Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 10:20
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 361 du 09 juillet 2012
 
 La semaine dernière, j’ai discuté avec deux revendeurs de miniatures. Tout deux m’ont tenu à peu près les mêmes propos. L’envolée des prix de nos chères miniatures atteint un niveau tel qu’ils commencent à prendre peur, question survie de leur commerce. Il y en a même un, pourtant fort bien implanté, et depuis très longtemps, qui m’a dit que « Lorsque les fabricants et les importateurs se rendront compte que cette situation les conduit à leur propre perte, il sera déjà trop tard, pour nous mais aussi pour eux. » Aussi, et même si ce libelle n’a aucune chance de faire évoluer les choses, il aura au moins le mérite de pouvoir être lu par quelques décideurs qui je sais lisent CH43. La spirale infernale est enclenchée car nombre de collectionneurs n’ont pas un budget miniatures élastique. Et si les prix continuent à monter, leurs achats vont encore diminuer (en volume), d’où la tentation d’un nouveau relèvement des prix, etc. Et que penser de ce nouvel engouement des fabricants pour les modèles en résine, encore plus chers ? Que cela ne vous empêche cependant pas de passer de bonnes vacances, dans l’attente de ce qui se prépare pour la rentrée de septembre. Je sais que ceux qui ont de la place pour étaler un diorama pourraient en profiter.
 
 Modèles presse

Petit rappel (valable pour les deux modèles Ford présentés ci-dessous) : dans le n° 349 de CH43 daté du 12 avril dernier, je vous ai présenté les quatre premiers modèles de la gamme métal de PremiumX, au nombre desquels se trouvaient les Ford Bronco II et Evoline minibus que je vous présente aujourd’hui, tels que provenant de la collection presse dédiée aux véhicules visibles dans les films de James Bond, le célèbre agent 007.

 

FORD Bronco II de 1990

Ixo/Fabbri - collection James Bond 007, n° 106 (Quantum of Solace) 

4527GR Bronco-II rouge
 Il y aurait comme un air de famille avec le Bronco II, évoqué plus avant, qu’il ne s’agirait pas d’une simple coïncidence. En effet, les deux versions sont bien issues du même moule. Je ne reviendrai donc pas sur celui-ci. Par contre je vais tenter de mettre en avant les principales différences entre les deux. Et tout d’abord, sur la livrée où aujourd’hui nous nous trouvons en présence d’un modèle « poussiéreux ». Les essuie-glaces sont peut être moins fins que sur l’autre mais ils sont bien dessinés. Il n’y a pas d’immatriculation à l’avant, ni de rétroviseurs latéraux. Les jantes sont mattes. Il n’y a pas, non plus, de cartouches indiquant le modèle sur les ailes avant. Par contre les gouttières sont soulignées de noir. Il n’y a pas d’ovale Ford sur la portière arrière ni de troisième feu stop au-dessus de la lunette arrière. Laquelle est dépourvue de grille de désembuage. S’il y a bien, à l’intérieur, les quatre sièges, ceux-ci sont entièrement noirs.  Mais le large tableau de bord rectangulaire est représenté imitation bois. Le soubassement est tout aussi détaillé en 3D mais la ligne d’échappement est restée noire.
CH43 2011 4 etoiles
 

FORD Evoline minibus 1972/1974

Ixo/Fabbri - collection James Bond 007, n° 107 (Les diamants sont éternels)
4530GR Ecoline vert
4530GS Ecoline vert
4530GT Ecoline vert
 Comme pour le Bronco II, l’Evoline de la collection des voitures visibles dans les films de James Bond a précédé celui proposé dans la gamme PremiumX. Ce premier jet n’a pas du tout à rougir devant son cadet car je le trouve personnellement plus plaisant à l’œil car il bénéficie d’une gravure au perçu plus fin, certainement en raison de la qualité de sa livrée bleu/vert métallisé au grain très fin. Je ne reviendrai pas sur les interprétations du moule, décrites dans le n° 349 mais signalerai  des essuie-glaces chromés bien dessinés, une belle grille de calandre horizontale avec phares et clignotants, rapportés et en plastique correctement coloré. Les feux de gabarit latéraux sont cependant seulement gravés et peints. Les roues sont dotées de jolis enjoliveurs réalistes et de pneumatiques à flanc blanc. A l’extrême arrière, les flancs arborent un monogramme sérigraphié « club Wagon ». Les portières arrière affichent le monogramme Ford à hauteur des feux, rapportés, en plastique correctement coloré.  Comme sur l’autre version le mobilier intérieur se limite à deux rangées de sièges, ici, tabac foncé. Un effort a été fait pour bien reproduire l’habillage des contreportes et des portières arrière. Le soubassement est peu détaillé.
CH43 2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

CITROËN Xsara WRC (rallye de Chypres 2009)

Equipage Petter Solberg/P. Mills – 3ème au CG

Vitesse – réf. 43241
4536GR Xsara WRC grise
 Pourquoi une énième Xsra WRC dans ma collection alors que le rallye n’est pas ma cible principale ? Tout bonnement parce-que celle-ci bénéficie du capot moteur ouvrant et qu’elle propose une livrée originale qui change des livrées officielles de l’écurie Citroën. Aussi retrouvons nous les lignes, volumes et livrée de la voiture avec laquelle le finlandais Petter Solberg termina à la troisième place du classement général au terme du rallye de Chypres 2009.  Outre une belle restitution des différents stickers des sponsors affichés correctement par tampographie, celui de Lunde Marine group, présent devant les roues arrière, est photodécoupé. Le pavillon est équipé de la prise d’air habituelle, de la balise GPS et de trois antennes radio.  Le mobilier intérieur est classique avec les deux sièges baquets avec harnais, l’arceau-cage et la roue de secours. Sans oublier la représentation détaillée des différents leviers de commande de pilotage. Le soubassement est à fond plat. Mais ce qui fait le plus de ce modèle est son capot moteur relevable qui permet de découvrir le dessus du moteur et de ses accessoires. Mais aussi que les deux sorties d’air dudit capot sont équipées de très fines grilles…
CH43 2011 4 etoiles+
 
 

DODGE Viper SRT10 convertible de 2006

Norev – réf. 950025
 4524GR Dodge Viper cab roug
4524GS Dodge Viper cab roug
 Dans le n° 11 de l’alors Collec’Hebdo 43, daté du 21 octobre 2005, je vous ai présenté la vision d’Ixo du cabriolet Dodge Viper SRT10, n° 23 de la collection des Voitures de rêve. Voici aujourd’hui celle de Norev, en version boutiques. S’il n’y a pas photos – comme on dit de nos jours – entre les deux versions, Norev l’emportant sur Ixo pour le rendu de la carrosserie, c’est Ixo qui l’emporte pour la restitution de l’habitacle. Pourtant tout commençait bien pour cette nouvelle déclinaison de cette Viper SRT10 décapotable, tant le rendu de ses lignes et volumes était appuyé par une très belle –et nette- gravure, que j’aimerais retrouver plus souvent. Avec de belles jantes chromées laissant voir les disques de freins aux étriers rouge siglés Viper et dotées de pneus très sculptés. Les optiques et les feux arrière sont rapportés, en plastique, et correctement colorés. Mais si le mobilier intérieur est correctement détaillé, c’est le traitement de la planche de bord et de la console qui est simpliste. Je lui préfère celui de l’Ixo où les principaux cadrans sont détaillés et non réduits à de simples touches argentées. Le soubassement est détaillé. Et la voiture est accompagnée d’une capote permettant de la présentée fermée. La Viper SRT10 convertible en photos
CH43 2011 4 etoiles
 

FORD Gran Torino coupé de 1976

Minichamps – réf. 400 085200
4537GR Gran-Torino coupe bo 
 Qu’il est très difficile de trouver des photos d’un coupé Gran Torino de 1976 sans se voir proposer celle de la réplique de la voiture utilisée par Starsky et Hutch. Alors nous ferons avec pour le moment, à défaut d’autres sources de comparaison.  Toujours est-il que malgré le prix assez élevé de ce modèle, celui-ci est loin de d’être exempt de toute critique. En effet, si ses lignes et volumes sont bien restitués sous une forme assez imposante pour représenter une américaine, il y a certains détails qui appellent remarques.  Pour commencer les étranges essuie-glaces émergeant sous le pare-brise. Puis les retours du pare-chocs avant qui ne vont pas assez en arrière. Ils devraient recouvrir le joint de tôle de l’extrémité des ailes avant. Il y a aussi la découpe des passages de roues trop grande, notamment à l’avant. Ce qui fait « nager » les petites roues à l’intérieur. Et j’ajouterai pour faire bon poids la curieuse façon dont les pièces chromées entourant les petites fenêtres de custode se rejoignent à l’arrière. Cela fait beaucoup à mon goût, surtout que la longue antenne radio, sur l’aile avant droite ne doit pas être loin de faire 4 cm de diamètre à l’échelle 1/1. Pourtant le reste ne démérite pas avec l’étrange calandre chromée qui incorpore les clignotants avant, verticaux, et rejetés sur ses côtés. Et le large bandeau rouge, à l’arrière, tout en plastique et serti de chrome. Les monogrammes Gran Torino figurent sur les ailes avant alors qu’à l’arrière n’y figure que celui de Torino. Les petites roues sont bien dessinées. A l’intérieur, le mobilier, bénéficiant d’une belle gravure, est entièrement noir, à l’exception toutefois d’une planche de bord façon placage de bois à nombreux cadrans. Ce qui rachète un peu l’ensemble, c’est la reproduction 3D du soubassement. Mais seulement pour les collectionneurs qui séparent la voiture de son socle. La réplique de celle des fameux Starsky et  Hutch
CH43 2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 15:48
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 360 du 02 juillet 2012
 
 Modèles presse
 

Semaine du 25 juin au 01 juillet 2012

BERLIET GLM10 de 1957

Service des essences des armées

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 63
4539GR Berliet GLM10 citern
4539GS Berliet GLM10 citern
4539GT Berliet GLM10 citern 
 Voila un modèle qui devrait recevoir un large accueil, car non seulement les collectionneurs de camions seront séduits, mais aussi ceux friands de véhicules militaires. Restera la question de la concordance du 1/43ème avec les autres engins.  Toujours est-il que ce nouveau GLM10 est fort séduisant dans cette livrée du Service des essences des armées avec sa cabine à couchette, sa visière et sa citerne. A noter que si le dernier camion n’avait pas de roue de secours, celui-ci en possède deux. Comme sur la première version de ce modèle, rappelez vous le plateau bâché d’un transporteur algérois. Comme toute citerne qui se respecte il y a toujours les deux tuyaux placés dans les goulottes latérales. Mais venons à ce qui porte à interrogation. En effet, qui dit camion militaire, dit respect de certains détails. Or il me semble que cette livrée brillante aurait du laissé sa place à une livrée satinée, voire carrément matte. Ce détail sera facilement corrigé par les inconditionnels de la retouche. Mais à mon avis il y a plus important. L’immatriculation arrière ne devrait pas se trouver sur le support droit, mais sur celui de gauche. Comme sur tout véhicule routier. Et puis il manque quelque chose à l’arrière pour en faire un véritable véhicule militaire. Mais aussi à l’avant. Il manque les feux « sourds ». C‘était en fait gros comme des boites de cirage cylindrique avec deux petits rectangles colorés pour les feux arrière/stop et les clignotants. Il devrait y avoir les mêmes à l’avant pour les phares. Le châssis est classique et seul le premier essieu arrière est moteur.
CH43 2011 4 etoiles 
 

MATRA M530 LX de 1970

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 12
4540GR Matra M530 jaune
4540GS Matra M530 jaune
 Est-ce parce que l’on a très attendu la relève avec les versions proposées à l’époque par Dinky Toys et Norev que beaucoup, comme moi, se sont empressés d’acheter celle proposée il y a peu par Solido ? Toujours est-il que je reste un peu sur ma faim devant cette M530 proposée par Ixo. D’abord son volume parait important. Ce que confirme la comparaison avec les trois modèles précités qui ont des dimensions et des volumes quasi identiques et plus petits. Ensuite il y a cet avant que je trouve « gonflé », manquant un peu de plongée vers l’avant. Mais là c’est peut-être une question d’appréciation.  Le résultat reste malgré tout acceptable. Ce qui l’est moins, à mon avis, c’est encore le mélange des genres, ou des millésimes. Je m’explique. La seule présence, à l’avant, des deux éléments faisant fonction de pare-chocs de part et autre de la petite prise d’air ovale, donnerait à penser que l’on soit en présence d’un des tout premiers modèles, apparus en 1967. Or, il n’en serait rien à la lecture de ce qui figure sur les cartouches placés en bas des montants de custode, où l’on peut livre M530LX. D’où un modèle apparu en 1970. Mais alors, où sont passés les butoirs avant dont cette version était équipée (comme sur la Solido), mais aussi le panneau arrière, noir mat, avec son encadrement chromé ?  C’est à mon avis ce dernier millésime qui serait le bon, avec l’absence d’entourage chromé de la baie arrière relevable, qui n’est plus encadrée que par des joints en caoutchouc. Et que penser des enjoliveurs de roues, qui ne sont pas d’origine ? Accessoires ?  Je déplore l’absence de tout monogramme Matra Sports sur le panneau arrière, entre feux et pare-chocs, lequel est (à tort) représenté d’un seul morceau. Et les sorties d’échappement, bien creusées, sont trop rapprochées.  A l’intérieur, le mobilier, bien dessiné, est entièrement noir et seuls les deux principaux cadrans (sur les 6 qu'il comporte) sont représentés sur le tableau de bord. Le soubassement est détaillé, notamment au niveau du train arrière.
CH43 2011 4 etoiles
 

OPEL Corsa 1.2 S Luxus de 1982

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 63
4534GR Corsa verte
 Déjà vue dans la collection Opel diffusée sur le marché allemand, cette Corsa bénéficie d’une présentation de bon aloi dans sa livrée vert kaki très germanique. Elle propose des lignes et volumes bien rendus, avec ses élargissements au niveau des passages de roues et une gravure bien nette.  Les essuie-glaces, rapportés, en plastique noir, sont assez bien reproduits. La calandre est bien gravée et affiche l’éclair de la marque en son centre. Les optiques sont rapportées, en plastique transparent. Les clignotants avant sont vraiment trop pâlichons pour être orange comme sur la vraie. Le bas de la carrosserie avant est traversé par l’anneau de remorquage. Une première – à mon avis – sur une voiture de série ordinaire, que ce soit sur un modèle presse ou un modèle boutique. Le monogramme Luxus est phototamponné sur les portières. A l’arrière les blocs des feux verticaux sont rapportés, en plastique correctement coloré – à l’exception du feu de recul qui devrait être blanc et non rouge, côté droit. Le hayon ne reçoit pas l’essuie glace de la lunette arrière. Lunette qui surplombe les monogrammes Corsa 1.2S côté gauche et Opel côté droit.  Le mobilier intérieur, bien gravé, est entièrement noir et possède bien les appuie-têtes largement ajourés de la vraie. A noter sur ce modèle que les cadrans, du tableau de bord et du haut de la console centrale, sont présents. Le soubassement est quasiment non détaillé.
CH43 2011 4 etoiles
 

Deux voitures de la collection Blake et Mortimer

 

Comme pour toute voiture dérivée d’une bande dessinée je ne ferai aucune description de ces modèles. Toutefois, comme il y a trop de ressemblance entre ceux-ci et ceux existant dans le commerce ou dans d’autres collections, je signalerai celle-ci. Cela se conçoit d’autant plus aisément qu’il serait dommage de refaire un moule alors qu’il en existe un autre chez un confrère qui accepterait de sous-traiter. 
 

LANCIA Aurelia GT de 1957

Eligor/Hachette – collection Voitures de Blake et Mortimer,n° 33 
BM33GR Lancia Aurelia
BM33GS Lancia Aurelia 
Malgré un poste de conduite à gauche, et non plus à droite, nous retrouvons un moule utilisé par Ixo pour notamment sa Lancia Aurelia B20 GT de 1957 de la collection Rallye de Monte-Carlo, n° 47. Regarder notamment les bosses sous le chrome de bas de caisse et le trou sous le pare-chocs arrière qui accueillait un feu de brouillard sur l’Ixo. 
 

GAZ 13 Tchaika de 1965

Eligor/Hachette – collection Voitures de Blake et Mortimer,n° 35
BM35GR Gaz 13
BM35GS Gaz 13 
 Là il faut se tourner vers la production commerciale de la gamme Ist models (n° Ist 085) pour retrouver le moule d’origine. La voiture de droite est de fabrication soviétique.
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 14:04
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 359 du 25 juin 2012
 
 Modèles presse

Semaine du 11 au 17 juin 2012

 

 

CITROËN DS3 WRC (Rallye du Portugal 2011)

Equipage Sébastien Loeb – Daniel Elena

Ixp/Altaya – collection Passion du rallye, n° 54
4533GR DS3 WRC Portugal
 La voici enfin en édition presse, la fameuse DS3 WRC de Sébastien Loeb. En configuration rallye du Portugal 2011. Lourdement chargée par sa livrée aux couleurs de son sponsor principal Red Bull, il est difficile de retrouver rapidement les lignes et volumes de cette DS3, pourtant correctement restitués. Livrée qui affiche les différents stickers présents sur la vraie ;  L’ensemble est fort réaliste avec ses ailes élargies, des roues réalistes et ses rétroviseurs latéraux reculés. A noter que si l’on n’a plus droit à la présence de la marque de monte des pneumatiques sur ceux-ci, nous avons à la place les crochets de remorquage avant et arrière.  Les feux arrière sont rapportés et correctement dessinés, avec leur relief travaillé et bien coloré. La lunette arrière est coiffée par un double aileron. Le pavillon décoré aux couleurs du Portugal reçoit la prise d’air et le boitier GPS, mais aussi qu’un seul antenne radio… A l’intérieur, nous retrouvons les deux sièges baquets avec leurs harnais, l’arceau-cage et la roue de secours. Il est difficile de voir si l’extincteur y est aussi. Les cadrans du tableau de bord y sont. Le soubassement, à fond plat n’est pas détaillé du tout, mais une grosse sortie d’échappement en émerge à l’arrière droit.
CH43 2011 4 etoiles
 

FIAT 500D de 1960

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 62
4526GR 500D blanche
 Quand je l’ai découverte dans son emballage, mon premier réflexe fut de dire : encore une première génération. Sous entendu, avec les portières ouvrant à contre sens. Les fameuses portières suicides… Puis en la regardant d’un peu plus près j’ai découvert des lignes et volumes très réussis. En effet, ce modèle est celui qui restitue le mieux l’image 3D de la vraie. A part le sens d’ouverture des portières, j’y retrouve très facilement ma première voiture, une 500F de et en 1965… C’est dire si ce n’est pas d’hier.   De plus elle bénéficie d’une finition correcte avec ses petits phares cerclés de chrome, son motif décorant le panneau avant bien horizontal, dont le motif central cachait l’avertisseur sonore.  Les roues sont assez petites pour être réalistes avec leurs enjoliveurs centraux, eux aussi, chromés. Par contre, le rétroviseur extérieur doit être regardé comme un accessoire rapporté. Le bombé du capot arrière est bien rendu et affiche bien les deux colonnes d’ouvertures de l’aération du moteur : bicylindre refroidi par air. Les feux arrière sont rapportés, métalliques et correctement peints. Il ne manque que le monogramme « nuova 500 » incliné à gauche de l’immatriculation. Les vitrages sont très affleurant. Le mobilier intérieur est entièrement noir. Ce qui ne facilite pas son examen, mais l’on peut cependant de rendre compte que le cadran du petit tableau de bord n’est pas représenté. Quant au rétroviseur intérieur, il semble nécessiter un démontage de la voiture pour être déplié. Ça me rappelle quelques vieux souvenirs… Le soubassement est détaillé.
CH43 2011 4 etoilesbeaucoup_mini.jpg la fidélité des lignes et volumes de cette Fiat 500D
 

TALBOT-LAGO T26 Record coupé de 1948

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 11
4531GR Talbot T26 coach
 Il parait que la qualité de la main d’œuvre chinoise n’est plus ce qu’elle fut aux premières heures des collections presse. Toujours est-il que la qualité perçue en souffre à chaque sortie d’un nouveau modèle. Sur ce coupé Lago Record T26 ce sont les ailes avant qui en sont les victimes, avec un méplat sur chacune d’elle, en dessous du feu de position. Leur courbe n’est pas parfaite. Pour le reste, allons-y ! Si les lignes, volumes et coloris sont fidèles à ceux de la vraie, il existe pourtant sur cette réduction quelques détails qui ne passent pas. En effet, et malgré une bonne gravure, ce modèle ne me satisfait pas entièrement, même s’il vient combler un nouveau vide. Si l’on considère que nous sommes bien en présence d’un modèle produit en 1948 en raison de la position des petites ouïes d’aération sur les côtés du capot moteur, pourquoi avoir fait figurer des clignotants au côté des quatre optiques principales ? Et que vient faire ce canon de fusil reliant pare-chocs et calandre ? Il n’y avait sur cette voiture qu’un œilleton de guidage de la manivelle fixé sur ledit pare-chocs. Manivelle ? Manivelle ? Vous avez bien écrit manivelle ? Ben ouais ! Faut peut-être expliquer aux moins de vingt ans – voire peut-être plus – qu’en ce temps là, nous pouvions faire démarrer un moteur à la main, sans recours à la batterie en simplement lançant le moteur à l’aide de ladite manivelle. Dont il fallait éviter le retour (rotation inversée très violente) au risque de se faire briser le bras ou la main. Quelques tours à vide pour « dégommer » le moteur, puis contact et nouveaux tours… Et là, le moteur, docile, acceptait le plus souvent de démarrer. Autre erreur, la position des essuie-glaces qui, sur ce modèle, ne sont pas antagonistes, comme représentés, mais bel et bien parallèles. Les (deux) rétroviseurs latéraux sont superfétatoires, car non d’origine (j’ai eu la désagréable surprise de constater l’absence du rétroviseur droit sur le seul exemplaire disponible chez mon pressier, d’où le trou visible sur le montant du pare-brise de ce côté-là). Les roues à rayons sont assez bien rendues avec leur écrou papillon au centre correctement peint en rouge.  Les sabots et flammes des ailes arrière sont représentés par des traits de peinture alu, comme tous les autres chromes courant sur la carrosserie.  Si le bouchon de réservoir est présent à juste titre juste à côté du petit feu rouge placé sur l’aile arrière gauche, que viennent faire ces feux de 4cv placés juste au-dessus du pare-chocs. De plus ils ne sont même pas peints. Et à quoi correspondent les bossages qui les surplombent ? Je continue en signalant que le monogramme Lago - au-dessus du monogramme Record - devrait être incliné. Le pavillon est doté d’un toit ouvrant non fonctionnel. Le mobilier intérieur, bordeaux, est bien détaillé. Pour sa part, la planche de bord est marron et affiche tous les cadrans derrière un volant à quatre branches. Le soubassement est peu détaillé. La Talbot-Lago en vidéo et en photos
CH43 2011 4 etoiles
 

WILLEME LC610 de 1957

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 62
4532GR Willeme LC610 bache
 On aurait pu craindre une simple réédition du modèle déjà présenté dans cette collection sous le n° 13. Et si Ixo nous propose le même ensemble avant, la partie arrière est cependant différente à bien des points de vue. Je ne m’attarderai donc pas sur l’avant où nous retrouvons la configuration des premiers LC610 sans leurs ouïes supplémentaires tout autour du capot moteur. L’ensemble est fort plaisant à regarder dans cette livrée vert sombre dépourvue de toute réclame, comme l’on disait alors pour parler de la pub d’aujourd’hui. Un parfait camion d’un artisan routier indépendant. Par contre, je signalerai que ce camion est plutôt fait pour un baroudeur avec son troisième essieu qui en fait un 4x6. De plus il est équipe de nouveaux pneus, très crantés, qui accentuent cet effet baroudeur. La caisse du plateau est d’un dessin différent de celle du primeur (n°13) mais est toujours proposée en version bâché, et ouvert à l’arrière. Arrière dépourvu de barre anti encastrement. Ceci qui est plus réaliste pour l’époque. Un simple tube transversal supporte les feux arrière et l’immatriculation. Le mobilier de la cabine est  composé du siège conducteur et d’une banquette deux places, noirs. La planche de bord, grise, est bien gravée et la console de direction détaillée. A noter que si le châssis représente une transmission aux quatre roues arrière, la roue de secours a, une nouvelle fois, disparu.
CH43 2011 4 etoiles
 

Par abonnement

 

CITROËN 2cv LEAD SLED

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 09

9904GR Citroen 2cv mauve
 En temps normal cette Lead Sled serait restée chez le marchand. Mais comme elle est incluse dans l’abonnement, je vous la présente avec force retard, mais bon, mieux vaut tard que jamais. Donc, si les lignes et volumes de l’original sont bien restitués, sa livrée parme métallisé d’origine, a perdu toute notion de pailleté lors de sa réduction. Par contre les filets de sa décoration, sur les obus des phares ou sur le panneau arrière ont été correctement reproduits. Les visières sur lesdits phares sont aussi au rendez-vous, tout comme les roues à larges jantes chromées et dotées de pneus taille basse nervurés en V. Ce qui a nécessité un fort élargissement des ailes. Si les clignotants avant (simple touches de peintures blanches sur les extrémités du pare-chocs) et les rétroviseurs latéraux en lames de couteaux sont assez bien dimensionnés, il n’en va pas de même pour les feux arrière, qui sont trop gros. Le mobilier intérieur est crème derrière le mini planche de bord triangulaire et un volant à trois branches. Le soubassement est particulier.
CH43 2011 4 etoiles
 
Ma grille de cotation
 
 Suite à des remarques formulées sur FA à l'encontre de l'appréciation générale des Facel-Vega Excellence donnée dans le précédent numéro de CH43, je rappelle ci-dessous à quoi elle correspond. Ainsi, ce n'est pas parce qu'un modèle boutique, vendu 3 fois le prix d'un modèle presse qu'il peut prétendre à une appréciation supérieure, dès l'instant qu'il reste dans la même catégorie que lui...
 

 

CH43 2011 6 etoiles 

 

Modèle doté de tous les ouvrants fonctionnels et discrets avec reproduction – au minimum - du moteur

 

 CH43 2011 5 etoiles

 

Modèle bénéficiant d’une présentation très soignée des détails, notamment à l’intérieur

CH43 2011 4 etoiles+

Modèle bénéficiant d’une présentation détaillée et  avec un intérieur coloré

 

 CH43 2011 4 etoiles

 

Modèle aux lignes et volumes corrects, coloris conformes et à la finition satisfaisante

 

 CH43 2011 3 etoiles

 

Modèle assez fidèle dans le rendu des lignes et/ou volumes et/ou à la finition juste satisfaisante

 

 CH43 2011 2 etoiles

 

Modèle assez approximatif au niveau des lignes et des volumes et/ou à la finition légère (simpliste)

 

 CH43 2011 1 etoile

 

Modèle comportant des erreurs et/ou des oublis qui se remarquent

 

 CH43 2011 0 etoile

 

Modèle on ne peut moins fidèle  ou sur lequel il a été commis des erreurs grossières.

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 09:29
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 358 du 18 juin 2012
 
 Modèles boutiques
 

La FACEL-VEGA Excellence (EX1) vue par Néo

 Liminaires : Ce qui m’a surpris sur cette nouvelle déclinaison de l’Excellence (EX1), et ce, dès son premier abord, ce fut sa largeur très (trop ?) généreuse. C’est vrai que mise à côté des modèles existants, proposés autant par Provence Moulages qu’Ixo, elle est effectivement plus large. Oh, pas de beaucoup, mais juste assez pour choquer l’œil. Je laisserai le soin aux adeptes du pied à coulisse de confirmer ou infirmer cette impression.  Ceci étant, nous nous trouvons en présence d’un modèle inédit puisqu’il s’agit d’un des derniers exemplaires de la EX1 dont le capot moteur est dépourvu de bossage central avec petite prise d’air. Bossage que l’on retrouve sur les modèles de Provence Moulages et Ixo. Je suppose que ce choix n’est pas innocent et qu’il permettra à Néo de nous proposer prochainement une Excellence EX2 avec son pare-brise, non plus panoramique, mais à montants classiques.
 

FACEL-VEGA Excellence (EX1) AM1959

Néo – réf. 169297
4511GR FacelVega Excellence

A l’avant, l’écusson de la marque surplombe les trois éléments de la calandre dont les grilles sont  photodécoupées, chromées et rapportées. Les quatre optiques sont de bonnes dimensions et correctement placées.  A noter qu’il n’y a aucun monogramme Facel Vega au-dessus du pare-chocs. Ce qui, au vu des nombreuses photos trouvées sur le net, semble indiquer un oubli fâcheux. A noter que l’immatriculation 57-FT-57 est à fond bleu !?! Les chromes entourant les surfaces vitrées sont photodécoupés. Espérons qu’ils ne se décolleront pas comme cela est arrivé sur certaines Néo en ma possession et sous vitrine ! Les poignées de portières le sont également. Tout comme la « virgule » sur les portières arrière et les entourages des passages de roues. Par contre les bas de caisse ne sont que peints alu. Cette présentation, tous commerces, est doté de fort belles jantes à rayons. A l’arrière, le couvercle du coffre arbore les monogrammes Excellence et Facel Vega photodécoupés et chromés. Le large bandeau chromé recouvre le panneau inférieur. Les feux rouges sont bien colorés, mais pas les feux de recul, seulement dessinés. Les sorties d’échappement sont creusées. Le mobilier intérieur est beige, tout comme le pavillon. On y découvre les deux sièges avant complété par un élément central, le tout formant une large banquette.  La planche de bord fait imitation bois, tout comme les dossiers des sièges avant. Le cercle du volant est très fin. Noter la présence du levier de frein à main, le long du tunnel de servitude. Le soubassement n’est pas détaillé.

CH43 2011 4 etoiles
 

FACEL-VEGA Excellence (EX1) AM1959

Néo – réf. 169441 (Exclusivité MCW)
GR FacelVega Excellence
4511GS FacelVega Excellence
 Cette présentation, réservée à MCW, ne diffère de l’autre que par sa présentation avec une livrée unie anthracite métallisé et par des enjoliveurs de roues intégraux. Ici, le mobilier intérieur est lie de vin. Présentation que je préfère à la première.
CH43 2011 4 etoiles
 

LEXUS GS430 de 2001

J-Collection – réf. JC020
4498GR Lexus GS430 mordoree
 Cette GS430 proposée par J-Collection est un modèle à conduite à gauche. Et pourtant… Et pourtant, il faudra que je vous en reparle un peu plus loin… Ses lignes et volumes sont correctement restitués et bénéficient d’une présentation et d’une finition de bons niveaux. D’autant que sa livrée mordorée métallisée possède un grain très fin qui permet de bien profiter de sa gravure. Les essuie-glaces, gravés à même le pare-brise, se font très discrets à la base de celui-ci. La calandre à fanons est chromée et constituée par une pièce rapportée. Il en est de même pour les six optiques de la proue, en plastique et correctement colorées. Les jantes alliage en étoile ont un dessin réaliste et laissent voir les disques de freins et leur étrier. Elles sont équipées de pneus à taille basse de large section. Les feux arrière sont en matière plastique bien colorée. Le couvercle du coffre s’orne du logo de la marque, chromé et photodécoupé. Il affiche également les monogrammes Lexus et GS430 phototamponnés. Deux sorties d’échappement apparaissent sous le bouclier arrière, bien creusées et peintes alu. Le mobilier intérieur est caramel, donnant l’illusion du cuir. Il est très détaillé, avec, notamment à l’arrière seulement, la représentation des trois ceintures de sécurité. Rien à l’avant. Les contreportes reçoivent une représentation des plaques bois du haut de portière.  La planche de bord affiche les compteurs derrière le volant à trois branches et l’écran (éteint) du GPS. Volant placé côté gauche mais sans pédalier au-dessous, ni pare-soleil, ni rétroviseur central au-dessus du pare-brise. Et puis, il y a la bizarrerie de service… Qui réside ici dans l’emplacement du levier de la boîte automatique… Qui est celui d’un modèle à conduite à droite.  Et oui, la console centrale n’a pas été modifiée… Le soubassement, bien détaillé, porte l’indication Lexus GS300… La Lexus GS430 2001 en vidéo
CH43 2011 4 etoiles
 

TALBOT SUNBEAM LOTUS (Tour de Corse 1979)

Equipage Jean-Pierre Nicolas/Jean Todt

Ixo – réf. RAC134

4499GR TSL n4
4499GS TSL n4
 Quand on aime, on ne compte pas. Parait-il. En tout cas, cette énième utilisation du moule de la TALBOT SUNBEAM LOTUS proposée par Ixo, n’en sera pas moins que la septième dans cette livrée blanche et bleue ou la neuvième si l’on y ajoute les deux autres à livrée bleue et rouge. Ce sans compter les versions civiles. Il n’y a qu’à aller les découvrir, toutes, sur le blog de mes Simca. Je ne reviens donc pas une nouvelle fois sur les détails de ce moule archi connu, mais m’attarderai sur sa présentation qui correspond à la voiture confiée à Jean-Pierre Nicolas assisté de Jean Todt, qui participa au Tour de Corse 1979. Si Nicolas remporta trois spéciales lors de l’épreuve, il dut abandonner après avoir heurté un sanglier ! Ceci pour la petite histoire. Revenons à cette TSL. Version boutique obligeant, nous y trouvons des accessoires rapportés très fins comme l’antenne radio ou les essuie-glaces. De même, pour la rampe d’éclairage additionnel dotée de six phares au vitrage nervuré. La calandre est finement grillagée. La décoration est très complète et les différents stickers correctement dimensionnés et placés, y compris le dessin des goupilles de sécurité sur le capot moteur. Les jantes des roues sont inédites et très larges. Trop pour celles arrière ? Et dotées de pneus slicks. Des bavettes et des sabots complètent les ailes arrière. Deux sorties d’échappement creusées et chromées, dépassent sous le pare-chocs arrière. Lequel est surmonté par des blocs de feux bien colorés. La lunette arrière n’a ni essuie-glace, ni grille de désembuage, à l’image de l’original. A l’intérieur, protégés par un arceau cage, nous retrouvons les deux sièges baquets avec harnais, l’extincteur, mais pas de roue de secours. Par contre nous avons droit à la représentation du petit coffrage arrière. Mais il faudra aussi regarder le tableau de bord et la console, tout deux détaillés. Sans oublier les boucles des harnais sont chromées et photodécoupées. Le soubassement est un peu détaillé. La TALBOT SUNBEAM LOTUS en vidéo
CH43 2011 4 etoiles+
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 14:52
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 357 du 11 juin 2012
 
 Modèles presse
 

Contrairement à ce que je pensais et ai écrit dernièrement sur CH43, la collection des Véhicules de Batman se poursuit. Ce matin, jeudi 7 juin est sorti le numéro 5 de cette collection qui se poursuit. Ce n’est donc pas un test comme j’ai pu l’écrire. Dont acte…

 
Spécial collection 2cv Citroën
 

CITROËN 2cv6 Club « Politie » (NL)

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 16
4519GR 2cv6 Politie
 Tout semble avoir été dit au sujet de la voiture reproduite dans cette collection. Nous retrouvons pour ce modèle, le moule déjà bien connu et que nous retrouverons encore pour les modèles présentés dans ce numéro. Il nous faudra attendre encore un peu pour découvrir le nouveau moule réalisé par Eligor pour corriger les défauts de celui-ci, au nombre desquels je rappellerai les clignotants avant placés trop bas, les phares trop rapprochés, qui sont les plus visibles. Sans oublier la garde au sol que je trouve un poil trop généreuse. Mais bon, ce moule aura bien servi et a droit de prendre une retraite bien méritée.  Outre son orange fluorescent à l’avant et à l’arrière, la décoration de cette 2cv est assez discrète et pâlotte.  Les ailes avant sont dotées de bavettes. Les roues sont classiques et sans enjoliveurs. La capote est présentée enroulée, ce qui permet de voir le mobilier intérieur entièrement noir et dépourvu de rétroviseur intérieur. Les feux arrière sont toujours rapportés, en plastique et correctement coloré. Le soubassement est standard, avec sa ligne d’échappement rapporté et un feu arrière de brouillard placé sous le pare-chocs.
CH43 2011 4 etoiles
 

CITROËN 2cv AKS400 « Centre nautique de Salies du Salat »

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 19
4520GR 2cv AKS400 Zodiac
 Une AKS400 de plus dirions-nous, si elle n’était coiffée par un bateau pneumatique, pour ne pas dire un Zodiac. Bateau qui repose, on ne sait comment, sur le toit de cette fourgonnette, avec cordage et bouée de sauvetage… L’ensemble est plaisant dans sa livrée blanche et bleue qui rappelle beaucoup celle de salières. Et pour cause…  A noter que d’une AKS400 à une autre, la grille de calandre est différente de celle de la AKS400 à 6 glaces latérales car ici il n’y a que trois barres horizontales pour la composer. A l’arrière, il y a eu un petit « glissement de terrain » en ce sens que les catadioptres ont été reproduits trop bas et que leurs emplacements corrects, bien que représentés en relief, ont été ignorés. Le mobilier intérieur est entièrement noir et complet avec son rétroviseur placé au-dessus du pare-brise. Le soubassement est standard  avec sa sortie d’échappement aboutissant juste devant la roue arrière gauche.
CH43 2011 4 etoiles
 

CITROËN 2cv Dolly + remorque corbillard

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 20
4521GR 2cv6 corbillard
4521GS 2cv6 corbillard
 Original ? Insolite ? Morbide ? Comment qualifier ce modèle ?  Chacun ses goûts.  Cette ex 2cv Dolly blanche et grise, repeinte en noir, officie pourtant pour le compte d’une entreprise de pompes funèbres.  Outre sa livrée noire elle est dotée de petits enjoliveurs de roues centraux. Roues dont le cercle extérieur des jantes est chromé.  Elle est aussi équipée de sabots d’ailes arrière et de deux rétroviseurs latéraux. Son mobilier intérieur est gris. Elle est attelée à une remorque fuselée et vitrée, tout en plastique et détachable très facilement. La flèche d’attelage est très stylisée.  Le coffrage de cette remorque est doté de barres de toit et de trois vitrages qui laissent voir un intérieur vide. A chacun d’y placer ce qu’il voudra. Les feux arrière (d’origine Kangoo) sont rapportés et correctement colorés.  Le soubassement de la 2cv est standard.
CH43 2011 4 etoiles
 

CITROËN 2cv6 Spécial du raid Paris-Pekin2010

Equipage Bernard et Anne-Marie PERES

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 21
4522GR 2cv6 Ixo
 Tiens, un modèle déjà vu en boutiques sous un autre label. Celui piloté par M. Ixo lui-même lors du raid des Baroudeurs 2010 entre Paris et Pékin, accompagné et assisté par Madame. La décoration originale de cette voiture, orange à droite et blanche à gauche, est fidèle à l’original, tout comme la représentation des nombreux stickers apposés dessus.  Les pare-chocs sont tricolores, aux couleurs de la France. A noter que même les bavettes des ailes avant sont peintes couleurs carrosserie. A noter également que sur ce modèle, si le mobilier et les contreportes sont noirs, la planche de bord et le volant sont blancs. Le soubassement est standard.
CH43 2011 4 etoiles
 

CITROËN 2cv6 « Polente » du Schleswig-Holstein (D)

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 25
4523GR 2cv6 Polente
 Encore un véhicule de police. Allemand cette fois-ci. Dans une livrée bleu clair et argent.  Nous retrouvons le moule de la 2cv6 avec ses roues dépourvues d’enjoliveur et ses ailes avant dotées de bavettes.  Les feux arrière sont toujours rapportés et correctement colorés. Cette 2cv est présentée fermée avec une barre de toit transversale - supportant gyrophare, mégaphone et feux - qui traverse la capote !?! Le mobilier intérieur est complet et noir. Le soubassement est standard.
CH43 2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 11:15
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 356 du 04 juin 2012
 
 Modèles presse
 

 Le topic dédié à la collection des Camions d’autrefois s’est fait l’écho d’un test pour une nouvelle collection de poids lourds au 1/43ème, consacrée aux véhicules du cirque Pinder, proposée par Eaglemoss. 

cirque-pinder-numeriser-img
 Vu le prix demandé au numéro, qui se rapproche beaucoup du prix boutique que nous connaissions jusqu’à peu pour des voitures – non pour des camions, j’en conviens très volontiers – et qui sera de 25 euros au numéro, il faudra, non seulement que les modèles soient réellement au 1/43ème, mais aussi et surtout, qu’ils soient irréprochables question présentation. Pas de tâches, pas d’éléments manquants ou cassés, pas d’éclats de peinture, etc. Pour ma part, vu principalement le manque de place chronique que je rencontre, et d’autre part le manque d’intérêt pour ce thème, je ne serai pas au rendez-vous de cette collection.
 

Semaine du 21 au 27 mai 2012

  

CITROËN LNA de 1981

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 61

4516GR LNA rouge 
Et de cinq ! Vous avez bien lu. Cette nouvelle LNA est bel et bien la cinquième (d’origine presse) entrant dans ma collection après les trois proposées par Universal Hobbies (collections la Poste, n° 48 et Passion Citroën, n° 33 et 77)  et par Ixo (collection Voitures d’antan, n° 98). Nous retrouvons ainsi le moule de cette dernière dans une belle livrée rouge qui restitue des lignes et volumes des plus fidèles. Comme sa devancière, elle bénéficie d’une belle finition. Notamment en ce qui concerne ses pare-chocs. Ceux-ci sont très réalistes avec surépaisseur au centre et creux latéraux. Dommage qu’une fois encore les plaques d’immatriculation soient trop généreuses. La calandre est réussie ainsi que les ensembles veilleuses-clignotants, rapportés et correctement colorés. Les roues sont toujours chaussées de pneus trop épais et trop larges. Elles sont dotées de petits enjoliveurs centraux. L’arrière bénéficie de jolis feux et d’une sortie d’échappement réaliste. A l’intérieur le mobilier est entièrement noir et ne bénéficie plus de la reproduction des cadrans du tableau de bord. Economie quand tu nous tiens ! Mais je croyais que l’on avait subit une augmentation de prix il y a peu ! Faudrait voir à rétablir le tir pour les derniers modèles de cette collection. Le soubassement est peu détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles
 

Semaine du 28 mai  au 03 juin 2012

 

 HOTCHKISS Grégoire de 1952

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 10

 
4517GR Hotchkiss Gregoire 

 Encore de l’inédit dans cette collection qui s’avère de plus en plus intéressante pour explorer la production de l’immédiat après guerres.  Encore un modèle précurseur, en ce sens qu’il est le résultat de recherches aérodynamiques. D’où ses lignes fuyantes vers l’arrière. Lignes et volumes fidèles à celles et ceux de l’original. Toutefois, je trouve, pour ma part, que le pare-brise manque un peu de hauteur. Et puis, Ixo aurait pu faire l’économie de l’antenne de radio et du rétroviseur latéral…  L’avant s’orne d’un motif de capot au-dessus d’une belle calandre chromée, encadrée par quatre optiques. Et là, je me pose une question existentielle des plus vitales : pourquoi le pare-chocs avant est-il dépourvu de butoirs alors que celui de l’arrière en est doté ? Et qu’il suffit de consulter, ne serait-ce que les numéros d’Automobilia dédiés au salon de Paris pour découvrir qu’il en était pourtant doté sur le vraie. Les roues à « jante séparée » comme sur les première 4cv Renault sont bien reproduites. A noter, sur les panneaux de custode, le dessin des puits des flèches de direction, déjà quelque peu anachroniques pour un modèle de luxe alors que les modèles populaires sont dotés des tout premiers clignotants. A l’arrière, nous trouvons, une nouvelle fois, des feux qui n’ont pas lieu d’être, fixés sur le pare-chocs. Seuls les deux, placés sur la carrosserie, et peints, représentent ceux d’origine. Il paraît que ce type d’erreurs ne devrait plus se reproduire pour les modèles n’ont encore fabriqués… A l’intérieur, le mobilier, caramel, se limite à deux larges banquettes placées derrière un volant à trois branches. Les cadrans du tableau de bord sont représentés. Le soubassement n’est pas détaillé correctement. En effet, l'ingénieur Grégoire était celui qui voulait faire "avancer"... la traction avant. Hors nous avons affaire à une représentation d'une transmission classique. Et non d'une voiture de type traction, comme sur l'originale. Pour en savoir plus sur l’HotchkissGrégoire.

CH43 2011 4 etoiles
 

SCANIA 140 V8 de 1971

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 61 
4518GR Scania 140 ASG 
 A y est. L’art d’accommoder les « restes », ou plus exactement ici, les composants, est abouti. Vous prenez le châssis cabine du Scania 140 V8 du n° 12, aux couleurs d’Interflora et vous y greffez le fourgon réfrigéré du Saviem SM240 n° 58 aux couleurs de Géo. Et pour parfaire l’ensemble, vous reprenez la décoration aux couleurs de la société de transport ASG  du Volvo F89, n° 25. Et vous avez un nouvel appel , nouveau modèle !?! Bon, faut pas trop en vouloir non plus, cela permet d’amorcer la création d’une petite flotte de camions aux couleurs de cette société à près tout, n’est-ce pas ? Ce second Scania 140 est tout aussi long que le premier et est toujours proposé en version à trois essieux. Nous retrouvons donc la même cabine dont le large pare-brise dispose toujours de trois essuie-glaces. Les monogrammes sont placés au-dessus et en-dessous de l’immense grille faisant office de calandre. A noter toutefois, qu'une différence existe avec le premier 140: les phares ont migré dans le pare-chocs, à la place des antibrouillards, qui ont disparu. Cette cabine est surmontée d’une plaque sur laquelle s’affichent la raison sociale de l’entreprise et son objet, le transport de marchandises.  Les roues sont bien mises en valeur par leur teinte alu avec moyeu central bleu. La partie fourgon est un vrai parallélépipède aux couleurs de la société ASG. Elle comporte à l’avant un groupe thermo réfrigérant bien détaillé.  Comme c’est une reprise de celle du Saviem SM240, comme indiqué plus avant,  est bien détaillée et propose deux profils aux ouvertures différentes : une seule, et très large, sur le côté droit, multiple côté gauche. A l’arrière, double porte au-dessus d’une poutre anti encastrement qui accueille les feux arrière. La cabine contient encore, outre les deux sièges conducteur et convoyeur, deux couchettes superposées derrière ceux-ci. Le poste de conduite est très détaillé. Le châssis est aux standards de cette collection.
CH43 2011 4 etoiles
 
Modèles boutiques 

DKW Schnellaster

 « Milchversorgung Nürnberg »

Premium ClassiXXs – réf. 13525 
4500GR DKW laitier 
4500GS DKW laitier 
Les premières fois, lorsque je l’ai vu affiché sur les sites de mes fournisseurs favoris, je n’y ai pas trop prêté attention car ce fourgon DKW se trouvait déjà dans ma collection en plusieurs exemplaires, en provenance des collections presse espagnole. Et pourtant j’ai fini par l’acheter lorsque j’ai découvert, fin avril, qu’il comportait des ouvrants. En effet, les trois quarts du temps il était proposé vu de trois-quarts avant gauche. Mais, avant de parler de ses spécificités, revenons à l’analyse habituelle. A l’inverse des modèles proposés par Ixo il ne s’agit pas ici d’un simple fourgon, mais d’un châssis-cabine qui supporte une partie arrière aménagée en magasin ambulant.  Les lignes et volumes sont correctement restitués et bénéficient d’une décoration très… germanique. Et pour cause. L’ensemble est soigné même si je trouve un manque de finesse dans la gravure des pièces rapportées. Mais bon, je ne vais pas gâcher mon plaisir pour autant.  Un unique essuie-glace central, très fin et rapporté assure la fonction. Il est encadré par deux rétroviseurs extérieurs, eux aussi, chromés et rapportés. Tout comme le sont aussi les poignées des portières ou celle du capot moteur et des entourages des phares. Le capot moteur affiche aussi le monogramme DKW 36, chromé et photodécoupé, à la base du pare-brise. De leur côté, l’écusson de la marque et les anneaux du groupe Auto-Union sont, eux aussi, chromés et photodécoupés, juste au-dessus de la poignée dudit capot. La calandre à la grille horizontale est ajourée. Les roues ont un dessin fidèle. Elles sont ajourées et dotées d’enjoliveurs chromés frappés du sigle DKW. Les feux arrière sont rapportés, en plastique rouge. Le hayon relevable arbore l’écusson Auto-Union chromé et photodécoupé. Cet hayon surplombe un abattant fonctionnel faisant office de comptoir de vente. Sur le côté droit la partie supérieure de la façade se relève elle aussi, servant de protection contre les intempéries. Un abattant l’accompagne, remplissant les mêmes fonctions que celui de l’arrière. Une fois ouvert, il est possible de voir l’aménagement du magasin avec ses rares marchandises. Dommage que le « plancher » soit si haut, et non au niveau normal pour celui-ci. La visite de la cabine mérite aussi d’en parler. D’abord on aperçoit la dissymétrie des deux sièges, celui de conducteur étant bien plus large que celui du passager.  La cause: la position décalée vers le centre du volant et de la colonne de direction. On peut voir également le levier de vitesse. Et puis, il y a la cerise sur le gâteau, que j’ai découverte en détaillant ce fourgon. Il y a aussi le capot moteur qui est ouvrant. Il suffit de le relever pour découvrir la « prouesse » de sa réalisation, car comme sur le vrai,  les paraboles des phares sont fixes et solidaires du reste de la carrosserie alors que leurs verres suivent le mouvement du capot. Et l’on peut découvrir en quasi 3 D les accessoires occupant l’espace avec le petit moteur deux temps. Le soubassement n’est pas détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles+
 

FERRARI F355 Berlinetta

 Kyosho – réf. 05101R 

4497GR F355 rouge 
4497GS F355 rouge 
4497GT F355 rouge 
Continuant de revisiter la production Ferrari vue par Kyosho, je vous présente aujourd’hui la F355 Berlinetta, toujours présentée dans une belle livrée rouge. Cette F355 est pour moi, l’une des plus plaisantes à regarder des Ferrari récentes. Elle bénéficie ici d’un très bon rendu de ses lignes et volumes, d’autant plus facilement que la gravure y est fine et les joints des parties ouvrantes très discrets. Et puisque j’évoque la présence de parties ouvrantes, j’exprimerais bien volontiers un petit regret. Celui de ne pas disposer de phares rétractables fonctionnels, puisque l’original en disposait. Mais bon, cette miniature est déjà très fidèle comme cela. De fins essuie-glaces, noirs et rapportés, sont disposés à la base du pare-brise. Le couvercle du coffre avant est orné de l’écusson au cheval cabré, phototamponné. Alors que la grille de  la prise d’air reçoit un autre cheval cabré, chromé et photodécoupé. Les ensembles veilleuses-clignotants et les antibrouillards, intégrés dans le bouclier, sont eux aussi constitués par des pièces rapportées, correctement colorées. Les entrées d’ait latérales sont bien creusés et soulignées de noir. Les roues sont dotées de belles jantes alliage en étoile, au dessin fidèle, et dotées de leurs cinq écrous et possèdent en leur centre l’écusson au cheval cabré. Elles laissent voir les disques de freins dont les étriers noirs sont frappés du monogramme Ferrari. A l’arrière, le capot moteur arbore le monogramme Ferrari, chromé et photodécoupé, alors que le panneau vertical affiche un autre cheval cabré, chromé et photodécoupé, lui aussi. Encadrée par les quatre feux circulaires, rapportés en plastique rouge. Le bas du bouclier est traversé par quatre sorties d’échappement creusées et chromées. La lunette arrière en U est conforme. L’intérieur de l’habitacle est entièrement noir, à l’exception des cadrans du tableau de bord et du levier de changement de vitesses et de sa grille, chromés. Le soubassement est détaillé et permet de découvrir, à l’arrière, le dessous de toute la mécanique reproduite en 3D. Ce que l’on découvrira en soulevant le capot moteur ajouré. L’angle d’ouverture étant assez réduit, il faudra de bons yeux pour apprécier à sa juste valeur la reproduction du moteur et de tous les accessoires qui l’accompagnent. A noter aussi la représentation de nombreuses étiquettes placées un peu partout, et notamment à l’avers du capot moteur doté d’une très fine grille. Et oui, il y a une grille dessous.  A l’avant, le couvercle basculé, il est possible de voir de quelques bagages occupant le très petit coffre et les vérins permettant son ouverture. Un très beau modèle. La F355 en vidéo 
CH43 2011 5 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 14:20
2011-08 CH43 7eAnnee 
 
  n° 355 du 28 mai 2012
 
  Modèles presse
 
 Le manque criant de nouveautés presse cette semaine, me donne l’occasion de vous proposer ce numéro  où vous allez découvrir en avant-première deux modèles de la collection 2cv Citroën ainsi que  les voitures du test consacré aux véhicules de Batman. Véhicules issus de la bande dessinée éponyme.

Comme pour les autres collections de modèles extrapolés de bandes dessinées, je m’abstiendrai de tout commentaire sur la qualité de reproduction de ses véhicules. Pourtant je préciserai que si les deux premiers numéros étaient accompagnés de figurine et d’accessoires, les deux suivants étaient seuls dans leur emballage.

Et pour une fois que je me trouvais en zone test, je me devais de vous les présenter. Les voici donc ci-après.

Titre vehicules Batman
Batman
  J’ajouterai en aparté que j’ai pris la peine de lire le contenu de l’ours, intrigué par la présence du logo de TF1 Entreprises au bas de celui-ci. Et qu’ai-je vraiment découvert ? Que si la collection est proposée sous le label Eaglemoss collection, elle est éditée par les éditions Cobra dont le principal actionnaire est la Financière Aurenis…

 

Que cela ne vous empêche pas de continuer à lire CH43.
 

CITROËN 2cv essai de couleurs

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 18
 4513GR 2cv6 multicouleurs
 Avec quelque retard avec sa sortie presse – mais je me rattrape tout de suite en vous proposant plus après deux modèles avant parution – voici le 2cv essai de couleurs. Ce modèle original s’il en est par sa décoration, est fidèle à celle utilisée à l’échelle 1. Je ne m’étendrai pas sur le moule que nous connaissons déjà. Je me limiterai à signaler que, comme l’original, ce modèle est dispensé de vitrages… à l’exception de la lunette arrière – qui a conservé le sien. A noter que l’absence du volet placé à la base du pare-brise (sur l’original) a été représentée par une simple bande de peinture noire suggérant l’ouverture de la carrosserie. Le mobilier intérieur est présent et bleu. Le soubassement est standard et détaillé.
CH43 2011 4 etoiles
 

CITROËN 2cv Picasso par Andy Saunders

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 22
2cv Picasso  
 Du « vrai » Picasso sur les routes britanniques… Parce qu’en France, je ne pense pas du tout qu’elle aurait le droit de rouler avec sa signalisation lumineuse si déplacée. Quoiqu’aujourd’hui avec les nouvelles règles européennes… Mais laissons cela aux pros de la chose et penchons nous un peu sur cet étrange voiture. Déjà c’est un modèle à conduite adroite - pardon, à droite ! Volant et rétroviseur extérieur sont du côté opposé au notre. Par contre, phares et clignotants avant sont placés sur la seule aile gauche. Aile paraissant plus large que la droite suite au déplacement du capot dont la grille de calandre est inclinée sur le côté droit.  Les roues sont dotées de jantes peintes en jaune à l’avant et en bleu à l’arrière. Elles sont dotées d’enjoliveurs intégraux à cercles concentriques. La découpe des portières est originale, donnant au bas de caisse la forme de dents de scie.  A noter que la portière avant gauche est dépourvue de vitrage articulé. Ce qui est conforme. Les ailes arrière sont asymétriques. Tout comme à l’avant, la signalisation lumineuse arrière est décalée côté gauche. A croire qu’elle a subit une poussette vers le haut. Dommage que l’arrière soit gâché par une lunette arrière écrasée. Ce qui n’est pas le cas sur la vraie ? Le mobilier intérieur est constitué par des sièges et banquette blanc cassé. Le soubassement est lui aussi original et dépourvu de tout marquage. Du coup, j’allais oublier la phrase qui ouvre d’habitude mes commentaires : cette 2cv Picasso restitue correctement les lignes et volumes de l’original et en respecte la présentation et la décoration. Bravo à son réducteur.
CH43 2011 4 etoiles
 

CITROËN 2cv AKS400 6 glaces

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 23
  514GR 2cv6-AKS400 verte
 4514GS 2cv6-AKS400 verte

 Nous connaissons tous, depuis déjà longtemps, la fourgonnette AKS400 dotée d’une vitre latérale carrée. Voici aujourd’hui sa sœur, entièrement vitrée, dotée de trois vitres latérales après la portière. Sous une lumineuse livrée vert acide. Nous retrouvons donc les lignes et volumes de cette fourgonnette. Dommage qu’une fois encore les phares soient trop rapprochés pour permettre de soulever le capot moteur. Mais à part cela ce modèle s’avère bien présenté avec cses rétroviseurs trapézoïdaux, ses jantes grises réalistes et son sans blanc de pare-chocs arrière. N’y manquent que les cartouches indiquant manque et modèle sur les portières arrière. Bien que totalement vitrée, cette fourgonnette ne dispose, à l’intérieur, que de la banquette avant et un plan de charge vierge de tout chargement. Le soubassement est détaillé et signé Eligor.

CH43 2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 15:06
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 354 du 21 mai 2012
 
 Modèles presse
 
 Alors que l’on voit fleurir nombre de collections presse dédiées aux pays de l’Est, nous connaissons chez nous une raréfaction de celles-ci depuis plusieurs mois. Au point où j’en suis réduit à me procurer des modèles de rallye ou de course pour pouvoir vous en présenter cinq une fois tout les quinze jours. Qu’il est loin le temps où il y en avait plus d’une dizaine au numéro… pourtant je sais qu’il y a encore des personnes qui croient en ce genre de collection et qui nous préparent de l’inédit pour la rentrée de septembre. Et quand j’écris inédit, ce sera vraiment de l’inédit. J’espère seulement que l’accueil sera à la hauteur. Rendez-vous est donné.
 

Semaine du 07 au 13 mai 2012

 

MERCEDES C-Class AMG DTM – Brands Hatch 2010

Pilote Paul Di Resta (pole position et victoire finale)

Ixo/Altaya – Passion de la vitesse, n° 16 
4506GR C-Class AMG DTM 
4506GS C-Class AMG DTM
 Je vous avais présenté dans le n° 306 de CH43, daté du 20 juin 201, une première C-Class AMG TDM, celle essayée par Valentino Rossi sur le circuit Hockenheimn en 2006, produite par Minichamps. C’est aujourd’hui Ixo qui nous en propose une autre, plus récente puisque de 2010.  Ses lignes et volumes sont bien restitués sous une livrée blanche de fort bel attrait. Sa décoration est sobre. L’essuie-glace est à peine visible mais présent à la base du pare-brise. Les flanc sont bien creusé sous les portières pour laisser la place aux grosses sorties d’échappement qui débouchent sous les portières avant. Les jantes sont correctes, tout comme les évacueurs d’air latéraux et arrière. Un imposant aileron s’appui sur le coffre arrière. Côté droit, il y a même la représentation des deux entrées des goulottes du réservoir mais celles-ci ne sont pas reproduites à l’intérieur. Dommage !  Intérieur qui reçoit un renfort par arceau-cage, le siège baquet du pilote et les principales commandes. Notamment une colonne de direction que je trouve trop haut placée, donnant l’impression que le pilote doit regarder à travers celle-ci comme pour viser avec une mitrailleuse !?! Le soubassement est plat.
CH43 2011 4 etoiles
 

Semaine du 14 au 20 mai 2012

 

 

BERLIET Dauphine 11cv de 1939

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 09
4512GR Berliet Dauphine ver 
4512GS Berliet Dauphine ver

 Liminaires : Que l’on soit bien d’accord sur ce qui est reproché plus loin à cette Dauphine. Une représentation d’un modèle au 1/43ème doit correspondre au modèle à l’échelle 1/1 dans son état d’origine, tel qu’il fut proposé à la clientèle lors de sa commercialisation. Non en fonction de l’évolution de la réglementation au cours de sa conservation. Pour être plus précis, et par exemple, un modèle de 1939 doit être reproduit tel qu’il était commercialisé en 1939, non comme il devait être équipé pour pouvoir rouler en 1980 ou plus tard. Il en ira de même pour un modèle commercialisé en 1952. Sa reproduction au 1/43ème devrait le représenter tel qu’il était en 1952, non comme on pouvait le retrouver sur nos routes en 2011, avec d’éventuels accessoires hétéroclites et/ou anachroniques.

 

 

 Encore de l’inédit en production industrielle cette quinzaine avec cette Dauphine. Non, il ne s’agit ni d’une Renault (mais bel et bien d’une Berliet) ni d’une variante de la Peugeot 402. Bien que cette Dauphine en reprenne la carrosserie avec une partie avant plus classique et traditionnelle que celui en fuseau d’origine. Pourquoi Dauphine ? Parce que… Dauphiné. Donc, cette Dauphine aux faux airs de 402, et pour cause, vient combler un vide en nous proposant un modèle peu connu du grand public.

 

Pourtant le plaisir de la tenir en main pour la détailler est gâché par une série de petits détails irritants au nombre desquels je citerai en premier le montage très approximatif des phares, qui, sur l’unique exemplaire disponible chez mon pressier – ce qui est un véritable handicap et un frein aux ventes – sont très mal emboités et du coup trop hauts par rapport au jonc de chrome courant sur les volets du capot moteur. De plus, celui de droite est atteint d’un fort strabisme convergeant. La voiture semble loucher. Je poursuivrai avec les vitrages affleurant, qui, lorsqu’ils sont réussis, augmentent le réalisme de la miniature. Mais ici aussi, l’à peu près est de sortie pour la vitre de custode côté droit, qui donne l’illusion qu’elle est entrebâillée ! Je terminerai par ce qui m’horripile de plus en plus dans la reproduction de modèles anciens mal sélectionnés…

 

La reproduction d’éléments ajoutés au fil des ans et qui n’existaient pas à l’origine du véhicule. Le rétroviseur extérieur, côté gauche. Mais surtout, la kyrielle de feux arrière qui n’a pas du tout de raison d’être. Où les ont-ils trouvés ? Sur un modèle circulant dont la signalisation électrique a été mise au goût du jour de la réglementation. Et même au-delà ! Les feux sur les ailes et ceux fixés sur le pare-chocs arrière, n’ont pas leur place sur ce modèle qui ne disposait, d’origine, que de ceux placés au-dessus de la plaque d’immatriculation. A tout vouloir reproduire, pourquoi manque-t-il alors les deux catadioptres placés sous ledit pare-chocs, de part et d’autre de ses butoirs, que l’on peut voir sur les photos du modèle qui a servi à la réalisation de cette miniature ? Il serait temps que ceux qui sont en charge de ce travail se penchent sérieusement sur le sujet. D’avance merci.

 

Autre critique concernant le modèle qui est devant moi : la présence de traces blanchâtres entre le pare-chocs avant et le phare gauche, comme s’il y avait un début de réaction chimique entre les pièces ( ?). 

 

 Pour le reste, nous bénéficions d’une bonne reproduction des lignes et volumes de la vraie, avec des jantes de roues assez réalistes mais une garde au sol que je trouve un poil trop généreuse. La gravure est de bonne facture avec les gongs de portières juste assez saillants. Il y a même le dessin des puits des flèches de direction juste devant les portières avant. Le pavillon comporte un toit ouvrant par coulissement, non fonctionnel. A l’intérieur, le mobilier caramel est bien détaillé. Il est identique à celui de la Peugeot 402, avec sa banquette avant dotée d’une barre de maintien à usage des passagers arrière. La planche de bord est bien dessinée et comporte, outre le volant et le levier de vitesse, la poignée du frein à main placée entre le volant et la portière ? Le soubassement est détaillé.

CH43 2011 4 etoiles mais avec un pas-du-tout_mini.jpg pour la signalisation arrière excessive
 

RENAULT Fuego GTX de 1980

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 60
4507GR Fuego bleue
 Cela fait déjà plus d’un lustre que la Fuego proposée par Ixo figure dans de nombreuses collections particulières puisqu’elle fit sa première apparition dans la collection espagnole Nuestros queridos coches años 80 sous le n° 23 (cf. le n° 104 de Collec’Hebdo 43 daté du 06 août 2007) avant d’être rejointe par sa déclinaison française dans la collection des Voitures d’antan, n° 89 (cf. le n° 105 de Collec’Hebdo 43 daté du 13 août 2007. Ce bref rappel historique pour signaler que malgré le temps écoulé, cette nouvelle représentation du coupé Fuego souffre toujours d’une plage trop étroite à la base du pare-brise pour être vraiment réaliste. Je rappelle à ceux qui ne l’ignoreraient encore, que sur le modèle de la collection espagnole cette plage était inexistante. Les essuie-glaces étant fixés à même le capot moteur. Heureusement que sur le modèle destiné au marché français,  une légère modification y a été apporté avec l’apparition de cette plage, mais manquant de largeur. C’est celle-ci que l’on retrouve aujourd’hui dans une livrée bleu foncé métallisé.  Il restitue d’honnête manière les lignes et volumes arrondis de l’original. Ayant rappelé la mauvaise représentation de la base du pare-brise, je me contenterai d’écrire que le traitement du reste de l’ensemble de la carrosserie est fort correct avec de belles pièces rapportées très fines et correctement colorées. Les monogrammes figurent au bas des panneaux de custode et à l’arrière. De plus les bandes nervurées qui courent sur les flancs et l’arrière sont bien reproduites. Les roues sont réussies et fidèles correspondent bien à la version GTX. Le mobilier intérieur est entièrement noir mais l’on peut tout de même constater la présence des quatre places offertes par ce coupé. A noter (économie oblige ?!?) l’absence de cadrans sur le tableau de bord, alors que ceux-ci étaient présents sur les présentations antérieures. Le soubassement est peu détaillé.
CH43 2011 4 etoiles
 

SOMUA JL19 de 1959

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 60
4509GR Somua JL19 Gondrand
 Retour de Jojo le mérou dans nos collections avec ce soixantième modèle de cette collection. Nous l’avions déjà rencontré sous le n° 30 dans une livrée verte aux couleurs du pétrolier BP en version citerne à carburants. Aujourd’hui dans une livrée jaune orangé et associé à un fourgon Gondrand. Nous retrouvons donc la cabine fort réussie dans le rendu de ses lignes et volumes avec son imposante calandre bleue, arborant l’écusson de la marque en son centre. Cette fois-ci, le pare-chocs avant, toujours doté d’une attache, affiche la plaque bleue affichant le département d’attache du camion, en l’occurrence la Haute Vienne. Cette cabine est dotée de toute la signalisation lumineuse de la vraie, correctement colorée. L’intérieur de la cabine comprend la banquette double pour les passagers et le siège conducteur. Les contreportes sont détaillées. Les cadrans du tableau de bord semblent absents. Les jantes des roues avant sont fidèles aux vraies. La partie fourgon est archi connue pour avoir été déjà utilisée à moult fois depuis le n° 01. Je ne m’étendrai pas sur elle. Le châssis est classique et la roue de secours de retour.
CH43 2011 4 etoiles
 

VOLKSWAGEN Polo S2000 – Rallye d’Ypres 2007

Equipage Freddy Loix/Robin Buysmans (abandon)

Ixo/Altaya – collection Passion du rallye, n° 52
4508GR Polo S2000 grise
 Cette Polo S2000, outre sa présentation rallye d’Ypres 2007, présente l’intérêt pour moi de ne pas déjà figurer dans ma collection, même en version civile. Ce qui compense partiellement son achat.  Ses lignes, volumes et livrée gris argenté métallisé sont fidèles. La décoration semble complète avec la présence de multiples stickers dont certains sont peu visibles, notamment ceux placés juste au dessus des optiques avant. Les roues sont dotées de jantes à rayons laissant voir les disques de freins et leurs étriers. La lunette arrière est surmontée d’un aileron. Les feux arrière sont bien dessinés et correctement colorés. La sortie d’échappement est constituée par une pièce rapportée bien creusée qui traverse le bouclier arrière. A l’intérieur nous retrouvons le mobilier habituel de cette collection : arceau-cage, sièges baquets avec têtière et harnais, extincteur et roue de secours. Le soubassement est détaillé, confirmant que l’on est bien en présence d’une voiture à transmission intégrale.
CH43 2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse française
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 09:34
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 353 du 14 mai 2012
 
 Modèles boutiques

BENTLEY S1 Continental Fastback de 1957

Oxford – réf. BCF002
4486GR Bentey Continental 
4486GS Bentey Continental
 Au premier abord, ce coupé Continental fastback ressemble beaucoup à celui proposé jadis par Dinky alors qu’il en diffère par le dessin de ses profils. En effet, celui reproduit par Dinky était un type R carrossé par Mulliner, alors que celui présenté aujourd’hui représente un type S1. La différence esthétique principale se trouvant dans le tracé de la ligne de fuite des ailes avant, quasi horizontale sur le type S1 alors qu’elle retombait sur le type R avant d’atteindre l’aile arrière. Une autre se trouvant dans la forme moins arrondie de la vitre latérale arrière. Ceci écrit, les lignes et volumes de l’original sont bien au rendez-vous et bénéficient d’une belle livrée bleu foncé. La présentation reste d’un bon niveau malgré un prix encore maîtrisé par ce réducteur. Pour combien de temps encore ? Les entourages des vitrages sont soulignés par une peinture métallisée. De fins essuie-glaces chromés sont posés sur le pare-brise. La haute calandre est elle aussi chromée, et noircie. Elle est constituée par une pièce rapportée surmontée de l’emblème de la marque. Tout comme les petites grilles la reliant aux antibrouillards. Les quatre optiques sont rapportées, et en plastique. Seules les principales sont serties de chrome. Les grandes roues, toute simples, sont d’un diamètre correct. Les poignées de portière, rapportées et chromées, ont un dessin original. Outre l’écusson Bentley gravé sur le coffre, celui reçoit une poignée d’ouverture rapportée et chromée. Les feux arrière sont eux aussi rapportés et chromés. Ils sont seulement peints. Mais une bizarrerie sur cette voiture : son immatriculation. Pourquoi l’avoir dotée d’une immatriculation française récente et avoir gardé les lettres GB juste au-dessus ? L’intérieur de l’habitacle est brun foncé, lui donnant l’impression vieux cuir. Si la gravure est détaillée, la planche de bord est dépourvue de tout cadran alors que leurs emplacements sont dessinés. Le soubassement est détaillé et propose une sortie d’échappement chromée et creusée. La Continental R type fastback carrossée par Mulliner en vidéo
CH43 2011 4 etoiles
 

MITSUBISHI new Outlander de 2011

Vitesse – réf. 29334
4487GR Mitsubishi Outlander
4487GS Mitsubishi Outlander
 Cette version restylée de l’Outlander, recevant un avant plus moderne, semblable à celui de son ptetit frère l’ASX, nous est proposée dans une réplique aux lignes, volumes et livrée fort ressemblants. A noter que ce modèle propose un haut de pare-brise surteinté bleu-vert. Les essuie-glaces sont en plastique noir. La partie supérieure de la calandre arbore le logo aux trois diamants de la marque, photodécoupé et chromé. Le trapèze de la calandre est serti d’un chrome. Tout comme les optiques inférieures. Les blocs supérieurs, sont rapportés, en plastique et correctement colorés. Le dessin en étoile des jantes alliages est réaliste et laisse voir les disques de frein et leurs étriers. La lunette arrière est dotée de son essuie-glace, d’une grille de désembuage très discrète et arbore le monogramme 4WD à sa base. Par contre, point de trace du troisième feu stop. Par contre le logo aux trois diamants est bien présent au-dessus de la plaque d’immatriculation, photodécoupé et chromé. Tout comme le sont les deux monogrammes Mitsubishi et Outlander de part et autre de celle-ci. Les feux arrière, rapportés et en plastique, sont peu colorés, suivant la tendance actuelle. Seuls les feux de brouillard placés dans le bouclier sont rouges. Le mobilier intérieur est gris foncé, placé dans un environnement noir. Sa gravure est très réaliste et propose une version à sept places sur trois rangées de sièges. La planche de bord et la console centrale sont très détaillées. Le soubassement est lui aussi bien détaillé avec une double sortie d’échappement chromée et creusée.  L’Outlander en vidéo.
CH43 2011 4 etoiles
 

PEUGEOT 504 pick-up 4x4 par Dangel de 1980

Norev- réf. 475450
4490GR 504 PU-Dangel SP
 Les véhicules de sapeurs-pompiers sont très rares dans ma collection, axée sur les voitures de Monsieur Tout-le-monde. Mais là, j’ai succombé à sa présentation, vu que ce pick-up 504 était sorti de sa boite et était exposé sur le comptoir. Ce ne sont pas ses lignes et volumes, rendus de façon assez moyenne qui m’ont séduit. Mais la finesse des pièces rapportées le personnalisant. En effet, la gravure des parties métalliques composant la carrosserie manque de finesse et de lecture, notamment au niveau des contours du haut des portières. Et que penser de la représentation des poignées desdites portières, seulement soulignées d’un trait de peinture alu ? Par contre, les parties en plastique jouissent d’une belle restitution. Outre les essuie-glaces et les rétroviseurs extérieurs, en plastique noir, c’est principalement tout ce qui constitue le chargement du plateau et les protections avant et arrière qui est concerné. A commencer par l’armature de protection de la face avant avec grille très fine devant les phares. Le treuil électrique fixé sur le pare-chocs. Le dessin des jantes est fidèle. A l’arrière, l’abattant (articulé) arbore une large gravure du monogramme Peugeot qui en surplombe deux plus petits : 504 et Dangel 4x4 phototamponnés.Les feux arrière, rapportés en plastique bien coloré, sont eux aussi protégés par une grille très fine fixée sur une barre anti-encastrement. La cabine accueille une banquette trois places marron derrière une planche de bord noire très détaillée avec, outre le tableau de bord, un équipement radio.  Les contreportes sont bicolores, marron et noir. Le plateau est occupé par une petite citerne surmontée d’une échelle, d’un tuyau sur dévidoir, deux petits projecteurs, un gyrophare bleu et d’un haut parleur. Il y a aussi une motopompe. Une fois procédé à l’abaissement à l’horizontale de l’abattant arrière, il est possible de découvrir les commandes de la petite motopompe embarquée. Le soubassement est bien détaillé, en quasi 3D, mettant bien en évidence l’aspect 4x4 de ce pick-up. Il y a même une ligne d’échappement alu rapportée. Le pick-up 504 4x4 par Dangel en photos
CH43 2011 4 etoiles+
 

TATRA 613 de 1976

Ist Models – réf. IST138
4489GR Tatra 613 doree
 Voiture emblématique de l’ex République Tchécoslovaque, la 613 proposée par Ist models était de conception originale puisqu’elle était du type tout à l’arrière avec un gros moteur V8 placé juste derrière la banquette arrière. Les lignes et volumes de cette imposante voiture, surtout utilisée par les dignitaires du régime de l’époque, sont bien rendus et bénéficient d’une belle présentation avec chromes rapportés. De très fins essuie-glaces, en plastique noir, se trouvent placés à la base du pare-brise ? Le capot moteur est nervuré et comporte bien les deux grilles d’aération devant ledit pare-brise. La face avant, dépourvue de calandre – et pour cause – est barrée d’un trait de chrome de part et d’autre de l’écusson Tatra. Les quatre optiques principales sont rapportées et serties de chromes. Par contre les clignotants latéraux ne sont que gravés et peints. Les antibrouillards, placés sous le pare-chocs sont seulement métallisés. Le dessin des enjoliveurs de roue est très fidèle. Tout comme celui des poignées des portières. Les passages de roue arrière sont pourvus de bavettes. La lunette arrière est pourvue d’une grille de désembuage. Le capot moteur est bien nervuré pour représenter la grille de la vraie. Il affiche aussi l’écusson de la marque et le cartouche affichant le monogramme T613 constitués par des pièces phototamponnée, côté droit. Alors que côté gauche, le sigle V8 est chromé et photodécoupé. Dommage que sur ce modèle, pourtant vendu en boutiques, et au prix y afférant, l’on doive se contenter de feux arrière seulement métallisés et peints ! Le dessin du mobilier intérieur, noir et beige, est assez simple. Les accessoires des contreportes sont soulignées d’un trait de peinture alu. Tout comme les pédales du pédalier. Le tableau de bord affiche ses nombreux cadrans. Le soubassement est détaillé et met en évidence la double sortie des échappements, bie, creusée. La 613 en vidéo  et son moteur V8
CH43 2011 4 etoiles
 

ZASTAVA Yugo 45 de 1980

Ist models – réf. IST091
4492GR Zastava Yugo-45
4492GS Zastava Yugo-45
  Avec ses faux airs d’Autobianchi A112 de trois quarts avant et de Golf I de trois quarts arrière, cette Yugo 45 aurait tout pour séduire le collectionneur de modèles exotiques. Mais c’était sans compter sur cette monte de roues hypertrophiée qui en abime la silhouette et le profil. C’est bien dommage et fort regrettable. D’autant qu’outre un bon respect des lignes et volumes de l’original, ce modèle bénéficie d’une présentation comme je l’aime, avec une jolie peinture et surtout une gravure très fine et bien visible. Et puis il y a la finition, soignée, avec de très fins essuie-glaces noirs. Des logos et monogrammes phototamponnés, bien à leurs places. Une grille d’aération entourée de son bossage coiffe le capot moteur. La large calandre est mise en valeur par une peinture alu. Les phares, clignotants avant et feux principaux arrière sont représentés par des pièces rapportés, en plastique correctement coloré.  Les poignées de portières, bien dessinées, sont soulignées de noir. Les jantes des roues sont réalistes (à l’exception de leur trop grand diamètre). Un très fin essuie-glace est fixé sur le hayon arrière. Le feu de brouillard et celui de recul ne sont que peints. L’intérieur, au mobilier très simple, est gris souris foncé. La planche de bord aux formes cubiques est détaillée. Les cadrans du tableau de bord sont là ainsi que les accessoires des contreportes, peints alu. Le soubassement n’est pas détaillé, à part le tracé très biscornu de la ligne d’échappement dont la fin est rapportée et creusée. La Yugo 45 en photos
CH43 2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 10:03
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 352 du 07 mai 2012
 
 Modèles presse

Semaine du 23 au 29 avril 2012

 

AUSTIN-HEALEY Sprite frogeye de 1959

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 59 
4496GR Austin-Healey Sprite

 Cette Sprite, n’est autre qu’une reprise de celle proposée en son temps dans la collection des Voitures d’antan, n° 80 et présentée dans le n° 85 de Collec’Hebdo 43 du 26 mars 2007. C'est-à-dire il y a un lustre ! J’en reprendrai donc la présentation, sans en varier une appréciation, seulement quelques mots : ce cabriolet  nous restitue pleinement l’allure amusante de l’original. L’avant est réussi avec ses gros phares surmontant une calandre enjouée d’assez bonne facture et un pare-chocs très bas. Le pare-brise est sobrement représenté par une pièce de plastique dont les bords sont alu.  Le profil est respecté et il y a même, sous les portières sans serrure ni poignées, le dessin du trou pour placer le cric en cas de crevaison. Dommage que la taille des pneus soit encore si large et le diamètre des jantes trop petit. L’arrière est lui aussi très fidèle avec ses deux butoirs et le bouchon du réservoir, tous trois chromés. Il y a même le monogramme Sprite au-dessus de l’immatriculation. Mais ce qui fait le charme particulier de cette miniature, c’est qu’elle nous est proposée en version recouverte d’un cache tonneau. C'est-à-dire que seule la place du pilote est accessible. Cela permet de voir un intérieur bordeaux du plus bel effet avec de beaux cadrans sur la planche de bord.  Le soubassement est un peu détaillé. 

A noter que ce modèle ne fera pas – lui non plus - double emploi avec celui badgé Solido car, outre le fait que ce dernier est complètement ouvert, le Solido est avec conduite à droite.  
CH43 2011 4 etoiles
 

Semaine du 30 avril au 06 mai 2012

 

 

CITROËN U23 – eau minérale Charrier

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 59 
non_dispo.jpg 

Comme le Citroën type 23, n° 54 de cette même collection, le modèle proposé n'a pas, à mes yeux, sa place dans cette collection. De part ses dimensions, il aurait eu sa place dans celle des Camionnettes d'antan.

 

 Pour la petite histoire, cette marque d’eau minérale se fit connaître du grand public à l’époque où Brigitte Barbot (B.B.) était amoureuse de Jacques Charrier, qu’elle épousa et dont elle eut un fils. D’où le slogan, jeu de mots, « Bébé aime Charrier ». 
 

PANHARD CD Coach de 1962

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 08 
4501GR Panhard-CD coach ble 

Il y avait longtemps qu’une collection presse ne m’avait procuré autant de plaisir en découvrant un nouveau modèle. Depuis celle dédiées à Simca, pour être plus précis. En effet, ce coach CD, que je vous présente aujourd’hui, n’avait pas fait l’objet d’une représentation industrielle, me semble-t-il jusqu’à présent. Il vient combler un vide dans ma collection avec ses lignes, volumes et présentation soignés. D’autant plus que le grain de sa peinture métallisée s’avère assez fin et flatteur. Deux fins essuie-glaces chromés s’occupent du pare-brise. Les optiques principales sont serties de chrome. La prise d’air sur le capot est prolongée par un bossage bien proportionné. Elle est précédée du monogramme Panhard, phototamponné mais placé la tête en bas !  Les deux éléments du pare-chocs et les deux butoirs sont rapportés et chromés. Ces butoirs devraient être plus verticaux. Et il manque, au moins, la reproduction de la petite prise d’air rectangulaire sous le pare-chocs, devant la roue droite. Les clignotants, peints, devraient être blancs.  Les feux de positions et les boutons de portière sont présents. Le dessin des jantes est réussi. De petits enjoliveurs centraux et chromés sont placés dessus. A l’arrière, même commentaire en ce qui concerne les éléments du pare-chocs et les butoirs. Le couvercle du coffre arbore le monogramme Panhard, placé correctement cette fois-ci. La serrure est présente sur l’aile arrière droite, ce qui indique une ouverture vers la gauche. Une double sortie d’échappement émerge de sous la carrosserie.  Le pavillon est creusé en son milieu, un peu à la manière des productions du carrossier italien Zagato. Le mobilier de l’habitacle est présenté dans un habillage rouge foncé. Il est bien gravé.  Le tunnel de servitude supporte bien le levier de vitesse mais ne devrait pas avoir de levier de frein à main. Ou du moins une commande quelconque. En effet, le frein à main se trouvait sous le volant et été constitué par une poignée. Ce qui m’amène à la planche de bord qui aurait due être noire et non caramel. Beau volant à trois branches. Par contre, je ne comprends pas, qu’une fois encore, le soubassement nous présente le dessous d’une voiture à transmission classique : moteur et boîte de vitesse à l’avant, arbre de transmission et pont et roues arrière motrices, alors que les Panhard d’après guerres étaient des voitures de type traction avant et mues par de petits bicylindres à plat de type boxer. Carton rouge, cela va de soi pour cette erreur grossière.

 

 

NB – Cet exemplaire souffre, comme d’autres, d’un problème de fixation des vitrages qui a occasionné deux bosses sur le pavillon, côté gauche, au niveau des rivets. J’espère qu’il en sera autrement sur les modèles à venir.

CH43 2011 4 etoiles
 

Modèles boutiques

Spécial nouveautés PSA 

CITROËN C4 Aircross de 2012

Norev – réf. 155460 
4504GR C4-Aircross grise 
4504GS C4-Aircross grise
 Proposé en finition Exclusive, ce C4 Aircross représente l’un des deux modèles proposés par PSA, dérivés de l’ASX de Mitsubishi. Ses lignes, volumes et présentation, sont fidèles à ceux de l’original, selon les standards actuels. Les larges chevrons de la partie supérieure de la calandre sont rapportés et chromés. Ils sont encadrés par des blocs optiques assez réussis. Par contre, je n’en dirai pas autant des bandes de LED verticales, faisant fonction de feux de jour, qui ne sont représentées que par un trait de peinture. La grille intégrée dans le bouclier est bien dessinée. Les deux feux additionnels qui l’encadrent sont rapportés, en plastique. Les coques des rétroviseurs extérieurs intègrent bien les rappels des clignotants. Le dessin des jantes alliage est très fidèle et laisse voir les disques de frein et leur étrier. Si les barres de toit et les joncs de bas de caisse ne sont que peints alu, le jonc de chrome qui court sous les vitrages latéraux et celui du panneau de custode (gravé du monogramme et du logo Aircross), sont, eux, bien rapportés et chromés. Le hayon arrière reçoit, outre le petit essuie-glace de la lunette arrière, le troisième feu stop, peu visible sous l’amorce de béquet surmontant ladite lunette. Il affiche les doubles chevrons et le monogramme Citroën, en son milieu. Mais aussi les monogrammes C4 et Aircross sous la partie centrale des feux arrière. Chevrons et monogrammes, photodécoupés et chromés. Le tout étant souligné par un large jonc chromé  intégrant la poignée d’ouverture. Le dessin des blocs des feux arrière, style boomerang est fidèle et correctement coloré. Les feux de brouillard  sont présents sous le bouclier. Si le mobilier intérieur bénéficie d’une bonne gravure, celle-ci est rendue peu visible en raison de sa présentation quasi noire, conforme à l’originale et à un vitrage intégral avec surteinte pour toutes les vitres arrière. A noter que la fixation des rétroviseurs latéraux, débordant à l’intérieur de l’habitacle, donne l’impression d’être en présence de rétroviseurs à réglage manuel, alors qu’il est électrique. Il y a un ciel de pavillon tout autour du toit vitré. Le soubassement est détaillé et permet de voir que ce C4 Aircross est présenté en version 4x4. La sortie d’échappement est cachée juste devant la jupe arrière. Le C4 Présentation  L’Aircross en vidéo
CH43 2011 4 etoiles+
 

PEUGEOT 208 Féline (3 portes) de 2012

Norev – réf. 472800 
4503GR 208 3p bleue 
4503GS 208 3p bleue 
 Après la version 5 portes, en finition Allure, présentée dans le n° 351 de la semaine dernière, voici aujourd’hui la 208 dans sa version 3 portes, mais en finition supérieure, dite Féline et dans sa livrée bleu virtuel. Ce n’est pas moi que le dit, mais bel et bien Peugeot. Recourant aux standards actuels de reproduction, c’est dire si ses lignes, volumes et coloris sont fidèles à l’original et que ce modèle bénéficie d’une présentation soignée.  Ainsi, à l’avant le lion qui figure sur le capot est chromé, rapporté et photodécoupé. Le dessin des blocs optiques est assez réaliste. La calandre flottante est constituée par une pièce rapportée gravée et chromée à sa périphérie. Il y a même le petit aplat marqué Peugeot juste sous le lion. Les antibrouillards sont eux aussi rapportés et sertis de « chrome mat ».  Le bas des vitrages latéraux est complété par un fin jonc chromé qui les souligne et se termine en faux cartouche sur le panneau de custode. Son tracé est très fidèle et se veut la reprise de ceux figurant sur la 205 GTI. Le dessin, très travaillé, des jantes alliage correspond bien à la finition Féline. Il laisse voir les disques de frein et leurs étriers. Le dessin des feux arrière est réussi et leur coloration très acceptable. A noter que si ces deux blocs et le feu de brouillard implanté au centre du bouclier arrière, sont constitués par des pièces en plastique rapportées, le troisième feu stop, placé au-dessus de la lunette arrière, n’est que peint. L’essuie-glace de cette lunette surplombe un cartouche chromé gravé Peugeot. Il y a aussi un monogramme chromé et photodécoupé 208 placé entre les feux du côté droit et la plaque d’immatriculation. Laquelle est surmontée du lion, chromé et photodécoupé, lui aussi. Le mobilier de l’habitacle est noir. Sa vision est facilitée par la présence d’un toit vitré précédé d’un large chrome, comme sur la nouvelle Citroën C3. Il jouit d’une belle gravure où le nouveau tableau de bord et l’écran GPS intégré sont mis en évidence. A noter que si, sur ce modèle, il n’y a pas de représentation des ceintures de sécurité, il y a un ciel de pavillon. Le soubassement est un peu détaillé. Présentation La 208 3 portes en vidéo ou encore
CH43 2011 4 etoiles+
 

PEUGEOT 4008  de 2012

Norev – réf. 474800
4502GR 4008 grise 
4502GS 4008 grise 
4502GT 4008 grise 
 Après le C4 Aircross voici l’autre modèle proposé par PSA, lui aussi dérivé de l’ASX de Mitsubishi : le Peugeot 4008. Partageant la même base que les deux autres, il ne s’en distingue pas moins par un dessin de carrosserie spécifique.  Ses lignes, volumes et présentation, sont fidèles à ceux de l’original, selon les standards actuels. La large calandre flottante bénéficie d’une belle gravure et est sertie par un jonc chromé rapporté qui est gravé en sa partie supérieure en méplat du monogramme Peugeot. Au-dessus, le lion de la marque est lui aussi chromé et photodécoupé. Les blocs optiques sont assez bien restitués. Ils sont soulignés par des éléments chromés et rapportés encadrant de petites prises d’air. Les optiques additionnelles placées sous le bouclier avant, sont elles aussi rapportées mais en plastique. Les coques des rétroviseurs extérieurs intègrent bien les rappels des clignotants. Le dessin des jantes alliage est très fidèle et laisse voir les disques de frein et leur étrier. Si les barres de toit et les joncs de bas de caisse ne sont que peints alu, le jonc de chrome qui court sous les vitrages latéraux est, lui, bel et bien rapporté et chromé. Le hayon arrière reçoit, outre le petit essuie-glace de la lunette arrière, le troisième feu stop, peu visible sous l’amorce de béquet surmontant ladite lunette. Il affiche le lion et le monogramme Peugeot, en son milieu. Mais aussi le monogramme 4008 sous la partie centrale des feux arrière droit. Lion et monogrammes, photodécoupés et chromés. Le tout étant souligné par un large jonc chromé  intégrant la poignée d’ouverture (mais sans reproduction de la petite caméra de vision arrière). Le dessin des blocs des feux arrière est fidèle et correctement coloré. Les feux de brouillard  sont présents sous le bouclier. Si le mobilier intérieur bénéficie d’une bonne gravure, celle-ci est rendue peu visible en raison de sa présentation quasi noire, conforme à l’originale et à un vitrage intégral avec surteinte pour toutes les vitres arrière. A noter que la fixation des rétroviseurs latéraux, débordant à l’intérieur de l’habitacle, donne l’impression d’être en présence de rétroviseurs à réglage manuel, alors qu’il est électrique. Il y a un ciel de pavillon tout autour du toit vitré. Le soubassement est détaillé et permet de voir que le 4008 est un 4x4. La sortie d’échappement est cachée juste devant la jupe arrière. Présentation Le 4008 en vidéo
CH43 2011 4 etoiles+
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique