Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Collec'Hebdo 43

Le blog qui accueillait jusqu'ici Collec'Hebdo 43 est arrivé à saturation. Aussi ai-je réactivé ce blog en sommeil le 08 février 2008 pour qu'il prenne le relais. Vous retrouverez ici la suite des analyses hebdomadaire des nouveautés entrant dans ma collection de voitures miniatures au 1/43ème.

Par contre vous pouvez toujours consulter les numéros antérieurs sur les différents blogs utilisés jusqu'à présent, tant qu'Over-blog accepte de les conserver.

Bonne lecture et merci d'être fidèle à Collec'Hebdo 43.

N'hésitez pas à  le faire connaître autour de vous.

Recherche

27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 00:05
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 316 du 29 août 2011
 page 1/3
 
Modèles presse
 
Et voila, ce qui devait arriver, est arrivé.  Pas assez de sorties presse pour assurer la présentation hebdomadaire de cinq modèles. Heureusement qu'il y a quelques "imprévues" pour permettre de vous présenter ce numéro un peu particulier par son contenu. A vous de juger.
 
 

Enfin, une nouvelle collection qui démarre…

 

Encore une collection dédiée au monde de l’endurance …

 

titre Passion vitesse

 

A croire que c’est un filon pour ses auteurs…

 

A suivre par les inconditionnels de ce genre de voitures. Je sais qu’il y en a pas mal, mais de là à repartir pour un tour… Libres à eux, moi je resterai sur le bord de la piste à les regarder tourner. Le plus longtemps possible !
 

Et chez nos voisins ?

 

Alors que chez nous les collections presse s’essoufflent, il semble qu’en Allemagne ce soit l’inverse qui se produise actuellement. Je n’en veux pour preuve, que ce premier numéro d’une nouvelle collection reçu jeudi 25 août et consacrée aux voitures classiques allemandes des années 50 à 80. Il s’agit d’un partenariat entre Hachette et Schuco.

 

titre Deutsche Auto Klassik

 

LANCIA Fulvia Rallye 1.6 HF

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 41 
4329GR FulviaHF coupe rouge 
Signée Ixo, cette nouvelle version de la Fulvia Rallye 1.6 HF déjà connue des collectionneurs, ne laissera pas un souvenir impérissable, sinon pour les errements qu’elle comporte au niveau de sa présentation.  En attendant de revenir sur ce point, nous nous trouvons une fois encore devant  des lignes, volumes et coloris extérieurs connus et réalistes. Si le traitement de l’avant n’appelle pas de remarques particulières, il convient de signaler qu’à la différence des versions précédentes, ici les clignotants latéraux sont placés plus haut. Sur les autres ils se trouvaient à la hauteur du centre des phares principaux. Par contre les essuie-glaces sont toujours représentés seulement peints à même le pare-brise. Les jantes sont réalistes. A l’arrière, outre les monogrammes qui s’étalent sur toute la largeur du panneau, les feux sont représentés par des pièces métalliques peintes, elles aussi. Et là où le bat blesse, c’est l’habillage de l’aile arrière droite qui est composé d’un bouchon chromé apposé sur le dessus, d’une première trappe gravée sur la partie supérieure de l’aile et d’une seconde, dessinée juste en-dessous en tampographie !!! Alors que seule celle-ci est placée au bon endroit et que les deux premiers sont superflus.  Puis, vient l’habitacle où les choses se gâtent car, à vouloir standardiser les choses, cette voiture a été dotée de sièges baquets à haut dossier. Pourtant, dans la vraie, les sièges n’avait que des sièges au dossier ne dépassant que de très peu la ligne de caisse. Comme Ixo l’avait reproduit sur sa première représentation de cette voiture.  Cependant, il faut reconnaitre l’effort qu’il a fait pour nous proposer une planche de bord bien colorée et au tableau de bord paré de tous ses cadrans. A noter que la présentation, tout en noir, de cet intérieur, ne met pas en évidence la reproduction du pédalier, du bossage de la base du levier de vitesses coudé et la présence de deux chronomètres devant le passager. Le soubassement, peu détaillé, reçoit une plaque de protection du moteur. 
2011 4 etoiles
 

PEUGEOT 908 HDi FAP – 24 heures du Mans 2009

Ixo/Altaya – collection Passion de la vitesse, n° 01 
4330GR 908HDi LMP1 bleue 
Signée Ixo, cette 908 HDi FAP, premier modèle d’une nouvelle collection dédiée aux modèles d’endurance, genre Le Mans séries, reproduit fidèlement l’original, d’autant plus facilement que celui-ci était dépourvu de stickers concernés par la loi Evin. Ainsi, lignes, volumes et décoration, correspondent à la réalité et participent à son réalisme. Si les optiques avant ont fait l’objet d’un soin particulier et sont constituées par des pièces rapportées en plastique métallisé et protégées par une bulle, les feux arrières ne sont que gravés et peints au milieu du large extracteur d’air. Les jantes manquent quelque peu de finesse. A l’intérieur de l’habitacle, il y a un mini siège baquet avec harnais, un extincteur rouge et un plancher moulé. La représentation de la planche de bord est des plus succinctes. Il est vrai que peu de collectionneurs iront regarder à l’intérieur. Le soubassement est à fond plat.
2011 4 etoiles
 

MERCEDES 300SL de 1954

Schuco/Hachette – collection allemande  Deutsche Auto-Klassiker, n° 01 
4331GR 300SL coupe gris 
Signée Schuco, cette énième représentation de la célèbre 300SL à portes papillons me laisse un peu perplexe quand au rendu des lignes et volumes de l’original. En effet, je ressens leur interprétation plutôt que leur restitution. A titre d’exemple, un haut de pare-brise trop bas, des bossages du capot trop volumineux  ou encore une découpe latérale dudit capot trop cintrée. Mais c’est surtout la forme de la calandre, qui participe le plus à cette impression. Pourtant un effort de présentation a été fait au niveau des pièces rapportées chromées comme les très fins essuie-glaces ou la calandre. Laquelle est trop rectangulaire et haute, pour être fidèle au dessin de la vraie. Les roues paraissent trop grandes. A l’arrière, les feux sont rapportés, en plastique rouge. L’habitacle contient un mobilier entièrement rouge, dont la finition donne l’impression de commencer à dater. Par contre le soubassement est quelque peu détaillé, avec une belle ligne d’échappement rapportée. 
2011 3 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 14:46
2011-08 CH43 7eAnnee
 
 n° 314 du 15 août 2011
 

Ou, si vous préférez, voici que la « Saison 7 » - comme on dit aujourd’hui – démarre avec ce numéro. Eh oui, cela fait maintenant six ans que je vous présente, tant bien que mal, certains modèles entrant dans ma collection personnelle. 1.832 très exactement, depuis le numéro un de Collec’Hebdo 43. Devenu entre temps CH43.

Les collections presse se font de plus en plus rares même si quelques irréductibles comme Hachette et AutoPlus nous proposeront dès le 12 septembre, de l’inédit avec une collection de transformations de la célèbre 2cv Citroën. Je vous en parlerai plus en détail dans quelques jours.

Entre temps, le 23 août, pour être plus précis, Altaya va sortir une énième collection dédiée aux voitures d’endurance, « Passion de la vitesse », où les amateurs du genre devraient trouver de quoi satisfaire leur passion.

Même les sorties boutiques vraiment intéressantes et abordables se font de plus en plus rares. Quand je vois que la plus part des dernières sorties sont affichées à plus de 50 € je me pose la question : cela vaut-il le coût coup de continuer ???
 
 Modèles presse

ASTON-MARTIN DB4 de1959

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 40
4320GR DB4 verte
4320GS DB4 verte
 Signée Ixo, cette nouvelle représentation de la célèbre DB4 en rappellera une autre aux fidèles lecteurs de CH43 car elle nous fut déjà proposée, dans cette même livrée verte, soius le n° 47 de la collection des Voitures de rêves. En en diffère cependant par certains détails dont la disparition de la petite grille qui ornait la prise d’air du capot moteur ou la disparition de ce qui semblait être des feux de recul, rapportés de part et autre de l’immatriculation arrière. Tout comme les sorties d’air latérale, hier noires et aujourd’hui couleur carrosserie. Ou encore les jantes fils chromées, et non plus alu. Ceci étant, les lignes, volumes et coloris sont très fidèles ; D’autant que le grain de la peinture métallisée est encore plus fin. L’ensemble est fort plaisant à regarder  avec son petit écusson sur l’avant du capot. Le mobilier intérieur est entièrement noir et bien gravé. Le soubassement est un peu détaillé. Le résultat est très honnête pour un moule qui commence à dater.
2011 4 etoiles
 

FORD Fiesta S2000 – rallye du Mexique 2010

Ixo/Altaya – collection Passion du rallye, n° 35
4319GR Fiesta S2000 blanche
 Signée Ixo, cette représentation de la Fiesta S2000, bénéficie d’un moule qui me parait inédit, le monde du rallye n’étant pas qu’un pôle d’intérêt vraiment secondaire pour moi. Celui de la voiture de M. Toulemonde étant le principal. Lignes, volumes et décoration sont au rendez-vous. Ce qui a suscité mon intérêt pour ce modèle c’est la découpe particulière des élargisseurs d’ailes, avant et arrière, qui ne protègent que partiellement celles-ci. Et puis la séance photo a permis de découvrir (c’est un peu le cas de le dire) la présence de sponsors très… intimes et désaltérants. Malgré leurs formes tourmentées, les optiques avant et les feux arrière, rapportés et en plastique, sont réalistes. Les jantes laissent deviner les disques de frein. Une énorme sortie d’échappement perce le bouclier arrière. A l’intérieur, le mobilier, réduit aux deux sièges baquets est protégé par un bel arceau-cage. A noter que l’extincteur se trouve placé devant celui du pilote et que l’on voit, à l’arrière, la tête des amortisseurs au-dessus des passages de roues. Le soubassement reproduit un fonds plat.
2011 4 etoiles
 

FORD Focus WRC – rallye de Monte-Carlo 2001

Ixo/Altaya – collection Rallye de Monte-Carlo, n°  126
4318GR Focus WRC blanche
 Signée Ixo, cette Focus WRC, dans cette livrée blanche, surprend par l'absence, inhabituelle de nos jours, de tout rétroviseur extérieur côté droit. Au premier abord on pourrait penser à un oubli au montage. En fait, il n’en est rien. Le modèle reproduit en était bel et bien dépourvu lui aussi. Des photos le confirment. De plus, les lignes et volumes de celui-ci sont bien reproduits et ne correspondent pas au moule utilisé pour les derniers modèles proposés dans les autres collections. Celui-ci est légèrement plus étroit et un poil plus court car il s’agit de la génération précédente de la Focus.  Sa décoration s’avère complète et fidèle. Les feux sont rapportés et en plastique, correctement colorés. Ceux de l’arrière imitant les feux à led. Les jantes en étoiles laissent voir les disques de frein. Et une astuce de fabrication est à signaler. Toute la partie supérieure à la ligne de caisse est en plastique, y compris le pavillon ! Le mobilier intérieur : sièges baquets, extincteur et roue de secours, est protégé par un imposant arceau-cage. Le soubassement est peu détaillé.
2011 4 etoiles
 
 Modèles presse - collections italiennes

ABARTH 1000 Bialbero de 1962

Metro/Hachette – collection Abarth, n° 38
GR4298 F-A 1000 Bialbero ro
 Signée Métro cette berlinette 1000 Bialbero séduit l’œil par ses rondeurs, même si, son nouveau capot moteur rompt celles-ci à l’arrière. Lignes, volumes et livrée rouge sont bien reproduits.  De fins essuie-glaces et des phares représentés protégés par une bulle en plastique participent à cette présentation, tout comme le petit rétroviseur obus placé sur l’aile avant gauche. Le dessin des jantes est réaliste. Les ailes avant et le couvercle du coffre arborent les monogrammes, tout comme le capot moteur. Les feux arrière, rapportés et en plastique, sont bien colorés. On aperçoit une représentation en volume du moteur. A l’intérieur tout est en noir, sauf le volant sport à cercle en bois et branches métalliques. Derrière celui-ci il y a les cadrans du tableau de bord. A noter, la présence de la goulotte de remplissage du réservoir qui traverse la lunette arrière et traverse l’arrière de l’habitacle. Le soubassement est détaillé notamment au niveau du train arrière avec un carter moteur alu et d’où part une double sortie d’échappement.
2011 4 etoiles
 

ABARTH 2400 coupé Allemano  de 1964

Metro/Hachette – collection Abarth, n° 08
GR4292 Abarth 2400 coupe bl
 Signé Metro, ce coupé 2400, nous propose d’assez belle façon les lignes, volumes et coloris du vrai tout en bénéficiant d’une gravure et d’une présentation honnêtes.  D’autant que les optiques avant sont cerclées par un « vrai » chrome. Les optiques additionnelles et les clignotants avant sont eux aussi rapportés et en plastique. L’écusson central, aux couleurs d’Abarth, n’a pas été omis. Et l’avant du capot arbore le monogramme Abarth en tampographie. Il en est de même pour le panneau vertical arrière. Les roues présentent des jantes à fils assez fines. La série de feux est constituée de six pièces en plastique, rapportées et correctement colorées. A l’intérieur tout est en noir, même cercle du volant sport dont les branches sont métalliques. Derrière celui-ci il y a les cadrans du tableau de bord. Le reste de la planche de bord est couleur caisse et affiche en noir le monogramme Abarth. Le mobilier est correctement gravé. Le soubassement est très creusé et travaillé avec des trains roulants et une ligne d’échappement reproduits en trois dimensions.et se terminant par une double sortie chromée.
2011 4 etoiles
 
Courriel des lecteurs

Ajout du 13/08/11 à 18h00

 

Suite au billet d’humeur publié dans ce numéro, je viens de procéder à un échange de mails avec quelqu’un qui SAIT de quoi il parle. Et il m’a permis de me faire l’écho de ses propos, sous réserve que je conserve son anonymat et que je reformule ses commentaires. Je l’en remercie publiquement ici. Et c’est ce que je vais tenter de faire de la manière la plus neutre possible.

 

 

1 – Gale du zamac

Pour contrebalancer les prix tellement tirés vers le bas par les donneurs d’ordres de certaines collections, les usines chinoises ont employé et réutilisé les moindres chutes de zamac qui avaient déjà été injectées à plusieurs reprises en ne prenant pas soin de bien garder un certain dosage avec du zamac pur en lingot. De ce fait certaines propriétés provenant d’autres composants comme le magnésium, le cuivre, l’alu ou le zinc n’étaient plus au rendez vous.

 

Cette situation serait provoquée par les acheteurs qui veulent toujours des prix les plus faibles possibles.  Il y aurait même des acheteurs pour grandes surfaces qui n’achèteraient que "du prix" et qui se moqueraient comme de leurs premières chemises de la qualité.

 

En retour, les chinois ne livrent que pour la somme fixée. Ils « tricheraient » sans que personne y voit quoi que ce soit ou bien plus tard - mais la c'est trop tard !



 

2 – Coût de fabrication d’un modèle

Suite à ce billet, mon interlocuteur a voulu réagir sur le coût de fabrication en Chine. Il précise même qu’il a lu par ailleurs « tant d’imbécilités »  qu’il voudrait « tordre le cou à cette idée, fausse, de penser qu’une voiture chinoise pourrait couter un euro à l’achat ».

 

Fort d’une très longue expérience en Asie il précise que les chinois sont capables du meilleur comme du pire en matière de qualité et qu’ils en font pour l’argent que vous leur donnez ou tout au moins du prix que vous allez leur soutirer.

 

Tout nouveau modèle engendre un nouveau moule. Or, le coût  d’un moule au 1/43ème se situe entre 12 et 15.0000 euros. Ce qui entraîne la fabrication de grandes quantités pour l’amortir. Ce qui incite les donneurs d’ordre à privilégier la réutilisation des moules pour tenter de faire de nouveaux modèles (variantes, millésimes différents), dont le résultat n’est pas toujours réussi je vous l’accorde.

De plus et depuis peu, les douanes imposent des droits de douanes sur les moules même si ceux ci ne passent pas les frontières, même si ceux-ci restent en Chine.


Enfin, le zamac augmente, les charges sociales et la main d’œuvre chinoises aussi. Ainsi, en 6 ans le prix d’achat d’une miniature a pratiquement doublé. Ce qui a pour conséquence première que les éditeurs soient aussi frileux à lancer de nouvelles collections de nos jours. Ce n’est pas plus compliqué pour expliquer la raréfaction des sorties presse en ce moment.

 

 

 
2-a - Pour les prix des petites séries magasin tirées à moins de 500 exemplaires

Important : les capacités de production pour une machine sont - en cadence normale - d’environ 2.500 pièces/jour. De plus, pour monter, régler, démonter et nettoyer juste un moule, il faut au moins 3 ou 4 jours !

 

Alors, juste pour faire 500 pièces, il faut… allez trois heures. D’où une augmentation du prix de fabrication.

A celui-ci, il faudra ajouter les frais de transport et de douanes.

On obtiendra alors un prix hors taxes pouvant varier de 12 à 18 € en fonction du modèle et de son emballage. Ajoutez-y la marge des intermédiaires et du revendeur, qui multiplie ce prix par 2 ou 2,5 et n’oubliez pas la TVA à 19.6 %. Vous arriverez vite à un total proche ou supérieur à 40 € TTC.

 

2-b – Pour le prix des modèles des collections presse

Pour une collection de 50 numéros, et donc pour un volume global très supérieur. Le prix d’achat d’un modèle est entre trois et quatre fois moins élevé. Ce qui permet, encore aujourd’hui de proposer  un prix au numéro à 12 euros alors que près de 40% du prix de vente public passe dans la distribution et la livraison de tous les points presse.


Cette " explication" est valable pour tous les produits achetés en Chine.

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 11:17
2010-02 transit CH43
 
 n° 312 du 01 août 2011
 
 Ce mois d’août qui commence ne devrait pas être riche en sorties presse. Aussi je mettrai à profit les prochains numéros de CH43 à vous montrer quelques modèles issus de la collection presse italienne dédiée à ABARTH. Et si tout se passe bien, je devrais être en mesure, dans le numéro daté du 29 août de vous présenter un contenu inédit. Bonnes vacances aux aoûtiens et bonne reprise pour les juillettistes qui reprennent le boulot…
 
 Modèles presse

BERLIET GR12 de 1964

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 44
4310GR Berliet GR12 savoyar
 Signé Ixo, ce GR12 se révèlera être un des mes préférés de cette collection par sa présentation très simple. Pourtant il n’est pas exempt pour autant de petits défauts. Alors autant les évoquer tout de suite : absence de représentation des phares placés dans le pare-chocs avant ainsi que des tambours de freins derrière les jantes de type artillerie des roues avant, d’où le grand jour constaté à travers elles. Pour le reste, les lignes, volumes et coloris sont très réalistes et fidèles au camion qui a servit de modèle, visible sur Forum auto. Cette nouvelle représentation de la cabine relax diffère de celle du GAK par ses dimensions plus généreuses. A preuve la grille de calandre comptant un élément central supplémentaire (7 colonnes d’alvéoles au lieu de 6) et un pare-brise composé de deux éléments réunis par un joint en caoutchouc. De même, le diamètre des roues est plus grand que sur le GAK. Essuie-glaces, rétroviseurs extérieurs et poignées d’aide à la montée sont constitués par des pièces rapportées en plastique. Une jolie caisse alu, bâchée et à l’arrière ouvert, complète l’ensemble. L’e mobilier de la cabine est entièrement noir. On y devine la couchette derrière les sièges. Le châssis est standard.
2011 4 etoiles
 

PEGASO Comet 1090 L de 1964

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 43
4306GR Pegaso Comet paille
 Signé Ixo, ce Comete 1090L n’est pas un inconnu pour les amateurs de camions au 1/43ème puisqu’il nous a déjà été proposé dans une version caisse à capucine bâchée, en livrée blanche et verte pour le quatrième et dernier modèle du test de cette collection, puis dans une livrée orange et verte, livraison de primeurs sous le n° 08. Nous retrouvons donc les lignes et volumes toujours aussi fidèles de sa cabine et de son châssis, allongé ce coup-ci. Nous retrouvons aussi le plateau à capucine chargé de bottes de paille (une grosse exactement, soit 12 x 12 = 144 bottes de paille). Ou, l’art et la manière de nous proposer un nouveau modèle à moindres frais. La cabine reste la partie la plus intéressante avec une belle reproduction de sa proue. Laquelle est caractéristique avec sa calandre en quartiers, très voisine de celle de Dodge. Le pare-brise est toujours coiffé par un  large pare-soleil extérieur, bleu cette fois-ci. Remarquez la disparition du cartouche SP sur le pare-chocs. Par contre celui-ci est bien présent à l’arrière, où ne figure aucune immatriculation !!! A l’intérieur, notez la place occupée par le levier de vitesse et le coffre du moteur qui limitent le volume habitable à deux personnes. Le châssis est aux standards de cette collection.
2011 4 etoiles
 

RENAULT R12 TL de 1970

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 39
4309GR R12 jaune
 Signée Ixo, cette nouvelle reproduction de la R12, reprend le moule déjà très connu dont l’origine doit remonter au n°36 de la collection des Voitures d’antan, où elle était proposée dans une livrée bleue. Datant d’une époque aujourd’hui révolue, ses lignes et volumes sont acceptables et dissimulés en partie sous une trop épaisse peinture jaune qui dissimule par endroits la gravure. Pourquoi l’avoir dotée à l’avant d’une plaque d’immatriculation « carrée » ? Par contre, les ensembles clignotants-veilleuses, à l’avant, et les blocs de feux arrière, tous rapportés et en plastique, sont correctement colorés. Les jantes sont assez réalistes mais leurs enjoliveurs centraux ne comportent aucun quartier. L’entourage noir des vitrages est très peu discret. A l’arrière, le retour du couvercle du coffre affiche des monogrammes si petits qu’ils sont illisibles. A l’intérieur, le mobilier est entièrement noir et il est difficile d’en voir la gravure. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 3 etoiles
 

SIMCA Aronde Camionnette de 1954

Ixo/Altaya – collection Route bleue, n° 76
4311GR Aronde camionnette n
 Réduite par Ixo cette Aronde Camionnette  se révèle être exactement la même que celle sortie dans la collection Simca, n° 30, dans une livrée un peu plus sombre. Elle permettra peut-être à certains de combler un oubli lors de la sortie de la première. Lignes, volumes et coloris sont au rendez-vous. De plus cette camionnette est vierge de toute publicité. L’avant est réussi, tout d’ailleurs que le reste de la miniature, avec sa large ouverture surmontée par l’écusson à l’hirondelle stylisée et correctement reproduite. Les clignotants débordent bien sur les côtés. Contrairement à celle de la collection Simca qui possédait des enjoliveurs correctement dépourvus de rouge en leur centre, sur celle-ci le S a été peint en rouge. Pourquoi ? Il y a toujours les plaques de tare des deux côtés. L’arrière est surmonté d’une bâche ouverte sur un plateau  rainuré, bâche qui peut se retirer facilement. Notez que la signalisation arrière de ce modèle se limitait à deux feux qui assumaient les trois fonctions obligataires de l’époque : feux, freins et clignotants. L’habitacle à l’instrumentation et au mobilier des plus réduits met en évidence une banquette marron. Le soubassement est peu détaillé.
2011 4 etoiles
 
 Collection ABARTH (presse italienne)

ABARTH 750 VIGNALE Goccia de 1957

Metro/Hachette – collection Abarth, n° 25
4301GR Abarth-Vignale rouge
 Signée Métro, cette représentation de la Goccia de Vignale, restitue très bien les lignes et volumes surprenants de l’original dans cette livrée noir et rouge. D’autant que la gravure et la présentation sont elles aussi fort acceptables. Qui reconnait la plate-forme de la Fiat 600D qui a servi de base à ce modèle ? Les feux principaux, avant et arrière sont en plastique, rapportés et correctement colorés.  Malgré leur faible diamètre les roues arborent des jantes à vissage centrale par papillon à trois ailes. Les portières arborent l’écusson de Vignale et le monogramme Fiat-Abarth 750. Le capot moteur reçoit une prise d’air pour améliorer le refroidissement. A l’intérieur tout est en noir, sauf le volant sport à cercle en bois et branches métalliques. Il n’y a pas banquette arrière. Le soubassement est détaillé, notamment au niveau du train arrière d’où part une double sortie d’échappement.
2011 4 etoiles
 
 BONUS

 SIMCA Aronde 1300 Elysée

Eligor (via Ixo)/Hachette - collection Blake et Mortimer, n° 15

GRBM15 Aronde 1300 taxi
 

Citroën DS19

Eligor/Hachette - collection Blake et Mortimer, n° 17

GRBM17 DS19 noire
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 14:39
2010-02 transit CH43
 
n° 307 du 27 juin 2011
page 2/2
 
 Spécial test collection pompiers
 Ce test se sera fait désirer un peu plus longtemps que prévu, mais il est enfin arrivé. Disponible notamment sur la région de Valenciennes (59), il est dédié aux fourgons de sapeurs pompiers. Je pense qu’il répondra aux attentes des amateurs de véhicules d’incendie et de secours. Pour ma part, faute d’intérêt et de places, je me limiterais pour le moment aux deux premiers numéros de ce test que je vous présente aujourd’hui. D’autant que le prix de vente envisagé de 19.99 € en régime de croisière me parait élevé en l’absence de figurines…
 

HOTCHKISS PL50

Ixo/Eaglemoss – collection Pompiers, n° t01
GR4276 Hotchkiss SP
 Le premier numéro de ce test est tout sauf un modèle inédit en matière de miniatures puisque nous le connaissons depuis des années, illustré notamment au 1/50ème par Solido. D’accord, aujourd’hui il nous est proposé par Ixo au 1/43ème, mais ce fourgon ouvertPL50 n’est pas vraiment une nouveauté. Ses lignes et volumes, ainsi que son équipement, sont réalistes. Pourtant la qualité perçue semble en retrait par rapport à la production de la collection des Camions d’autrefois. En cause le recours à des pièces en plastique qui font plus jouet qu’autre chose car trop brillantes. De plus certains détails manquent de finesse. Cette impression est d’ailleurs amplifiée sur le second fourgon. Malgré tout, l’ensemble sera plaisant à regarder dans une vitrine. La partie carrosserie, en métal, est finement gravée.  Les accessoires en plastique sont nombreux : dévidoirs, lances et réservoir, par exemples. Si le poste de conduite laisse voir son aménagement intérieur avec levier de vitesses au centre et levier de frein à main contre la portière conducteur, il permet aussi de constater que les contreportes ne sont pas traitées. Le châssis est simplifié.
2011 4 etoiles
 

UNIC VIRDI CCFM

Ixo/Eaglemoss – collection Pompiers, n° t02
GR4275 Unic SP
GS4275 Unic SP
 Signé Ixo, cette nouvelle reproduction de l’Unic Marmon Boquet est plaisante à regarder et nous rappelle sa version bâchée proposée comme n° 75 de la collection des Camionnettes d’antan. Mais elle souffre d’une qualité perçue moins bonne que cette dernière en raison de pièces plastiques fragiles et pour certaines mal ajustées ou alignées, comme notamment les divers marchepieds et éléments anti encastrement. Ou encore, les barres trop souples faisant fonction d’arceau de protection des passagers extérieurs. De plus le plastique utilisé est trop brillant et certains accessoires manquent de finesse dans leur reproduction (exemple : le balais). A noter que tout l’aménagement fixé sur le plateau est en plastique et que le treuil fixé à l’avant ne bénéficie plus d’un cadre de protection. Le mobilier de la cabine est composé de deux sièges et de leviers multiples. Ici les contreportes sont reproduites. Le soubassement reproduit de manière succincte la transmission de type 4x4.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 16:09
2010-02 transit CH43
 
 n° 304 du 06 juin 2011
 

Courriel des lecteurs (ajout du 06 juin 2011) 

 

Suite à la mise en ligne de ce numéro, je voudrais préciser que, comme à l'occasion de tous les tests jusqu'ici organisés, il est très peu probable que les souscriptions d'abonnement en ligne pour la collection des Voitures françaises d'autrefois soient suivis d'effet, notamment si la décision de lancer la collection envisagée n'est pas prise. Ce qui fut le cas pour le test des belles américaines.

 
 Modèles presse

BERLIET GBM 10b de 1956

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 40
GR4265 Berliet GBM vert
GS4265 Berliet GBM vert
 Signé Ixo, ce Berliet GBM 10b séduit tout de suite par sa livrée vert foncé et son allure générale. Si les lignes et volumes sont bien reproduits, les puristes ont déjà signalé que le pavillon de la cabine aurait du être peint en blanc, pour limiter les effets du soleil sur un véhicule qui sillonnait, les routes des départements d’Algérie dans les années 1950. J’y ajouterai qu’à mon avis, la chape d’attelage avant ne devrait pas dépasser du pare-chocs. Pour le reste, nous retrouvons une très bonne gravure de l’ensemble, y compris le plateau bâché et ouvert. Ce camion des Messageries Mory dispose d’une cabine double offrant trois places et une mini couchette. La roue de secours a migré du dessous du châssis- à 6 roues – vers l’arrière de la cabine, au-dessus du long réservoir de carburant. Le pavillon est prolongé vers l’avant par une visière qui contribue à la personnalité de ce camion. Le châssis est classique. Un modèle original.
2011 4 etoiles
 

RENAULT R8 de 1962

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 35
GR4264 R8 blanche
 Signée Ixo, cette énième déclinaison de la R8 reprend le moule déjà maintes fois utilisé pour nous les proposer. Personnellement c’est la 8ème R8 de ce réducteur qui entre dans ma collection. C’est la première à avoir une livrée blanche. Les lignes et volumes restent fort acceptables malgré l’âge du moule. L’avant revient à la simple paire d’optiques équipant la R8 de base. Les roues sont toujours aussi quelconques, ne mettant pas en évidence leurs jantes pourtant bien ajourées par huit alvéoles. Par contre, les vitres des portières arrière, sont à nouveau bien partagées. A l’arrière les feux sont en plastique coloré et dotés de catadioptres rouge cette fois-ci. Le monogramme Renault est présent sur le capot arrière.  A noter qu’à intérieur, outre un mobilier noir correctement reproduit, la planche de bord  est restée celle de la R8 Gordini. Le soubassement, bien gravé est repris des versions précédentes.
2011 3 etoiles
 
 SPECIAL test pour la collection «  Voitures françaises d’autrefois »
 

Je suis enfin en mesure de vous présenter les trois modèles du test qui suivaient la Facel-Vega Excellence, présentée dans le n° 291 du 07 mars 2011, grâce à la solidarité entre collectionneurs. Merci. C’est aussi l’occasion pour moi de formuler quelques remarques sur le contenu éventuel de cette collection, même si c’est certainement trop tard pour qu’elles soient prises en considération. Mais il n’est jamais trot tard dit-on. Alors …

 

Alors. Si cette nouvelle collection est lancée, il serait bien qu’elle ne comptât point de doublons avec les collections précédentes. J’en veux pour exemple, la Panhard Dyna Z qui est parue dans la collection des Classiques de l’automobile (n° 05), que vous trouverez plus loin. Ou encore la Bugatti Royale Esders qui fut proposée dans la collection des Voitures classiques (n° 01). Il est temps que les éditeurs et réducteurs comprennent qu’une nouvelle collection se doit de proposer de véritables modèles inédits, quitte à reprendre un moule existant, mais en nous en proposant une finition non encore proposée. De même, pourquoi nous imposer les cabriolets en version ouverte ? Ce que j’appelle des demi-voitures. Une version couverte est tout aussi élégante et ne devrait guère coûter plus cher à fabriquer.

 

Mais quoi qu’il en soit, il existe assez de modèles français répondant au sous titre de cette collection : « Marques disparues et modèles prestigieux » non encore reproduits de manière industrielle pour nous proposer 50 modèles vraiment inédits…
 

Reprise de la présentation faite dans le n° 291 du 207 mars 2011

 

 

FACEL-VEGA Excellence de 1960

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° 01

GR4190 FV Excellence bleue
 Signée Ixo cette « Excellance » (sic) avec un a dans la gravure du soubassement, reproduit la première version de l’Excellence, reconnaissable à son pare-brise panoramique. Elle est donc identique à celle reproduite par Provence-moulage, il y a… quelques années. D’où la perte, sur la mienne de l’antenne radio et de deux poignées de portières, suite à sa manipulation.  Comparaison ne vaut pas raison, mais les deux se défendent et celle proposée aujourd’hui par Ixo est de bonne facture. Mais avant d’entrer dans l’examen des détails, je me suis longuement posé la question : pourquoi bleue ? Le noir lui aillait si bien. Une précision cependant, le bleu de mes photos ne correspond pas à celui de la miniature qui est d’un bleu plus franc que le rendu violine de mon APN. Ceci étant précisé, revenons à la voiture. Donc, lignes et volumes sont correctement reproduits, dans une livrée bleue assez proche du bleu du coupé Simca 8 sport, quoique un poil moins foncé. Modèle carrossé lui aussi chez Facel Métallon. Et là où Ixo a fait preuve d’imagination c’est dans la représentation des vitrages latéraux. Je m’explique. Suivant sous quel angle vous regardez la voiture, vous n’en avez pas la même approche. Ainsi de trois-quarts avant droit vous vous trouvez en présence d’une berline quatre portes. Mais de trois-quarts avant gauche, vous vous croyez en présence d’un coach à quatre portes, du fait de a reproduction vitres entièrement descendues. L’explication réside dans le fait que sur la vraie, les encadrements des vitres étaient solidaires de celles-ci et s’effaçaient avec elles. L’avant est honnêtement reproduit avec la prise d’air sur le bossage du capot, l’écusson au-dessus de l’élément central de la calandre, lequel est encadré par les deux autres. Sous ceux-ci court le monogramme de la marque. Les quatre optiques verticales sont présentes, elles devraient avoir des ampoules jaunes. Et ceci devra s’appliquer à tous les modèles de cette collection. M. Ixo, merci de prévoir des phares teintés jaune clair. Le dessin du pare-chocs est fidèle. Le dessin des jantes est acceptable. Les retours des pare-chocs sont bien réalisés. Par contre, je ferais bien l’impasse sur la reproduction du chrome vertical épousant le pli sur les portières arrière, qui l’alourdit. Celui courant sur les ailes arrière ne me gène pas. A l’arrière, l’antenne radio trône à la base de la lunette, encadrée par les deux trappes à carburants. Le couvercle du coffre reçoit lui aussi, le monogramme de la marque, de part et d’autre de sa serrure. Laquelle n’est surmontée que de l’écusson Facel-Vega. Il n’y a pas le monogramme Excellence juste au-dessus. Par contre, le large bandeau chromé demandera un peu de rouge pour les feux alors que le pare-chocs demandera une touche de noir pour les sorties d’échappement qu’il contient. A l’intérieur, le mobilier est rouge sang et composé d’une fausse banquette avant et d’une banquette arrière. Le tunnel de passage est présent. Les accessoires des contreportes sont soulignés d’un trait alu. La planche de bord est dotée de ses nombreux cadrans. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 4 etoiles
 

PANHARD Dyna Z  (ou Dyna 54) Grand Standing de 1958

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° t02
GR4253 Panhard Dyna-Z creme
GS4253 Panhard Dyna-Z creme
 Signée Ixo, cette Dyna  Grand Standing n’est pas sans rappeler celle qui nous fut proposée en n° 05 de la collection des Classiques de l’automobile, dont la décoration latérale avait été reproduite trop haut. Dénaturant ainsi le modèle original. Heureusement, le tir a été corrigé et la bicolorisation de ce modèle est correcte. Elle rappelle celle proposée sous la marque Nostalgie (réf. 023). Les lignes, volumes et coloruis sont réalistes et bénéficient d’une finition de bon aloi. Les phares et les feux arrière à la forme particulière et tout en plastique, sont constitués par des pièces rapportées en plastique correctement colorées. Les monogrammes sont présents à l’avant et à l’arrière. L’unique phare antibrouillard est bien présent à l’avant. Les roues ont un dessin assez simplifié.  Le rétroviseur latéral est un accessoire non encore obligatoire à l’époque. Le toit reçoit une antenne radio. L’aménagement intérieur reprend les couleurs de la carrosserie pour ses contreportes et ses deux larges banquettes. A noter la belle reproduction de l’imposant coffrage de la colonne de direction qui supportait les principales commandes de la voiture. Le soubassement est un peu détaillé avec un beau pot de détente alu relié à… rien.
2011 4 etoiles
 

DELAHAYE 235 coach carrossé par Chapron (de 1954)

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° t03
GR4255 Delahaye 235 coach
 Signé Ixo, cet inédit coach 235 dessiné par Henri Chapron, laisse bien auguré de ce que pourrait être les modèles proposés dans le cadre de cette collection. Ses lignes, volumes et coloris sont des plus réalistes. Ils bénéficient d’une bonne finition avec l’imposante calandre chromée, ses optiques avant aux cerclages également chromés, tout comme les pare-chocs et les feux arrière qui sont peints. Les roues à rayons sont acceptables. Les autres chromes habillant la carrosserie ne sont que traits de peinture alu. Les monogrammes et écussons de la marque n’ont pas été oubliés. L’habitacle reçoit un mobilier rouge sang bien gravé et les accessoires des contreportes sont souligné d’un trait alu. La planche de bord, façon bois, est bien détaillée. Ce qui n’est pas le cas du soubassement.
2011 4 etoiles
 

HOTCHKISS Anthéor de 1951

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° t04
GR4254 Hotchkiss Antheor ro
 Signé Ixo, ce cabriolet Anthéor, tel que présenté en version décapoté, fait partie de ce que j’ai appelé un temps – celui de la collection des Voitures classiques – les « demi-voitures » en raison de l’absence de capote en position fermée. Ce qui ne parait pas trop difficile à réaliser en la troquant avec le cache capote imposé jusqu’ici. Peut-être qu’un jour, je serais entendu. D’ici là, revenons à ce cabriolet qui reprenait les lignes et volumes de la berline dont il dérivait, l’Anjou. Si leur rendu est de très bonne facture, il est permis de constater par ceux qui ont ladite berline réalisée par Ixo, avec sa conduite à gauche. Oui ! Oui ! Elle fit couler assez d’encre à l’époque… Tout ça pour dire que cette dernière est, une fois encore, trop grosse pour être véritablement au 1/43ème.  Cela n’enlève rien à ce cabriolet, bien au contraire. Il propose une belle grille de calandre chromée, des optiques avant et des feux arrière chromés, eux aussi, tout comme la mascotte à l’avant du capot. Le pare-brise en deux parties est bien dessiné et supporte deux pare-soleils. Les rétroviseurs extérieurs sont des accessoires rapportés car non encore obligatoires dans les années 1950. Le dessin des jantes est correct. A l’arrière, le couvercle du coffre arbore l’écusson et le monogramme d’Hotchkiss au-dessus de l’immatriculation et une belle sortie d’échappement creuse dépasse sous le pare-chocs.  La voiture étant grandement ouverte sur son habitacle il est permis de constater que le tunnel de servitude n’est pas prolongé entre les sièges ! Sièges, banquette et contreportes sont vert sombre alors que la planche de bord est marron et que les cadrans du tableau de bord sont collés à l’économie, sans leur fond noir. Le soubassement est très peu détaillé.
2011 4 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 10:02
2010-02 transit CH43
 
 n° 300 du 09 mai 2011
 page 1/2
 
 Même si ce 300ème numéro de Collec’Hebdo 43, devenu entretemps CH43, n’est pas illustré par une miniature à ses couleurs, il marque une étape dans la vie de ce blog. En effet, les éditeurs des collections presse semblent s’être tournés vers les marchés Est européens tout en devenir, délaissant de plus en plus le notre qui, pourtant, les a fait connaître. Hélas, il reste encore des niches non explorées mais, rentabilité oblige, elles risquent de le rester encore un bon moment.

 

Ce numéro 300 est aussi pour moi l’occasion de vous remercier de me lire et pour beaucoup d’entre vous, de me suivre, semaine après semaine. Oui, grand merci à vous qui m’avez permis de me faire une petite place parmi vous.

 
 

Qui a parlé d’envol des prix ?

 

 Si, comme beaucoup, je constate depuis quelques mois que les prix de nos chères miniatures ont une fâcheuse tendance à gonfler exagérément, voici qu’au détour d’un rayon de grande surface, Carrefour pour ne pas la nommer – publicité gratuite – j’y ai découvert la semaine dernière un modèle vendu 3 € dont l’exactitude et la finition n’ont rien à envier à un modèle presse, voire à un modèle boutique.

 

 Vous le trouverez présenté à côté de sa consœur, pur produit boutique, trouvée à 47 €… D’accord il n’y a pas photo entre les deux mais il y a matière à se poser des questions sur la vérité des prix pratiqués ici ou là. D’accord également sur l’effet volume de la commande passée par cette grande surface, mais à y regarder de plus près, il y a comme un défaut. Et certainement plusieurs. Seul un négociateur serait à même de m’éclairer sur le pourquoi et le comment de l’écart de prix? En effet, les autres modèles proposés à 3 € font carrément jouets à côté de cette trouvaille.

 

Alors, où se situe le juste prix d’un modèle boutique de finition standard ? Certainement pas dans les sommets qu’ils prétendent avoisiner en ce moment.

 
 Modèles presse

 CITROËN Type HZ de 1955 à châssis long

Eligor/Hachette – collection Type H Citroën, n° 69

GR4243 H Livraisons noir
 Si les dessins annonçant ce modèle parurent peu avenants, celui-ci, signé Eligor, s’avère très avenant, mariant assez judicieusement un noir brillant avec l’alu de sa carrosserie d’origine. Ce d’autant que c’est la version allongée et rehaussée du fourgon qui a été retenue. Nous retrouvons donc le fourgon déjà bien connu pour avoir servi aux n° 49 (marchand de meubles) et 61 (fromager) avec sa porte latérale coulissante et ses ouvertures arrière fonctionnelles.  Pour le reste, nous retrouvons le mobilier habituel de la cabine, séparé par une cloison pleine de la partie chargement. Le soubassement est classique. Une remarque générale pour terminée. Il est dommage qu’Eligor ne soit pas parvenu à représenter correctement les vitrages coulissants des portières.
2011 4 etoiles
 

RENAULT Dauphine accessoirisée de 1958

Ixo/Atlas – collection des Voitures de mon père, n° 04 (par abonnement)
GR4241 Dauphine corail
GS4241 Dauphine corail
 Signée Ixo, cette nouvelle édition accessoirisée de la Dauphine, rappellera à nombre d’entre vous le modèle sorti en 2005 sous le n° 31 de la collection des Chères voitures d’antan dont elle reprend la livrée corail. Pourtant elle se différencie de la première par la présence de roues à jantes pleines – très simplifiées - des Dauphine produites jusqu’à l’AM 1962. Dommage que les accessoires « décoratifs » ne soient que phototamponnés. Si les lignes et volumes sont très acceptables malgré tout, ce type de production ne justifie pas le prix demandé pour cette collection. A l’arrière, il n’y a toujours pas le champignon central d’éclairage  de l’immatriculation, même pas simulé par un point de peinture blanche. A l’intérieur, le mobilier corail reçoit un habillage pied de poule qui me semble lui aussi phototamponnés. La planche de bord et le volant sont ivoire clair. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 3 etoiles
 

RENAULT Floride de 1962

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection Classiques de l’automobile, n° 33
GR4238 Floride cab blanc
GS4238 Floride cab blanc
 Signée Ixo, cette énième reproduction de la version cabriolet découvert de la Floride, n’est pas sans rappeler par sa livrée blanche la première qui fut faite en 2005 avec le n°40 de la collection des Chères voitures d’antan. Pourtant, à y regarder de plus près le modèle d’aujourd’hui est censé reproduire la seconde génération de la Floride. J’écris bien censé reproduire car, une fois encore, Ixo n’a fait qu’une partie du travail de correction du moule. Je ne reviendrai pas sur le rendu correct des lignes et volumes et m’attarderai, au contraire, sur les erreurs et oublis commis par le réducteur. En effet, la seconde génération de la Floride se reconnaissait de profil par des flancs « lisses » dont les ouïes latérales d’aération du compartiment moteur avaient disparu. Or celles-ci sont toujours présentes sur le modèle proposé. De plus, la seconde génération recevait des jantes alvéolées. Si celles-ci sont bien présentent elles ne sont que trompe l’œil car les alvéoles ne sont que peintes. Par contre, les louvoies du capot moteur, autres caractéristiques de la seconde génération, sont bien reproduites. Et si le mobilier intérieur est entièrement noir, hormis les deux cadrans du tableau de bord, le soubassement, un peu détaillé, continuera à faire pester le collectionneur avec la reproduction d’une transmission classique : moteur longitudinal à l’avant et arbre de transmission aux roues arrière. Un comble pour une tout arrière. D’autant que ce défaut a été signalé au réducteur il y a plus de cinq ans !!!
2011 3 etoiles
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 09:48
2010-02 transit CH43
 
 n° 297 du 18 avril 2011
 
 Modèles presse

ALPINE A110 1600S Berlinette de 1973

Ixo/Hachette/AutoPlus – collection classiques de l’automobile, n° 31
GR4219 A110 berlinette bleu
 Signée Ixo, cette énième reproduction de la célèbre Berlinette A110 ne nous est pas pour autant une nouveauté car elle reprend le moule de celle qui nous fut proposée en son temps dans la collection des voitures d’antan, n°59. Nous retrouvons donc une bonne restitution des lignes, volumes et coloris de l’original. Le tout bénéficiant d’une bonne gravure et d’une finition correcte. Elle s’en distingue toutefois par la présence de deux optiques supplémentaires placés devant les demis pare-chocs (au lieu d’être fixés entre ceux-ci et les butoirs). Les clignotants avant ne sont toujours reproduits que par une touche de peinture orange et la prise d’air sous l’immatriculation est toujours absente. Les petites roues possèdent un dessin assez fidèle de leurs jantes.  Ecussons et monogrammes sont à leurs places et les feux arrière, en plastique et rapportés, sont correctement colorés. A noter que la sortie d’échappement est (enfin) à droite sur ce modèle. Par contre, le mobilier intérieur est le même et est entièrement noir. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 4 etoiles
 

LANCIA Fulvia HF au Rallye de Monte-Carlo 1972

Ixo/Altaya – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 123
GR4218 Fulvia-HF RMC
 Signée Ixo, cette seconde version de la Fulvia HF engagée lors de l’édition 1972 du Rallye de Monte-Carlo, sous le n°14 et confiée à l’équipage  Sandro Munari et M. Mannucci. Or cette voiture nous a déjà été proposée sous cette même livrée (n° 48 de la collection 100 ans de sports automobiles) où sa présentation était plus réaliste que sur celle d’aujourd’hui. Je vais revenir sur ce point. Nous nous trouvons donc devant  une reproduction connue et fidèle des lignes, volumes et coloris extérieurs de la voiture. Si le traitement de l’avant n’appelle pas de remarques particulières, ceux des flancs, de l’arrière et de l’habitacle, sont plus ou moins sujets à caution, sinon à questions. Déjà, au niveau des jantes. Celles-ci sont d’un dessin différent, ce qui se justifie dans le cas présent de telles montes lors de l’épreuve. Des photos en font foi. De même pour la présence sur les ailes avant, d’un autocollant Pirelli, mal reproduit, apparu en fin d’épreuve. Par contre, le petit rétroviseur d’aile est trop avancé. A l’arrière, l’immatriculation est enfin correcte. Le bouchon du réservoir est lui aussi différent. Mais c’est surtout dans l’habitacle où les choses se gâtent car, à vouloir standardiser les choses, cette voiture a été dotée de sièges baquets à haut dossier et harnais. Pourtant, dans la vraie, les sièges n’avait que des sièges au dossier ne dépassant que de très peu la ligne de caisse. Comme Ixo l’avait reproduit sur sa première représentation de cette voiture.  Cependant, il faut reconnaitre l’effort qu’il a fait pour nous proposer une planche de bord bien colorée et au tableau de bord paré de tous ses cadrans. A noter que le plancher alu met en évidence la reproduction du pédalier, du bossage de la base du levier de vitesses coudé et de la présence de deux chronomètres devant le copilote. Le soubassement, peu détaillé, reçoit une plaque de protection du moteur.
2011 4 etoiles
 
 Presse espagnole

SEAT 1500 Bifaro de 1969

Ixo/Altaya – collection espagnole Seat la coleccion, n° 37
GR4222 Seat 1500 bifaro
 Signée Ixo, cette représentation de la deuxième génération de la Seat 1500, vient compléter la gamme après la reproduction de la première génération proposée, avec ses simples optiques avant, dans la collection de la Roue bleue (n° 38).  Si nous retrouvons pas ici les défauts signalés lors de l’examen du modèle à simples optiques, c’est que le moule a été conçu au départ pour la version Bifaro à doubles optiques à l’avant. Ce qui n’enlève pas le fait, déjà signalé, que cette reproduction souffre d’une échelle plus proche du 1/40ème que du 1/43ème . Tout comme tous les autres modèles de la gamme : break et pick-up compris. Ceci étant, la reproduction de l’immense calandre est tout juste acceptable, en raison du mauvais rendu du bord chromé du capot moteur, plat et horizontal pour sa partie inférieure, au lieu d’être courbe et rejoindre le haut de la calandre sur la miniature, d’où un aplat chromé vertical incongru à la place. Pour le reste, tout est acceptable, comme les jolies roues dotées de jantes fidèles et de pneus à flanc blanc.  Les feux arrière sont métalliques mais correctement colorés. Les monogrammes et écussons sont présents. A l’intérieur, le mobilier est rouge sang. A l’avant il n’y a qu’une simple banquette. Il devrait y avoir au moins des dossiers séparés. Belle planche de bord. Le soubassement n’est pas détaillé.
2011 3 etoiles
 

SEAT 133 Especial de 1977

Ixo/Altaya – collection espagnole Seat la coleccion, n° 36
GR4221 133 blanche
 Signée Ixo, cette représentation de la petite 133 correspond à la version Especial de ce modèle produit depuis 1977, reconnaissable à sa fausse calandre avant. Pourtant, une fois encore Ixo n’est pas allé jusqu’au bout de la démarche puisqu’en plus de cette fausse calandre et du filet de peinture noire courant surles flancs, cette version arborait des pare-chocs noir mat. De plus, à partir de cette année là, les clignotants avant furent blancs.  Ceci étant, le respect des lignes et volumes de ce modèle relève des méthodes d’avant la scannerisation des originaux. D’où une certaine interprétation, notamment au niveau du pare-brise trop haut et au sommet non horizontal. De plus, les roues semblent un peu trop petites, bien que d’un dessin réaliste. Les feux arrière sont rapportés, en plastique correctement coloré. Le mobilier intérieur, bleu gris, bien que succinct, est bien détaillé. Ce qui n’est pas totalement le cas du soubassement, pourtant plus travaillé que d’habitude.
2011 3 etoiles
 

SEAT 128 de 1977

Ixo/Altaya – collection espagnole Seat la coleccion, n° 35

GR4220 128 coupe rouge
 Signée Ixo, cette reproduction du coupé 128 ne permet pas de définir exactement la version de départ. Si les lignes et volumes sont acceptables, bien que noyés sous une peinture rouge trop épaisse, la présence d’un béquet sur le hayon arrière donnerait à penser qu’il s’agit de la version Sport du coupé 128. Mais je n’irai pas plus loin faute d’autres indices concordant. A signaler l’absence des quatre grilles d’aération sur le capot, à la base du pare-brise.  Les jantes manquent de finesse, tout comme les poignées des portières.  Par contre, le double trio de feux arrière est très bien rendu avec des feux rapportés en plastique, bien colorés et répartis. Bien que simple, le mobilier noir est bien détaillé alors que le soubassement est plat.
2011 3 etoiles
 
Additif du 13 avril 2011

 

Qu’ai-je fait de mettre en ligne dès hier ce numéro 297 ? J’ai déjà reçu deux messages me demandant pourquoi je ne vous ai pas encore présenté les modèles sortis après la Facel-Vega Excellence,  du test des Voitures françaises d’autrefois ? 



Je ne l’ai pas encore fait, parce que je ne suis pas encore en leur possession.



La cause ? Une distribution hiératique et très fluctuante des modèles qui a fait que le pressier qui approvisionne mon correspondant n’a pu lui fournir certains modèles en quantités suffisantes… Donc patience… Et merci encore à mon pourvoyeur pour son entremise.

 

 

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 15:55
2010-02 transit CH43 
 
n° 291 du 07 mars 2011
 
 Modèles presse

Quelques mots sur le test des Voitures françaises d’autrefois.

 

 Grâce à Lebob57, que je remercie ici publiquement de son aide, je vous présente ci-dessous l’examen du premier modèle proposé : la Facel-Vega Excellence. Les modèles qui suivront, la Panhard Dyna Grand Standing de 1953 (déjà vue dans d’autres collections), le coach Delahaye 235 de 1951 et le cabriolet Hotchkiss Anthéor de 1951 (inédits en collections presse) vous seront présentés en une seule fois après la fin du test.  Mais hors de ces quatre modèles, point d’idée de ce que la suite de cette collection nous réserverait. Et en cadeaux annoncés pour l’instant : une plaque émaillée Bugatti et la reproduction de la Pegazo Z102 (déjà vue dans la collection des Voitures d’antan). Un peu maigre ! Mais il faut ajouter que le prix au numéro reste fixé à 12.99 euros. Ce qui peut l’expliquer.

Additif important du 05 mars 2011Le test a aussi lieu sur Chambéry (73) depuis ce week-end. 
 

FACEL-VEGA Excellence de 1960

Ixo/Cobra – test collection Voitures françaises d’autrefois, n° 01
GR4190 FV Excellence bleue
GS4190 FV Excellence bleue 
Signée Ixo cette « Excellance » (sic) avec un a dans la gravure du soubassement, reproduit la première version de l’Excellence, reconnaissable à son pare-brise panoramique. Elle est donc identique à celle reproduite par Provence-moulage, il y a… quelques années. D’où la perte, sur la mienne de l’antenne radio et de deux poignées de portières, suite à sa manipulation.  Comparaison ne vaut pas raison, mais les deux se défendent et celle proposée aujourd’hui par Ixo est de bonne facture. Mais avant d’entrer dans l’examen des détails, je me suis longuement posé la question : pourquoi bleue ? Le noir lui aillait si bien. Une précision cependant, le bleu de mes photos ne correspond pas à celui de la miniature qui est d’un bleu plus franc que le rendu violine de mon APN. Ceci étant précisé, revenons à la voiture. Donc, lignes et volumes sont correctement reproduits, dans une livrée bleue assez proche du bleu du coupé Simca 8 sport, quoique un poil moins foncé. Modèle carrossé lui aussi chez Facel Métallon. Et là où Ixo a fait preuve d’imagination c’est dans la représentation des vitrages latéraux. Je m’explique. Suivant sous quel angle vous regardez la voiture, vous n’en avez pas la même approche. Ainsi de trois-quarts avant droit vous vous trouvez en présence d’une berline quatre portes. Mais de trois-quarts avant gauche, vous vous croyez en présence d’un coach à quatre portes, du fait de a reproduction vitres entièrement descendues. L’explication réside dans le fait que sur la vraie, les encadrements des vitres étaient solidaires de celles-ci et s’effaçaient avec elles. L’avant est honnêtement reproduit avec la prise d’air sur le bossage du capot, l’écusson au-dessus de l’élément central de la calandre, lequel est encadré par les deux autres. Sous ceux-ci court le monogramme de la marque. Les quatre optiques verticales sont présentes, elles devraient avoir des ampoules jaunes. Et ceci devra s’appliquer à tous les modèles de cette collection. M. Ixo, merci de prévoir des phares teintés jaune clair. Le dessin du pare-chocs est fidèle. Le dessin des jantes est acceptable. Les retours des pare-chocs sont bien réalisés. Par contre, je ferais bien l’impasse sur la reproduction du chrome vertical épousant le pli sur les portières arrière, qui l’alourdit. Celui courant sur les ailes arrière ne me gène pas. A l’arrière, l’antenne radio trône à la base de la lunette, encadrée par les deux trappes à carburants. Le couvercle du coffre reçoit lui aussi, le monogramme de la marque, de part et d’autre de sa serrure. Laquelle n’est surmontée que de l’écusson Facel-Vega. Il n’y a pas le monogramme Excellence juste au-dessus. Par contre, le large bandeau chromé demandera un peu de rouge pour les feux alors que le parechocs demandera une touche de noir pour les sorties d’échappement qu’il contient. A l’intérieur, le mobilier est rouge sang et composé d’une fausse banquette avant et d’une banquette arrière. Le tunnel de passage est présent. Les accessoires des contreportes sont soulignés d’un trait alu. La planche de bord est dotée de ses nombreux cadrans. Le soubassement n’est pas détaillé. 
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg 
 

FIAT-ABARTH Grande Punto S2000 – rallye de Monte-Carlo 2010

Ixo/Altaya – collection Passion du rallye, n° 27
GR4189 Grande-Punto S2000
 Noyés sous une abondante décoration, les lignes et volumes de cette Grande Punto signée Ixo, ont du mal à se révéler. Pourtant, une fois l’œil habitué, le résultat est conforme, d’autant que ladite décoration est complète. Pour s’en convaincre, deux belles photos de la vraie sont visibles ici. A l’inverse d’autres collections, je trouve qu’ici, Ixo a fait un effort en matière de présentation, avec, à l’avant et à l’arrière, la présence des crochets de remorquage. Les belles jantes laissent voir les disques de frein avec leurs étriers. Les rétroviseurs externes, très reculés, sont dotés d’un miroir. Le dessin des feux arrière est correct. Le bouclier reçoit feu de brouillard et une sortie d’échappement chromée. Le pavillon reçoit prise d’air et deux antennes radios devant l’aileron surplombant la lunette arrière. A l’intérieur, tout est semble-t-il reculé, sauf le pédalier( ?). Toujours est-il que le mobilier y est protégé par un arceau-cage très détaillé, notamment les renforts des montants du pare-brise constitués de plaques perforées du plus bel effet. Le soubassement, non détaillé, me laisse pantois.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
Je ne peux me retenir de vous proposer cette  vidéo   (à 1mn30 passage de la voiture – regardez bien en haut et à gauche de la seconde prise de vue la sortie de route qui contraindra Gardemeister à abandonner le lendemain sur avarie mécanique ) 
 

SUBARU Impreza WRX STI – rallye de Monte-Carlo 2010

Ixo/Altaya – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 121

GR4188 Subaru Impreza-3 WRX
GS4188 Subaru Impreza-3 WRX
 Signée Ixo, cette nouvelle version de l’Impreza 3 rappellera certainement quelque chose à nos lecteurs car elle est très proche de celle présentée ici il y a peu. J’écris bien qu’elle n’est pas la jumelle de la première car elle ne paraît pas provenir du même moule. Pourtant ses lignes, volumes et décoration sont fidèles à ceux du modèle original. Aussi pour asseoir mon propos vais-je jouer au jeu des 7 erreurs. Ou plutôt différences. A commencer à l’avant par un bouclier à l’ouverture plus large et recevant deux optiques additionnelles. Puis une calandre au motif central plus grand, encadrée de feux redessinés. Le capot moteur a troqué ses deux sorties d’air excentrées pour une prise d’air centrale. Les essuie-glaces sont nouveaux, tout comme les rétroviseurs latéraux. De profil, le dessin des ailes avant n’est pas le même, tout comme les jantes du type « charrette ». Peu visible pourtant, la découpe de la portière arrière a été modifiée et contourne le passage de la roue arrière. Tout comme les pognées de portière qui font apparaitre leur bouton poussoir. Sans compter le bas de caisse au tracé retouché. A l’arrière, le raccord de pavillon avec le petit aileron est redessiné et les rainures faisant fonction de gouttières sur le pavillon sont plus larges. Le pavillon est dépourvu de tout appendice et d’antenne radio. La lunette arrière est dotée d’un essuie-glace. Si les feux et le bas du hayon paraissent identiques sur les deux voitures, il en va différemment pour le bouclier qui, sur le modèle d’aujourd’hui comporte un large échangeur d’air d’où dépasse une belle sortie d’échappement côté gauche. A droite sur le précédent modèle. A l’intérieur, le dessus de la planche de bord n’est pas le même, tout comme l’instrumentation de la console centrale. De plus les sièges baquet sont d’un dessin plus étroit et plus haut. Même les tubes de l’arceau cage ne sont pas partout les mêmes. Enfin et pour terminer, le soubassement est plus détaillé aujourd’hui.
 z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 
  Presse étrangère

OPEL Kapitan P1 de 1958/1959

Ixo/Eaglemoss – collection allemande Opel, n° 03
GR4192 Opel Kapitan

 

GS4192 Opel Kapitan

 Signée Ixo, cette Kapitan n’est pas sans rappeler celle diffusée il y a peu par Starline models. Et pour cause, elle en partage le moule, légèrement retouché au niveau des ailes arrière qui ont perdu leur décoration juste devant les retours du pare-chocs. Un autre indice ? Le soubassement en plastique qui a la même gravure que la première mais avec un pot de détente chromé et non plus peint alu. Encore ? Le mode de fixation sur le socle par deux vis au lieu d’une chez une production Ixo. Ceci étant, nous retrouvons les mêmes autres détails à l’exception de la plage à la base du pare-brise qui est noire et l’absence d’immatriculation. Ainsi, cette Kapitan est de la première génération et reproduit fidèlement les lignes, volumes et présentation de l’original. A l’avant, une très belle calandre orne la proue où se trouvent, sur le capot la couronne et le monogramme Opel. De même, le monogramme Kapitan est présent sur le coffre et les ailes avant tout comme le petit motif ornant les portières arrières et ledit coffre. Cependant il convient de noter une inversion dans les coloris des feux de gabarit et des clignotants. Ceux circulaires devraient être blancs et ceux allongés oranges. Les roues sont simples. Pas de rétroviseur extérieur cette fois-ci.A l’arrière les feux sont en métal coloré ! Par contre, la sortie d’échappement est creusée. L’intérieur reçoit un mobilier uniquement sable avec un beau volant et une planche de bord travaillée. Les contreportes ont des accessoires peints alu. Le soubassement est un peu détaillé.
z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 

OPEL Diplomat V8 (1964/1967)

Ixo/Eaglemoss – collection allemande Opel, n° 04

GR4193 Opel Diplomat

GS4193 Opel Diplomat

 Signée Ixo, cette Diplomat V8 nous réconcilie avec le trio KAD d’Opel et nous rappelle celle que proposa en son temps Politoys au gabarit un peu plus généreux. J’ai écrit, réconcilie car si elle est placée à côté de celle proposée par Minichamps, celle-ci ne tient pas la comparaison en raison de ses dimensions trop petites. Cependant cette dernière correspond à la seconde génération avec son pavillon modifié et représente une version Admiral. Revenons à la Diplomat V8. Ses lignes et volumes sont bien restitués et mis en valeur dans cette livrée blanc cassé et pavillon noir mat, représentant le vinyle dont celui-ci était revêtu. Une garde au sol trop généreuse est constatée, tout comme le millésime 1967 privilégié en raison de la base du monogramme sur la calandre apparu en 1966. Belle calandre avec optiques rectangulaires. Les flasques des roues sont acceptables. Monogramme et écusson ornent les ailes avant et le couvercle du coffre. Les feux arrière sont bien placés mais uniquement rouges. Beau pot de détente chromé et à sortie creusée au-dessous du feu de recul. Si les sièges et les contreportes sont gris très foncés, regardez la belle planche de bord et la console centrale avec une imitation bois. Le soubassement est un peu détaillé.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 
  BONUS

CITROËN DS19 (L'affaire du collier)

Eligor/Hachette - collection Blake et Mortimer, n° 05

GRBM05 Citroen DS19
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 10:30
2010-02 transit CH43
 
 n° 290 du 28 février 2011
  Page 1/3
 
Lundi 21 février 2011, un nouveau record a été battu. 431 visiteurs sont venus consulter CH43. Un blog toujours pas référencé. Je vous remercie de l'intérêt que vous lui accordez et de votre fidélité. J'espère pouvoir le faire vivre encore quelques temps.
 

Scoop du samedi 19 février 2011 à 22 h 00 -  

 

 

Test ou collection nationale ?

 

La semaine prochaine devrait nous apporter la réponse. Toujours est-il que depuis ce soir il est possible sur le site http://www.voituresdautrefois.fr/ de s’abonner à une nouvelle collection, dédiée aux marques disparues, telles Facel-Vega, Delahaye, Monica et autres Panhard. Cette collection s’appelle « Les Voitures françaises d’autrefois » et est diffusée par Cobra SAS éditions de Neuilly sur Seine. Les miniatures semblent être d’origine Ixo. Le premier numéro sera la Facel-Vega Excellence, jusqu’ici proposée qu’en résine (par Provence Moulage notamment).   

  new collection
  Complèment d(e l')enquête - lundi 21 février 2011 à 10h30

 

Il s'agit bien d'un test qui vient d'être lancé sur la région de Forbach (57).

Et comme souvent, cette information n'est pas arrivée seule.

 

En voici une seconde, destinée aux nostalgiques de la collection Simca qui ont été déçus de ne pas voir sortit  le Caboteur plateau pourtant annoncé. Celui-ci pourrait trouver sa place dans une autre collection. Ceci peut être considéré comme une réponse à ma lettre ouverte qui vous trouverez au bas de cette page. Affaire à suivre...

 
 
Modèles presse 

SAVIEM SM 170 de 1972

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 34

GR4183 Saviem SM17 Pinardie 
 Signé Ixo, ce SM 170 à citerne alimentaire, séduit par sa livrée lie de vin qui nous suggère tout de suite l’image des pinardiers de notre enfance qui sillonnaient (notamment) les routes du midi.  L’ensemble jouit d’une bonne finition avec, toujours présents, les deux tuyaux destinés à vider la citerne, allongés dans les goulottes latérales. Par contre, je me pose une question sur le bon emplacement de l’échelle. Je l’aurais plutôt vue placée côté droit. La cabine est bien reproduite, tant en volumes qu’en ce qui concerne ses lignes très droites. Toutefois, il manquerait le monogramme SAVIEM au-dessus de la calandre. Il est vrai qu’il ne serait alors pas possible d’y faire figurer le nom du transporteur. Par contre, il y a un autre oubli, celui des petits cartouches sur les portières. Pour le reste, les trois essuie-glaces sont présents, tout comme les déflecteurs horizontaux en haut des vitrages latéraux. Il y a même une bande pare-soleil au sommet du pare-brise. Les feux sont correctement dessinés. Le dessin des jantes est fidèle. Par contre il y a une inversion des accessoires fixés sur le châssis. En réalité, le réservoir devrait être fixé côté droit. Non à gauche, juste derrière la sortie d’échappement. Les transformateurs devront corriger cette inversion en y plaçant le coffre et en mettant le réservoir côté droit. A l’arrière aussi, il y a un problème avec la plaque d’immatriculation placée à droite. Elle devrait être placée à gauche. Et il manquerait aussi le disque de limitation de vitesse sur les autoroutes puisque les deux autres sont affichés. L’aménagement de la cabine est encore de bonne facture avec un mobilier gris foncé et une planche de bord noire dont le tableau de bord se pare de plusieurs cadrans. Un plus au niveau du châssis standard. La vis arrière n’est plus cachée par la roue de secours.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg 
 

SIMCA 1000 GL(S) (AM 1965)

Ixo/Hachette/AutoPlus - collection Classiques de l’automobile, n° 28 
GR4182 1000 gris-or metal
 Toujours signée Ixo, cette nouvelle version de la fameuse 1000 surprend agréablement par sa présentation métallisée. Même si nous avons toujours affaire au moule archi connu et utilisé, cette présentation en noie quelque peu les défauts en vue plongeante à 45° de trois quarts avant. Mais les puristes rétorqueront – à juste titre d’ailleurs – quoi ? Une GL avec une peinture métallisée ? Et oui, celle-ci était réservée à la finition GLS et ne comptait pas de gris-or comme celui-ci. Cela n’enlève rien à ce modèle dons les flancs semblent se parer d’un jonc chromé courant au niveau du pli de la carrosserie. Les pneus sont à flanc blanc et les enjoliveurs frappés de l’hirondelle stylisée en leur centre. A noter que le dessin du monogramme figurant sur l’aile arrière droit n’est pas le bon. Il devrait être identique à celui figurant sur la 1000 bleu clair, n° 05 des Voitures d’antan.  Pour le reste la finition est soignée avec un arrière arborant des feux circulaires et assez bien colorés (il manque les catadioptres centraux). A l’intérieur, le mobilier, bien dessiné, est entièrement noir. Le soubassement n’est pas détaillé.
 z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 

VOLVO 144 de 1969

Ixo/Altaya – collection Route bleue, n° 69
GR4187 Volvo 144 bleue
 Signée Ixo, cette 144 n’est pas tout à fait une inconnue pour l’amateur de modèles presse puisqu’elle leur fut déjà proposée par deux fois (n° 45 – Stockholm  et 59 – Copenhague de la collection des taxis du monde). Nous retrouvons  donc les lignes et volumes très simples de l’original dans une livrée bleu foncé d’assez bel effet. Les chromes ne sont représentés que peints. Par contre, les très fins essuie-glaces et les rétroviseurs extérieurs sont des pièces rapportées chromées.  Tout comme la large calandre et les pare-chocs massifs. Il est difficile de retrouver sur ses jantes le dessin des roues de la 144. L’arrière reçoit des feux rapportés en plastique et sont correctement colorés. Le panneau sur lequel ils sont fixés affiche aussi le monogramme Volvo Automatic et l’immatriculation. Un autocollant, frappé du S pour Suède côtoie une immatriculation française. A l’intérieur, le mobilier est entièrement noir. Sur le toit, trône une luge reposant sur ce qui se voudrait être des barres de toit. Un effort aurait pu être fait pour les rendre plus réalistes. La présence d’appuie-tête sur les sièges avant correspond à un modèle produit à partir de 1969, année de leur apparition en série. Le soubassement n’est pas détaillé.
z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 
 Modèles boutiques

RENAULT Frégate Domaine (AM 1956)

Solido – réf. 151581
GR4167 Fregate Domaine roug
 Bien que signé Solido ce break Frégate Domaine ne trompera pas longtemps  - lui non plus - l’œil avisé du collectionneur qui reconnaitra – ici aussi - rapidement la signature d’Eligor. Pour convaincre le septique il suffit de l’inviter à regarder le catalogue en ligne de ce dernier réducteur français.  Et sur ce modèle, une piste, son immatriculation 420 FR 01, lieu d’implantation d’Eligor à Izernore (Ain).  Les lignes et volumes généreux de ce break sont plus justes que ceux de la berline, mais certains détails sont anachroniques. En effet, le break AM 1956 était encore doté de clignotants latéraux, placés juste derrière les portières arrière. IL n’y en avait pas à l’avant. La calandre, ornée de trois baguettes horizontales manque de finesse et gagnerait à être noircie. A l’arrière, une excroissance superflue - figurant certainement un feu rapporté – est présente à droite du feux gauche. Pour le reste, la présentation est correcte avec un intérieur au mobilier gris clair. Le soubassement n’est pas détaillé.
z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 
 
 

Lettre ouverte aux décideurs d’ Ixo et Altaya

 

La collection des Belles années Simca vient de s’achever avec la parution de son numéro 100. Initialement prévue pour ne compter que 50 numéros, devant le succès rencontré, vous avez accepté de la prolonger jusqu’à doubler le nombre des modèles proposés.

 

Cette collection a permis aux jeunes collectionneurs de découvrir cette marque trop vite disparue, et aux plus anciens, de revivre une partie de leur jeunesse. Et pour certains de retrouver des souvenirs à fleur de peau.

 

Pourtant nous restons sur notre faim car il y aurait été possible de nous proposer d’autres modèles non encore reproduits de manière industrielle. Surtout l’un d’eux, qui figure encore dans la liste des modèles (ex) à venir dans cette collection. Je veux parler du Simca Caboteur, prévu avec un plateau.

 

Ce camion, facilement réalisable à partir du moule de la cabine de l’Unic ZU 40 Donon, pourrait être proposé aux abonnés qui sont allés jusqu’au terme de la collection en remerciement de leur fidélité, et par souscription pour les autres, amateurs de Simca.

 

Je vous remercie de l’intérêt apporté à lire ce qui précède et par avance de la suite positive que vous ne manquerez pas d’apporter à cette proposition.

 

Trebor Yles

 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 14:38
2010-02 transit CH43
 
 n° 288 du 14 février 2011 
 
 

SURPRISE…

 

Surprise, ce matin Samedi 05 février 2011 : au lieu de la Simca Océane supposée mise en vente cette semaine, c’est en fait la Simca 1100 LS prévue pour être l’ultime modèle de la collection qui nous est proposée.
 
 Modèles presse

BERLIET GBH M3 de 1968

Ixo/Altaya – collection Camions d’autrefois, n° 33

GR4176 Berliet GBH benne ve

GS4176 Berliet GBH benne ve

 Signée Ixo, cette réduction du GBH se présente d’emblée comme un prétendant sérieux au titre de camion de l’année 2011. En effet, outre le respect des lignes et volumes de l’original, c’est avant tout sa présentation qui attire l’œil avec cette livrée verte – trop brillante malgré tout pour être vraiment réaliste. Elle mériterait à être un peu ternie. Et le curieux sera ravi car la benne est relevable. Oui, et en plus il y a une reproduction fonctionnelle du système de relevage et le panneau arrière est basculant. La gravure de la cabine et du capot moteur est complète et détaillée avec ses triples fixations des volets du capot. La calandre arbore la locomotive stylisée, emblème de la marque, surmontée de la fameuse plaque rouge affichant le nom de Berliet. Les accessoires : essuie-glaces, rétroviseurs, marchepieds et poignées d’aide à la montée en cabine, sont fins.  Si ce camion a recours à dix roues, il ne possède aucune roue de secours. L’éclairage et la signalisation arrière sont fixés sur une simple barre transversale. La cabine, au pourtour totalement vitrée, permet une bonne vision de son aménagement au mobilier noir. Le châssis est original avec ses deux ponts moteurs.

z_Notation_2008-2008_5_etoiles-.jpg

 

DACIA 1310 de 1980

Ixo/Altaya – collection Route bleue, n° 68

GR4174 Dacia 1310 bordeaux

GS4174 Dacia 1310 bordeaux

 Signée Ixo, cette « fausse » R12 est en réalité la réplique d’une Dacia 1310 dessin de jantes original (TX ???). En effet, nous nous trouvons en présence du moule qui a servi au taxi de Bucarest, n° 48 de la collection des Taxis du monde reconnaissable à sa calandre à quatre optiques circulaires. D’ailleurs, pour s’en convaincre il suffit de lire le monogramme figurant sur le bandeau noir ornant le coffre « Renault Dacia ». Dommage que l’effort ne se soit pas poursuivi pour indiquer le modèle.  Si les lignes et volumes sont bien reproduits et cette livrée bordeaux réaliste, la finition présente une multitude de chromes qui n’a pas lieu d’être : entourages des vitrages des portières et jonc courant sur le pli latéral. De plus, le répétiteur de clignotant devrait être en-dessous de celui-ci, non à cheval sur lui. De même, les pare-chocs devraient avoir des retours renforcés et noir comme leurs butoirs. Pour le reste, les essuie-glaces devraient être noirs, tout comme les rétroviseurs latéraux. La calandre est réaliste, tout comme les feux arrière, rapportés et en plastique  et correctement colorés. A l’intérieur, présence d’un mobilier bien détaillé mais uniquement noir. Le soubassement n’est pas détaillé.

z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg

 

MAZDA 323 4WD GTX (Rallye de Monte-Carlo 1991)

Ixo/Altaya – collection Rallye de Monte-Carlo, n° 120
GR4171 Mazda 323 4WD GTX
 

Liminaire : Il y a bien longtemps que je n’ai trouvé de modèle quasi inédit dans une collection dédiée aux rallyes. Je me devais de signaler ce fait avec la parution de cette Mazda 323 4WD GTX.  D’autant qu’une version civile, débarrassée de tous les appendices sportifs serait la bienvenue.

Signée Ixo, cette version sportive de la 323 attire l’œil par la présence des « surjantes » destinées à améliorer le refroidissement des disques de frein des roues avant et la batterie de phares additionnels. Les lignes et volumes de la 323 sont bien restitués alors que les coloris de sa décoration paraissent un peu  trop vifs. Question de goût certainement. Pourtant cette décoration semble complète, à part peut-être le bandeau pare-soleil. A l’arrière, joli bandeau rouge reliant les feux au-dessus d’une immatriculation et une sortie d’échappement toutes deux généreuses. A l’intérieur la présentation est de bonne facture avec une planche de bord travaillée, les deux sièges baquets et l’extincteur, l’arceau-cage, une roue de secours et petit coffret à l’arrière. Le soubassement détaille un peu la transmission intégrale de cette voiture et reçoit une plaque de protection sous le moteur.

z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 

SIMCA 1100 LS de 1968

Ixo/Altaya – collection Simca, n° 99
GR4175 1100-LS bleue
  Signée Ixo, cette nouvelle version de la 1100 trois portes a quasi tout faux question présentation. Et c’est d’autant plus regrettable qu’il s’agit de l’avant dernier numéro de cette collection qui nous aura permis de redécouvrir l’éventail des productions de cette marque, trop tôt disparue. Oui, c’est fort dommage car le moule était assez soigné, même si l’on ne parvient toujours pas à définir s’il s’agit d’un modèle antérieur ou postérieur à la modification du hayon arrière. Alors, plutôt que de reprendre l’examen habituel, je vais énumérer ce qui ne correspond pas à une 1100 LS présentée au salon de l’auto 1967 (AM 1968) car par la suite la 1100 LS ne fut plus que l’équivalent de la Sim’4 avec un moteur de puissance réduite de 5cv fiscaux… Vous êtes, prêts ? Pour commencer, la 1100 LS n’était pas disponible avec une peinture métallisée : exit ce bleu nuit, mais blanc, beige, bleu, rouge, vert ou noir. Pas de feux additionnels sous le pare-chocs (héritage de celui de la 1100 TI. Pas non plus de butoirs sur lesdits pare-chocs, ni à l’avant, ni à l’arrière. Je continue ? Oui ? Alors retirez aussi les joncs chromés courant tout au tour de la carrosserie, des passages de roues et des bas de caisse, mais aussi ceux autour du pare-brise et de la lunette arrière. Remplacez les roues par des jantes sans alvéoles. Remplacez les poignées de portières (apparues avec l’AM 1975) par des poignées saillantes. Enlevez le monogramme 1100 TI qui traine encore sur le hayon et remplacez les feux arrière par des feux plus minces. Par contre, ajoutez un pentastar au bas de l’aile avant droite.  Et à l’intérieur ? Ben, ça continue. On y va ? Les sièges tabac sont peut être bien dessinés, toujours est-il que ceux de l’avant ne sont pas les bons. Ils ne devraient avoir ni appuie-tête, ni dossier haut puisque le haut de ceux d’origine n’affleure que tout juste le bas des vitrages latéraux. Même le tableau de bord n’est pas le bon avec ses six cadrans circulaires. Il devrait y avoir à la place une simple bande horizontale. Encore en vogue à l’époque. Et un détail qui m'avait échappé jusqu'à présent et qui vaut aussi son "pesant de gratons" comme on dit près de Lyon, c'est le dessin des ciontreportes qui est celui des modèles à quatre portes. Regardez bien. Et dessous ? C’est toujours pareil, reproduction d’un arbre de transmission !!! Et en plus une sortie d’échappement mal orientée.  Elle sortait côté gauche juste derrière la roue arrière. En fait, sa finition ne correspond complèment à aucune version ayant existé...Un comble.
z_Notation_2008-2008_3_etoiles.jpg
 

SUBARU Impreza WRC (rallye du Portugal 2010)

Ixo/altaya – collection Passion du rallye, n° 25
GR4172 Subaru Impreza blanc
 Signée Ixo, cette nouvelle présentation de l’Impreza WRC  est pour moi, non amateur de voitures de rallye, une inédite. Ses lignes et volumes sont bien rendus et jouissent d’une présentation originale, blanche et noire mais, une fois encore, le blanc est trop épais et nuit à la mise en valeur de la gravure.  L’ensemble reste plaisant avec une bonne reproduction des différents stickers apposés sur l’ensemble de la carrosserie, toutefois Ixo n'a pas reproduit les protections triangulaires devant les passages de roues arrière et ne l'a pas dotée de bavettes à l'avant. De plus, il manque à l’évidence, la reproduction de la plaque de rallye placée au pied des essuie-glaces. Je suppose qu’il devait aussi y avoir une à l’arrière. La reproduction de la calandre et des optiques avant est satisfaisante. De jolies jantes cuivrées laissent voir les disques de frein avec leur étrier. A l’arrière, belle sortie d’échappement bien creuse. Par contre, la reproduction des feux arrière n’est pas terrible. La faute à la nouvelle mode des arrière « translucides ». L’imposant aileron sur la lunette arrière ne permet pas de bien voir la roue de secours placée à l’intérieur, protégée par un arceau-cage complexe. Sièges baquets et extincteur complètent le mobilier. Le soubassement met en évidence la transmission intégrale de cette voiture.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 

TRABANT 601S de 1980

Ixo/Hachette/AutoPlus – Collection classiques de l’automobile, n° 27
GR4173 Trabant 601S blanche
 Signée Ixo – mais plus certainement prélevée chez Ist models – cette 601 S nous restitue correctement les lignes et volumes très simples de la vraie, même si je trouve que la courbure de la ligne de caisse est trop prononcée. Il suffit de la comparer à celle des versions proposées par Vitesse ou Minichamps. Ceci étant, la voiture  plait à l’œil dans sa livrée blanche parée de noir. Elle dispose de fins essuie-glaces et d’une grille de calandre bien dessinée. Les clignotants avant sont rapportés en plastique orange.  Les pare-chocs ont bien des embouts noirs, comme leurs butoirs. Le dessin des jantes est satisfaisant, tout comme la position particulière du rétroviseur extérieur. Des bavettes sont présentes à l’arrière alors que le panneau du coffre affiche les monogrammes et une plaque nationale. Les feux arrière sont eux aussi rapportés et en plastique coloré dont l’épaisseur a été repeint en blanc pour prolonger les ailes, comme sur l’original. A l’intérieur, un mobilier très mince, tabac foncé, occupe l’habitacle aux contreportes habillées et décorées. Un volant « sport » à quatre branches fait face au conducteur derrière un tableau de bord des plus succincts. Le soubassement est bien détaillé, avec notamment une ligne d’échappement ajoutée.
z_Notation_2008-2008_4_etoiles.jpg
 
Repost 0
Trebor Yles - dans Sorties de la semaine