Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 15:02

 n° 172

du 24 novembre 2008

   

Trois des sorties

presse de la semaine 

ALPINE A610 – raid Liberté 1992

Eligor – collection Alpine et Renault sportives, n° 34 

 

 

 

 

 Réduite par Eligor cette A610 surprend tout de suite par sa décoration qui ne laisse personne indifférent. On aime ou on n’aime pas son côté « Arlequin ». Pourtant lignes, volumes et décoration sont très fidèles. Y compris les rares stickers apposés sur la voiture. Seules les jantes gagneraient à avoir une périphérie chromée. De plus un meilleur ajustement des surfaces vitrées aurait évité les jours que l’on aperçoit aux abords de la carrosserie.

Les feux arrière sont uniquement rouges. Par contre l’intérieur a fait l’objet d’une attention particulière et bénéficie d’une coloration de son mobilier, réplique de l’originale. Beau travail, complété par un soubassement  gravé au niveau des trains roulants et de la mécanique. La miniature roule bien. 

 

 

 

 

 

 

FIAT 600 de 1957

Ixo – collection la Route bleue, n° 22 

 

 

 

 

 

 Réduite par Ixo, cette Fiat 600 m’avait beaucoup déçu lors de sa sortie dans la collection des Voitures d’antan, n° 71. Reprenant le même moule, cette voiture présente les mêmes défauts. Pour commencer, les volumes paraissent acceptables mais il n’en va pas de même pour certains détails, sur au moins trois points. Tout d’abord l’allure générale de la voiture est faussée par la présence de roues de trop grand diamètre. Ensuite, elle est fausse dans le traitement de la courbure trop accentuée de la chute arrière de la carrosserie. Enfin, grave lacune à l’intérieur avec l’absence d’espace de rangement pouvant accueillir deux valises entre la banquette arrière et le compartiment moteur. Toutefois quelques corrections ont été apportées comme la disparition des déflecteurs sur les portières.

Ce qui permet de dater ce modèle comme faisant partie de ceux qui ont subit la première modification après le lancement de la 600, lorsque les vitres coulissantes ont été remplacées par des vitres descendantes. Lesdits déflecteurs n’étant apparus que plus tard, au moment où la Fiat 600 a vu ses clignotants avant déplacés sous les phares. D’autre part l’immatriculation avant est passée au-dessus du pare-chocs qui reçoit des butoirs, tout comme celui de l’arrière. Par contre on a perdu le petit écusson rouge en bout de capot. L’intérieur est noir, ce qui masque son petit mobilier, d’autant que la vitre conducteur est en place. Le soubassement est peu détaillé et la miniature roule assez mal. 

 

 
   

RENAULT 1000 kg « Royal Mint »

Ixo – collection Camionnettes d’antan, n° 94

 

 

 

 

 Réduit par Ixo, ce nouveau 1.000 kg qui reprend le moule bien connu pour les amateurs de cette collection, surprend agréablement par sa décoration fournie. Je ne m’attarderai pas sur les détails du moule sur lequel je me suis déjà prononcé, sinon pour déplorer l’absence des boitiers des flèches de directions et signaler la présence – assez incongrue – d’un rétroviseur intérieur. Par contre c’est la décoration qui va me retenir quelques instants. Le simple fait de convertir une des photos de ce modèle en noir et blanc permet de se rendre compte que les coloris retenus ne sont pas toujours exacts, notamment au niveau

de l’emballage marqué « Royal ». Ceci étant, alors que l’illustration présente le véhicule reproduit, et outre le sens inversé  d'ouverture des portières - moule oblige - pourquoi l’immatriculation avant a-t-elle été recentrée ? Elle a certainement évité la fabrication d’un nouveau pare-chocs avant. Les fanions du tour de France ont été remplacés par des fanions « Royal ». Question de royalties certainement. Sinon l’ensemble est plaisant et intègrera facilement nos dioramas d’autant qu’il roule très bien. 

 

 

 

 
   
   

 Deux du commerce

traditionnel 

BMW 2002 cabriolet de 1971

Minichamps – réf. 80 42 0 145 818 

 

 

 Réduit par Minichamps ce cabriolet nous révèle des lignes, volumes et coloris très fidèles mais surprend par la grande longueur au-delà du pare-brise. C’est vrai que l’on a à faire à un 4 places (enfin plus un 2+2 qu’un vrai 4 places). L’ensemble jouit d’une finition soignée avec une gravure bien nette et des pièces rapportées chromées ou colorées très fines.  L’avant, caractéristique de cette génération de BMW est

réussi et bénéficie d’une calandre des plus réalistes. Les roues sont de bon diamètre et reçoivent de beaux enjoliveurs. L’arrière est complet avec ses feux multicolores. L’habitacle, tout de noir tendu, propose un mobilier très sculpté. Le soubassement est bien gravé et la miniature roule bien. 

 

 

 
   

 JAGUAR XK8 cabriolet 2+2 (AM 2005)

Auto Art – réf.  53711

 

 

 

 

 

 

Réduit par Auto art, ce cabriolet 2+2 séduit tant par la justesse de ses lignes, volumes et coloris, que par la finesse de sa finition. C’est un parcours sans faute qui a été réalisé. Comme à l’habitude pour ce réducteur. Peut être pourrait-on lui reprocher de s’être contenter de peindre les feux de gabarit plutôt que de les représenter par une pièce rapportée en plastique. Toujours est-il que le tour extérieur n’appelle aucune remarque particulière, sinon sur la finesse des sorties d’échappement. Echappement qui conduit à retourner la miniature pour découvrir le gros travail de sculpture de la mécanique et des

 

trains roulants dont l’avant est – comme d’habitude pour ce réducteur – orientable. Ceci étant, revenons à l’endroit et plongeons dans l’habitacle où, modèle britannique oblige – nous trouvons un poste de conduite à droite. Planche de bord, console centrale et volant sont fort bien reproduits et donnent l’illusion du recours au bois pour leur présentation. Le mobilier : sièges, banquette, cache capote et habillage des contreportes, est réalisé en matériau souple du plus bel effet. Un seul reproche malgré tout, l’oubli du pédalier. La miniature roule bien. 

 

 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 14:58

 n° 171
du 17 novembre 2008

  Pour une prolongation

de la collection SIMCA

 Je m'en suis ouvert dans le dernier numéro de Collec'Hebdo 43 et j'y reviendrai donc brièvement dans celui-ci. La collection Simca éditée par Altaya nous est connue pour ses 50 premiers numéros. Nous savons tous, plus ou moins offieucieusement qu'elle connaîtra son terme avec le numéro 60.

Or, arrivée à celui-ci, cette collection laisserait encore de nombreux modèles le long de la route. C'est pour tenter de limiter le nombre de ceux-ci que j'ai émis l'idée d'une pétition auprès d'Altaya afin d'obtenir une prolongation de cette collection. 

Si d'aventure, vous partagez mon point de vue, n'hésitez pas à envoyer un e-mail sur le site http://altaya.fr/ pour réclamer une telle prolongation .

Plus nous serons nombreux à le faire, plus nous aurons une chance d'être entendus.

D'avance merci. 

   

 Trois des sorties

presse de la semaine 

MERCEDES S500 (W221) de 2006

Ixo – collection Mercedes, n° 33

 

Réduite par Ixo la dernière S500 de Mercedes paraît des plus insipides au premier coup d’œil dans sa robe très foncée. Pourtant elle n’a pas à démériter. Lignes et volumes sont bien respectés mais sont desservis par cette robe bleu nuit foncé et pailleté qui en gomme les reliefs. Ceci dit, l’avant est soigné avec une calandre assez bien réussie et encadrée par des optiques acceptables. Le profil est honnête mais souffre de l’absence du jonc chromé qui fait le tour des surfaces vitrées sur la vraie. Les roues, correctes, laissent voir les disques de frein sans étriers. L’arrière est lui aussi correctement dessiné mais arbore des feux métalliques que j’abhorre de plus en plus et dont le rendu n’est pas extraordinaire.

S.V.P. revenez à des feux en plastique ! Par contre, l’intérieur mérite que l’on se penche un peu plus sur la miniature pour découvrir le mobilier gris foncé à la gravure très fine et prononcée et recevant des garnitures bordeaux du plus bel effet. Le soubassement est peu détaillé et la miniature roule bien.  Pièce très honnête mais qui souffrira de la comparaison au niveau de sa finition si elle vient à côtoyer sa sœur de chez Auto Art par exemple. Mais leur prix n’est pas le même.  


  

 
   

RENAULT Viva Grand Sport de 1935

Universal Hobbies – collection Renault, n° 73

 

  Réduite par Universal Hobbies, cette Viva Grand Sport séduit par la finesse de sa reproduction. Lignes, volumes et coloris sont réussis. Tout comme sa gravure et les différentes petites pièces « chromées » rapportées.  Un lent tour du propriétaire ne fait apparaître – du moins sur l’exemplaire en ma possession – qu’une mauvaise application de la peinture qui fait quelques bulles au niveau des ailes avant. J’ose supposer qu’il s’agit d’un cas isolé en vue de l’établissement de la note finale. Donc finesse de la calandre et de l’immatriculation surmontée du nom du modèle.  Poignées de capot, boitiers des flèches de direction. Je passe sur le rétroviseur extérieur. Poignées de portières, de spider et de coffre arrière. Bouchons de réservoir et plaque arrière caractéristique avec les deux feux rouges peints à même le film cellulosique. Et les deux marchepieds pour accéder à

la banquette du spider. Sans oublier la capote plissée à la petite lunette arrière. Glissons le regard à l’intérieur de l’habitacle pour découvrir les trois places proposées par la banquette.  Mais c’est vers l’avant qu’il faut vraiment regarder. Car outre une planche de bord très réaliste  où l’on trouve un frein à main surplombant le levier de vitesse (tous deux « chromés »), c’est à la base de la capote que le regard doit se porter. En effet, il y a même le petit moteur des essuie-glaces, côté droit, avec la manette à actionner en cas de panne ! Le soubassement est gravé et la miniature roule bien. Bravo et félicitations pour ce degré de finition à M6 interactions pour ce modèle.

  

 
   

SIMCA Aronde P60 Elysée de 1958
Ixo – collection Simca, n° 47 

 

Réduite par Ixo, cette P60 Elysée nous est devenue familière dans une livrée bleue clair proposée depuis le printemps dernier sous le label Nostalgie. C’est le même moule qui nous est proposé aujourd’hui dans de nouveaux coloris corail et crème et dans une finition digne d’un modèle boutique. Il  n’a rien à voir avec celle de la collection des Voitures d’antan, n° 17 qu’il faut vite oublier. Nous avons affaire à nouveau à un moule des plus réussis. Lignes et volumes sont conformes à une vraie. Toutefois, une erreur grossière s’est glissée dans cette réalisation. Les flèches alu qui courent sur les flancs de l’original ont été peintes en crème. Encore une bizarrerie d’autant plus incompréhensible de nos jours avec toute la documentation disponible et que je m’en suis ouvert tant dans ces colonnes en son temps qu’auprès d’Ixo directement. 

 Ceci écrit, l’avant bénéficie de belles optiques à ampoules jaunes encadrant une calandre très fidèle. Les monogrammes sont bien présents à l’avant et à l’arrière (Aronde), ainsi que sur l’aile avant droite (P60). Les roues sont fort soignées avec des enjoliveurs comportant le S de Simca doré en leur centre rouge. A l’arrière la sortie d’échappement a été accessoirisée en queue de baleine.  Le pavillon est bien nervuré. L’intérieur bicolore est très bien reproduit avec une colonne de direction plus vraie que nature, une banquette avant aux dossiers séparés. Le soubassement est travaillé au niveau du train avant et la miniature roule bien. L’erreur de peinture lui coûte le plus… dommage !

 
   
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 15:13
 n° 170
du 10 novembre 2008
   

Petite semaine en sorties presse intéressantes que celle qui se termine. Un seul modèle à vous présenter. L’occasion pour moi de clore la collection de la saga de la Traction avec la trouvaille de son dernier numéro dans une épicerie de village du roannais. 

L’occasion aussi de vous présenter aussi, et surtout, Marius, le bougnat qui accompagne le U23 de la collection Route bleue. Collection si décriée sur FA en raison de la mauvaise qualité de ses figurines. A l’instar de la prétendue starlette du numéro précédent. Au contraire, cette semaine, la figurine que voici est d’une très haute tenue mais s’avère très fragile. Dommage qu’Ixo n’ait pas toujours recours à ce type de personnages qui, comme les gendarmes du contrôle de vitesse ou le pompiste de chez Total, n’ont rien à voir avec les personnages habituellement proposés. Tout en rondeurs et aux traits inexpressifs.

 
   

 Pour une prolongation

de la collection SIMCA

Quand on voit la qualité proposée par cette collection et le choix des modèles retenus, on ne peut que souscrire à une prolongation de la collection SIMCA. D’autant que de nombreux modèles n’ont pas été reproduits depuis longtemps, voire pas du tout. Je pense notamment, pour les premiers, aux Aronde 1300 du type Elysée dont les reproductions industrielles datent de la fin des années  50, notamment par Norev et Dinky-Toys.

Il y a aussi  la P60 Montlhéry de 1959 facile à réaliser à partir du moule de l’Elysée, voire une P60 Grand Large à partir de celui de la Monaco Spécial. Mais aussi des 1100 Break à 3 ou 5 portes,  une Beaulieu, etc. J’en passe et des meilleures. Pour une fois qu’une collection suscite un tel engouement pourquoi s’arrêter en cours de succès ?  Pourquoi ne pas nous proposer encore quelques modèles ? D’avance merci .

   

Si d'aventure, vous partagez mon point de vue, n'hésitez pasà envoyer un e-mail sur le site http://altaya.fr/ pour réclamer une telle prolongation .

Plus nous serons nombreux à le fraire, plus nous aurons une chance d'être entendus.

En avant-première la P60 Elysée qui sort cette semaine visible aussi sur http://blog.ifrance.com/fcfretrovision2 
   

Une des sorties

presse de la semaine 

CITROËN U23 de 1953
Ixo – collection Route bleue, n° 21 

 

 Réduit par Ixo, le U23 nous est proposé une fois encore en version plateau, déjà rencontrée dans la collection Michelin (n° 6), mais ici sans aucune bâche. Mais dans une livrée identique à celle du Peugeot DMA de la collection des camionnettes d’antan (n° 43), lui aussi en livrée de bougnat. Je ne reviendrai pas sur les détails du modèle mais uniquement sur ceux de sa présentation. J’admire tout d’abord l’équilibre des sacs de charbon du niveau supérieur qui tiennent… on ne sait comment.

Mais ce sont surtout les inscriptions qui sont source d’interrogation. Et en premier la présence de l’indication du département de la Seine sur un véhicule immatriculé dans la Loire. Immatriculation mal placée à l’arrière. Pour une fois je signalerai la présence d’un très beau livreur de charbon. Mais très fragile. 



 

 

 
   
   

 Et une ancienne

 

CITROËN 11 B Familiale de 1957

Norev – collection Saga de la Traction, n° 80 (et dernier)

 

Réduite une fois encore par Norev cette Familiale nous est d’autant plus familière qu’elle nous fut proposée dès le premier numéro de cette collection sous la forme d’un véhicule utilisé par les sapeurs pompiers. Lignes, volumes et coloris sont une fois encore très réalistes mais certains détails continuent à hérisser le poil comme ces phares type DCA où ces clignotants avant à la forme incertaine.

Le reste est réussi et soigné. Ne manque toutefois, sur ce modèle bien particulier, la petite lanterne qui était accrochée à la poignée du coffre arrière. Ce modèle termine de manière très réaliste cette saga. 



 

 

 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 15:13
n° 169
du 03 novembre 2008
 
   

Trois des sorties 

presse de la semaine 

MERCEDES 300 SEL (W109) de 1968
Ixo – collection Mercedes, n° 32 

 

Réduite par Ixo, cette 300 SEL ravit l’œil par le respect des lignes, volumes et coloris de l’original. Toutefois le tour du propriétaire nous révèlera quelques petits couacs. Et tout d’abord la position trop élevée des optiques additionnelles qui devraient effleurer le haut des pare-chocs avant. Pare-chocs qui gagneraient à recevoir un trait de peinture noire pour reproduire la bande da caoutchouc qui les protège sur l’élément inférieur. Les autres détails extérieurs sont correctement

présentés, y compris les feux arrière bien colorés et la double sortie d’échappement. Voire encore les monogrammes sur le coffre. Belles roues de série et découpe fidèle des portières. Dommage que l’intérieur soit totalement noir – à l’exception du volant – car cela ne met pas en valeur son mobilier. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien. Un beau modèle malgré tout.  
 

 

 
   

RENAULT R4 de 1962
Universal Hobbies – collection Mythique R4, n° 10 duo 

 

Idée fort originale que de nous proposer cet écorché comme duo de la Renault R3. Réalisé par Universal Hobbies cet écorché nous révèle d’assez belle façon l’intérieur les entrailles de la bête. Passons sur l’extérieur de la carrosserie que tout le monde connait et qui présente les défauts que l’on sait. L’ensemble mécanique est reproduit en trois dimensions mais il manque la tringle prolongeant le levier de vitesse pour rallier la boîte de vitesse par-dessus le radiateur.

L’habitacle bénéficie d’un traitement particulier avec une belle gravure des portières et des différents plis de renfort sur les autres parties de la carrosserie. Notons la perte du rétroviseur intérieur. Les banquettes ne sont présentent que par leur structure métallique et l’habillage de la place du conducteur. Le soubassement est standard et la miniature roule bien.  
 

 
   

SIMCA 1000 coupé (AM 1963)
Ixo – collection Simca, n° 46 

 

Réduit par Ixo, ce coupé 1000 fait partie des modèles les plus réussis de cette collection en raison principalement du respect des lignes, volumes et coloris du vrai. Mais aussi, en raison de la finesse  de sa gravure et le respect de certains détails comme l’écusson qui orne la fausse calandre ou le cartouche Bertone sur les ailes avant. Tous les joncs chromés sont bien présents. Les roues contribuent aussi au réalisme de ce modèle. Rien n’y manque et tout est correctement proportionné. Ce qui est très rare ces temps ci pour ne pas être souligné.

Flanc blanc pour les pneus (1), jantes correctement ajourées, enjoliveur au centre rouge contenant l’hirondelle  stylisée… pure merveille. Dommage qu’à l’arrière l’on doive se contenter de feux entièrement rouges. Dommage également que l’intérieur – totalement noir – ne mette pas mieux en valeur son mobilier. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.

(1) Modèle de présérie ou d’exposition
 
 

 
   

Deux des collections 

espagnoles 

TALBOT Horizon GT (1986 et +)
Ixo – collection espagnole  «Coches de policia », n° 19 

 

 Réduite pat Ixo, cette nouvelle Horizon GT de la police nationale espagnole nous est proposée dans sa livrée post 1986 alors que sous la référence 02 nous avait été proposée la version ante 1986 dans une livrée caramel (cf. n° 85 du 26 mars 2007 de CH43). Volumes et lignes sont très bien rendus sous cette livrée blanche et bleue aux nouvelles couleurs de la police nationale espagnole.  Ce qui frappe dès le premier regard c’est la présence de buttoirs sur les pare-chocs. Eléments n’existant pas sur les modèles français. L’avant est assez réussi malgré des optiques manquant un tantinet de largeur.

Par contre beaux essuie-glaces noir. Le profil est réussi même si le trait noir ne figure pas à la base du montant central. Les roues sont jolies mais ne comportent pas autant de trous que les vraies. Cela n’enlève rien à l’attrait de ce modèle. L’arrière aussi est réussi avec sa grande baie vitrée (avec essuie-glace et désembuage) et ses feux multicolores. Les monogrammes sont bien présents. L’intérieur, bien que noir, est fidèle avec son volant caractéristique. Le soubassement est peu détaillé et la miniature roule bien. 
 

 
   

Talbot Solara GL (1985 et +)
Ixo – collection espagnole «  Queridos coches anos 80 », n° 26 

 

 

Réduite par Ixo cette Solara ne nous est pas totalement étrangère car nous l’avons récemment découverte dans la collection Simca sous le n° 43 (cf. ma 1.000ème analyse dans le n° 163 du 22 septembre 2008 de CH43). Or il ne s’agit pas du même modèle puisque celle de la collection Simca est un modèle première configuration (1980 et +) alors que celle-ci a fait l’objet du restylage (1984 et +). D’ailleurs cela est visible tant à l’avant qu’à l’arrière de la miniature. Mais revenons au début. Cette nouvelle Solara séduit l’œil par le respect des lignes, volumes et coloris de l’original. Les proportions sont correctes ainsi que la garde au sol. L’avant est agrémenté de beaux essuie-glaces. Bien que le dessin de la calandre soit inversé la tête en bas, il permet de dater la voiture de 1984 et +. Les optiques me semblent trop lisses - de légères stries auraient été les bienvenues – alors que les clignotants ont une teinte correcte et plus claire que sur le modèle français. Comme sur celui-ci le dessin des boucliers avant et arrière ainsi que celui des protections latérales, sont faux.

Par contre, c’est à juste titre qu’ils sont parcourus par un jonc chromé, malheureusement mal positionné. A l’inverse des millésimes antérieurs, les encadrements de vitrage sont bien noirs. Les cartouches indiquant la cylindrée ont bien été remontés. Les roues sont réalistes.. L’arrière est tout aussi réussi avec sa lunette avec désembuage, sa serrure et ses monogrammes. A noter que Talbot a remplacé Simca. Les grands feux lisses sont correctement placés et colorés. Toutefois, une question demeure, à quoi correspondent les excroissances qui figurent sur les boucliers AV et AR ? Pas aux rivets de fixation quand même. L’intérieur, gris souris, mérite que l’on s’y attarde un peu ; toutefois les appuie-têtes arrière ne sont pas d’origine. Jolie planche de bord et volant bien formé. Le soubassement n’est pas détaillé mais la miniature roule bien. Un modèle qui complète agréablement la collection Simca. 

 

 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 16:52

 n° 168

du 27 octobre 2008

   

Edito – Relocalisons nos miniatures

 

J’avais prévu de lancer un défi à nos chers réducteurs que sont Eligor, Ixo, Norev et Solido afin de savoir lequel le relèverait afin de nous proposer une Aronde 1300 Elysée digne de ce nom après celles sorties en leur temps par Norev et Dinky-Toys. Mais l’actualité m’a fait changer mon fusil d’épaule.




  

 A l’heure où l’économie chinoise se met à tousser et où des fabriques de jouets sont menacées de faillite (cf. la presse quotidienne de ce jeudi 23 octobre 2008) ne faudrait-il pas que nos réducteurs nationaux commencent à prendre des dispositions pour relocaliser leurs productions chez nous ? Si crise économique il doit y avoir autant qu’elle nous soit profitable et être l’occasion de redistribuer les cartes d’une autre façon. Que les propriétaires d’Eligor, Norev et autres Solido se posent la question de savoir si leurs intérêts ne seraient pas de retourner au bercail pendant qu’il est encore temps ?

   

 Trois des sorties

 presse de la semaine

ALPINE A110 1800 16 soupapes de 1974

Eligor – collection Alpine et Renault sportives, n° 32
 

Réduite pour Eligor cette Alpine très particulière à plus d’un titre nous restitue d’assez belle façon l’originale dans cette jolie livrée bouton d’or. Lignes, volumes et détails sont au rendez-vous bien, qu’une fois encore, il faille cherche querelle dans les proportions des composantes des roues qui correspondent mal à la réalité. Ceci dit le tour du propriétaire ne relève pas d’oubli particulier dans la prolifération des détails, y compris la présence des rivets de fixation des élargisseurs d’ailes. Les stickers sont bien là, même si certains ont souffert lors de leur pose – au moins sur

 mon exemplaire – aux côtés des anneaux de remorquage et goupilles de fixation. Dommage que l’habitacle soit entièrement noir car on discerne mal son mobilier protégé par l’arceau cage qu’il renferme. Le soubassement est détaillé et la miniature roule bien.



NB - Les photos révèlent que sous l’immatriculation arrière figure également  la mention « SA Prevost – 01480 Chaleins » - Bravo

   
   

RENAULT 4cv Service de 1953
Eligor – collection 4cv, n° 23 

 

Réduite pour Eligor cette 4cv Service reprend un moule que l’on connait déjà et sur lequel je ne reviendrai pas en ce qui concerne les défauts qu’il présente dès le départ. Je me limiterai une fois encore à signaler ce qui ne va pas en ce qui concerne le modèle proposé. S’agissant du modèle Service proposé au cours de l’année 1953 je note qu’il ne devrait pas avoir de trappe d’auvent à la base du pare-brise ni de clignotants latéraux – alors qu’ils sont bel et bien présents, mais non peints. De plus, il ne devrait pas y avoir non plus de vitres

 coulissantes sur les portières arrière. Par contre l’absence de feu rouge à l’arrière droit est correcte. De plus, l’intérieur est archi faux puisqu’il correspond à un modèle « normal » alors qu’il ne devrait y avoir aucun habillage de portière, des sièges spartiates et un volant à trois branches provenant des premières 4cv. Alors qu’il n’y a rien de tout cela. Les roues devraient avoir des pneus plus étroits que sur les autres modèles. Soubassement habituel. La miniature roule bien.
 

 
   

RENAULT 5 LeCar Van (par Heuliez) de 1979

Universal Hobbies – collection Renault, n° 72 
 

Réduit par Universal Hobbies, ce LeCar Van séduit par son réalisme de piège  à bobos du début des années 80. Qui se souvient de « Lui » qui est l’instigateur de ce modèle ? Journal de charme aux articles de fond très sérieux… Toujours est-il que lignes, volumes, détails et décoration auraient pu permettre à cette réduction d’obtenir une appréciation supérieure s’il n’y avait quelques petits couacs. Ils sont peu nombreux mais ils existent quand même. Si le tour du propriétaire ne révèle aucune erreur grossière il y a quelques détails qui clochent. Je ne retiens pas les rétroviseurs extérieurs un peu trop hauts. Par contre, le premier serait l’absence de grille de protection de la conduite d’échappement côté conducteur.

 Puis la présence de la plaque (dont je ne connais pas le nom administratif) au bas de l’aile avant droite propre aux modèles commerciaux ou de sociétés, alors que l’on est en présence de la version aménagée intérieurement. Aménagement d’ailleurs incomplet puisque le doublage de tout le compartiment arrière n’est pas réalisé. Il s’arrête au niveau de la ligne de caisse. Enfin l’antenne de radio n’est pas assez verticale – mais là on peut tenter d’y remédier. Ceci étant il ne faut pas écarter ce modèle qui, grâce à une belle présentation tant externe qu’intérieure, viendra combler un vide dans nombre de collections. Bel intérieur malgré tout, soubassement gravé et roulage possible, complètent le tableau.

   
   
MERCEDES 230 SL de 1963
Ixo - collection Route bleue, n° 20
 

Ce modèle n'étant pas encore paru au moment de la rédaction de numéro ( jeudi 23 octobre 2008) ne fera pas l'objet d'une analyse.

Par contre, les lecteurs intéressés par ce modèle, pourront toujours se reporter au n° 159 de Collec'Hebdo 43 du 25 août dernier où ce modèle a été analysé dans le cadre de la collection Mercedes.

   
   

 Deux  des collections

 presse espagnoles

SEAT 850 Sport spider de 1970

Ixo  - collection  espagnole Nuestros Queridos Coches n° 33
 

Réduit par Ixo ce cabriolet Seat 850 séduit l’œil par le respect des lignes, volumes et coloris de l’original. Ce d’autant qu’il bénéficie d’une belle gravure et d’une finition que l’on n’a pas l’habitude de voir dans une collection presse. Et si l’on tient compte que ce modèle est paru il y a déjà longtemps. Au point que, vu le soubassement travaillé, je me pose des questions sur l’origine réelle de ce modèle. Pourtant l’erreur existant sur la découpe du capot avant se prolongeant jusqu’au pare-brise de part et autre de celui-ci, inciterait à croire qu’il

 s’agit bel et bien d’un produit Ixo. Tout comme les roues – sans leurs enjoliveurs -  trop larges et au diamètre exagéré. Le tour du propriétaire n’appelle pas d’autre remarque avant de plonger le regard dans l’habitacle au mobilier bien détaillé, notamment derrière les deux sièges.. Et là qu’elle finesse dans la décoration de la planche de bord, le volant, mais aussi le pédalier. Ne manquent que les deux pare-soleils au sommet du pare-brise. La voiture roule bien.
 

 
   

SEAT 124 Sport de 1971
Ixo  - collection  espagnole Nuestros Queridos Coches n° 22 

 

Réduit par Ixo ce coupé Seat 124 devrait rappeler quelque chose à nos amis lecteurs car il reprend le moule du coupé Fiat 124 paru dans la collection française des Voitures d’antan, n° 85. Ce coupé 124 Sport de seconde génération est fort bien réussi malgré une robe rouge trop épaisse une fois encore. Il est vrai que ce modèle date déjà de quelques années. Lignes et volumes sont corrects, ainsi que la face avant qui dispose d’une jolie calandre aux optiques à l’entourage optimiste. Le profil très dépouillé de l’original se retrouve facilement ici malgré une gravure illisible à cause de la peinture. Notons malgré cela de très jolies jantes.

 L’arrière, très sobre, est bien présenté malgré des feux arrière métallisés et peints. Ici, pas de lunette arrière dégivrante mais un intérieur très travaillé avec un mobilier bien gravé et des sièges crème. Sans oublier la belle finition de la planche de bord, du volant, du pédalier et de la console centrale. Les versions françaises ne bénéficient pas d’un tel raffinement malgré un prix de vente plus élevé. Le soubassement est peu détaillé. Les roues sont trop larges et la miniature roule bien.

 

 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 16:07

 n° 167

du 20 octobre 2008

   

Billet d’humeur 

 

Fut un temps, il y avait à l’entrée de l’automne des campagnes d’éclairage où les forces de police procédait à la vérification  et au réglage des phares et codes et en profitaient pour regarder l’état des pneumatiques.  Ce temps est bien révolu de nos jours. Mais ne serait-il pas le moment pour le rétablir pour nos chères miniatures. Non pour s’occuper de leur éclairage puisque celui-ci est encore absent. (1) Mais pour vérifier la taille des roues dont elles sont équipées. 

Maintenant que nos chers réducteurs nous proposent des carrosseries de plus en plus fidèles et précises, c’est – à l’inverse – aussi le moment où nous remarquons – pour le déplorer – que de plus en plus de modèles proposés sont desservis par des ensembles jantes – pneumatiques disproportionnés. Soit ces derniers sont trop larges et/ou trop épais, soit ce sont les jantes qui n’ont pas le bon diamètre. Voire encore les deux combinés. 

 
Et il ne faut pas oublier que les voitures des décennies passées n’avaient pas de roues aussi larges que celles d’aujourd’hui. Regardez de face ou de dos une 2cv, une 104, voire une 35 et vous constaterez que la largeur de leurs pneumatiques était telle qu’il faudrait presque en placer deux ou trois côte à côte pour avoir la largeur de nos pneumatiques actuels. 

.....

(1) J’ai pourtant souvenir d’une certaine Subaru Impreza radio commandée au 1/43ème qui avait un éclairage entièrement fonctionnel 

 Pourtant, me semble-t-il la production automobile s’appuie sur des standards en la matière et une jante de 13 pouces chez un constructeur correspond bien à la même chez un autre lorsque leur largeur est commune. N’est-il donc pas possible d’avoir une telle standardisation en matière de miniatures, pour nous éviter de voir des loupés comme celui de l’Alpine A108 coupé 2+2 (n° 52 de la collection Renault) affublée de roues vraiment trop grandes et que l’on retrouve aujourd’hui dans le commerce traditionnel – sous le label Nostalgie - proposée avec la même monte démesurée. Ou encore celui de l’Alpine A220 aux pneumatiques de section trop grosse. Voire de la Chrysler 2 litres dont il est question plus loin dans ce numéro aux jantes surdimensionnées.

De grâce, Messieurs les réducteurs, portez aussi votre attention sur ce point particulier qui attire de plus en plus notre attention maintenant que le reste de la miniature est devenu réaliste. Surtout depuis que vous nous proposez des soubassements travaillés mais qui ne seront que rarement regardés puisque la majorité du temps la miniature trône sur son socle dans une vitrine.

 D’avance merci au nom des amateurs de nos chères miniatures au 1/43ème.



   

   

Deux des sorties 

presse de la semaine 

SIMCA (Chrysler) 2 Litres de 1974
Ixo – collection SIMCA, n° 45

 

Réduite par Ixo, cette 2 litres n’est pas une totale inconnue pour nous puisqu’elle reprend les lignes et volumes de la 160 de la collection des voitures d’antan (n° 51). Lignes, volumes et coloris sont une fois encore bien restitués et ce modèle ne souffre que d’erreurs de détails. A commencer à l’avant par la présence des ensembles veilleuses-clignotants orangés au lieu des translucides. Il est vrai, à la défense d’Ixo, que certains clichés d’époque la montre avec de tels ensembles orangés mais il s’agit certainement de modèles de présérie. Latéralement,  où les montants centraux sont peints, et non chromés, mais aussi où des jantes au dessin réaliste mais trop brillantes sont de trop grand diamètre. A l’arrière aussi où l’erreur concerne la concomitance des monogrammes Simca et Chrysler sur le coffre.

Qu’en était-il réellement ? Lors de son lancement en 1974 la 2 Litres arborait, côté gauche, un monogramme avec la mention « Automatique » et à droite le monogramme « Chrysler 2 litres ». Ce n’est qu’en septembre 1977, pour relancer le modèle, que le monogramme « Simca » apparut à gauche alors que celui de « Chrysler » disparaissait à droite. Donc, les deux n’auraient jamais cohabité à l’arrière. L’intérieur est séduisant dans son coloris tabac et de bonne facture. Le soubassement n’est pas détaillé mais la miniature roule bien. 



   

 
   

SIMCA Cargo 4x4 de 1956

Ixo – collection Camionnettes d’antan, n° 92 
 

Réduit par Ixo, ce Cargo 4x4 est quasi identique à celui que les abonnés à la collection Simca ont reçu en cadeau. Donc, lignes et volumes très soignés malgré une robe au coloris non conforme pour un véhicule se revendiquant de l’Office national des forêts. A part cela sa gravure est de bonne qualité et rien ne manque dans les détails reproduits sauf… sauf le blason aux armes de Poissy au-dessus de l’absence de calandre. Même si sur les versions militaires il n’était pas en couleurs mais peint comme le reste de la carrosserie. 

 Tout comme d’ailleurs les deux avertisseurs sonores qui sont chromés sur la miniature. Toutefois la finition est moins poussée que sur le cadeau de la collection Simca puisque les sangles de fixation de la bâche et la planche de bord ne sont pas mises en valeur par une teinte différente. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.  A quand une version civile d'un "vrai" Cargo ?

 

 
   

 Deux du commerce

traditionnel 

DACIA Logan pick-up de 2008
Eligor – réf. 77 11 424 996

 

Réduit pour Eligor ce pick-up Logan paraît banal à première vue au regard de son mode moderne de réalisation. Au point que si ses lignes, volumes et coloris s’avèrent fidèles, on trouve cela tout à fait normal, voire banal de nos jours. Et pourtant, à le regarder de plus près l’on découvre une foultitude de petits détails qui en font tout le charme. Si charme il y a dans ses formes basiques. Disons plutôt, l’intérêt. Passons rapidement sur l’avant, la cabine pour nous attarder sur l’arrière de ce pick-up. Déjà la décoration originale de l’abattant et les deux immenses blocs formant les feux arrière attirent l’attention.

 Attention soutenue par les deux marchepieds de part et d’autre de l’emplacement de l’immatriculation. Hissons nous sur l’un d’eux et plongeons le regard sur le plateau. Déjà son pourtour soigné entraîne le regard vers la lunette arrière protégée et surmontée du 3ème feu stop, alors que la cloison de la cabine est incurvée pour libérer plus de place au plateau nervuré et au passages de roues travaillés. Le soubassement est gravé notamment au niveau du train avant et reçoit une ligne d’échappement alu. La miniature roule bien.
 

 
   

RENAULT Sandero de 2008

Eligor – réf. 77 11 424 991
 

 Réduite pour Eligor cette Sandero arbore la présentation Renault destinée à certains pays étrangers comme la Russie ou le Brésil. Ceci étant lignes, volumes et coloris sont fidèles. Les rares pièces rapportées sont de bonne facture comme la calandre ou les optiques avant. Les roues sont dotées de pneus d’un fort beau gabarit alors que les répétiteurs de clignotants ne sont que gravés. Par contre l’arrière accueille une lunette dotée d’une grille de désembuage fort peu discrète.

 Par contre le monogramme Renault et le losange sont en « vrai chrome rapporté » alors que la sortie d’échappement n’est pas creusée mais que les feux sont correctement travaillés. L’intérieur noir recèle des sièges au dessin noir et blanc assez original. Le soubassement est gravé notamment au niveau du train avant et reçoit une ligne d’échappement alu. La miniature roule bien.

 

 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 14:37
 

 n° 166
du 13 octobre 2008

   

 Trois des sorties

presse de la semaine 

ALPINE A220 aux 1.000 km de Paris 1968
Eligor – collection Alpine et Renault sportives, n° 31
 

 

 Réduite par Eligor, cette A220 me surprend par son volume généreux. Surtout lorsqu’elle est placée à côté d’une cousine signée Solido. Ceci dit je m’interroge aussi sur le respect de ses lignes, notamment au niveau des ailes avant à la courbure très – trop – prononcée et au non recouvrement du haut des roues. Roues chaussées de pneus trop larges pour l’époque et trop épais aussi. Voila pour l’aspect général. Ça ma change des commentaires habituels. Passons aux détails.

 Je ne ferai que signaler le nombre approximatif des performations du volet arrière pour m’attarder sur l’autocollant du pavillon. Outre le fait qu’il n’aille pas du sommet du pare-brise à celui de la lunette arrière, pourquoi l’avoir bordé de blanc et avoir inversé le sens d’apposition du losange Renault ? L’habitacle noir montre peu de choses. Son soubassement est lisse mais la miniature roule bien.
 

 
   

RENAULT 4cv accessoirisée par la SAPRAR de 1949
Eligor – collection 4cv, n° 22

 

La 4cv réduite par Eligor n’est en fait qu’une R 1060 de 1949 accessoirisée à outrance, bien qu’il eut été possible d’en rajouter encore un peu notamment à l’intérieur, mais cela n’aurait pas été très visible. C’était déjà le bling-bling bien avant l’heure. Ceci écrit, nous retrouvons une fois de plus le moule de la première génération de 4cv avec ses défauts auxquels il sera possible d’ajouter le manque de finesse des « chromes » courant sur la carrosserie et au tracé

 aléatoire au niveau des ailes avant. Et que penser des optiques additionnelles tout métal placées entre les deux avertisseurs sonores ? Pour sa part, l’intérieur semble avoir échappé à ce traitement d’opérette et comme d’habitude le soubassement est très détaillé et la miniature roule bien. Pour les amateurs de la chose.

 

 
   

RENAULT R3 de 1962

Eligor – collection Mythique R4, n° 10 
 

Réduite par Universal Hobbies, cette R3 nous est proposée dans sa version de série, à l’inverse de celle de Norev qui s’avère être un modèle de présérie reconnaissable à l’absence de bossage central sur le capot moteur et par la position très basse du remplissage d’essence sur l’aile arrière droite.  Ceci étant, l’impression générale dégagée par cette reproduction n’est pas franche, en raison du dessin approximatif des surfaces vitrées. Trop arrondi pour le haut du pare-brise et trop rectiligne ailleurs. Bref, y a comme un défaut ! (merci M. Fernand Raynaud). Mais à l’inverse les essuie-glaces sont à peu près correctement implantés et arrêtés. A l’actif de ce modèle la petite excroissance sur le pare-chocs avant où il ne manque que l’encoche pour passer la manivelle.

 Kesako, une manivelle ? Cela permettait de lancer le moteur à la main lorsque, par exemple, la batterie était à plat. L’implantation transversale du moteur a entraîné la disparition de la manivelle. Belles poignées de portières rapportées et feux arrière très travaillés. L’intérieur aux banquettes orange et structure métallique apparente a bien les contreportes nues. Par contre, si la planche de bord paraît correcte avec son rétroviseur ovoïde et le volant trois branches, lesdites banquettes semblent trop cossues pour répondre à celles de vraies imitant celles des 2cv. Le soubassement est peu détaillé mais comporte la ligne d’échappement sortant devant la roue arrière gauche.
 

 
   
   

 Une du commerce

traditionnel 

SIMCA 1100 LX de 1975
Label43 – réf. M54

 

 Réduite de manière artisanale par Label 43 cette 1100 LX reproduit d’assez belle façon cette version 3 portes de la célèbre Simca 1100. Une fois encore, si ce réducteur a su reproduire lignes et volumes c’est dans la finition qu’il pèche encore. En effet, il faut bien reconnaître qu’il faut, une fois encore, savourer ce modèle d’assez loin.  En effet, si la gravure est correcte la décoration, notamment au niveau du rendu des chromes, manque de finesse.  Les roues sont honnêtes et la calandre correctement partagée entre chrome et peinture noire.

 Dommage que la décoration soit un peu trop claire à mon goût. Les cartouches sont bien présents à l’avant gauche et à l’arrière droit et, suprême détail, l’autocollant à la base de la lunette arrière n’a pas été oublié. Les feux arrière sont corrects.  L’habitacle est assez bien reproduit mais la planche de bord n’a pas la teinte marron et son mobilier orange est correct mais les contreportes sont lisses.  Le soubassement n’est pas détaillé et la miniature ne roule pas.
 

 

 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 14:04
 

n° 166 -

page 2

Spécial

BMW

 

 

BMW LS Limousine Luxus de 1962
Minichamps – coffret BMW réf. 80 42 0 153 662

 

 Réduite par Minichamps cette LS à empattement allongé séduit par le respect de ces lignes droites et ses volumes anguleux reflétant très correctement la vraie. Ce, d’autant plus, que sa robe est crème caramel est très germanique. Et ce qui ne gâte rien, elle bénéficie d’une gravure très fine. Enfin les pièces rapportées, « chromées »

pour certaines, contribuent à la réussite de cette réduction où rien ne paraît manquer après le tour du propriétaire. Feux, logos et monogrammes sont là et bien rendus. L’habitacle, au mobilier de petite taille, est lui aussi bien reproduit. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien. 

 
   

BMW 1600 Touring de 1971
Minichamps – coffret BMW réf. 80 42 0 145 821

 

 

 Cette 1600 Touring séduit à son tour par le grand respect de ses lignes, volumes et coloris. D’autant que sa gravure est fine et réaliste. Et pour couronner l’ensemble les différentes pièces rapportées dont de très nombreuses « chromées »  contribuent à l’aspect général très soigné du modèle reproduit. Il est vrai que j’ai un faible pour cette voiture bien que je lui préférasse la berline 1500. Le tour du propriétaire ne fait apparaître aucun oubli sur l’extérieur car même les monogrammes sont bien présents sur la jupe arrière, bien que peu

visibles. Notez la position de l’antenne de la radio, inclinée le long du montant gauche du pare-brise et la découpe originale des feux arrière. L’intérieur est correctement reproduit et bénéficie de quelques joncs « chromés » au milieu de sa sellerie entièrement noire. Et si vous retournez la voiture vous pourrez voir le tracé insolite de la ligne d’échappement, en diagonale, ce qui est très rare. La miniature roule bien.  
 

 
   

BMW M635 CSi de 1983
Minichamps – coffret BMW duo réf. 80 42 0 393 306 

 

 Réduite par Minichamps, cette M635CSi nous laisse un peu sur notre fin après avoir analysé les deux autres BMW traitées ci-dessus. En effet, si les lignes, volumes et coloris sont fidèles à l’original, c’est la finition qui pêche beaucoup sur cette réplique. Cela est dû principalement à l’absence de chrome pour l’entourage du pare-brise et des autres vitrages. Pourtant, les autres sont bien présents autour de la calandre, elle-même de bonne facture, tout comme les essuie-

 glaces ou les rétroviseurs latéraux chromés. Le dessin des roues est réussi. A l’inverse, la gravure est assez grossière. Si l’arrière bénéficie de jolis feux bien coloré et d’une double sortie d’échappement chromée, il ne reçoit aucun monogramme. L’intérieur accueille un mobilier entièrement noir et hyper réaliste au niveau de la planche de bord et de la console centrale. Le soubassement est sculpté et la miniaturé roule bien.

 
   

BMW Série 6 - 645Ci de 2004

Kyosho – coffret BMW duo réf. 80 42 0 393 306
 

 Réduit par Kyosho ce coupé Ci ne me suit pas du tout. La raison n’est pas à rechercher dans les lignes de l’original ou ses volumes qui sont tous bien rendus, mais dans la robe noire qui est soit trop épaisse, soit dont les plis ne sont pas assez finement reproduits. Toujours est-il que la gravure manque énormément de finesse. Pourtant le reste des composantes rien ne parait manqué lors du tour du propriétaire, si ce n’est le monogramme pouvant figurer à l’arrière. Les jantes à rayon laissent voir les disques de freins tournant dans leurs étriers fixes. L’intérieur lie de vin et gris foncé tente de restituer

 l’aspect cossu du vrai. Le soubassement est bien détaillé au niveau du train arrière et des deux lignes d’échappement. La miniature roule bien. Et pour une fois, je terminerai cette analyse sur un point rarement évoqué – et pour cause – sur ce blog : la reproduction du moteur. Une des particularités de ce réducteur. Il suffit de soulever le capot articulé pour découvrir une reproduction en quasi 3D du bloc mécanique et de son environnement.

 

 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 14:59

 n° 165

du 06 octobre 2008

   

 Deux nouvelles

 collections démarrent

A l’heure où ce numéro est mis en page, la collection consacrée au Citroën H que les Editions Hachette viennent de lancer dans les départements du Nord de la France n’est pas encore disponible ici alors qu’une pluie d’affichettes fleurie sur les présentoirs des marchands de journaux. J’en parlerai donc la semaine prochaine. Toutefois, j’ai déjà  présenté et analysé les quatre premiers numéros de cette collection à l’occasion du test qui a eu lieu en début d’année. Pour ceux qui voudrait connaître mon avis sans attendre, ils peuvent toujours se reporter aux n°  128 (du 21 janvier 2008)  et suivants de Collec’Hebdo 43. 

 D’un autre côté, les Editions Atlas lancent par abonnement une réédition de certains modèles Dinky-Toys réalisés par Norev sous licence Mattel. La qualité du premier modèle est telle que je n’irai pas au-delà, me contentant des modèles originaux que j’ai sauvegardés et qui arborent les stigmates de leur vécu. L’éventuelle nostalgie que les collectionneurs de ma génération peuvent avoir vis-à-vis de ces miniatures ne peut se satisfaire que de la recherche d’un original manquant. Peut-être qu’un jour je me déciderai à vous en présenter quelques uns, les moins abimés.

   

Communiqué (ajouté le 04 octobre 2008)

 

"Les éditions Hachette ayant décidé de ne diffuser sa collection dédiée au Citroën H que dans le Nord de la France et l'Ain s'en trouvant momentanément écarté, Collec'Hebdo 43 ne publira aucune analyse des modèles de cette collection, tant que celle-ci ne sera pas disponible chez le pressier (1) de Trebor.
 
Veuillez l'excuser de cette situation ubuesque à laquelle il est étranger."

  (1) Néologisme dont je revendique la paternité. Tout comme il y a la plâtrier qui travaille le plâtre ou le charcutier la charcuterie pourquoi n'y aurait-il pas le pressier chargé de vendre la presse ? D'autant que ce mot est disponible pour le moment.





 
   

 Cinq des sorties

presse de la semaine 

LAND-ROVER Série III bachée
Universal Hobbies – collection James Bond, n° 45 

 

Réduite par Universal Hobbies cette série III s’avère des plus honnêtes une fois débarrassée de l’ado accroché à l’arrière. Je sais c’est censé être Timothy Dalton, mais alors petit. Ceci écrit nous nous trouvons en face d’un modèle à l’allure très réussie. Pour une fois Universal Hobbies ne semble pas être parti d’une page blanche puisque la caisse n’est autre que celle que l’on retrouve notamment sur la version Station Wagon série III produite par UH sous la référence 1530.

Belle et fine gravure d’une robe kaki arborant à l’avant de menues
 pièces en plastique coloré pour les différents feux, seulement peints à l’arrière. Sobre mais très détaillé est l’ensemble de ce pick-up. Seul le poste de pilotage – à conduite à droite diffère, tout comme le pavillon tôlé remplacé ici par une bâche que je devine facilement amovible. Par contre le soubassement reçoit une gravure simplifiée sans les lames des ressors longitudinaux. Conducteur et chargement de caisses sont restés à bord. La miniature roule bien. 
 
   
   

MERCEDES SLK350 roadster de 2005

Ixo – collection Mercedes, n° 30 
 

Réduit par Ixo, ce roadster SLK350 nous est proposé en version découvert, sans aucun mécanisme fonctionnel pour le transformer en coupé fermé. Dommage !  Les volumes sont corrects mais cette livrée bleu foncé métallisé ne met pas ses lignes en valeur. C’est peut être un bien car je formulerais deux remarques en ce qui concerne la gravure. A l’avant les deux éléments inférieurs de la calandre ne sont pas assez creusés dans leur angle extérieur inférieur. Ils devraient avoir une forme générale plus rectangulaire que triangulaire.

 L’autre concerne le pli de caisse qui court sur les flancs. Il démarre trop haut au niveau des passages de roues avant. Ce qui fait que sa trajectoire n’est pas aussi prononcée et courbe que sur la vraie. A cela j’ajouterai une scie au niveau des disques de frein visibles mais une fois encore dépourvus d’étriers. Par contre l’arrière bénéficie de feux correctement colorés et de deux sorties d’échappement « chromées ». L’habitacle noir est bien détaillé avec quelques touches de peinture argentée. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien. 

   
   

PEUGEOT 403
Ixo – collection la Route bleue, n° 19  (abonnement) 

 

Réduite par Ixo cette 403 nous est familière pour nous avoir déjà été proposée dans la collection des Voitures d’antan (n° 39), ou coiffée d’une cocotte Seb dans la collection des Camionnettes d’antan (n° 52). Cette fois-ci, nous nous trouvons en présence d’un modèle plus récent car les flèches de direction ont été abandonnées au profit de clignotants, très visibles à l’avant. Rappel pour l’arrière, l’unique ampoule assure les fonctions : feu, stop et clignotant.  Si les volumes sont corrects l’aspect général de cette 403 ne convainc que sous certains angles ; sous d’autres on se croirait en présence d’une Mercedes 180. Ceci est du à une gravure imprécise, notamment dans

 le dessin du pli de tôle qui court sous la ligne de caisse. Pli non souligné par le fin jonc chromé de la vraie, qui manque cruellement sur cette réduction ? Et que penser de cette robe de noir mat. On serait tenté de la frotter pour espérer la faire briller. Heureusement que l’intérêt de ce modèle se trouve dans les accessoires qu’elle possède. Le fameux Trafipax, la première des bêtes noires de ceux qui roulent vite. Lecteur de vitesse, flash et appareils photos sont bien présents hors et dans la voiture. Un modèle pour diorama sans plus. 


 

 
   

RENAULT Safrane Biturbo de 1993

Universal Hobbies – collection Renault, n° 71  
 

Réduite par Universal Hobbies cette Safrane s’avère réussie alors que les photos publiées sur FA pouvaient laisser craindre le pire. Aussi, lignes, volumes et coloris sont bien au rendez-vous et nous présentent une belle réplique de la vraie. Ce d’autant qu’elle bénéficie d’une gravure fine et juste. Le tour du propriétaire ne révèle pas de quoi la critiquer, même si les disques des freins que l’on aperçoit à travers les rayons des jantes sont dépourvus d’étrier.

 De même l’intérieur gris accueille un mobilier à la sculpture de bon aloi, avec même une console centrale avec faux bois. Et la casquette horizontale du vaste tableau de bord est bien en place. Le soubassement – au dessin particulier – rappelle que ce modèle disposait de quatre roues motrices. La miniature roule bien. 


 

   
   

SIMCA 5 Fourgonnette de 1937
Ixo – collection Simca , n° 44 

Attention
Photos d'un modèle de présérie 

Réduite par Ixo, cette Simca 5 fourgonnette n’est plus une inconnue pour nous puisque nous l’avons déjà vue à deux reprises. D’abord dans la collection Michelin (n° 8) puis avec une décoration d’opérette dans la collection des Camionnettes d’antan (n° 60). Si l’on retrouve le même moule et donc les mêmes défauts ou manques sur lesquels je ne reviendrai pas (1), je m’attarderais toutefois sur plusieurs détails. Et tout d’abord sur la calandre aux phanons noir qui participent à la rendre plus réalistes, tout comme les phares jaunes. Ou son unique feu rouge enfin peint. Sans parler de sa décoration.

(1) Cf. n° 37 et 99 de CH43

 A l’inverse je suis surpris de la monte de pneus plus larges – et donc moins réalistes – que sur les versions précédentes. A l’intérieur, le petit mobilier gris foncé comporte toujours une banquette alors que la vraie ne possédait que deux petits sièges. Ce n’est pourtant pas faute de l’avoir déjà signalé. Le soubassement est peu détaillé et la miniature roule bien.

 

NB – Le modèle photographié est un modèle de présérie. La version définitive comporte un lettrage jaune au-dessus du pare-brise et sur les côtés.

 

   
   

 Une du commerce

traditionnel

ALFA ROMEO Mito de 2008
Mondo Motors – réf. 531103

 

 Réduite pour Mondo motors cette Mito aux, lignes, volumes et coloris fidèles, surprend par son avant en forme de museau de gros rongeur. A croire qu’elle va ronger la route.  Vu le prix de cette miniature il ne faut pas s’attendre à une finition soignée. Ainsi si l’habitacle est équipé d’un mobilier entièrement noir et ne possède pas d’habillage des contreportes ou si les rétroviseurs extérieurs sont dépourvus de « miroirs », le reste de la voiture est bien reproduit. Notamment, les roues ou les optiques avant.  Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.

 
   
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 16:21

 n° 164

page spéciale

   

 Spécial petits

utilitaires P.S.A.
   

CITROËN Berlingo II de 2008

Norev – réf. 155715 (Boîtage Citroën AMC018897) 
 

Réduit par Norev le Berlingo II nous est proposé dans sa finition haut de gamme dite Multispace qui se caractérise extérieurement par un pavillon partiellement vitré et arborant des barres de toit et une présentation monocolore.  Lignes volumes et coloris sont au rendez-vous. L’avant est assez réaliste avec ses larges chevrons chromés qui se prolongent vers les optiques. C’est la seule pièce rapportée chromée. Les autres sont en plastique noir ou couleur caisse. Les jantes ajourées laissent deviner les disques de frein avec leurs étriers.

 Les différents monogrammes sont présents et les feux arrière correctement colorés. L’intérieur a bénéficié d’un soin particulier car outre le mobilier et la planche de bord bien gravés et colorés l’aménagement du pavillon n’a pas été oublié mais souffre de la présence – très peu discrète – du système d’assemblage des pièdes le composant. Un coup de pinceau s’impose. Le soubassement est gravé sommairement mais la miniature roule bien.
 

 
   

CITROËN Nemo de 2008

Norev – réf. 155790
 

Réduit en version fourgonnette tôlée, le CITROËN Nemo nous restitue correctement les lignes, volumes et coloris de l’original. Ce d’autant que le dessin de ses roues correspond bien à la version proposée. Notons toujours que ce modèle est dépourvu de toute pièce rapportée « chromée » car les gros chevrons posés sur le capot moteur ne sont que peints ! Très fins essuie-glaces et rares pièces rapportées en plastique noir habillent cette voiture où les monogrammes sont

 présents. Les feux arrière sont correctement colorés bien que le troisième feu stop soit noyé dans la couleur de la carrosserie. L’intérieur bénéficie d’un mobilier correctement moulé à l’exception des contreportes à la gravure simplifiée. Notez la présence d’une cloison intérieure – trop en arrière - qui limite grandement le volume utile réellement disponible. Le soubassement est gravé sommairement mais la miniature roule bien.

 
   

PEUGEOT Bipper de 2008

Norev – réf. 479835
 

Présenté en version PLC ce Bipper réduit par Norev se reconnait à la présence d’une portière coulissante côté droit,  d’optiques additionnelles profondément enfoncées en haut du bouclier avant et à celle d’enjoliveurs de roues spécifiques. Ceci écrit, l’ensemble est fort soigné dans une livrée gris métallisé qui habille correctement des lignes et volumes très réalistes.  A noter que le vaste logo qui orne le capot est une pièce rapportée « chromée » alors que toutes les autres sont en plastique noir. Les feux sont correctement reproduits et les

 monogrammes présents à l’arrière, bien que très peu visibles en raison du coloris de la caisse. L’intérieur bénéficie d’un mobilier correctement moulé à l’exception des contreportes à la gravure simplifiée. Notez la présence d’une cloison intérieure – trop en arrière - qui limite grandement le volume utile réellement disponible. Le soubassement est gravé sommairement mais la miniature roule bien.

N-B : Les photos datent du moment de son achat en mars 2008

   
   

PEUGEOT Bipper Tepee de 2008

Norev – réf. 479836 – 08LECO902 
 

Réduite par Norev cette version Tepee du Bipper surprend par la couleur vert acide métallisé de sa robe et son museau proéminent. C’est ici que se situe l’allongement de la longueur de ce modèle. Il convient de signaler avant d’aller plus avant que,  si les lignes et volumes sont toujours aussi réalistes que sur les autres versions, le fait d’avoir conserver les roues du Bipper PLC ne correspond pas au dessin des enjoliveurs présents sur les premiers modèles de présentation. Notez que les optiques additionnelles sont placées tout

 en bas du bouclier sur cette version et que sur ce modèle les essuie-glaces sont extra fins.  Le vaste logo qui orne le capot est une pièce rapportée « chromée » alors que toutes les autres sont en plastique noir. Les feux sont correctement reproduits et les monogrammes présents à l’arrière. L’intérieur bénéficie d’un mobilier coloré mais toujours d’un traitement simplifié des contreportes. Le soubassement est gravé sommairement mais la miniature roule bien.
 

   
   

PEUGEOT Partner II de 2008
Norev – réf. 479826

 

Ce Partner II, en version fourgonnette tôlée, réduit par Norev nous restitue de belle façon les lignes, volumes et coloris de l’original. Toutefois le dessin des roues ne semblent pas correspondre à celui des jantes – plus simple – des modèles de présentation. Les optiques additionnelles sont placées – ici aussi - tout en bas du bouclier.  Le vaste logo qui orne le capot est une pièce rapportée « chromée » alors que toutes les autres sont en plastique noir. Les feux sont

 correctement reproduits et les monogrammes présents à l’arrière mais placés un poil trop haut. L’intérieur bénéficie d’un mobilier coloré mais toujours d’un traitement simplifié des contreportes. A noter qu’il s’agit du mobilier optionnel Multi-Flex offrant trois places de front. Le soubassement est gravé sommairement mais la miniature roule bien.

 

 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Commerce traditionnel