Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 20:15
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 332 du 19 décembre 2011
 
 Modèles presse

FIAT-ABARTH Grande Punto S2000 (Russia Rally 2007)

Ixo/Altaya – collection passion du rallye, n° 42-B
4408GR GdePunto S2000 blanc
 Signée Ixo, cette nouvelle représentation de la Grande Punto S2000 reprend le moule qui fut notamment utilisé pour reproduire celle qui participa à l’édition 2010 du Rallye de Monte-Carlo avant d’être contrainte à l’abandon (n° 27 de cette même collection). Mais à l’inverse de celle première où, les lignes et volumes de cette Grande Punto étaient noyés sous une abondante décoration ici, tout est bien plus visible. Il y a toujours cet effort en matière de présentation, avec, à l’avant et à l’arrière, la présence des crochets de remorquage. Les jantes – d’un dessin différent -  laissent apercevoir les disques de frein avec leurs étriers. Les rétroviseurs externes, très reculés, sont dotés d’un miroir. Le dessin des feux arrière est correct. Le bouclier reçoit feu de brouillard et une sortie d’échappement chromée. Le pavillon reçoit prise d’air et une antenne radio placée au centre de l’écusson au scorpion. A l’intérieur, tout est semble-t-il reculé, sauf le pédalier( ?). Toujours est-il que le mobilier y est protégé par un arceau-cage très détaillé, notamment les renforts des montants du pare-brise constitués de plaques perforées du plus bel effet. Le soubassement à fond plat est peu détaillé.
2011 4 etoiles
 

FORD Fiesta S2000 (rallye de Monte-Carlo 2010)

Ixo/Altaya – collection passion du rallye, n° 42-A
4407GR Fiesta S2000 RMC
 Signée Ixo, cette représentation de la Fiesta S2000, reprend le moule qui fut utlisé notamment pour la reproduction de celle qui s’illustra lors du rallye du Mexique 2010 (n° 35 de cette même collection). Nous retrouvons donc des lignes, volumes et décoration fidèles avec la découpe particulière des élargisseurs d’ailes, avant et arrière, qui ne protègent que partiellement les roues. Par contre, très peu de sponsors s’affichent sur cette voiture, à l’inversion de la « mexicaine ». Malgré leurs formes tourmentées, les optiques avant et les feux arrière, rapportés et en plastique, sont réalistes. Les jantes laissent voir les disques de frein. Une énorme sortie d’échappement perce le bouclier arrière. A l’intérieur, le mobilier, réduit aux deux sièges baquets, est protégé par un bel arceau-cage. A noter que l’extincteur se trouve placé devant celui du pilote et que l’on voit, à l’arrière, la tête des amortisseurs au-dessus des passages de roues. Le soubassement reproduit un fond plat.
2011 4 etoiles
 

RANGE-ROVER 5 portes de 1985

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 49
4406GR Range-Rover 5p
 Signée Ixo, cette représentation du Range-Rover fait partie des quelques modèles de cette collection qui me feront regretter sa prochaine fin car elle nous propose d’assez belle manière les lignes et volumes de l’original, dans une livrée rouge foncée fort plaisante. Ce d’autant qu’elle jouit d’une gravure très fine. De fins essuie-glaces se trouvent à la base du pare-brise et correctement orientés pour un modèle à conduite à gauche. La grille de calandre verticale est bien gravée et enserre phares et ensembles veilleuses-clignotants. Le dessin des jantes est bien mis en valeur par sa gravure. A noter que ce modèle est dépourvu de déflecteurs sur les portières avant, ceux-ci ont effectivement disparu en 1985. A l’arrière la vitre du hayon est dotée d’un essuie-glace alors que le dit hayon dispose d’une poignée rapportée en plastique noir. Les feux, rapportés eux aussi, sont bien colorés. Dommage que le mobilier intérieur soit totalement noir car il est difficile d’en voir tous les détails, notamment la présence des trois leviers sur le tunnel de servitude. Par contre on voit bien la housse de la roue de secours placée à gauche. Le soubassement est détaillé en quasi 3D en ce qui concerne la transmission, les trains roulants et la ligne d’échappement. Ce qui est très rare dans les modèles presse de ce réducteur pour ne pas être signalé. Le pot de détente et les sorties de l’échappement sont chromés.
2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

FSO Polonez Caro de 1991

Ist models – réf. Ist116
4404GR Polonez Caro bordeau
Signée Ist models, cette Polonez Caro se présente d’une manière assez fade dans une livrée rouge foncé. Faut dire pour sa défense que l’original ne l’est guère… original. Il est plutôt des plus ordinaires. Ceci étant, les lignes et volumes de la vraie sont bien au rendez-vous, même s’ils ne bénéficient que d’une gravure moyenne et peu lisible au premier abord. Pourtant sa présentation est des plus honnêtes avec de fins essuie-glaces noirs et une calandre bien gravée. Les optiques sont rapportées et font blocs avec les clignotants alors que des feux additionnels, placés dans le bouclier faisant fonction de pare-chocs ne sont que peints en blanc. Le dessin des enjoliveurs des petites roues est correct. Tout comme celui des feux arrière, rapportés dans un plastique correctement coloré. La lunette arrière est affublée d’une grille de désembuage des moins discrètes et dotée d’un très fin essuie-glace implanté à sa base. Le mobilier intérieur est gris et est bien détaillé. Les accoudoirs des contreportes sont soulignés de noir. La planche de bord est noire elle aussi , tout comme la console verticale au pied de laquelle il y a le levier de vitesses. Le soubassement est détaillé, notamment en ce qui concerne la ligne d’échappement.
2011 4 etoiles
 

GM (Holden) HJ/8WS69 Statesman DeVille de 1974

Trax – réf. TO08
4409GR Holden HJ Statesman
4409GS Holden HJ Statesman
4409GT Holden HJ Statesman
4409GU Holden HJ Statesman
 Comme sur la version précédente, cette évolution HJ signée Trax, les lignes et volumes sont au rendez-vous sous une décoration des plus couleurs locales. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai choisi cette présentation à livrée vert foncé à pavillon ocre. Comme sur toutes les productions récentes de ce réducteur les pièces rapportées sont fines et correctement colorées. Seuls, pourtant, les essuie-glaces sont toujours aussi rustiques. C’est ainsi que l’on retrouve avec un plaisir, d’autant plus grand le respect des lignes, volumes et coloris de la vraie que le tout est proposé avec une gravure fine. De plus, les huit ouvrants principaux sont tous des pièces rapportées et  sont tous fonctionnels (y compris les portières arrière). Et ce qui ne gâche rien, bien au contraire, c’est que leur cinématique est réaliste. Cette deuxième génération de la Statesman diffère extérieurement de la précédente par sa calandre d’un seul tenant et à grille verticale. Les clignotants sont incorporés dans des blocs verticaux, et non plus sous le pare-chocs. A l’arrière, les feux verticaux sont plus ramassés, le bossage du couvercle du coffre est plus horizontal et le pare-chocs est doté d’une bande de protection caoutchoutée et d’un dessin nouveau. Il n’y a plus de feux latéraux sur les ailes arrière. Le dessin des enjoliveurs de roue est fidèle et demande à être regardé avec une loupe pour voir ce qui est écrit sur la partie centrale. A noter pour terminer l’examen de la carrosserie, la présence d’un écusson propre à ce modèle et placé au dessus de la calandre, sur les panneaux de custode et sur le couvercle du coffre. Le monogramme Statesman qui était placé sur la HQ à l’extrémité des ailes avant et au bas du couvercle du coffre ne se retrouve plus sur la HJ qu’à l’extrémité des ailes arrière.

 

 

Bon, maintenant, nous pouvons profiter du fait que ces éléments s’ouvrent pour faire une visite détaillée de l’intérieur. Derrière une calandre très finement gravée et encadrée de deux doubles optiques, le capot se soulève pour révéler la toujours très jolie reproduction du V8 qu’il renferme. Reproduction en 3D  coiffée de culasses vermillon et surmontée de son filtre à air noir. Remarquez la présence des fils des bougies. Un vrai petit bijou que cette reproduction de l’ensemble mécanique qui se prolonge sous la voiture jusqu’à la sortie d’échappement. Ouvrons au choix, et indifféremment, l’une des quatre portières et examinons l’habitacle. Quel plaisir de voir le bout de la portière plonger dans l’épaisseur de la carrosserie, comme sur une vraie  avant de révéler un mobilier très bien moulé et de couleur ocre! Un mobilier bien gravé et souligné d’alu pour les fines baguettes de chrome courant sur les contreportes où les articulations des sièges, voire encore les boucles des ceintures de sécurité. Le pédalier composé de deux pédales seulement, et la poignée horizontale du levier de vitesses révèlent une boite automatique. Et outre un très beau tableau de bord, il y a un ciel de pavillon avec les pare-soleils avec un gros plafonnier central. Le coffre se révèle plus grand que sur les autres modèles, et pour cause. Le soubassement est très bien reproduit en 3D lui aussi. N’y manque qu’une direction fonctionnelle. Défi déjà relevé par le concurrent Biante.
2011 6 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 16:19

 

2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 331 du 12 décembre 2011
 
 Modèles presse

LADA 1200 de …

Ixo/Altaya – collection Route bleue, n° 80 et dernier
4399GR Lada 1200 taxi or
4399GS Lada 1200 taxi or
 Signée Ixo, cette Lada1200 (ou cette VAZ 2101 pour l’ex marché soviétique), rappelle étrangement la Fiat 124 qui nous fut proposée la semaine dernière dans la collection Classique de l’automobile. Et pour cause, elle en reprend le moule et les principaux accessoires. Pourtant nous sommes plus proches de la réalité qu’en ce qui concernait la Fiat 124 car la Lada 1200 eut bien un tel avant au cours de sa carrière, notamment en version 1200S avec appuie-têtes pour les sièges avant. Ceci étant, les lignes et volumes de l’original sont bien reproduits. Les traits de peintures représentant les chromes et les joints en caoutchouc sont assez fins pour être réalistes. Tout comme les essuie-glaces et le rétroviseur latéral. La large calandre arbore en son centre un écusson Lada. Elle gagnerait aussi à être noircie et les phares dotés d’ampoules jaunes. Les roues ont des jantes acceptables.  Sur ce modèle, Ixo a bien fait de dessiner des sorties d’air à la base des panneaux de custode. De même, et à la différence de la Fiat 124, le pli de tôle qui court entre les passages de roues se poursuit sur toute la largeur de la portière arrière. Si à l’avant la hauteur du pare-chocs est acceptable, il en va différemment à l’arrière où ledit pare-chocs est vraiment placé trop bas de deux bons millimètres. Les feux sont métalliques et peints. L’intérieur ne bénéficie pas d’une présentation aussi soignée puisque tout le mobilier est noir. Deux gros cadrans occupent le tableau de bord. Le soubassement est un peu détaillé.
2011 4 etoiles
 

MERCEDES L1113 de 1968

Ixo – collection Camions d’autrefois, n° 50
4401GR Mercedes laitier
 Liminaire : C’est bien la première fois, dans cette collection presse atypique que l’on se voit proposer pour la seconde fois la même cabine. En effet, celle-ci fut utilisée une première fois en version camion de travaux routiers avec plateau et bras de levage aux couleurs de l’entreprise Jean Lefebvre (n° 05).

  

Signé Ixo, ce nouveau camion reprend la partie cabine/moteur du L911 paru en n° 05 de cette même collection, Ixo n’ayant même pas pris la peine de modifier les monogrammes du modèle sur les côtés. Son seul intérêt réside en son plateau laitier à ridelles tubulaires et à son chargement – incomplet- de bidons de lait. Pour le reste… Lignes et volumes sont réalistes. Quant à sa décoration ??? La goupille d’attelage sur le pare-chocs avant est toujours présente, tout comme les antennes de gabarit et les trois essuie-glaces pour le pare-brise. A l’arrière la traverse anti encastrement  qui supporte feux et immatriculation a vu la couleur de ceux-ci modifiée. La petite cabine reçoit un mobilier noir, simple mais bien gravé. Le châssis est travaillé comme sur les modèles antérieurs.

2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

IMPERIAL Crown Southampton 4 portes de 1957  (groupe CHRYSLER)

NEO – réf. 440806
4405GR Imperial Crown South
4405GS Imperial Crown South
4405GT Imperial Crown South
 Puis-je écrire que cette Crown Southampton hard-top 4 doors a été réduite pour le compte de Néo, tant elle parait imposante par ses dimensions. Et pourtant, il en est bien ainsi, et au 1/43ème.  Je dois reconnaître que ces reproductions des modèles emblématiques américains des années 1950-1960 perpétuent mon engouement pour ceux-ci. Et ici, tout est fait pour plaire avec des lignes, volumes et présentation des plus réussis. Déjà, par la très fine reproduction des chromes, tous rapportés et photodécoupés. Deux essuie-glaces noirs très réalistes et antagonistes sont placés à la base du pare-brise, au-dessus d’une grille d’aération rapportée elle aussi.  Deux rétroviseurs extérieurs circulaires et une antenne de radio très fine se trouvent sur les ailes avant, lesquelles s’ornent du monogramme Imperial à la police toute en volutes. L’avant s’orne d’une très belle et large calandre, bien travaillée et surplombant un double pare-chocs intégrant les clignotants. Les poignées des portières sont rapportées et photodécoupées, tout comme les motifs ornant les deux côtés des ailes arrière. Les roues sont hyper réalistes avec leurs pneus à flanc blanc et leurs enjoliveurs intégraux. Deux simples feux rouges circulaires, en plastique rouge, placés sur l’épaisseur des ailes arrière, assurent la signalisation lumineuse alors que des feux de recul blancs se trouvent enserrés dans le pare-chocs au dessin très tourmenté. Le couvercle du coffre a la forme d’un cache roue de secours comme cela  fut courant à ce moment là sur plusieurs modèles chez Chrysler. A l’intérieur, le mobilier constitué par deux très larges banquettes est rose pâle. Il bénéficie d’une bonne gravure qui permet de découvrir une barre de maintient courant le long du dossier de la banquette avant. Et puis, il y a la planche de bord, bien détaillée, notamment au niveau du tableau de bord avec ses cadrans. Et une colonne de direction avec volant tulipe avec un demi-cerclo avertisseur. Dommage qu’il n’y est pas vraiment de ciel de pavillon et que le soubassement ne soit pas détaillé.
2011 5 etoiles
 

MERCEDES L319 Téléavia

Premium ClassiXXs – réf. ???
4402GR L319 Teleavia creme
 Liminaire : Cette énième variante du fourgon Mercedes sortie il y a déjà assez longtemps n’avait pas retenu particulièrement mon attention jusqu’à ce que je décide d’aménager l’un de mes décors en magasin d’électroménager. L’ayant trouvé en promotion, ce fourgon me permettra d’agrémenter la vitrine du magasin grâce aux appareils qu’il transporte.

 

Signé Premium ClassiXXs, ce fourgon L319, reproduit d’assez belle manière les lignes et volumes simplistes de l’original. Il jouit d’une présente correcte avec moult pièces chromées et rapportées telles que rétroviseurs extérieurs, essuie-glaces, poignées et portières, mais aussi feux de signalisation lumineuses peints. De plus, il dispose d’une belle calandre à l’entourage également chromé.  Si les portières latérales coulissantes sont un peu trop en retrait à mon goût, ; j’ai des doutes sur la profondeur d’ouverture de celle de droite, à moins d’être visible à travers la baie d’exposition. Baie au travers de laquelle il est possible de voir un vieux téléviseur et deux réfrigérateurs, dont un ouvert. La cabine contient deux sièges derrière une planche de bord peu visible. Le soubassement n’est pas détaillé.

2011 4 etoiles
 

SAUBER-MERCEDES C9 Test car de 1989

HPI-racing – réf. 993
4403GR Sauber-Mercedes C9
 Signée HPI-Racing, cette C9 en version voiture d’essais est assez inhabituelle dans ma collection. Si elle s’y trouve, c’est en raison du traitement de sa mécanique et de la finesse de sa gravure, peu visible cependant en raison de sa livrée noir mat. Pourtant ses lignes, volumes et présentation sont des plus fidèles. Je laisserai cependant aux spécialistes de l’endurance de se prononcer sur la question. Pour ma part j’ai noté la grande finesse des détails comme la belle gravure des sorties d’air au sommet des ailes avant mais aussi… de la grille du radiateur visible au fond du puits à la base du pare-brise. De même pour les prises d’air latérales. Les jantes en étoiles laissent voir les disques de freins (qui ne tournent pas avec les roues)  et leurs étriers. A l’arrière, les feux circulaires de style Fiat 850 sont très bien colorés en rouge et orange pour la partie centrale clignotante. Retirons le capot moteur et nous découvrons une assez impressionnante reproduction en 3D du bloc moteur V8, de la boite de vitesse et de la transmission aux roues arrière. Sans oubliés les spaghettis des échappements latéraux. Deux très fines antennes radios sont implantées au-dessus du poste de pilotage peu visible à travers les vitrages. On devine cependant le siège baquet doté d’un harnais bleu. Le soubassement est à fond plat avec extracteur d’air.
 2011 5 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:06
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 330 du 05 décembre 2011
 
 La Poste n'étant pas en mesure de livrer en temps et heures ce que j'attendais pour réaliser ce numéro, j'ai du me rabattre sur ce que j'appelle mes modèles de secours, achetés en cours d'année, pour pouvoir vous proposer au moins cinq voitures comme chaque semaine. D'où ce retard dans la mise en ligne de ce numéro. Veuillez m'en excuser. Merci.
 
 Et, de quoi demain sera-t-il fait ?
 Alors que la collection Classiques de l’automobile touche à sa fin, deux nouvelles collections sont annoncées à l’occasion des fêtes de fin d’année. L’une d’elles pourrait bien être consacrée aux métiers d’autrefois. Collection dont le test fut un temps espéré et qui n’a finalement jamais eu lieu. Collection qui devrait permettre de réaliser des dioramas grâce à ses façades de boutiques et ses figurines. Le tout accompagné par un utilitaire à la décoration différente de celles déjà proposée. L’autre devrait être consacrée à des voitures françaises. Peut-être aux marques disparues ou aux véhicules des sapeurs pompiers. Affaires à suivre.
 
 Modèles presse

FIAT 124 L de 1967

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 48
4396GR 124 caramel
4396GS 124 caramel
4396GT 124 caramel
 Liminaire :  Alors qu’Ixo disposait d’un moule et des accessoires bien plus proches de ceux nécessaire à la réalisation d’une « vraie » Fiat 124 avec ceux qui lui ont permis de réaliser la Seat 124 (n° 01 de la collection espagnole Seat), pourquoi a-t-il eu recours à ceux avec lesquels il a réalisé la Lada 1200 pour Cars & Co Company – ref. CCC006 (série limitée à 999 exemplaires), qui, bien que reprenant la même carrosserie, se distingue des deux autres par quelques détails différents ?

 

Signée Ixo, cette 124 étonne par la qualité de sa présentation, assez réussie je dois dire. Outre le choix de son coloris que chacun jugera selon ses propres goûts, les lignes et volumes de l’original sont bien reproduits. Les traits de peintures représentant les chromes et les joints en caoutchouc sont assez fins pour être réalistes. Tout comme les essuie-glaces et le rétroviseur latéral (rajouté). La large calandre arbore en son centre un écusson Fiat bien trop grand. Elle gagnerait aussi à être noircie et les phares dotés d’ampoules jaunes. A noter que les quatre prises d’air sous la calandre n’ont pas lieu d’être sur ce modèle, tout comme les bananes des pare-chocs avant et arrières. A la place il ne devrait y avoir que des cache-joints avec un petit carré de caoutchouc faisant fonction de butoirs. Les roues ont des jantes acceptables et sont dotées de pneus à flanc blanc dont la bande est trop large.  De même, il n’y avait pas besoin de dessiner des sorties d’air à la base des panneaux de custode, ceux-ci n’en possédant pas. De plus, le pli de tôle qui court entre les passages de roues devrait disparaitre juste avant la découpe de la portière arrière. Si à l’avant la hauteur du pare-chocs est acceptable, il en va différemment à l’arrière où ledit pare-chocs est vraiment placé trop bas de deux bons millimètres. A noter aussi que la plaque d’immatriculation arrière était généralement carrée et non rectiligne. De plus, si celle de devant peut être conservée telle quelle, celle de derrière devrait être sur fond jaune. Les feux sont métalliques et peints. Et les catadioptres oranges !!! Ils devraient être rouges. L’intérieur bénéficie d’une présentation soignée avec une planche de bord et un plancher noir, et un mobilier caramel. Deux gros cadrans occupent le tableau de bord. Le soubassement est un peu détaillé.

2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

FIAT-ABARTH 600 de 1962

Solido – réf. 4590
4370GR F-Abarth 600 rouge
 Signée Solido, cette représentation d’une Fiat-Abarth 600 n’est certainement pas la plus réaliste qui soit même si elle nous propose des lignes et volumes fidèles. En effet, les montants du pare-brise sont trop épais, ses essuie-glaces assez basiques ainsi que sa présentation. Le dessin des jantes alliage est simpliste, sans écrous de fixation.  Le seul intérêt de ce modèle réside dans sa partie arrière proposée avec capot relevé  permettant de découvrir une représentation en 3D de son moteur et des accessoires qui l’accompagnent. Dont un encombrant pot d’échappement. Le mobilier intérieur, entièrement noir, est protégé par un arceau-cage. Le soubassement est peu détaillé.
2011 3 etoiles b
 
 

MINI COOPER Clubman de 2007

OLIEX/High Speed – réf. 43KFB44

4391GR Cooper Clubman gris
 Signé High Speed ce break Clubman présente d’assez belle manière les lignes, volumes et coloris de l’original, ce, malgré un prix d’achat très raisonnable. D’accord, il ne faut pas être trop regardant pour le traitement des surfaces vitrées latérales où les montants des portières sont parties intégrantes du plastique constituant les vitrages proprement dits. Pourtant, l’ensemble reste réaliste avec une calandre chromée rapportée et bien gravée. Il en va de même pour les optiques avant. Le capot reçoit même l’écusson Mini phototamponné. Les jantes alliage en étoile laissent voir les disques de frein avec étriers. Les poignées des portières sont rapportées et chromées.  Les deux portières arrière sont dotées de petits essuie-glaces. Elles reçoivent, la gauche l’écusson mini, la droite le monogramme Cooper. Et comme sur le vrai ce break est doté de deux portières latérales et demie. Le flanc droit recevant, outre la portière avant habituelle, une petite portière arrière à ouverture antagoniste facilitant l’accès aux places arrière. Les feux verticaux sont eux aussi rapportés, en plastique uniquement coloré en rouge. Dommage que tout le mobilier intérieur soit uniformément noir, ce qui ne facilite pas son examen détaillé. Ce qui est le cas du soubassement avec une belle sortie d’échappement chromée.
2011 4 etoiles 
 

OPEL Monza 3.0E de 1980

Minichamps – réf. 400 045121
4382GR Monza coupe
  Signé Minichamps, ce coupé Monza A 3.0E  propose des lignes et volumes rectilignes et tendus très réalistes et représentatifs de ce qui se faisait à l’époque. De même que sa livrée bordeaux.  Les rares chromes courant sur la carrosserie sont représentés par de fins traits de peinture alu. La face avant est entièrement occupée par la large calandre noire arborant l’éclair de la marque en son centre, les feux étant rejetés sur les côtés, rapportés et correctement colorés. Des feux additionnels sont présents sous le pare-chocs, ainsi que le support destiné à recevoir la plaque d’immatriculation. Les roues (d’assez petit diamètre) paraissent nager dans leurs logements. Ce qui correspond à la réalité des vraies. Le dessin des jantes alliage en étoile est fidèle. Les larges feux arrière sont en plastique, rapportés et correctement colorés. Le hayon affiche le logo de la marque et le monogramme du modèle alors que la lunette arrière reçoit une très fine gravure représentant la grille de désembuage. A l’intérieur, le mobilier est entièrement framboise avec quelques touches d’alu pour les chromes des contreportes et de la console centrale où l’on découvre le levier de vitesse de la boite automatique. L’imposant tableau de bard est bien détaillé. A noter la présence d’un ciel de pavillon blanc cassé. Tout comme le soubassement qui propose une reproduction en 3 D de toute la partie inférieure de la mécanique et des trains roulants. De plus la double ligne d’échappement est couleur alu.
2011 5 etoiles 
 

VAUXHALL Cavalier Sri MkII de 1987

Vanguards/Corgi – réf. VA 09800
4378GR Vauxhall Cavalier bl
 Signée Vanguards cette Cavalier Sri reproduit de façon très correcte les lignes, volumes et coloris de l’originale dans cette livrée blanc cassé avec toit ouvrant vitré. De très fins essuies-glaces se dissimulent à la base du pare-brise et sur la lunette arrière. La calandre arbore l’écusson de la marque en son sommet. Les optiques sont rapportées et en plastique translucide à l’avant alors que les feux arrière, eux aussi rapportés et en plastique, sont très fidèlement colorés. Les pare-chocs et bandeaux de protection latérale sont noirs et parcourus par un fin liseré rouge qui court tout autour de la voiture. Le dessin des enjoliveurs de roues, qui couvrent entièrement les jantes, est  lui aussi fidèle avec ses ouvertures en étoile et l’écusson rouge de la marque en leur centre. Le bas du hayon affiche les monogrammes du modèle et de la marque. A l’intérieur, le mobilier, entièrement gris, bénéficie d’une bonne gravure mais aussi d’aucun cadran sur le tableau de bord. Le soubassement est peu détaillé. Il dispose cependant d’une ligne d’échappement alu.
2011 4 etoiles
 
BONUS
CITROËN 2cv6 du soixantenaire - n° 08
4398GR 2cv6 60ans marron
 
CITROËN 2cv6 Charleston de luxe - n° 10
4397GR 2cv6 Charleston roug
 
Repost 0
Trebor Yles
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 14:59
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 329 du 28 novembre 2011
 
Les collections presse à la télévison

Lors de l’émission diffusée mardi dernier (22 novembre 2011 à 18h45) 100% Mag sur M6, un petit reportage a été consacré aux collections presse. Je ne prononcerai pas sur son contenu puisque je fus l’acteur de quelques séquences mais je voudrais réagir sur la présentation de certaines d’entre elles où la couleur a laissé place au noir et blanc. Je pense que ce procédé était une manière, pour la réalisatrice, de montrer qu’elle ne partageait pas l’engouement pour ce genre de collections… Et que penser des propos tenus nous parlant d’une « qualité musée ». C’est vrai que dans certains il y a parfois des modèles exposés qui ne sont pas 100 % conformes aux modèles de leur époque. Accessoirisés ou comportant des pièces plus récentes, etc. Mais je ne pense pas que c’était à cela que voulait se référer cet intervenant.

 

Ce reportage reste visible sur le site http://www.m6replay.fr/#/emissions/100-mag/37358

 

Courriel des lecteurs

Je voudrais  remercier ici  tous ceux qui m’ont envoyé un petit mot d’encouragement après la diffusion de ce reportage ainsi que ceux qui se sont gentiment moqués du caractère « confidentiel » d’une de mes réponses. Je pense qu’elle a du aussi en soulager quelques uns.

Je n’en citerai qu’un, tout simple mais qui résume les autres :

 

Bonjour,

 Je tenais moi aussi à vous féliciter pour votre prestation sur M6.

 Celle ci ma permis aussi, comme pour d'autres de mettre un visage sur votre pseudo.

J’espère que certaines personnes qui auront vu ce reportage nous trouverons un peu moins décalé que cela semble être parfois

 Pour moi je suis un fidèle de votre blog, que  je lis chaque semaine, et plus car nous avons une passion commune pour la marque SIMCA

 Cordialement 

 

Merci à vous tous, amis lecteurs.
 
 Modèles presse

LAMBORGHINI Murcielago FIA-GT (24 heures de Spa-Francorchamps 2007

Equipage Jos Menten/Peter Kox/Jeroen Bleekmolen

Ixo/Altaya – collection Passion de la vitesse, n° 06
4394GR Murcielago FIA-GT or
4394GS Murcielago FIA-GT or
 Signée Ixo, cette Murcielago FIA-GT nous est proposée dans sa livrée des 24 heures de Spa-Francorchamps 007. Ses lignes et  volumes sont très réalistes. Tout comme sa décoration  très complète. Il n’y manque en fait que l’antenne radio fixée sur le pavillon. Le long essuie-glace est présent à la base du pare-brise et rapporté, en plastique noir, comme les deux rétroviseurs latéraux.  Si les crochets de remorquage avant et arrière n’ont pas été oubliés, ils ne sont représentés que par des ébauches. Les jantes alliage sont très finement reproduites et laissent deviner les disques de freins (noirs) qui sont derrière elles. Les « vitrages » latéraux comportent guichet et perforations pour assurer un minimum d’aération. La jupe arrière est surplombée par un imposant aileron et abrite un large extracteur d’air. Dommage, que succombant à la mode des feux arrière incolores ceux-ci ne sont reproduits que par des plastiques transparents. Le poste de pilotage est tout en noir. Il renferme cependant une bonne reproduction de son mobilier. Le soubassement reproduit un fond plat.
 2011 4 etoiles
 

TATRA T148 S3 de 1969

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 48
4395GR Tatra benne bleu
4395GS Tatra benne bleu
 Signé Ixo, ce camion tchèque a-t-il vraiment sa place dans la collection des camions d’autrefois pour avoir sillonné nos routes ? Je laisse le soin aux passionnés d’en débattre. Pour ma part je m’abstiendrai de répondre en me contentant de  le regarder et d’en faire la présentation. A l’instar du Berliet GLR200 à benne carrière aux couleurs de la SCREG, ce TATRA T148 S3 reproduit de belle manière les lignes, volumes et coloris de l’original. Et ce, d’autant plus facilement que comme le premier cité, il est doté d’une benne carrière relevable fonctionnelle, avec panneau arrière basculant. De plus sont mode de relevage est différent. Il faut reconnaître à Ixo le soin apporté aux détails sur ce camion qui est aussi diffusé dans les collections à destination des pays de l’Est. Ceci explique peut-être cela. Deux essuie-glaces assez fins sont placés à la base du pare-brise en deux parties. Les ailes avant sont surmontées d’antennes de gabarit et des clignotants avant. Les roues sont dotées de jantes aux dessins originaux. Notez la position inclinée et fidèle de la roue de secours fixée sur le côté gauche du châssis. Lequel est en plastique sur ce camion et supporte les différents réservoirs et un coffre à outils. Les roues sont jumelées sur les deux trains arrière de ce 6x6. Les larges bavettes arrière supportent la signalisation lumineuse, bien colorée, et l’immatriculation ; Il y a même l’entonnoir pour guider l’arrimage d’une éventuelle remorque, mais sans le crochet de celui-ci. L’intérieur de la cabine est occupé par le siège du chauffeur et une banquette biplace bruns. La planche de bord possède un tableau de bord à deux cadrans semi-circulaires. Le châssis est propre à ce modèle et possède une ligne d’échappement rapportée alu.
2011 5 etoiles
 
  Modèles boutiques

HOLDEN HT Monaro GTS350 coupé de 1969

Trax – réf. TR19D
4389GR HT Monaro blanche
4389GS HT Monaro blanche
4389GT HT Monaro blanche 
Signée Trax, cette nouvelle réduction du coupé Monaro - dont le moule originel  date du début des années 1970 -  nous restitue à la manière des Dinky Toys France d’alors, ou des Solido, des lignes et volumes qui ne sont pas sans rappeler ceux du coupé Opel Commodore de la même époque. Et pour cause… Cette fois-ci il s’agit de la version HT coupé GTS350 apparue en mai 1969. Le tout est servi par une livrée ivoire à bandes noires. Comme sur la version précédente, la HK, les essuie-glaces ne sont que gravés à la base du pare-brise. Par contre, le capot moteur est différent avec ses deux bossages latéraux prolongeant les prises d’air (non creusées). La large calandre est noire et arbore, côté gauche, le sigle GTS en lettres rouges. Alors que le capot affiche le monogramme Holden en tampographie. Les clignotants, placés sous le pare-chocs, ne sont que dessinés. Cette quatrième présentation (19D) bénéficie de belles roues à jantes chromées et de pneus à liseré rouge. Les flancs sont ornés d’une double bande noire, des écussons 350 et du monogramme GTS. A l’arrière, le couvercle du coffre est parcouru par deux bandes noires et son panneau vertical est lui aussi noir. Il affiche les monogrammes Monaro (blanc) et GTS (rouge)  alors que les feux arrière, débordant sur les ailes, sont peints et entourés de chromes. Le mobilier intérieur est entièrement noir. Le soubassement, bien que très sommairement détaillé, souligne les deux lignes d’échappement d’une peinture alu.
2011 3 etoiles
 

MORRIS Minor Traveller de 1964

Vanguards – réf. VA 01009
4373GR Morris Minor Travele
4373GS Morris Minor Travele
 Signé Vanguards, ce Break  Minor Traveller  nous restitue d’assez belle manière le style très britannique de ce modèle dans une livrée gris rose. Ses lignes et volumes sont corrects même si l’ossature bois qui l’habille est un poil trop épaisse à mon goût. La gra      vure est correcte, tout comme sa présentation minimaliste. De très fins essuie-glaces métalliques se trouvent à la base du pare-brise. Par contre, sa calandre en plastique, manque de style. Les roues sont acceptables, tout comme le traitement des baies latérales coulissantes. L’arrière, style armoire vitrée, supporte les petits feux. A l’intérieur, pas de contreportes mais juste les sièges et le plancher arrière, rouge, derrière une planche de bord à peine esquissée. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 3 etoiles
 

SUNBEAM TALBOT 90 MkII

Oxford – réf. ST002 
4372GR Talbot 90-MKII ivoir
4372GS Talbot 90-MKII ivoir
Signée Oxford, cette représentation de la Talbot 90 Mk II m’a séduit par l’aspect désordonné de ses proportions, très britannique et désuet. Ce qui restitue correctement les lignes et volumes de la vraie. Et qui plus est, dans une livrée crème assez réussie, d’autant que la gravure est assez fine.  Si les appendices de la calandre principales ne sont que gravés cette dernière est bel et bien rapportée et chromée. Elle arbore même l’écusson de la marque en son sommet. Les phares sont rapportés, en plastique et dotés d’enjoliveurs chromés  eux aussi. Tout comme les tout petits essuie-glaces et les rétroviseurs d’aile. Il en va de même pour les enjoliveurs des roues de fort diamètre, des poignées de portières et de couvercle du coffre, mais aussi du bouchon de réservoir et de l’éclairage de l’immatriculation arrière. Dommage que cela se poursuive aussi pour les feux arrière qu’il faudra rougir d’un trait de peinture. A noter la découpe particulière des portières arrière à ouverture antagoniste par rapport à celles de devant. Découpe qui permet à la petite vitre de custode de demeurer fixe à leur ouverture. Le monogramme Sunbeam-Talbot figure sur chacune des ailes avant.  Le pavillon est à toit ouvrant. Si la planche de bord est peu visible et crème, les sièges et les contreportes sont rouge sang et bien détaillés. Le levier de frein à mains est quant à lui chromé. Le soubassement est détaillé en quasi 3D avec une sortie d’échappement rapportée.
2011 4 etoiles 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 09:56
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 328 du 21 novembre 2011
 
 Modèles presse

RENAULT R16 de 1968

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 47
4393GR R16 blanche

Supposée être signée Ixo, cette reproduction de la R16 pourrait être celle d’une 16TS telle que nous la concevons généralement, s’il y avait deux optiques additionnelles rectangulaires fixées sur le pare-chocs avant.  J’ai écrit « supposée » car le traitement de son soubassement rompt avec ceux auxquels ce réducteur nous a habitués depuis longtemps, tout comme celui des vitrages latéraux qui sont affleurant. A noter que celle-ci reçut en 1968 (millésime 1969) des feux de recul placés sous les feux arrière. Toutefois, ce modèle présente l’intérêt particulier, tout au moins en modèles presse, de proposer un modèle équipé, à la base du pare-brise et devant le passager, de la trappe d’aération qui succéda à la simple grille des premiers modèles. Ceci étant précisé, reprenons la séquence habituelle de présentation.  Les lignes et volumes de cette R16 sont très représentatifs de l’original et bénéficient enfin d’une belle livrée blanche d’épaisseur très correcte, laissant voir la gravure et les détails de la carrosserie. A noter également,  la présence des gicleurs du lave glace à la base du pare-brise, très souvent absents sur les autres reproductions. Dommage que la grille sous la calandre principale n’ait pas été noircie, cela l’aurait rendue plus visible. De profil, nous ne retrouverons pas, une fois de plus (1) la dissymétrie de l’empattement de la R16 qui avait la particularité, comme d’autres Renault, d’avoir la roue arrière gauche plus éloignée de celles de devant que la roue arrière droite en raison de sa suspension à barres de torsion placées l’une devant l’autre. Cela se traduisait visuellement par un passage de roue plus reculé par rapport à la portière arrière du côté gauche que du côté droit. Ici l’espace entre les deux est identique. Le dessin des roues est trop approximatif avec ses huit alvéoles circulaires au lieu d’être quasi rectangulaires. De plus, les feux de positions latéraux, placés trop haut,  ne devraient pas être simplement orange mais blanc et rouge. Ce ne sont pas encore des répétiteurs de clignotants, mais bel et bien encore des feux de position. Les rétroviseurs latéraux sont superflus car non encore obligatoires.  Par contre, les petites flèches chromées présentes à la base des vitres de custode sont correctement orientées et comportent bien le monogramme Renault 16 dans leur cartouche. A l’arrière, le monogramme 16TS est de trop. Par contre, le bandeau alu avec le monogramme Renault est bien présent sous le hayon. Si les feux arrière sont rapportés, ils sont métalliques et de forme trop horizontales pour être réalistes. Le bouchon de réservoir est représenté au bon endroit. A l’intérieur, le mobilier est entièrement noir et est peu visible. Pourtant, celui-ci présente à l’avant une banquette dotée de l’accoudoir abaissable pour la transformer en deux sièges séparés, apanage de la 16 TS.  Le soubassement est détaillé et gravé. Il possède même un pot d’échappement chromé.

 

_ (1) En collection presse, seule la R16 reproduite par Universal Hobbies pour le n° 13 de la collection Renault a restitué cet aspect particulier de la R16. Ci-dessus c'est la bleue.
2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

FERRARI 125S de 1947

Brumm – réf AS50
4392GR 125S bordeaux
 Signée Brumm, cette représentation de la 125S surprendra certainement  par sa petitesse celui qui ne la connait que par la reproduction faite par Ixo et dont les dimensions sont bien plus imposantes. Voir le compar’hâtif  ci-après. Pourtant c’est elle qui est la plus proche des 3.45 m de longueur et 1.48 m de largeur de l’original. Donc, lignes et volumes bien rendus sous une livrée prune, bénéficiant d’une bonne gravure. Cette barquette est agrémentée de grilles de calandre chromées et rapportées, tout comme les deux optiques avant et le bouchon du réservoir, à l’arrière. Les roues fils sont assez finement réalisées avec leurs écrous en étoile à trois branches et leurs énormes freins à tambour. Un unique feu rouge central assure la signalisation lumineuse arrière.  Le poste de pilotage accueille deux petits sièges derrière un volant sport à jante bois et branches métalliques. Le plancher est granuleux et est accompagné de la reproduction du pédalier et du levier de vitesses dont la grille est dessinée. Mais le plus beau, ce sont les différents cadrans occupant toutes la planche de bord et dotés de graduations et d’aiguilles ! Sans oublier le petit rétroviseur ovale et le minuscule saute vent. Le soubassement est détaillé au niveau du train arrière représenté en 3D.

 

N-B : ce modèle est vendu avec les deux figurines visibles en arrière plan représentant deux mécaniciens qui poussent la 125S.
4392GS 125S bordeaux
2011 4 etoiles
 

HOLDEN FB Standard Station Sedan de 1960

Trax – réf. TR87
4390GR FB break bleu
4390GS FB break bleu
 Signé Trax, ce break FB Standard, bien qu’en étant à sa première présentation, semble reprendre un moule ancien de par sa finition datée. Il propose malgré tout d’assez belle manière les lignes et volumes de l’original dans une livrée grise. Les essuie-glaces sont rapportés et chromés. Il est doté d’une belle grille de calandre chromée et surmontée d’une moustache rectiligne. Le monogramme Holden s’affiche à l’extrémité du capot, en tampographie. A noter qye sur ce modèle les clignotants ne sont plus chromés et partie prenante de la calandre comme sur le pick-up Ute mais rapportés et en plastique translucide.  Les roues sont simples avec un petit enjoliveur central à cerclages concentriques. Les poignées de portières et le bouchon du réservoir sont chromés et rapportés. A l’arrière, seule la partie rouge des feux est en plastique et est rapportée. Les clignotants oranges et les feux de recul blancs ne sont que peints. L’abattant affiche le monogramme Station Sedan en tampographie, sous la poignée d’ouverture. Le bolier intérieur est rouge, à l’exception du dessus de la planche de bord noir. Sa façade, grise, affiche le cadran du tableau de bord derrière le volant. Le soubassement, bien que très sommairement détaillé, souligne la ligne d’échappement d’une peinture alu.
2011 3 etoiles
 

MERCEDES CLK DTM AMG cabriolet de 2006

Kyosho – réf. 03219W
4385GR CLK DTM AMG cab blan
4385GS CLK DTM AMG cab blan
 Autant l’écrire tout de suite, c’est comme cela que j’aimerais pouvoir trouver les reproductions des cabriolets proposés par nos chers réducteurs. En effet, cette représentation du cabriolet CLK DTM AMG signée Kyoscho permet de l’exposer dans nos vitrines, soit découvert, de manière traditionnelle, mais aussi capoté grâce à la présence, sous le socle, d’une capote amovible. Cette pièce en plastique présente en plus l’avantage d’avoir sa surface supérieure peluchée, donnant l’impression d’une véritable toile !  Ceci étant écrit, nous retrouvons très bien les lignes et volumes ramassés de l’original, affublé de ses appendices aérodynamiques contribuant à son agressivité visuelle : spolier avant, élargisseurs d’ailes, bas de caisse élargi, aileron arrière et extracteur d’air. Le tout jouit d’une belle livrée blanche et d’une gravure assez fine. L’avant se pare d’une belle calandre chromée et rapportée, encadrée de quatre optiques ovales bien dessinées. Les entrées d’air inférieures sont dotées d’une grille en trompe l’œil. De très belles jantes alliage sont dotées de pneumatiques taille basse. Les rivets d’assemblage sont présents sur leur pourtour. Et les disques de freins tournent en même temps que les roues, à l’intérieur de leurs étriers fixes. Le couvercle du coffre arbore les monogrammes CLK et AMG qui sont chromés et photodécoupés, tout comme l’étoile à trois branches. Les feux arrière sont rapportés, en plastique et correctement colorés. Enfin, les deux sorties jumelées de l’échappement ont des embouts chromés eux aussi. Le très bon traitement de l’habitacle, noir et gris, met en évidence les quatre places offertes par ce cabriolet. Leur gravure est de qualité, notamment au niveau des accoudoirs de portières creusés, de la belle représentation de l’instrumentation présente tant sur la planche de bord que la console centrale. Et que dire sur le pédalier chromé et rapporté, sinon qu’il est très beau. Le soubassement est bien détaillé en quasi 3D, notamment au niveau du train arrière.
2011 5 etoiles
 

TATA Indigo Manza de 2009

Norev – réf. 660041
4371GR Tata Manza bleue
 Pour une fois, je vous présenterai un modèle « exotique » que nous ne verrons certainement pas sur nos routes françaises… Quoique. Elle est signée Norev et il s’agit de la Tata Indigo Manza produite en Inde. Ses lignes et volumes sont fidèles, résultat d’une scannérisation de l’original, dans une livrée violine métallisée peu habituelle. C’est, bien entendu, un modèle avec conduite à droite. D’où des essuie-glaces en position inversée à la base du pare-brise et une curieuse immatriculation blanche sur fond rouge. La calandre est rapportée et chromée et arbore le T de Tata en son centre. Les optiques sont réalistes et remontent bien sur les ailes et possèdent même l’ampoule orange des clignotants. Le dessin des enjoliveurs de roues est correct. L’arrière est des plus sobres. Seuls les imposants feux arrière se détachent du reste de la carrosserie grâce à leurs surfaces correctement colorées.  Pourtant le couvercle du coffre affiche bien les monogrammes et logo mais ceux-ci sont peu visibles car phototamponnés. La lunette arrière laisse voir le troisième feu stop placé en son sommet. Le mobilier intérieur est très coloré et bénéficie d’une très bonne gravure notamment au niveau des détails de la planche de bord et de la console centrale. Le soubassement est sobrement détaillé.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 08:13
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 327 du 14 Novembre 2011
 
Ajout du 13 novembre 2011

Les verra-t-on un jour ?

 

Cela fait maintenant plus de deux mois que l’on attend chaque jour la de plus en plus hypothétique parution du dernier numéro de la collection consacrée au rallye de Monte-Carlo, une certaine Polsky Fiat 125P de 1972. Il en va de même – mais depuis moins longtemps – du n° 50 de la collection des Camions d’autrefois, le Mercedes L 1113 de 1968.  Bien que nous soyons au XXI° siècle et à l’heure d’internet. Et à une époque où nous avons pu suivre en quasi direct et tel une sit com américaine le début de la dégringolade d’un haut personnage, nous sommes infoutus de savoir quoi que ce soit sur les causes de ces retards. D’accord, il y a ici ou là des hypothèses plus ou moins farfelues pour certaines, fondées pour d’autres. Mais plutôt que de les rapportées ici je préférerais pouvoir écrire les vraies raisons de ceux-ci. Alors, affaire à suivre… Et en attendant, passez une bonne semaine et une bonne reprise pour ceux qui ont encore la chance de pouvoir travailler.

 
 Modèles presse (étrangère)

FIAT  1500 (6c) de 1935

Metro/Hachette – collection italienne Fiat story, n° 73
4381GR 6C 1500 noire
 Signée Metro, cette 1500 (6c) est joliment reproduite dans une livrée noire jouissant d’une belle gravure. Ces lignes et volumes sont fidèles et aussi fluides que sur l’original. Nous y trouvons la belle calandre ovale qui sera reprise par la suite sur les 500 Topolino et 508C  Nuova Balilla 1100, encadrée par des optiques, elles aussi, oblongues qui prolongent les ailes avant. Notez la position particulière de l’immatriculation placée sur le pare-chocs. Les portières antagonistes sont mises en évidence par les traits de peinture alu de leurs poignées d’ouverture, tout comme les marchepieds ou les volets de refroidissement du moteur. Les roues sont basiques mais réalistes. L’arrière est très dépouillé avec une lunette en deux parties, la roue de secours extérieure et l’immatriculation rejetée sur l’aile arrière gauche, surmontant l’unique feu rouge et le feu de stop. Le tout est accompagné par le bouchon du réservoir, rapporté et chromé. Le pavillon est toilé en sa partie centrale, comme sur nombre de modèles de cette époque. Le mobilier intérieur, très simple,  est tabac. Le soubassement est très sobrement détaillé mais recèle une sortie d’échappement à double pot assez originale.
2011 4 etoiles
 

OPEL Manta (B) GT/E (1975/1979)

Schuco/Hachette – collection allemande  Deutsche Auto-Klassiker, n° 05
4388GR Manta GTE orange
4388GS Manta GTE orange
 A l’heure où nous pouvons trouver des modèles réduits très réalistes  à des prix inférieurs à 7 euros en boutiques, je trouve qu’avec cette représentation signée Schuco du coupé Opel Manta GT/E nous faisons un sacré retour en arrière, tant elle fait davantage penser à un jouet qu’à un véritable modèle de collection.  Cela tient certainement à sa présentation assez sommaire et à des lignes et volumes approximatifs. Notamment au niveau de la fuite du pavillon vers l’arrière qui est trop accentuée (inclinée). Ou encore du traitement de la face avant qui a du mal à restituer l’aspect de la vraie. Enfin, il y a les voies trop larges  qui donnent l’impression de roues débordantes. Roues dotées de jantes alliage en étoiles. Par contre, les vitrages sont affleurant, les feux arrière, rapportés, en plastique et correctement colorés. Les monogramme et logo sont présents sur  le couvercle du coffre. Dommage que le mobilier de l’habitacle soit intérieurement noir et peu visible. A l’inverse le soubassement est bien détaillé avec des éléments mis en valeur par une peinture alu.
2011 3 etoiles
 
 Modèles boutiques

ALFA-ROMEO Spider 2.0 de 1983

Minichamps – réf. 400 120760
4383GR Spider 2L bleu
 Signée Minichamps, cette représentation du Spider 2.0 d’Alfa-Roméo séduit l’œil par ses lignes et volumes bien restitués. Ils bénéficient d’une fort jolie livrée bleu clair métallisé. De plus, sa gravure est très fine. Le traitement de son pare-brise et des déflecteurs est réussi avec son très fin entourage chromé et rapporté. Et, malgré cette minceur il y a malgré tout le rétroviseur central et les deux pare-soleils de présents en sa partie haute.  Les optiques sont cerclées d’une pièce chriomée rapportée. La petite calandre triangulaire est ornée de l’écusson au serpent.  Le dessin des jantes alliage est réaliste. Les flancs reçoivent un écusson du carrossier Pinin Farina auteur de son dessin.  L’arrière est lui aussi bien redu avec sur le couvercle du coffre l’écusson de la marque et le monogramme du modèle. Les feux sont en plastique, bien coloré avec débordement des clignotants sur les ailes arrière. L’habitacle bleu met en évidence le caractère biplace de ce cabriolet. Il est très bien détaillé avec son volant sport à cerclage bois. Tous les cadrans sont présents. Le soubassement est très détaillé et en quasi 3 D intégrale. Dommage que l’on n’ait pas bénéficié aussi d’une capote amovible pour le représenter fermé.
2011 4 etoiles
 

BMW série 6 (E64) M6 cabriolet de 2006

Minichamps – réf. 431 026130
4384GR M6 cab gris
4384GS M6 cab gris
 Signée Minichamps, cette représentation du cabriolet M6 (E64) reproduit de belles façons les lignes, volumes et coloris de l’original. Ce d’autant plus facilement qu’elle est issue des techniques modernes de fabrications qui en aseptisent quelque peu l’attrait. L’avant est orné des deux éléments de calandre chromés et rapportés, dominés par l’écusson à hélices de la marque. Les belles jantes en étoile laissent voir les disques de freins avec leurs étriers. Les feux arrière sont en plastique, rapportés et bien colorés, tout comme le troisième feu stop ou les feux annexes placés dans le bouclier arrière. Lequel surplombe quatre belles sorties d’échappement chromées.  Le couvercle du coffre est  paré lui aussi de l’écusson à hélice et, en plus, du monogramme M6, tout deux photodécoupés.  L’habitacle est entièrement noir et alu. Son mobilier bénéficie d’une bonne gravure qui met en évidence les quatre places offertes par ce cabriolet. Le soubassement est bien détaillé, surtout dans la partie arrière de la voiture qui est quasiment reproduite en 3D. Et comme il s’agit d’un modèle BMW, son capot moteur se relève pour découvrir l’habillage du moteur et de ses accessoires. Profitez de son ouverture pour regarder le traitement de l’envers dudit capot. Du bel ouvrage, mais incomplet à mes yeux, car ce modèle aurait justifié la présence de la capote en position fermée.
2011 5 etoiles
 

DODGE Ram Pick-up 2500 V10 Magnum de 1994

Eagle collectibles (by UH) – réf. 3554
4380GR Dodge PU 2500 rouge
 Signée Eagle collectibles – ou si vous préférez Universal Hobbies) cette représentation du pick-up Dodge Ram 2500 V10 Magnum ne laisse pas indifférent de par des dimensions imposantes, juste reflet de celles du modèle original. En effet, lignes, volumes et coloris sont fidèles et reproduisent de bonne manière ce pick-up américain. De plus sa gravure est assez fine et sa finition correcte avec d’assez fin essuie-glaces à la base du pare-brise ou sa belle grille de calandre chromée, tout comme les éléments des pare-chocs avant et arrière. Les optiques avants et autres feux sont rapportés, en plastique correctement coloré. Si le dessin des jantes est réaliste, il gagnerait à être un peu plus sombre aux niveaux des alvéoles. Le bac du plateau est doublé. Le mobilier de la cabine est entièrement gris et principalement composé par une large banquette à trois places. Pour sa part, le soubassement a fait l’objet d’un soin assez particulier avec une reproduction en quasi 3D de son châssis et de la mécanique.
2011 4 etoiles
 
 BONUS
 Variations autour du break SIMCA 1501 d'Ixo
4386GR 1501 break SP
 
4387GR 1501 pick-up gris
 Réalisations: Carrosseries, peinture et décoration par Gérald - Aménagement du portique du pick-up, moi-même
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 09:02
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 326 du 07 novembre 2011
 
 Modèles presse

AMC JEEP CJ-7 Laredo de 1982

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 46
4369GR Jeep CJ7 Laredo noir
4369GS Jeep CJ7 Laredo noir
 Réduite par Ixo, cette CJ-7 ne surprendra pas le collectionneur averti  par ses dimensions généreuses, car ce modèle leur a été proposé en son temps, entre autre, dans une livrée ivoire au sein de la collection espagnole Nuestros Queridos Coches Años 80, sous le n° 55. Si cette nouvelle offre, dans une livrée noir brillant dissimule nombre de détails de carrosserie, elle bénéficie d’une présentation un peu plus soignée au niveau des pneus dont les inscriptions, peintes en blanc, correspondent bien aux vraies.  De plus la housse de protection de la roue de secours est décorée d’une tête d’aigle royal. L’absence de hard-top – que je déplore une fois de plus sur ce genre de modèle – permet de profiter de la  de son mobilier tabac donnant l’illusion du cuir.  Poignée de maintien, leviers divers, pédalier et arceau de sécurité complètent agréablement l’ensemble. Dommage cependant que la planche de bord, toute noire, ne soit pas dotée de cadrans. Les jantes alu sont plus réalistes que celles chromées que l’on peut trouver sur le modèle vendu sous le label WhiteBox.  Le soubassement est détaillé.
2011 4 etoiles
 

CITROËN 11BL de 1950

Ixo/Altaya – collection Route bleue, n° 79
4374GR 11-Normale Pinder
 Signée Ixo, cette 11 Normale aux couleurs du cirque Pinder reprend le moule de celle qui nous fut proposée en son temps, dans une livrée noire, en n° 02 de cette même collection de la Route bleue. Elle fut aussi de la collection dédié aux véhicules dudit cirque Pinder.  Pourtant, et contrairement à la version noire celle-ci est affublée à tort de clignotants sur les ailes avant alors qu’elle en est correctement dépourvue à l’arrière. De plus la peinture jaune, trop épaisse, dissimule une fois encore les détails de la gravure. De plus, la représentation de la célèbre calandre est trop simplifiée pour être réaliste. L’intérieur de l’habitacle est entièrement noir, ce qui ne facilite pas l’examen du mobilier déjà connu et, notamment, le levier de vitesses au tableau de bord en forme de queue de vache. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 3 etoiles
 

MASERATI MC12 GT1 (24 heures de Spa-Francorchamps 2010)

Equipage Altfrid Heger/Alex Müller

Ixo/Altaya – collection Passion de la vitesse, n° 04
4375GR MC12-GT1 noire
 Liminaire :  Est-ce la moins bonne image perçue de ce modèle au travers de son emballage – par rapport à la présentation et à la finition des modèles précédents – que ce modèle était encore disponible cette semaine sur Macon (71), toujours est-il qu’une fois déballé, il se révèle être d’honnête facture.

 

Signée Ixo, cetteMC12 GT1 surprend par sa livrée noire et blanche toute en longueur. D’autant qu’une fois encore sa robe épaisse dissimule quelque peu sa gravure. Ce qui ne permet pas de voir les découpes des portières par exemple.   Pourtant, lignes et volumes sont bien représentés, même si divers éléments de circulation de l’air ne sont pas assez travaillés comme les trois arceaux présents au niveau de chacun des extracteurs d’air avant.   Les jantes des roues laissent deviner des disques de frein noir. A l’arrière, les feux sont rapportés et en plastique coloré. Ils surplombent une très fine grille placée juste au-dessus des deux sorties d’échappement. Lesquelles sont juste au-dessus du large extracteur d’air. L’intérieur du poste de pilotage, entièrement noir, est peu visible. Le soubassement est à fond plat.
2011 4 etoiles
 
 Presse italienne

FIAT-ABARTH 131 de 1976

Norev/Hachette – collection italienne Fiat story, n° 09
4376GR F-Abarth 131 rouge
 Signée Norev, cette 131 Abarth surprend et séduit à la fois dans cette livrée framboise. Ses lignes et volumes parallélépipédiques sont très bien restitués et bénéficient d’une bonne gravure et d’une finition sobre mais complète. Avec de fins essuie-glaces rapportés en plastique noir, la prise d’air sur le capot moteur et sa large calandre rectangulaire équipée de ses quatre phares. A noter, l’absence de tout pare-chocs, avant ou arrière, dont ce modèle était effectivement dépourvu !?! Ajoutons les prises d’air latérales destinées à refroidir les freins et les imposants élargisseurs d’ailes. La rare décoration de la carrosserie est assurée par de la peinture noire au niveau des entourages des vitrages et du bas de caisse. Les roues, assez larges, sont dotées de jantes alliage d’un dessin réaliste. A l’arrière, un petit aileron prolonge le pavillon alors que le couvercle du coffre est surmonté d’un becquet. Les feux arrière sont rapportés, en plastique et correspondent bien aux vrais. Il n’y manque que l’orange des clignotants. Une double sortie d’échappement alu dépasse de la jupe. Le mobilier de l’habitacle est entièrement noir. Dommage qu’il n’y ait même pas la représentation des cadrans du tableau de bord. Le soubassement est détaillé.
2011 4 etoiles
 

LANCIA Appia cabriolet Vignale de 1959

Norev/Hachette – collection italienne Lancia story, n° 35
4377GR Appia cab rouge
 Signé Norev, ce cabriolet Appia dessiné par Vignale surprend et séduit lui aussi dans cette livrée framboise. Ses lignes et volumes tendus et sobre mettent en évidence son étroitesse par rapport aux modèles d’aujourd’hui. Ils bénéficient d’une bonne gravure et d’une présentation simple mais suffisamment correcte. Notamment dans le traitement de la face avant. Ce, malgré des essuie-glaces manquant de finesse. Par contre, les optiques avant sont dotées de cerclages chromés. Beau dessin de la calandre rapportée et chromée, qui est ornée en son centre le l’écusson Lancia. Les roues sont simples mais fidèles. Les flancs arborent les différents écussons et monogrammes du modèle. A l’arrière, le support de plaque est chromé et les feux sont réalisés en métal et seulement peints en rouge. Une sortie d’échappement chromée et accessoirisée en queue de baleine, débouche sous le pare-chocs. Dépourvu de capote, ce cabriolet laisse voir son aménagement intérieur, entièrement noir, à l’exception des trois cadrans du tableau de bord, seulement peints alu. Le soubassement est détaillé.
2011 4 etoiles
 
BONUS
4400GR Aronde P60 creme
 J'ai enfin réussi à réunir les trois variantes de la fameuse SIMCA Aronde P60 Montlhéry produites par Dinky Toys France réf. 544
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 14:58
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 325 du 31 octobre 2011
 
 L’actualité des sorties presse devient de plus en plus anémique avec le temps. Au point que cette semaine je n’en ai achetée aucune. Et comme c’est aussi un peu l’étiage côté modèles boutiques, je vous présente donc cette semaine quelques modèles entrés dans ma collection dans le courant de l’été. Heureusement qu’ils sont là sinon il n’y aurait pas eu de n° 325 de CH43.
 
 Modèles presse ( Italie )

FIAT 500C Belvedere de 1952

Norev/Hachette – collection italienne Fiat story, n° 07
GR4126 Fiat 500 Belvedere
Signé Norev, ce petit break 500 C Belvedere jouit d’une présentation plus soignée que d’autres modèles de cette collection, comme notamment la Fiat 1400 proposée en n° 21 par ce même réducteur. Est-ce en raison de sa petite taille ? Toujours est-il que nous présente de belles façons les lignes, volumes et coloris de l’original dans une très belle livrée de deux tons de gris.  De plus, il est doté de deux essuie-glaces très fins. Et si les barres chromées de la calandre ne sont représentées que par des traits de peintures alu, il en va différemment pour tous les autres qui sont reproduits par des pièces rapportées et chromées, comme les éléments de décoration du capot moteur et des ailes avant, ou les poignées des trois portières ainsi que pour l’éclairage de l’immatriculation arrière. Les feux avant et arrière sont rapportés, en plastique et correctement colorés. Les roues, très simples, sont correctes. Tout comme le dessin de la gravure des vitrages coulissants latéraux. Le pavillon est doté d’un toit ouvrant toilé, en position fermé. Le mobilier de l’habitacle est entièrement noir et est composé des deux petits sièges avant et de l’étroite banquette arrière. On peut voir le plancher du petit espace de chargement disponible derrière celle-ci. Le soubassement est détaillé au niveau de la mécanique et possède est longue sortie d’échappement rapportée.
2011 4 etoiles
 

FIAT 1400 de 1950

Norev/Hachette – collection italienne Fiat story, n° 21
GR4134 Fiat 1400 beige
Signée Norev, cette 1400 représente correctement les lignes et volumes de l’original dans un coloris d’époque.  L’avant est doté d’une belle grille de calandre rapportée. Les optiques, en plastique, sont cerclées d’un enjoliveur chromé. Les roues sont dotées d’un petit enjoliveur chromé au pourtour ciselé. Les boitiers des flèches de direction sont bien dessinés sur les ailes avant. Mais les feux arrière ne sont reproduits qu’en métal peint. A l’intérieur, le mobilier est entièrement noir et principalement composé de deux larges banquettes. Les contreportes sont dessinées. Le soubassement est détaillé au niveau de la mécanique et propose un pot d’échappement lui aussi chromé.
2011 3 etoiles
 

FIAT 1900 Gran Luce de 1954

Metro/Hachette, collection italienne Fiat, n° 74
GR4291 1900 Granluce or
Signée Métro, cette représentation du coupé 1900 Gran Luce nous propose de retrouver les lignes et volumes de l’original dans une livrée mordoré et noir d’assez bonne facture grâce à une bonne gravure du capot moteur et des joints de carrosserie. Par contre le dessin de la grille de calandre manque de finesse malgré ses optiques rapportées en plastique. Il en va de même pour le celui des enjoliveurs de roues. A l’arrière, les feux sont métalliques et colorés.  Une double sortie d’échappement chromée dépasse sous le pare-chocs. A l’intérieur, une planche de bord caramel, assez détaillée, fait face aux sièges et contreportes lie de vin. Le soubassement est un peu détaillé.
2011 3 etoiles
 
 Modèles boutiques

BUICK Roadmaster 75 Hardtop de 1958

Brooklin – réf. BRK155
4341GR Buick Roadmaster par
 Signée Brooklin, cette Roadmaster nous restitue de belle façon les lignes et volumes exacerbés de l’original dans une livrée parme métallisé. Le tout est très représentatif de l’exubérance des automobiles américaines de l’époque avec leur pare-brise panoramique et l’absence de montant central entre les portières. Nous sommes très loin des standards actuels question visibilité et sécurité passive… Bien que n’étant pas trop fan de ce réducteur, j’ai quand même choisi ce modèle car les chromes rapportés se font assez discrets malgré l’énorme flamme courant sur l’arrière de la voiture. L’imposante grille de calandre fait partie des pièces rapportées chromées, tout comme les quatre phares et les pare-chocs. Sur les côtés, il en va de même pour les poignées de portières et la décoration de la carrosserie. Le dessin des enjoliveurs intégraux est réaliste. Il y a même le monogramme Roadmaster 75 de gravé dans les flammes latérales, juste devant les feux arrière. Lesquels sont en métal peint. Le couvercle du coffre s’orne d’un écusson chromé et rapporté, placé au-dessus du monogramme Roadmaster gravé mais très peu lisible. Deux petites sorties d’échappement sont visibles sous le pare-choc. Le mobilier intérieur est gris métallisé et bien gravé. Il est principalement composé de deux larges banquettes matelassées. La planche de bord est détaillée et le pédalier confirme la présence d’une boite de vitesses automatique. Par contre il n’y a pas de rétroviseur intérieur. Le soubassement est très peu détaillé.
2011 4 etoiles
 

PLYMOUYH Belvedere Suburban de 1955

Brooklin – réf. BRK143
4342GR Plymouth Belvedere r
 Signé Brooklin, ce break  Belvedere reproduit d’une manière réaliste les lignes et volumes simples de l’original. De plus, il jouit d’un minimum de chromes rapportés, ce qui contribue à son charme quelque peu désuet. Toutefois ce modèle appelle une remarque vraiment particulière parce que c’est bien la première fois que je constate le défaut que je vais décrire à présent. Lorsque l’on regarde ce break de face il est possible de constater une erreur de symétrie horizontale entre la partie droite et la partie gauche de l’avant. En effet, l’extrémité du capot moteur descend davantage du côté droit de la voiture que du gauche. Du coup, la pièces rapportée chromée qui décore la partie inférieure se trouve elle-même victime de ce phénomène et n’offre pas la symétrie droite-gauche, tout étant plus resserré côté droit. J’admets bien volontiers qu’il faut avoir l’œil pour le voir, mais c’est un fait. Ceci dit, le reste de la voiture n’appelle pas de remarque particulière avec ses roues réalistes, ses poignées de portière et de hayon et abattant rapportées et chromées. Les feux arrière sont en métal peint. Le mobilier intérieur est constitué de deux larges banquettes caramel alors que moquette et contreportes (non détaillées) sont plus claires. Il n’y a pas de rétroviseur intérieur, ni de levier de vitesses au volant. Le soubassement est très peu détaillé.
2011 3 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 10:25
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 324 du 24 octobre 2011
 
 Modèles presse

PEUGEOT 505 SR de 1983

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 45
4367GR 505 anthracite
4367GS 505 anthracite
 Signée Ixo, cette nouvelle reproduction de la 505 pourrait être considérée d’emblée comme étant la sœur de celle proposée en son temps dans la collection espagnole Nuestros queridos coches años 80, n° 33, sous une livrée blanc cassé. Mais à y bien regarder il y a cependant une différence importante : la disparition ou l’absence du becquet arrière qui distinguait la version GTI des autres. Aussi, en l’absence de celui-ci je la considèrerai comme représentant la version SR dont elle possède les enjoliveurs intégraux plats. Ceci étant, les lignes, volumes et coloris sont d’un bon niveau et représentent bien ceux de l’original. Si l’antenne radio manque de finesse, c’est à juste titre que ce modèle ne possède qu’un rétroviseur extérieur gauche, le droit n’étant pas monté de série sur la 505. D’ailleurs, encore aujourd’hui ce dernier n’est pas rendu obligatoire par le code de la route !?! Ce modèle bénéficie d’une belle grille de calandre ornée du lion dressé et encadrée par des optiques trapézoïdales bien dessinées et colorées. Tout comme les ensembles veilleuses/clignotants insérés dans le bouclier avant. Les roues sont équipées des enjoliveurs intégraux plats des versions SR et GTI de série (les jantes alliages n’étant encore qu’une option sur la GTI). Les feux arrière, rapportés et en plastique, sont correctement colorés. Ils sont surmontés par les monogrammes placés sur le retour du couvercle du coffre où il faudrait remplacer GTI par SR pour être plus dans le vrai. Une belle sortie d’échappement creuse débouche sous le bouclier. A noter la présence d’une fine grille de désembuage sur la lunette arrière. Comme pour la version espagnole, l’intérieur est entièrement noir, à l’exception des cadrans du tableau de bord. Pourtant le mobilier qu’il contient est bien détaillé. Par contre le soubassement l’est très peu.
2011 4 etoiles
 

SEAT Cordoba WRC (rallye des 1000 Lacs 1999)

Equipage Harri Rovanperä – Risto Pietiläinen

Ixo/Altaya – collection Passion Rallye, n° 39
4368GR Cordoba WRC n9
 Signée Ixo, cette version WRC de la Cordoba n’est pas sans rappeler celle qui nous fut, notamment, proposée en son temps dans la collection Voitures de rallye, n° 63, mais sans pare-buffles ni cheminée de filtre à air. Par contre, elle a gagné une antenne radio sur le pavillon. Nous retrouvons donc les lignes et volumes de ce modèle dans une livrée jaune quasi similaire. S’agissant d’un moule déjà ancien, la gravure manque de finesse et est par endroits cachée par la tampographie des sponsors.  Par contre, le dessin des jantes est d’assez bonne facture.  A l’arrière, les feux sont rapportés, en plastique bicolore. A l’intérieur l’on retrouve le mobilier classique des voitures modernes de rallye avec les deux sièges baquets – avec harnais cette fois-ci – et l’extincteur, protégés par un arceau-cage et les deux longs leviers pour les vitesses et le frein à main. Une roue de secours trône à l’arrière. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 3 etoiles
 
 Modèles boutiques

BMW Série 5 (F10)  550i Limousine de 2010

Schuco – réf. 450 721 700
4363GR Serie5 limousine ble
4363GS Serie5 limousine ble
 Signée Schuco, cette représentation de la 550i Limousine fait partie de ce que j’appelle les modèles impersonnels en ce sens qu’on ne sait à qui attribuer la paternité du moule. Ceci n’a rien de dévalorisant, bien au contraire. Aussi ses lignes, volumes et coloris sont très réalistes. Ils reçoivent le renfort d’une très bonne finition et d’une gravure qui – à mon goût – aurait pu être plus fine. Mais bon, ce n’est qu’une question de goût. Et de plus, le mien ! Une fois encore c’est la finition haut de gamme qui nous est proposée. Quand est-ce qu’un réducteur pourra-t-il nous proposer la version de base ? Nous nous trouvons en présence de la dernière génération de la série 5 avec sa calandre élargie et ses optiques surlignées. Les roues sont équipées de jantes alliages – avec l’écusson à hélices en leur centre -  qui laissent voir des disques de freins qui tournent avec elles entre les mâchoires des étriers.  Les rares chromes courant sur cette voiture sont rapportés et entourent les surfaces vitrées latérales. Les feux arrière sont eux aussi rapportés, mais en plastique et très correctement colorés, notamment pour la partie feux de recul. Deux larges sorties d’échappement chromées émergent de la jupe arrière. Le pavillon est équipé d’un toit ouvrant vitré en position fermé. L’habitacle est occupé par un très joli mobilier très bien détaillé et gravé beige clair à moquette noire. La planche de bord et la console centrale méritent que l’on s’attarde à les contempler tant il y a de détails à regarder. Au nombre desquels la présence d’un levier de boite automatique sur le tunnel de servitude. Ce qui est confirmé par la présence de seulement deux pédales et d’un repose pied gauche sous le volant. A noter la présence, outre la représentation des ceintures  de sécurité (au nombre de cinq) de seulement quatre ancrages pour celles-ci. Il en manque un sur la banquette arrière, mais il y a des écrans vidéo derrière les sièges avant ! Et il y a un ciel de pavillon. Le soubassement est très détaillé, surtout au niveau du train arrière représenté en quasi 3D. Et, comme il s’agit de la représentation d’un modèle BMW récent, le capot moteur se soulève pour révélé le cache du moteur et certains accessoires.
2011 5 etoiles
 

BMW série 6 (F13) 650i Coupé de 2011

Boîtage BMW – réf. 80 42 2 167 095
4364GR Serie6 coupe bordeau
4364GS Serie6 coupe bordeau
 Réalisée pour le compte de BMW, cette représentation du coupé 650i fait partie – elle aussi - de ce que j’appelle les modèles impersonnels en ce sens qu’on ne sait à qui attribuer la paternité du moule. Ce qui est vraiment le cas en l’espèce puisque seul le boîtage fait référence à BMW. Ses lignes, volumes et coloris sont très réalistes. Ils reçoivent le renfort d’une très bonne finition et d’une gravure qui – à mon goût – aurait pu être plus fine. Nous nous trouvons en présence de la dernière génération de la série 6 lancée pour 2010. Les roues sont équipées de jantes alliages – avec l’écusson à hélices en leur centre -  qui laissent voir des disques de freins qui tournent avec elles entre les mâchoires des étriers.  Les rares chromes courant sur cette voiture sont rapportés et entourent les surfaces vitrées latérales. Les feux arrière sont eux aussi rapportés, mais en plastique et très correctement colorés, notamment pour la partie feux de recul. Deux larges sorties d’échappement chromées émergent de la jupe arrière. L’habitacle est occupé par un très joli mobilier très bien détaillé et gravé gris clair alors que le reste des garnitures, contreportes et tunnel de servitude, ainsi que la moquette sont noirs. La planche de bord et la console centrale méritent que l’on s’attarde à les contempler tant il y a de détails à regarder. Au niveau de la première, le large écran GPS est bien présent, côtoyant un couvercle de la boîte à gants gris clair. Le levier de la boite automatique trône sur le tunnel de servitude. A noter la représentation des ceintures  de sécurité sortant des dossiers des quatre sièges. Et il y a un ciel de pavillon. Le soubassement est très détaillé, surtout au niveau du train arrière représenté en quasi 3D. Et, comme il s’agit de la représentation d’un modèle BMW récent, le capot moteur se soulève pour révéler le cache du moteur et certains accessoires, mais aussi le couvercle du coffre, à l’arrière.
2011 5 etoiles
 

MERCEDES L3500 Libella de 1950

Minichamps – réf. 439350050
4358GR L3500 Livreur jaune
 Signée Minichamps, cette représentation plateau du petit Mercedes L3500, camion allemand emblématique des années 1950, attire l’œil par sa livrée jaune citron et verte. Faut dire aussi que c’était le but recherché car étant aux couleurs de Libella, marque de boissons gazeuses d’outre Rhin. Les lignes et volumes de l’ensemble sont bien rendus et bénéficient d’une gravure correcte. Toutefois les deux éléments de carrosserie constituant la partie capot moteur/ailes et la partie cabine laissent un jour peu discret. La belle grille de la calandre en V est surmontée de l’écusson Mercedes et de la célèbre étoile à trois branches photodécoupée, très fine. Les phares sont cerclés de chrome. En plus des attaches des volets du capot moteur qui sont constituées par des pièces rapportées, nous trouvons aussi deux rétroviseurs extérieurs et les boîtiers des flèches directionnelles placées à l’arrière de la cabine. Des marchepieds permettent l’accès à celle-ci. Le plateau limonadier supporte un chargement de 240 casiers de 24 bouteilles chacun (soit 5.760 bouteilles de soda) très finement détaillé. Ce qui n'est pas le cas pour les pièces d’arrimage d’une éventuelle bâche de protection du chargement. L’arrière affiche une publicité pour Libella au-dessus  de la partie signalisation lumineuse se limitant à deux feux rouges et deux catadioptres suspendus.  L’aménagement de la cabine, tout en gris et noir, est des plus succincts et se limite à une large banquette derrière le volant et le levier de vitesses.  Le châssis est assez détaillé ainsi que les éléments de transmission.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 15:11
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 323 du 17 Octobre 2011
 
 Modèles presse

CITROËN 2cv AZL de 1957

Ixo/Altaya – collection, la Route bleue, n° 78
4362GR 2cv grise 
 Signée Ixo, cette nouvelle déclinaison de la 2cv AZL n’est autre que la reprise du modèle proposé sous le n° 49 (accompagnée de deux scouts) de cette même collection, mais aujourd’hui proposée dans une livrée plus sombre. Cette version fermée reprenait le moule de celle proposée ouverte sous le n° 10 de la collection des Voitures d’antan avec sa capote bleu électrique. De quoi bien amortir le moule ! Lignes, volumes et coloris sont corrects. L’avant souffre toujours de phares trop rapprochés qui interdiraient de soulever le capot si celui-ci était ouvrant. Il manque encore les bavettes au bas des ailes avant, alors qu’il y a les trous pour les fixer. Certainement pour un modèle vendu en boutiques ?  Le fait de reprendre un moule sans le corriger amène encore la reprise de commentaires antérieurs concernant les clignotants latéraux qui devraient être bicolores alors que le rétroviseur extérieur est un accessoire rajouté. L’arrière surprend toujours par la répartition des surfaces qui donne trop d’importance au coffre par rapport à la lunette qui paraît écrasée. Par contre la gravure de la capote est très réaliste. L’habitacle gris et noir dispose de banquettes à assises et dossiers boudinés sans les armatures métalliques apparentes de la version découverte. Par contre elle a conservé le pare-soleil du conducteur en position abaissé qui permettait de reproduire le rétroviseur intérieur. Et il y a toujours la roue de secours, à plat, derrière la banquette arrière. Le soubassement est partiellement détaillé.
2011 4 etoiles
 

PEGASO Z-206 de 1956

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 49
4361GR Pegaso Z206 Campsa
 Signé Ixo, ce nouveau Pegaso Z-206 présente une belle bouille de gamin à casquette, digne d’un dessin animé. De plus sa livrée rouge et or participe à cette sensation. Cela provient de la retombée courbe du pavillon, inhabituelle. L’ensemble jouit d’une présentation soignée et fort complète en ce qui concerne les accessoires. Est-ce parce qu’il s’agit d’un modèle diffusé auparavant en Espagne et repris pour compléter la collection française ? Toujours est-il que la reproduction de la cabine est réaliste. Pourtant je reste dubitatif quant à ses dimensions car cette cabine est plus imposante que celle du Comet 1090 L qui sortira plus tard… Je laisse le soin aux spécialistes de répondre à cette constatation. L’avant est doté de « vraies » optiques rapportées, non de faux semblants comme sur les derniers Berliet. La citerne, déjà vue sur d’autres châssis, est toujours accompagnée par deux tuyaux logés dans les rigoles latérales.  Si, côté droit l’on peut voir le réservoir à carburant, côté gauche il y a la cheminée du filtre à air, le coffre à calles, la boule du réservoir d’air comprimé pour les freins, les vannes de vidange des citernes et un coffre à outils. L’arrière est super signalé par pas moins de six feux rouges. L’habitacle mais en évidence l’imposant coffre capitonné pour le moteur et la présence d’une petit couchette en plus des deux sièges passagers. A noter que le châssis se resserre pour accueillir les roues jumelées arrière et que ce modèle est dénommé Pegaso Cabezon sous la cabine (grosse tête). Et pour les amateurs de transformations, regardez ici.
2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

ISO RIVOLTA GT de 1963

Néo – réf. 434270
4365GR Iso Rivolta bleue
 Signé Néo, ce coupé GT restitue de très belle manière les lignes et volumes de l’original. De plus ils sont servis par une très bonne gravure et une présentation de haut niveau, d’autant que les chromes sont très peu nombreux sur ce modèle.  Et puisque j’évoque les chromes, ceux-ci se trouvent principalement jouer les encadrements des vitrages où ils sont très fins. Tout comme les essuie-glaces. Le griffon, emblème de la marque, se trouve bien à la proue de la voiture, photodécoupé et chromé alors que la calandre est encore dépourvue du fer à cheval qui l’ornera lors de la commercialisation et que l’on peut voir sur le modèle de Politoys-M (vert). L’entrée d’air sur le capot est très creusée alors que les sorties d’air latérales sont bien mises en valeur. Les poignées de portières sont elles aussi chromées et photodécoupées alors que les écussons de Bertone et le monogramme sur le couvercle du coffre sont en tampographie. Le dessin des jantes est assez réussi avec son écrou central à ailettes. Les pare-chocs sont imposants. Dommage que les feux arrière aient succombé à la mode des pièces métalliques peintes. Mais heureusement que le bleu pastel mette en valeur la belle gravure du mobilier de l’habitacle où l’on peu découvrit la planche de bord en bois et ses cadrans devant le siège du conducteur qui profite d’un volant sport à jante en bois et branches métalliques. Mais on ne peut parler de véritable ciel de pavillon en l’absence du moindre détail de celui-ci. De plus, le soubassement est plat, à l’exception des deux sorties d’échappement, rapportées.
2011 5 etoiles
 

JAGUAR XK coupé de 2005

Ixo – réf. MOC079
4366GR XK150 coupe bleu
4366GS XK150 coupe bleu
4366GT XK150 coupe bleu
 Signé Ixo, ce coupé est la version boutique de celui présenté en son temps sous le n° 48 de la collection des Voitures de rêve. Il nous restitue assez fidèlement les lignes et volumes de l’original. La face avant est assez réussie avec la reproduction des clignotants à la base des blocs optiques et le dessin de la calandre me semble trop écrasé en ses extrémités  latérales. Un effort a été cependant apporté pour reproduire le grillage de la calandre barré d’un trait de chrome, surligné de l’écusson à la tête de tigre.  Les (trop) fins essuie-glaces donnent l’impression qu’il manque les lames proprement dites !?!  De fins chromes photodécoupés entourent les surfaces vitrées latérales et surmontent les sorties d’air latérales.  Le dessin des jantes alliage est soigné. Il permet de voir les disques de frein aérés (fixes) avec leurs étriers. L’arrière est bien traité avec des feux plus réalistes, que sur le modèle presse et la lunette arrière reçoit une grille de désembuage alors que deux grosses et belles sorties d’échappement débouchent sous la carrosserie. Pour terminer sur l’arrière, et contrairement à ce que pourrait laisser supposer la photo du « compar’ hâtif » l’élément chromé qui relie les feux arrière est bel et bien gravé du nom de Jaguar, comme sur le modèle presse. Mais là où réside la principale différence avec ce dernier, c’est le traitement très soigné de l’intérieur. Noir sur la version presse, tabac sur le modèle boutique. Cela met en évidence la belle gravure de son mobilier et de la plage arrière.  Les contreportes, le dessus de la planche de bord et la moquette sont de la même couleur que la carrosserie, ainsi que le volant devant un tableau de bord très détaillé. Il en va de même pour la planche de bord, imitation bois, et la console centrale. Le soubassement est détaillé.
2011 4 etoiles
 

LANCIA 2000 HF coupé de 1971

Starline models – réf. 514149
4354GR 2000 coupe bleu
 Signé Starline models, ce coupé 2000 séduit dès sa vision par le rendu réaliste de l’élégance de ses lignes et volumes dus à Pinin Farina. De plus, il bénéficie d’une jolie livrée bleu métallisé à grains assez fins et d’une bonne gravure. Et l’ensemble bénéficie d’une présentation soignée, sans être ostentatoire.  L’avant met en évidence la belle calandre horizontale à la grille trapézoïdale encadrée par quatre optiques et arborant l’écusson Lancia et le cartouche HF. Le dessin des jantes est réaliste et affiche en son centre l’écusson de la marque.  A l’arrière, monogramme du modèle et cartouche HF sont présents sous le couvercle du coffre, au-dessus de jolis feux, rapportés en plastique, et bien colorés. L’habitacle est tout aussi soigné avec un plancher et une plage arrière noir, des sièges et contreportes caramel avec insert de faux bois sur celles-ci et la planche de bord. Un volant sport à deux branches se trouve devant le tableau de bord à cinq cadrans. Le soubassement est détaillé.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique