Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 09:09

 

2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 397 du 18 mars 2013
 

Dernière minute:

 

Permettez-moi ce petit remerciement.

 

Dans le n° 393 du 18 février 2013 j’écrivais « En effet, il n’y aurait pas que dans l’Oural où le ciel risquerait de nous tomber dessus… ». Je ne pensais pas si bien dire. Si nous en subirons certainement les contrecoups dans les semaines à venir, j’ai une pensée très émue pour celles et ceux qui ce sont trouvés pris dans la tourmente. Et particulièrement pour une personne qui s’est dévouée à nous aider. Ainsi va le monde aujourd’hui !!!

 
 
 

spécial marques françaises

 

 

Groupe PSA

 

Voici aujourd’hui la reproduction au 1/43ème de la nouvelle berline tri corps destinée aux pays émergeants et produite notamment dans l’usine de Vigo (Espagne). Berline diffusée sous les noms de Citroën C-Elysée et Peugeot 301.

L’assemblage des Citroën C-Elysée et Peugeot 301
 

CITROËN C-Elysée de 2012

Norev – réf. 155175 
4683GR C-Elysse anthracite

De loin, elle fait penser à une nouvelle C4 avec coffre, mais très vite l’on se rend compte qu’elle est un peu plus étroite et plus longue que celle-ci.  Ceci étant, et selon les standards du moment, nous retrouvons très facilement – et impersonnellement – les lignes, volumes et coloris de l’original, en finition Exclusive. Les vitrages sont quasi affleurant. Les essuie-glaces sont assez fins et placés dans la fosse à la base du pare-brise. La double calandre reçoit des chevrons chromés et est soulignée d’un très fin chrome en U. Les blocs des optiques principales sont assez réalistes alors que les feux additionnels sont rapportés et en plastique translucide. Le dessin des jantes alliage est fidèle. Il laisse deviner les disques de frein qui sont derrière. Si la lunette arrière est dépourvue de toute représentation de la grille de désembuage, elle laisse voir le troisième feu stop placé sur la plage arrière. Le couvercle du coffre à bagages (640 litres) reçoit des chevrons et monogrammes chromés et photodécoupés. Le dessin des blocs des feux arrière est correct et l’ensemble est bien coloré. Le pavillon reçoit une petite antenne radio placée sur l’arrière. Le mobilier intérieur a fait l’objet d’un soin particulier. Outre sa très bonne gravure, c’est sa présentation bicolore, noire et blanche, qui retiendra l’attention avec, outre la représentation des ceintures de sécurité avant et arrière, la présence d’un ciel de pavillon à la fixation encore peu discrète (rivets visibles). La façade de la planche de bord est bien détaillée. Tout comme le soubassement, avec sa ligne d’échappement alu.

La  Citroën C-Elysée en deux vidéos 
CH43 2011 5 etoiles 
 

PEUGEOT 301 de 2012

Norev – réf. 473100 
4685GR 301 bronze 

Voici, maintenant sa cousine, la 301 Peugeot, qui partage avec elle nombre d’éléments mécaniques et de carrosserie. Ici en finition Allure. Toujours, selon les standards du moment, nous retrouvons très facilement – et impersonnellement – les mêmes lignes et volumes que pour la C-Elysée de Citroën, et pour cause. Mais aussi le coloris de l’original. Les vitrages sont quasi affleurant. Les essuie-glaces sont assez fins et placés dans la fosse à la base du pare-brise. La calandre trapézoïdale reçoit des barres horizontales et un entourage chromés. Elle est surmontée d’un lion photodécoupé et chromé lui aussi, placé à même la carrosserie, comme cela est la règle aujourd’hui chez Peugeot. Ce qui fait pauvre à mes yeux. Le monogramme Peugeot est bien présent juste en-dessous de lui. Les blocs des optiques principales sont assez réalistes alors que les feux additionnels sont rapportés et en plastique translucide. Le dessin des jantes alliage est fidèle. Il laisse deviner les disques de frein qui sont derrière. Si la lunette arrière est dépourvue de toute représentation de la grille de désembuage, elle laisse voir le troisième feu stop placé sur la plage arrière. Le couvercle du coffre à bagages (640 litres) reçoit lui aussi un lion chromé et photodécoupé ainsi que les monogrammes de la marque et du modèle. Le dessin des blocs des feux arrière est correct et l’ensemble est bien coloré. Le pavillon reçoit une petite antenne radio placée sur l’arrière. Mal placée sur l’exemplaire trouvé. Par contre, ici le mobilier intérieur n’a fait l’objet d’aucun soin particulier. Il est entièrement noir. Outre sa très bonne gravure, c’est la représentation des ceintures de sécurité avant et arrière, que l’on devine ainsi que celle d’un ciel de pavillon à la fixation encore peu discrète (rivets visibles). La façade de la planche de bord est bien détaillée. Tout comme le soubassement, avec sa ligne d’échappement alu.

La Peugeot 301 en deux vidéos 
CH43 2011 4 etoiles 
 

CITROËN DS3 Cabrio de 2013

Norev – réf. 155287 
4684GR DS3 Cabrio noire 

Aujourd’hui j’enlève le haut. Enfin presque… Je me découvre. Et je le prouve à l’aide des trois éléments amovibles qui tapissent le fond du boitage. En effet, Norev a poussé son effort jusqu’à nous permettre de présenter cette DS3 Cabrio en finition Sport chic entièrement fermée, partiellement ou entièrement découverte. Nous retrouvons bien les lignes et volumes rondouillards du coupé DS3 avec son aileron de requin latéral et son pavillon flottant. Ou plus exactement ses bords. Mais le choix de cette livrée noire ne facile pas leur perception. Par contre elle met bien en évidence les pièces rapportées er chromées qui la vêtent : cartouche DS3 à l’avant, avec les doubles chevrons, les coques des rétroviseurs latéraux, les poignées de portière et la large protection latérale de bas de caisse. Mais aussi le large bandeau arrière surplombant les monogrammes DS3 et Citroën. Sans oublier la double sortie d’échappement. Toutefois la représentation des blocs optiques avant reste perfectible car très quelconque. A l’inverse, le dessin des jantes alliage Bellone noires est très travaillé et réaliste.  Il permet de voir les disques de freins placés derrière. Les feux arrière, très volumineux, sont rapportés et correctement colorés. Une fois la capote repliée il est permis de détailler le mobilier intérieur, très travaillé, mais résolument noir avec toutefois une légère touche alu pour la décoration des sièges ou encore la façade de la planche de bord très détaillée. Sans oublier le pédalier. Le soubassement est détaillé.

La Citroën DS3 Cabrio en deux vidéos 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

RENAULT

 

 

RENAULT Clio IV de 2012

Keng Fai Toys Co – réf. Renault 77 11 573 707 
4686GR Clio-IV jaune 

Faute de grives, on mange des merles. C’est un peu ce qui nous arrive avec cette Clio de quatrième génération qui nous ramène à l’époque des modèles Solido ou des Norev maxi Jet, à la finition simplifiée. D’accord, le prix est acceptable, mais pour être un modèle vendu est concession, ce n’est vraiment pas terrible. Nous sommes très loin des prestations offertes encore naguère par Norev, Eligor ou autres Universal Hobbies qui nous ont habitués à avoir de bons modèles. Il serait temps que Renault se ressaisisse. Pourtant cette représentation de la Clio IV, qui fait plus jouet qu’objet de collection dans cette livrée jaune acide, nous restitue assez bien les lignes et volumes de l’original. Les essuie-glaces ne sont que gravés à même le plastique constituant les vitrages de type affleurant. Le dessin des blocs optiques est très quelconque. Tout comme le traitement de la calandre supérieure qui ne bénéficie d’une décoration alu seulement peinte, y compris pour les feux de jour à LED que l’on devine. Le dessin des jantes est acceptable et permet de constater la non représentation des disques de freins.  La protection du bas de caisse est très moyenne. Les feux arrière sont rapportés, en plastique correctement coloré. Le losange Renault et les monogrammes  sont présents sur le hayon. Le mobilier intérieur, entièrement noir, parait bien dessiné. Le soubassement est sobrement détaillé.

La Renault Clio IV en vidéo 
CH43 2011 3 etoiles 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 10:00
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 395 du 04 mars 2013
 
 Modèles boutiques
 numéro spécial modèles PremiumX
     

AMC Pacer X Levi’s Edition de 1977

PremiumX – réf. PRD127 
4679GR AMC PacerX bleue 
4679GS AMC PacerX bleue 

 J’attendais la Pacer depuis longtemps car il s’agissait d’un modèle US du type compact aux lignes insolites. Et j’ai découvert en préparant cette présentation qu’AMC avait projeté de la motoriser avec un moteur rotatif comme la Citroën GS bi-rotor ou encore la NSU RO80. Pourquoi ai-je écrit cela alors que je ne traite ici que de miniatures ? Juste pour dire que cette série limitée Levi’s a été commercialisée en 1977. Et que l’attente de ce modèle, plutôt réussi, permet d’avoir un modèle plus réaliste que celui proposé il y a peu par NEO, question dimensions. En effet la Pacer de NEO est bien trop grosse et volumineuse pour être vraiment au 1/43ème. Mais pourquoi « plutôt » réussi ? demanderont certains. Tout simplement parce que la personne en charge de la réduction de ce modèle a ignoré l’une de ses particularités pratiques et visibles extérieurement. Pour favoriser la montée et la descente des passagers, arrière mais aussi avant, la portière droite était plus longue de 4 pouces (101 mm) que la portière gauche. Cela se voyait au niveau du montant central où le joint était plus reculé côté droit. Ce qu’avait reproduit NEO mais que n’a pas fait PremiumX puisque le dessin des contours de portières est identique des deux côtés. Bilan du compar’hâtif entre les deux, la PremiumX l’emporte tout de même par une seule « erreur » contre deux pour la NEO puisque sur celle-ci, outre ses dimensions exagérées, il y avait aussi les protections latérales qui s’arrêtaient au niveau des portières et n’allaient pas jusqu’au passage de roue arrière. 

 

 Ceci étant, venons en à la présentation classique de cette Pacer X. Donc, lignes et volumes correctement reproduits, sous une belle livrée bicolore aux couleurs des jeans Levi’s. Tous les chromes de la voiture sont représentés par de vrais chromes, y compris les poignées de portières ou encore le bouchon du réservoir et les deux rétroviseurs extérieurs.  Les essuie-glaces, noirs, sont très fins et photodécoupés. La large et étroite calandre est, elle aussi, chromée. Elle est encadrée par des optiques circulaires rapportées, en plastique, correctement enfoncées dans des renfoncements carrés et chromés. Les clignotants orange débordent bien sur les côtés pour jouer les feux de gabarit. L’épais pare-chocs supporte une immatriculation du Kentucky. J’allais oublier le monogramme Pacer X photodécoupé et chromé, placé à l’extrémité du capot moteur, près du phare gauche. Monogramme que l’on retrouve, plus gros, sur chacune des portières, en plus de l’écusson Levi’s phototamponné sur les ailes avant. Et comme les américains savent faire « discret », les roues sont dotées de jantes chromées en étoile et de pneus Goodyear polyester radial. Il est possible d’apercevoir entre les bras des étoiles les petits disques de frein de ce modèle. La vaste lunette arrière est dotée d’un essuie-glace et d’une très fine grille de désembuage. Elle surplombe un large bandeau lumineux accueillant les feux arrière sur lequel figurent, en tout petit, les monogrammes AMC, à gauche, et Pacer X, à droite. Le mobilier intérieur est bleu. Il est censé reproduire le tissus jeans des sièges et des garnitures. La planche de bord a fait l’objet d’un soin particulier avec la reproduction en noir des sorties d’air à la base du pare-brise et dans la représentation sinueuse de sa façade. Il en va de même pour le tableau de bord très détaillé et le joli volant tulipe aux trois branches aux inserts métalliques. Et il y a même le pédalier en relief. Et si le soubassement n’est pas détaillé, la forme étrange des barres de toit est pourtant fidèle.

La Pacer en deux vidéos et en photos

 

PS – Ayant signalé le problème des portières, je viens d’apprendre que le moule sera corrigé pour les prochaines versions à venir.

CH43 2011 5 etoiles      CH43 2012 erreurs
 

NASH Airflite Statesman Super de 1950

PremiumX – réf. PRD219
4678GR Nash Airflite creme 
4678GS Nash Airflite creme 

Pourquoi n’ai-je pas repris l’appellation Ambassador pourtant portée sur le socle et le boitage de ce modèle ? Tout simplement parce qu’il arbore les trois monogrammes que je viens de citer : Airflite, à l’arrière de la voiture (c’est le nom donné à la carrosserie), Statesman (celui des modèles à boite mécanique) et Super (celui du degré de finition) sur le bas des ailes avant. Pour parfaire mon propos, l’appellation Ambassador était réservée aux modèles à boite automatique GM Hydra-Matic. 

 

Ceci étant, les lignes profilées de cette carrosserie ponton ne sont pas étrangères au lecteur fidèle de CH43 que vous êtes puisqu’elles vous ont été présentées dans le n° 367 de CH43 daté du 20 août 2012 sous la forme d’une Nash Ambassador pour la collection Blake & Mortimer.  Nous retrouvons donc, les mêmes lignes et volumes, servis par le même moule. Les rares chromes courant sur cette voiture sont bien représentés par de vrais chromes.  Les essuie-glaces sont photodécoupés. La grille de calandre, chromée et noircie est réaliste. Elle est surmontée par un généreux écusson  mais pas par une mascotte de capot comme nombre de modèles en furent dotés ! L’immatriculation est californienne alors que les optiques principales, en plastique, sont cerclées de chrome. Les roues sont équipées de pneus à flanc blanc et d’enjoliveurs intégraux frappés  du monogramme Nash en lettres rouges.  A l’arrière, l’immatriculation est coiffée par un bandeau chromé accueillant les feux arrière, seulement peints. Bandeau surmonté des monogrammes photosdécoupés Nash Airflite. Le mobilier intérieur, composé de deux larges banquettes, est vanille et framboise. Si le dossier de la banquette avant est bien en deux parties, il y manque les sangles de maintien au dos pour faciliter la montée ou la descente des passagers arrière. Les accessoires des contreportes sont soulignés d’un trait alu. La planche de bord est très sobre. La colonne de direction supporte le tableau de bord, dans sa coque en forme d’obus. Derrière un volant à deux branches et demi cerclo.  Le soubassement n’est pas détaillé hormis la ligne d’échappement. A noter que la voie avant est encore trop large bien qu’elle soit plus étroite que celle des roues arrière. Les roues avant devraient être presque dans l’alignement des ensembles veilleuses-clignotants pour être plus crédibles et permettre un rayon de braquage acceptable malgré leur carénage quasi intégral. 

La Nash Airflite en deux vidéos

 

CH43 2011 5 etoiles 
 

STUZ Blackhawk de 1971

PremiumX – réf. PRD035 
4680GR Stuz Blackhawk grise 

Tex Avery n’aurait certainement pas hésité à l’utiliser dans ses dessins animés tant la démesure apparait au travers de ses lignes et volumes, très bien restitués ici. Pour la petite histoire, le premier modèle commercialisé de cette voiture, carrossée en Italie et motorisée – au départ - par des moteurs Pontiac, a été acheté par Elvis Presley. D’où la pochette de l’album visible sur la vidéo signalée en fin de présentation. Donc, démesure dans les lignes très étirées de ce coupé où l’on n’a pas assez prévu de longueur pour protéger la calandre ou la roue de secours !?! Je plaisante, bien sûr car ses deux éléments débordent, tant à l’avant qu’à l’arrière. Les entourages des vitrages sont chromés, tout comme les très fines et belles – mais fausses -  tubulures d’échappement qui courent le long de ses flancs et protégées par d’étroits marchepieds, eux aussi, chromés. Chromés également, les rétroviseurs extérieurs et les poignées de portières rapportées, ou encore l’antenne radio télescopique rentrée placée sur l’aile arrière gauche. De très fins essuie-glaces, photodécoupés et antagonistes sont placés sur chacune des deux parties du pare-brise en V. La calandre bénéficie d’une très belle grille finement découpée et arborant le monogramme Stuz en haut de sa partie droite, juste sous l’écusson de la marque. Les optiques principales sont rapportées et serties dans leurs coques qui ne touchent pas le reste de la carrosserie. Les feux latéraux de gabarit sont rapportés à l’avant et peints à l’arrière. Le dessin des jantes est magnifique mais je trouve que leur axe aurait gagné à être bien plus court. A l’arrière, les feux, du type Fiat 850, ne sont que métallisés et peints. L’immatriculation est de l’Utah. Elle est coiffée par une très belle roue de secours dont la fixation est centrale et assurée par vissage. Vissage qui permet d’assurer aussi la fermeture du réservoir d’essence car l’axe de fixation de cette roue de secours est en fait la goulotte de remplissage dudit réservoir. Le pavillon est doté d’un panneau ouvrant. Mais de trop petites dimensions. L’absence de vitrage abaissé pour la portière conducteur ne permet pas de vérifier l’existence du pédalier. Mais le mobilier bleu foncé est bien dessiné et les contreportes reçoivent des inserts en faux bois, tout comme le dessus du tunnel de servitude. Il en va de même pour la façade de la planche de bord qui accueille une nuée de cadrans. Ne pas oublier non plus le joli volant sport à trois branches métalliques et jante en bois. Le soubassement est très peu détaillé en dehors des deux lignes d’échappement qui débouchent bel et bien à l’arrière de la voiture, et non sur les côtés.

 La Stuz Blackhawk en vidéo 

CH43 2011 5 etoiles 
 

VOLVO 164 de 1968

PremiumX – réf. PRD247 
4681GR Volvo 164 bleue 

Pour terminer ce numéro consacré aux modèles de chez PremiumX, voici la 164 de Volvo, certainement dérivée de la collection éponyme puisque son soubassement ne porte aucune mention de sa provenance. Lignes, volumes et coloris  sont des plus réalistes. Ils bénéficient d’une présentation soignée avec de vrais chromes pour représenter ceux courant sur la vraie voiture. Les essuie-glaces sont très fins et photodécoupés. Leur fixation est toutefois assez grossière dans des trous apparemment prévus pour en accueillir de plus gros. La calandre rectangulaire est dotée d’une grille assez fine et noircie, correctement barrée en diagonale avec l’écusson de la marque. Ecusson que l’on retrouve sur le capot moteur. Le tout photodécoupé. Si les optiques principales sont en plastique et rapportées, les veilleuses et les clignotants sont seulement peints sur la pièce métallisée du pare-chocs. Le dessin des jantes est très détaillé avec au centre un cercle noir frappé du V de Volvo. Le monogramme Volvo 164, photodécoupé lui aussi, est placé sur les portières avant.  Alors que sur nombre de photos il y est placé juste devant, sur les ailes avant. Ailes avant d'ailleurs trop courtes, comme d'ailleurs toute la partie avant. En effet la distance entre passage des roues avant et les portières était plus grande que pour les modèles à 4 cylindres en ligne. Ici, sur la 164, c'était un 6 cylindres. La lunette arrière est dotée d’une grille de désembuage. Le panneau vertical accueille les feux arrière verticaux, rapportés en plastique et correctement colorés, mais aussi le monogramme Volvo 164 photodécoupé et chromé. Le mobilier est marron et bien détaillé, avec les accessoires des contreportes soulignés d’un trait alu. La façade de la planche de bord est en faux bois et affiche les cadrans rectangulaires du tableau de bord derrière un volant à deux branches avec cerclo chromé. Le soubassement n’est pas détaillé, hormis la ligne d’échappement. 

CH43 2011 5 etoiles 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 10:46
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 387 du 07 janvier 2013
 
 Que cette nouvelle année qui commence permette aux fabricants et aux décideurs de comprendre que ce n’est pas en laissant les prix s’envoler qu’ils renoueront avec leurs chiffres d’affaires de naguère.  Tout ce qu’ils risquent, c’est de mettre en difficulté nombre de boutiquiers dont le volume de vente à tendance à s’effondrer dangereusement.

 

 Heureusement qu’il en existe encore qui proposent leurs produits à des prix abordables mais avec un degré de finition à géométrie variable. C’est pourquoi, pour une fois, je ne vous présenterai pas les modèles de cette semaine par ordre alphabétique, mais par degré de finition croissant.

 

 Mais auparavant je voudrais signaler qu’aux environs de la rentrée de septembre prochain nous devrions trouver chez notre pressier favori une collection plébiscitée par nombre d’entre nous.

 
 Modèles boutiques
             

RENAULT Twingo II phase II de 2012

Kang Fal Toys Co – réf. Boîtage Renault 77 11 431 530 
4640GR Twingo-II phase2 bla 
Autant le dire tout de suite, pour un modèle censé être vendu en concession, cette Twingo II restylée fait plus jouet que modèle de collection. C’est vrai qu’à moins de 15 €… En effet, si les lignes et volumes de l’original sont correctement rendus, ce n’est pas la décoration de son pavillon - option de personnalisation du véhicule - qui relèvera le niveau de finition très bas de gamme de ce modèle. Commençons par les essuie-glaces qui ne sont que gravés dans la zone noire à la base du pare-brise, et donc, sont peu visibles. Puis il y a les optiques additionnelles qui ne sont que peintes alors que les principales sont reproduites en plastique et rapportées, mais non colorées pour les clignotants.  Le dessin des jantes  permet de constater la non représentation des disques de frein. La représentation des rétroviseurs extérieurs se limite à leurs coques sommairement dessinées. Aucune trace des miroirs eux-mêmes. A l’arrière, l’essuie-glace de la lunette est lui aussi simplement gravé. De même, pour les feux placés sur le hayon. Ils ne sont que dessinés et peints alors que les feux principaux sont quand même rapportés, en plastique correctement coloré.  A l’intérieur, le mobilier, correctement gravé, est entièrement noir. Le soubassement  est sommairement détaillé. Il est loin le temps où la Twingo II ressemblait à quelque chose ! C’est vrai aussi que son prix n’avait rien à voir mais était encore bien contenu. 
CH43 2011 3 etoiles 
 

FORD Escape II (AM 2013)

GrennLight collectibles – réf. 86025 (GL302) 
4641GR Escape bleue 
Pour moins de 20 €, il est possible de se procurer la réplique de la version US du Ford Kuga II, l’Escape II dont les lignes, volumes et coloris sont bien restitués. Et, avec ce modèle, nous montons d’un bon cran en finition, bien qu’ici nous ne trouvons aucune représentation des essuie-glaces,- certainement enfoncés dans la plage du pare-brise. Les blocs des optiques principales sont en plastique, rapportés et colorés pour les clignotants.  Les vitrages latéraux sont affleurant. A noter que le dessin des jantes alliage, très réaliste, laisse voir l’absence de représentation des disques de frein. Ce qui, avec ce type de roues « charrettes » laisse un grand vide très visible. Je trouve cela mesquin d’autant que les réserves existent sur le soubassement. A l’arrière, la lunette est aussi dépourvue d’essuie-glace, alors que l’original en est pourvu. Les blocs des feux arrière sont eux aussi en plastique, rapportés et correctement colorés. La base du hayon arbore les monogrammes Escape et Titanium de part et autre de l’emplacement de l’immatriculation. Un bouclier métallique est représenté sous la jupe  qui contient les feux de brouillard, eux aussi rapportés en plastique rouge. Deux sorties d’échappement creuses complètent le tableau. A noter que le pavillon est doté de barres de toits et de leurs deux traverses.  Les vitres arrière sont surteintées. Ce qui ne facilite pas la vue du mobilier intérieur, entièrement noir, à l’exception du haut des contreportes qui reçoit une touche de peinture alu. Le soubassement est très peu détaillé, mais est doté de la représentation du bouclier métallique avant. 
CH43 2011 4 etoiles      CH43 2012 erreurs
 

FORD Fusion (AM2013)

GrennLight collectibles – réf. 86029 (GL303) 
4642GR Fusion anthracite 

Toujours affichée à moins de 20 €, voici à son tour, la version US de la Ford Mondeo européenne, la Fusion. Nous continuons malgré tout de monter un peu plus en finition avec la gravure des essuie-glaces à la base du pare-brise. Les lignes, volumes et coloris de l’original, sont bien restitués et bénéficient d’une bonne gravure. Le dessin de la grille de calandre est réussi. Associé aux nervures du capot l’ensemble nous rappelle quelque peu l’avant des Aston-Martin. Et pour cause ! Le dessin des jantes alliage est soigné. Et, à l’inverse de l’Escape, ici, sur la Fusion, nous avons droit à la représentation des disques de frein, alors que ceux-ci sont invisibles au travers desdites jantes. Les vitrages sont affleurant. Les blocs des feux arrière sont en plastique, rapportés et correctement colorés. Le couvercle du coffre arbore les monogrammes Fusion et Titanium de part et autre de l’emplacement de l’immatriculation. Ici pas de bouclier de protection de la jupe arrière mais seulement deux sorties d’échappement ovales. Le mobilier intérieur est noir. Bien gravé, il reçoit des touches de peinture alu pour souligner les hauts des contreportes et l’instrumentation de la console centrale, ainsi que les branches du volant. Le soubassement est quasiment non détaillé. 

CH43 2011 4 etoiles 
 

HUMBER Pullman Limousine de 1954

Oxford – réf. HPL001 
4643GR Humbert Pullmann 
Et pour moins de 30 € nous pouvons disposer de la reproduction de la Humber Pullman Limousine, peu connue chez nous. Les lignes et volumes – imposants – de ce modèle sont bien reproduits aux couleurs de la livrée de la voiture ayant appartenu à la baronne de Rothschild et aujourd’hui exposée dans le musée Humber d’Allan Marshall. Il en arbore, d’ailleurs, les armoiries sur les portières avant. Nous faisons encore une avancée au niveau de la finition, qui rejoint les standards actuels. Avec de tout petits essuie-glaces chromés et rapportés, placés à la base du pare-brise. Il en va de même pour les poignées de portières et des deux rétroviseurs latéraux, placés sur les ailes avant. Les trois éléments de la calandre sont eux aussi rapportés et chromés. L’écusson Humber coiffe cette calandre. Les quatre optiques sont en plastique et serties de chrome.  Le dessin des jantes est réaliste. A noter que sur ce modèle les quatre portières sont à ouverture « suicide » et que les puits des flèches de direction sont incorporés dans l’encadrement des portières arrière. Comme de reste, l’arrière est très dépouillé avec juste deux feux arrière. Par contre, l’habitacle est très travaillé. Outre un mobilier détaillé avec banquette arrière crème, vaste espace pour les jambes, il y a une séparation vitrée. Celle-ci est adossée à la banquette avant affectée au chauffeur  et de couleur fauve elle est équipée de strapontins repliés à sa base. Le soubassement est un peu détaillé et possède une ligne d’échappement chromée avec sortie sur le côté gauche, juste devant le pare-chocs arrière. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 
D’autres dans quinze jours. Et si ces marques parviennent à nous proposer des modèles d’un bon niveau à ces prix là, pourquoi pas les autres ?
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 13:17
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 385 du 24 décembre 2012
 
     
 Fin annee 2012
 

Dernière minute

 

Au moment de mettre en ligne ce numéro, j'apprends le lancement début janvier d'une reprise de la collection FERRARI GT par Hachette collections, avec le concours d'Ixo et d'AutoPlus  http://www.hachette-collections.com/automobiles-miniatures/ferrari-gt-collection/votre-numero-1-sa/

 
 Modèles boutiques
 

 OPEL Blitz

Norev – réf. 360051

4629GR Blitz betaillere 
Tiens un égaré !  En effet, il est très rare que je vous présente un petit camion. Allemand de surcroit. Et pourtant en voici un à l’allure champêtre. Que l’on aurait pu voir dans « La vache et le prisonnier » par exemple. Lignes et volumes sont bien rendus. Mais je n’en dirais pas autant de la livrée qui est bien trop brillante pour la partie avant et trop « propre » pour la partie arrière. Ah les matériaux d’aujourd’hui ! Pourtant l’ensemble reste plaisant à regarder malgré tout avec une honnête calandre frappée du monogramme Opel Blitz et surmontée d’un motif décoratif. Les phares ne sont pas trop frappés de strabisme. Les essuie-glaces sont rudimentaires et les rétroviseurs latéraux placés à l’extrémité de bras très étirés.  Les jantes sont bien dessinées. Les portières fixes du fourgon sont dotées de poignées rapportées. Les boitiers des flèches de direction sont placés juste devant les portières latérales. Les feux arrière sont peints. Toute la partie fourgon, le châssis et les ailes avant sont en plastique ! Le mobilier de  la cabine se limite à une large banquette. L’ensemble est noir avec des contreportes grises. Le châssis est détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

FACEL-VEGA Facel II (AM 1964)

Néo – réf. NEO 44325 
4635GR Facel-Vega Facel-II 
4635GS Facel-Vega Facel-II 
Un petit cadeau de Noël avant l’heure, que cette Facel II proposée dans sa finition US 1964 reconnaissable à ses optiques à l’air libre, à la place des blocs Mégalux. Nous retrouvons bien facilement les lignes, volumes et coloris de l’original qui bénéficient d’une belle finition. Toutefois je trouve que l’ensemble vu en plongée de trois quarts avant reste malgré tout très parallélépipédique. Surtout à l’avant. Un peu plus de rondeur dans les courbes… Mais que cela ne nuise pas à l’intérêt porté au modèle représenté car les trois parties de la large calandre sont finement dotées de grilles  photodécoupée. Tout comme la grille d’aération à la base du pare-brise. Lequel pare-brise est équipé de deux très fins essuie-glaces rapportés et chromés. Chromes que l’on retrouve sur le pourtour du pavillon et assurant l’entourage des surfaces vitrées. En plus des essuie-glaces, ce modèle est doté de poignées de portières et d’un rétroviseur latéral. Mais aussi de la reproduction des antennes de radio repliées sur l’arrête des ailes arrière. Ailes qui reçoivent aussi une partie de la signalisation lumineuse arrière de la voiture. Eléments métalliques peints en orange (c'est normal pour un modèle export, rouge pour la France). Mais revenons à l’avant. Les blocs optiques sont correctement restitués et comportent bien les deux petites veilleuses. Les roues à fils et écrou central à trois ailettes sont  acceptables. Pour ma part je regretterais que Néo n’ait pas fait le même effort que Premium X quant à la gravure de la marque sur lesdits écrous centraux : absente ici alors qu’elle l’était sur les enjoliveurs de la Pontiac Chieftain pourtant vendue bien moins cher (cf. n° 366 de CH43). Les passages de roues sont soulignés d’un jonc chromé. Les principaux feux arrière, circulaires et concentriques, sont bien restitués. Tout comme le dessin des pare-chocs. Le couvercle du coffre arbore bien le monogramme du modèle, photodécoupé et placé au-dessus du bouton-serrure. Le pare-chocs arrière surplombe un feu de recul central, mais aussi et surtout deux doubles sorties d’échappement de bonnes dimensions. Le mobilier intérieur est couleur chair et bien détaillé, avec une planche de bord en T imitation bois et dotée d’une myriade de cadrans derrière un volant sport à trois branches. A noter le placement insolite du rétroviseur intérieur, pourtant correctement placé sur le dessus du tableau de bord et décentré côté conducteur. Il y a même la reproduction du ciel de pavillon avec ses renforts latéraux et arrière. Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 
 BONUS
CITROËN 11 collection Blake & Mortimer, n° 51 
BM51 Citroen 11BL 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 09:42
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 383 du 10 décembre 2012
 
 Modèles boutiques
          

FIAT 500L de 2012

Mondo Motors – réf. MP1236 
4622GR 500L blanche 
4622GS 500L blanche 
Miniature low cost que cette première reproduction de la nouvelle 500L à la finition super simplifiée. D’accord, nous retrouvons les lignes et volumes imposants de ce break au regard de son ainée la Jardinère. Les clignotants avant ne sont que dessinés, tout comme les essuie-glaces, à la base du pare-brise. Si le dessin des jantes est correct, il permet de constater l’absence de reproduction des disques de frein. L’arrière est totalement bâclé, avec des feux grossiers et sans écusson Fiat au centre du hayon.  Et à l’intérieur c’est pareil. Mobilier assez bien gravé mais absence de toute représentation des contreportes. Tout y est noir. Le soubassement est sommairement détaillé. 
CH43 2011 3 etoiles 
 

HOTCHKISS PL20 4x4

Eligor – réf. 101429 
4606GR Hotchkiss PL20 benne 
« Avec treuil avant et benne TP », précise le socle. Et bien je n’ai toujours pas trouvé le treuil sur ce PL20, et pour la benne TP, j’y reviendrai plus loin. PL20 ai-je écrit ? Oui, c'est-à-dire le modèle avec les phares posés devant les ailes avant. Ce qui permet de le différencier de loin du PL50 dont les phares sont intégrés dans des ailes avant redessinées. L’ensemble est plaisant malgré une peinture trop brillante. Faudrait-il expliquer aux décideurs qu’à l’époque, même neufs, nos chers véhicules n’avaient pas de carrosseries aussi rutilantes que de nos jours, question composition de la peinture. Le dessin de la partie antérieure est correct et partage le même moule que le PL50 que je vous ai présenté il y a quelques numéros. Seules les ailes sont différentes et moulées à part. Comme souvent chez Eligor les pièces rapportées manquent de finesse. C’est encore le cas pour la structure de protection de l’avant et du fameux treuil – qui n’est pas représenté ! Il en va de même pour la sculpture des pneumatiques qui leur donne plus l’allure de pneus de tracteur que de pneus de camions de chantier. La benne est assez bien faite mais elle est fixe. C’est dommage ! Vraiment dommage! D’autant que l’on trouve des modèles presse où elle est relevable. Vu le prix de ce camion, il aurait pu être proposé avec une benne fonctionnelle et dotée d’un abatant arrière articulé. Le mobilier intérieur est entièrement noir. Il se limite à une large banquette courant sur toute la largeur de la cabine. La planche de bord est succinctement présentée. Le châssis met bien en évidence l’aspect 4x4 de ce petit camion. Mais le soubassement ne comporte aucune inscription indiquant le modèle proposé ni son fabricant. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

OPEL Insignia concept-car (Francfort 2003)

Norev – réf. Coffret ???
4623GR Insigna concept-car 
4623GS Insigna concept-car 
Comme encore très souvent, le concept-car annonçant un nouveau modèle, est l’occasion de proposer des solutions peu réalisables en série. C’est ici aussi le cas avec ce concept-car aux petites portières arrière qui coulissaient vers… l’arrière.  Les lignes et volumes, plus imposants que ceux de la berline de série, sont bien redus et jouissent d’une belle finition avec sa grande calandre chromée encadrée de feux séparés par des éléments chromés eux aussi et soulignés de chrome dans les prises d’air inférieures.  Chrome que l’on retrouve  généreusement  sur des jantes très « bling-bling »laissant deviner les disques de freins avec étriers.  Les vitrages sont affleurant. Les feux arrière sont sertis d’un fin jonc chromé alors que la poupe est en V. Les deux doubles sorties d’échappement sont, elles aussi, chromées. L’intérieur est soigné avec un dessus de planche de bord et des hauts de contreportes havane. Les sièges sont noirs à boutons alu. A noter que les ceintures de sécurité avant sont solidaire des sièges. Absence de montant central oblige.  Le tableau de bord et les éléments de la console centrale sont détaillés. Tout comme une grande partie du soubassement. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 09:45
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 378 du 05 novembre 2012
 

Les sorties presse de la semaine du 29 octobre au 04 novembre 2012 ayant eu du retard, vous les retrouverez dans un prochain numéro de CH43. En attendant voici cinq modèles boutiques. 

          

GAZ 6 Berline de 1934

Nashavtoprom - Réf. 70762 
4581GR Gaz 6 bordeaux 
Tiens, une Ford A ! Faux, c’est une Gaz 6. Mais est-ce vraiment faux car la ressemblance est frappante. Cette petite voiture rappelle aussi la belle époque des « vraies » Solido au rendu de lignes et volumes fidèle mais à la finition simplifiée. Mais aussi au rapport qualité/prix des plus corrects. C’est le traitement des chromes et des roues, en plastique métallisé très brillant qui m’y fait penser. Le modèle est toutefois plaisant à regarder dans cette livrée bordeaux. Sa gravure est fine et détaillée. N’y manquent que les plaques d’immatriculation. Le mobilier intérieur est gris et bien gravé. Il y a bien le minuscule tableau de bord au centre de ce qui s’apparente ici à la planche de bord, mais aucune trace du levier de vitesses. Et je ne parle pas du levier de frein à main aussi.  Le soubassement est sommairement détaillé en relief. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

LAMBORGHINI Countach LP400 (1974-1978)

Kyosho – réf. 04101W 
4580GR Countach blanche 
4580GS Countach blanche 
4580GT Countach blanche 

Voici un modèle comme je les aime, avec beaucoup d’ouvrants. Et pour lesquels j’accepte de faire un effort financier. Cette Countach est un petit bijou de finition, même si elle ne possède pas les roues avant orientables comme chez AutoArt. C’est à mon avis tout ce qui lui manque, avec aussi un traitement plus fouillé de son soubassement, assez sommaire sur ce modèle de prix. Ainsi, les lignes, volumes et livrée blanche sont très bien rendus et bénéficient d’une très bonne gravure malgré ses sept ouvrants. A commencer par celui du couvercle du petit coffre avant relevable et doté d’un petit vérin côté gauche. Couvercle relevé permettant de voir la roue de secours qui occupe quasiment tout l’espace. Puis il y a les phares relevables que l’on actionne via un petit curseur placé sous la voiture. Suivis par les deux portières qui s’ouvrent en élytres et dotées, elles aussi, de petits vérins. A l’arrière il y a encore deux ouvrants. D’abord le capot moteur ajouré et doublé d’une micro grille. Equipé lui aussi d’un vérin et permettant de voir une reproduction en 3D du moteur et de ses principaux accessoires. Reste, pour terminer, le couvercle du mini coffre à bagages à l’extrême arrière. Les différents feux sont rapportés, en plastique et correctement colorés. Quatre sorties d’échappement, bien creusées et chromées, débouchent sous le panneau arrière. A l’intérieur de l’habitacle, deux sièges baquets sont coincés entre carrosserie et console centrale. Les ceintures de sécurité sont présentes ; Mais il faut contempler le très rectangulaire tableau de bord aux multiples cadrans circulaires placé derrière le volant qui surmonte un pédalier photodécoupé.  Le soubassement est détaillé mais aurait gagné à l’être en 3D comme d’autres réducteurs savent le faire. Et pour moins cher.

CH43 2011 6 etoiles 
 

OPEL Olympia (1950-1953)

Whitebox – réf. ??? 
4584GR Olympia Bordeaux 
Reprenant le modèle de la collection Opel (n° 06), MCW nous propose cette Olympia dans une livrée bordeaux sous la marque Whitebox. Nous retrouvons donc des lignes et volumes fidèles même si je trouve que les vitres latérales manquent un peu de hauteur et ressemblent d’avantage à des meurtrières horizontales.  Pourtant l’allure générale est fort correcte et bénéficie d’une présentation de bon aloi avec sa large calandre chromée, surmontée d’un écusson sous lequel il manque cependant le monogramme Opel à lettres rouges. Par contre, il n’y a jamais eu de jonc chromé au-dessus pour souligner le bord du capot moteur entre les phares intégrés. Les enjoliveurs de roues sont cerclés de rouge et comportent bien en leur centre ce fameux monogramme. Les flammes de chrome courant sur les côtés sont précédées d’un cartouche renfermant le monogramme Olympia. Les feux arrière ne sont que métalliques et peints.  A l’intérieur, le mobilier est bien détaillé et gris clair. Par contre la planche de bord est couleur carrosserie. Le soubassement est un peu détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

SKODA Citigo de 2012

Abrex – réf. 143AB020KL/66188LN 
4604GR Skoda Citigo bleue 
Voici la nouvelle citadine tchèque, en version 5 portes, la Citigo dont l’on retrouve facilement les lignes et volumes ramassés de la vraie.  L’ensemble est assez sombre dans cette livrée bleu foncé métallisé mais reste plaisant. L’avant s’orne de l’écusson de la marque et de la calandre propre à Skoda. Le dessin des feux principaux est acceptable. Le bas du bouclier est doté d’une belle grille noire.  Le dessin des jantes est soigné et le diamètre des roues correct. Dommage que la sculpture des pneus manque un poil de finesse. Les vitrages se veulent affleurant. A l’arrière les feux verticaux ne sont que peints. Le mobilier intérieur, entièrement noir, est bien représenté. Seules touches de couleurs, les ancrages des ceintures de sécurité arrière et les cadrans du tableau de bord. Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles
 

TRABANT Tramp Cabrio de 1978

Ist models – réf. IST103 
4601GR Trabant cabrio blanc 
Il y avait longtemps que je n’avais pas donné dans la nostalgie. J’ai craqué devant cette curieuse voiture de l’ex RFA que j’avais aperçue à Berlin Est en… 1988.  Le dessin de ce qui reste de carrosserie est bien restitué. La partie avant est très fidèle avec ses enjoliveurs de phares noirs et ses clignotants orange. Les pare-chocs sont suffisamment fins pour être réalistes. Tout comme les deux essuie-glaces. Le dessin des jantes est fidèle. Par contre les imposants – par rapport à la taille de la voiture – rétroviseurs latéraux gagneraient à être reculés pour venir quasiment à l’aplomb de l’axe des roues avant. Les passagers sont « protégés » latéralement par des chaînes gainées. A l’arrière, la roue de secours est apparente et encadrée par des feux rapportés en plastique coloré.  La capote est présentée repliée. Je verrais bien ce modèle proposé en version totalement bâché. Le mobilier rustique de ce modèle est constitué par de petits sièges et banquette caramel. La colonne de direction est bien détaillée, tout comme la planche de bord très simple avec son unique cadran pour tableau de bord. Le soubassement est détaillé avec, notamment une sortie d’échappement rapportée avec son pot de détente. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 09:10
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 368 du 27 août 2012
 
 Modèles boutiques
   

AUSTIN Heavy Twelve de 1926

Oxford – réf. AHT001 
4547GR Austin Hevy 12
 Allez, sortons un peu de la fadeur du style de nos voitures actuelles pour retrouver l’esprit pionnier de nos ancêtres avec cette Heavy Twelve 12.4 de 1926 que nous propose Oxford dans une livrée bleu-gris, agrémenté de cuivre. L’ensemble est très réaliste et restitue de très belle façon l’originalité décorative de cette torpédo. Le pare-brise est parfaitement représenté avec ses deux parties horizontales, celle du dessus recevant son unique et tout petit essuie-glace devant le conducteur. Le radiateur, à l’entourage cuivré, affiche  la marque Austin et est surmonté d’un bouchon ailé. Les optiques sont contenues dans des obus cuivrés, tout comme les feux additionnels placés de part et autre du pare-brise. Les poignées des portières, au dessin original, sont elles aussi cuivrées et rapportées. Tout comme aussi la pompe à graisse fixée sur le marchepied gauche. Les roues à rayons sont très réalistes. Le marchepied gauche supporte aussi la batterie alors que le marchepied droit accueille la caisse à outils. A l’arrière, la roue de secours est fixée contre la carrosserie et un porte-bagages replié, prolonge la voiture.  L’habitacle, protégé des intempéries par une toile simplement tendue, est bien détaillé. Les deux banquettes sont lie de vin. La planche de bord est dotée de nombreux cadrans non détaillés. A noter qu’au dos de la banquette avant il y a deux éléments vitrés destinés à jouer le rôle de pare-brise pour les occupants de la banquette arrière. Le soubassement est un peu détaillé. La Heavy Twelve en photos (la bleue a servi de modèle à cette miniature- regardez son immatriculation)
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

RENAULT Colorale Prairie taxi de 1953

Solido – réf. 143121 
4551GR Colorale Prairie tax 
 Enfin, le grand retour de Solido dans le monde du 1/43ème avec sa série Colorale. Et ce pour un prix hyper raisonnable, inférieur à 20 € et avec une finition des plus correctes. Que demander de plus, sinon une plus grande régularité dans les parutions et un choix de modèles judicieux, évitant les doublons. Voici donc aujourd’hui la Prairie en version taxi. Si nous retrouvons aisément les lignes et volumes de la vraie, ce qui frappe dès le premier coup d’œil ce sont les quatre bossages sur le pavillon qui représentent les points de fixation d’une éventuelle galerie sur le toit. Ces ancrages manquent vraiment de finesse. Mais à part cela, nous ne pouvons que nous féliciter de retrouver du bon Solido avec une grille de calandre correcte, des optiques principales – un poil trop teintées de jaune – serties de chrome, des avertisseurs sonores placés sur le pare-chocs.  De fins essuie-glaces antagonistes, rapportés, sont placés à la base du pare-brise. Deux petits rétroviseurs circulaires sont fixés de part et autre de celui-ci. Les jantes des roues sont d’un dessin réaliste et dotées d’enjoliveurs chromés. Les clignotants latéraux, au-dessus des passages des roues arrière auraient gagné une touche de blanc vers l’avant. A l’arrière, l’abattant inférieur arbore bien les deux poignées d’ouverture, seulement gravées, et le F d’identification française. Les feux arrière sont gravés et peints. Les demi-pare-chocs encadrent le plaque d’immatriculation et celle d’indication du département de cette dernière. Lesquelles encadrent à leur tour un crochet de remorquage, fort utile pour les dioramaras où la Colorale pourra sa voir adjoindre une remorque. Le pavillon reçoit l’enseigne « Taxi » alors que l’aile avant droite supporte le taximètre au volet pivotant ajouré. Une note particulière que le détail du mobilier intérieur gris bleuté où Solido a fait un réel effort de présentation. Si la planche est bien détaillée elle reste dépourvue de tout cadran pour le tableau de bord. A l’avant il n’y a qu’un siège pour le conducteur. Celui de droite est absent et l’espace ainsi libéré sert de rangement pour les bagages des passagers. Ceux-ci peuvent prendre place sur la banquette arrière, située au niveau de l’essieu arrière. S’ils sont trop nombreux, des strapontins, repliés sont disponibles, dos à la route, juste devant celle-ci. Le soubassement est détaillé en quasi 3D. publicité Renault Colorale
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

RENAULT Colorale fourgonnette de 1953

Solido – réf. 143513 
4550GR Colorale tolee Renau 
 Second opus de la série Colorale, la fourgonnette tôlée aux couleurs des garages Renault. Comme sur la Prairie, nous retrouvons facilement les lignes et volumes de l’original, mais nous retrouvons aussi les ancrages de galerie trop proéminents. Pour le reste, extérieurement, rien de différent par rapport à la Prairie, sauf que sur la fourgonnette les clignotants latéraux sont rapportés, en plastique rouge, et non plus simplement gravés. Un plus pour la fourgonnette. Par contre, l’aménagement intérieur est bien sûr différent. Il est cependant toujours gris bleuté. Ici aussi, la planche de bord est détaillée, mais non dotée de cadran pour le tableau de bord. Ce qui change c’est la présence d’une banquette à trois places derrière laquelle se trouve une cloison vitrée, juste devant le plan de charge, uniquement accessible par l’arrière. Le soubassement est détaillé en quasi 3D. autre publicité Renault Colorale  Une Colorale « dans son jus »
CH43 2011 4 etoiles+
 

ZASTAVA 1100 de 1977

Ist models – réf. IST 095 
4529GR Zastava 1100 verte 
 Voici enfin la version yougoslave de la Fiat 128, aux allures de Simca 1100, c'est-à-dire la Zastava 1100, dans une belle livrée verte. Ses lignes et volumes sont très bien rendus et bénéficient d’une gravure nette et d’une peinture fine. Les détails sont très visibles. De très fins essuie-glaces sont présents à la base du pare-brise. Le capot est correctement nervuré juste devant eux. La large calandre noire est finement nervurée et arbore le Z de la marque en son centre. Les pare-chocs sont dotés de butoirs à bananes caoutchoutées. Les roues ont un dessin de jante réaliste. Les passages de roues arrière sont équipés de bavettes. Il convient de noter la présence de chrome autour des encadrements des vitrages latéraux et pour les poignées de portières.  Les feux arrière sont rapportés, en plastique, et correctement colorés. Le monogramme Zastava 1100 est présent à l’arrière. A l’intérieur, le mobilier, tabac foncé, est bien gravé. La planche de bord est noire. Le soubassement est curieusement détaillé, donnant l’impression d’un modèle à propulsion alors que cette 1100 était en fait une traction. 
CH43 2011 4 etoiles 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 09:24
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 366 du 13 août 2012
      

Encore une nouvelle année qui commence pour CH43. Sa huitième ! Et oui, cela fait maintenant sept ans que le n° 1 de l’alors Collec’Hebdo 43 fut mis en ligne. Le 11 août 2005, pour être précis. Depuis nous avons connu l’âge d’or des collections presse avec plus de 15 sorties hebdomadaires alors qu’aujourd’hui nous ne sommes plus loin du niveau d’étiage avec parfois, certaines semaines, qu’un modèle à se mettre sous la dent. Pourtant la prochaine rentrée – à lire entre les lignes et à écouter aux portes - devrait nous proposer une nouvelle collection consacrée aux voitures de rallye et offrir à quelques uns la possibilité de tester deux projets de collections. Le premier dont je vous parle épisodiquement ici et qui occupera de la place si le test était concluant, ce dont je ne doute pas, vu son objet principal et ce qui l’habitera. Le second, plus classique, pour une collection thématique. Et n’oublions pas que les amateurs de 2cv Citroën verront bientôt le nouveau moule réalisé par Eligor…

 

Préférant profiter de ces quelques beaux jours pour me promener, je vous présenterai dans le prochain numéro de CH43 les sorties presse parues ce mois-ci et qui sont entrées dans ma collection. En attendant voici quatre nouveautés de la gamme PremiumX et dérivés. Pour ceux qui peuvent prendre des vacances, je leur souhaite d’en profiter au maximum. 
 
 Modèles boutiques
 

BUICK Riviera Boattail coupé de 1972

PremiumX – réf. PRD071 
4557GR Chrysler Riviera 
4557GS Chrysler Riviera 
 Impressionnante, cette Riviera, par ses dimensions imposantes, et pourtant, bel et bien au 1/43ème, sachant que la vraie mesurait 5.545 m de longueur, 2.032 m de largeur et était haute de 1.372 m ! Et avec ça ? Une belle livrée bordeaux à pavillon blanc cassé et une finition de bon aloi. A noter l’absence de tout essuie-glace à la base du pare-brise, supposés être dissimulés dans la plage, pourtant vide.  L’immense capot moteur est correctement nervuré en son centre, tout comme le pavillon et le couvercle du coffre. La proue arbore une belle calandre en V affichant sur sa gauche l’écusson du modèle. Quatre optiques circulaires serties dans des enjoliveurs carrés l’encadrent. Le pare-chocs épouse lui aussi la forme d’un V évasé et surplombe quatre optiques additionnelles. Les chromes sont représentés par de « vrais »chromes. En plus des feux de gabarit, les ailes avant arborent, en leur partie inférieure, le monogramme photodécoupé « Riviera ». Lequel monogramme figure aussi sur le couvercle du coffre au-dessus des feux arrière droits. Feux qui sont peints. Le rétroviseur latéral et les poignées de portières sont des pièces rapportées et chromées. Cette voiture est équipée de belles jantes en étoile et de pneus bien sculptés et à flanc blanc. Le pare-chocs arrière, entièrement chromé, fait office de bouclier et est lui aussi en forme de V évasé. L’immatriculation arrière est bien décalée côté gauche. Le mobilier intérieur est blanc et composé de deux larges banquettes, celle de devant étant équipée de dossiers séparés avec large accoudoir central pouvant les compléter pour accueillir un éventuel troisième occupant à l’avant. Les contreportes reçoivent une décoration imitation bois. A noter que le dessin particulier de la planche de bord de ce modèle a été très bien restitué et présente bien deux arcs de cercle en face des deux dossiers. Permettant d’afficher les nombreux cadrans du tableau de bord en arc de cercle derrière un volant à trois branches. Un large et mince rétroviseur intérieur pend devant le pare-brise. Le soubassement est peu détaillé, mettant en évidence le tracé des deux lignes d’échappement. La Riviera en vidéo
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

CHEVROLET Opala SS de 1976

PremiumX – réf. PRD215 
4558GR Chevrolet Opala oran 
 Version sud américaine de l’Opel Commodore A mais dotée de mécaniques US, et produite au Brésil, cette Opala SS n’est en fait que la reprise, pour une version boutique, du moule utilisé par Ixo pour une collection presse brésilienne où ce modèle a été proposé dans une livrée jaune acide (Brazilian Unforgetable Cars). Nous retrouvons bien les lignes sans grâce particulière de l’Opel sous cette livrée orange et noir qui se veut sportive. D’après les photos du modèle presse trouvées sur le net, il y aurait peu de différences entre les deux versions. Je signalerai cependant de très fins essuie-glaces noirs placés à la base du pare-brise et une grille de calandre quelconque marquée en rouge du sigle SS en son milieu. Si les optiques sont représentées par des pièces rapportées en plastique translucide, les clignotants ne sont que peints à même la carrosserie. La garde au sol est correcte. Les jantes en étoiles semblent vierges de toute représentation du système de freinage de cette voiture. Leur dessin est soigné et les pneus affichent leur marque. Les rares chromes de cette voiture sont représentés par des « vrais ». Les monogrammes Opala SS et 6SS, photodécoupés, sont correctement placés sur les différentes ailes. Pour une fois, nous avons encore droit à des feux arrière rapportés et en plastique coloré. Le mobilier intérieur est entièrement noir, à l’exception des trois branches du volant, peintures alu et des cadrans du tableau de bord. Le soubassement est détaillé.
CH43 2011 4 etoiles 
 

FORD Mustang de 1965

n° 7 de Bob JANE, vainqueur 1966 des Bathurst Easter races (Australie)

Apex replicas – réf. AR0203 
4560GR Mustang N7 blanche 
4560GS Mustang N7 blanche 
 Dès la vision de la photo sur internet je lui trouvais un air de famille avec le coupé présenté dans le n° 349 de CH43 du 16 avril 2012 et signé PremiumX. Et pour cause, cette version courses de ce coupé, vendue sous le label Apex replicas, reprend bien le même moule réussi. C’est pourquoi je ne reviendrai pas sur sa description générale, mais uniquement sur les détails propres au modèle représenté, dont l’iconographie m’échappe encore au moment où j’écris ses lignes (05/08/12). Par rapport à la version précédente, ce coupé a perdu le motif latéral sur les ailes arrière et le motif décoratif de bas de caisse. Par contre il a toujours le petit rétroviseur latéral qui a migré sur l’aile avant gauche. Il est décoré d’une triple bande rouge et jaune courant sur toute la longueur de la voiture, genre drapeau espagnol.  Le capot moteur est frappé du monogramme FORD et équipé de deux goupilles de sécurité, le tout étant chromé et photodécoupé. De plus deux câbles très fins sont censés assurer son maintien fermé. Enfin, deux prises d’air rectangulaires sont visibles, sous la jupe avant, destinées à refroidir les disques des freins. Lesquels disques (avec étriers) sont visibles au travers de très belles jantes en étoile et chromées. Point de sorties d’échappement à l’arrière sur ce modèle. J’y reviendrai à la fin. Bien que s’agissant d’une voiture ayant couru en Australie, le poste de conduite était bel et bien à gauche. Le mobilier intérieur est entièrement noir, à l’exception de la boucle de la ceinture de sécurité rouge. L’instrumentation de la planche de bord a été complétée avec l’apparition d’un élément central. Le soubassement est toujours détaillé en quasi 3D ce qui met en évidence la modification du tracé des lignes d’échappement qui se terminent, sans pot de détente, côté gauche, juste avant l’aile arrière.
CH43 2011 4 etoiles 
 

PONTIAC Chieftain de 1954

PremiumX – réf. PRD???

Série limitée de 500 unités pour MCW 
4559GR Pontiac Chieftain mo 
4559GS Pontiac Chieftain mo 

 Après son apparition en version modèle presse dans la collection des véhicules et engins de Blake & Mortimer, voici aujourd’hui la version boutique de la Pontiac Chieftain 1954. Celle-ci est une édition limitée réalisée pour MCW reconnaissable à sa livrée vert moutarde à pavillon crème.  Si l’on retrouve le même moule, ce qui est logique, le niveau de finition n’a rien à voir avec celle de la version presse. Je n’en veux pour preuve qu’un infime détail dont je vous parlerai plus loin. Mais avant, commençons par l’aspect général qui est très flatteur et très US dans le choix de cette livrée qui est soulignée par la présence de « vrais » chromes courant sur toute la carrosserie, certains étant très épais comme ceux présents sur les portières et ailes arrière. De plus, la gravure, assez fine, est très visible, ce qui met en valeur le travail réalisé. Le pare-brise est coiffé par une belle visière opaque. Les essuie-glaces antagonistes sont photodécoupés. Le petit rétroviseur extérieur circulaire et l’antenne radio d’aile contribuent à cette touche US, tout comme l’imposant motif décoratif à l’avant du capot, orné de la fameuse tête d’indien Pontiac. Lequel motif surplombe l’écusson de la marque, placé au-dessus de la large calandre très chargée et bien ouvragée. Les optiques principales et les clignotants sont en plastique translucide et dotées d’enjoliveurs chromés. Les roues sont dotées de pneus à large flanc blanc et d’enjoliveurs chromés intégraux qui recouvrent la totalité de la jante. Et là où ce réducteur a fait vraiment fort, c’est qu’il est parvenu à faire graver par deux fois et sur le même petit anneau blanc que l’on voit sur lesdits enjoliveurs le nom de la marque « PONTIAC », comme sur la vraie !!! Le fameux petit détail qui change tout ! A l’arrière, nous retrouvons l’écusson de la marque placé au centre du couvercle du coffre, encadré par deux feux de recul. Les catadioptres n’ont pas été oubliés sur ce modèle où les feux arrière ne sont – une fois encore – que métalliques et peints. Pourquoi une telle pingrerie ? A l’intérieur, c’est le domaine des banquettes et planche de bord pistache avec contreportes à partie centrale blanche. La planche de bord reçoit un motif chromé sur le couvercle de la boite à gants alors que le tableau de bord avec son cadran en demi cercle, s’étale devant le conducteur. Le soubassement est très peu détaillé. Seule la sortie d’échappement chromée en queue de baleine retiendra le regard. La Chieftain 1954 en photos 

CH43 2011 4 etoiles+ 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 09:04
2012-CH43 7eAnnee
     
 n° 364 du 30 juillet 2012
 
 Modèles boutiques

GMC Classical A Team Van

Hot Wheels (Matel) – réf. T8424 / 2371WA 
4528GR GMC van gris 
 Ce van GMC fut un des acteurs de la série US “L’agence tous risques”. Ses lignes, volumes et livrée sont très fidèles, sauf peut-être en ce qui concerne la forme des rétroviseurs latéraux, qui, sur certaines vidéos visibles sur le net, semblent reposer sur de simples tiges courbées.  Pour le reste, nous retrouvons le large pare-buffles supportant deux optiques additionnelles. Les nombreux feux sont correctement colorés. Les jantes originales sont bien restituées. Les pneumatiques affichent leur marque. Le pavillon avec toit ouvrant vitré et aileron arrière, supporte trois antennes. Malgré le peu de visibilité vers l’intérieur il est possible d’y voir deux rangées de deux sièges à haut dossier gris et deux colonnes latérales derrière eux. Si la planche de bord est bien détaillée, notamment au niveau du tableau de bord, ainsi que les contreportes avant, il n’en est pas de même pour l’intérieur de la large portière coulissante latérale qui est complètement lisse. Le soubassement est représenté de manière assez schématique en 3D. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

HOTCHKISS PL50D plateau bâché de 1956

Eligor –réf. 101427 
4525GR Hotchkiss PL50 bleu 
 Qu’il est mignon ce petit utilitaire que l’on vit souvent sur nos routes dans les années 1950 à 1970. Mais bien plus souvent en vert foncé. C’est vrai que cette livrée blanche et bleu clair ne le met pas en valeur… Pourtant il est fidèlement reproduit en ses lignes et volumes avec ses nouvelles ailes intégrant les phares, jusqu’alors fixés sur supports devant celles-ci.  Dommage que la grille de calandre n’ait pas été « noircie » pour plus de réalisme. Les essuie-glaces sont très simplistes. Ils sont rapportés, comme les rétroviseurs latéraux et les poignées de portières. Les roues ont des flasques très réalistes et sont équipées de pneus très étroits, comme à l’époque. Les roues arrière sont bien jumelées et la roue de secours placé entre châssis et plancher du plateau bâché. Ce dernier est entièrement fermé, mais il sera certainement très facile de découper l’arrière de la bêche pour en faire une version ouverte. Les vitrages affleurant ne permettent pas de bien voir le mobilier intérieur – entièrement noir – mais on peut distinguer la banquette qui court sur toute la largeur de la cabine. Le châssis est assez détaillé.
CH43 2011 4 etoiles 
 

JAGUAR XK150 coupé de 1957

Oxford – réf. JAGXK150001 
4538GR XK150 coupe noir 
Heureusement qu’il existe encore  des marques qui restent toujours modestes en matière de prix de vente en boutiques. Oxford en fait partie, qui nous propose ce beau coupé XK150 de 1957 dans une ravissante livrée noire. Et cela est d’autant plus agréable que pour moins de 30 euros nous nous trouvons en présence d’un très bon rendu des lignes courbes et élancées de l’original et de ses volumes. Le tout bénéficiant d’une gravure assez lisible malgré cette livrée noire qui a tendance à l’estomper. Et la finition est elle aussi d’un aloi suffisant – au regard du prix demandé. En effet, la seule critique que je ferai pour ce modèle, c’est l’absence de mise en valeur des veilleuses sur les ailes avant. Elles ne sont que gravées. Pour le reste nous trouvons une jolie calandre chromée, noircie entre les grilles. Quatre optiques rapportées, en plastique  serti de chrome. Les clignotants avant sont correctement peints en orange. Et le pare-chocs a un dessin fidèle et supporte l’immatriculation. Les jantes de roues fils sont réalistes et dotées d’un écrou central à deux oreilles. Les poignées de portières sont chromées et rapportées. Par contre les chromes entourant les surfaces vitrées et soulignant les gouttières ne sont représentés que par de fins traits de peinture alu. Les petits volets d’aération n’ont pas été oubliés, juste devant les portières. Si l’avant et les flancs bénéficient d’une décoration sobre, celle de l’arrière est vraiment plus chargée. En effet, les flammes supportant les feux arrière peints, sont rapportées et chromées. Tout comme le sont le motif partageant le couvercle du coffre et celui qui encadre l’immatriculation arrière. A noter que l’écusson rouge à tête de tigre jaune est présent au-dessus de la calandre et sur le motif du coffre. Deux belles sorties d’échappement chromées émergent sous le pare-chocs arrière. Le mobilier intérieur, bien détaillé, est rouge sang. Il présente une belle planche de bord grise, avec compteur et cadrans devant le poste de conduite (à droite). Les leviers des vitesses et du frein à main sont chromés, et les accessoires des contreportes soulignés d’un trait de peinture alu. Le soubassement est détaillé. Le coupé XK150 en vidéo 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

JAGUAR XK150 roadster de 1957

Oxford – réf. JAGXK150002 

 4548GR XK150 cab blanc

Le conducteur du roadster a été prélevé sur une des voitures de la collection Blake et Mortimer.  
4548GS XK150 cab blanc 
 Après le coupé, c’est au tour du roadster d’être reproduit, mais dans une belle livrée blanc laiteux. Nous retrouvons avec plaisirs les lignes courbes du coupé, toujours aussi bien mises en valeur et débarrassées du pavillon. Dommage, qu’une fois encore, pour un réducteur, roadster ou cabriolet rime avec véhicule découvert.  A moins qu’une version fermée voit prochainement le jour, il serait pourtant souhaitable que ce genre de modèle puisse être vendu avec une capote fermée amovible. Norev le propose bien, alors pourquoi pas les autres ? Ceci étant, nous retrouvons le même niveau de finition que sur le coupé avec une belle calandre rapportée, encadrées par quatre optiques serties de chrome. Les roues fils sont toujours au rendez-vous et tout aussi soignées. Le pare-brise est correctement incliné et doté de deux petits essuie-glaces chromés. Les poignées de portières sont rapportées et chromées. L’arrière est toujours autant chargé de chromes que le coupé mais la surface tôlée, plus importante que sur le coupé, en aère la perception.  L’habitacle, strict deux places, donne l’illusion d’être traité en cuir bordeaux. Le rétroviseur intérieur repose sur le sommet de la planche de bord qui affiche les cadrans du tableau de bord en son centre et non derrière le volant à quatre branches. Les leviers des vitesses et du frein à main sont chromés et les accessoires des contreportes sont soulignés d’un trait de peinture alu. Le soubassement est détaillé. Le roadster XK150 en vidéo.
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

NISSAN Cedric van 30 MKI de 1960

Ebbro – réf. 345 
4535GR Nissan Cedric van 
 Lorsque je l’ai découvert en vitrine, sans boitage, j’ai pensé tout de suite aux modèles Trax que je faisais venir directement d’Australie, tant sa gravure et les coloris de sa livrée de ce break rappellent ceux desdits modèles Trax. Pourtant ce break Cedric 30 MKI est signé Ebbro. Les deux marques doivent certainement faire appel au même fabricant chinois.  Faut dire aussi que ce break a été réalisé en 2002. Et malgré les canons de l’époque, il nous restitue de belle façon les lignes assez parallélépipédiques de l’original, avec son pare-brise panoramique.  A noter la finition assez poussée avec des encadrements chromés et rapportés du pare-brise, des larges baies latérales et de la lunette arrière. Lunette disparaissant – sur la vraie – dans l’épaisseur de l’abattant inférieur, comme sur le break Simca 1500. Le capot moteur est traversé par deux petits joncs chromés au-dessus de la large calandre chromée et noircie, encadrée par quatre optiques en plastique.  Les essuie-glaces, le rétroviseur extérieur et les poignées de portières sont aussi représentés par des pièces rapportées et chromées. Le monogramme Cedric sur les ailes avant est placé trop haut par rapport au jonc chromé qui court sur celles-ci. Le dessin des jantes et des enjoliveurs des roues est réaliste. Les baies latérales sont protégées des objets transportés par deux barres horizontales placées à l’intérieur. Les blocs des feux arrière verticaux sont rapportés, en plastique, correctement colorés et sertis de chrome. Le monogramme Nissan est présent sur l’abattant inférieur tout comme le système d’ouverture dissimulé sous un cercle peint. Le mobilier intérieur est bien détaillé et proposé en coloris biton identique à celui de la carrosserie extérieure. Les cadrans du tableau de bord sont détaillés et les accessoires des contreportes mis en évidence par des touches de peintures différentes. Le soubassement est détaillé en quasi 3D. Le break Cedric van 30 en photos 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 09:29
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 358 du 18 juin 2012
 
 Modèles boutiques
 

La FACEL-VEGA Excellence (EX1) vue par Néo

 Liminaires : Ce qui m’a surpris sur cette nouvelle déclinaison de l’Excellence (EX1), et ce, dès son premier abord, ce fut sa largeur très (trop ?) généreuse. C’est vrai que mise à côté des modèles existants, proposés autant par Provence Moulages qu’Ixo, elle est effectivement plus large. Oh, pas de beaucoup, mais juste assez pour choquer l’œil. Je laisserai le soin aux adeptes du pied à coulisse de confirmer ou infirmer cette impression.  Ceci étant, nous nous trouvons en présence d’un modèle inédit puisqu’il s’agit d’un des derniers exemplaires de la EX1 dont le capot moteur est dépourvu de bossage central avec petite prise d’air. Bossage que l’on retrouve sur les modèles de Provence Moulages et Ixo. Je suppose que ce choix n’est pas innocent et qu’il permettra à Néo de nous proposer prochainement une Excellence EX2 avec son pare-brise, non plus panoramique, mais à montants classiques.
 

FACEL-VEGA Excellence (EX1) AM1959

Néo – réf. 169297
4511GR FacelVega Excellence

A l’avant, l’écusson de la marque surplombe les trois éléments de la calandre dont les grilles sont  photodécoupées, chromées et rapportées. Les quatre optiques sont de bonnes dimensions et correctement placées.  A noter qu’il n’y a aucun monogramme Facel Vega au-dessus du pare-chocs. Ce qui, au vu des nombreuses photos trouvées sur le net, semble indiquer un oubli fâcheux. A noter que l’immatriculation 57-FT-57 est à fond bleu !?! Les chromes entourant les surfaces vitrées sont photodécoupés. Espérons qu’ils ne se décolleront pas comme cela est arrivé sur certaines Néo en ma possession et sous vitrine ! Les poignées de portières le sont également. Tout comme la « virgule » sur les portières arrière et les entourages des passages de roues. Par contre les bas de caisse ne sont que peints alu. Cette présentation, tous commerces, est doté de fort belles jantes à rayons. A l’arrière, le couvercle du coffre arbore les monogrammes Excellence et Facel Vega photodécoupés et chromés. Le large bandeau chromé recouvre le panneau inférieur. Les feux rouges sont bien colorés, mais pas les feux de recul, seulement dessinés. Les sorties d’échappement sont creusées. Le mobilier intérieur est beige, tout comme le pavillon. On y découvre les deux sièges avant complété par un élément central, le tout formant une large banquette.  La planche de bord fait imitation bois, tout comme les dossiers des sièges avant. Le cercle du volant est très fin. Noter la présence du levier de frein à main, le long du tunnel de servitude. Le soubassement n’est pas détaillé.

CH43 2011 4 etoiles
 

FACEL-VEGA Excellence (EX1) AM1959

Néo – réf. 169441 (Exclusivité MCW)
GR FacelVega Excellence
4511GS FacelVega Excellence
 Cette présentation, réservée à MCW, ne diffère de l’autre que par sa présentation avec une livrée unie anthracite métallisé et par des enjoliveurs de roues intégraux. Ici, le mobilier intérieur est lie de vin. Présentation que je préfère à la première.
CH43 2011 4 etoiles
 

LEXUS GS430 de 2001

J-Collection – réf. JC020
4498GR Lexus GS430 mordoree
 Cette GS430 proposée par J-Collection est un modèle à conduite à gauche. Et pourtant… Et pourtant, il faudra que je vous en reparle un peu plus loin… Ses lignes et volumes sont correctement restitués et bénéficient d’une présentation et d’une finition de bons niveaux. D’autant que sa livrée mordorée métallisée possède un grain très fin qui permet de bien profiter de sa gravure. Les essuie-glaces, gravés à même le pare-brise, se font très discrets à la base de celui-ci. La calandre à fanons est chromée et constituée par une pièce rapportée. Il en est de même pour les six optiques de la proue, en plastique et correctement colorées. Les jantes alliage en étoile ont un dessin réaliste et laissent voir les disques de freins et leur étrier. Elles sont équipées de pneus à taille basse de large section. Les feux arrière sont en matière plastique bien colorée. Le couvercle du coffre s’orne du logo de la marque, chromé et photodécoupé. Il affiche également les monogrammes Lexus et GS430 phototamponnés. Deux sorties d’échappement apparaissent sous le bouclier arrière, bien creusées et peintes alu. Le mobilier intérieur est caramel, donnant l’illusion du cuir. Il est très détaillé, avec, notamment à l’arrière seulement, la représentation des trois ceintures de sécurité. Rien à l’avant. Les contreportes reçoivent une représentation des plaques bois du haut de portière.  La planche de bord affiche les compteurs derrière le volant à trois branches et l’écran (éteint) du GPS. Volant placé côté gauche mais sans pédalier au-dessous, ni pare-soleil, ni rétroviseur central au-dessus du pare-brise. Et puis, il y a la bizarrerie de service… Qui réside ici dans l’emplacement du levier de la boîte automatique… Qui est celui d’un modèle à conduite à droite.  Et oui, la console centrale n’a pas été modifiée… Le soubassement, bien détaillé, porte l’indication Lexus GS300… La Lexus GS430 2001 en vidéo
CH43 2011 4 etoiles
 

TALBOT SUNBEAM LOTUS (Tour de Corse 1979)

Equipage Jean-Pierre Nicolas/Jean Todt

Ixo – réf. RAC134

4499GR TSL n4
4499GS TSL n4
 Quand on aime, on ne compte pas. Parait-il. En tout cas, cette énième utilisation du moule de la TALBOT SUNBEAM LOTUS proposée par Ixo, n’en sera pas moins que la septième dans cette livrée blanche et bleue ou la neuvième si l’on y ajoute les deux autres à livrée bleue et rouge. Ce sans compter les versions civiles. Il n’y a qu’à aller les découvrir, toutes, sur le blog de mes Simca. Je ne reviens donc pas une nouvelle fois sur les détails de ce moule archi connu, mais m’attarderai sur sa présentation qui correspond à la voiture confiée à Jean-Pierre Nicolas assisté de Jean Todt, qui participa au Tour de Corse 1979. Si Nicolas remporta trois spéciales lors de l’épreuve, il dut abandonner après avoir heurté un sanglier ! Ceci pour la petite histoire. Revenons à cette TSL. Version boutique obligeant, nous y trouvons des accessoires rapportés très fins comme l’antenne radio ou les essuie-glaces. De même, pour la rampe d’éclairage additionnel dotée de six phares au vitrage nervuré. La calandre est finement grillagée. La décoration est très complète et les différents stickers correctement dimensionnés et placés, y compris le dessin des goupilles de sécurité sur le capot moteur. Les jantes des roues sont inédites et très larges. Trop pour celles arrière ? Et dotées de pneus slicks. Des bavettes et des sabots complètent les ailes arrière. Deux sorties d’échappement creusées et chromées, dépassent sous le pare-chocs arrière. Lequel est surmonté par des blocs de feux bien colorés. La lunette arrière n’a ni essuie-glace, ni grille de désembuage, à l’image de l’original. A l’intérieur, protégés par un arceau cage, nous retrouvons les deux sièges baquets avec harnais, l’extincteur, mais pas de roue de secours. Par contre nous avons droit à la représentation du petit coffrage arrière. Mais il faudra aussi regarder le tableau de bord et la console, tout deux détaillés. Sans oublier les boucles des harnais sont chromées et photodécoupées. Le soubassement est un peu détaillé. La TALBOT SUNBEAM LOTUS en vidéo
CH43 2011 4 etoiles+
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Boutiques