Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 15:12

undefined

n° 136
du 17 mars 2008

   

Réparation d'un oubli

ACL Rodéo 4 de 1971 – Universal Hobbies – collection Mythique R4, n° 04
undefined undefined
undefined undefined

Réduite par Universal Hobbies, cette Rodéo 4 de 1971 Coursière est en fait le n° 4 de cette collection, négligé lors de sa sortie. Elle vient compléter agréablement les deux versions déjà en ma possession, L’Evasion rouge de 1971 signée Universal Hobbies, et la Quatre Saisons verte de 1972 signé Norev (version boutique). Cette dernière est reconnaissable à l’absence de charnières apparentes sur les portières latérales et l’intégration de l’immatriculation arrière dans le panneau rabattable. La Coursière se distingue de l’Evasion, outre part la couleur orange de sa carrosserie, par la présence des arceaux de maintient de la toile qui recouvre les deux sièges et le plateau. De plus, cette réduction est tout aussi plaisante à l’œil parce qu’elle restitue de très belle façon la vraie, tant dans le respect de ses lignes - droites - et volumes – simples – que de ses coloris très fidèles. Elle bénéficie de la même finition très soignée où rien ne semble grâce à une gravure fine et à la présence de plusieurs pièces rapportées. De plus l’intérieur reçoit un traitement de même facture avec la représentation de l’ossature tubulaire des sièges. Seule la planche de bord est tristounette. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.

undefined   
   

Cinq des sorties presse de la semaine

Diorama de la Route bleue, n° 5 – Le dépannage lors de l’étape Briare – Cosnes sur Loire
undefined undefined
undefined undefined
Scène très sympathique qui met en situation un mécanicien observant le moteur V8 d’une Simca Trianon 1957 avec, fait à signaler, le capot levé. Une caisse à outils ouverte complète le tableau. Scène qu’il m’a été facile de détourner avec quelques accessoires supplémentaires.
L'analyse de la Trianon se trouve en fin de numéro.
undefined  
   
CITROËN DS21 Pallas de 1966 produite à Slough – Universal Hobbies – collection DS, n° 56
undefined  undefined 
undefined  undefined 

Réduite par Universal Hobbies cette DS21 Pallas qui nous est proposée reprend un moule qui, n’ayant fait l’objet d’aucune retouche, est loin d’être des plus fidèles. Aussi je me contenterais de reprendre deux des principaux griefs qui lui ont déjà été faits : une hauteur trop faible du pare-brise et un traitement de la chute de l’arrière trop brutale et inclinée. Toutefois, dans une vitrine, ce modèle peut encore faire illusion avec sa robe bordeaux métallisé. Aussi, c’est sur sa spécificité britannique que je vais m’étendre car voici une DS avec conduite à droite. Or Universal Hobbies n’est pas allé jusqu’au bout puisque la vitre traditionnellement ouverte côté conducteur – c'est-à-dire à gauche – n’a pas suivi à droite. De plus la position au repos des essuie-glaces n’a pas été respectée. A droite aussi. Par contre le support de l’immatriculation avant est présent, de même que les feux arrière ronds. De plus les panneaux de custode sont alu et le coffre supporte des chevrons dorés au-dessus de ce qui est censé représenter la serrure du coffre. Le monogramme DS21 est doré lui aussi. Dommage que les enjoliveurs de roues exagèrent toujours leurs formes. Le traitement de l’intérieur de cette miniature est malheureusement noir mais l’on voit bien le poste de conduite à droite. La planche de bord et le volant monobranche y sont correctement reproduits. Le soubassement est détaillé et la miniature roule bien.

undefined   
   
PEUGEOT 301 fourgonnette (1932) – Ixo – collection Camionnette d’antan, n° 78
undefined undefined 
undefined  undefined 
Réduite par Ixo, cette fourgonnette ne nous est pas totalement inconnue puisqu’il s’agit du même modèle – débarrassé des panneaux publicitaires latéraux – que celui de la collection Michelin, n° 33. Nous retrouvons donc les mêmes erreurs d’interprétation même s’il nous donne une assez jolie représentation de l’original. Toutefois ses lignes et volumes ne sont toujours pas concluant. En effet, c’est de face que l’on se rend compte d’une certaine interprétation avec une calandre trop large et manquant de hauteur. Cela se répercute sur le traitement des profils où la ligne de caisse est trop basse, le panneau de portière situé sous celle-ci paraissant carré et non rectangulaire. L’écusson Peugeot qui orne la calandre – qui devrait être noircie - n’est pas peint. Le haut du pare-brise est trop arrondi. Le reste de la fourgonnette est de facture honnête avec une décoration assez sobre au graphisme d’époque. Notons avec plaisir que la roue de secours, côté droit a été avancée, ce qui permet l’ouverture de la portière. Ce qui n’était pas le cas sur la Michelin. Ma remarque d’alors y serait-elle pour quelque chose ? L’arrière est sobre et possède toujours au bas de l’aile droite la plaque métallique « Peugeot 301 » ? Bravo Ixo. A l’intérieur le tableau de bord a par contre perdu ses cadrans. Le soubassement est peu détaillé avec une sortie d’échappement assez jolie. La miniature roule bien.  
undefined   
   
RENAULT 4cv Ghia Jolly de 1961 – Eligor – collection 4cv, n° 7  
undefined  undefined 
undefined  undefined 

Réduite pour Eligor, cette 4cv Jolly sort des sentiers archi battus de cette collection. Si les lignes et volumes sont corrects, son coloris – pourtant réaliste – surprend. L’avant est correctement reproduit, tout comme le profil et l’arrière. Les ouïes de refroidissemeny sur les ailes arrière ne sont que dessinées mais les tubes chromés faisant fonction de pare-chocs – avec leur forme particulière -  et autres poignées de maintien sont présents. Notons toutefois l’absence de clignotants sur cette réduction. Certains clichés laisseraient supposer leur présence au niveau du sommet du dossier de la banquette arrière. Les roues accueillent les grands enjoliveurs propres à Ghia. L’habitacle est bien coiffé d’un dais et accueille un mobilier censé être en osier. Il serait complet si le pédalier n’avait pas été oublié. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien. 

undefined   
   
SIMCA Aronde Camionnette de 1954 – Ixo – collection Simca, n° 30
undefined undefined
undefined undefined

Réduite par Ixo cette Aronde Camionnette se révèle des plus intéressantes pour le collectionneur lambda car elle vient combler un vide et va rejoindre les Intendante de 1957 et 1960 sorties en résine. Lignes, volumes et coloris sont au rendez-vous. De plus cette camionnette est vierge de toute publicité. L’avant est réussi, tout d’ailleurs que le reste de la miniature, avec sa large ouverture surmontée par l’écusson à l’hirondelle stylisée et correctement reproduite. Les clignotants débordent bien sur les côtés. Le profil accueille des roues aux enjoliveurs correctement dépourvus de rouge en leur centre et la petite plaque dimensionnelle. L’arrière est surmonté d’une bâche ouverte sur un plateau rainuré et qui peut se retirer facilement. Notez que la signalisation arrière de ce modèle se limitait à deux feux qui assumaient les trois fonctions obligataires de l’époque : feux, freins et clignotants. L’habitacle à l’instrumentation et au mobilier des plus réduits met en évidence une banquette marron. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.  

undefined   
   
SIMCA Trianon de 1957 – Ixo – collection Route bleue, n° 5 
undefined  undefined 
undefined undefined

Réduite par Ixo, cette Trianon reprend un moule bien connu puisqu’il servi notamment à l’Ariane 4 dont nous retrouvons – à tort – les roues ajourées à la place de jantes pleines à quatre crevés. Volumes et lignes sont acceptables, ainsi que le coloris. Soulignons tout de suite l’effort consenti pour nous livrer une voiture au capot levé révélant le glouton V8 qu’il renferme. Ceci étant, cette réduction qui bénéficier cette Trianon de chromes que la vraie ne possédaient pas au niveau des surfaces vitrées. Dommage qu’elle n’ait reçu les phares de la collection Simca et que l’arrière soit dépourvu des catadioptres carrés placés au-dessus des crosses du pare-chocs. Lequel est encore dépourvu du monogramme Vedette. L’intérieur noir et blanc reproduit correctement son mobilier. Le soubassement n’est pas détaillé et la miniature roule mal.

undefined  
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 15:06

undefined

n° 135
du 10 mars 2008

   

Quatre des sorties presse de la semaine

CITROËN Jumper phase II de 2002 – Universal Hobbies – collection Passion Citroën, n° 93
undefined undefined
undefined undefined

Réduit par Universal Hobbies, ce fourgon Jumper se révèle être de très bonne facture et bénéficier d’une finition soignée, digne d’une version boutique. Lignes, volumes et coloris sont au rendez vous et aucun détail ne semble manquer. L’avant arbore un beau bouclier noir surmonté d’optiques fidèles encadrant la calandre aux chevrons. Vaste pare-brise permettant de voir un poste de conduite très détaillé, en noir avec mobilier gris foncé. Les profils accueillent les monogrammes et répétiteurs de clignotants alors que les miroirs des rétroviseurs latéraux sont en deux parties. Les plis des flancs sont réalistes ainsi que la découpe de la portière coulissante dont le rail est même peint couleur alu. De plus les roues sont hyperréalistes. L’arrière est tout aussi soigné avec monogrammes, feux verticaux et 3ème feux stop bien présents, sans oublier les catadioptres dans les retours du bouclier. Le pavillon est lui aussi très réaliste à l’instar du soubassement très travaillé et qui mérite que l’on retourne la miniature qui roule bien.

undefined  
   
MERCEDES 350SL de 1971 – Ixo – collection Mercedes, n° 16
undefined undefined
undefined undefined

Quelque soit l’angle sous lequel je regarde la réduction produite par Ixo les proportions proposées me choquent. Et pour une fois ce n’est pas le réducteur qui est en cause mais bien le véhicule qui a servi de modèle. Garde au sol importante, roues de grand diamètre, ligne de caisse très basse mais haute surface vitrée, court, le cabriolet 305 SL est responsable de cette sensation. Et les roues de la miniature y contribuent aussi. Ceci dit il s’agit d’un modèle intéressant et facilement transformable en vrai cabriolet après dépose du hard-top. Lignes et volumes reflètent donc ceux du vrai avec une belle calandre encadrée d’optiques soignées et surplombant un pare-chocs bien dessiné intégrant des antibrouillards. Le profil est déroutant avec ses (trop) grosses roues et une vitre de custode qui remonte trop vers l’arrière. Arrière complet arborant des feux nervurés. L’intérieur  « cuir » beige est du plus bel effet et présente une planche de bord bien remplie. Le soubassement est très moulé et la miniature roule bien. Et comme la miniature n’est pas responsable de ses proportions.

undefined  
   
MERCEDES 600 de 1965 – Universal Hobbies – collection James Bond, n° 32
undefined undefined
undefined undefined

Autant le dire tout de suite, je suis très déçu par cette réduction signée Universal hobbies tant les lignes et volumes de cette 600 ont été diversement interprétés. On ne dirait pas que c’est le même réducteur qui a produit le Jumper de la collection Passion Citroën. Les dimensions imposantes de l’originale sont peut être au rendez-vous mais un avant trop haut, réduisant d’autant le pare-brise et le galbe des flancs pas assez prononcé et remontant les poignées de portières, abîment l’ensemble, d’autant qu’un semblant de jonc chromé court sur toute la longueur de la voiture là où un simple pli de tôle existe sur la vraie. Une complicité semble s’être ingéniée avec le dessin approximatif des passages de roues, pour parachever cet effet. Ajoutons au tableau une étoile de calandre trop haut perchée, un pare-chocs avant trop rectilignes, des enjoliveurs de roues non peints, des découpes de portières arrière fantaisistes et différents D et G. Seul l’arrière sauve la mise avec l’aide de l’habitacle noir qui accueille des appuie-têtes arrière rapportés et deux figurines. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien.

undefined  
   
PEUGEOT Expert phase II de 2004 – Norev – collection Peugeot, n° 54
undefined undefined
undefined undefined

Réduit par Norev, cet Expert nous restitue correctement les lignes et volumes de l’original mais est desservi par sa robe noire qui dissimule tous ses détails. Seule sa décoration d’opérette très discrète l’égaye un peu. A l’avant le museau accueillant le lion de Peugeot paraît quelque peu empâté mais est cerné par toutes les optiques du vrai, y compris dans le bouclier. Le profil ne révèle rien de sa composition sinon les répétiteurs des clignotants et le débordement des feux arrière verticaux. Les roues sont correctes. L’arrière est dépourvu des trois monogrammes de l’original. Seuls l’immatriculation et le troisième feu stop complètent les feux arrière correctement colorés. L’habitacle totalement noir lui aussi reçoit une planche de bord fidèle avec le levier de vitesse à la bonne place. Par contre je trouve que les trois sièges sont bien exigus et laissant trop d’espace avec les parois. Le soubassement n’est gravé qu’au niveau des trains roulants. La miniature roule bien.

undefined  
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 15:29

undefined

n° 134
du 03 mars 2008

   
Le nouveau Kangoo est arrivé
Renault Kangoo  (Renault boutiques)
- le Ludospace    réf. -
77 11 423 253
- l'Express           réf. -
77 11 423 255
- le Compact       réf. -
77 11 423 256
 
undefined undefined
undefined undefined
undefined undefined

Réduites pour le compte de Renault par Excel Master (merci Exiv96 pour l’info) ces trois versions reproduisent très fidèlement les originales. Ainsi, lignes, volumes et coloris sont bien au rendez-vous ainsi que les différents degrés de finition visibles aussi bien extérieurement qu’intérieurement. Si les trois quarts de la carrosserie sont en métal, le hayon ou les portes battantes arrière sont rapportés et en plastique. Notez que les vitres latérales des deux portières avant sont absentes, ce qui facilite l’examen des habitacles. Cela permet de constater que la version vitrée Ludospace bénéfice d’un ciel de pavillon assez bien reproduit et du coffre de rangement coulissant entre les sièges avant. Coffre que l’on retrouve sur le Kangoo Express mais pas sur le Kangoo Compact. Ces deux derniers disposent d’une cloison pleine derrière les sièges qui me parait trop en arrière. Les soubassements sont peu détaillés mais les miniatures roulent bien. Aussi pour chacun d’eux…

undefined   
   

Trois des sorties presse de la semaine

Diorama de la Route bleue, n° 4 – Le pique-nique lors de l’étape Aix en Provence – Saint Maximin la Sainte Baume
undefined undefined
undefined undefined
Petit liminaire – Cette étape réveille en moi de nombreux souvenirs de jeunesse pour avoir habité Trets (BduRh) de 1959 à 1967 et avoir pris la ligne régulière Marseille-Aups pour aller au collège de St Maximim en traversant Pourcieux matin et soir. A l’époque c’était un vieil autocar Saurer à conduite à droite qui assurait le service. Combien de fois c’étaient les passagers qui indiquaient au chauffeur s’il venait un véhicule en face avant de dépasser les poids-lourds.

Ce quatrième diorama est le plus abouti des quatre avec son sol herbeux, un peu trop vert à mon goût. Je lui préfère celui du test, plus jaune, et par là plus réaliste vu le climat de la région au pied de la Sainte Victoire. Outre la Dauphine qui a laissé sa place à une Ondine , le couple a grandi. C’est vrai qu’il était plutôt riquiqui. La nappe est elle aussi plus grande alors que les autres éléments n’ont pas évolué.
undefined  
   
CITROËN type 23 fourgon 1500 kg de 1952 – Ixo – collection Camionnettes d’antan, n° 77
undefined undefined
undefined undefined

Réduit par Ixo sous la forme d’un fourgon tôlé aux couleurs de Ripolin, célèbre marque de peinture rendue célèbre à l’époque par ses trois peintres qui s’écrivaient sur le dos. Mais ce type 23, qui nous fait penser à une grosse traction, nous est déjà connu pour avoir offert ses flancs à Michelin, (n° 32 de la collection qui lui était consacrée). L’ensemble est plaisant dans sa livrée blanc cassé et noir, avec sa publicité discrète. Attention toutefois à ce que la décoration soit complète. Le seul exemplaire disponible le doit à une retouche photographique. De face, si le pare-brise en deux parties est bien rendu – la partie haute étant projetable vers l’avant pour assurer une meilleure aération de l’habitacle - ce qui m'interpelle c'est la forme de la calandre qui manque d'arrondi en sa partie haute et ces chevrons à 90° !! . De profil, je suis gêné par les ouïes latérales du capot qui ne sont pas verticales, mais inclinées et par le dessin quasi carré de la vitre de portière, un poil trop haute, ainsi que par l’aspect « visière » du raccord du pavillon avec le sommet du pare-brise. A l’inverse, ce fourgon est doté de jolies roues réalistes et de feux rouges à l’arrière. L’habitacle accueille une large banquette noire. Le soubassement est détaillé et la miniature roule bien. A quand une version au toit de la cabine plat ?, version benne basculante ou citerne, voir bétaillère.

undefined  
   
RENAULT Ondine de 1961 – Ixo – collection Route bleue, n° 04
undefined undefined
undefined undefined
Extrapolée de la Dauphine, l’Ondine proposée par Ixo reprend le moule de cette dernière, facilement reconnaissable à ses vitres latérales surdimensionnées. Sinon l’on retrouve assez facilement les lignes, volumes et coloris de l’originale. L’avant souffre d’optiques convexes et en relief alors que la vraie disposait d’optiques concaves et encastrées dans le capot du coffre. Par contre, il possède la barre de protection de la roue de secours. Le profil est gâché, d’une part, en raison du mauvais tracé et du manque d’épaisseur des encadrements des surfaces vitrées qui les dénaturent, et d’autre part par le galbe approximatif du pavillon. Les roues possèdent bien des jantes ajourées à douze trous montées sur les modèles de prés-série et des pneus à flanc blanc. Pour avoir des roues de séries à huit trous il convient de les remplacer par celle de la Dauphine du test. L’arrière accueille bien des butoirs de pare-chocs revêtus de bananes en caoutchouc mais est toujours dépourvu du champignon central éclairant la plaque d’immatriculation, qui, sur l’Ondine possède en plus une barre chromée horizontale traversant cette dernière. Les monogrammes sont présents ainsi que les écussons rouge à leur côté sur les ailes avant abritant les feux de stationnement alors obligatoires. L’intérieur correctement coloré correspond bien à celui des premières Ondine. Dommage que le volant n’ait pas bénéficié du même traitement car il était lui aussi bicolore. Le soubassement (marqué Dauphine) n’est pas détaillé mais la miniature roule bien.
undefined  
   
SIMCA GORDINI Grand prix 1949 – Ixo – collection Simca, n° 29
undefined undefined
undefined undefined

Réduite par Ixo, cette Simca Gordini séduit par ses dimensions ramassées et sa robe bleu clair. L’ensemble est fort plaisant à regarder malgré l’absence de tout pilote à son volant. Les roues fils bénéficient d’un bon traitement les rendant assez réalistes avec leurs gros tambours de frein. Les bras de suspension sont présents et la ligne d’échappement parait correcte. Les stries d’aération du capot sont bien implantées. Ce qui n’est pas le cas des inscriptions qui sont placées un peu trop bas. Les rétroviseurs placés de part et autre du saute vent devraient être bleu clair. Notez que la taille des roues avant et arrière est différente. Le poste de pilotage dispose d’un levier de vitesse central au milieu du pédalier et d’un énorme volant au travers duquel il est possible de voir les trois compteurs qui ornent la « planche de bord ». Le soubassement est lisse mais la miniature roule bien.

undefined  
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 15:21

undefined

n° 133
du 25 février 2008

   

Mise en garde

Dans le n° 130 du 04 février 2008 je vous ai présenté la Simca 8 Sport de Norev. Lors de son déballage j’avais trouvé un bon glissé sous le socle permettant d’obtenir la réédition d’une Peugeot 203 moyennant 3,50 euros de participation aux frais d’envoi. Cette 203, la voici. Et c’est là que les choses se gâtent.
Ce n’est pas Norev qui vous l’adresse, mais la Compagnie Européenne des Collectionneurs. Belle entourloupe pour nous faire découvrir à nos frais les collections que propose cette dernière. C’est elle qui aurait du supporter ces frais d’envoi.
Je trouve le procédé pour le moins mal honnête. Aussi j’espère, que si un responsable de ces deux sociétés vienne à lire ces lignes, il prendra soin de me rayer des fichiers de cette société de vente par correspondance à laquelle je n’ai rien demandé, et me remboursera ces 3,50 euros.
Faire payer sa publicité par ses « non clients » - négation à la mode – fallait oser, certains l’ont fait.
En attendant je délivre un carton rouge à Norev pour la méthode employée.
undefined undefined

 J'ai bien retourné cette 203, je n'ai trouvé aucune indication qui précise qu'il s'agit d'une réédition et non d'un modèle original. Seule la bôite porte les mentions fac similé 1/43° et  véritable fac similé. Reste à savoir se ces mentions figuraient sur les boîtes des années 1950 ?

   

Quatre des sorties presse de la semaine

   
CITROËN GS Basalte de 1978 – Universal Hobbies – collection Passion Citroën, n° 92
undefined undefined
undefined undefined

Réduite par Universal Hobbies, cette GS Basalte reproduit honnêtement la vraie dans cette livrée noire soulignée de rouge. Elle semble reprendre le moule de la GS vert foncé de 1971 (n° 15 de la même collection) bien que l’arrondi au sommet du pare-brise paraisse plus prononcé aujourd’hui. Toujours est-il qu’à l’exception des essuie-phares absents l’avant est fort correct avec sa calandre à barres horizontales, ses antibrouillards additionnels et son monogramme Basalte sur le capot. Le profil comporte bien les enjoliveurs de type Pallas sur les roues et une décoration des plus fidèles des bandes rouges. L’arrière serait parfait si une bande alu ne venait courir à la base de la lunette arrière alors que la vraie n’en comportait pas. L’intérieur réserve une agréable surprise par son traitement coloré des plus réalistes. Cela nous change du noir habituel. Bravo ! Le soubassement est plat et la miniature roule bien.

undefined  
   
CITROËN concept-car C-Sportlounge de 2005 – Norev – collection Concept-cars, n° 27
undefined undefined
undefined undefined

Réduit par Norev, ce concept-car aux allures de Picasso écrasé, séduit par son coloris jaune acide mis en valeur par les immenses surfaces vitrées fumées. Lignes et volumes sont bien respectés. L’avant très large exprime la puissance et son profil la sportivité avec ses grandes roues très travaillées. Lesquelles roues de grand diamètre – les vraies sont de 20 pouces - laissent voir les larges disques de frein avec leurs étriers. L’arrière très ramassé est souligné par des feux style boomerang et comporte logo et monogramme. La partie supérieure à la ligne de caisse, quasi entièrement vitrée permet de voir (difficilement) l’intérieur noir – et non bronze comme sur le vrai. Le soubassement est lisse et la miniature roule bien.

undefined  
   
MERCEDES 190 E 2.3-16 – Ixo – collection Mercedes, n° 15
undefined undefined
undefined undefined

Réduite par Ixo, cette 190 E flatte l’œil grâce à sa livrée mordorée qui lui sied très bien. Lignes et volumes sont une nouvelle fois au rendez-vous. La voiture est fort plaisante malgré une calandre qui gagnerait à être noircie derrière sa grille – tout comme le rétroviseur intérieur. Il est vrai que cet élément est souvent négligé par les réducteurs. L’unique essuie-glace est bien présent au bas du pare-brise. Le profil est soigné, avec de belles roues aux jantes fidèles et des poignées de portières soulignées de noir. Dommage que les ouïes des panneaux de custode soient courbes et non rectilignes. Par contre les deux rétroviseurs extérieurs respectent bien les originaux dans leurs tailles et formes. L’arrière, juste assez étroit, accueille logo et monogrammes au-dessus de feux à la gravure acceptable. L’aileron est assez fin. L’habitacle entièrement noir ne facilite pas l’examen de son mobilier mais dispose d’une planche de bord où les nombreux cadrans sont bien présents. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.

undefined  
   
PEUGEOT 504 cabriolet de 1969 – Norev – collection Peugeot, n° 53
undefined undefined
undefined undefined

Réduit par Norev, ce cabriolet 504 première génération, n’est pas un inconnu pour nous, puisqu’il nous fut proposé en mars 2006 dans la collection des Voitures françaises dans une livrée bleu métallisé sous le n° 93. Les lignes et les formes sobres de ce cabriolet sont bien restituées. De plus, l’ensemble pare-brise et déflecteurs latéraux est assez bien ajusté. Si par rapport au cabriolet bleu, celui-ci perd sa ligne d’échappement alu, il gagne une immatriculation, la présence des monogrammes 504 à l’avant et Peugeot à l’arrière, ainsi qu’un miroir de courtoisie sur le pare-soleil droit. A l’avant essuie-glaces et grille d’aération sont rapportés. La calandre est assez sommaire. Elle ne permet pas de bien distinguer les trois joncs chromés qui la barre et la silhouette du lion n’est pas dorée. Si les blocs clignotants-veilleuses sont bien bicolores, les phares sont encore une fois blancs alors qu’à l’époque ils contenaient encore obligatoirement des ampoules à cabochon jaune. Combien de fois faudra-t-il le répéter pour qu’on obtienne ce respect de la réglementation ? Si le profil est respecté sa présentation tant encore plus vers le jouet que la miniature de collection. Ceci résulte de l’absence de peinture pour les poignées de portière et du jonc de bas de caisse, ainsi que de l’absence du logo du carrossier Pininfarina après les portières. De plus, le traitement clinquant des roues est des plus irréalistes. L’arrière est également négligé avec des clignotants aussi rouges que les feux et les stops. Hérésie. L’intérieur noir est assez bien détaillé. Le soubassement est bien gravé. Le manque de finition est dommageable à l’appréciation générale de cette réduction.

undefined  
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 15:54

undefined

n° 132
du 18 février 2008

   

Une nouveauté du commerce traditionnel

SIMCA Aronde P60 Elysée de 1958 – Ixo – réf. Nostalgie NO 032
undefined undefined
undefined undefined

Réduite par Ixo, cette P60 Elysée n’a rien à voir avec celle de la collection des Voitures d’antan, n° 17 qu’il faut vite oublier. Nous avons affaire à un nouveau moule des plus réussis. Lignes, volumes et coloris sont conformes à une vraie. Toutefois, une erreur grossière s’est glissée dans cette réalisation. Les flèches alu qui courent sur les flancs de l’original ont été peintes en bleu foncé. Encore une bizarrerie incompréhensible de nos jours avec toute la documentation disponible.  Ceci écrit, le reste de la réduction n’appelle pas de remarque particulière et laisse bien présager de la Monaco annoncée dans la collection Simca où cette Elysée aurait aussi sa place. L’avant bénéficie de belles optiques à ampoules jaunes encadrant une calandre très fidèle. Les monogrammes – peu visibles sur les photos – sont bien présents à l’avant et à l’arrière (Aronde), ainsi que sur l’aile avant droite (P60). Les roues sont fort soignées avec des enjoliveurs comportant le S de Simca doré en leur centre rouge. A l’arrière la sortie d’échappement a été accessoirisée en queue de baleine. Un petit regret, que les feux arrière n’aient pas bénéficié d’un trait de peinture alu pour les chromes qui entourent les vrais. Le pavillon est bien nervuré. L’intérieur bicolore est très bien reproduit avec une colonne de direction plus vraie que nature, une banquette avant aux dossiers séparés. Le soubassement est travaillé au niveau du train avant et la miniature roule bien et rate de peu la note maximale.

 
Et après retouche de peinture ...  
undefined undefined
undefined

undefined

   

Cinq des sorties presse de la semaine

Diorama de la Route bleue n° 3 – La crevaison lors de l’étape Fontainebleau - Souppes-sur-Loing
undefined undefined
undefined undefined
La scénette de la crevaison est assez réaliste. Pendant que monsieur procède au changement de roues, Madame se refait une beauté. C’est vrai qu’elle pourrait faire cela sur l’accotement, ce serait plus sûr. Les principales modifications apportées par rapport au n° 3 du test portent sur :
- les roues à changer qui sont dépourvues d’enjoliveur (où est passé celui de la roue crevée ?)
- l’homme ne regarde plus sur le côté droit mais ce qu’il fait
- le cric chandelle a fait place à un cric parallélogramme
- la manivelle a été remplacée par … un drôle de manche qui ne doit pas donner de résultats très évidents lors de sa rotation. M’enfin n’ont jamais changé une roue chez Ixo ?
- la 203 reçoit un toit ouvrant (pourquoi noir mat ?)
- le panneau indicateur a été modifié, l’ancien annonçait l’entrée dans Fontainebleau sur ses deux faces !?!
- et grossière erreur à corriger au plus vite sur les prochains numéros, la borne kilométrique affiche l’étape, non les villes à venir.
undefined   
   
CITROËN DS21 Présidentielle de 1968 – Norev – collection DS, n° 54
undefined undefined
undefined undefined

Ce modèle d’exception était jusqu’ici connu uniquement sous la marque Dinky-Toys France ou produit artisanalement. Aujourd’hui c’est au tour de Norev de nous le proposer au prix de 10,90 euros. Lignes, volumes signés Bertoni, sont bien au rendez-vous, accompagnés des vrais coloris. La miniature est vraiment imposante et bien réalisée. L’avant comporte la cocarde présidentielle à sa proue. Le profil rectiligne est souligné par des chromes qui courent en bas de caisse. Les roues sont coiffées de larges enjoliveurs qui recouvrent entièrement les jantes. L’arrière est lui aussi très horizontal avec des feux bien colorés. L’habitacle très clair met en évidence un mobilier très massif. A noter la présence de la fameuse cloison vitrée arrondie séparant les deux rangées de sièges. Le soubassement est gravé et la miniature roule bien. Si une version boutique sort prochainement, j’espère qu’outre un habitacle mieux coloré (bois et acier) celui-ci accueillera son illustre passager et son chauffeur.

undefined

undefined

   
FIAT 238 – Ixo – collection Camionnettes d’antan, n° 76
undefined undefined
undefined undefined

Réduit par Ixo, ce petit utilitaire Fiat ne nous est pas inconnu puisqu’il nous a déjà été proposé dans la collection Michelin (n° 15 – cf. notre n° 53 du 14 août 2006). Nous retrouvons donc la bouille joufflue de l’original.  L’aspect général paraît réussi ainsi que son avant bien qu’il me semble manquer un peu de hauteur par rapport à sa largeur.  Le profil n’appelle pas de remarques particulières et une fois encore je ne me prononcerai pas sur la décoration du véhicule, faute de photos du véhicule reproduit. Par rapport au premier celui-ci arbore une belle calandre noire rapportée et des phares très réalistes (ampoules jaunes au rendez-vous) et l’arrière paraît mieux gravé. En fait cela est dû à la peinture utilisée, moins épaisse. Le poste de conduite est entièrement noir et dispose d’une barre transversale placée derrière les sièges. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.

undefined  
   
RENAULT 4cv R1062 de 1950 – Eligor – collection 4cv Renault, n° 5
undefined undefined
undefined undefined

Réduite pour Eligor cette 4cv nous est proposée dans une livrée salie d’un assez bel effet. Lignes, volumes et coloris sont fidèles à l’original et bénéficient d’une finition poussée avec une face avant très réussie avec son unique anti brouillard et l’avertisseur sonore rapportés. Le profil affiche des déflecteurs extérieurs et des clignotants latéraux en quartier d’orange. Dommage que les fenêtres soient entourées d’un jonc chromé qui n’a jamais existé sur ce modèle. L’arrière bénéficie de feux rouges rapportés très réalistes. Le toit accueille une galerie supportant des plaques de désensablement, des valises et un pneu de secours. L’intérieur accueille des sièges colorés mais aucun traitement des contreportes. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.

undefined  
   
SIMCA 5 de 1947 – Ixo – collection Simca, n° 28
undefined undefined
undefined undefined

Réduite par Ixo, cette Simca 5 nous est fidèlement restituée dans ses lignes et volumes malgré peut être des obus de phare un peu trop généreux. Pourtant c’est à mon avis, la plus réussie des versions diffusées par voie de presse, devant celle d’Universal Hobbies (la Poste) puis celle de Norev (Voitures françaises). L’avant est très réussi malgré la présence d’un seul essuie-glace, d’une calandre trop brillante à mon goût et de phares non teintés de jaune. Le profil est magnifiquement rendu avec les attaches du capot basculant et les boitiers des flèches de direction bien présents. Et que penser de la représentation de la vitre coulissante côté conducteur ? Dommage que les roues, gravées du logo de la marque ne soient pas couleur carrosserie, comme sur les vraies. L’arrière tout simple permet de reporter notre attention sur la reproduction de la capote qui mérite qu’on l’observe à la lumière rasante pour découvrir le travail accompli. Bravissimo Ixo. L’intérieur havane montre bien qu’il s’agit d’une stricte deux places. Le soubassement est détaillé et la miniature roule bien

undefined  
   
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 16:51
undefined n° 131
du 11 février 2008
   

Réédition de modèles Dinky Toys

Atlas vient de lancer une campagne publicitaire en vue de la réédition de modèles Dinky Toys. Signé Norev (sous licence Mattel) le premier modèle est la fameuse DS19 référencée 24 C verte à toit ivoire qui enchanta notre enfance. Si la réédition est de bonne facture et peut faire illusion dans une vitrine aux côtés des modèles d’époque, le prix exigé ne correspond pas aux critères d’aujourd’hui qui nous permettent d’avoir des modèles fidèles et complets. De plus je ne suis pas certain que cette réédition puisse me permettre d’acquérir des modèles qui m’ont échappé en leur temps ou qui ont été abîmés ou perdus. Aussi je me contenterai de cette DS19.
undefined undefined
undefined undefined
   
Quatre des sorties presse de la semaine
CITROËN C-Crosser de 2007 – Norev – collection Passion Citroën, n° 91
undefined undefined
undefined undefined
Réduit par Norev, cet SUV vous a déjà été présenté en version boutique. Le voici aujourd’hui en version presse dans une livrée alu très correcte. Reprenant le même moule il reproduit fidèlement les lignes, volumes de l’original. Toutefois, cette miniature bénéficie d’une finition simplifiée avec notamment des barres de toit rapportées noires au lieu d’être alu, des vitres latérales et arrière non surteintées et une absence de monogramme sur le montant des portières arrière et un intérieur complètement noir. Par contre, les jantes alliage laissent voir les disques de frein munis de leurs étriers. De plus l’arrière s’ouvre comme le vrai, en deux parties. A souligner, qu’à l’inverse de la version boutique, cette version presse conserve son hayon en position relevée. Dommage, qu’une fois encore, un intérieur noir nous prive de la vision des sept sièges composant le mobilier. Le soubassement est bien détaillé et la miniature roule bien. A finition réduite, note réduite … pouvait mieux faire.
undefined
 
FORD Mustang cabriolet  - Universal Hobbies – collection James Bond, n° 30
undefined  undefined
undefined undefined
Réduit par Universal Hobbies ce cabriolet Mustang séduit par ses lignes, volumes et coloris qui respectent  l’original. Un petit reproche peut-être, le caractère un peu trop débordant des enjoliveurs à ailettes. Mais bon, à cette échelle ! Toujours est-il que la calandre gagnerait à être noircie pour être encore plus réaliste et faire ressortir le mustang. Sinon, le reste de la voiture est correctement reproduit même si les feux arrière doivent être peints, y compris ceux sous le pare-chocs. Dommage que la finition soit si légère L’habitacle noir accueille deux passagers entiers. Le soubassement est détaillé et la miniature roule bien.
undefined
 

MERCEDES 300D Limousine de 1957 – Ixo – collection Mercedes, n° 14

undefined undefined
undefined undefined
Réduite par Ixo cette limousine se révèle imposante, tant par ses dimensions et volumes que par sa jolie livrée noire, très officielle. Les rares chromes qui la parcourent concourent à cette impression. L’avant reçoit une calandre bien travaillée et bordée par deux colonnes dédiées à l’éclairage. Pour ma part j’aurais préféré des clignotants blancs puisque cela a aussi existé et que cela me paraît pus contemporain que les oranges. Le profil élégant accueille de belles roues de bon diamètre. Les baies vitrées profitent d’encadrements très réalistes. L’arrière très dépouillé souffre de ces nouveaux feux arrière tout métalliques qui ne valent pas ceux en plastique. L’intérieur bordeaux donne une note de luxe au mobilier précédent d’une planche de bord brune. Le soubassement est peu détaillé mais la miniature roule bien.
undefined
 
PEUGEOT 202 fourgonnette – Norev – collection Peugeot, n° 52
undefined undefined
undefined undefined
Réduite par Norev cette fourgonnette 202 n’est pas une inconnue dans cette collection puisqu’elle en a constitué le n° 6 dans une version bâchée aux couleurs de Peugeot. Nous retrouvons facilement la ligne fuseau lancée par Peugeot à la fin des années 30 dans la partie avant de véhicule. Toute la partie antérieure reprend l’avant jusqu’à la cellule habitable de la fourgonnette « paquet de tabac » de la Poste. La calandre est bien reproduite, permettant d’apercevoir les phares placés derrière elle. Les feux de positions sont bien présents au sommet des ailes avant. De profil nous retrouvons les lignes galbées de l’avant qui s’oppose au caractère rustique de la partie arrière des plus rectilignes et découvrant toute la partie arrière du châssis. A noter l’absence des boîtiers des bras indicateurs de changement de direction placés entre la portière et le plateau. L’arrière ouvert est des plus simples avec son unique feu rouge à gauche et la roue de secours placée sous le plateau. Ce ne sont pas les quelques pneus jetés en vrac sur le plateau qui relève la présentation d’opérette de ce modèle. Pourquoi ne pas s’en tenir à nous proposer une version neutre vert bouteille terni au lieu de tenter de plagier ce qui se fait ailleurs … L’intérieur est noir et le soubassement des plus simplifiés. La miniature roule bien.
undefined
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 16:56

Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine