Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 15:17

n° 145
du 19 mai 2008
 

   

Edito

L’actualité de la semaine en sorties presse ayant été on ne peut plus perturbée, l’analyse des modèles sélectionnés sera reportée à la semaine prochaine. Si je les trouve ! Je vais donc profiter de ce blanc pour vous présenter quelques modèles achetés en boutique ces derniers temps et répondre à une question qui revient assez souvent. Comment je me procure mes décors ? 

Au début j’utilisais des façades toutes faites, achetées dans le commerce puis dans des brocantes. Aujourd’hui, le plus souvent je les réalise moi-même. Et pour cela il me faut beaucoup de patience et de chance. Chance parce que ce que je recherche n’est pas toujours à portée de main  et de la patience parce que je profite de mes sorties pour me procurer la matière première. Matière première qui consiste en la photographie de façades.

 Mais ces façades sont rarement utilisées telles que trouvées. Le plus souvent elles sont retravaillées pour ne pas être trop reconnaissables et subissent des rapprochements pour faire une rue par exemple ou une place.  Des fois des détails sont effacés, d’autres sont rajoutés.

Quant à l’éclairage, rares sont les photos prises au flash. Je préfère travailler à la lumière naturelle du jour et en extérieur (faute de place à l’intérieur). Par contre pour les rares photos d’intérieur comme celles qui se trouvent sur fcfretrovision j’utilise les moyens du bord. Plus c’est tordu meilleur est le résultat. Par exemple mes Québécoises étaient éclairées par une simple lampe torche suspendue au dessus et aux piles quasi mortes donnant un éclairage très jaune alors que la pièce était dans le noir.

 

   
   Cinq du commerce traditionnel 

  Pour moins de 15 euros   

 

SAAB 9-5 Sedan phase 2
Hongwell Toys pour Oliex /Cararama – réf. 143026

 

Réduite par Hongwell cette 9-5 séduit par le respect de ses lignes, volumes et coloris tout en bénéficiant d’une finition très correcte, vu son prix de vente.  En effet, la peinture métallisée bénéfice d’un grain très fin qui met en valeur la belle gravure des détails de la carrosserie. Pas d’observations particulières à formuler sur l’aspect extérieur très complet. C’est une nouvelle fois l’intérieur qui va retenir notre attention car il est fort bien restitué.

 Un nouveau pas semble avoir été franchi par les réducteurs car nous trouvons dans cette 9-5, outre un mobilier bien dessiné et complet, la reproduction des ceintures de sécurité, de manière encore rudimentaire, certes, mais effective. De plus, le soubassement est gravé, ce qui ne gâche rien, bien au contraire ; la miniature roule bien.  

   
   

SAAB 9-5 Estate phase 2
Hongwell Toys pour Oliex /Cararama – réf. 143026

 

 Réduite par Hongwell cette 9-5 Estate pourrait séduire par le respect de ses lignes, volumes mais est desservie par une robe noire qui dissimule une finition très correcte, vu son prix de vente.  En effet, cette robe noire ne met pas du tout en valeur la belle gravure des détails de la carrosserie. C’est donc l’intérieur qui va retenir notre attention car il est à mes yeux encore mieux réussi que celui de la version Sedan.

 En effet si la gravure semble identique au moins pour toute la partie passagers, le mobilier bénéficie de plusieurs coloris tout en proposant la même richesse de détails, y compris les fameuses ceintures de sécurité que l’on retrouve ici aussi. De plus, le soubassement est gravé, ce qui ne gâche rien, bien au contraire ; la miniature roule bien.

 

   
   

  Pour moins de 30 euros     

 

RENAULT Twingo II Dymanique de 2007
Anonyme – réf. Boutiques Renault 77 11 421 886

 

Réduite pour le compte de Renault, cette nouvelle Twingo nous est proposée selon les critères actuels de la miniaturisation. C'est-à-dire d’une manière très fidèle mais anonyme et froide.  Ainsi, lignes, volumes et coloris respectent la réalité sans aucune âme. L’ensemble est pourtant fort soigné et les détails reproduits fort nombreux et réalistes. Mais il se dégage une grande banalité dans la réalisation. Cependant il existe extérieurement un point qu’il convient de signaler.  

 Le mauvais ajustement des vitres de custode qui laisse un jour, heureusement seulement visible de ¾  arrière. De nos jours c’est dans le traitement de l’habitacle que la différence se fait. Et ici nous avons une finition d’un niveau fort honnête puisqu’outre le mobilier et la planche de bord, ce sont les différents leviers et autres appendices qui méritent qu’on les découvre, y compris le pédalier.  Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.

   
   

RENAULT Twingo II GT de 2007
Anonyme – réf. Boutiques Renault 77 11 421 887

 

Réduite pour le compte de Renault, cette version GT nous est proposée elle aussi selon les critères actuels de la miniaturisation. C'est-à-dire d’une manière très fidèle mais anonyme et froide.  Ainsi, lignes, volumes et coloris respectent la réalité sans aucune âme. L’ensemble est pourtant fort soigné et les détails reproduits fort nombreux et réalistes. Pourtant sa finition met en évidence certaines différences comme les enjoliveurs des optiques additionnelles, les coques alu des rétroviseurs latéraux, la présence d’un béquet arrière, de jantes spécifiques et d’une sortie d’échappement plus grande. 

 Bien que proposée au même prix que la version Dynamique, cette version GT jouit d’un intérieur tout aussi détaillé mais mieux mis en valeur par les coloris retenus. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.





   
   

  Pour moins de 45 euros     

 

MERCEDES Classe C (W204)  Elegance de 2007
Schuco – réf. 04922

 

Réduite par Schuco cette Classe C Elegance porte bien son nom car, si comme la plupart des miniatures d’aujourd’hui il est difficile d’en reconnaître la provenance, il faut bien avouer que celle-ci m’a tout de suite séduit lorsque je l’ai vue.  Pourtant sa réalisation répond aux critères d’aujourd’hui, d’une grande banalité. Mais elle jouit d’une finition remarquable, qui justifie – en partie seulement – que j’ai franchi le seuil des 30 euros pour ce modèle. En effet, lignes, volumes, coloris et détails sont très finement reproduits. Alors que l’examen de l’extérieur révèle les principaux standards de la réduction et bénéficie de rares chromes très fins et que l’arrière se montre très pudique sur le modèle proposé, c’est le traitement de l’habitacle qui justifiera à lui seul la note finale de ce modèle. Note jamais attribuée jusqu’ici et qui fera peut-être bondir certains. Mais quand on aime, on ne compte pas.   

 Donc, entrons dans ce véhicule et admirons son mobilier et sa décoration. De la planche de bord à la plage arrière, tout paraît être à sa place et correctement reproduit. Y compris les ceintures de sécurité qui courent sur les montants centraux ou le dossier de la banquette arrière. Mais ce n’est pas tout. Levons la tête et qu’apercevons-nous, de part et d’autre du toit ouvrant fumé ? Un ciel de toit du plus bel effet. Et si nous regardons sous la voiture ? Un soubassement bien dessiné avec un fort joli train arrière. Et en plus la miniature roule bien.  Alors …



   
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 14:36

 

n° 144
du 12 mai 2008
 

   
 Quatre des sorties presse de la semaine  
   

ALPINE GT4 de 1963
Eligor – collection Alpine et Renault sportives, n° 20

 

Siglée Eligor cette réduction du coupé Alpine GT4  surprend l’œil par son coloris violine peu flatteur. Pourtant lignes et volumes sont fidèles et correctement restitués. Les galbes sont au rendez-vous ainsi que les rares chromes l’habillant. L’avant accueille de jolies bulles qui enferment des optiques sans ampoules jaunes et arbore le monogramme Alpine au-dessus du pare-chocs. Le profil met en évidence la ligne adoucie de la GT4 par rapport au coupé 2+2. Il reçoit de jolies rues et arbore sur le flanc droit le logo de Chappe et Gessalin carrossiers.  

 L’arrière est agréable à regarder avec ses deux grilles surplombant le monogramme Alpine et les deux blocs des feux arrière provenant de la R8. de plus la sortie d’échappement donne l’illusion d’être rouillée. L’intérieur noir montre l’exigüité des places arrière. Mais belle planche de bord avec volant bois et leviers peints.  Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.


 
 
   

PEUGEOT break 504 4x4 Dangel de 1980
Norev – collection Dakar, n° 35 

 

Réduit – si l’on peut dire – par Norev ce break surprend par ses dimensions imposantes, plus proches du 1/40° que du 1/43°. Qu’est-il encore arrivé ce coup ci ? Pourtant les lignes, volumes et coloris sont correctement reproduits, y compris en ce qui concerne les stickers des différents sponsors. Cette dilatation de la miniature influera négativement sur la note finale alors que la multiplication des détails bien vus lui prédisait la note maximale. Dommage car l’avant est fort soigné avec sa batterie de phares additionnels et ses optiques à autocollants. Le profil met en évidence la forte garde au sol de ce 4x4 aux élargisseurs d’ailes avant.

 Notez le panneau occulté sur le côté gauche pour le remplissage du réservoir d’essence. L’arrière est lui aussi fort bien détaillé avec de jolis feux bien colorés. Le pavillon accueille les feux de balisage. L’intérieur, bien qu’entièrement noir, mérite que l’on s’y attarde un peu car, derrière les sièges baquets trônent deux roues de secours sous l’arceau cage. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien. 



 
 
   

RENAULT 4cv découvrable de 1952
Eligor – collection  4cv Renault, n° 11

 

Siglée Eligor, cette réduction de la 4 cv découvrable est de loin la plus réussie comparée à la version de Solido ou à celle produite par Ixo.  Lignes et volumes sont au rendez-vous. Et de très belle manière. Quant au coloris, je pencherais pour une teinte à supplément. La gravure est très soignée et les rares chromes courant sur la carrosserie très fins. Si l’avant reproduit correctement le pare-chocs avant et les accessoires qu’il supporte : antibrouillard et avertisseur sonore, pourquoi avoir affublé la calandre du losange rouge de la seconde génération des 4 cv à la fausse calandre à seulement trois barres ?

 Et encore des phares dépourvus d’ampoule jaune ! Le profil est réussi avec ses roues bicolores et les jolis clignotants latéraux. Notez le travail pour représenter les prises d’air sur les ailes arrière et le jonc de chrome qui les prolonge. L’arrière est honnête et accueille une belle housse de capote. L’habitacle habillé en gris clair est plaisant à contempler et révèle un mobilier très mince et une instrumentation réduite au minimum. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien. 

 
 
   
   

CG-SIMCA proto MC de 1972
Ixo – collection Simca, n° 34

 

 Réduit par Ixo ce proto CG nous séduit pour plusieurs raisons dont son originalité, le respect de ses lignes et volumes, mais aussi par sa décoration. De face, rien n’a été oublié, même pas le petit bossage du capot avant et ses fixations à la base du pare-brise qui reçoit d’assez beaux essuie-glaces. Le spolier est assez impressionnant. Le profil met bien en évidence l’étirement de l’empattement par rapport au coupé de série. Notez le dessin particulier de la découpe du haut de portière et de la vitre de custode. Les prises d’air sont bien soulignées de noir. Par contre les roues m’interpellent car pour moi il y a un problème dans leurs proportions. Les pneus paraissent trop épais.

 De même que le pourtour de la jante ce qui réduit la longueur des bras de l’étoile. D’ailleurs sur les quelques illustrations trouvées j’ai vu des croisillons ou des jantes pleines, mais pas d’étoile !?! Que faut-il vraiment en penser ? A l’arrière, l’aspect bricolé de l’aileron n’est pas très visible sur la miniature. L’articulation du capot arrière est bien rendue avec ses deux charnières. L’intérieur n’est pas très visible mais paraît complet avec son drôle d’arceau de sécurité. Le soubassement n’est pas détaillé mais la miniature roule bien.

 
 
   

Bonus

 
Des photos du RENAULT 1.000kg  Pif - Vaillant
Ixo - collection des Camionnettes d'antan, n° 80
 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 15:28

 

 n° 143
du 05 mai 2008

   
Cinq des sorties presse de la semaine   
   

CITROËN C25D de 1987
Universal Hobbies – collection Passion Citroën, n° 97

 

Réduit par Universal Hobbies le fourgon C25 se retrouvera certainement dans de nombreux dioramas car il nous est proposé dans sa version rehaussée ; très réussie. Lignes, volumes et décoration sont à l’unisson pour nous faire apprécier cette réduction. Bénéficiant d’une gravure correcte, elle ne reçoit que peu de pièces rapportées. Le tour du véhicule n’appelle pas de remarques particulières car chaque détail est soigné et à sa place.

 Notons la sortie latérale de l’échappement au tracé très particulier sur ce véhicule. La cabine de conduite est entièrement noire mais laisse devenir les trois sièges avec appuie-têtes qui l’occupent. Le soubassement est moulé et la miniature roule bien. 

 
 
   

MERCEDES 500K Autobahnkurier de 1934
Ixo – collection Mercedes, n° 20 

 

Ce coupé 500 K réduit par Ixo aurait très bien pu figurer en bonne place dans la collection des voitures classiques tant il séduit par le respect des dimensions, lignes, volumes et coloris de l’original. Et chose qui ne gâte rien, il jouit d’une finition des plus honnêtes avec pour commencer une calandre à la grille très fine et bien en retrait par rapport à l’axe du train avant. Puis la présence d’optiques très réalistes et enfin les deux sorties latérales des gaz d’échappement en provenance du moteur. De plus quelques fins traits de peinture simulent les rares chromes habillant la carrosserie. L’arrière fuyant est complet avec sa petite lunette arrière et les deux blocs de feux surmontant l’immatriculation.  

 L’habitacle très réduit est bien reproduit et coloré. Pour une fois le soubassement va faire l’objet d’un commentaire particulier car s’il est peu détaillé et accueille une sortie d’échappement « chromée » et fragile, c’est à l’avant qu’il faut regarder. En effet, les roues avant ne sont pas reliées par un axe comme à l’accoutumé mais bel et bien indépendantes l’une de l’autre. Cela méritait d’être souligné d’autant que la miniature roule correctement.

 

 
 
   

PEUGEOT 309 GTI de 1987
Norev – collection Peugeot, n° 58 

 

Réduite par Norev cette 309 GTI avait tous les éléments pour nous séduire complètement tant ses lignes, volumes et coloris sont présents. Mais c’était sans compter la finition qui déçoit une fois de plus dans cette collection. Alors qu’avant et profils n’appellent pas de critiques particulières, celle-ci vont se porter principalement sur l’arrière et accessoirement l’intérieur. L’arrière donc. Quelle erreur de nous proposer des feux de phase II sur un modèle réputé être de phase I. Où sont les feux trapézoïdaux de la première génération de la 309, reprenant la forme de ceux des premières 405 ?

 De plus les monogrammes qui y figurent sont totalement absent sur la miniature, tout comme la grille de désembuage de la lunette arrière. L’intérieur, totalement noir, s’il est bien moulé, ne dispose d’aucune représentation des compteurs du tableau de bord et les rétroviseurs extérieurs sont dépourvus de miroir. Heureusement que le soubassement est correctement moulé et que la miniature roule bien.


 
 
   

RENAULT R4 Super de 1963
Universal Hobbies – collection Mythique R4, n° 07 

 

Réduite par Universal Hobbies, cette R4 Super mérite notre attention par sa présentation, hayon arrière abaissé. Caractéristique propre à ce modèle mais qui, n’étant pas des plus pratique, fut vite remplacé par un hayon classique.  Cependant elle nous restitue assez bien les lignes et volumes de la vraie. J’écris « assez » car le pare-brise est trop haut et le dessin des vitres latérales encore un poil approximatif bien qu’il soit parmi les meilleurs. Puisque j’en suis déjà là je voudrais attirer l’attention sur la gravure des flancs qui est plus prononcée sur le côté gauche que sur le droit sur  l’exemplaire en ma possession. Le double pare-chocs avant semble avoir déjà souffert du stationnement en ville. Les poignées de portière sont rapportées.

 Le traitement du basculement du hayon, bien que soigné, manque de finesse. Si l’on prend la peine de retourner la miniature on remarquera la présence du monogramme 4 Super, mais aussi la disparition de la fourche chromée qui encadrait l’immatriculation sur les modèles AM 1962. Le tout est conforme à l’AM 1963, tout comme la forme en poire du rétroviseur triangulaire équipant les premiers modèles. L’intérieur est correctement traité, le soubassement moulé et la miniature roule bien. 

 
 
   

VERNET-PAIRARD coach 4cv de 1953
Eligor – collection 4cv, n° 10

 

Réduit pour le compte d’Eligor, ce coach à l’esthétique improbable me laisse sur ma faim car trop simpliste dans le rendu des lignes de l’original. En effet je n’y retrouve pas le renflement des ailes avant et le mouvement de vagues qu’elles amorcent sur le vrai. Ici le profil ressemble trop à celui des premières Porsche car présentant une simple courbure. Ceci dit, l’ensemble reste malgré tout plaisant et les rares détails sont bien représentés comme les roues aux jantes bleu ciel en étoile.  

 L’intérieur bénéficie d’une belle coloration crème où seulement deux passagers pouvaient prendre place. Joli volant « bois » et planche de bord sommaire. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.




 
 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 15:56

 

n° 142 - page 2
du 28 avril 2008
 

   

Autre sortie presse de la semaine

 
   
 SIMCA 1501 S de 1974

Ixo – collection la Route bleue, n° 8 – étape à Lyon

 
   

 Ce 8ème numéro nous propose peut être le plus original des dioramas parus jusqu’à présent. D’accord, il est des plus sommaires puisqu’il se compose uniquement d’une voiture et de trois éléments rapportés : un feu rouge – de petite taille, pour rentrer dans la boîte (il ne leur est pas venu à l’idée d’en fournir un de taille normale, couché dans le socle et à mettre à l’emplacement de celui fourni) et deux personnages. Son intérêt réside pourtant dans la scénette proposée où l’on voit un enfant traverser la chaussée sous les yeux d’un adulte et devant un automobiliste arrêté. 

 De plus le passage piétons est représenté par ce que l’on appelait naguère un passage clouté car uniquement matérialisé au sol par des pièces métalliques rondes et bombées, les fameux « clous » qui délimitaient ledit passage piétons. Ce qui ne manqua pas d’interloquer mon crémier ce matin (trentenaire bien entamé) qui me demanda si cela avait bien existé et comment c’était fait ?


 
 
   

Réduite par Ixo, cette 1501 spécial n’est pas pour nous une réelle nouveauté car en réalité elle reprend le moule de la 1301 de la collection Simca (n° 04) qui a été  partiellement corrigé. En effet, nous retrouvons encore sur cette miniature l’arrière trop large signalé en son temps. Par contre l’inclinaison de la caisse a été supprimée. Aussi cette 1501 est-elle plus acceptable que la 1301 d’autant que le dessin des passages de roues arrière a lui aussi été corrigé. C’est pour cela que les lignes et volumes sont un peu plus réalistes, surtout à l’avant où la calandre, noircie, est plus convaincante. De dessus il est permis de vérifier que l’arrière est trop large car il oublie de se rétrécir vers son extrémité. De profil il est donné de constater que le dessin des passages des roues arrière a bien été retouché et présente un aplat en son sommet - libérant en espace entre lui et le jonc chromé, comme sur la vraie.  

 Par contre, l’implantation trop haute du pare-chocs arrière accroche encore le regard. Cette erreur de placement a écrasé l’arrière de la voiture. De plus les enjoliveurs des jantes n’ont pas leurs secteurs gris mat. L’arrière manque d’épaisseur car si tous ses composants sont bien présents, ils sont trop resserrés. L’intérieur paraît correct dans sa teinte havane mais le volant tulipe mériterait d’être plus profond.  Il accueille un conducteur. Notons une anomalie au niveau de la banquette arrière : si l’accoudoir est en position abaissée il devrait y avoir un trou dans le dossier, trou qui n’existe pas. Le soubassement est peu détaillé et la miniature roule bien. Un mieux cependant par rapport à la 1301.


 

 
 
   

 Deux nouveaux modèles boutique

 
   
 CITROËN C5 de 2008
Norev – réf. 155580 et boutique Citroën AMC018884
 

Réduite par Norev selon les standards actuels, cette nouvelle C5 ne trahit pas l’originale dans le traitement de ses lignes, volumes et coloris même si je trouve le grain de sa robe métallisée encore un poil trop gros. Rien ne manque dans la reproduction des détails extérieurs, y compris les tout petits déflecteurs fixes des portières avant. Toutefois la reproduction des répétiteurs de clignotants sous l’ancrage des rétroviseurs extérieures est des plus simplistes car réduite à un trait de peinture.

 Dommage que l’encadrement de la vitre de custode soit si généreux. Les roues aux jantes travaillées laissent voir les disques de frein avec leurs étriers. L’arrière massif reproduit bien la forme particulière de la lunette. L’intérieur est fort bien détaillé et coloré à l’image de la vraie (d’une tristesse !). Le soubassement est très moulé et la miniature roule bien. 

 
 
   

CITROËN C5 Tourer de 2008
Norev – réf. 155581 et boutique Citroën AMC018886 

 

Réduit par Norev selon les standards actuels, ce nouveau break C5, baptisé Tourer est la réplique fidèle du vrai dans le traitement de ses lignes, volumes et coloris. Rien ne manque dans la reproduction des détails extérieurs, y compris les tout petits déflecteurs fixes des portières avant. Toutefois la reproduction des répétiteurs de clignotants sous l’ancrage des rétroviseurs extérieures est des plus simplistes car réduite à un trait de peinture. A l’inverse de la reproduction de la berline, ici  l’encadrement de la vitre de custode est assez discret.

 Les roues aux jantes travaillées laissent voir les disques de frein avec leurs étriers. L’arrière ramassé est correctement équipé avec les chevrons et monogrammes à leur place. Le pavillon est vitré, laissant voir un intérieur fort bien détaillé mais tout aussi triste que celui de la berline. Le soubassement est très moulé et la miniature roule bien. 


 
 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 11:15

 

 

n° 142
du 28 avril 2008
 

   
 Trois des sorties presse de la semaine  
 CITROËN concept-car  C-Airplay
Norev – collection Concept-cars, n° 31
 
 
 
 

Réduit par Norev, ce concept-car nous restitue de belle manière les rondeurs de l’original, même s’il ne dispose pas de son toit amovible. Lignes, volumes et coloris nacré sont bien présents. Les surfaces vitrées fumées libèrent la vue sur un habitacle très coloré et au mobilier au design très marqué.   

 Les roues, aux jantes très réalistes laissent apercevoir les disques de frein avec leur étrier. Le soubassement est détaillé et la miniature roule bien.

 
 
   

RANGE ROVER de 1995
Universal Hobbies – collection James Bond, n° 34 

 
 
 
 
 

 Réduit, si l’on peut dire, par Universal Hobbies, ce Range-Rover surprend par sa masse imposante que sa robe noire semble amplifier. Pourtant lignes et volumes sont correctement interprétés et bénéficient d’une finition très correcte. Notamment en ce qui concerne les essuie-glaces qui, en plus du pare-brise, se retrouvent sur les optiques avant. L’ensemble de la voiture est fort plaisant avec sa calandre bien dessinée et ses roues en dessin fidèle.

 L’arrière accueille des feux de dimensions généreuses et le monogramme du modèle.  L’intérieur, tabac, donne l’impression de cuir dans tout l’habitacle occupé par deux figurines, encore amputées des pieds. Cela devient une mauvaise habitude chez ce réducteur. Le soubassement est détaillé et la miniature roule bien. 

 
 
   

SIMCA 8 Gordini – barquette Le Mans 1939
Ixo – collection Simca, n° 33 

 
 
 
 
 

Réduite par Ixo, cette barquette Simca 8 surprend par son aspect rebondi à l’avant et fuyant à l’arrière. Pourtant, lignes et volumes sont fidèles. L’immatriculation surprend sur ce type de véhicules mais il faut savoir – pour la petite histoire – qu’à l’époque il était fréquent que ces voitures arrivent sur les circuits et en repartent par la route.  L’avant est particulièrement fin avec sa calandre surmontée des deux sangles de fermeture du capot et coincée entre les deux phares. Le profil fuyant est bien rendu et englobe des roues à rayons d’honnête facture et côté droit accueille bien le bouchon du réservoir à sa place.

 Le dessin des portières est correct. L’arrière très fin devrait comporter au moins un feu rouge au-dessus de l’immatriculation et le petit point noir à droite du n° 39 doit correspondre à son système d’éclairage pour la nuit.  Le poste de pilotage montre bien l’inconfort du pilote assis sur une simple banquette biplace. Le volant est placé devant trois compteurs. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien. 

 
 
   

  IMPORTANT

ce numéro comporte une page 2 qui sera bientôt mise en ligne

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 15:30

 

n°141
du 21 avril 2008
 

   
 Quand d'autres savent peindre

ou l' Aronde Grand-Large (n° 1 de la collection Simca) revisitée
 
 
 
 
 
   
Produit "boutique"   

RENAULT Galion 2T5
Norev – réf. 548571

 
 
 
 

Réduit par Norev ce galion plateau laitier séduit de loin  par le respect de ses lignes et volumes. De près les choses se gâtent notamment en raison du traitement un peu simpliste de son chargement. En effet les 66 bidons de lait qu’il transporte sont moulés d’un seul tenant et ceux du milieu semblent baigner dans le petit lait. De plus ils sont plus grossiers que ceux équipant le U23 dont Ixo a doté les collections presse. Mais ce n’est pas tout. Si la cabine bénéficie d’une gravure très fine et réaliste pourquoi l’avoir dotée de projecteurs si orange. Je veux bien que lorsque les ampoules commençaient à fatiguer elles avaient tendance à foncer mais pas à ce point.

 Et que penser des clignotants orange eux aussi sur un modèle censé avoir été immatriculé en 1953. Certainement un ajout postérieur car il devait encore disposer des flèches de direction ; ou tout au moins des premiers clignotants blanc. Le plateau et son chargement sont en plastique. L’intérieur au mobilier des plus spartiates est bien rendu ainsi que le châssis. La miniature roule bien. 


 
 
   
Trois des sorties presse de la semaine   
 CITROËN GSA X3 de 1980
Universal Hobbies – collection Passion Citroën, n° 96
 
 
 
 
 

Réduite par Universal Hobbies, cette nouvelle version de la GS fut accueillie par un .. bof encore une GS ! Et puis, le temps faisant rapidement son travail et l’œil s’accommodant de sa belle présentation toute bleutée, cette GSA n’a pas tardé à me séduire. Ainsi, lignes, volumes et coloris sont au diapason et nous proposent un fort joli modèle très réussi. Il jouit d’une finition des plus soignées avec de fins essuie-glaces et ne nombreuses pièces rapportées noires comme rétroviseurs extérieurs, poignées de portières et d’inutiles bavettes. Le seul reprocha que je ferai à cette réduction c’est son sommet de pare-brise pas assez plat.

 L’extérieur n’appelant pas d’autre remarque particulière, passons à l’intérieur où l’œil est captivé par l’harmonie des nuances proposée par un mobilier très bien moulé et où l’on retrouve l’aspect tourmenté de la planche de bord. Le soubassement a lui aussi bénéficié de beaucoup d’attention et la miniature roule bien. Un très beau modèle pour cette collection qui semble arriver bientôt à son terme. 



 
 
   

MERCEDES 280SE de 1972
Ixo – collection Mercedes, n°19

 
 
 
 
 

Réduite par Ixo cette 280 SE séduit l’œil par ses formes féminines faites de rondeurs discrètes. Lignes, volumes et coloris sont au rendez-vous et bénéficient d’une finition des plus correctes. J’en veux pour preuve les essuie-glaces spécifiques à cette gamme qui bénéficient d’une finesse à laquelle nous sommes peu habitués pour des produits presse. De même toute la face avant est correctement reproduite même si les phares auraient gagnés à être striés. Le profil met en évidence le prestige de la voiture même si les traits de peinture représentant les chromes manquent de discrétion.

 Par contre les jantes sont magnifiques et dotées de pneus de taille correcte. L’arrière reçoit monogramme et étoile au dessus de feux correctement colorés et nervurés. Notez la double sortie d’échappement. L’intérieur est lui aussi très travaillé avec une belle planche de bord, des sièges noirs mais aussi des contreportes et les tapis de sols marron.  La plage arrière est elle aussi détaillée. Par contre le soubassement l’est très peu mais la miniature roule bien. 

 
 
   

RENAULT Juvaquatre
Ixo – collection Camionnettes d’antan, n° 81 

 
 
 
 
 

Réduite par Ixo, cette Juvaquatre-Dauphinoise aux couleurs des biscuits Gondolo « le biscuit qu’il vous faut » (slogan de l’époque), est un curieux mélange des deux. En effet, si l’on retrouve facilement les lignes et volumes de cette sympathique petite fourgonnette il est très difficile de dire face à laquelle nous nous trouvons. Et pour cause, à l’avant nous avons la calandre de la Dauphinoise avec le losange rouge en son centre. Latéralement nous voyons les jantes ajourées de la Juvaquatre alors qu’à l’arrière la porte s’ouvre en direction du trottoir ; Juvaquatre encore.

 Aussi dirons-nous que nous nous trouvons face à une Juva dont la calandre a été remplacée. Ixo semble produire un effort nouveau dans la reproduction des essuie-glaces qui ici  sont assez fidèles. A vérifier. L’intérieur met en évidence la présence d’une banquette arrière en plus des deux sièges avant. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien. 


 
 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 13:46

 

 n° 140
du 14 avril 2008

   
Surprise sur e-bay

 

Quelle ne fut pas notre surprise cette semaine de découvrir, proposée à la vente par l'un de nos "informateurs" en nouveaités presse, une fourgonnette Talbot 1100VF2 arborant le logo de ce blog. C'est Nico1971 qui en est l'inventeur et qui en a informé le public de FA. Merci à lui.  Comme je m'en suis déjà ouvert fin 2007, c'était un cadeau fait par M. Ixo.

  J'en ai fait profité certains forumeurs avec son aval. Aussi je suis surpris de cette fuite aujourd'hui, qui aura au moins eu le mérite de faire connaître ce blog et d'en bouster la fréquentation qui plafonnait jusqu'ici à 132 visites quotidiennes. En effet, ce nombre vient d'être porté à 247 visiteurs uniques. Ce qui demeure très, très modeste.

   
Quatre des sorties presse de la semaine  

CITROËN ID20 break

Ixo – collection la Route bleue, n° 7
 
 
 
 
 

 Le diorama par lui-même présente peu d’intérêt car composé seulement de ce break et deux personnages se faisant face : un motard de la gendarmerie nationale – sans sa moto – et une femme cherchant ses papiers. Par contre ces éléments utilisés séparément pourront donner du relief à certaines mises en scènes.

Réduit par Ixo ce break ID est assez fidèle dans le rendu de ses lignes et volumes avec cependant un carénage avant un peu plat sous le pare-chocs avant et un jonc chromé sur les ailes arrière trop large. Un coup de peinture noire aurait suffit pour les butoirs en caoutchouc situés de part et d’autre de la lame du pare-chocs arrière. Ceci étant, ce modèle est assez agréable à regarder et correctement fini avec un avant des plus corrects malgré une immatriculation pour myopes, alors qu’à l’arrière il y a bien les deux plaques d’immatriculation et la grille de désembuage sur la lunette arrière.

 Ce nouveau break pourra rejoindre celui ayant servi aux essais de pneumatiques par Michelin (n° 22 de la collection du même nom). Ce d’autant que l’aménagement intérieur est totalement différent car étant standard et accueillant un petit chien sur la banquette arrière. Dommage que la planche de bord manque de relief. Le soubassement est peu détaillé (1) et la miniature roule bien.

(1) Curiosité : le tracé de la ligne d’échappement a été inversé par rapport à celui du break Michelin.






 
 
   

CITROËN DS21 prototype Bob Neyret de 1969

Universal Hobbies – collection DS, n° 58 
 
 
 
 
 

Réduit par Universal Hobbies, ce prototype nous est proposé dans sa seconde version, après réparation par Citroën.  Lignes et volumes semblent corrects même si le pare-chocs avant chromé n’est ici que peint en noir et la carrosserie recouverte que d’une partie des stickers qui la recouvraient lors des épreuves auxquelles il participait. Ceci n’enlève rien à l’originalité du modèle que l’on peut supposer présenter en position haute tant la garde au sol est importante.

 Toutefois, de profil le carénage avant paraît très (trop ?) volumineux. Si l’avant est banal, c’est l’arrière qui focalise les regards devant ses formes tourmentées, surtout au niveau du pavillon et de la lunette arrière. L’intérieur noir accueille seulement les deux sièges avant et un arceau de sécurité. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien. 

 
 
   

SIMCA Aronde P60 Monaco Spécial de 1962

Ixo – collection Simca, n° 32

 
 
 
 

Réduite par Ixo cette Monaco est une petite merveille, magnifique, tant dans le respect des lignes et volumes, que de sa livrée gris métallisé fort réussie. On est très loin de l’Elysée des Voitures d’antan aux lignes approximatives. Par contre elle est très proche de l’Elysée bleue, vendue sous le label Nostalgie. Tout est réussi sur cette voiture. De face, même les essuie-glaces sont correctement  positionnés et le monogramme SIMCA est bien présent à l’avant du capot même s’il ne  se remarque pas tout de suite. Il en va de même pour celui placé sur le coffre arrière ou le monogramme Monaco placé en bout de l’aile arrière droite. Admirez la très belle calandre donnant l’illusion d’en voir une vraie avec son V inversé et les optiques sublimes. Quel travail pour en arriver là. Magnifique. Le profil est très réussi même s’il manque l’hirondelle stylisée sur le bouchon du réservoir – mais bon on peut l’avoir remplacée par un avec serrure. Les roues sont réalistes.

 Pour ma part j’aurais bien vu le côté droit avec la vitre arrière montée en entier ou à moitié pour montrer sa présence. Très jolis feux arrière – où il manque néanmoins un fin trait de chrome pour en séparer les composants. Et sortie d’échappement accessoirisée. L’intérieur aurait mérité un rétroviseur peint pour rester dans la note d’une finition soignée. Il bénéficie cependant d’un mobilier très soigné et fidèle au vrai dans le choix de son coloris. Beau volant à la colonne bien reproduite. Le soubassement très bien détaillé semble repris à la version boutique et la miniature roule très bien. Notre attente de ce modèle a été très bien récompensée. Nous manque plus qu’une version 1959 avec large flèche sur les flancs et clignotants avant horizontaux. Mais en version Grand Large s’il vous plait. 


.

 

 

   

VALTRA T190 de 2006

Universal Hobbies – collection Tracteurs et monde agricole, n°55 
 
 
 
 
 

 Réduit par Universal Hobbies, ce tracteur en impose par ses dimensions et la finesse de sa reproduction même s’il manque quelques petits détails comme le V chromé qui coiffe les phares jumelés.  Outre les dimensions, son poids est aussi en proportion malgré le recours à des matériaux souples pour certaines pièces rapportées.  En contrepartie de l’abondance des détails la finition de certains éléments comme les optiques et les feux arrière a été

 quelque peu négligée, certainement en raison du prix toujours contenu de cette collection. Pour être plus réaliste ce tracteur mérite d’être Sali car ses pneumatiques brillent trop. Et que penser du poste de conduite où l’œil ne sait où regarder tant il y a de choses à détailler.  Du vraiment bel ouvrage qui roule très bien.

 
 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 14:53

 

 n° 139
du 07 avril 2008

   

Comme je l’écrivais en ouverture du n° 126 du 07 janvier dernier, le nombre des sorties presse intéressantes se raréfie de plus en plus. Cette semaine est en la première représentation avec seulement deux modèles : une énième 2cv et un cabriolet Mercedes. Pour compléter vous trouverez également le vieux Renault sortit la semaine dernière. D’où régime minceur pour Collec’Hebdo 43, régime qui risque de 

perdurer quelques mois encore jusqu’à la sortie de la collection dédiée au Citroën H à la rentrée de Septembre et, qui sait, de celle dédiée aux Vaillante pour la nouvelle année. Mais alors attention au prix demandé. Espérons que les éditeurs sauront se montrer raisonnables et éviter une inflation galopante. A surveiller de près.

   

Trois des sorties presse de la semaine

 
   

CITROËN 2cv Dolly de 1986
Universal Hobbies – collection Passion Citroën, n° 95

 
 
 

Réduite par Universal Hobbies, cette 2cv Dolly est fort plaisante à l’œil dans sa robe crème et prune. Elle est aussi plus réussie que sa cousine signée Norev de la collection 2cv (n° 10). Toutefois lignes et volumes sont quasi parfaits car l’arrière manque d’inclinaison. Cependant il faut noter la présence d’un bel ensemble calandre pare-chocs avant très fin et la présence de phares au regard apparemment correct. De profil, outre l’arrière trop vertical, il est possible de constater le dessin approximatif des filets de peinture, tant sur le

 capot que sur les portières arrière où l’arrondi est anguleux. Ceci n’enlève rien au charme de ce modèle. L’arrière accueille des feux correctement colorés et les monogrammes propres à ce modèle. L’intérieur gris foncé ne laisse que deviner son mobilier. Le soubassement est bien gravé et la miniature roule bien; mais à l’inverse de la Norev, celle-ci est dépourvue de suspension. 


 
 
   

MERCEDES 500SL de 1989
Ixo – collection Mercedes, n° 18

 
 
 
 
 

Réduit par Ixo, ce cabriolet peut séduire par sa robe gris métallisé assez réussie mais il n’accroche pas le regard comme il le devrait. Cela en raison d’une ligne des plus approximatives alors que les volumes sont au rendez-vous. La faute à quoi ? Principalement à un profil trop agité qui ne s’élève pas assez au niveau du passage de roue avant, ce qui se répercutera au niveau de la portière par un haut da caisse trop bas et une incurvation inutile qui arrondira exagérément l’aile arrière. Alors que le profil de la vraie est quasi rectiligne. De plus le pare-brise manque d’inclinaison vers l’arrière et le capot moteur de galbé transversal.

 A l’inverse la calandre aurait gagné à être plus plate.  Le dessin des roues est un peu flou. A l’arrière les feux sont correctement colorés et sculptés. Serrure, monogramme et étoile chromée sont en place. L’habitacle nous confirme qu’il s’agit d’un modèle à boîte automatique par son pédalier. Le souci du détail va même jusqu’aux ancrages des ceintures de sécurité et le dessin de l’arceau replié. Les rétroviseurs latéraux sont bien de dimensions différentes. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien. 

 
 
   

RENAULT KZ7
Ixo – collection Camionnettes d’antan, n° 79 

 
 
 
 
 

Le fourgon KZ7 proposé par Ixo ne nous est pas inconnu puisqu’il a déjà été proposé par deux fois dans la collection Michelin. S’il nous restitue correctement les lignes et volumes de l’original sa livrée déçoit. Tout d’abord par son épaisseur qui atténue certains détails. Puis par l’absence d’éléments visibles sur les versions antérieures. En premier lieu, celle du losange Renault au sommet de la calandre. En deuxième, celle des monogrammes Renault sur le haut des volets du capot moteur. Et enfin, des indications obligatoires relatives aux poids et dimensions du véhicule.  

 Ceci, sans parler des inscriptions assez fantaisistes relatives à la société Le bon sel.  Cela fait que cette miniature donne plus l’impression d’un jouet que d’une pièce de collection.  Si l’avant peut encore porter à critique avec la mention Lyon sur l’aile gauche, l’arrière n’appelle aucune remarque particulière, de même que l’habitacle des plus rustiques. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.

 

 
 
   
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 15:50

n° 138
du 31 mars 2008

   

Diorama de la Route bleu, n° 06

Je n'ai pu résister devant ce nouveau diorama comprenant, outre une panhard Dyna Z de 1955 dont vous trouverez l'analyse dans ce numéro, une petite scénette  de terrasse de café avec une table surmontée de son parasol et accompagnée de deux chaises. L'une est occupée par un client auquel s'adresse une serveuse. Serveuse qui n'est autre que Marcelle, l'auto-stopeuse du premier diorama.

  Comme je viens de l'écrire, je n'ai pas pu résister très longtemps avant d'exploser ce diorama pour m'emparer de ses différents composants et créer une historiette que vous trouverez dans quelques jours sur http://blog.ifrance.com/fcfretrovision2 . Aussi je ne suis plus en mesure de vous le présenter tel qu'il était à l'origine. Vous voudrez bien m'en excuser.

   
   
 

Trois modèles de la presse espagnole

 

OPEL Manta GT/E de 1988 – Ixo
collection Nuestros queridos coches años 80, n° 11

 
   
   

Réduit par Ixo, ce coupé Manta GT/E accroche l’œil par sa robe jaune citron, un peu trop épaisse. Lignes et volumes sont correctement interprétés. Cette caisse sobre est bien rendue avec ses rares détails peints en noir. L’avant est réussi, ainsi que l’ensemble de son  

pourtour. Les roues sont bien dessinées et les différents monogrammes à leurs places. Les feux arrière sont bien colorés. L’intérieur noir est honnêtement présenté. Le soubassement et gravé et la miniature roule bien.

   
   

SIMCA 1200TI de 1975 – Ixo
collection Nuestros campeones de Rallyes, n° 40
 

 

Réduite par Ixo, cette 1200TI, séduit l’œil par a décoration originale et trompeuse. Originale car elle associe un toit noir mat - censé reproduire celui en vinyle de la vraie – à une robe colorée accueillant les stickers des sponsors du concurrent. Trompeuse, car si les lignes et volumes paraissent respectés il existe malgré tout  certaines lacunes. En effet, nous nous trouvons face au moule ayant servi à la première vague des Simca 1100/1200 des collections française et espagnole qui se caractérisait par l’oubli des ensembles veilleuses-clignotants à l’avant. Oubli corrigé sur ce modèle. Toutefois s’agissant cette fois-ci d’une TI il faudrait que tous les détails propres à cette version soient bien au rendez-vous. Hélas, ce n’est pas le cas. Commençons par le haut et descendons. Si l’arrière reçoit bien le déflecteur au-dessus de la lunette du hayon, celui-ci est encore celui des premières 1100/1200 avec petite lunette et pli transversal.

 Les évacuations d’air des panneaux de custode – trop généreuses, sont dissimulées sous la décoration. Les passages de roues n’ont pas leur jonc chromé et le bas de caisse ne reçoit pas la large bande caractéristique. De plus l’avant est dépourvu du déflecteur courant sous le pare-chocs. Sinon, l’avant a bien aujourd’hui ses veilleuses-clignotants sous la calandre qui accueille les optiques additionnelles. Les roues sont fidèles. L’intérieur noir accueille, outre le mobilier habituel un arceau cage de protection. Et pour terminer sur le toit pour parler du soubassement qui mérite que l’on retourne la voiture : une belle hérésie avec l’empreinte d’un moteur longitudinal avec arbre de transmission vers les roues arrière alors que la 1100/1200 fut la première traction avant de Simca. Honte à Ixo ! Cela n’empêche pas la miniature de rouler. 

   
   

VW coupé Scirocco de 1978 – Ixo
collection Nuestros queridos coches años 80, n° 52
 

 
 

Réduite par Ixo, c’est une version phase II du premier coupé Scirocco qui nous est proposée dans une robe stricte bleu nuit. Lignes et volumes sont présents, mis en valeurs par de rares, mais fins, traits de chrome.  L’unique essuie-glace est présent à la base du pare-brise alors que la calandre, ornée de quatre optiques, déborde sur les côtésgrâce aux clignotants.  

Les boucliers avant et arrière sont fidèles, de même que les feux arrière, surmontés des monogrammes. Les roues, dépourvues de tout enjoliveur, sont bien dessinées. L’intérieur, noir, est correctement reproduit. Le soubassement est détaillé et la miniature roule bien.

   
   
Une du commerce traditionnel 

 

RENAULT Koleos de 2008 – Norev – réf. 77 11 424 716

 
 

Réduit par Norev, le Koleos  est restitué de manière convaincante malgré une robe métallisée aux grains trop gros que la photo met en évidence. Lignes, volumes et coloris sont donc respectés. Toutefois il existe un jour peu discret à l’avant juste au dessus du bouclier. De profil les roues permettent de voir les disques de frein.  Le traitement des surfaces vitrées et de leurs encadrements manque de précision

  car un jour existe au niveau des vitres de custode. De plus les surfaces noires paraissent exagérées. L’arrière, trapu, accueille de beaux feus au dessin tourmenté, mais aucun ouvrant comme c’était le cas sur le Citroën C-Crosser ou le Peugeot 4007. L’intérieur, bien que noir, laisse devenir un mobilier de bonne facture. Le soubassement est bien, détaillé et la miniature roule bien.

   
   
Deux des sorties presse de la semaine   

PANHARD Dyna Z de 1955 – Ixo
Collection la Route bleue, n° 6

 

Réduite par Ixo, cette Dyna Z nous est familière pour avoir été proposée dans la collection des chères voitures d’antan, sous le n° 43.  Nous retrouvons donc une assez belle réduction de l’originale avec des lignes, volumes et coloris respectés. Toutefois des pare-chocs trop proéminents viennent abimer l’ensemble.  Deux éléments permettent de dater la vraie. La présence de déflecteurs sur les portières avant qui apparaissent pour l’AM 1955 et la sortie centrale de l’échappement à l’arrière qui passera à gauche fin juin 1955.  

 Sinon,  l’avant est assez réussi avec ses trois optiques dont l’antibrouillard central. Dommage que les clignotants avant doivent être repeints en blanc. Les roues sont honnêtes et l’arrière dispose bien de l’ensemble d’éclairage original de la vraie. L’intérieur, blanc cassé pour une fois, montre bien les deux banquettes pouvant acueillir chacune trois passagers et l’impressionnante colonne de direction propre à ce modèle. Le soubassement est peu gravé mais la miniature roule bien.

   
   

SIMCA Rallye 3 de 1978
Ixo – collection Simca, n° 31

 

Réduite par Ixo, cette Rallye III fait appel au moule archi connu de la 1000 et facilement identifiable à l’extrême étroitesse des panneaux de custode qui déséquilibre le profil de ce modèle. Ainsi lignes et volumes sont juste acceptables d’autant qu’ils sont recouverts d’une robe blanche toujours aussi épaisse que les autres modèles de ce réducteur. Ce qui nuit à la vision des appendices sprtifs autour des passages de roues. Roues au dessin fidèle et accueillant des pneumatiques de taillé généreuse en rapport avec les montes de la vraie. L’avant est correct malgré des optiques simplistes. 

 C’est l’arrière qui paraît le mieux réussi avec un joli déflecteur exubérant et surplombant deux blocs de feux correctement colorés, le pare-chocs noir et un échappement plus vrai que nature. L’intérieur noir révèle peu son mobilier. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien. Un modèle que l’on devrait placer à reculons dans une vitrine – comme par inadvertance. 

 
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 15:49

n° 137
du 24 mars 2008
   

Depuis la nouvelle version utilisée pour la mise en page de ce blog, il ne m'est plus possible d'en fusionner les cellules. Aussi ce numéro aura-t-il une présentation particulière dans l'attente de corrections éventuelles. Merci de ne pas m'en tenir rigueur.

 
   

Deux modèles boutique à moins de 30 euros 

 

FORD Cortina MKIII 1600L - Vanguards Corgi - réf. 10303 

 

 Réduite par Vanguards-Corgi, cette Cortina MKIII est une énième reproduction de ce modèle emblématique de la production britannique. Lignes, volumes et coloris se retrouvent dans cette miniature à la présentation toujours aussi « naïve » qui fait le charme de la production ce réducteur. Finesse de la gravure et des rares pièces rapportées – ici les essuie-glaces quasi invisibles, soin du détail avec une calandre noircie et la présence du logo sur les ailes avant.

Dommage que les roues soient équipées de pneus trop gros. L’arrière dépouillé arbore bien tous les monogrammes et des feux biens mais pâlement colorés. Le pavillon noir mat donne l’illusion du vinyle. L’intérieur, entièrement noir, laisse deviner un mobilier à la gravure correcte. Le soubassement reproduit sommairement le mode de propulsion de la voiture qui roule bien.

   
   

LANCIA Flaminia coupé – Starline models – réf. 517126

 

 Réduit pour Starline models, ce coupé nous restitue très correctement les lignes tendues et les volumes de l’original, dans une livrée blanc cassée très réaliste.  De plus, la finition est à la hauteur. Tout est réussi sur cette miniature même si j’aurais préféré des clignotants avant moins orangés, voire blancs. Notons la présence de tous les monogrammes et logos bien à leurs places, tant à l’avant qu’à l’arrière ou sur les flancs. Il y a même l’empreinte du compas

pour l’entrebâillement des vitres arrière !  Les roues possèdent des enjoliveurs correctement chromés. L’arrière reçoit des feux bien colorés malgré leur taille réduite. L’intérieur est soigné avec de jolis sièges rouge sang, des contreportes bicolores et une planche de bord bien détaillée. Le soubassement est un peu détaillé et la miniature roule bien. 

   
   

Test pour la collection des Voitures de Michel Vaillant

 

Enfin les voitures de la célèbre bande dessinée due au crayon de Jean Graton qui suscita de nombreuses vocations parmi les jeunes des années 1960. Toute une époque ! Qui n’a pas essayé de dessiner des voitures ? Après une première tentative sans suite, voici qu’Altaya tente de relever le défi avec son comparse de ses premières collections auto, Ixo me semble-t-il. Accompagné d’au moins une figurine, chaque modèle sera proposé au prix de 16,99 euros. Prix qui semble devenir un nouveau standard pour Altaya.

 Pour ce prix, assez élevé, un effort devrait être accompli dans la qualité et le nombre defigurines. Toutefois, tout comme les collections issues des bandes dessinées comme Tintin ou Spirou, cette collection ne sera pas suivie dans ces colonnes. Peut être un modèle par-ci, par-là. A moins que …


   

VAILLANTE Le Mans de 1961 – Ixo – test de la collection Michel Vaillant, n° 1

 

Présenté sur un socle où un personnage en métal, représentant un commissaire de course agitant le drapeau à damier, le modèle proposé en n° 1, est une Vaillante Le Mans de 1961. Ce modèle se révèle être de très bonne facture en reproduisant très fidèlement les lignes toutes en courbes que les planches de BD laissaient supposer.
La voiture est plaisante à regarder avec ses teintes pastel et sa décoration très sobre.

 De plus elle bénéficie de roues fils  très agréables à l’œil ainsi que quatre sorties d’échappement et un bouchon de réservoir chromés. L’habitacle dépouillé à l’extrême accueille cependant deux jolis sièges baquets et un pilote fort réussi. Le soubassement est lisse et la miniature roule bien.

   
   
Cinq des nouveautés presse de la semaine  

CHEVROLET Bel Air cabriolet de 1957 – Univerval Hobbies – collection James Bond, n° 33

 
 

Réduit par Universal hobbies ce cabriolet Bel Air se révèle de bonne facture en respectant lignes, volumes et coloris du vrai. Dommage qu’il soit dépourvu de toute figurine. L’avant possède un ensemble calandre pare-chocs très chargé, reflet de l’original mais sans l’écusson tricolore Chevrolet en son centre. Le tout surmonté d’un peu discret monogramme Chevrolet souligné d’un gigantesque V évasé. Le profil est correct avec les trois chevrons dorés sur les ailes avant et e cartouche de couleur différente sur les ailes arrière et affichant

 monogramme et écusson également dorés. L’arrière est lui aussi correct même si le monogramme y est aussi peu discret. L’habitacle bi colore est très soigné avec, outre les pare-soleils et rétroviseur intérieur, la boîte à gants ouverte avec un révolver à l’intérieur et une mallette noire posée sur la banquette arrière. Pour les besoins des photos j’y ai adjoint les occupants de la Mercedes 600 de la même collection. Le soubassement et joliment gravé et à la miniature roule bien. 

   
   

CITROËN C1 3 portes de 2005 – Norev – collection Passion Citroën, n° 94

 
 

Réduite par Norev, cette C1 nous séduit d’entrée de jeux par ses rondeurs qui correspondent bien à celles de la vraie. L’avant accueille un immense pantographe à la base du pare-brise pour l’essuyer. Les optiques complexes sont correctement implantées et surplombe la moue de l’ensemble calandre – bouclier avant. Le profil trapu repose sur des roues aux jantes bien dessinées et fidèles, rejetées à ses

 extrémités. Le noir lui va si bien, surtout à l’arrière,  que l’on en oublierait sa robe rouge. Les monogrammes sont présents ainsi que les feux de part et d’autre de la lunette arrière. L’intérieur noir ne favorise pas la vision de son mobilier et l’on devine plus qu’on ne le voit, le tableau de bord avec son satellite pour le compte-tours. Le soubassement est jusque gravé et la miniature roule bien. 

   
   
CITROËN concept-car C Buggy de 2006 – Norev – collection Concept-cars, n° 29   

Réduit par Norev, ce concept-car C-Buggy nous est finement restitué tant dans ses lignes et volumes, qu’en ses coloris et finition.  Tout y est rondeurs : de la carrosserie aux formes intérieures en passant par les sièges baquets pourvus d’harnais de sécurité. L’avant accueille des ensembles optiques au dessin complexe, à la gravure soignée et encadrant une calandre joliment grillagée. Le profil ajouré laisse deviner l’habitacle alors que les jantes alu très travaillées comportent bien les célèbres chevrons en leur centre ; Par contre les disques de

freins sont absents tout comme les marchepieds chromés. A l’arrière, si les feux latéraux ont bien une touche de rouge cachée derrière les dessins qu’ils reçoivent, le troisième feu stop placé entre les arceaux demande un coup de peinture. L’habitacle bénéficie d’un soin particulier avec tapis de sol avec extincteur et poignées de maintien sur les côtés et sur le dessus de la planche de bord. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.

   
   

MERCEDES 150 Sport Roadster de 1935 – collection Mercedes, n° 17

 

Réduit par Ixo, ce roadster nous restitue d’honnête manière les lignes, volumes et coloris de l’original et insolite modèle. L’avant est bien doté de ses trois optiques et est surmonté d’une très fine étoile à l’envie baladeuse. Le pare-brise à deux éléments souffre d’essuie-glaces simplement gravés. Le profil met en évidence le poste de conduite très avancé de ce modèle avec ses petites portières dépourvues de poignées extérieures. Notons la présence de chaque côté d’une roue de secours bien  arrimée. Roues d’ailleurs toutes pourvues

d’enjoliveurs peints. L’arrière pointu met en évidence les nombreuses ouïes d’aération du compartiment moteur malgré une gravure peu lisible. Dommage que les deux plaques d’immatriculation rétro éclairée n’aient pas été reproduites en blanc. L’habitacle affiche une multitude de cadrans et présente une véritable barre de marine en guise de volant.  Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.

 
   

PEUGEOT 305 SR de 1977 – Norev – collection Peugeot, n° 55

 

Réduite par Norev cette 305 SR nous est familière pour nous avoir été proposée il y a déjà plusieurs mois dans une livrée bleu métallisé dans la collection des Voitures françaises (n ° 16) dans une finition encore moins soignée que celle-ci. En effet, si les lignes, volumes et coloris sont bien au rendez-vous, cette réduction souffre d’une finition d’un autre âge, d’ailleurs datée de 1998 sur son soubassement : essuie-glaces simplement gravés sur la pare-brise, roues en plastique

d’une étroitesse exagérée et au dessin approximatif, absence de contreportes dans l’habitacle et pour terminer, la baguette de protection latérale simplement reproduite par un trait noir interrompu à tort au niveau du passage de roue arrière. A son crédit, toutefois, l’entourage correctement peint des surfaces vitrées, des poignées de portières ainsi que des feux correctement colorés. C’est très peu ! Le soubassement n’est pas du tout détaillé et la miniature roule bien.

   
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine