.

 
 

Le test à ne pas manquer

 

UNIC ZU Izoard de 1958

Ixo – test collection Camions d’autrefois, n° 03

Réduit par Ixo ce ZU Izoard va faire craquer plus d’un collectionneur de plus de 60 ans car celui-ci possède déjà dans sa collection celui produit en son temps par Dinky-Toys France., version multibenne et/ou tracteur porte-voitures.  Mais celui-ci est au 1/43ème et jouit d’une finition des plus honorables. Du nanan pour les yeux ! Superbe ! Lignes et volumes sont bien présents sous une livrée un peu trop brillante à mon goût. Je sais, j’entends déjà certains dirent que je ne suis jamais content ! Et alors, j’ai effectivement râlé contre une peinture mate qui n’avait pas sa place sur des Simca. Ici, c’est l’inverse. Ce camion fait trop neuf ! Un comble pour un routier. Et puis ce plateau en plastique dont les ridelles laissent passer la lumière. Faut bien lui trouver un défaut à cette réduction. Non ? Sinon y a qu’à lui faire un papier dithyrambique et on n’en parlera plus. Heureusement qu’à l’avant le monogramme UNIC connait quelque problème d’intervalle qui a laissé soupçonner un temps l’inscription UNK.  Mais trêve de plaisanterie et de divagation. Nous nous trouvons en présence d’un modèle très réussi. Il suffit pour s’en convaincre d’examiner en détails l’ensemble capot-cabine dont la gravure est fidèle, avec ses phares colorés juste comme il faut. La cabine peu profonde offre cependant trois places face à une planche de bord des plus sommaires mais ou  trône un tableau de bord complet surplombant un pédalier bien travaillé. Le châssis est lui aussi travaillé et la miniature roule bien.

 

  Le modèle duo de la collection Mythique R4

SOVAM 1100VS (AM 1967)
Universal Hobbies – collection Mythique R4, n° 15 duo
 

Réduite par Universal Hobbies, cette 1100 VS Sovam constituant le duo avec la 850 rouge présentée il y a peu, diffère de cette dernière par la présente d’un hard-top. Outre cet accessoire ce nouveau modèle présente d’autres différences. Reprenant le moule de la 850 il nous propose de la même manière lignes et volumes, cette fois dans une livrée bleue de série. Comme il semble régner une certaine confusion dans les légendes des photos publiées aussi bien dans des ouvrages papiers que sur le net, je me référerai aux photos publiées sur le site  http://sovam.toujours.monsite.wanadoo.fr/ où son auteur présente sa 1100 VS « dans son jus ». Les rétroviseurs sont correctement avancés et fixés à l’extrémité arrière du capot moteur. Les optiques ont perdu leurs carénages et ce que j’appelle le support de la plaque avant a disparu. Jusqu’ici, c’est conforme avec ce que je pense être la vraie 1100VS (AM 1967). Par contre les nouvelles jantes, très travaillées étaient, soit celles de l’éphémère 1300, soit une option. De même des feux horizontaux qui correspondent à ceux de la 1300 et utilisés pour l’AM 1968. Je serais moins affirmatif sur ce point car rares sont les photos disponibles de l’arrière. Et celles-ci sont contradictoires entre elles. Il semblerait que les modèles restaurés aient bénéficié d’améliorations… En tout cas, et quelque soit le degré d’authenticité de cette 1100VS, sa sortie permet d’avoir un modèle original dans nos collections. Merci M6 Interactions pour ce choix. Vivement la Dallas. 

 

 En bonus, un " compar'hâtif " avec le modèle presse

 

 Deux modèles de la collection du type H Citroën
(par abonnement zone Nord)

CITROËN type HP de 1958

Eligor – collection Type H Citroën, n° 12 
 

Réduit par Eligor, ce type HP reprend le moule qui a servi au n° 06 de cette collection, le plateau du maçon Da Silva (cf. son analyse dans le n° 176 du 22 décembre 2008 de CH43). Je ne reviendrais donc pas sur les remarques formulées alors sinon pour signaler qu’encore sur ce modèle l’absence de tout clignotant ou flèche à l’avant et une immatriculation arrière placée à droite. Et une question : pourquoi avoir remplacé les feux arrière correctement colorés mais rapportés par de simples touches de couleur orange ? Par contre les portillons sont toujours articulés. L’ensemble est plaisant et conviendra à nombres  de dioramas dédiés aux Soldats du feu. D’autant que l’armement du véhicule est d’honnête facture et se compose d’une tonne à eau, de quatre tuyaux de forte section, d’un dévidoir et d’une échelle simple. Le tout complété par deux cornes et un gyrophare rouge posés sur le pavillon. Habitacle et soubassement habituels. La miniature roule bien.

 
 
CITROËN type HZ de 1954
Eligor – collection Type H Citroën, n° 13
 

Réduit pour Eligor ce type HZ est décrit comme étant un modèle de 1954. Alors pourquoi avoir pris comme base le moule du H 1200 kg toilé de 1948 ? (cf. le n° 02 de la collection) Si le principe de la porte latérale coulissante fonctionnelle est un petit plus, le traitement de l’arrière est un gros moins. En effet très rapidement la lunette arrière rectangulaire et horizontale a été remplacée par la célèbre lunette oblongue et verticale et l’éclairage arrière augmenté. Cela a obligé le réducteur à coller des panneaux rapportés pour cacher l’absence de vitrage  de la partie arrière – et pour cause il n’y avait que de la toile tendue. L’idée peut être acceptée côté droit où l’on suppose l’auvent abaissé pour protéger les vitres pendant les déplacements. Mais côté gauche ? d’autant que le réducteur y a peint le puits de la flèche directionnelle !!! Ceci étant, je ne reviendrais pas sur l’analyse qui a été faite sur le moule utilisé (cf. le n°    de CH43) mais je signalerais cependant qu’à la vue de la seule photo du véhicule ayant pu servi r de modèle que si la barrette de désembuage du pare-brise est bien reproduite devant le conducteur, les antibrouillards fixés sur le pare-chocs devraient se trouver sur les retours de celui-ci.  Notez que sur ce modèle le hayon arrière se soulève et peut être maintenu ouvert grâce à un bras articulé – un peu comme sur le vrai. Habitacle et soubassement habituels. La miniature roule bien. 

 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 14:11

n° 199 du 01 Juin 2009 - page 2/2

 

Spéciale HOLDEN

HOLDEN FJ Sedan de 1954

AUTO ART – réf. 53314

Liminaire : il y avait longtemps que l’arrivée d’un nouveau modèle ne me procure un tel coup de cœur de par sa présentation. Et quand on en connaît le prix (32,10 euros) cela ne fait qu’amplifier la sensation. Si un réducteur est capable de nous proposer un tel résultat, les autres doivent s’aligner sur lui, non l’inverse. C’est pourquoi ce modèle se voit attribuer la note maximum pour les modèles sans ouvrants, note que je trouve insuffisante en l’espèce, je lui aurais bien attribuer un 5++ en plus du « coup de cœur » bien mérité.

 

Réduite par auto Art, cette FJ se révèle un véritable petit bijou tout en finesse dans le traitement des détails. Lignes, volumes, coloris, gravures et pièces rapportées métalliques, tout contribue à la grande réussite de ce modèle. Toutefois il y a une question à laquelle je n’ai pas trouvé réponse pour l’instant. A quoi peuvent bien correspondre les deux petites zones creuses présentes en haut des montants du pare-brise. Elles ne figurent pas sur le modèle original que j’ai pu voir sur le net ? Mais c’est si discret que l’on peut les ignorer. Ceci étant, outre des lignes aux rondeurs magnifiques et des « chromes » hyper réalistes tant ils sont fins et correctement insérés dans la carrosserie, il convient de noter la finesse de la gravure de la calandre et le beau dessin des roues avec leurs jantes au cerclage chromé et à l’enjoliveur au centre peint. De toute beauté ! De même pour le sabot d’aile arrière et les monogrammes rapportés sur les côté du capot moteur ou le coffre arrière. Il en va de même pour les poignées de portières ou de coffre. Les feux arrière sont corrects. Passons à l’intérieur où les surprises nous attendent. Outre les deux banquettes au vert légèrement plus foncé que la carrosserie, il est permis de s’attarder sur une planche de bord détaillée mais aussi et surtout sur les contreportes qui arborent des poignées intérieures rapportées et « chromées » et le dossier de la banquette avant qui reçoit un cendrier lui aussi rapporté et « chromé ». Et pour « chapeauter » le tout, si l’on incline la voiture nous découvrons qu’elle possède un ciel de pavillon avec pare-soleils et éclairage central ! C’est encore trop rare de nos jours pour ne pas être doublement signalé. Et puisque la voiture est inclinée, retournons-la en plein pour admirer le travail caché de la reproduction des deux trains roulant et de l’ensemble mécanique. Comme sur tout modèle de ce réducteur les roues avant sont orientables mais en plus, ici leur rotation agit sur les éléments de la direction. Rien que du beau travail, qui ne sera complet que si le volant venait à tourner lui aussi. Et en plus la miniature roule bien. J’en voudrais bien d’autres de cette facture…

 
 

HOLDEN VL SS Group A de 1987

Biante – réf. B 43304A (coffret HSV twin set)

Réduite par Ixo pour Biante, cette VL SS est le premier modèle du duo contenu dans le coffret des 20 ans de voitures spéciales Holden proposé par ce réducteur. Bien présenté dans sa livrée bleu clair métallisé il choque par son étroitesse. Or, après vérification, il s’avère que l’original était bel et bien aussi étroit. Et certaines vidéos permettent même d’écouter le bruit rauque de son V8… un petit régal.  Lignes et volumes sont donc correctement reproduits et bénéficient d’une gravure fine et d’une très bonne finition. Si le traitement paraît cependant un peu simplifié, le recours aux photos d’une vraie lui rendra justice car, il faut bien le reconnaître, ce premier modèle spécial avait un physique assez ingrat, qui est très bien restitué. C’est pourquoi je dirais que le profil tourmenté est honnête. Les jantes, bien dessinées, laissent voir des disques de frein avec étriers. L’arrière, surmonté d’un imposant aileron, accueille des feux correctement colorés et les monogrammes. L’habitacle, tout en blanc cassé, est remarquable dans sa gravure et sa présentation très travaillée, sauf le ciel de pavillon oublié. Le soubassement est profondément gravé et tente ainsi de reproduire la partie visible de la mécanique et des trains roulants. La miniature roule bien. 

 
 

HOLDEN HSV W427 de 2007

Biante – réf. B 43304A (coffret HSV twin set) 
 

Réduite par Ixo pour Biante, cette W427 est le second modèle du duo contenu dans le coffret des 20 ans de voitures spéciales Holden proposé par ce réducteur. Présentée dans une livrée bleu ciel métallisé identique à la VL group A elle séduit par le respect de ses lignes et volumes car elle bénéficie d’une finition soignée. Le respect des détails n’offre pas l’occasion à critique. L’avant dégage une sensation d’agressivité de bon alois pour un modèle sportif avec son imposant bouclier. De profil, les grandes jantes bien dessinées laissent voir des disques de freins aux étriers rouges. L’arrière arbore des feux bien dessinés et colorés, surplombant les quatre sorties d’échappement chromées alors que les monogrammes sont chromés et photo découpés. La lunette arbore même un auto-collant HSV alors que la micro antenne radio n’a pas été oubliée juste au-dessus.  L’habitacle, au mobilier vieux rose mérite que l’on prenne le temps de le regarder tant le mobilier qu’il contient est bien gravé et décoré. Du bel ouvrage qui, hélas, n’est pas allé jusqu’à proposer un ciel de pavillon. Dommage !  Le soubassement est travaillé et présente même les deux lignes d’échappement alu. La miniature roule bien. 

 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 10:44

Préparation du n° 200

  

Bien que le nombre maximum de lecteurs journaliers de ce blog ne fut que de 338 le 25 avril dernier, je sais qu’il est consulté d’un peu partout dans le monde. J’en profite pour remercier ici ceux qui m’ont envoyé un petit mot à l’occasion d’une remarque générale ou d’un commentaire particulier. C’est ainsi que j’ai découvert des lecteurs jusqu’en Asie, en Australie, au Québec ou encore à Vancouver. Et qu’un lien vers ce blog figurait sur bien des blogs de collectionneurs étrangers, notamment belges, espagnols, italiens ou suisses.

J’ai même découvert sur un certain topic des captures d’écran de mes analyses de la collection Mercedes. Je ne pensais pas que celles-ci soient si pertinentes pour mériter d’être reproduites. Et je sais qu’il en est de même en Espagne.

Pourtant vous devriez trouver de meilleures analyses dans les revues spécialisées, disponibles chez tout pressier qui se respecte.

 

Aussi me serait-il possible de savoir d’où le lecteur le plus loin de France consulte ce blog ? Le plus proche, je crois savoir où il se trouve. Mais tous les autres ?

 

Alors si vous le souhaitez : envoyez un e-mail à surleblog43(chez)hotmail.fr   d’avance merci

 

J’en rendrai compte dans le n° 200 de CH43.

 

 

N-B – n’oubliez pas de remplacer     (chez)    par   @ dans l’adresse e-mail ci-dessus
 
Repost 0
Trebor Yles
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 10:35

 n° 198 du 25 mai 2009

 page 1/2

 

 La collection SIMCA prolongée

 

C’est avec une certaine satisfaction que nous avons appris mardi soir 19 mai que la collection Simca était prolongée jusqu’au n° 80. Toutes les supputations ne sont pas possibles quant au chois des dix nouveaux modèles qui seront ajoutés à ceux déjà connus. En effet, M. Ixo s’en est déjà ouvert plusieurs fois, les crédits affectés à cette collection n’étant pas extensibles à loisir il nous faut nous attendre à voir utiliser des moules déjà employés. Peut-être aurons-nous la chance d’avoir malgré tout un moule inédit… Voire deux. L’avenir nous le dira, mais plus sûrement la liste diffusée sur le site d’Altaya France. La réponse dans les prochains jours.

 

En attendant, la première prolongation semble devoir tenir ses promesses avec quelques modèles qui, bien que reprenant des moules connus, nous annonce des versions inédites comme cette Simca-Abarth 1150S qui, à ma connaissance, n’a jamais été proposée de manière industrielle.

Un grand merci à M. Ixo qui a su nous entendre et obtenir cette poursuite de la collection Simca.
 

Cinq des sorties presse de la semaine dernière

ALPINE A110 (rallye Neige et glace 1972)

Ixo – collection champions français de rallye, n° 17

 Réduite par Ixo la berlinette A110 est aisément reconnaissable et nous est proposée avec des lignes, volumes et coloris fort acceptables. Toutefois la finition est un peu juste car il s’agit du réemploi d’un moule déjà ancien. Aux nombres des griefs, nous mettrons un béquet avant qu’il faudrait incliner davantage pour le rendre plus fidèle à la réalité. Puis le mauvais ancrage des feux additionnels qui devrait se faire directement sur la carrosserie. Ajoutons l’affreuse représentation des optiques additionnelles encastrées de part en autre de la grille d’aération. Et terminons par le pack essuie-glaces et bouchon de réservoir d’essence qui ne sont que dessinés. Et comme tout bon bonimenteur, pour le même je vous ajouterais des roues au dessin inexact, il faudrait des jantes à cinq branches me semble-t-il et pour faire un bon poids, une prise d’air trop généreuse sur le capot arrière. Voila, la voiture est parée pour l’hiver et prête à affronter neige et glace. L’intérieur accueille un mobilier de bonne facture mais non protégé par l’arceau cage de la vraie. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.

 

CG-SIMCA proto barquette MC (Tour de Corse 1972)

Ixo – collection Simca, n° 60

Réduite par Ixo, cette barquette CG vient agréablement compléter le panel des productions des frères Chappe et de Gessalin. De plus, réalisée à partir d’un moule inédit elle nous restitue de belle manière les lignes, volumes et décoration de l’original. Ayant pu en suivre la gestation de bout en bout mais à distance je suis satisfait du résultat obtenu d’autant que des détails, pourtant présents, sont cachés sous la peinture, comme les boutons poussoirs des mini portières. L’avant accueille bien les six projecteurs dont elle était équipée devant l’immense sortie d’air du capot avant. Le profil rend bien l’épaisseur de la caisse et sa quasi horizontalité jusqu’au béquet arrière. Les roues sont honnêtes. L’arrière retiendra notre attention par le travail fourni à nous restituer l’atmosphère des entrailles de cette voiture avec sa roue de secours placée au-dessus de la boîte de vitesses encadrée par l’ébauche des suspensions. Jolis feux gravés sur les deux immenses bavettes. Et si l’on veut plonger le regard dans le poste de pilotage l’on découvrira qu’en plus des deux baquets, du volant et des nombreux cadrans, Ixo a même reproduit la tringlerie du changement de vitesses et le frein à main à gauche du volant. Si le soubassement est plat la miniature roule bien.

 
 

MERCEDES S500 de 1998 (W220)

Ixo – collection Mercedes, n° 46

Réduite par Ixo, cette Classe S séduit par le respect des lignes, volumes et coloris de la vraie. De plus elle bénéficie d’une gravure très fine malgré une finition améliorable. Du bel Ixo des beaux jours. L’avant est une pette réussite à mon goût même si l’étoile gagnerait à être légèrement inclinée – mais gare au risque de bris. Calandre et optiques sont bien dessinées, de même que les essuie-glaces sont correctement gravés. Les roues aux jantes fidèles laissent deviner des disques de freins avec étriers. Bien ! Le profil élancé est bien présent. L’arrière arbore des monogrammes peu visibles et des feux arrière correctement colorés. Si le troisième feu stop est bien présent sur la plage arrière il lui manque un trait de rouge alors que l’antenne radio pointe en haut de la lunette arrière. Le pavillon est doté d’un toit ouvrant vitré qui permet une vision améliorée de l’habitacle. Lequel abrite un mobilier bien moulé mais hélas noir alors que la planche de bord est soulignée d’une imitation bois et que le tableau de bord affiche ses cadrans. Le soubassement est un peu travaillé mais la miniature roule mal. Du bon Ixo, comme j’aimerais en retrouver plus souvent.

 

SIMCA Aronde Messagère de 1954

Ixo – collection la Route bleue, n° 33

Réduite par Ixo, cette énième Messagère de 1954 n’est pas une nouveauté pour les amateurs de la marque car si le moule utilisé leur est bien connu pour avoir servi aux versions de la collection des camionnettes d’antan aux couleurs de Nestlé et Fruité, puis de cadeau aux abonnés sous celle de Simca Service, ce modèle du Secours routier leur a déjà été proposé par Norev dans la collection police et gendarmerie.  Je ne reviendrais donc pas sur les défauts inhérents à ce moule mais m’attarderais sur sa présentation avec, pour commencer, l’absence du monogramme Simca au dessus des moustaches.  A noter que par rapport à certaines versions antérieures ici les roues arborent des enjoliveurs avec leur centre rouge orné du S de Simca. L’aile avant droit supporte une antenne radio - assez insolite comme implantation, je l’aurais vue sur le toit. L’ensemble est cependant plaisant et plus réaliste que celui proposé par Norev qui est, je le rappelle, trop étroit de 2 à 3 mm. L’intérieur es noir et peu visible. Le soubassement est peu détaillé et propose une sortie d’échappement à gauche alors qu’elle est à droite sur la vraie. La miniature roule bien.

 

 Sans oublier (pour la zone Sud) le
CITROËN type HP de 1956

Eligor – collection – Type H Citroën, n° 06

 dont l'analyse a été faite dans le n° 176 de CH43 du 22 décembre 2008

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 11:14
 

n° 198 du 25 mai 2009 - page 2/2

 

Parues après le bouclage du n° 197, voici

Trois des sorties presse du 15 mai dernier

FORD Ka II de 2008

Universal Hobbies – collection James Bond, n° 60

Réduite par Uiversal Hobbies, cette Ka se révèle d’assez honorable facture au regard des premières critiques lues ici ou là. C'est aussi que ses volumes, tout en rondeurs, sont mal restitués par mes photos. Si les lignes, volumes et coloris sont fort acceptables, c’est le traitement des roues qui suscite la critique. En effet, celles-ci ne remplissent pas assez les passages de roues et n’assurent pas une garde au sol suffisante en raison d’un diamètre trop petit. Ceci étant, le reste de la voiture n’appelle pas de remarque particulière. Au contraire, la décoration utilisée sur la voiture du film est reproduite sur la miniature qui se veut modèle hybride dit « Hydrogen – fuel cell electric » et arborant le slogan « Green planet » sur les portières. Outre des roues trop petites le profil est bien rendu malgré ses courbures tourmentées. L’arrière, tout en rondeur lui aussi, reçoit des feux uniquement rouges, le logo Ford et une décoration sur le côté droit. L’habitacle, tout en noir, laisse voir un mobilier bien gravé offrant 5 places !?!. Le soubassement est quasi lisse et la miniature roule bien.

 
 

RENAULT 5 « pie »

Universal Hobbies – collection Renault, n° 77
 

Réduite par Universal Hobbies, cette énième version de la 5 3 portes n’apporte pas grand-chose au collectionneur, sinon sa livrée « pie » aux couleurs des voitures de la Police nationale. Ici affectée à un commissariat du Haut Rhin. Ceci étant nous retrouvons le moule déjà connu et fort acceptable produit par ce réducteur.  Les roues sont soignées alors que la répartition des zones blanches et noires est correcte. Même l’habitacle est blanc et noir, avec un mobilier bien dessiné. Le soubassement est fortement gravé et la miniature roule bien.

 
 

SOVAM 850 (AM 1967)

Universal Hobbies – collection Mythique R4, n° 15

Réduite par Universal Hobbies, cette 850 Sovam s’est faite attendre à son tour. Si lignes, volumes et coloris sont bien traités, les roues demeurent trop petites pour être des roues de R4.  Autant le dire dès à présent, ce n’est pas un modèle de base qui a été reproduit mais un modèle avec options : son coloris rouge et les carénages des phares. Mais cela n’enlève rien à l’intérêt du modèle. Bien au contraire, cela permettra de le distinguer du modèle duo qui sera bleu, fermé et sans lesdits carénages de phares. L’avant reçoit quatre phares à ampoule jaune bien protégés au-dessus de la barre faisant fonction de pare-choc  alors que ce que l’on pourrait appeler support de plaque orne la prise d’air inférieure. Présence du logo et du bossage sur le capot.  Poignées de portières et rétroviseurs extérieurs (superflus) sont des pièces rapportées métallisées alors que les petites vitres coulissantes sont correctement dessinées. L’arrière reçoit des feux rapportés en plastique coloré ainsi que le monogramme. Le petit habitacle est très soigné avec un mobilier finement gravé et à la planche de bord imitation faux bois. Six cadrans ronds font office de tableau de bord derrière un volant sport à trois branches. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.

 

Comme souvent dans cette collection, un modèle intéressant car peu courant, mais il est très dommage d’avoir tant à attendre entre deux parutions.
 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine