Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 10:12
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 396 du 11 mars 2013
 
 Modèles presse
          

Semaine du 25 février au 03 mars 2013

 

CHENARD & WALCKER 1500 Sport de 1927

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 28 
4682GR Chenard & Walker 150 
Lorsque j’ai découvert le nom de ce modèle comme retenu pour cette collection, je me suis posé la question de son intérêt pour moi ? Et maintenant que je l’ai sous les yeux, la question ne se pose plus. Et cela pour une seule et bonne raison. Sa finition, très proche d’un modèle boutique. Grâce principalement à sa grille de calandre, très finement gravée dans du plastique transparent, ornée d’un motif central et coiffée de l’écusson de la marque. Grille qui laisse deviner deux optiques supplémentaires placées derrière elle, à l’image de ce qui se fera plus tard sur les Peugeot fuseaux de type 202, 302 et 402. Donc, des lignes, volumes et coloris très simplistes mais bien reproduits. Et n’allez pas croire que les joints en reliefs soient une erreur du mouliste comme on en a connues dans le temps où ceux-ci étaient reproduits en reliefs, et non en creux. Sur l’original ceux-ci sont bel et bien en reliefs. Et il semble même que le tank ayant servi de modèle avait bel et bien des joints soulignés de chromes comme sur cette reproduction. L’absence d’essuie-glace est aussi d’époque, tout comme les phares à ampoule jaune.  Le pare-brise est plat. Les roues pleines sont réalistes. Il ne manque que la reproduction de la signalisation lumineuse arrière.  Le mobilier intérieur, tout simple, lui aussi, est framboise. Il y a une jolie planche de bord marron avec les quatre cadrans du tableau de bord placé en position centrale. Le volant est à quatre branches en croix et le levier de vitesses a une forme très tourmentée, à côté de celui du frein à main. Le soubassement est un peu détaillé. Une bien belle  réalisation. Merci Ixo. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 

Semaine du 03 au 10 mars 2013

FERRARI F430 Challenge de 2006

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Ferrari GT collection, n° 05 
4692GR F430 Challenge rouge 
A l’heure de la fermeture définitive de mon pressier favori que j’évoque tout de suite après, voici le dernier modèle presse qu’il a pu me procurer, cette F430 Challenge que je croyais déjà posséder. Faut dire que pour moi, ce modèle ressemble à beaucoup d’autres chez Ferrari, notamment les 360. Toujours est-il que le rendu des lignes, volumes et présentation de l’original est de bonne facture, avec notamment, la coque du rétroviseur extérieur gauche vraiment frappée du monogramme F430. Par contre les blocs optiques sont assez sommaires sous leurs bulles en plastique. La décoration parait complète. Le dessin des jantes alliage est fidèle et laisse deviner les disques de frein noirs placés derrière. Le vitrage côté pilote est doté de son petit « guichet ». Le bas de chaque panneau de custode reçoit une belle représentation des valves de ravitaillement en carburant. Les différentes prises d’air sont bien creusées et noircies. A l’arrière, les quatre feux cylindriques sont bien présents et rapportés en plastique rouge. La double sortie d’échappement est bien creusée et surplombe le large diffuseur d’air. La vaste lunette arrière permet de voir une bonne reproduction en 3D du moteur et de l’ensemble mécanique qui l’accompagne. Le poste de pilotage est protégé par un arceau cage alu. Le siège baquet du pilote est rouge et doté de son harnais de sécurité. Le soubassement est à fond plat. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

Et maintenant,  pour la suite jusqu’au 05 mai 2013 

 

Bien qu’annoncée depuis quelques semaines, la fermeture définitive de mon pressier favori, intervenue ce 04 mars, me coupe temporairement de ma principale source d’approvisionnement en modèles presse. Car, il n’existerait pas de solution de transfert des volumes vendus vers un autre pressier susceptible de prendre le relais. Tout devrait remonter au diffuseur ! Et comme il nous faudra attendre la mi avril pour espérer la réouverture d’une maison de la presse dans notre chef lieu de département…

 

En attendant, les pressiers consultés pour tenter de trouver les sorties presse ne sont pas en mesure de le faire, soit qu’ils ne reçoivent pas les collections qui m’intéressent, soit qu’ils reçoivent quelques exemplaires déjà retenus. Les jours à venir me diront si je peux espérer trouver un autre pressier en élargissant ma zone de recherche. Aussi, je tente de réunir de quoi alimenter les prochains numéros de CH43 avec des modèles boutiques ou en provenance de collections étrangères. Et pour commencer, voici, dès ce numéro, les deux voitures que je comptais vous présenter dans le n° 397.
 
 Modèles boutiques
 

Spécial modèles australiens

 

Trax poursuit la déclinaison de la saga des modèles Statesman qui débuta en juillet 1971 avec la HQ Series et s’acheva fin 1984 avec la WB Series.

 

Ainsi, après la HOLDEN HQ/81469 Statesman de ville by GM de 1971 (Trax – réf. TO07B) présentée dans le n° 279 de CH43 du 13 décembre 2010 et la GM (Holden) HJ/8WS69 Statesman DeVille de 1974 (Trax – réf. TO08) présentée à son tour dans le n° 332 de CH43 du 19 décembre 2011, voici la GM (Holden) HX Statesman de 1976 (Trax – réf. TO09). Restent à venir la HZ et la WB…

 

En attendant, voici les deux versions proposées par Trax 
 

HX/8WS69 Statesman de Ville  de 1976 

 Trax – réf. TO09B 

4676GR GM HX Statesmann ble 
4676GS GM HX Statesmann ble 
 

HX/8WT69 Statesman Caprice de 1976

Trax – réf. TO09

4675GR GM HX Statesmann cap 
4675GS GM HX Statesmann cap 
4676GT GM HX Statesmann ble 

ENFIN !...  Elles s’ouvraient

  

Oui, elles s’ouvraient enfin, les portières arrière de la Statesman HQ series by GM, sortie fin 2010. Et depuis, Trax décline ce modèle à qui mieux mieux. Ce qui est loin de me déplaire. Reste que la HZ series ne se différenciait de la HX series, que je vous présente aujourd’hui, que par le dessin de se’s enjoliveurs. Il faut donc s’attendre à la retrouver dans quelques mois. Par contre, la WB series a fait appel à une toute autre carrosserie, de type limousine, aux lignes plus carrées, qui ne fut proposée que pendant quatre année. En vaudra-t-elle l’investissement d’un nouveau moule ? Affaire à suivre…

 

Nous retrouvons le moule et ses divers composants ayant servis aux versions antérieures, sur une plateforme allongée au niveau de l’empattement et du porte à faux arrière, par rapport aux modèles inférieurs.  Ce qui permet de reconnaitre un modèle Statesman de la HX series est sa grille de calandre horizontale. Autre particularité de la HX series, le modèle du sommet de gamme étauit décliné en deux finitions : DeVille et Caprice, encore mieux dotée.

 

Une fois encore, et pour cause, les lignes et volumes de l’original sont fort bien respectés et proposés dans des livrées fort soignées. La finition est toujours d’un très bon niveau avec des entourages de vitrages très fins et chromés, tout comme les essuie-glaces rapportés et au dessin assez quelconque. La fine grille de calandre est estampillée Statesman du côté gauche et surmontée de l’écusson de la marque. Les quatre optiques principales sont rapportées et en plastique, alors que les veilleuses et les clignotants, rejetés aux extrémités de la proue ne sont que métallisés et peints.  Les roues sont dotées d’enjoliveurs intégraux dont la partie centrale est frappée de l’écusson de la marque et d’une couronne constituée par des monogrammes que je ne parviens pas à lire malgré le recours à une loupe. Les pneus sont de dimensions correcte et agrémenté d’un fin filet blanc Les poignées de portières sont, elles aussi, rapportées et chromées. Tout comme les larges protections du bas de caisse. Les panneaux de custode affichent le même écusson. Une différence cependant par rapport aux deux précédentes Statesman. Sur celles d’aujourd’hui il n’est plus question d’avoir une antenne radio en position rentrée sur l’aile arrière gauche. Mais juste sa suggestion par une petite pastille collée. Le couvercle du coffre arbore lui aussi le fameux écusson (phototamponné, comme partout ailleurs), mais aussi le monogramme Statesman, chromé et photodécoupé. Les feux arrière sont hélas seulement métallisés et peints. Le pavillon est de couleur mate pour donner l’illusion du revêtement faux cuir de l’original.

 

Soulevons le capot moteur pour découvrir la toujours très jolie reproduction du V8 qu’il renferme. Reproduction en 3D  coiffée de culasses vermillon et surmontée de son filtre à air noir. Remarquez la présence des fils des bougies. Un vrai petit bijou que cette reproduction de l’ensemble mécanique qui se prolonge sous la voiture jusqu’à la sortie d’échappement. Ouvrons au choix, et indifféremment, l’une des quatre portières et examinons l’habitacle. Quel plaisir de voir le bout de la portière plonger dans l’épaisseur de la carrosserie, comme sur une vraie  avant de révéler un mobilier très bien moulé et de couleur caramel, plus ou moins foncé suivant la finition! Un mobilier bien gravé mais à la présentation bien plus sobre au niveau des contreportes. Par contre c’est la façade de la planche de bord qui récupère les panneaux en faux bois. Le pédalier composé de deux pédales seulement, et la poignée horizontale du levier de vitesses révèlent une boite automatique. Ces pièces sont chromées, tout comme le grand plafonnier qui se trouve au centre du ciel de pavillon doté des pare-soleils et du rétroviseur intérieur. Le tableau de bord est très détaillé. Le coffre se révèle plus grand que sur les autres modèles, et pour cause. Le soubassement est très bien reproduit en 3D lui aussi. N’y manque qu’une direction fonctionnelle. 
CH43 2011 6 etoiles 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 09:22
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 390 du 28 janvier 2013
         

Qu’en est-il de la collection Pinder ?

J’aurais bien aimé vous présenter le camion Bernard de la collection Pinder, mais à ce jour, ma demande, bien que prise en compte, est toujours au point mort. Et je ne suis pas le seul dans cette situation. Mais silence radio du côté de l’éditeur…

 

 

Alors qu’avec la collection des Camions Dinky-Toys d’Atlas Editions…

Je suis en mesure de vous présenter le premier numéro de cette nouvelle collection diffusée uniquement par abonnement. Cette collection présente pour moi le mérite de me permettre de retrouver certains modèles que j’ai eu - et cassés - entre les mains et d’en remplacer d’autres que j’ai conservés mais à l’état d’usage fort avancé. Dommage que ce ne soit pas du 1/43.

 

 

4663GR U55 depanneuse DK 

 

 

 

Quelle rentrée ! 

Si la reprise de janvier s’est révélée très ladre en matière de nouvelles collections de voitures miniatures, il semblerait que la rentrée de septembre prochain soit plus prolifique. Elle n’aura aucun mal, me répondra-t-on, pour y parvenir. Certes, mais même s’il n’en aura pas pour tous les goûts, un bon nombre seront – plus ou moins – satisfaits.

 

Mais qui se lancera dans une collection des Belles étrangères de jadis alors qu'Ixo a déjà nombre de ces voitures à son catalogue ? 

 
 Modèles presse

Semaine du 21 au 27 janvier 2013

 

FERRARI 250GTO de 1962

Ixo/Hachette/AutoPlus – Collection Ferrari GT, n° 02 
4661GR 250GTO rouge
Et de deux ! Oui, vous avez bien lu. Ce deuxième numéro est bien une seconde 250GTO, totalement identique à celle parue en son temps (été 2005, quelques semaines avant la création de Collec’Hebdo 43 – c’est dire) sous le n° 13 de la première collection Ferrari, alors diffusée par les éditions Fabbri. Rien n’en diffère ni permet de distinguer l’une de l’autre. Elle diffère cependant de la version course parue sous le n° 15 de la collection Monstres sacrés de l’endurance à la présentation complétée notamment par, outre les numéros de course, une prise d’air allongée sur le capot moteur et de petits volets placés sur les sorties d’air des ailes arrière. Les lignes, volumes et coloris sont bien restitués et jouissent d’une présentation de bon aloi. C’est d’ailleurs ma Ferrari préférée. J’ai déjà du l’écrire lors de la présentation de cette 250GTO reproduite par Kyosho( cf. CH43 n° 320 du 26 septembre 2011). En effet, un soin particulier semble avoir été porté pour la réalisation de ce modèle qui propose même le dessin des sangles de fixation du capot moteur en plus des goupilles de sécurité.  Les phares principaux sont en plastique et protégés sous une bulle, alors que les feux additionnels, encadrant la calandre, sont métalliques. Le cheval cabré est présent au centre de ladite calandre.  Les ailes sont largement creusées au niveau des sorties d’air. Le dessin des roues à rayons est acceptable.  Le bouchon du réservoir est rapporté et chromé. Tout comme le sont les quatre sorties d’échappement, de bon diamètre et creuses. Les feux arrière, circulaires et rouges, sont constitués par des pièces en plastique rapportées. La vaste lunette arrière permet de découvrir un mobilier intérieur très détaillé (avec dessins des rivets) ans une caisse alu. Les deux sièges baquets sont noirs. Tout comme la planche de bord qui affiche une multitude de cadrans, derrière un volant à trois branches qui arbore l’écusson Ferrari en son centre. Le levier de vitesses est lui aussi chromé. Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

PEUGEOT 403 de 1957

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 78 
4662GR 403 creme
La première 403 proposée par Ixo est sortie à l’été 2005 et fut la dernière à entrer dans ma collection personnelle juste avant le break Marly de Norev qui fut le premier modèle présenté dans le n° 01 de Collec’Hebdo 43. C’était déjà le n° 39 de la collection des Voitures françaises de collection. Nous la retrouvons par la suite aux couleurs de la célèbre Cocotte minute Seb (n° 52 de la collection des Camionnettes d’antan) et de la Gendarmerie nationale, dotée du redoutable Trafipax, le précurseur des radars d’aujourd’hui (n° 19, de la collection de la Route bleue). Même si au premier abord cette nouvelle déclinaison de la 403 parait utiliser le même moule que celui utilisé dès 2005, il faut reconnaitre que celui-ci a subi quelques modifications. En effet, les quatre modèles ne sont pas identiques. Ainsi, les deux premières ont été réalisées à partir du moule initial et sont dépourvues de clignotants à l’avant et de flèches de direction sur les panneaux de custode. Mais aussi, l’ouverture du coffre s’arrête à mi hauteur de la plaque d’immatriculation ! Une aberration qui a été corrigée pour les deux autres. Autres qui reçoivent en plus le petit feu de position placé au bas desdits panneaux de custode, et des clignotants à l’avant. Pour autant, et malgré ces améliorations, le rendu des lignes et volumes de cette 403 reste encore approximatif et n’égale pas celui proposé par Norev. A l’inverse des optiques principales un poil trop grandes, les clignotants sont trop petits. Ceci est du à une gravure imprécise, notamment dans le dessin du pli de tôle qui court sous la ligne de caisse. Pli non souligné par le fin jonc chromé de la vraie, qui manque toujours cruellement sur cette réduction. Le dessin des roues est correct. Les feux arrière sont… orange !!! Rappelons que sur ce modèle il y a une unique ampoule qui assure les trois fonctions : feu, stop et clignotant. Elle est placée dans la partie haute – qui doit être rouge ! La partie inférieure étant le catadioptre, rouge également. Rouge, est aussi le mobilier intérieur bien dessiné.  Le soubassement est détaillé. 
CH43 2011 2 etoiles 
 
 Modèles boutiques

CATERHAM Super Seven de 2003

Kyosho – réf. 03155R 
4645GR Caterham Super Seven 
J’ai craqué pour ce petit bijou, à moins de 40 €, de Super Seven, alu et rouge dont la finition fait tout. Bon, je n’ai plus à présenter les lignes et volumes de la Seven, présentée il y a peu sous les couleurs de la voiture du « Prisonnier ». Ici, ils sont agrémentés par une très fine grille de calandre photodécoupée, des bras de suspension assez fins, de très jolies jantes chromées et une ligne d’échappement latérale chromée et protégée par une plaque, elle aussi, photodécoupée. Les ailes arrière sont protégées par des sabots chromés (eux aussi, tout comme l’encadrement du pare-brise ou les coques des phares). Mais revenons à l’avant. Pour une fois je ne critiquerai pas le fait d’avoir reproduit les clignotants avant par des pièces métallisées et peintes. Au contraire, je trouve que sur ce modèle, vu leur emplacement reculé et coincé entre roue et capot moteur, cela les met en évidence. A l’arrière, les feux, rapportés et en plastique correctement coloré, occupent toute la largeur des petites ailes. La roue de secours est extérieure et placée sur une petite structure qui supporte aussi la plaque d’immatriculation. Le caisson, faisant fonction de coffre à bagages au-dessus du réservoir, à bouchon chromé est couvert et surmonté d’un arceau de sécurité. Le très petit espace habitable est occupé par les deux sièges baquets. Lesquels sont dotés de « vrais » harnais rapportés et dotés de leur système de verrouillage chromé. Dommage que le volant, placé très près de l’assise des baquets interdise la mise en place d’un pilote. Le soubassement est détaillé et permet de découvrir une mécanique reproduite en quasi 3 D depuis le bloc moteur au train arrière. Tout petit bémol, que les axes des roues soient en trop. 
CH43 2011 5 etoiles 
 

BITTER CD (1974-1977)

Minichamps – réf. 400 044220 
4646GR Bitter CD grise 
Après le coupé SC, présenté ici dans le n° 365 du 06 août 2012 de CH43, provenant de la collection Opel, voici aujourd’hui le coupé CD, trouvé pour moins de 50 €.  Les lignes et volumes sont bien restitués et jouissent d’une bonne présentation. Toutefois ses essuie-glaces, rapportés en plastique noir, sont placés trop haut sur le pare-brise. Ils auraient du reposer sur la plage, à sa base.  La calandre est simplement noire et reçoit clignotants et feux additionnels. Les roues me paraissent un poil trop petites. Et elles auraient du avoir une jante de diamètre plus grand et dotée d’un pneu plus fin. Les feux arrière sont correctement dessinés et colorés. Tout comme les feux de brouillard surplombant les quatre sorties d’échappement. La vaste lunette arrière est équipée d’une grille de désembuage au dessin hyperfin. A noter que tous les vitrages sont teintés. Le mobilier est vert olive, ce qui est peu courant et très germanique. Il est bien dessiné et propose un large tableau de bord rectangulaire, imitation bois qui se prolonge sur la console centrale. Les cadrans sont présents, ainsi que le pédalier et les leviers de la boite automatique et de frein à main. Le soubassement est détaillé en quasi 3D et les axes de roues adroitement dissimulés. 
CH43 2011 4 etoiles+ 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 14:24
2013-CH43 8eAnnee
 
 n° 375 du 15 Octobre 2012
     
 Modèles presse
 

? Bientôt une nouvelle collection de véhicules de Sapeurs pompiers ?

 

Sur FA, M. Ixo a lâché une info. Répondant à une question il a indiqué qu’il y aura bien, assez prochainement le lancement d’une nouvelle collection. Comme le choix se limitait aux autocars/autobus et véhicules de sapeurs-pompiers, je pense qu’a priori ce seront ces derniers que nous devrions nous voir proposer à nouveau fin décembre/début janvier car plus consensuels que les autres. 
 

CITROËN 2cv AKS400 « Cochonou »

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 26 
4598GR 2cv AKS400-PU Cochon 
La figurine a été ajoutée pour agrémenter la photo. 
Avec un peu de retard voici une 2cv qui précédait le passage des coureurs du Tour de France. Ce pick-up, réalisé sur la base de la fourgonnette AKS400 n’est un inconnu pour les amateurs de cette collection. Ici il présente une partie arrière couverte par un dais. Ces flancs sont surmontés de petites vitrines, malheureusement vides de toute salaison. L’arrière reçoit un panneau publicitaire surmonté d’une pièce plastique censée représenter une grille supportant râtelier à couteaux. L’ensemble est plaisant mais manque de vie faute de personnage à l’arrière. 
 CH43 2011 4 etoiles
 

CITROËN U23 long capot de 1958

Ixo/Hachette – Test collection Véhicules du garage moderne, n° t01 
4600GR U23 depanneuse 
4600GS U23 depanneuse 
La dépanneuse à capot court a été réalisée par M. Michel PAQUET sur une base Ixo. 

L’unique modèle de ce test est enfin devant moi, et quel modèle ! Très soigné et bien détaillé, il surprendra le non initié par sa taille réduite par rapport au porte-voitures ou à la bétaillère proposés dans la collection des camions d’autrefois. En effet, ces deux derniers ne sont pas des U23 mais des U55 plus puissants et dotés d’une carrosserie plus grande aux formes identiques. Merci le pantographe (1). Nous retrouvons donc très facilement les lignes et volumes de l’original et disposons maintenant des deux variantes de ce fameux U23 qui existait aussi en version capot court, avec portières suicides. Mais je ferai cependant deux remarques. La première est relative au traitement de la face avant qui me parait trop rectangulaire dans sa partie comprise entre les ailes. Un peu de rondeur. Et puis il y a le traitement de la partie sous la calandre qui me parait trop épaisse. Mais là, c’est vrai, il faut tenir compte de l’ancrage du pare-chocs qui serait à revoir en cas de retouche ! Calandre à laquelle il manque les deux petites barres verticales à son sommet et qui délimitaient le passage pour déverrouiller le capot. Calandre, plus carrée que rectangulaire, comme la vraie. (2) La seconde concerne les passages des roues avant, qui, pour une fois, me paraissent pas assez grands. Leur agrandissement permettrait de réduire l’épaisseur des ailes au sommet des roues.

 

Ce camion bénéficie d’une très belle gravure et dispose de deux essuie-glaces très simples placés à la base du pare-brise en deux parties et de grands rétroviseurs placés sur les ailes avant. Dommage que les phares n’aient pas l’ampoule jaune de l’époque. Le dessin des jantes crème est fidèle et réaliste. La décoration est sobre avec ses beaux chevrons sur les portières. Le pavillon supporte deux feux clignotants orange et est surmonté du panneau annonçant un remorquage et fixé au bout d’un mat. Panneau qui devrait être à fond bleu foncé, et non noir. A l’arrière, de larges bavettes protègent les véhicules remorqués de toute projection mais le haut de l’immatriculation est cachée par le retour du plateau qui descend trop bas. Plateau qui est dépourvu de tout abattant arrière et supporte une potence avec treuil. Treuil que je verrai bien fonctionnel sur le modèle définitif, quitte à ce que nous soyons obligés de faire la liaison entre la manivelle et le crochet de remorquage. Il y a aussi la roue de secours et une caisse à outils. Ici, point de vitre baissée côté conducteur. Ce qui n’empêche pas de voir le mobilier intérieur qui se limite à une large banquette  qui court sur toute la largeur de la cabine. La planche de bord est bien détaillée et les contreportes ont leurs accessoires peints alu. Le châssis est lui aussi bien détaillé. Mais la sortie d’échappement n’est pas creusée. Du bien bel ouvrage. 
CH43 2011 4 etoiles+ 

_(1) outil composé de croisillons utilisé naguère pour reproduire une pièce ou un dessin à une taille plus ou moins grande que l’original

_(2) ce dernier détail signalé ce vendredui 12/10/12 par M. Ixo lui même qui précise également que si la série est lancée au niveau national, sera corrigé.

 

A propos des modèles susceptibles de composer cette collection annexe à celle de la construction du Garage moderne.

 

 

Vu le prix demandé au numéro, qui, je le rappelle, est actuellement de 15.99 €, je pense que nous pourrions demander à disposer de modèles inédits et non de camionnettes ou fourgonnettes simplement redécorées. 
 
 Modèles boutiques

ASTON-MARTIN DB7 GT de 2003

Vitesse – réf. 20677 
4593GT DB7 GT noire 

Cette nouvelle version de la DB7, la GT est signée Vitesse. Elle nous restitue de belle manière les lignes et volumes de l’original dans une livrée noir métallisé d’assez bel effet. Elle jouit d’une bonne finition avec une grille de calandre photodécoupée très fine et siglée sur sa gauche du monogramme GT. Les sorties d’air sur le capot sont dotées de grilles, elles aussi photodécoupées. Les sorties d’air latérales et les poignées de portières sont chromées. Le dessin des jantes en étoile, très « charrettes » d’aspect, sont équipées de pneus taille basse, très réalistes. Dommage que les disques de freins soient vraiment minuscules par rapport à la réalité. Les feux arrière sont rapportés, en plastique correctement colorés. Ils encadrent un large jonc chromé qui surplombe l’immatriculation et est coiffé par du petit écusson ailé de la marque, photodécoupé. Deux belles sorties d’échappement chromées émargent sous le bouclier. La lunette arrière laisse voir le troisième feu stop placé à sa base. Le mobilier intérieur orange donne l’impression d’un mobilier recouvert de cuir fauve. Il est bien détaillé et propose, sur ce modèle, un poste de conduite à droite. Le soubassement est détaillé. La DB7 GT en vidéo.

CH43 2011 4 etoiles+ 
 

BUGGYRA MK R-08 Truck Grand Prix 2008

Pilote Markus Bösiger (CH)

ABREX – réf. 143T001TA 
4574GR Buggyra truck 
Qu’il est lourd ce camion ! Et pourtant il n’est vraiment pas cher… moins de 20 €. Et l’on retrouve très bien les lignes, volumes et livrée de l’original. De plus sa gravure est assez fine et sa finition soignée. D’autant que nombre d’accessoires placés dans et de part et autre du châssis sont reproduits en 3D. Lequel châssis supporte également les barres de renfort anti encastrement arrière et latérales. Et puis, le poste de pilotage (peu visible en raison des vitrages latéraux !!!) est très complet avec l’imposante console placée à la droite du pilote, en plus du tableau de bord qui lui fait face. Un beau modèle pour les amateurs de ce type de camions. 
CH43 2011 4 etoiles 
 

CHEVY Tahoe aux couleurs des State trooper of Tennesee

Firs Response – réf. ??? 
4585GR Chevy Tahoe Sheriff 
Cette nouvelle marque américaine se propose de reproduire à la demande les véhicules de police des différentes forces de police US. C’est ainsi qu’il est possible de ce procurer ce Tahoe aux couleurs des State trooper of Tennesee dont les lignes et volumes sont correctement rendus. Par contre je ne me prononcerai pas sur la parfaite exactitude de son équipement (intérieur et extérieur). Celui-ci arbore deux projecteurs orientables rabattus vers le pare-brise et situés aux dessus des rétroviseurs extérieurs. Puis d’un pare-buffles qui se révèle assez incomplet par rapport à ce que l’on peut voir sur les photos de références où celui-ci se prolonge vers le sommet de la calandre et assure aussi la protection des optiques derrière des grillages.  Le dessin des jantes est correct.  La lunette arrière estr dotée d’un essuie-glace. Le pavillon supporte, outre la large rampe lumineuse, trois antennes radios dont une très courte et un boitier GPS. Les vitres latérales arrière et la lunette sont opacifiées. Le mobilier intérieur est lui aussi bien détaillé avec ses cinq places. Il est gris clair et comprend un PC portable ouvert, tourné vers le conducteur et placé sur la console centrale. Le soubassement est détaillé. Ce Tahoe en photos 
CH43 2011 4 etoiles 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 14:11
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 365 du 06 août 2012
    
 Modèles presse

France

 

FIAT Ritmo de 1979

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 65
4554GR Ritmo jaune 
Encore cette peinture jaune trop épaisse ! Alors que la Ritmo des Voitures d’antan, n° 81, avait une belle livrée bleu métallisé qui permettait d’apprécier sa gravure. Ici, on distingue seulement celle-ci ! Où comment se tirer une balle dans le pied. Pourtant nous sommes bien en présence du même moule qui a aussi servi à faire la Seat Ritmo de la collection espagnole Queridos coches años 80, n° 08 (bleue métallisée elle aussi). Toujours immatriculée dans l’Hérault (34) cette Ritmo restitue de bonne façon les lignes et volumes de la vraie, grâce, notamment à ses boucliers avant et arrière bien détaillés. Ils reçoivent des optiques teintées de jaune et serties de chromes ainsi que des ensembles veilleuses-clignotants correctement colorés. A l’arrière, les feux sont toujours en plastique et, eux aussi, correctement colorés (à l’exception des clignotants, restés rouges). Les monogrammes figurent en bonnes places. La sortie d’échappement n’est pas creusée. Le dessin des jantes est correct. La lunette arrière a conservé son essuie-glace mais a perdu la grille de désembuage. A l’intérieur, le mobilier, entièrement noir, est bien détaillé. A l’inverse d’un soubassement très quelconque. 
CH43 2011 3 etoiles
 

CITROËN 2cv « Jules » à canon

Eligor/Hachette/AutoPlus – collection 2cv Citroën, n° 17 
4553GR 2cv AZU Jules 
De l’insolite, et pour moi de l’inédit, que cette 2cv fourgonnette transformée en véhicule de combat. Je ne reviendrai pas sur le traitement du véhicule de base mais parlerai de son aménagement du style concours Lépine. D’abord son pare-brises, ou plutôt de l’armature qui en fait fonction et dont les crochets débordent latéralement. Le poste de conduite se résume à un tout petit siège placé derrière le volant. A noter, au sol un pédalier à quatre pédales !!! Derrière ce siège se trouve une mitrailleuse dont le servant pouvait s’asseoir sur une… selle de vélo reposant sur une traverse située au niveau des portillons arrière. Le soubassement est classique. 

CH43 2011 4 etoiles

 

Allemagne

 

BITTER SC de 1981/1989

Ixo/Eaglemoss - collection Opel, n° ?? 
4549GR Bitter SC gris 
 De l’original avec ce coupé Bitter SC dont les lignes et volumes sont très correctement reproduits, sous une livrée gris métallisé assez impersonnelle.  Le résultat est pourtant plaisant à l’œil car il jouit d’une gravure assez fine et d’une finition honnête avec ses essuie-glaces noirs, rapportés et une grille de calandre chromée, encadrée par quatre optiques rectangulaires. Les rétroviseurs latéraux ramassés contribuent à cette perception. Par contre, le dessin des jantes en étoile est assez quelconque et peu représentatif des différentes montes visibles sur le net. Ce, d’autant qu’il laisse voir l’absence de tout disque de frein derrière celles-ci.  Les feux arrière sont correctement colorés et il y a même le monogramme bitter, phototamponné sous ceux de droite. Le mobilier intérieur est bien dessine et entièrement noir, à l’exception toutefois des nombreux cadrans du large tableau de bord rectangulaire. Le soubassement est un peu détaillé. Le coupé Bitter SC en photos et en vidéo
CH43 2011 4 etoiles 
 

Bonus

deux modèles du test Ferrari GT collection

 

 Ce test a eu lieu en avril/mai 2012 avec le concours du magazine AutoPlus. Mais avant de vous présenter ces deux modèles je voudrais revenir sur ce que j’appellerais « l’alibi rédactionnel ». Savoir ce qui remplace le fascicule que nous connaissons tous depuis plus de deux lustres maintenant. Fascicule que je pourrais comparer à un maillot de bain une pièce, pour vacancière à la plage. Pour cette collection, foin d’un tel maillot… juste un string ficelle, de quoi parer un minimum de nudité. Représenté ici par un simple feuillet technique se présentant sous la forme d’un dépliant de type triptyque recto verso et accompagné d’un poster. Faudra que la fille soit belle pour être ainsi vêtue. Est-ce pour maintenir le prix à 12.99 € ? Toujours est-il que la partie rédactionnelle est quelque peu réduite à la portion congrue. Personnellement, cela ne me gênera pas trop vu que le gros des modèles proposés sera composé de reprises de modèles déjà vus dans les collections dédiées à Ferrari. 

 

FERRARI 365 GTB4 Daytona de 1968

Ixo/Hachette – test Ferrari GT collection, n° t04 
4556GR 365 Daytona jaune 
 Si sa livrée avait été un peu plus claire nous pourrions la confondre avec la Daytona de la collection Ferrari, n° 15. En effet, cette nouvelle version de la 365 GTB4 Daytona est la copie de la première, toujours affublée de cette peinture jaune trop épaisse qui nuit à la perception de sa gravure. Pour le reste nous retrouvons malgré tout les lignes et volumes de cette voiture mythique. Dommage également, que les clignotants avant soient eux aussi affublés d’un orange trop agressif pour être réaliste.  Le dessin des jantes en étoile est quelconque.  Ce qui sauve un peu le modèle c’est le traitement de ses feux arrière. Mais très difficile à voir dans nombre de vitrines où seul l’avant est visible. Mettre une glace derrière ? Toujours est-il que lesdits feux arrière sont toujours rapportés, en plastique et correctement colorés, et sertis de chrome. Ils surmontent les demi-pare-chocs qui, eux même, coiffent les quatre sorties d’échappement creusées et chromées. Si le mobilier intérieur est entièrement noir, un bel effort a été conservé pour nous proposer une belle représentation du large tableau de bord – avec ses nombreux cadrans _ et le haut de la console centrale. Le pommeau du levier de vitesse et le manchon du frein à main ont reçu une touche de peinture pour les mettre en évidence. Le soubassement est détaillé.
CH43 2011 4 etoiles 
 

FERRARI 599 GTB Fiorano de 2006

Ixo/Hachette – test Ferrari GT collection, n° t03 
4555GR 599 Fiorano noire 

 Cette berlinette 599 GTB Fiorano  a été proposée en son temps par Fabbri à nos amis italiens et est d’origine Ixo. D’entrée je déplorerais sa livrée noire qui ne met pas du tout en valeur le rendu de ses lignes et volumes qui, pourtant, est fort honorable. Puis je voudrais attirer l’attention sur l’astuce d’assemblage du modèle pour toute la partie au-dessus de la ligne de caisse, qui laisse à désirer, créant une rupture de ligne qui n’existe pas sur l’original au niveau de la petite vitre de custode. Je m’explique : Le pare-brise, ses montants latéraux, le pavillon proprement dit, la lunette arrière et les vitres de custode forment un ensemble rigide et homogène. Par contre, les panneaux de custode sont des pièces rapportées qui, bien que reproduisant les arches de passage d’air de la vraie, joignent très mal au reste de la carrosserie en leur extrémité supérieure, créant ainsi un joint très visible alors que la vraie celui-ci est des plus discrets. Les jantes en étoile livrent à la vue des disques de frein dépourvus d’étriers ! Les optiques avant et les feux arrière sont représentés par des pièces rapportées en plastique, correctement colorées. Les quatre sorties d’échappement sont rapportées, chromées et bien creusées. Les monogrammes et écussons Ferrari, phototamponnés, sont bien placés et répartis sur l’ensemble de la carrosserie. A l’intérieur, nous trouvons un mobilier composé de deux sièges baquets à haut dossier, noirs, entourés d’un habillage caramel doté d’une bonne gravure. La planche de bord ainsi que la console centrale et le volant avec ses palettes, sont bien reproduits. Le soubassement est à fond plat. La 599 GTB Fiorano en vidéo

 

 

A noter que les larges pneus, bien sculptés, étaient collés au socle et ont laissé de profondes empreintes sur celui-ci. Résultat d’une réaction chimique entre leurs composants. A surveiller de près !

CH43 2011 4 etoiles+ 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 21:52
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 363 du 23 juillet 2012
 
 Modèles presse
 

MONICA 560 V8 de 1973

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 13
4545GR Monica 560 mordoree
 Voici enfin, la Monica tant attendue par nombre d’entre nous. Elle nous restitue de belle manière les lignes et volumes élancés de la vraie, mais dans une livrée cuivrée à laquelle j’aurais préféré une livrée bleu nuit très foncé. Mais bon, on fera avec. L’avant est présenté « de jour » avec les optiques principales rentrées. Seuls, les antibrouillards sont rapportés, sous le pare-chocs, les clignotants n’étant que gravés et peints.  Les roues sont équipées de jantes alliage bien dessinées avec le moyeu central peint en rouge. Les feux arrière sont rapportés, en plastique coloré. Le couvercle du coffre arbore le monogramme Monica phototamponné. Les deux demi pare-chocs surplombent les sorties d’échappement bien creusées. Si le mobilier intérieur est noir, il repose sur un plancher caramel. Le tableau de bord affiche ses nombreux cadrans derrière un joli volant sport à jante en bois et aux trois branches métalliques. Le soubassement n’est pas détaillé. Il met seulement en évidence les sorties d’échappement ! La Monica 560 en vidéo
CH43 2011 4 etoiles
 

SIMCA Cargo 4x4 de 1959

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 65
4546GR Cargo CroixRouge
 Attention, le n° 64 n’est pas encore paru que l’on nous propose le n° 65, c'est-à-dire cette version civile du Cargo que l’on a déjà connu, sous la forme d’un camion 4x4 à plateau bâché au service des Sapeurs Pompiers (cadeau aux abonnés de la collection Simca) puis de l’Office National des Forêts (n° 92   de la collection des Camionnettes d’antan). Aujourd’hui il est équipé d’une caisse aux couleurs de la Croix-rouge française. Ce qui surprend dès le premier abord, c’est l’absence de tout rétroviseur extérieur. Ce devrait être considéré comme un oubli de la part du réducteur car il existe des photos de ce véhicules avec, mais aussi sans ces fameux rétroviseurs. A noter que les essuie-glaces sont gravés dans les éléments du pare-brise. Nous retrouvons la grille de protection de l’avant du camion. A l’arrière l’immatriculation déborde sur la charnière inférieure gauche ! A l’intérieur de la cabine ouverte, une large banquette à trois places fait face à une planche de bord toute simple. Du plancher montent colonne de direction et levier de vitesse, mais à la place l’une de l’autre. Inversion que l’on retrouve d’ailleurs sur les deux premières versions de ce camion.  Il y manque toujours l’imposant coffrage du moteur, qui existe pourtant sur les versions cabine fermée du Cargo (Bailly et Air Liquide) où les commandes sont correctement placées. Le châssis est bien celui d’un 4x4. Le Cargo 4x4 en vidéo
CH43 2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

CITROËN 2cv  AZU des Postes luxembourgeoises

Eligor – réf. 101394 
4552GR 2cv AZU postes Lux 
 Une fois n’est pas coutume, voici une fourgonnette 2cv issue du catalogue Eligor. Nous retrouvons le moule de la fourgonnette AZU agrémenté ici par de larges baies horizontales placées après les portières latérales. De plus, des antibrouillards sont placés au-dessus du pare-chocs avant.  Outre sa livrée vert soutenu, cette 2cv est accompagnée d’une figurine représentant un facteur luxembourgeois en tenue. A signaler que les clignotants latéraux et les feux arrière ne sont représentés que par des touches de peinture. Le mobilier intérieur, entièrement noir, et le soubassement, sont standards.
CH43 2011 4 etoiles
 
BONUS 

Deux nouvelles voitures de la collection Blake et Mortimer

 

RENAULT Frégate

Eligor/Hachette – collection Voitures de Blake et Mortimer,n° 36 
BM36GR Renault Fregate 
Nous avons affaire à un moule Eligor (Réf. 100957 ) qui fut aussi utilisé dernièrement par Solido (réf.14311700) 
 

GAZ 69 de 1954

Eligor/Hachette – collection Voitures de Blake et Mortimer,n° 39 
BM39GR Gaz 69 
Une nouvelle fois, il faut se tourner vers la production commerciale de la gamme Ist models (n° Ist 012B) 
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 10:20
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 361 du 09 juillet 2012
 
 La semaine dernière, j’ai discuté avec deux revendeurs de miniatures. Tout deux m’ont tenu à peu près les mêmes propos. L’envolée des prix de nos chères miniatures atteint un niveau tel qu’ils commencent à prendre peur, question survie de leur commerce. Il y en a même un, pourtant fort bien implanté, et depuis très longtemps, qui m’a dit que « Lorsque les fabricants et les importateurs se rendront compte que cette situation les conduit à leur propre perte, il sera déjà trop tard, pour nous mais aussi pour eux. » Aussi, et même si ce libelle n’a aucune chance de faire évoluer les choses, il aura au moins le mérite de pouvoir être lu par quelques décideurs qui je sais lisent CH43. La spirale infernale est enclenchée car nombre de collectionneurs n’ont pas un budget miniatures élastique. Et si les prix continuent à monter, leurs achats vont encore diminuer (en volume), d’où la tentation d’un nouveau relèvement des prix, etc. Et que penser de ce nouvel engouement des fabricants pour les modèles en résine, encore plus chers ? Que cela ne vous empêche cependant pas de passer de bonnes vacances, dans l’attente de ce qui se prépare pour la rentrée de septembre. Je sais que ceux qui ont de la place pour étaler un diorama pourraient en profiter.
 
 Modèles presse

Petit rappel (valable pour les deux modèles Ford présentés ci-dessous) : dans le n° 349 de CH43 daté du 12 avril dernier, je vous ai présenté les quatre premiers modèles de la gamme métal de PremiumX, au nombre desquels se trouvaient les Ford Bronco II et Evoline minibus que je vous présente aujourd’hui, tels que provenant de la collection presse dédiée aux véhicules visibles dans les films de James Bond, le célèbre agent 007.

 

FORD Bronco II de 1990

Ixo/Fabbri - collection James Bond 007, n° 106 (Quantum of Solace) 

4527GR Bronco-II rouge
 Il y aurait comme un air de famille avec le Bronco II, évoqué plus avant, qu’il ne s’agirait pas d’une simple coïncidence. En effet, les deux versions sont bien issues du même moule. Je ne reviendrai donc pas sur celui-ci. Par contre je vais tenter de mettre en avant les principales différences entre les deux. Et tout d’abord, sur la livrée où aujourd’hui nous nous trouvons en présence d’un modèle « poussiéreux ». Les essuie-glaces sont peut être moins fins que sur l’autre mais ils sont bien dessinés. Il n’y a pas d’immatriculation à l’avant, ni de rétroviseurs latéraux. Les jantes sont mattes. Il n’y a pas, non plus, de cartouches indiquant le modèle sur les ailes avant. Par contre les gouttières sont soulignées de noir. Il n’y a pas d’ovale Ford sur la portière arrière ni de troisième feu stop au-dessus de la lunette arrière. Laquelle est dépourvue de grille de désembuage. S’il y a bien, à l’intérieur, les quatre sièges, ceux-ci sont entièrement noirs.  Mais le large tableau de bord rectangulaire est représenté imitation bois. Le soubassement est tout aussi détaillé en 3D mais la ligne d’échappement est restée noire.
CH43 2011 4 etoiles
 

FORD Evoline minibus 1972/1974

Ixo/Fabbri - collection James Bond 007, n° 107 (Les diamants sont éternels)
4530GR Ecoline vert
4530GS Ecoline vert
4530GT Ecoline vert
 Comme pour le Bronco II, l’Evoline de la collection des voitures visibles dans les films de James Bond a précédé celui proposé dans la gamme PremiumX. Ce premier jet n’a pas du tout à rougir devant son cadet car je le trouve personnellement plus plaisant à l’œil car il bénéficie d’une gravure au perçu plus fin, certainement en raison de la qualité de sa livrée bleu/vert métallisé au grain très fin. Je ne reviendrai pas sur les interprétations du moule, décrites dans le n° 349 mais signalerai  des essuie-glaces chromés bien dessinés, une belle grille de calandre horizontale avec phares et clignotants, rapportés et en plastique correctement coloré. Les feux de gabarit latéraux sont cependant seulement gravés et peints. Les roues sont dotées de jolis enjoliveurs réalistes et de pneumatiques à flanc blanc. A l’extrême arrière, les flancs arborent un monogramme sérigraphié « club Wagon ». Les portières arrière affichent le monogramme Ford à hauteur des feux, rapportés, en plastique correctement coloré.  Comme sur l’autre version le mobilier intérieur se limite à deux rangées de sièges, ici, tabac foncé. Un effort a été fait pour bien reproduire l’habillage des contreportes et des portières arrière. Le soubassement est peu détaillé.
CH43 2011 4 etoiles
 
 Modèles boutiques

CITROËN Xsara WRC (rallye de Chypres 2009)

Equipage Petter Solberg/P. Mills – 3ème au CG

Vitesse – réf. 43241
4536GR Xsara WRC grise
 Pourquoi une énième Xsra WRC dans ma collection alors que le rallye n’est pas ma cible principale ? Tout bonnement parce-que celle-ci bénéficie du capot moteur ouvrant et qu’elle propose une livrée originale qui change des livrées officielles de l’écurie Citroën. Aussi retrouvons nous les lignes, volumes et livrée de la voiture avec laquelle le finlandais Petter Solberg termina à la troisième place du classement général au terme du rallye de Chypres 2009.  Outre une belle restitution des différents stickers des sponsors affichés correctement par tampographie, celui de Lunde Marine group, présent devant les roues arrière, est photodécoupé. Le pavillon est équipé de la prise d’air habituelle, de la balise GPS et de trois antennes radio.  Le mobilier intérieur est classique avec les deux sièges baquets avec harnais, l’arceau-cage et la roue de secours. Sans oublier la représentation détaillée des différents leviers de commande de pilotage. Le soubassement est à fond plat. Mais ce qui fait le plus de ce modèle est son capot moteur relevable qui permet de découvrir le dessus du moteur et de ses accessoires. Mais aussi que les deux sorties d’air dudit capot sont équipées de très fines grilles…
CH43 2011 4 etoiles+
 
 

DODGE Viper SRT10 convertible de 2006

Norev – réf. 950025
 4524GR Dodge Viper cab roug
4524GS Dodge Viper cab roug
 Dans le n° 11 de l’alors Collec’Hebdo 43, daté du 21 octobre 2005, je vous ai présenté la vision d’Ixo du cabriolet Dodge Viper SRT10, n° 23 de la collection des Voitures de rêve. Voici aujourd’hui celle de Norev, en version boutiques. S’il n’y a pas photos – comme on dit de nos jours – entre les deux versions, Norev l’emportant sur Ixo pour le rendu de la carrosserie, c’est Ixo qui l’emporte pour la restitution de l’habitacle. Pourtant tout commençait bien pour cette nouvelle déclinaison de cette Viper SRT10 décapotable, tant le rendu de ses lignes et volumes était appuyé par une très belle –et nette- gravure, que j’aimerais retrouver plus souvent. Avec de belles jantes chromées laissant voir les disques de freins aux étriers rouge siglés Viper et dotées de pneus très sculptés. Les optiques et les feux arrière sont rapportés, en plastique, et correctement colorés. Mais si le mobilier intérieur est correctement détaillé, c’est le traitement de la planche de bord et de la console qui est simpliste. Je lui préfère celui de l’Ixo où les principaux cadrans sont détaillés et non réduits à de simples touches argentées. Le soubassement est détaillé. Et la voiture est accompagnée d’une capote permettant de la présentée fermée. La Viper SRT10 convertible en photos
CH43 2011 4 etoiles
 

FORD Gran Torino coupé de 1976

Minichamps – réf. 400 085200
4537GR Gran-Torino coupe bo 
 Qu’il est très difficile de trouver des photos d’un coupé Gran Torino de 1976 sans se voir proposer celle de la réplique de la voiture utilisée par Starsky et Hutch. Alors nous ferons avec pour le moment, à défaut d’autres sources de comparaison.  Toujours est-il que malgré le prix assez élevé de ce modèle, celui-ci est loin de d’être exempt de toute critique. En effet, si ses lignes et volumes sont bien restitués sous une forme assez imposante pour représenter une américaine, il y a certains détails qui appellent remarques.  Pour commencer les étranges essuie-glaces émergeant sous le pare-brise. Puis les retours du pare-chocs avant qui ne vont pas assez en arrière. Ils devraient recouvrir le joint de tôle de l’extrémité des ailes avant. Il y a aussi la découpe des passages de roues trop grande, notamment à l’avant. Ce qui fait « nager » les petites roues à l’intérieur. Et j’ajouterai pour faire bon poids la curieuse façon dont les pièces chromées entourant les petites fenêtres de custode se rejoignent à l’arrière. Cela fait beaucoup à mon goût, surtout que la longue antenne radio, sur l’aile avant droite ne doit pas être loin de faire 4 cm de diamètre à l’échelle 1/1. Pourtant le reste ne démérite pas avec l’étrange calandre chromée qui incorpore les clignotants avant, verticaux, et rejetés sur ses côtés. Et le large bandeau rouge, à l’arrière, tout en plastique et serti de chrome. Les monogrammes Gran Torino figurent sur les ailes avant alors qu’à l’arrière n’y figure que celui de Torino. Les petites roues sont bien dessinées. A l’intérieur, le mobilier, bénéficiant d’une belle gravure, est entièrement noir, à l’exception toutefois d’une planche de bord façon placage de bois à nombreux cadrans. Ce qui rachète un peu l’ensemble, c’est la reproduction 3D du soubassement. Mais seulement pour les collectionneurs qui séparent la voiture de son socle. La réplique de celle des fameux Starsky et  Hutch
CH43 2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 11:15
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 356 du 04 juin 2012
 
 Modèles presse
 

 Le topic dédié à la collection des Camions d’autrefois s’est fait l’écho d’un test pour une nouvelle collection de poids lourds au 1/43ème, consacrée aux véhicules du cirque Pinder, proposée par Eaglemoss. 

cirque-pinder-numeriser-img
 Vu le prix demandé au numéro, qui se rapproche beaucoup du prix boutique que nous connaissions jusqu’à peu pour des voitures – non pour des camions, j’en conviens très volontiers – et qui sera de 25 euros au numéro, il faudra, non seulement que les modèles soient réellement au 1/43ème, mais aussi et surtout, qu’ils soient irréprochables question présentation. Pas de tâches, pas d’éléments manquants ou cassés, pas d’éclats de peinture, etc. Pour ma part, vu principalement le manque de place chronique que je rencontre, et d’autre part le manque d’intérêt pour ce thème, je ne serai pas au rendez-vous de cette collection.
 

Semaine du 21 au 27 mai 2012

  

CITROËN LNA de 1981

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 61

4516GR LNA rouge 
Et de cinq ! Vous avez bien lu. Cette nouvelle LNA est bel et bien la cinquième (d’origine presse) entrant dans ma collection après les trois proposées par Universal Hobbies (collections la Poste, n° 48 et Passion Citroën, n° 33 et 77)  et par Ixo (collection Voitures d’antan, n° 98). Nous retrouvons ainsi le moule de cette dernière dans une belle livrée rouge qui restitue des lignes et volumes des plus fidèles. Comme sa devancière, elle bénéficie d’une belle finition. Notamment en ce qui concerne ses pare-chocs. Ceux-ci sont très réalistes avec surépaisseur au centre et creux latéraux. Dommage qu’une fois encore les plaques d’immatriculation soient trop généreuses. La calandre est réussie ainsi que les ensembles veilleuses-clignotants, rapportés et correctement colorés. Les roues sont toujours chaussées de pneus trop épais et trop larges. Elles sont dotées de petits enjoliveurs centraux. L’arrière bénéficie de jolis feux et d’une sortie d’échappement réaliste. A l’intérieur le mobilier est entièrement noir et ne bénéficie plus de la reproduction des cadrans du tableau de bord. Economie quand tu nous tiens ! Mais je croyais que l’on avait subit une augmentation de prix il y a peu ! Faudrait voir à rétablir le tir pour les derniers modèles de cette collection. Le soubassement est peu détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles
 

Semaine du 28 mai  au 03 juin 2012

 

 HOTCHKISS Grégoire de 1952

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 10

 
4517GR Hotchkiss Gregoire 

 Encore de l’inédit dans cette collection qui s’avère de plus en plus intéressante pour explorer la production de l’immédiat après guerres.  Encore un modèle précurseur, en ce sens qu’il est le résultat de recherches aérodynamiques. D’où ses lignes fuyantes vers l’arrière. Lignes et volumes fidèles à celles et ceux de l’original. Toutefois, je trouve, pour ma part, que le pare-brise manque un peu de hauteur. Et puis, Ixo aurait pu faire l’économie de l’antenne de radio et du rétroviseur latéral…  L’avant s’orne d’un motif de capot au-dessus d’une belle calandre chromée, encadrée par quatre optiques. Et là, je me pose une question existentielle des plus vitales : pourquoi le pare-chocs avant est-il dépourvu de butoirs alors que celui de l’arrière en est doté ? Et qu’il suffit de consulter, ne serait-ce que les numéros d’Automobilia dédiés au salon de Paris pour découvrir qu’il en était pourtant doté sur le vraie. Les roues à « jante séparée » comme sur les première 4cv Renault sont bien reproduites. A noter, sur les panneaux de custode, le dessin des puits des flèches de direction, déjà quelque peu anachroniques pour un modèle de luxe alors que les modèles populaires sont dotés des tout premiers clignotants. A l’arrière, nous trouvons, une nouvelle fois, des feux qui n’ont pas lieu d’être, fixés sur le pare-chocs. Seuls les deux, placés sur la carrosserie, et peints, représentent ceux d’origine. Il paraît que ce type d’erreurs ne devrait plus se reproduire pour les modèles n’ont encore fabriqués… A l’intérieur, le mobilier, caramel, se limite à deux larges banquettes placées derrière un volant à trois branches. Les cadrans du tableau de bord sont représentés. Le soubassement n’est pas détaillé correctement. En effet, l'ingénieur Grégoire était celui qui voulait faire "avancer"... la traction avant. Hors nous avons affaire à une représentation d'une transmission classique. Et non d'une voiture de type traction, comme sur l'originale. Pour en savoir plus sur l’HotchkissGrégoire.

CH43 2011 4 etoiles
 

SCANIA 140 V8 de 1971

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 61 
4518GR Scania 140 ASG 
 A y est. L’art d’accommoder les « restes », ou plus exactement ici, les composants, est abouti. Vous prenez le châssis cabine du Scania 140 V8 du n° 12, aux couleurs d’Interflora et vous y greffez le fourgon réfrigéré du Saviem SM240 n° 58 aux couleurs de Géo. Et pour parfaire l’ensemble, vous reprenez la décoration aux couleurs de la société de transport ASG  du Volvo F89, n° 25. Et vous avez un nouvel appel , nouveau modèle !?! Bon, faut pas trop en vouloir non plus, cela permet d’amorcer la création d’une petite flotte de camions aux couleurs de cette société à près tout, n’est-ce pas ? Ce second Scania 140 est tout aussi long que le premier et est toujours proposé en version à trois essieux. Nous retrouvons donc la même cabine dont le large pare-brise dispose toujours de trois essuie-glaces. Les monogrammes sont placés au-dessus et en-dessous de l’immense grille faisant office de calandre. A noter toutefois, qu'une différence existe avec le premier 140: les phares ont migré dans le pare-chocs, à la place des antibrouillards, qui ont disparu. Cette cabine est surmontée d’une plaque sur laquelle s’affichent la raison sociale de l’entreprise et son objet, le transport de marchandises.  Les roues sont bien mises en valeur par leur teinte alu avec moyeu central bleu. La partie fourgon est un vrai parallélépipède aux couleurs de la société ASG. Elle comporte à l’avant un groupe thermo réfrigérant bien détaillé.  Comme c’est une reprise de celle du Saviem SM240, comme indiqué plus avant,  est bien détaillée et propose deux profils aux ouvertures différentes : une seule, et très large, sur le côté droit, multiple côté gauche. A l’arrière, double porte au-dessus d’une poutre anti encastrement qui accueille les feux arrière. La cabine contient encore, outre les deux sièges conducteur et convoyeur, deux couchettes superposées derrière ceux-ci. Le poste de conduite est très détaillé. Le châssis est aux standards de cette collection.
CH43 2011 4 etoiles
 
Modèles boutiques 

DKW Schnellaster

 « Milchversorgung Nürnberg »

Premium ClassiXXs – réf. 13525 
4500GR DKW laitier 
4500GS DKW laitier 
Les premières fois, lorsque je l’ai vu affiché sur les sites de mes fournisseurs favoris, je n’y ai pas trop prêté attention car ce fourgon DKW se trouvait déjà dans ma collection en plusieurs exemplaires, en provenance des collections presse espagnole. Et pourtant j’ai fini par l’acheter lorsque j’ai découvert, fin avril, qu’il comportait des ouvrants. En effet, les trois quarts du temps il était proposé vu de trois-quarts avant gauche. Mais, avant de parler de ses spécificités, revenons à l’analyse habituelle. A l’inverse des modèles proposés par Ixo il ne s’agit pas ici d’un simple fourgon, mais d’un châssis-cabine qui supporte une partie arrière aménagée en magasin ambulant.  Les lignes et volumes sont correctement restitués et bénéficient d’une décoration très… germanique. Et pour cause. L’ensemble est soigné même si je trouve un manque de finesse dans la gravure des pièces rapportées. Mais bon, je ne vais pas gâcher mon plaisir pour autant.  Un unique essuie-glace central, très fin et rapporté assure la fonction. Il est encadré par deux rétroviseurs extérieurs, eux aussi, chromés et rapportés. Tout comme le sont aussi les poignées des portières ou celle du capot moteur et des entourages des phares. Le capot moteur affiche aussi le monogramme DKW 36, chromé et photodécoupé, à la base du pare-brise. De leur côté, l’écusson de la marque et les anneaux du groupe Auto-Union sont, eux aussi, chromés et photodécoupés, juste au-dessus de la poignée dudit capot. La calandre à la grille horizontale est ajourée. Les roues ont un dessin fidèle. Elles sont ajourées et dotées d’enjoliveurs chromés frappés du sigle DKW. Les feux arrière sont rapportés, en plastique rouge. Le hayon relevable arbore l’écusson Auto-Union chromé et photodécoupé. Cet hayon surplombe un abattant fonctionnel faisant office de comptoir de vente. Sur le côté droit la partie supérieure de la façade se relève elle aussi, servant de protection contre les intempéries. Un abattant l’accompagne, remplissant les mêmes fonctions que celui de l’arrière. Une fois ouvert, il est possible de voir l’aménagement du magasin avec ses rares marchandises. Dommage que le « plancher » soit si haut, et non au niveau normal pour celui-ci. La visite de la cabine mérite aussi d’en parler. D’abord on aperçoit la dissymétrie des deux sièges, celui de conducteur étant bien plus large que celui du passager.  La cause: la position décalée vers le centre du volant et de la colonne de direction. On peut voir également le levier de vitesse. Et puis, il y a la cerise sur le gâteau, que j’ai découverte en détaillant ce fourgon. Il y a aussi le capot moteur qui est ouvrant. Il suffit de le relever pour découvrir la « prouesse » de sa réalisation, car comme sur le vrai,  les paraboles des phares sont fixes et solidaires du reste de la carrosserie alors que leurs verres suivent le mouvement du capot. Et l’on peut découvrir en quasi 3 D les accessoires occupant l’espace avec le petit moteur deux temps. Le soubassement n’est pas détaillé. 
CH43 2011 4 etoiles+
 

FERRARI F355 Berlinetta

 Kyosho – réf. 05101R 

4497GR F355 rouge 
4497GS F355 rouge 
4497GT F355 rouge 
Continuant de revisiter la production Ferrari vue par Kyosho, je vous présente aujourd’hui la F355 Berlinetta, toujours présentée dans une belle livrée rouge. Cette F355 est pour moi, l’une des plus plaisantes à regarder des Ferrari récentes. Elle bénéficie ici d’un très bon rendu de ses lignes et volumes, d’autant plus facilement que la gravure y est fine et les joints des parties ouvrantes très discrets. Et puisque j’évoque la présence de parties ouvrantes, j’exprimerais bien volontiers un petit regret. Celui de ne pas disposer de phares rétractables fonctionnels, puisque l’original en disposait. Mais bon, cette miniature est déjà très fidèle comme cela. De fins essuie-glaces, noirs et rapportés, sont disposés à la base du pare-brise. Le couvercle du coffre avant est orné de l’écusson au cheval cabré, phototamponné. Alors que la grille de  la prise d’air reçoit un autre cheval cabré, chromé et photodécoupé. Les ensembles veilleuses-clignotants et les antibrouillards, intégrés dans le bouclier, sont eux aussi constitués par des pièces rapportées, correctement colorées. Les entrées d’ait latérales sont bien creusés et soulignées de noir. Les roues sont dotées de belles jantes alliage en étoile, au dessin fidèle, et dotées de leurs cinq écrous et possèdent en leur centre l’écusson au cheval cabré. Elles laissent voir les disques de freins dont les étriers noirs sont frappés du monogramme Ferrari. A l’arrière, le capot moteur arbore le monogramme Ferrari, chromé et photodécoupé, alors que le panneau vertical affiche un autre cheval cabré, chromé et photodécoupé, lui aussi. Encadrée par les quatre feux circulaires, rapportés en plastique rouge. Le bas du bouclier est traversé par quatre sorties d’échappement creusées et chromées. La lunette arrière en U est conforme. L’intérieur de l’habitacle est entièrement noir, à l’exception des cadrans du tableau de bord et du levier de changement de vitesses et de sa grille, chromés. Le soubassement est détaillé et permet de découvrir, à l’arrière, le dessous de toute la mécanique reproduite en 3D. Ce que l’on découvrira en soulevant le capot moteur ajouré. L’angle d’ouverture étant assez réduit, il faudra de bons yeux pour apprécier à sa juste valeur la reproduction du moteur et de tous les accessoires qui l’accompagnent. A noter aussi la représentation de nombreuses étiquettes placées un peu partout, et notamment à l’avers du capot moteur doté d’une très fine grille. Et oui, il y a une grille dessous.  A l’avant, le couvercle basculé, il est possible de voir de quelques bagages occupant le très petit coffre et les vérins permettant son ouverture. Un très beau modèle. La F355 en vidéo 
CH43 2011 5 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 10:03
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 352 du 07 mai 2012
 
 Modèles presse

Semaine du 23 au 29 avril 2012

 

AUSTIN-HEALEY Sprite frogeye de 1959

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 59 
4496GR Austin-Healey Sprite

 Cette Sprite, n’est autre qu’une reprise de celle proposée en son temps dans la collection des Voitures d’antan, n° 80 et présentée dans le n° 85 de Collec’Hebdo 43 du 26 mars 2007. C'est-à-dire il y a un lustre ! J’en reprendrai donc la présentation, sans en varier une appréciation, seulement quelques mots : ce cabriolet  nous restitue pleinement l’allure amusante de l’original. L’avant est réussi avec ses gros phares surmontant une calandre enjouée d’assez bonne facture et un pare-chocs très bas. Le pare-brise est sobrement représenté par une pièce de plastique dont les bords sont alu.  Le profil est respecté et il y a même, sous les portières sans serrure ni poignées, le dessin du trou pour placer le cric en cas de crevaison. Dommage que la taille des pneus soit encore si large et le diamètre des jantes trop petit. L’arrière est lui aussi très fidèle avec ses deux butoirs et le bouchon du réservoir, tous trois chromés. Il y a même le monogramme Sprite au-dessus de l’immatriculation. Mais ce qui fait le charme particulier de cette miniature, c’est qu’elle nous est proposée en version recouverte d’un cache tonneau. C'est-à-dire que seule la place du pilote est accessible. Cela permet de voir un intérieur bordeaux du plus bel effet avec de beaux cadrans sur la planche de bord.  Le soubassement est un peu détaillé. 

A noter que ce modèle ne fera pas – lui non plus - double emploi avec celui badgé Solido car, outre le fait que ce dernier est complètement ouvert, le Solido est avec conduite à droite.  
CH43 2011 4 etoiles
 

Semaine du 30 avril au 06 mai 2012

 

 

CITROËN U23 – eau minérale Charrier

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 59 
non_dispo.jpg 

Comme le Citroën type 23, n° 54 de cette même collection, le modèle proposé n'a pas, à mes yeux, sa place dans cette collection. De part ses dimensions, il aurait eu sa place dans celle des Camionnettes d'antan.

 

 Pour la petite histoire, cette marque d’eau minérale se fit connaître du grand public à l’époque où Brigitte Barbot (B.B.) était amoureuse de Jacques Charrier, qu’elle épousa et dont elle eut un fils. D’où le slogan, jeu de mots, « Bébé aime Charrier ». 
 

PANHARD CD Coach de 1962

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 08 
4501GR Panhard-CD coach ble 

Il y avait longtemps qu’une collection presse ne m’avait procuré autant de plaisir en découvrant un nouveau modèle. Depuis celle dédiées à Simca, pour être plus précis. En effet, ce coach CD, que je vous présente aujourd’hui, n’avait pas fait l’objet d’une représentation industrielle, me semble-t-il jusqu’à présent. Il vient combler un vide dans ma collection avec ses lignes, volumes et présentation soignés. D’autant plus que le grain de sa peinture métallisée s’avère assez fin et flatteur. Deux fins essuie-glaces chromés s’occupent du pare-brise. Les optiques principales sont serties de chrome. La prise d’air sur le capot est prolongée par un bossage bien proportionné. Elle est précédée du monogramme Panhard, phototamponné mais placé la tête en bas !  Les deux éléments du pare-chocs et les deux butoirs sont rapportés et chromés. Ces butoirs devraient être plus verticaux. Et il manque, au moins, la reproduction de la petite prise d’air rectangulaire sous le pare-chocs, devant la roue droite. Les clignotants, peints, devraient être blancs.  Les feux de positions et les boutons de portière sont présents. Le dessin des jantes est réussi. De petits enjoliveurs centraux et chromés sont placés dessus. A l’arrière, même commentaire en ce qui concerne les éléments du pare-chocs et les butoirs. Le couvercle du coffre arbore le monogramme Panhard, placé correctement cette fois-ci. La serrure est présente sur l’aile arrière droite, ce qui indique une ouverture vers la gauche. Une double sortie d’échappement émerge de sous la carrosserie.  Le pavillon est creusé en son milieu, un peu à la manière des productions du carrossier italien Zagato. Le mobilier de l’habitacle est présenté dans un habillage rouge foncé. Il est bien gravé.  Le tunnel de servitude supporte bien le levier de vitesse mais ne devrait pas avoir de levier de frein à main. Ou du moins une commande quelconque. En effet, le frein à main se trouvait sous le volant et été constitué par une poignée. Ce qui m’amène à la planche de bord qui aurait due être noire et non caramel. Beau volant à trois branches. Par contre, je ne comprends pas, qu’une fois encore, le soubassement nous présente le dessous d’une voiture à transmission classique : moteur et boîte de vitesse à l’avant, arbre de transmission et pont et roues arrière motrices, alors que les Panhard d’après guerres étaient des voitures de type traction avant et mues par de petits bicylindres à plat de type boxer. Carton rouge, cela va de soi pour cette erreur grossière.

 

 

NB – Cet exemplaire souffre, comme d’autres, d’un problème de fixation des vitrages qui a occasionné deux bosses sur le pavillon, côté gauche, au niveau des rivets. J’espère qu’il en sera autrement sur les modèles à venir.

CH43 2011 4 etoiles
 

Modèles boutiques

Spécial nouveautés PSA 

CITROËN C4 Aircross de 2012

Norev – réf. 155460 
4504GR C4-Aircross grise 
4504GS C4-Aircross grise
 Proposé en finition Exclusive, ce C4 Aircross représente l’un des deux modèles proposés par PSA, dérivés de l’ASX de Mitsubishi. Ses lignes, volumes et présentation, sont fidèles à ceux de l’original, selon les standards actuels. Les larges chevrons de la partie supérieure de la calandre sont rapportés et chromés. Ils sont encadrés par des blocs optiques assez réussis. Par contre, je n’en dirai pas autant des bandes de LED verticales, faisant fonction de feux de jour, qui ne sont représentées que par un trait de peinture. La grille intégrée dans le bouclier est bien dessinée. Les deux feux additionnels qui l’encadrent sont rapportés, en plastique. Les coques des rétroviseurs extérieurs intègrent bien les rappels des clignotants. Le dessin des jantes alliage est très fidèle et laisse voir les disques de frein et leur étrier. Si les barres de toit et les joncs de bas de caisse ne sont que peints alu, le jonc de chrome qui court sous les vitrages latéraux et celui du panneau de custode (gravé du monogramme et du logo Aircross), sont, eux, bien rapportés et chromés. Le hayon arrière reçoit, outre le petit essuie-glace de la lunette arrière, le troisième feu stop, peu visible sous l’amorce de béquet surmontant ladite lunette. Il affiche les doubles chevrons et le monogramme Citroën, en son milieu. Mais aussi les monogrammes C4 et Aircross sous la partie centrale des feux arrière. Chevrons et monogrammes, photodécoupés et chromés. Le tout étant souligné par un large jonc chromé  intégrant la poignée d’ouverture. Le dessin des blocs des feux arrière, style boomerang est fidèle et correctement coloré. Les feux de brouillard  sont présents sous le bouclier. Si le mobilier intérieur bénéficie d’une bonne gravure, celle-ci est rendue peu visible en raison de sa présentation quasi noire, conforme à l’originale et à un vitrage intégral avec surteinte pour toutes les vitres arrière. A noter que la fixation des rétroviseurs latéraux, débordant à l’intérieur de l’habitacle, donne l’impression d’être en présence de rétroviseurs à réglage manuel, alors qu’il est électrique. Il y a un ciel de pavillon tout autour du toit vitré. Le soubassement est détaillé et permet de voir que ce C4 Aircross est présenté en version 4x4. La sortie d’échappement est cachée juste devant la jupe arrière. Le C4 Présentation  L’Aircross en vidéo
CH43 2011 4 etoiles+
 

PEUGEOT 208 Féline (3 portes) de 2012

Norev – réf. 472800 
4503GR 208 3p bleue 
4503GS 208 3p bleue 
 Après la version 5 portes, en finition Allure, présentée dans le n° 351 de la semaine dernière, voici aujourd’hui la 208 dans sa version 3 portes, mais en finition supérieure, dite Féline et dans sa livrée bleu virtuel. Ce n’est pas moi que le dit, mais bel et bien Peugeot. Recourant aux standards actuels de reproduction, c’est dire si ses lignes, volumes et coloris sont fidèles à l’original et que ce modèle bénéficie d’une présentation soignée.  Ainsi, à l’avant le lion qui figure sur le capot est chromé, rapporté et photodécoupé. Le dessin des blocs optiques est assez réaliste. La calandre flottante est constituée par une pièce rapportée gravée et chromée à sa périphérie. Il y a même le petit aplat marqué Peugeot juste sous le lion. Les antibrouillards sont eux aussi rapportés et sertis de « chrome mat ».  Le bas des vitrages latéraux est complété par un fin jonc chromé qui les souligne et se termine en faux cartouche sur le panneau de custode. Son tracé est très fidèle et se veut la reprise de ceux figurant sur la 205 GTI. Le dessin, très travaillé, des jantes alliage correspond bien à la finition Féline. Il laisse voir les disques de frein et leurs étriers. Le dessin des feux arrière est réussi et leur coloration très acceptable. A noter que si ces deux blocs et le feu de brouillard implanté au centre du bouclier arrière, sont constitués par des pièces en plastique rapportées, le troisième feu stop, placé au-dessus de la lunette arrière, n’est que peint. L’essuie-glace de cette lunette surplombe un cartouche chromé gravé Peugeot. Il y a aussi un monogramme chromé et photodécoupé 208 placé entre les feux du côté droit et la plaque d’immatriculation. Laquelle est surmontée du lion, chromé et photodécoupé, lui aussi. Le mobilier de l’habitacle est noir. Sa vision est facilitée par la présence d’un toit vitré précédé d’un large chrome, comme sur la nouvelle Citroën C3. Il jouit d’une belle gravure où le nouveau tableau de bord et l’écran GPS intégré sont mis en évidence. A noter que si, sur ce modèle, il n’y a pas de représentation des ceintures de sécurité, il y a un ciel de pavillon. Le soubassement est un peu détaillé. Présentation La 208 3 portes en vidéo ou encore
CH43 2011 4 etoiles+
 

PEUGEOT 4008  de 2012

Norev – réf. 474800
4502GR 4008 grise 
4502GS 4008 grise 
4502GT 4008 grise 
 Après le C4 Aircross voici l’autre modèle proposé par PSA, lui aussi dérivé de l’ASX de Mitsubishi : le Peugeot 4008. Partageant la même base que les deux autres, il ne s’en distingue pas moins par un dessin de carrosserie spécifique.  Ses lignes, volumes et présentation, sont fidèles à ceux de l’original, selon les standards actuels. La large calandre flottante bénéficie d’une belle gravure et est sertie par un jonc chromé rapporté qui est gravé en sa partie supérieure en méplat du monogramme Peugeot. Au-dessus, le lion de la marque est lui aussi chromé et photodécoupé. Les blocs optiques sont assez bien restitués. Ils sont soulignés par des éléments chromés et rapportés encadrant de petites prises d’air. Les optiques additionnelles placées sous le bouclier avant, sont elles aussi rapportées mais en plastique. Les coques des rétroviseurs extérieurs intègrent bien les rappels des clignotants. Le dessin des jantes alliage est très fidèle et laisse voir les disques de frein et leur étrier. Si les barres de toit et les joncs de bas de caisse ne sont que peints alu, le jonc de chrome qui court sous les vitrages latéraux est, lui, bel et bien rapporté et chromé. Le hayon arrière reçoit, outre le petit essuie-glace de la lunette arrière, le troisième feu stop, peu visible sous l’amorce de béquet surmontant ladite lunette. Il affiche le lion et le monogramme Peugeot, en son milieu. Mais aussi le monogramme 4008 sous la partie centrale des feux arrière droit. Lion et monogrammes, photodécoupés et chromés. Le tout étant souligné par un large jonc chromé  intégrant la poignée d’ouverture (mais sans reproduction de la petite caméra de vision arrière). Le dessin des blocs des feux arrière est fidèle et correctement coloré. Les feux de brouillard  sont présents sous le bouclier. Si le mobilier intérieur bénéficie d’une bonne gravure, celle-ci est rendue peu visible en raison de sa présentation quasi noire, conforme à l’originale et à un vitrage intégral avec surteinte pour toutes les vitres arrière. A noter que la fixation des rétroviseurs latéraux, débordant à l’intérieur de l’habitacle, donne l’impression d’être en présence de rétroviseurs à réglage manuel, alors qu’il est électrique. Il y a un ciel de pavillon tout autour du toit vitré. Le soubassement est détaillé et permet de voir que le 4008 est un 4x4. La sortie d’échappement est cachée juste devant la jupe arrière. Présentation Le 4008 en vidéo
CH43 2011 4 etoiles+
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 10:41
2012-CH43 7eAnnee
 
 n° 350 du 23 avril 2012
 

Modèles presse

 

 

Semaine du 09 au 15 avril 2012

 

Aucun achat de modèle presse

 

 

 

Semaine du 16 au 22 avril 2012 

OPEL Kadett de 1983

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 58 
4491GR Kadett verte 
4491GS Kadett verte

 Le nouvel opus de cette semaine n’est autre qu’une reprise du moule de la Kadett proposée en son temps avec une livrée jaune citron dans la collection espagnole Nuestros queridos coches años 80, n° 32 (1). Nous retrouvons donc des lignes et volumes assez réussis  mais peu visibles sous cette livrée assez sombre et à la gravure   trop discrète, notamment au niveau de la découpe du hayon arrière. Pourtant la finition reste d’assez bon niveau avec des essuie-glaces avant et arrière rapportés, en plastique noir, une belle grille de calandre et des feux avant et arrière, rapportés, en plastique et correctement colorés. Les jantes sont dépourvues d’enjoliveur dont le dessin correspond plus à celles équipant les Chrysler et autres Talbot Horizon ou 1307/1308 (2). Le bas du hayon affiche les monogrammes phototamponnés Kadett 1.6S et Opel.  La lunette arrière est dotée d’une très fine grille de désembuage. Une question au passage : est-ce en raison du volume produit que les modèles presse, comme cette Kadett, bénéficient encore aujourd’hui de feux arrière rapportés en plastique et correctement colorés, alors que les modèles boutiques commencent à recevoir de plus en plus de feux arrière métallisés et peints ?  Le mobilier intérieur jouit d’une belle gravure et d’une présentation gris souris. Toutefois la planche de bord est noire et dépourvue de toute représentation du tableau de bord, vide. Le soubassement n’est pas détaillé.

 

_ (1) et (2) NB – J’ai en son temps cannibalisé la Kadett espagnole (la jaune) en prélevant les roues d’origine pour les monter sur une Horizon française, car plus proches de la réalité que celles montées par Ixo sur cette dernière. Ce sont donc les roues de l’Horizon que vous voyez sur ces photos et qui se rapprochent davantage des jantes qui équipaient réellement les Opel Kadett.

CH43 2011 3 etoiles
 

SAVIEM SM 240 de 1972

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 58
4493GR Saviem SM240-GEO 
 Une nouvelle cabine ! Cela faisait longtemps que l’on n’y avait plus droit. D’accord, elle ressemble fort à celle des deux autres Saviem, le pinardier et la benne à ordures. Mais ici, c’est la version allongée avec vitra arrière presque carrée et couchette à l’intérieur.  Nous retrouvons donc des lignes déjà connues mais avec un volume plus généreux. L’ensemble est réussi avec une présentation soignée et une décoration discrète et réaliste. L’avant reçoit ses trois essuie-glaces, rapportés et alu. Tout comme les larges rétroviseurs latéraux. La calandre est bien dessinée et dotée du losange et du monogramme SM240 que l’on retrouve phototamponné sur les portières. Les ailes ont bien leur retour intégré. A noter que cette cabine est hermétiquement close, si je peux m’exprimer ainsi. Je veux dire par là que la vitre conducteur est présentée fermée. Ce doit être une première dans cette collection.  Et puisque j’évoque ce détail, autant poursuivre avec le mobilier de cette cabine, composé de deux sièges marron encadrant le coffrage du moteur et d’une couchette. La partie fourgon est bien détaillée et propose deux profils aux ouvertures différentes : une seule, et très large, sur le côté droit, multiple côté gauche. A l’arrière, double porte au-dessus de feux au découpage original en quartiers.  Disparition de la roue de secours: si le châssis est standard il est dépourvu de sa roue de secours habituelle. Oubli ou économie ? L’avenir nous le dira… J’ai failli l’oublier, la cabine est surmontée d’un groupe thermo réfrigérant détaillé, accompagné de la mention  réglementaire imposée aux transports de ce type.
CH43 2011 4 etoiles
 

VOISIN C25 Aérodyne de 1934

Ixo/Altaya – collection Voitures françaises d’autrefois, n° 07
4495GR Voisin C25 Aerodyne 
4495GS Voisin C25 Aerodyne
 Quel retour en arrière avec cette C25. Non, je ne parle pas d’un retour vers la Belle époque. Quoique … Mais d’un retour vers la collection des Voitures classiques (n° 26) proposée naguère, où nous avions eu déjà droit à un autre modèle produit par Voisin, la C28 Ambassade, dans une livrée bordeaux. Toute  aussi originale par le traitement de ses lignes et volumes, cette C25 Aérodyne surprend aussi par ses proportions et par la présence d’une succession de quatre hublots circulaires placés sur son pavillon. J’y reviendrai plus loin. Si les lignes, volumes et livrée sont bien restitués, je serai plus critique en ce qui concerne la représentation des trois petits essuie-glaces très simplistes qui ne sont que gravés (ou collés) sur le pare-brise. Ceux de la C28 étaient plus réalistes. Il y a pourtant une belle calandre verticale aux contours chromés et surmontée de l’emblème de la marque. Les deux barres de liaison avec les ailes sont un peu grossières à mon goût. Les phares sont  rapportés, tout comme les deux éléments du pare-chocs avant. Les flasques des roues sont d’un dessin fidèle ; ils auraient pu être chromés pour plus de réalisme. Les larges marchepieds sont très détaillés, tout comme les bas de caisse avant et arrière. Les petits feux de position latéraux placés sur les ailes avant et arrière sont présents et représentés par de petits bossages peints alu. Certains pourraient s’interroger sur la signification de la présence d’une touche de peinture alu placée au sommet des panneaux du custode. Elle est du à une erreur d’interprétation du réducteur. En effet, sur certaines photos il est permis de découvrir qu’un exemplaire de C25 a été doté de clignotants du type de ceux équipant la 4cv. D’où ma question : pourquoi les avoir représentés ainsi ? Soit il fallait les reproduire en relief ; soit ne rien mettre du tout. Cette dernière possibilité étant la bonne, d’autant plus que les feux arrière, type 2cv Citroën qui équipaient aussi ce modèle, n’ont pas été reproduits, laissant à juste titre, place aux feux arrière d’origine. Revenons à ce curieux pavillon. Celui-ci étant coulissant, il était possible au conducteur de le faire glisser vers l’arrière par-dessus la carrosserie. Les petits hublots circulaires permettaient alors d’assurer un minimum de visibilité au travers de la lunette arrière en fonction de la position de ce pavillon repoussé sur l’arrière. L’habitacle, tabac est visible au travers des vitrages affleurant. Il bénéficie d’une bonne gravure. Il est doté d’une très belle planche bord alu aux nombreux cadrans. Le soubassement est sobrement détaillé.
CH43 2011 4 etoiles
 

Modèles boutiques

 

PEUGEOT 308 5portes Allure phase II de 2012

Norev – réf. 473805
4466GR 308 phII 5p noire
4466GS 308 phII 5p noire
 Norev nous propose depuis quelques temps la phase II de la 308 dans une livrée noire qui ne permet pas à la photo de mettre les lignes et volumes de l’original en évidence. Surtout qu’en plus, le mobilier intérieur est, lui aussi, entièrement noir. Dommage qu’entre la reproduction de la phase I et celle-ci Norev ait abandonné le chrome pour la peinture alu pour représenter ceux de la vraie. Cela est d’autant plus regrettable pour l’entourage de la prise d’air avant qui fait vraiment « toc ». De même les LED des feux de jours semblent ignorés. Pourtant le lion est rapporté sur une pièce chromée. Le dessin des jantes alliages est réaliste et permet de découvrir les disques de frein avec leurs étriers. De petit diamètre pour les roues arrière. Les pneus sont de type taille basse.  Même remarque pour le jonc de chrome courant sur le hayon qui n’est qu’un simple trait de peinture alu alors que le lion de Peugeot est quand même chromé et photodécoupé. Ce qui n’est pas le cas des monogrammes seulement photocomposés. A noter que celui de Peugeot a migré de la gauche pour le centre ? Pour l’intérieur, par contre et comme sur la vraie, on reprend la même présentation, mais tout en noir.  Ainsi,  le dessin des sièges, tout comme ceux de la planche de bord et de la console centrale sont identiques à ceux de la phase I. Planche et console ornées de nombreux cadrans, du GPS.  Le toit vitré de ce haut de gamme est entouré d’un ciel de pavillon. Le soubassement est détaillé avec une ligne d’échappement alu terminée par une sortie courbée et creuse. La vraie en vidéo.
CH43 2011 4 etoiles
 

TOYOTA Land Cruiser 200 de 2012

J-Collection – réf.JC126
4467GR Toyota Land-Cruiser
 Voici aujourd’hui le dernier Land Cruiser 200 dans une livrée gris métallisé qui met bien en évidence les lignes et volumes imposants de ce 4x4 japonais. Il jouit d’une bonne gravure et d’une finition soignée avec, notamment, une belle calandre rapportée et chromée. Encadrée par des blocs optiques assez réalistes mais dépourvus d’ampoules orange pour les clignotants. Et parée, en son centre d’un fort beau logo Toyota photodécoupé. Les jantes alliage en étoile laissent voir les disques de freins avec étriers. Jantes dotés de gros pneus larges. En plus des bavettes ce modèle est doté de marchepieds latéraux rainurés. Les vitres latérales arrière et la lunette du hayon sont surteintées. Lunette dotée d’un essuie-glace. Le hayon arbore un logo Toyota photodécoupé au-dessus d’une barre chromée, rapportée et gravée du monogramme Land-Cruiser. Les feux arrière, ainsi que ceux de brouillard, sont en plastique, rapportés et correctement colorés. Les huit places, que permettent les trois rangées de sièges, sont dissimulées par les vitrages teintés. Seuls les deux sièges avant permettent d’imaginer le détail de ceux derrière. Beau rendu de la planche de bord, du poste de conduite (à droite) et de la console centrale. Le soubassement est bien détaillé avec une belle ligne d’échappement terminée par un très beau pot de détente. La vraie en vidéo.
CH43 2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 10:45
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 346 du 26 mars 2012
 
 

Chers lecteurs de CH43,

 

Je viens de reprendre la numérotation d’origine des articles publiés ici pour répondre à certaines remarques faisant état d’un manque de visibilité des nouveautés que j’intégrais au fil des jours. Il y aura donc un numéro par semaine, comme avant, mais je ne peux vous garantir un contenu constant, d’autant que le message de M. Bernard Péres, patron d’Ixo, reçu ce 17 mars 2012, n’est pas des plus rassurants.

 

Qui va pouvoir continuer à être collectionneurs de miniatures ?

 

Telle pourrait être la question métaphysique du moment au vu de ce message que je vous livre tel quel ci-dessous :

 

« Il faut savoir que les fabricants de miniatures sont aujourd'hui confrontés à de graves problèmes en raison de l'augmentation des couts de production en Chine. Le gouvernement Chinois a décidé en 2010 une augmentation importante des salaires sur la période 2010-2015, comme cela est expliqué dans le 12ème plan de développement économique chinois. 

 

Dans la pratique, et pour le Sud de la Chine où se trouvent la quasi totalité des usines, cela se traduit par une augmentation minimale de 20% par an ! A titre d'exemple, les salaires dans notre usine ont augmenté de 

 

- 222% entre le 1er Février 2003 et le 1er Février 2012

 

- 67% entre le 1er Février 2008 et le 1er Février 2012

 

- 37% entre le 1er Février 2010 et le 1er Février 2012

 

- de nouvelles augmentations de l'ordre de 50% à 60% sont inéluctables entre 2012 et 2015

 

Dans le même temps, la monnaie chinoise se réévalue en moyenne de 5% par an par rapport au Dollar, et les matières premières augmentent, parfois de manière spectaculaire (plastiques, papiers, etc.)

 

La Chine se développe, et le pouvoir d'achat de sa population s'améliore à vue d'œil. A titre d'exemple, il était impensable il y a quelques années que des employés de l'usine possèdent une voiture... aujourd'hui nous sommes confrontés à des problèmes de parking !!! Il serait aussi intéressant de savoir le pourcentage des ouvriers possédant un iPhone 4s !!!

 

De plus la Chine veut de plus en plus fermer ses portes aux industries basées sur la main d'œuvre bon marché...

 

Les forumeurs doivent comprendre que le prix de départ usine d'une miniature venue en kiosque incorpore environ 60% de main d'œuvre... donc si la main d'œuvre augmente de 60%... nous devrions augmenter nos prix de vente de 36% ! Même plus, si nous tenons en compte la différence de change et les prix de la matière première...

 

Le problème est que nos clients éditeurs ne peuvent pas accepter ces augmentations... car le marché (pas trop brillant en ce moment) ne peut pas les supporter ! De plus... si on augmente les prix, les quantités baissent et cela fait encore plus augmenter les prix !

 

Pas évident !

 

Donc tout le monde souffre... Donc on doit parfois sacrifier un peu les détails... Donc des usines ferment (deux grosses usines de die-cast ont fermé dans les 3 derniers mois)

 

Malgré un environnement passablement pessimiste, nous continuons à faire des efforts pour développer de nouvelles collections ! Cela mérite quand même d'être souligné ! 

 

Quant au "retour au bercail" proposé par un (…) forumeur... j'aimerais bien mais c'est malheureusement encore impossible.

 

Personne ne signale que nos concurrents dans les collections en boutique ont (presque) tous quitté le navire (Norev, Eligor en dehors des 2CV, Grani...). Contre vents et marées, nous continuons à investir et développer de nouvelles collections (pas seulement en France bien sur) et à nous battre pour continuer les collections existantes, comme les camions. Cela mériterait surement un peu d'encouragements !!!»

 
  Les modèles presse

 

Semaine du 12 au 18 mars 2012

 

McLAREN F1 GTR 24 heures du Mans 1995

Equipage Andy Wallace/Justin Bell/Derek Bell

Ixo/Altaya – collection Passion de la vitesse, n° 13
4468GR McLaren F1 jaune 
4468GS McLaren F1 jaune
 Après la version routière, parue dans la collection Voitures de rêve (n° 24), voici aujourd’hui la version circuits, sous la forme de la représentation de la voiture qui termina troisième de l’édition 1955 des célèbres 24 heures du Mans. Cette version diffère extérieurement de la première, principalement par la présence d’un double aileron à l’arrière. Pour le reste, cette voiture a conservé son poste de pilotage central, mais sans les sièges passagers. Et pour cause ! Lignes, volumes, coloris et décoration sont fidèles à l’original. Les stickers sont bien présents et de bonnes dimensions. Et au complet.  Les jantes en étoiles laissent voir les imposants disques de frein avec leurs étriers et leurs stries de refroidissement. L’arrière est toujours doté d’une très jolie quadruple sortie d’échappement bien creusée et chromée. A noter également les feux arrière, rapportés en plastique et bien colorés. A noter également qu’en plus de la reproduction du mobilier occupant l’habitacle (siège baquet avec harnais, arceau-cage et extincteur) nous avons droit aussi à une représentation en 3D du bloc moteur équipé de ses lignes d’échappement mises en évidence par une peinture alu. Le soubassement est à fond plat.
CH43 2011 4 etoiles
 

VOLVO N88 de 1965

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 56

4469GR Volvo N88 forestier

Troisième reproduction du N88 (après celles des camions citernes du test et de la collection proprement dite), ce forestier, s’il reprend la partie châssis-cabine des deux précédents, présente l’originalité de son plateau de chargement. Lequel est constitué par un moulage représentant un entassement de tronçons d’arbres. L’ensemble est surmonté et maintenu en place par le système de chargement. Lequel système est d’un seul tenant et non fonctionnel. Espérons qu’il le soit dans une version boutiques puisqu’Ixo annonce le lancement d’une gamme camions pour les mois à venir.  Pour le reste nous retrouvons avec plaisir l’ensemble cabine-capot moteur que l’on connait bien et qui a gagné une goupille d’arrimage à l’avant. Que les deux citernes n’avaient pas.  L’arrière reçoit une barre anti-encastrement et des blocs de feux horizontaux. Mais je ne vois pas à quoi correspondent ceux qui sont verticaux ? Le châssis est standard.
CH43 2011 4 etoiles 
 

 

Semaine du 19 au 25 mars 2012

 

BUGATTI type 101 coach Gangloff de 1951

Ixo/Altaya - Collection Voitures françaises d'autrefois, n° 05

4470GR Bugatti type101 bleu

 Avec ce coach carrossé par Gangloff, nous entrons enfin dans le vif du sujet de cette collection, puisque jusqu’à présent nous étions encore à reprendre les modèles du test. Et là, nous n’allons pas être déçus car ce premier modèle inédit surprend par ses proportions. Tout en longueur, assez haut et étroit, il reproduit toutefois de bonne manière ce qu’était l’original. Seule peut être la nuance de bleu sera-t-elle jugée trop fade par rapport à celle du modèle exposé à Mulhouse ?  Si les clignotants avant ne sont que gravure peinte, les quatre optiques, qui encadrent la calandre en fer à cheval, sont rapportées en plastique et serties de chrome. La calandre proprement dite est lisse et surmontée de l’écusson Bugatti. Les essuie-glaces et l’antenne radio, bien que simplistes, manquent de finesse. Les fils à rayons et pneus à flanc blanc sont assez grossières. A noter le coffrage de la roue de secours, placé juste devant la portière, côté droit, .  A l’arrière, nous trouvons des feux rapportés en plastique rouge dont le dessin rappellera ceux des premières Panhard Dyna X. Et pour cause… Par contre les catadioptres ne sont que gravés et peints. La sortie d’échappement, très fine, est pleine. L’absence de vitrage à la portière droite permet de plonger le regard dans l’habitacle au mobilier couleur cuir. On peut y découvrir une planche de bord détaillée où les compteurs sont dépourvus de fond noir. Il y a aussi un volant bois très vertical sur une colonne de direction trop longue.  Volant qui n'est maleureusement pas à quatre braches, comme c'était la tradition chez Bugatti, mais seulement à trois branches.Les deux sièges avant sont dotés d’une barre de maintien au sommet de leurs dossiers. Les accessoires des contreportes sont soulignés d’un trait alu. A signaler que cette miniature est dépourvue de tout rétroviseur intérieur. Le soubassement est un peu détaillé.

Pour les spécialistes  il s'agit du châssis 57454 avec le moteur N° 101503.

CH43 2011 4 etoiles
 
 

 CITROËN Dyane de 1971

Ixo/Hachette/AutoPlus - collection Classiques de l'automobile, n° 56

4471GR Dyane blanche
4471GS Dyane blanche
 Au premier abord, le collectionneur peu averti pourrait penser : Tiens c’est la réplique de la Dyane parue sous le n° 07 de la collection des Voitures d’antan. Et il aurait pu avoir raison si quelques petits détails n’avaient pas résistés à un examen un tout petit peu poussé. En effet, nous retrouvons bien le moule ayant servi à réaliser la première. S’il restitue assez correctement les lignes et volumes de l’original, il est toujours noyé sous une peinture trop épaisse, même si sa teinte est un peu plus claire. Un peu comme disait Coluche : Plus blanc que blanc.  Le modèle des Voitures d’antan représentait un modèle datant de 1975 avec ses poignées de portières à la palette horizontale placée sous le bouton poussoir et la calandre dotée de baguettes horizontales chromées. Aujourd’hui, nous avons apparemment affaire à un modèle datant de 1970 avec lesdites palettes reproduites au-dessus des boutons poussoirs et doté d’une calandre unie sertie d’un jonc chromé. Du moins, c’est ce que l’on pourrait croire en regardant de loin. Mais de près, il est possible de découvrir qu’il n’en est rien car ce ne sont qu’artifices. En effet, la gravure des parties concernées n’ont pas été modifiées. Elles n’ont été que présentées de manière différente. Où l’art de faire du « faux » nouveau avec du vieux. Mais dans une vitrine cela ne se verra pas et l’on pourra présenter l’évolution de la Dyane à 6 vitres. A noter qu’elle a perdu le rétroviseur extérieur dans l’affaire.  Le mobilier intérieur est entièrement noir et peu visible. Le soubassement est détaillé.
CH43 2011 3 etoiles
 
  Modèles boutiques

JEEP Wrangler Rubicon de 2012

Greenlight collectibles – réf. 86022 
4465GR Jeep Wrangler orange
4465GS Jeep Wrangler orange
 Nouvelle venue dans le domaine du 1/43ème, cette marque américaine nous propose son premier modèle son premier modèle à cette échelle à un prix que j’aimerais voir plus souvent, car inférieur à 20 euros. Et pourtant, pour ce prix « réduit » par les temps qui courent, nous nous trouvons devant une bonne reproduction de la nouvelle Wrangler Rubicon en version fermée. Toutefois, celui qui sera observateur remarquera qu’il est possible de la présenter découverte car la partie bâchée est amovible. Et oui ! Et une fois débâchée il est permis de découvrir la structure métallique faisant fonction d’arceau-cage de sécurité. Le tout dans un bon respect des lignes, volumes et coloris de l’original dans cette livrée orange métallisé. De plus, la gravure est de bonne facture. Pourtant certaines économies ont été consenties avec notamment la gravure des essuie-glaces sur la plage, à la base du pare-brise ou le traitement des clignotants avant qui ne sont que dessinés. Il y a un subtil mariage du métal et du plastique utilisé pour la reproduction des ailes et autres marchepieds. Les jantes en étoiles sont fidèles mais ne laissent voir aucune reproduction des disques de freins (absents). Les différents monogrammes sont bien présents. Les rétroviseurs extérieurs sont dotés de miroirs. A l’arrière, les feux sont correctement colorés. Il y a même la roue de secours fixée sur son armature et surmontée du troisième feu stop. L’habitacle reçoit un mobilier entièrement noir mais correctement gravé. Si le tableau de bord affiche ses cadrans et le couloir de servitude les différents leviers de ce 4x4, le volant, très vertical, est placé trop bas, interdisant de glisser un conducteur à bord. La gravure du soubassement permet de vérifier que l’on est bien en présence d’une voiture à transmission intégrale. La vraie en vidéo.
CH43 2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Presse et boutique